Orsu Ghjuvanni Caporossi

Cronica di A CORSICA














(800 personnages)


LABAN-MATTEI Olivier: (né en 1977)
Photographe de presse. Il débute sa carrière à l'agence de l'AFP d'Aiacciu. Fondateur du Collectif Contre-jour, en 2002. Auteur d'instantanés de vie d'hommes, comme SDF d'Ajaccio, drogués du Kirghizstan, médecins célèbres à Malte ou en Finlande, guerriers désarmés au Libéria, mineurs en Bolivie... Prix Georges Bendrihem de la meilleure photographie politique européenne en 2007. Grand Prix Paris Match du reportage photographique en 2007. Prix du World Press Photo en 2009, 2010 et 2011.

LA BANY Maurice: (1880-?)
Né à Lille. Artiste peintre (paysages, fleurs, scènes). Il adresse au Salon des Artistes Français de 1937 une peinture intitulée Presbytère en Corse.

LA BARTHE (de) Paul: (seizième siècle)
Seigneur de Termes. Maréchal de France. En 1553, il est envoyé en Corse, en tant que lieutenant général et commandant en chef, par le Roi de France Henri II, qui a pris la décision d’envahir l’Ile, alors aux mains des Génois. Son allié, le chef de l’escadre turque Dragut, après avoir enlevé Bunifaziu, exige 25000 écus des Français pour compenser le non-pillage de la ville. Ne pouvant payer cette somme, il laisse son neveu, Monsieur de Montastruc, en otage aux Turcs, en attendant d'obtenir du Roi le montant exigé. En 1554, il est lourdement battu, à Merusaglia, par les troupes (Génois, Italiens, Espagnols et Allemands) de Agostino Spinola. Il est obligé de se réfugier à Aiacciu, où il décide de faire construire la citadelle; il fait démolir pour cela la petite église de Santa Croce. En 1555, avec toutes ces guerres, la famine s'installe en Corse. Il fait venir de Marseille une quinzaine de galères chargées de vivres, qui débarquent à Algaiola. Il est ensuite rappelé en France par Henri II. Il est remplacé, sur l’Ile, par Giordano Orsini.

LABESSE ?: (dix-huitième siècle)
Officier français. Major de la place de Corti en 1788.

LABOYRIE Joseph-Antoine: (1915-2007)
Né à Corti. Engagé volontaire dans le Bataillon de Choc en 1943. Il participe au débarquement de l'île d'Elbe, au débarquement de Provence, à la libération de Toulon, à la campagne d'Alsace. Médaille Militaire. Croix de Guerre.

LACAVE Jean-Pierre: (déccédé en 2015)
Préfet délégué à la sécurité en Corse de 1993 à 1995.

LACAVE Mattea: (née en 1964)
Née à Toulon (Var). Originaire d'Erbaghjolu. Enseignante. Directrice d'école. Conseillère pédagogique. Militante syndicale (STC). Militante nationaliste. Conseillère territoriale (Femu a Corsica) de 2010 à 2015.

LA CECILIA Giovanni: (1801-1880)
Né à Naples. Ecrivain polygraphe. Patriote italien et conspirateur, acculé à l'exil, il se réfugie en Corse, à Bastia, en 1831, et s'y marie. Il y fait plusieurs séjours, plus ou moins longs, jusqu'à sa mort. Il est nommé inspecteur des routes de la Corse. Auteur, entre autre, de La République Parthénopéenne (1834), Massianello, o la Rivoluzione di Napoli nel 1647 (1847), Memorie Storiche Politiche dal 1820 al 1876 (1876)...

LA CECILIA Napoléon: (1835-1878)
Fils de Giovanni. Partisan des Chemises Rouges de Garibaldi. Professeur de mathématiques. Professeur de sanscrit au collège asiatique de Naples de 1861 à 1869. Colonel dans l'armée française en 1870. Il participe à la Commune de Paris. Général de division. Opposé aux Versaillais, il se réfugie à Londres, puis en 1875, s'installe en Egypte, où il décède, au Caire, en 1878.

LACCIU (di) Rolandinu: (treizième siècle)
Seigneur de Casinca. En 1282, il jure fidélité à Gênes et il est maintenu dans sa possession du Castel Sant’Anghjulu, en Balagna, et de ses terres de la Casinca. En 1286, il remet à Gênes son château de Sant’Anghjulu, en présence de Nicolo da Pretacio.

LACOMBE Marthe: (vingtième siècle)
Née à Paris. Artiste peintre (paysages). Elle adresse au Salon des Artistes Français de 1937 une peinture intitulée Chapelle des Grecs, Ajaccio.

LACOMBE Xavier:
Elu maire de I Peri en 2008. Elu vice-président de la Communaute d'Agglomérations du Pays Ajaccien (CAPA) en 2014. Elu conseiller territorial (divers droite) en 2015.

LACOMBE SAINT-MICHEL Jean-Paul: (1740-1812)
Militaire français. Député du Tarn à l’Assemblée Nationale Constituante en 1791. En Février 1793, la Convention le désigne comme Commissaire de la République, pour rétablir l’ordre en Corse. En Avril, après avoir débarqué à San Fiurenzu, avec deux autres Commissaires de la République, il arrive à Bastia pour, officiellement, mettre les ports de Corse en sécurité. Il doit examiner l’état des fortifications de la Corse, mais aussi les comptes du département. En réalité, il est là pour faire exécuter l’arrêt de la Convention contre Pasquale Paoli. En Corse, les graves accusations portées contre U Babbu di A Patria suscitent un sentiment de colère et de violence, que l’arrivée des trois Commissaires de la République ne fait qu’aggraver. Il écrit à la Convention pour rendre compte de son arrivée et des mesures qu’il a prises. En tant que Commissaire de la République, il fait son rapport sur la situation en Corse à la Convention. De Bastia, il embarque pour Aiacciu, avec Nabuliu Buonaparte et Antoniu Cristufaru Saliceti, et une flottille (la corvette La Belette et le brick Hasard) avec 400 hommes et de l’artillerie. Ils ont décidé de prendre la ville. En Mai, à la Cunsulta Straudinaria di Corti, il est destitué de son poste de Commissaire extraordinaire de la République par les délégués présents. Il écrit à la Convention que la souveraineté nationale n’est plus reconnue dans l’Ile. De Calvi, dans une lettre à la Convention, il rend compte de la conduite courageuse des habitants de la ville, devant l’attaque des Paolistes. En Septembre, dans une lettre au Ministre de la Guerre, il écrit: On n’est pas Corse, sans être d’une famille, et par conséquent attaché à un parti. Celui qui n’en voudrait servir aucun serait suspect à tous… En Novembre, à la bataille de Ferringule, ses hommes brûlent tout le village. Il traverse Nonza, Centuri et Ruglianu. En Février 1794, il est à San Fiurenzu lorsque les Anglais prennent la ville, qui est évacuée par ses troupes républicaines, lesquelles se replient sur Bastia. En Avril, avec le commandant des troupes françaises de Bastia, sous prétexte d’aller chercher des secours, il quitte la Corse pour Capraia et Gênes, abandonnent la ville au maire Ghjuvan Battista Galeazzini et à Antoniu Gentili, qui est nommé par la même occasion général de division à la défense de la ville, bombardée depuis dix jours.

LACRAMPE André: (1941-2015)
Evêque de Corse de 1995 à 2004. Il succède à Sauveur Casanova. Auteur de Regards sur la Corse, paru en 2000.

LACROIX Jean-Marc:
Directeur départemental des Archives de Haute-Corse de 1977 à 1983.

LACROIX Jean-Pierre: (né en 1942)
Préfet de la Région Corse et du Département de la Corse du Sud de 1999 à 2001.

LADIO (LADIUS): (douzième siècle)
Evêque de Mariana en 1178.

LAFARGE Michel: (1950-2010)
Né à La Seyne-sur-Mer. Chanteur. Musicien (guitare). Installé en Corse, à Calvi, en 1973. Fondateur du groupe Générations, en 1994.

LAFAY Jean-Paul: (1939-1987)
Vétérinaire à Corti (où il est installé depuis 1972). Président de l'Association d'aide aux victimes du terrorisme. En 1982, il est victime d'une tentative d'assassinat, où il est légèrement blessé. En 1987, à Aiacciu, il est assassiné, à la sortie des studios de FR3, où il vient de participer à une émission consacrée à la violence politique.

LA FAYETTE (de) Marie Joseph (Motier): (1757-1834)
Marquis. Général et homme politique français. Commandant de la Garde Nationale. En Janvier 1790, il charge Cesare Matteu de Petriconi, commandant des Gardes Nationales Corses, d’organiser la Garde Nationale de Bastia, du Nebbiu et du Capicorsu. En Avril 1790, il reçoit triomphalement à Paris Pasquale Paoli qui rentre d’exil d’Angleterre. En 1831, à Paris, pour le gouvernement français, il négocie avec Filippo Buonarroti, pour le Comité Central Italien, l'échange Corse-Savoie, une fois l'unité italienne accomplie...

LA FERANDIERE (de) ?: (dix-huitième siècle)
Officier français. Chevalier. Commandant de la place d’Aiacciu en 1788.

LAFFILLE Pierre: (1938-2011)
Né à Envermeu (Seine-Maritime). Artiste peintre. Il rentre à l'Académie Julian à Paris en 1956 puis étudie de 1959 à 1961 à l'École Nationale Supérieure des Beaux-Arts à Paris. Après sa première exposition en 1960 à Dieppe, il enchaine les expositions en France et à l'étranger. Il habite en Corse, à Cannelle (le hameau promontoire de Centuri) depuis 1969.

LA FOATA: Voir FOATA.

LAFONT Elie: (1740-1810)
Général de brigade en 1796. En Août 1797, Il est gouverneur militaire du Département du Liamone. En Octobre, il évite un affrontement sanglant lors de l’insurrection menée par l’Union des Catholiques Républicains. En Décembre, il décrète l’état de siège. En Juillet 1799, inquiet et alarmé par les bruits de révolte dans son département, il signifie au conseil municipal d’Aiacciu que la ville et le département sont en état de siège. En Septembre à Aiacciu, il reçoit triomphalement Napoléon Bonaparte qui rentre d’Egypte. En Novembre, il réagit violemment contre la ville de Porti Vechju, devenue le foyer d’une agitation incessante, qu’il condamne à une très forte amende en nature.

LAGANNE-CANAVAGGIA Jeanne-Baptistine: (1910-?)
Né à Castelsarrasin (Tarn-et-Garonne). Originaire d'Aiacciu. Artiste peintre. Ecrivain.

LAGOMAGGIORE Pasquale: (seizième siècle)
Architecte corse. En 1569, il construit la tour de Cantone Grossu.

LAGORE Christian: (vingtième siècle)
Né à New-York. Artiste peintre (paysages). Il adresse au Salon d'Automne de 1954 une peinture intitulée Marché d'Ajaccio.

LAGRANGE André: (1889-1958)
Né à Paris. Artiste peintre (paysages, scènes de genre). Décorateur. Il séjourne en Corse au début des années 1930. Quatre de ses oeuvres représentant la Corse figurent sur L'Illustration du 4 octobre 1930, dans l'article Six jours en Corse: La campagne aux environs de Bastia, La vallée et le golfe de Porto vus d'Evisa, Le Golfe de Piana, et Les calanches de Piana. Auteur d'une toile modèle intitulée Le golfe de Porto peinte avant 1914, et de Brumes sur le golfe de Porto (1930).

LAGUERRE Georges: (1858-1912)
Député républicain révisionniste du Vaucluse. Défenseur du journaliste Saint-Elme au Palais-Bourbon. En 1884, il se rend en Corse pour y tenir des conférences révisionnistes dans les cantons de Corti et de Bastia.

LA GUILLAUMYE (de) François-Nicolas: (?-1805)
Chevalier. Conseiller du Roi Louis XVI en sa Cour du Parlement. En Mai 1785, il est nommé Intendant de la Corse, en remplacement de Claude François Bertrand de Boucheporn, nommé intendant à Pau et Auch. Il prend ses fonctions lors de la Huitième Assemblée des Etats de Corse. En Juin 1786, il effectue une tournée dans l’Ile. Il écrit au Contrôleur Général des Finances Charles Alexandre de Calonne: les délits champêtres se multiplient; je provoque en vain les officiers municipaux; mes efforts ne produisent aucun effet. En 1788, il refuse une concession pour un projet de salines déposé, par deux particuliers, à Pinetu, entre l’étang de Chjurlinu et la mer. Il quitte la Corse en Janvier 1789. Maître des Requêtes. Juge près le Tribunal Criminel de Seine.

LAHAYE François Etienne: (vingtième siècle)
Né à Combs-la-Ville (Seine-et-Marne). Artiste peintre (paysages). Il adresse au Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts de 1921 deux peintures intitulées Les Calanches de Piana (Corse).

LAISANT Charles-Ange: (1841-1920)
Député républicain révisionniste de la Loire Inférieure. En 1878, il fait partie d'une commission parlementaire venue en Corse mener une enquête sur la conduite des bonapartistes lors de la Crise du 16 Mai 1877. En 1881, il collabore au journal Le Courrier Corse, de Louis Gabrielli. En 1884, il se rend en Corse pour y tenir des conférences révisionnistes dans les cantons de Corti et de Bastia.

LAITALA (di): Voir TADDA (di).

LALANNE-BASCLE Simone: (vingtième siècle)
Née à Bordeaux. Artiste peintre (paysages). Elle séjourne en Corse au milieu des années 1930. Elle adresse au Salon d'Automne de 1936 une peinture intitulée Vers le port, Calvi, et à celui de 1937, La tour du Sel et le Port (Calvi) Corse. Au Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts de 1945, elle envoie Saint-Florent (Corse) et Marine de Corse.

LALAURIE ?: (vingtième siècle)
Née à Arcachon (Gironde). Artiste peintre. Elle adresse au Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts de 1921 un pastel intitulé Jeannine dans le hamac (Souvenir de Corse).

LALLEMENT Alfred: (dix-neuvième siècle)
Auteur, en 1890, de Expédition de Corse de 1769, qui rassemble la correspondance du capitaine anglais Haly à son général Waren, allié de Pasquale Paoli.

LALLIAT Cédric: (?-1992)
En 1992, il décède lors de l'effondrement de la "tribune" du stade Armand Cesari, à Furiani, avant le match de football Olympique de Marseille-Sporting Club de Bastia. On dénombre 15 morts.

LALASSOURE Guy Léon:
Préfet de Corse de 1958 à 1959.

LAMBERT ou OBERTO: (?-931)
Fils d’Albert II le Riche. En 928, il succède à son frère Guido au Marquisat de Corse. En 931, son frère Hugues de Provence le fait emprisonner et tuer.

LAMBERT Georges-Hyppolite: (1919-1998)
Né à Nantes (Loire-Atlantique). Artiste peintre (paysages, natures mortes). Il adresse au Salon d'Automne de 1922 deux peintures intitulées Calanches de Piana (Corse), soleil couchant et La boucherie rouge, Vieux Bastia, à celui de 1923, "Le Sphinx" Calanches de Piana (Corse), Tour et village de Nonza (Corse), et Sortie de la Citadelle de Bastia (Corse), et à celui de 1924, Les rochers de Giraglia (Cap Corse). Auteur également de toiles intitulées Bocognano, Les Eucalyptus...

LAMBERT Lily: Voir COLONNA d'ISTRIA Elisabeth.

LAMBERT Maurice Léon:
Préfet de Corse de 1966 à 1969.

LAMBERTINI Pascal (1922-2011) et Dominique (1922-2014):
Originaires de Piupeta. Chanteurs de variétés (Pascal et Dominique). Leur célébrité se situe à partir des années 1960.

LAMBERTENGO ?: (dix-septième siècle)
Père jésuite. En 1669, il travaille à renforcer les ressources du collège de Bastia. Il participe aux réunions d'étude sur les plans de l'aménagement du môle de Portu Cardu.

LAMBICCHI Pierre: (né en 1949)
Corse de Marseille. Cardiologue. Franc-maçon. Grand maître du Grand Orient de France en 2008.

LAMBRUSCHINI Raphaël: (dix-neuvième siècle)
Homme de lettres à Florence. En 1818, il est membre correspondant de la Société d'Instruction Publique du Département de la Corse.

LAMETA Dominique: (né en 1960)
Originaire d'Aiacciu. Musicien. Artiste peintre. Comédien. Réalisateur.

LA MOLA ?: (seizième siècle)
Bonifacien. Gouverneur de Bunifaziu. En 1556, soupçonné de complot avec les Génois, il est limogé par Sampieru Corsu, et remplacé par Jean de Cros.

LAMOTTE Pierre:
Archiviste paléographe (1948). Archiviste départemental de la Corse de 1949 à 1975. Il est le premier officiel à saisir l'importance de la découverte du site préhistorique de Filitosa. En 1953, il fonde La Corse Historique, archéologique, littéraire et scientifique, une revue trimestrielle, qui fusionnera plus tard avec le Bulletin de la Société des Sciences, pour prendre le nom d'Etudes Corses. Premier archiviste départemental de la Corse-du-Sud de 1975 à 1989. Auteur de La Marine de Guerre de Pascal Paoli, paru en 1960.

LAMPERTI Gracieux dit Jojo: (1933-2002)
Natif de Calacuccia. Boxeur professionnel (poids plume), licencié au Ring Ajaccien. Sa carrière s'étend de 1953 à 1963 (66 combats, 49 victoires (24 par KO), 13 défaites (4 par KO) et 4 nuls). Champion de France en 1959. Champion d'Europe de 1959 à 1962.

LAMPERTI Petru dit Petru di U Niolu: (1893-1966)
Né à Calacuccia. Poète. Collaborateur de A Muvra.

LANATA André Mathieu Vincent: (né en 1961)
Né à Chaumont (Haute-Marne). Originaire de Vallecalle. Fils de Vincent. Général de corps aérien. Nommé chef d'Etat-Major de l'Armée de l'Air en 2015. Commandeur de la Légion d'honneur. Commandeur de l'Ordre National du Mérite. Croix de Guerre TOE. Croix de la Valeur Militaire. Médaille de l'Aéronautique.

LANATA Vincent Paul André: (né en 1935)
Né à Bastia. Originaire de Vallecalle. Général d'armée aérienne. Chef d'Etat-Major de l'Armée de l'Air de 1991 à 1994. Grand'Croix de la Légion d'honneur.

LANCEL ?: (dix-neuvième siècle)
Chef de division au ministère de l'Intérieur, à Paris. Membre de la Société d'Instruction Publique du Département du Golu en 1803. En 1818, il est membre correspondant de la Société d'Instruction Publique du Département de la Corse.

LANCIONI Philippe: (?-1943)
Originaire de U Viscuvatu. Résistant. Il saute sur une mine au cours d'une mission, lors des combats de la libération de la Corse, en 1943. Son nom figure sur le Monument aux Morts de la commune de Bastia.

LANDEAU Rémy E.: (1859-1934)
Né à Sèvres (Hauts-de-Seine) . Artiste peintre (paysages). Il séjourne régulièrement en Corse. Il adresse au Salon des Artistes Français de 1927, un tryptique intitulé Le vieux port de Bastia (Corse) et Vieille rue de Bastia (Corse), à celui de 1928, Le vieux port de Saint-Florent (Corse), à celui de 1929, La marine de Saint-Florent (Corse), à celui de 1930, Village corse, Saint-Florent, à celui de 1931, Algajola (Corse), à celui de 1932, Le vieux port de Bastia (Corse) et La marine d'Erbalunga (Corse), et à celui de 1933, Village corse. Au Salon d'Hiver de 1929, il présente sept tableaux: Les cyprès (Corse), Maisons de pêcheurs, Saint-Florent (Corse), Le port, Saint-Florent (Corse), Eucalyptus (Corse), L'église de Saint-Florent (Corse), L'église de Patrimonio (Corse), et Caboteur italien à Bastia (Corse). Au Salon des Artistes Indépendants de 1930, il expose Le vieux port de Bastia (Corse) et Le cyprès, Saint-Florent (Corse), et à celui de 1931, La citadelle (Corse) et La corniche, Porto Vecchio. Au Salon d'Automne de 1933, il présente Les arcades d'Algajola (acquis par l'Etat).

LANDI Michel: (né en 1932)
Originaire de San Gavinu di Carbini. Artiste affichiste. Créateur d'affiches de cinéma depuis 1962. Il réalise plus de 1000 affiches de films comme Il était une fois dans l'Ouest ou Jamais plus jamais. César de l’affiche pour le film Harem en 1986.

LANDINI Silvestro: (1503-1554)
De Ligurie. Ecclésiastique. Prêtre jésuite. En 1552, il arrive en Corse, à Bastia, avec les premiers Jésuites envoyés par Ignace de Loyola, en tant que visiteur et commissaire apostolique. Il constate que la plupart des prêtres de l'Ile ne savent pas lire, et ne connaissent ni le latin, ni les formules des sacrements. Il demande l'autorisation de fonder un collège à Bastia, mais le projet n'aboutit pas. Il est considéré comme le Messie, en Corse. Il décède de la peste à Bastia, où il est inhumé dans l'église cathédrale Santa Maria.

LANDOLFI Jean-Martin: (?-1870)
Originaire de Siscu. Militaire. Il est tué en 1870, lors de la guerre franco-prussienne de 1870-1871. Son nom figure sur le Monument aux Morts de la commune de Siscu.

LANDOLFINI Chérubin: (1930-2013)
Originaire de A Venzulà. Militaire (Infanterie de Marine). Ancien combattant d'Indochine et d'Algérie. Médaille Militaire. Croix de Guerre (deux citations). Contrôleur divisionnaire des impôts.

LANDOLFO (LANDOLFUS): (onzième siècle)
Evêque d'Aleria de 1093 à 1098. En 1095, à la demande de Hugues, marquis de Massa, il cède au ministère de La Gorgona, l'église de Santa Riparata di Balagna, avec ses dépendances, en échange de douze deniers de Lucques que le monastère lui devra chaque année. Les moines lui accordent en plus un terrain dans la plaine d’Aleria. En 1095, en signe de reconnaissance pour l’accueil solennel reçu à Pise par les moines de San Vito et La Gorgona, il accorde à l’abbé Pisanus une réduction de huit deniers sur la somme de douze deniers de Lucques à laquelle il a droit chaque année pour l'église de Santa Riparata di Balagna.

LANDOLFO: (douzième siècle)
Evêque du Nebbiu, en 1137, il fait don au monastère de La Gorgona d’une église et des biens lui appartenant. En 1138, construction de la cathédrale du Nebbiu: Santa Maria di l'Assunzione, dont il est l'évêque. La même année, il concède au monastère de San Giorgio, l'église San Petru de Mosenthana et des revenus de la dîme de Santa Maria di l'Assunzione di Nebbiu. En 1176, à la demande du pape Alexandre III, il intervient dans un différend entre le Pievanu de Luri et le monastère de La Gorgona, qu’il règle en 1177.

LANDOLFO: (treizième siècle)
Evêque d’Aleria en 1257.

LANDOLPHE: (?-1080)
Archevêque de Pise de 1077 à 1080. En 1073, le pape Grégoire VII lui confie pour mission de gouverner la Corse au nom du Saint-Siège. Il devient Légat Pontifical à Perpétuité et reçoit le titre d’Archevêque.

LANDOUZY Bernard:
Préfet de la Région Corse et du Département de la Corse du Sud de 1985 à 1986.

LANDRON Dominique:
Originaire du Pas-de-Calais. Installé à Porti Vechju depuis 1975. Président de la Cinémathèque Régionale de Corse. Chroniqueur sur la station radiophonique France Bleue Frequenza Mora (RCFM). Membre du Syndicat National des Critiques de Cinéma.

LANDRY Adolphe Michel Auguste: (1874-1956)
Né à Aiacciu. Fils de Timothée. Agrégé de philosophie. Professeur à la Sorbonne. Démographe. Economiste. Maître de conférence à l'Ecole des Hautes Etudes en 1907. Conseiller général de Calvi de 1910 à 1951. Député de Calvi de 1910 à 1919, de la Corse de 1919 à 1928, d'Aiacciu-Calvi de 1928 à 1932 et de 1936 à 1942. En 1914, il s'oppose fermement au projet du gouvernement qui propose de retirer 200000 francs au budget alloué aux travaux d'assainissement de la Corse. En 1919, il fonde le Parti Républicain Démocratique et Social (PRDS). Président du Conseil Général de la Corse de 1919 à 1921, de 1923 à 1924, de 1927 à 1930 et de de 1937 à 1938. Maire de Calvi de 1919 à 1956 (destitué par le régime de Vichy en 1940). Plusieurs fois ministre (de la Marine en 1920, de l'Instruction Publique en 1924, du Travail et de la Prévoyance Sociale en 1931). Elu sénateur de la Corse en 1930, il cède son siège à Paul Lederlin. En 1940, il refuse les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain (par une abstention volontaire). Elu conseiller général de Calvi en 1945. Elu député de la Corse à la Première Assemblée Constituante de 1945, réélu à la Deuxième en 1946. Sénateur de la Corse de 1946 à 1955. Président de la Commission Supérieure des Allocations Familiales après la Libération. Maire de Calvi en 1947. Il collabore à de nombreuses revues. Auteur de La Responsabilité pénale, en 1902, L'Intérêt du Capital, en 1904, Les Principes de morale rationnelle, en 1905, Un manuel d'économie, en 1908, Oeuvres choisies éditées en 1921. La Révolution Démographique, en 1934, et Traité de Démographie, en 1945. Il décède à Paris en 1956. Officier de la Légion d'Honneur.

LANDRY David-Marie: (1728-1781)
Originaire de canton de Neuchâtel, en Suisse. Architecte. Exploitant de moulins et de forges implantés sur les bords de l'Areuse. Le premier Landry à s'installer en Corse.

LANDRY Eugène Adolphe: (1872-1913)
Né à Aiacciu. Docteur ès lettres. Professeur. Ecrivain. Poète. Maitre de conférences à la Faculté de Lettres de Grenoble.

LANDRY François Timothée: (1768-1805)
Originaire de canton de Neuchâtel, en Suisse. Officier de marine. Il combat à Aboukir, en Méditerranée, puis aux Antilles.

LANDRY Joseph Eugène: (1804-1864)
Originaire de canton de Neuchâtel, en Suisse. Fils de François Timothée. Chef de division à la préfecture d'Aiacciu. Conseiller municipal d'Aiacciu en 1860. Chevalier de la Légion d'Honneur.

LANDRY Marie Joséphine: (1877-1968)
Originaire d'Aiacciu. Docteur en médecine. Elle est l'une des premières femmes à accéder à l'internat des Hôpitaux de Paris. Première femme à accéder au statut de chef de clinique.

LANDRY Timothée: (1841-1912)
Né à Aiacciu. Avocat en 1861. Avocat au barreau d'Aiacciu en 1869. Procureur de la République à Bastia en 1870. Président du tribunal civil d'Aiacciu de 1871 à 1884. Il s'oppose au préfet de la Corse dans l'affaire Saint-Elme en 1883, et doit quitter l'Ile. Procureur de la République à Chambéry, puis à Nîmes, et enfin à Paris. Républicain sous l'Empire. Membre de la loge maçonnique ajaccienne La Réunion. Auteur, en 1867, de 2 fascicules intitulés Lettres d'un électeur à son Altesse le prince Charles Bonaparte, candidat au conseil général dans le canton d'Ajaccio et La Protection en Corse. Fondateur du domaine viticole du Clos Landry, à Valle di Legnu, près de Calvi. Il décède à Paris en 1912.

LANDUCCI Alfred Dominique Germain: (1897-1962)
Né à Sartè. Engagé volontaire de la Première Guerre Mondiale (Capitaine d'Artillerie de réserve). Licencié ès-Sciences. Dîplomé de Mécanique Appliquée. Licencié en Droit. Ingénieur chimiste. Président de la Société KODAK PATHE en 1950. Président de l'Association des Anciens Elèves de l'Institut de Chimie de Paris. Vice-président de l'Union des Industries Chimiques. Président du Comité Technique de l'Union des Industries Chimiques. Président du Syndicat Général des Indistries Photographiques et Cinematographiques Substandard. Président du Conseil National de la Photographie. Président de la Commission de la Chimie aux IIème et IIIème Plans. Conseiller du Commerce Extérieur. Commandeur de la Légion d'Honneur. Croix de Guerre 14-18. Croix du Combattant Volontaire. Commandeur de l'Ordre des Palmes Académiques. Commandeur de l'Ordre de l'Economie Nationale. Commandeur de l'Ordre de la Santé Publique. Médaille trentenaire du Travail.

LANFRANCHI ?: (dix-neuvième siècle)
Capitaine au service du Roi de Naples Joachim Murat. En 1815, il fait partie de l'expédition de Joachim Murat qui aborde en Calabre, à Pizzo. Il est blessé, emprisonné, puis jugé. Il sera libéré grâce à l'intervention du Roi Louis XVIII.

LANFRANCHI Ange-Marie: (1832-1873)
Né à Aiacciu. Sculpteur. Protégé de Lucien Bonaparte. Trois de ses statues sont exposées au Musée d'Aiacciu: La Méditation, Le Printemps et Le Préfet Lantivy.

LANFRANCHI Anton Francescu: Voir DEFRANCHI Anton Francescu.

LANFRANCHI Dumenicu: (dix-neuvième siècle)
Maire de Guttera en 1835.

LANFRANCHI Francescu Maria (Cecce): (né en 1965)
Né à Livia. Professeur de corse. Parolier. Poète. Il publie ses poèmes dans un recueil collectif Parulle d'Oghji, paru en 1990. Membre du groupe Canta u Populu Corsu, avant de quitter celui-ci afin de cofonder, en 2007, le groupe Novi. Il collabore à la revue littéraire A Pian' d'Avretu, de l'association Embiu di Quinci (Sintineddi, 1991).

LANFRANCHI François: (1925-2015)
Originaire de Guttera. Ancien combattant de la Deuxième Guerre Mondiale. Maire de Guttera de 1959 à 1989.

LANFRANCHI (de) François:
Archéologue. Docteur en préhistoire. Responsable scientifique du Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques de l'Alta Rocca (CERAAR). Directeur, avec Michel-Claude Weiss, de l'Institut Corse d'Etudes Préhistoriques, en 1970. En 1972, à Araguina-Sennola, avec Michel-Claude Weiss, il découvre le squelette de la Dame de Bunifaziu, datant de 6600 ans avant notre ère, En 1995, il met à jour, à Altaghjé, le premier exemple de proto-urbanisation en Corse profonde, dû aux montagnards du néolithique au IVème Millénaire avant Jésus Christ. Fondateur du musée de Livia. Auteur de La civilisation des Corses: les Origines, avec Michel-Claude Weiss, en 1973, de Civilisations perdues en Alta Rocca, paru en 1975, de Capula. Quatre millénaires de survivances et de traditions, paru en 1978, de L'Aventure humaine préhistorique en Corse, , avec Michel-Claude Weiss, paru en 1997, de Le secret des mégalithes, paru en 2000, de Capula, 35 siècles d'Histoire. La période médiévale, avec José Alessandri, paru en 2013...

LANFRANCHI Horace: (né en 1935)
Né à Calvi. Directeur d'école. Homme politique (droite). Maire de Saint-Maximin (Var) de 1995 à 2002. Elu Conseiller Général du Var en 1998. Elu président du Conseil Général du Var en 2002.

LANFRANCHI Ignace: (1841-1871)
Originaire de Guttera. Lieutenant au 2ème Régiment de Ligne. Il est en 1871, lors de la guerre franco-prussienne de 1870-1871. Son nom figure sur la Plaque Commémorative, de la commune de Guttera.

LANFRANCHI Jean-Pierre:
Comédien. Metteur en scène. Chanteur du groupe Tavagna depuis sa création en 1979. Professeur d'Education Physique. Enseignant à l'Atelier d'Art Dramatique du Centre Culturel de Bastia. Membre de la troupe théâtrale A Cumpagnia di l'Olmu, puis du Teatru di a Musica e a Testa Mora. Membre du Teatrinu. En 1996, au théâtre municipal de Bastia, il met en scène une adaptation en corse par Pierre Agostini de l'Etat de Siège d'Albert Camus. Il met en scène A Pesta, puis au sein de la compagnie Unità Teatrale dont il est le fondateur en 1999, un grand nombre d'œuvres théâtrales comme Signore Magu, A Moresca di Corsica, A l'Antigona, Chjarasgetu, Sogni à l'arrizzà, dans lesquelles la langue corse tout autant que le chant tiennent une place prépondérante, avec l'implication du groupe Tavagna. Unità Teatrale est également organisatrice du Festival de Théâtre Corse E Teatrale, à Bastia.

LANFRANCHI Marc:
Originaire de Guttera. Auteur de Mémoires de Paul-Astolphe Lanfranchi, instituteur à Guttera (1835-1875), suivi de la Correspondance d'un lycéen à son père, paru en 1990.

LANFRANCHI Marc Antoine: (1932-2013)
Originaire de Cuzzà. Chef inspecteur divisionnaire de Police Judiciaire. Chevalier de la Légion d'Honneur. Chevalier de l'Ordre National du Mérite. Croix de la Valeur Militaire.

LANFRANCHI Marcu:
Originaire de Guttera. Fondateur des bains de Guttera, en 1823.

LANFRANCHI Mireille: (née en 1955)
Militante nationaliste. Professeur des écoles. Conseillère municipale de Vighjaneddu. Conseillère territoriale (Corsica Nazione) de 1998 à 2004.

LANFRANCHI Oraziu (VIE (della) Oraziu): (seizième siècle)
Notable corse de Livia. En 1585, il est l’un des Nobili Sei du Dilà. En 1590, Oratore du Dilà, il en appelle au Sénat de Gênes contre le tarif des remboursements des dettes contractées par les agriculteurs, fixé par le commissaire d'Aiacciu, malgré l'avis des représentants des populations.

LANFRANCHI Pierre:
Originaire de L'Ortale d'Alisgiani. Journaliste. Correspondant de l'AFP en Corse. Auteur de Ne pas subir, mes campagnes, ma captivité, mon évasion (1914-1918), en 2014, qui relate la Grande Guerre de son grand-père Petru Ghjuseppu Lanfranchi.

LANFRANCHI Séverin: (1845-1870)
Originaire de Guttera. Lieutenant au 56ème Régiment de Ligne. Il est en 1871, lors de la guerre franco-prussienne de 1870-1871. Son nom figure sur la Plaque Commémorative, de la commune de Guttera.

LANFRANCHI Simone Francescu: (dix-septième siècle)
De Livia. Fils d’Oraziu. En 1630, il est nommé chevalier du Saint Sépulcre. En 1633, il veut repeupler et exploiter la région de Valle di Prunu, près de Porti Vechju; Gênes lui refuse la concession du lieu.

LANFRANCHI-BERETTI Catalina: (née en 1905)
De Suddacaro. Poète improvisateur de langue corse. Auteur de L'Alba chjara, poèmes, paru en 1975. Elle collabore à la revue A Spannata et à des ouvrages anthologiques.

LANFRAY Jean-Louis: (vingtième siècle)
Né à Alençon (Orne). Artiste peintre (paysages). Au Salon des Artistes Français de 1914, il expose deux gouaches Scala Mater: Corse et Eucalyptus, Porto, Corse.

LANG Jean-Pierre: (né en 1937)
Originaire de Sari d'Orcinu. Musicien. Auteur-compositeur. Parolier de chansons. Auteur de textes à succès. Auteur de musiques de films. Administrateur, puis vice-président de la Société des Auteurs Compositeurs et Editeurs de Musique (SACEM). Président de l'Union Nationale des Auteurs et Compositeurs (UNAC).

LANGUASCO ?: (dix-huitième siècle)
Patron de marine d’Oneglia. En 1763, il commence à fréquenter l’escale de L’Isula.

LANGASCO (da) Ambrosino: (quinzième siècle)
Capitaine milanais. En 1477, la Duchesse de Milan, Bonne de Savoie, l’envoie en Corse avec 1500 soldats. Il se fait pour alliés de nombreux Caporali. Avec eux, il se lance à la poursuite de Tomassino da Campofregoso qui s'est réfugié à Biguglia. Il le bat et le fait prisonnier. Il convoque des assemblées dans l'église de La Canonica. Les partisans de Tomassino da Campofregoso y sont pardonnés. Puis, il est à Bastia, où il fait mettre en prison les seigneurs de Brandu, Giacobu de Gentile, et de Nonza, Carlu de Gentile, deux de ses plus puissants rivaux, partisans de Tomassino da Campofregoso. Il triomphe. Il place 20 fantassins à Corti, 20 à Bastia, 20 à San Fiurenzu, et 20 à Biguglia. Il s'installe à A Venzulà. Il restitue la Cinarca à Ghjuvan Paulu di Leca, sous réserve de la garder dans le giron de la duchesse régente Bonne de Savoie.

LANGENES Barent: (dix-septième siècle)
Géographe et éditeur aux Pays Bas. En 1599, puis en 1616, il dessine une carte de la Corse.

LANNES Jean: (1769-1809)
Duc de Montebello. Maréchal de France. En Septembre 1799, il est à Aiacciu, avec Napoléon Bonaparte, aux Milelli, avant que ce dernier ne quitte définitivement la Corse.

LANOY Rodolphe: (seizième siècle)
Français. Gouverneur de Gênes au nom du Roi de France Louis XII. En 1509, il obtient de l'Ufficio di San Giorgio, à la demande de la famille De Catanei, le pardon pour Rinucciu della Rocca, leur parent (il est le gendre de Cataneo de Catanei).

LANTIERI Dominique:
Journaliste et animatrice de télévision. Rédactrice en chef à l'agence Capa.

LANTIERI Jean-Baptiste (Ati): (né en 1948)
Né à Bunifaziu. Maire (droite) de Bunifaziu de 1989 à 2008. Conseiller général de Bunifaziu de 1986 à 2011. Conseiller territorial de 1998 à 2004. Co-président de l'Association Barcelone +10.

LANTIERI Laurent: (né en 1963)
Né à Paris. Originaire d'Aiacciu et Bunifaziu. Arrière-petit-fils de Dominique Versini. Petit-fils d'Alexandre Musso. Professeur agrégé en chirurgie plastique, spécialiste du visage. En 2010, il réussit, à l'hôpital de Créteil, une transplantation complète de visage (c'est une première mondiale).

LANTIVY de KERVENO (de) Gabriel Marie Jean Benoît: (1792-1866)
Comte. En 1824, il est nommé Préfet de la Corse. Il succède au vicomte de Suleau. Il ordonne, afin d’éviter les agressions, l’essartement sur une largeur de 20 mètres en aval et en amont des talus des routes d’Aiacciu à Bastia, de Bastia à San Fiurenzu et du golfe de Sagone à la forêt d’Aïtone, en sorte que leurs abords soient libres et plus sûrs. En 1825, il se rend à Reims au sacre de Charles X. Devant la recrudescence des nombreux homicides commis dans le Département il réitère l’interdiction du port d’armes de toutes catégories. Il fait venir du continent quelques milliers de plans de mûriers pour les distribuer gratuitement aux cultivateurs qui en feront la demande; 34000 plans sont délivrés. En 1826, il pose de la première pierre de l’Hôtel de Préfecture et de l’Hôtel de ville d'Aiacciu. En 1827, il s'oppose à la candidature de François Pozzo di Borgo à la députation. En 1828, il est nommé préfet des Basses-Alpes. L'hôtel de la préfecture d'Aiacciu (construit de 1826 à 1837) porte le nom de Palais Lantivy. Le théâtre d’Aiacciu, inauguré en 1830, s’appelle le Théâtre Saint Gabriel, en son honneur. Son portrait orne la grande salle de l'hôtel de ville d’Aiacciu.

LANTOINE Fernand: (1876-1955)
Né à Maretz (Nord). Artiste peintre (paysages, marines, scènes). Il adresse au Salon des Artistes Indépendants de 1914 une peinture intitulée Les eucalyptus (Corse).

LANZALAVI Ange: (né en 1938)
Né à Omessa, hameau de Francardu. Musicien (mandoline). Compositeur. Accompagné de sa mandoline, il parcourt le répertoire de la musique traditionnelle corse. Il joue également en trio avec Jérôme Ciosi (guitare, contrebasse et cetera) et Bruno Tafani (accordéon).

LANZALAVI Dominique: (né en 1970)
Né à Lumiu. Journaliste. Historien. Réalisateur. Spécialiste de la politique en Corse après la Libération. Chroniqueur d'un magazine de santé à la télévision (France 5) en 2001. Auteur de documentaires: U Grande Moro, un portrait de Vincent de Moro Giafferi, considéré comme l'un des plus grands avocats du barreau français; 1943-1944, le laboratoire corse (2007); Une élite corse, les grands élus de la IIIe République (2009), Les Républicains espagnols d'Ajaccio, Sixte Ugolini: un omu imegnatu, A Mandolina d'Ange, Lucien Bonaparte, le frère rebelle... et de livres: Corse, les voix de l'avenir (2003), Vincent de Moro-Giafferi, défendre l'homme toujours (2011), Cabarets corses, au temps des guitares (2014)...

LANZI Jean: (vingtième siècle)
D'Aiacciu. Frère de Laurent. Négociant en tissus. Correspondant de la Compagnie Générale Transatlantique. Censeur de la Banque de France à Aiacciu. Président de la chambre de commerce d'Aiacciu en 1908. Vice-président de Syndicat d'Initiative de la Corse en 1911. Conseiller municipal républicain d'Aiacciu de 1900 à 1904 et de 1919 à 1925.

LANZI Laurent: (dix-neuvième siècle)
D'Aiacciu. Frère de Jean. Négociant en tissus. Correspondant de la Compagnie Générale Transatlantique. En 1889, à Aiacciu, il est à l'origine de la création d'un Comité de Propagande Républicaine.

LAOT Albert:
Directeur des douanes. Auteur de Histoire de la Douane en Corse, paru en 1987.

LAPEYRE Tony: (?-1988)
Sous-lieutenant de sapeurs pompiers. Il est tué au feu lors d'un incendie à Castirla en 1988.

LAPEZ Simone: (vingtième siècle)
Née à Paris. Artiste peintre (paysages). Au Salon des Artistes Français de 1932, elle expose une peinture intitulée La tour de Calvi (Corse).

LAPI (de) Dominico: (quinzième siècle)
Graveur italien. En 1476, à Bologne, il grave une carte de la Corse de Taddeo Crivelli.

LAPICQUE Charles: (1898-1988)
Né à Theizé (Rhône). Artiste peintre. Il séjourne en Corse au début des années 1920. Il adresse au Salon des Artistes Indépendants de 1926 une peinture intitulée Poggio (Corse), Il réalise de nombreuses oeuvres sur la Corse.

LAPIERRE Marcelle: (vingtième siècle)
Artiste peintre. Elle adresse au Salon des Artistes Indépendants de 1952 deux peintures intitulées Rue de Calvi, le port (Corse) et Rue de Calvi, la citadelle.

LAPINA Robert: (1907-1943)
Né à Rapale. Ouvrier antifasciste. Résistant. Membre du Front National de la Résistance (FNR). Lors d'un débarquement de munitions pour le Front National de la Résistance (FNR), il est blessé Casta, par les Italiens, il réussit à regagner son village, mais, après dénonciation, il est arrêté par les Chemises Noires et torturé. Il est fusillé en Août 1943. Reconnu Mort pour la France. Son nom figure sur le Stèle Commémorative de la commune de Rapale et sur le Livre d'Or de la Résistance de la commune de Sartè.

LAPIS Giovanni ou Girolamo: (dix-huitième siècle)
Graveur italien. En 1769, il édite une carte de la Corse.

LAPITO Louis-Auguste: (1803-1874)
Né à Joinville-le-Pont (Val-de-Marne). Artiste peintre (aquarelliste, miniaturiste, paysages). Il séjourne en Corse en 1827. Il adresse au Salon des Artistes Vivants de 1836 une peinture intitulée Vue de Corte, à celui de 1837, Vue prise à Olmeto, à celui de 1838, Pont sur la route de Sartène, à celui de 1844, Souvenir de Corse, à celui de 1861, Vue de la ville et du port de Bastia, et à celui de 1865, Vue de la ville d'Ajaccio au soleil couchant. Chevalier de la Légion d'Honneur.

LAPLAYNE Jean-René: Voir CHIOCCA Jean.

LAPORTE Georges: (1926-2004)
Né à Paris. Artiste peintre de renommée mondiale. Il expose en Corse dans les années 1970 et 1990. Auteur d'un grand format Vieux port de Bastia. Nombre de ses oeuvres sur la Corse sont éditées en cartes postales.

LAPRADE Marcelle: Voir CONRAD Marcelle.

LAREDO Norbert: (né en 1950)
Formateur. Militant nationaliste et écologiste (I Verdi Corsi). Elu conseiller territorial (Corsica Nazione) de 1992 à 1998.

LARMINIER Jean-Pierre:
Ecrivain. Romancier. Ancien ingénieur et instructeur parachutiste, il se reconvertit aux métiers de berger et de bûcheron dans les montagnes d'Auvergne. Auteur de Les fossoyeurs (2005), Les bergers (2006), parus aux éditions Albiana, Le chaman blanc (2008), qui sont des romans avec toujours pour toile de fond la Corse, son maquis, et les ombres qui l'habitent. Auteur d'un ouvrage sur le procès Colonna, Claude Erignac et Yvan Colonna, deux victimes pour une affaire d'état, en 2008.

LARNAGE (de) ?: (dix-huitième siècle)
Colonel de l’armée française. En Février 1740, lors d’une opération contre les insoumis de l’Altu Taravu, les habitants de Zicavu, avec leur chef Frédéric de Neuhoff, se réfugient dans les montagnes du Cusciu. Furieux, ses soldats saccagent et brûlent le couvent et une trentaine de maisons du village.

LAROCHE du MAINE (de) ?: (seizième siècle)
Comte. Militaire français. En 1535, il défend, avec son armée au service de François 1er, la place forte de Fossano, près de Cuneo, en Italie. Sampieru Corsu est à ses côtés.

LA ROSSAT (de) Damianu: (dix-neuvième siècle)
Né à Lavatoghju. Fils de Ghjuvan Battista. Maire de Lavatoghju en 1865.

LA ROSSAT (de) Ghjuseppu: (dix-neuvième siècle)
Né à Algaiola. Receveur principal des Douanes Royales en 1817.

LA ROSSAT (de) Ghjuvan Battista: (1792-1870)
Né à Algaiola. Fils de Ghjuseppu. Receveur principal des Douanes Royales.

LA ROSSAT (de) Luigi: (dix-huitième siècle)
De Balagna. Receveur des Domaines du Roi au département d'Aleria. Membre du premier Jury départemental institué en Corse en 1792.

LA ROSSAT (de) Petru: (1797-?)
Né à Algaiola. Fils de Ghjuseppu. Capitaine des Douanes Royales.

LASSENCE (de) Paul: (1886-1962)
Né à Bruxelles (Belgique). Artiste peintre (paysages). Il séjourne en Corse à la fin des années 1910. Il adresse au Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts de 1923 une peinture intitulée Le golfe d'Ajaccio, à celui de 1924, Temps orageux dans les Calanches (Corse), à celui de 1926, La vallée du Tavignano (Corse), Le golfe de Porto (Corse) et La route du Salario (Ajaccio), à celui de 1927, Après-midi d'été à Ajaccio (Corse) et Récifs sur le golfe de Porto, à celui de 1929, deux dessins, Evisa (Corse) et Les châtaigniers à Evisa (Corse), à celui de 1930, un dessin, Bocognano (Corse), et, enfin, à celui de 1938, une peinture intitulée Corse. Au Salon des Artistes Indépendants de 1926, il expose Les Calanches de Piana (Corse) et Le golfe d'Ajaccio (Corse). Au Salon d'Automne de 1929, il présente Temps orageux à Piana. En 1939, à la Galerie l'Equipe, à Paris, il expose Route du Salario, Ajaccio et Les gorges de Porto. Auteur également de Temps orageux en Corse et Les Calanches de Piana (Corse), peints en 1923.

LATOUR du MOULIN ?: (vingtième siècle)
Comte. Président de la Société Française des Automobiles en Corse. En 1901, à Bastia, il fait débarquer un matériel roulant, appelé à remplacer les vieilles voitures du service postal.

LATROBE Joachim: (dix-neuvième siècle)
Négociant à Bastia. Chef de division au ministère de la Guerre à Paris. Membre, en 1803, de la Société d’Instruction Publique du Département du Golu. En 1818, il est membre correspondant de la Société d'Instruction Publique du Département de la Corse.

LATTRE Jean: (1727-1795)
Graveur et éditeur à Paris. En 1783, il édite une carte de la Corse.

LAUBERT Gustave: (1821-1880)
Ecrivain. Il effectue un séjour en Corse en 1840.

LAUDATO Gilbert:
Originaire d'Aiacciu. Chanteur de variétés.

LAURELLI ?: (dix-neuvième siècle)
Notable du Fiumorbu. En 1816, il est un des partisans de Bernardinu Poli, réfugié dans le Fiumorbu.

LAURELLI Dominique-Antoine: (1900-1991)
Né à L'Isulacciu di Fiumorbu. Député (droite) de Saint-Pierre-et-Miquelon de 1947 à 1951 et de 1959 à 1962. Il décède à Paris en 1991.

LAURELLI Carlu: (1764-1808)
Né à Isulacciu di Fiumorbu. En 1807, il demande au général Joseph Morand, et obtient, la révocation du Juge de Paix du Fiumorbu, Martinetti, et récupère le poste pour lui. Ce qui va créer une situation de conflit. Les gendarmes, commandés par Emily d'Ornano, sont envoyés sur place. Des affrontements ont lieu entre les gendarmes et les paysans du Fiumorbu. Le général Joseph Morand décide alors d’intervenir. Il le convoque, à Vivariu, le renvoie dans le Fiumorbu. Une commission militaire, assemblée à Corti, le condamne à mort, avec dix autres paysans.

LAURENT (Saint): (210-258)
Voir GREGOIRE 1er.

LAURENT Paul: (vingtième siècle)
Artiste peintre. Il adresse au Salon des Artistes Indépendants de 1942 une sépia et sanguine intitulée Santo Pietro (Village Corse).

LAURENTI Leonardus: (huitième siècle)
Notaire, en 719, il passe acte à Fogata, dans le lieu dit Marcoriu de la donation, par le gouverneur Roland, de quelques terres aux couvents de la corse.

LAURENTI Jean-Paul: (1921-1945)
Né à Quenza. Capitaine. En 1927, il quitte son village natal avec sa famille (ses parents et ses trois frère et soeurs ) et va s'installer à Sens (Yonne) où son père, grand mutilé de la guerre 1914-1918 est nommé à un emploi réservé au lycée de la ville. C'est là, qu'en 1940, ayant échoué dans une tentative d'évasion pour rejoindre le général De Gaulle et les Forces Françaises Libres à Londres, il milite activement dans la Résistance. En Octobre 1944, la ville de Sens ayant été libérée, il s'engage dans l'armée française. Au sein de sa compagnie, il rejoint la 1ère Armée du général De Lattre de Tassigny et plus précisément le 1er Bataillon de Choc. En Décembre 1944, il prend part aux difficiles combats du col de Thann, dans les Vosges. Le 1er Bataillon de Choc est bientôt engagé dans la bataille de Colmar pour faire la décision face à une farouche résistance allemande dans ces derniers et meurtriers combats sur le sol français. Il est tué le 30 Janvier 1945 à Jebsheim. Reconnu Mort pour la France. Après de grandioses funérailles à Sens il est inhumé au cimetière de la ville dans le caveau familial. Son nom figure sur le Monument aux Morts de la commune de Quenza.

LAURENTIUS: (quinzième siècle)
Evêque de Sagone de 1493 à 1509.

LAURIERE Jules: (dix-neuvième siècle)
Scientifique. Il effectue des recherches archéologiques sur le site d'Aleria en 1887.

LAURINE: (quatrième siècle)
Vierge et martyre chrétienne originaire d’Aleria (?). Martyrisée sous Dioclétien.

LAVAGNINO Emmanuelle: (seizième siècle)
Génois. En 1582, il est podestat de Bastia.

LAVEZZI Marie-Paule: (née en 1945)
Originaire de Sartè. Professeur de lettres classiques à Aiacciu. Poète. Auteur de Source des regards (1974), Les Yeux du vent (1979), Le Chant des brodeuses, (1988), Le Soleil sur le poing, 40 poèmes 1985-1994, (1995), Monologues, (2000), Le Livre ouvert, (2003)...

LAVIGNE Pierre: (dix-neuvième siècle)
Armateur. Maire de Bunifaziu.

LAVIGNE Pierre-Louis: (1901-1984)
Né à Bunifaziu. Ingénieur. Architecte. Il émigre au Cambodge. Conseiller de Bao Daï, puis de Norodom Sihanouk. Concepteur du Monument de l'Indépendance du Cambodge, à Phnom Penh.

LAVOUE Henri-Marie: (1883-1972)
Né à Baugé (Maine-et-Loire). Artiste peintre (paysages). Enseignant au collège d'Aiacciu en 1915. Il adresse au Salon d'Automne de 1919 une esquisse intitulée Le port d'Ajaccio.

LAVRUT Louise: (1874-1956)
Née à Limours-en-Hurepoix (Essonne). Artiste peintre (pastels, portraits, scènes intimistes). Elle adresse au Salon des Artistes Indépendants de 1932 une peinture intitulée Jeune fille corse.

LAWRENCE Thomas (Sir): (1769-1830)
Peintre anglais. En 1797, il effectue un portrait de Pasquale Paoli, commandé par la poétesse anglaise Harriet Lee. Ce tableau est vendu à Londres, chez Christie's, en 1861.

LAZAGNA Giovanni Battista: (dix-septième siècle)
Génois. En 1611, il devient seigneur de l'étang de Diana et de l’île de Santa Margarita par bail emphytéotique, moyennant une redevance annuelle de quatre-vingt-dix écus, à l'évêque d'Aleria. Gouverneur de la Corse en 1637. Il succède à Constantino Doria. Il est remplacé, en 1639, par Agostino Centurione.

LAZAGNA Paolo: (seizième siècle)
Génois. En 1542, il est gouverneur de la Corse. Il succède à Francesco Lucciardo de Franchi. Il réside à Calvi pour accélérer la construction des fortifications de la ville. Il est remplacé, en 1543, par Giovanni de Salvago.

LAZAGNA Paolo Vincenzo: (1639-?)
Génois. Commissaire de la République de Gênes à Bunifaziu, en 1683 et 1684.

LAZARINI Anton Ghjacumu: (dix-huitième siècle)
Député pour la communauté de A Petra Curbara, en Juin 1794, il participe à la Cunsulta Generale di Corti, qui approuve l’action de Pasquale Paoli et se prononce pour la rupture avec la France. Il adopte la Constitution du Royaume de Corse (anglo-corse), votée par la Cunsulta Generale, qui est une Constitution Monarchique, en 12 titres et 75 articles.

LAZAROTTI Antoniu Sebastianu: (dix-neuvième siècle)
Négociant à Bastia. Capitaine de la Garde Nationale de Bastia en 1830. Membre élu de la première Chambre de Commerce de Bastia en 1843. Maire de Bastia de 1843 à 1848. Chevalier de la Légion d'Honneur.

LAZAROTTI Lisandru: (dix-neuvième siècle)
Descendant du comte Rafaelle de Casabianca. Maire de Bastia sous Louis-Philippe et Napoléon III. Il est à l'origine de la création du port de commerce de Bastia.

LEANDRI ?: (dix-neuvième siècle)
Gendarme de la brigade de Linguizetta. En 1835, à Corti, avec le brigadier Acquatella, ils abattent le bandit Carlu Dumenicu Prosperi.

LEANDRI Antoine: (1861-1934)
De Santa Lucia di Taddà. Avocat. Journaliste. Bonapartiste virulent. Dreyfusard. En 1885, il est directeur politique de l'hebdomadaire (du Dimanche) bonapartiste, révisionniste et plébiscitaire, La Défense, de Bastia. En 1887, dans un manifeste affiché sur les murs d'Aiacciu, il écrit: Ne comptons plus que sur nous-mêmes pour délivrer la Corse de ses oppresseurs. Aux Armes! A moi les Corses, les opprimés, les vaillants ! Il prend le maquis. Avec son frère Jacques, ils sont à l'origine d'en mouvement de révolte vite réprimé. Le Petit Bastiais annonce la fin de l'Affaire Leandri, la bande des hommes en armes s'étant disloquée à Carghjaca. Cette affaire a été fortement grossie par la presse parisienne (notamment par Le Gaulois): Elle a fait couler beaucoup plus d'encre que de sang en Corse. Le journal satirique bastiais La Corse Libre tourne l'affaire en farce. Le Petit Bastiais écrit ce n'était qu'une agitation théâtrale, animée par un Fra Diavolo d'opérette... Avec son frère, ils comparaissent devant la Cour d'Appel de Bastia pour répondre de l'accusation de Provocation suivie ou non d'effet par placards ou affiches exposés aux regards du public (incitant) à des crimes et délit. Ils sont condamnés à des peines légères. Maire de Pinu.

LEANDRI Bernard: (1868-1942)
Né à Penta di Casinca. CHef de bataillon. Surnommé Trompe-la-Mort, il est le militaire le plus décoré de la Guerre 14-18 pendant laquelle il a été blessé 21 fois et cité 33 fois. Premier chef de bataillon à avoir reçu le Cordon d'Officier de la Légion d'Honneur (en 1916, sur le champ de bataille et par Georges Clémenceau lui-même) depuis la création de cet ordre. Directeur de la prison militaire du Cherche-Midi, à Paris. Avocat à la Cour d'Appel de Paris. Grand-Officier de la Légion d'Honneur. Croix de Guerre 14-18 avec palme. Officier du Nicham Iftikar. Une rue de Paris porte son nom (Rue du Commandant Léandri).

LEANDRI Christelle:
Originaire de Balagna. Docteur en chimie. Co-fondatrice, en 2009, de la société Ecce Donna, qui conçoit, fabrique et commercialise des produits cosmétiques labellisées.

LEANDRI Daniel: (né en 1943)
De Santa Lucia di Taddà. Ancien brigadier de police devenu l'un des plus proches conseillers de Charles Pasqua. Il négocie avec les nationalistes de François Santoni lorsque Charles Pasqua devient ministre de l’Intérieur. Il est encore là quand Jean-Louis Debré le devient à son tour. Il est également le Monsieur Afrique de Charles Pasqua. Salarié d'Elf-Aquitaine International (EAI), il est placé en garde à vue pour recel d'abus de biens sociaux dans l’Affaire Elf en 2001 et condamné à 10 mois fermes en 2003.

LEANDRI Désiré: (1926-2008)
Né à Granaccia. Maire de Granaccia de 1989 à 2008. Chevalier des Palmes Académiques.

LEANDRI Didier (Desideriu), alias Desl: (né en 1974)
Originaire d'Ulmetu. Dessinateur. Designer. Créateur des émoticorses (émoticones corses). Auteur d'un livre pour enfants L'éveil des ages en 2011.

LEANDRI Dominique Antoine: (1867-1939)
Né à Zicavu. Militaire. Engagé volontaire en 1886. En 1892, il est sous-lieutenant au 5ème Régiment des Chasseurs d'Afrique. Il participe à la campagne de Fez, en 1911. Il rentre en France en 1915. Chef d'escadron au 8ème Régiment de Cuirassiers en 1916, il termine la guerre avec le grade de colonel et la Croix de Guerre avec 8 Palmes et 2 Etoiles. Général en 1922. Après un séjour en Algérie, il est mis à la retraite en 1927 et se retire en Corse. Grand officier de la Légion d'Honneur. Commandeur de l'Ouissam-Alaouite. Médaille de la Valeur italienne. Médaille de la Distinguished Service Cross américaine. Médaille de la Croix des Vaillants polonaise. Il décède à Nice en 1939.

LEANDRI Dumenicu (Linguacciutu): (1700-1764)
Né à Zicavu. Il participe à la Cunsulta de Zicavu, tenue par Sebastianu Costa, en Août 1735. Capitaine du Roi Théodore en 1736.

LEANDRI Don Ghjuseppu: (dix-huitième siècle)
Député pour la communauté de Patrimoniu, en Juin 1794, il participe à la Cunsulta Generale di Corti, qui approuve l’action de Pasquale Paoli et se prononce pour la rupture avec la France. Il adopte la Constitution du Royaume de Corse (anglo-corse), votée par la Cunsulta Generale, qui est une Constitution Monarchique, en 12 titres et 75 articles.

LEANDRI Franck: (né en 1966)
Archéologue. Ingénieur d'études au Service Régional de l'Archéologie de Corse. Conservateur régional de l'archéologie (DRAC). Auteur de Mégalithes de Corse (2000), Monte Revincu (2012), Monuments de Corse (2013)...

LEANDRI Francis: (né en 1941)
Né à Pruprià. Auteur, interprète. Chanteur de variété corse.

LEANDRI Jacques: (dix-neuvième siècle)
Frère d'Antoine. En 1887, à Zicavu et Auddé, il dirige et organise une bande armée qui prend la direction de Sartè, par Carghjaca et Santa Lucia di Taddà. L'armée (2 compagnies du 102ème de Ligne) est envoyée en renfort à Sartè. Devant ce déploiement de force, lui et ses hommes rejoignent son frère Antoine à Altaghjé, puis tout le monde se disperse. Cette action sèmera le trouble à Paris, où l'on parlera de risque de sécession de l'Ile... Avec son frère, ils comparaissent devant la Cour d'Appel de Bastia pour répondre de l'accusation de Provocation suivie ou non d'effet par placards ou affiches exposés aux regards du public (incitant) à des crimes et délit. Ils sont condamnés à des peines légères.

LEANDRI Jean-Baptiste:
Maire de Olmu de 1977 à 1983.

LEANDRI Jean-Dominique: (vingtième siècle)
Originaire de Zevacu. Maire de Granaccia de 1893 à 1902.

LEANDRI Jean-Donat: (?-1944)
De Sartè. Résistant. Membre du Front National. Chef du réseau Frédérick. Il est arrêté par les Chemises Noires italiens de l'OVRA, à Pruprià, en Juillet 1943, et condamné à 30 ans de réclusion. Déporté en Italie, il meurt dans sa cellule sous les bombardements américains, à Castello Franco d'Emilia, en 1944. Reconnu Mort pour la France.

LEANDRI Jean-Yves: (né en 1963)
Né à Aiacciu. Educateur spécialisé. Militant nationaliste (membre de Corsica Libera). Maire de Granaccia depuis 2008.

LEANDRI Maria: (1921-2013)
Née à Altaghjè. Chanteuse (classique, lyrique, variétés). Surnommée La Diva du Valincu. En sa mémoire, en 2014, à Pruprià, sont créées les Scontri Maria-Leandri.

LEANDRI Marie-Michelle:
Née à Pruprià. Artiste plasticienne. Créatrice de ligne de vêtements et de collection de bijoux. Ecrivain. Elle partage son existence entre la Corse et l'Inde. Auteur de Lève-toi et va, une femme corse sur la route (2012), La Nomade, ou le goût du chemin (2015).

LEANDRI Pancraziu: (dix-huitième siècle)
Député pour la communauté de San Fiurenzu, en Juin 1794, il participe à la Cunsulta Generale di Corti, qui approuve l’action de Pasquale Paoli et se prononce pour la rupture avec la France. Il adopte la Constitution du Royaume de Corse (anglo-corse), votée par la Cunsulta Generale, qui est une Constitution Monarchique, en 12 titres et 75 articles.

LEANDRI Stefanu: (dix-huitième siècle)
Député pour la communauté de Granaccia, en Juin 1794, il participe à la Cunsulta Generale di Corti, qui approuve l’action de Pasquale Paoli et se prononce pour la rupture avec la France. Il adopte la Constitution du Royaume de Corse (anglo-corse), votée par la Cunsulta Generale, qui est une Constitution Monarchique, en 12 titres et 75 articles.

LEANDRY Ange Toussaint: (1798-1824)
Né à Monte. Cultivateur. En 1817, à Bastia, il est condamné à 20 ans de Travaux Forcés, pour vols. Il décède à l'hôpital du bagne de Toulon (Var), en 1824.

LEAR Edward: (1812-1888)
Né à Holloway (Angleterre). Peintre anglais (aquarelliste). Dessinateur. Lithographe. Ecrivain. Humoriste. En 1868, il fait un séjour de deux mois en Corse d'où il publie Journal of a landscape painter in Corsica, paru en 1870, et réédité en 1922. On lui doit également les tableaux suivants: Corte, Corsica (1868), The forest of Valdoniello, Corsica (1869), Ajaccio, Corsica, The bay of Calvi, Corsica, Pass of Monte d'Oro, Corsica, Erbalunga, Corsica, Saint-Antoine, Corsica, Bavella, Corsica, Vico, Corsica...

LEARDE Agostinu: (seizième siècle)
Corse pro-génois. En 1557, il doit fuir Furiani, attaqué par les troupes de Giordano Orsini.

Le BEAU Alcide-Marie: (1872-1944)
Né à Lorient (Morbihan). Artiste peintre (paysages). Il séjourne en Corse en 1906. Il adresse au Salon d'Automne de 1907 cinq peintures intitulées Village corse, Paysage corse, La solitude (inspiré des calanches corses), L'abîme (inspiré des calanches corses) et Grande chaleur (Corse), à celui de 1908, Dans la montagne corse et au Salon des Artistes Indépendants de 1909 une peinture intitulée Les figuiers de Barbarie. Auteur également des toiles Col de Bavella (Corse), La maison du peintre (Corse), Ombres et lumières (Corse), exposées en 1907, à Paris, et de Les figuiers de Barbarie, Paysage corse, d'une aquarelle Le ramendage des filets...

LEBLOND Francis:
Préfet délégué à la sécurité en Corse de 1986 à 1987.

LE BOMIN Paul-Marie Gabriel: (1894-1974)
Né à Saint-Régal (Finistère). Conseiller général (divers droite) du canton de Castifaù de 1951 à 1958

LE BOMIN Gabriel: (né en 1968)
Né à Bastia. Fils de Yves. Cinéaste. Metteur en scène. Réalisateur de Entre Ciel et mer (1990), L'occupant, Le Puits, (2001), Le Puits, (2001), Prélude (2004), Les Fragments d'Antonin, long métrage, en 2006, Insoupçonnable, long métrage, en 2010, Algérie, la déchirure, documentaire, (2011),...

LE BOMIN Yves: (1933-1991)
Entrepreneur de bâtiment et de travaux publics. Fondateur de la Jeune Chambre Economique de Bastia. En 1962, il est impliqué dans les activités clandestines d'un Comité pour la Corse Indépendante. Auteur, avec Paul Marc Seta, d'un Manifeste sur l'Autonomie interne de la Corse. En 1964, il est un des fondateurs du Comité d'Etude et de Défense des Intérêts de la Corse (CEDIC). Co-fondateur de l'hebdomadaire nationaliste Arritti, en 1966. Président du Comité Economique et Social de la Corse.

LE BOMIN Vanina:
Conseillère en voyages. Elue conseillère départementale (majorité municipale) du nouveau canton de Bastia I en 2015.

LECA ?: (dix-huitième siècle)
En Avril 1797, il est l’un des cinq membres élus de l’administration centrale du Département du Liamone. Administrateur d’Aiacciu. En 1798, suspect de Bonapartisme aux yeux du Directoire, à majorité réactionnaire, il est arrêté. En Mai 1800, il signe la procédure de mise en place du nouveau préfet du Département du Liamone, Ghjuvan Battista Galeazzini.

LECA ?: (dix-neuvième siècle)
De Coghja. Nommé Officier de Santé par le Jury Médical en 1836.

LECA ?: (dix-neuvième siècle)
Maire de Rennu de 1840 à 1890.

LECA ?: (dix-neuvième siècle)
Maire de Calvi en 1861.

LECA ?: (vingtième siècle)
Commandant. Militant socialiste. En 1934, il participe, à Aiacciu, aux premiers Etats Généraux de la Corse.

LECA Antoine: (1760-1789)
Né à Arburi. Berger. En 1785, à Bastia, il est condamné à 9 ans de Galères. Il décède à l'hospice des chiourmes du bagne de Toulon (Var), en 1789.

LECA Antoine: (dix-neuvième siècle)
Imprimeur à Aiacciu. Directeur du Journal de la Corse de 1869 à 1894.

LECA Antoine (Frère Hyacinthe): (1863-1928)
Né à Calinzana. Ecclésiastique. Dominicain. Il suit ses études de théologie au couvent dominicain de Curbara sous le nom de Frère Hyacinthe. Maître en théologie. Recteur de l'Angelicum de Rome. Provincial de la province dominicaine de Lombardie. Supérieur du couvent de Notre Dame des Grâces, à Milan. Consulteur à la Congrégation des Rites pour la Canonisation des Saints. Il décède à Milan en 1928.

LECA Antoine François: (1808-1837)
Né à Pastricciola. Laboureur. En 1836, à Bastia, il est condamné à aux Travaux Forcés à Perpétuité, pour le meurtre de son beau-père. Il décède à l'hôpital du bagne de Toulon (Var), en 1837.

LECA Antoine François Martin: (1893-?)
Né à Aiacciu. Licencié en droit. Fonctionnaire territorial. Président du Tribunal Administratf de Nice (Alpes-Maritimes). Ancien combattant de la Première Guerre Mondiale (capitaine d'Artillerie). Officier de la Légion d'Honneur.

LECA Antoniu Maria: (dix-huitième siècle)
Député pour la communauté de Valli di Mezana, en Juin 1794, il participe à la Cunsulta Generale di Corti, qui approuve l’action de Pasquale Paoli et se prononce pour la rupture avec la France. Il adopte la Constitution du Royaume de Corse (anglo-corse), votée par la Cunsulta Generale, qui est une Constitution Monarchique, en 12 titres et 75 articles.

LECA Bonaventure: (1887-1973)
Né à A Sarrera. Homme politique (SFIO). De 1953 à 1973 il est maire d'Issy-les-Moulineaux, où un square et une place portent aujourd'hui son nom.

LECA Calixte: (dix-septième siècle)
Notaire à Ochjatana en 1600.

LECA Dominique: (1906-?)
Originaire d'Ota. Normalien. Agrégé de philosophie. Inspecteur des finances en 1933. Directeur de cabinet du ministre des Finances en 1935. Directeur de cabinet du Président du Conseil de mars à juin 1940. Il gagne ensuite l'Angleterre. Au siège du Commandement Suprême des Forces Alliées, le 8 juin 1944, il lit le premier communiqué du débarquement: il est la voix française du général Eisenhower. Dans la France libérée, il sert la IVe République comme haut fonctionnaire. Président d'un grand groupe d'assurances (futur UAP de 1968) à 1974. Il est élu, en 1969, membre du Conseil Economique et Social. En 1978, il publie un livre de souvenirs, La rupture de 1940. Auteur également de Du Ministre Des Finances (1966). Commandeur de la Légion d'Honneur.

LECA Dominique: (né en 1938)
Né à Marseille. Originaire de Sant'Andria d'Orcinu et Aiacciu. Artiste peintre (figuratif). Il peint la Corse, ses lieux et ses habitants. Il expose à la Galerie Bassoul, à Aiacciu, en 1992. On lui doit une peinture intitulée Pêcheurs à Calvi. Il expose également à Paris, Marseille, Carpentras, Anvers, Genève, New-York, Rome, Sao Paulo...

LECA Dumenicu dit Circinellu: (?-1771)
Ecclésiastique. Il fait ses études à Gênes puis à Rome. Curé de Guagnu. En Avril 1769, il est parmi les chefs Naziunali qui s’apprêtent à affronter les Français à Ponte Novu. En Mai, après la défaite, il se rend à Vicu, où, avec d’autres, il tente de reconstituer et de réorganiser l’armée autour des quelques hommes qui restent avec lui, et de faire de la piève de Vicu, un bastion de résistance. La plupart des Capipopuli de la région s’y refusent et décident de se soumettre aux Français. En Juin, la Nation Corse est vaincue. Les villes et les principaux chefs-lieux sont occupés par les Français. Il fait partie des nombreux Corses qui constituent un mouvement fidèle à Pasquale Paoli. En 1771, son cadavre est retrouvé au fond d’une grotte (à Santu Sari di di Fiumorbu). Il serrait dans une main l’arme de son sacerdoce, et dans l’autre celle de son combat: un crucifix et un stylet.

LECA Dumenicu dit U Furcatu: (1898-1992)
Né à Ota. Poète improvisateur. Participant assidu de la manifestation annuelle de A Santa di U Niolu. Le foyer rural de A Sarrera porte son nom depuis 1984. Une cassette vidéo, U Furcatu, Chjama è Rispondi est produite par le Parc Naturel de la Corse, en 1993. Certaines de ses poésies sont éditées, en 1999, sous forme d'un recueil Puesia é Fole.

LECA Etienne: (dix-neuvième siècle)
Membre du Parti Républicain Indépendant en 1886.

LECA Etienne:
Ecrivain. Auteur de Images de la Corse, en 1966, Corse, en 1977, Les lunettes de Colomba, qui reprend une cinquantaine de chroniques, en 1990...

LECA Fabius: (1872-?)
Originaire de Lumiu. Artiste peintre (paysages, portraits). Dessinateur. Graveur. Illustrateur. Il effectue sa carrière entre Paris et Marseille. Officier d'Académie en 1908.

LECA Flaminius: (1917-2008)
Né à Soccia. Engagé volontaire dans les parachutistes français (3SAS) en 1943. Sergent. Il participe au débarquement de Normandie en 1944, et en 1945, à une mission spéciale en Hollande. Plusieurs fois cité pour fait d'armes. Chevalier de la Légion d'Honneur. Croix de Guerre avec palme. Croix de la Libération. Croix de Guerre Hollandaise.

LECA Francine (née en 1938)
Née à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine). Médecin. Spécialiste de la chirurgie cardiaque. Elle devient la première femme chirurgien du coeur en 1971. Fondatrice, en 1996, de l'association Mécénat Chirurgie Cardiaque, spécialisée dans le financement des opérations d'enfants étrangers victimes de malformations cardiaques. Commandeur de la Légion d'Honneur. Commandeur dans l'Ordre National du Mérite.

LECA Gérard:
De Marignana. Cinéaste. En 1985, il tourne à Vicu, La Lézarde, un film 100% corse, mais avec des dialogues en français.

LECA Ghjuvanni Antone: (dix-septième siècle)
De Vicu. En 1661, lors des travaux de la construction de la route reliant le golfe de Portu à la forêt d’Aïtone, il prend en charge la ferme de l’entretien de la route.

LECA Ghjuvanni Natale: (dix-septième siècle)
De Vicu. En 1661, lors des travaux de la construction de la route reliant le golfe de Portu à la forêt d’Aïtone, il est chargé de la scierie, pour débiter les arbres.

LECA Guillaume: (1929-2003)
Originaire de A Sarrera. Maire de A Sarrera de 1979 à 2003. Militant nationaliste dans les années 1970 (PPCA, PPC..). Défenseur du tourisme corse.

LECA Henri: (1914-1981)
Né à Vicu. Musicien moderne et de jazz. Il compose la musique de nombreux films.

LECA Horace Pierre: (1926-2012)
Originaire de Calinzana. Chef d'escadron de Gendarmerie. Commandeur de la Légion d'Honneur.

LECA Ignaziu: (?-1757)
De Lumiu. Ecclésiastique. Curé de Lumiu. A sa mort, il lègue sa fortune pour la construction d'un collège (qui sera ouvert à Aregnu en 1765).

LECA Jean Thomas: (1925-2013)
Né à Toulon (Var). Originaire de Calacuccia. Militaire. Lieutenant-colonel des troupes de marines. Il quitte Toulon en 1940 pour rejoindre l'Afrique du Nord. Arrêté, emprisonné à Toulouse d'où il s'évade, il intègre les rangs du maquis urbain. En 1944, il s'engage dans la 9ème Division d'Infanterie Coloniale, au 4ème Régiment des Tirailleurs Sénégalais. Volontaire pour rejoindre les Marines en Californie. Il embarque pour l'Indochine en 1945. Sous-lieutenant en 1959, chef de bataillon en 1975, lieutenant-colonel en 1982. Grand officier de la Légion d'Honneur.

LECA Jean-Pierre: (?-1995)
Militant du MPA. En 1991, il est condamné à 10 mois de prison pour avoir tiré sur des militants de l'ANC lors d'une campagne d'affichage. Il est assassiné à Aiacciu en 1995.

LECA Louis: (?-1943)
Originaire de San Niculaiu. Résistant. Membre des Forces Françaises de l'Intérieur (FFI). Il est arrêté par les Chemises Noires italiens, torturé, et meurt de ses blessures en Août 1943. Reconnu Mort pour la France.

LECA Lucu Antoniu: (dix-neuvième siècle)
Bandit. En 1842, il est arrêté par les Voltigeurs Corses.

LECA Mychèle:
Comédienne. Directrice de l'association Via Grenelle, organisatrice d'évènements culturels intellectuels, artistiques ou historiques (Racines de ciel, Corse-du-Sud Allegria, Turquinu Maio, cours de coaching, ateliers d'écriture, rencontres, créations...).

LECA Nicolas: (1908-2002)
Né à Montélimar (Drôme). Originaire de Calcatoghju. Il entre en 1929 à l'Ecole Nationale de la France d'Outre-Mer. Diplômé de l'Ecole des Langues Orientales en 1933. Professeur d'Histoire Indigène de l'Afrique Noire de 1946 à 1948. Délégué à Paris du Haut-Commissaire de l'AOF en 1947 et 1948. Il est nommé au Niger en 1959 au Cabinet du Président du Gouvernement (puis Président de la République) jusqu'à sa retraite en 1974. Auteur de Les pêcheurs de Guet N'Dar, en 1935. Officier de la Légion d'Honneur. Chevalier de l'Ordre de Malte.

LECA Padovantone: (dix-septième siècle)
Notaire à Aiacciu en 1676.

LECA Paul: (né en 1940)
Maire de Valle di Mezana depuis 1965.

LECA Petru: (né en 1948)
Journaliste. Ecrivain. Poète. Auteur de Vistighe (1991), qui obtient le Prix du Livre Corse en langue corse et le Prix de Corse en langue corse, attribué par la CTC, en 1992, de Primure, en 1998, de Instants Tannés, en 2003... Président du Conseil Economique Social et Culturel de la Corse en 2005 (élection invalidée).

LECA Petru Santu: (1879-1951)
Né à Arburi. Neveu de Santu Casanova. Beau-frère de Paul Arrighi. Professeur à Nice. Poète de langues française et corse. Fondateur et rédacteur en chef du mensuel L'Aloès, Revue Méditerranéenne de 1914 à 1924. Collaborateur constant et codirecteur (avec Paul Arrighi, en 1931) de L'Annu Corsu. Il fait mettre en musique de nombreux poèmes corses (Ti tengu cara et Sott'a lu Ponte, d'Antone Bonifacio, Fior di Rosa, O la richezza di la to mammuccia et Ochji castagni, de Carulu Giovoni, Cantu di Malincunia, de Santu Casanova...). Il décède en 1951 à Nice.

LECA Philippe: (dix-neuvième siècle)
Notabilité politique républicaine aréniste en 1895.

LECA Philippe: (1902-1977)
Professeur de philosophie au lycée Fesch d'Aiacciu. Maître remarquable et incomparable conteur. Passionné d'histoire, de marine et d'ornithologie. Il laisse une excellente image de la Corse dans les guides La Corse, chez Hachette.

LECA Séraphin: (?-1910)
Bandit corse. En 1910, il est abattu, au lieu dit Caccia, par les gendarmes de Vicu.

LECA (di) Abramu: (?-1460)
Cinarchese. Frère du curé doyen d’Evisa. En 1460, il est assassiné, à Vicu, par Antonio Spinola.

LECA (di) Alfonsu: (seizième siècle)
Cinarchese. En 1553, il est aux côtés des Français contre les Génois. A Gênes, sa tête est mise à prix pour 300 écus.

LECA (di) Altobellu: (seizième siècle)
Cinarchese. Fils de Ghjuvan Paulu. Exilé à Rome, avec son frère Orlandu, vers 1490. En 1494, de Sardaigne, où il est également exilé, Ghjuvan Paulu lui écrit qu'il désire les rejoindre, son frère et lui. En 1504, dans son testament, son père en fait un de ses héritiers.

LECA (di) Antone Guglielmu: (?-1456)
Cinarchese. Fils de Rinucciu. En 1445, avec ses deux frères, Raffe et Risterucciu, fidèles au gouverneur génois Giovanni da Montaldo, ils empêchent l’envoyé du pape Eugène IV, Monaldo Paradisi, de prendre Calvi. Il est grièvement blessé, lors du siège de Biguglia, tenue par le nouveau commissaire papal, Giacopo di Gaeta, siège où son père trouve la mort. En 1453, il est, avec son frère Raffe, inscrit au Livre d’Or de la République, et agrégé à l'Albergo Doria. En 1455, attaqué par les Génois de Urbano de Negri, il se retranche à Leca, avec son frère Raffe et son oncle Ghjucante. En 1456, il reçoit ses lettres de noblesse du Roi d’Aragon Alphonse V, ce dernier voulant s’allier tous les Caporali, pour les opposer aux Génois.

LECA (di) Antonellu: (quinzième siècle)
Cinarchese. Seigneur de Vicu. Fils de Ghjucante. En 1464, il se range aux côtés du Duc de Milan Francesco Sforza, le nouveau maître de la Corse. En 1466, il est reçu, à Milan, à la cour de ce dernier.

LECA (di) Arrigu: (quinzième siècle)
Cinarchese. Fils de Mannone. En 1482, il s’oppose à Ghjuvan Paulu di Leca. En 1483, à la Cunsulta di Lagu Benedettu, il se range aux côtés du Toscan Gherardo da Montagnara. En 1489, il est avec Filippino de Fieschi, contre Ghjuvan Paulu di Leca.

LECA (LEGA ?) Augustin dit Niolu: (1701-1777)
Né à Calacuccia. Laboureur. En 1777, à Bastia, il est condamné à 3 ans de Galères. Il décède à l'hospice des chiourmes du bagne de Toulon (Var), en 1777.

LECA (di) Biaginu: (1570-?)
D’Ochjatana, capitaine des gardes de Alfonsu d’Ornanu, colonel du Duc de Savoie, poète épique (auteur de Il d’Ornanu Marte, publié en 1602). Fondateur de la famille Colonna di Leca, d'Ochjatana.

LECA (di) Delfinu: (1599-1641)
Fils de Biaginu. Colonel d'infanterie et capitaine d'une compagnie d'arquebusiers à cheval, au service du Duc de Savoie. Il est inhumé à Turin (église de la Madonna degli Angeli).

LECA (di) Francescu: (quinzième siècle)
Cinarchese. Seigneur de Vicu. Fils de Rinucciu. En 1489, les Génois le prennent en otage afin d’obliger son père à se rendre. Partisan de Ghjuvan Paulu di Leca, il est emprisonné à Bastia. En 1496, il s’évade et négocie son exil avec le gouverneur Raffaelle Odone.

LECA (di) Ghjorghju: (quinzième siècle)
Cinarchese. Ennemi de Gênes, il s’exile en Sardaigne vers 1490. En 1493, les Génois demandent à Ferdinand II Le Catholique, son extradition. Celui-ci refuse.

LECA (di) Ghjucante: (quinzième siècle)
Cinarchese. Seigneur de Vicu. Fils de Niculaiu. En 1411, il est attaqué par Vincentellu d’Istria, avec lequel il signe ensuite un pacte de non-agression. En 1455, attaqué par les Génois de Urbano de Negri, il se retranche à Leca, avec ses neveux Raffe et Antone Guglielmu. En 1456, battu et traqué par Antonio Calvo, il s’enfuit à Naples. En 1458, deux envoyés de l'Ufficio di San Giorgio passent contrat avec deux criminels, condamnés à mort, pour l’assassiner, en échange de leur liberté. En 1459, à son retour d’exil, il se rebelle, avec d’autres Caporali, contre les Génois. En 1460, il échappe au massacre de Vicu, par Antonio Spinola, et rejoint la Toscane. En 1461, avec d’autres seigneurs corses en exil, il contacte le Roi de Sicile Ferdinand 1er, pour lui demander de l’aide. Celui-ci promet d’intervenir. Le Roi d'Aragon Jean II, le gratifie de soixante florins, et met à sa disposition une galère et des troupes. Avec les mêmes exilés, à Pise, il forment une ligue contre l’Ufficio di San Giorgio, qui a à sa tête Tomassino da Campofregoso. Ils débarquent en Corse avec 200 mercenaires. Il est attaqué, avec Vincentellu d’Istria II, par le commissaire de l’Ufficio di San Giorgio, Antone Narisse. Il sort vainqueur et tient Merusaglia et toute sa région. Il participe à une Cunsulta qui réunit tous les opposants à l’Ufficio di San Giorgio, en l'église de La Canonica, à La Marana. En 1466, il participe à une Vedutà, à A Venzulà, convoquée par le gouverneur milanais Maurizio Scotti, pour recenser les partisans du duc de Milan, dont il fait partie. Dans le cadre de la Vindetta entre les familles de A Casabianca, dans laquelle il est du côté de son gendre Petru della Casabianca, il s’affronte à des Caporali du Niolu. En 1467, après avoir été battu, à Compoli, avec son gendre, par les Rossi de Terramu della Casabianca et leurs alliés milanais, il réussit, avec l’aide de nombreux seigneurs et Caporali, à les vaincre, et à renvoyer les renforts milanais en Italie. Avec son allié Carlu della Rocca, ils restent les maîtres de la Corse, ne laissant à Maurizio Scotti que quelques points forts de l'Ile. Puis il se fâche avec Carlu della Rocca: la guerre entre les seigneurs corses reprend de plus belle. En 1468, il se rallie au Duc de Milan. Il envoie son fils Rinucciu et Griffu d’Omessa, à Milan pour négocier ce ralliement. Cette décision lui crée de nombreux ennemis sur l’Ile. Très vite, il se fait haïr de tous. Ses adversaires, avec l'aide de la population, se rebellent, et l’obligent à se réfugier à Corti. Malgré tous ses efforts, les Milanais sont de moins en moins appréciés. En 1483, lors d'une Cunsulta, tenue à Lagu Benedettu, il se range aux côtés du Toscan Gherardo da Montagnara, élu Comte de Corse.

LECA (di) Ghjudicellu: (quinzième siècle)
Cinarchese. En 1487, dans la guerre des Cinarchesi, il est aux côtés de Ghjuvan Paulu di Leca, contre les seigneurs corses partisans de l’Ufficio di San Giorgio. En 1489, il tient la tour de Foce d’Ortu, où les familles de Ghjuvan Paulu di Leca et de Rinucciu di Leca sont réfugiées. Il est attaqué à son tour. Le fort tombe en quelques heures aux mains des Génois, sa garnison est anéantie; seuls Micaellu di Leca et lui en réchappent. Les familles sont épargnées. En 1490, il est déporté sur l’île d’Elbe.

LECA (di) Ghjuvan Paulu: (1450-1515)
Cinarchese. Fils de Risterucciu, petit-fils de Rinucciu. En 1460, il échappe au massacre de Vicu, perpétré par Antonio Spinola. En 1475, il attaque son cousin Rinucciu di Leca. Un affrontement a lieu près de Mariana, dans lequel il est battu. Carlu della Rocca s'empare aussitôt de ses terres. En 1476, avec Columbanu della Rocca et Rinucciu di Leca, ils se dressent contre Carlu della Rocca. Ce dernier et son frère Vinciguerra, battus, se retirent en Cinarca. En 1477, le Milanais Ambrosino da Langasco lui restitue la Cinarca, sous réserve de la garder dans le giron de la duchesse régente Bonne de Savoie. En 1480, pour renforcer ses alliances avec Tomassino da Campofregoso, le fils de ce dernier, Gianni, épouse sa fille, tandis que son fils, Risterucciu, épouse la fille du Génois. En 1481, il fait bâtir le couvent franciscain de Vicu, fondé par Guglielmu Bolano. En 1483, avec Tomassino da Campofregoso, il s'allie à l'Ufficio di San Giorgio pour chasser de Corse les troupes d'Appien IV, le seigneur de Piombino, et de son frère Gherardo da Montagnara. L'affrontement entre ses troupes, et celles de Gherardo da Montagnara, emmenées par Rinucciu di Leca et ses alliés, a lieu à Sant’Antuninu; il tourne à son avantage, la plupart des opposants à l'Ufficio di San Giorgio sont en fuite ou faits prisonniers. En 1484, le gouverneur Francesco Panmoglio le récompense pour ses bons et loyaux services à la cause de l' Ufficio di San Giorgio. En 1485, il est le plus puissant seigneur de l’Ile. En 1486, sur les conseils de Tomassino da Campofregoso, il cherche la rupture avec l'Ufficio di San Giorgio. Une grande confusion règne entre lui, Gênes, l'Ufficio di San Giorgio, et Tomassino da Campofregoso. Il commence à s'allier à des seigneurs corses: Rinucciu della Rocca, Lanfrancu di Matra, Guglielmu d’Ortale, entre autres. En 1487, il passe à l'offensive contre l'Ufficio di San Giorgio. Seuls, quelques seigneurs demeurent aux côtés des Génois; Rinucciu della Rocca reste dans ses terres. C’est le début de la guerre des Cinarchesi. A U Borgu di A Marana, devant 30000 personnes, en présence de son chancelier le notaire Peraldu di Sartè, il est élu Comte de Corse. Il s'attaque à Calvi, restée fidèle à l'Ufficio di San Giorgio. Il déclenche la guerre des Cinarchesi, contre l'Ufficio di San Giorgio et ses partisans corse. Il est battu et tente d'obtenir du secours de la part de Laurent 1er de Médicis. Celui-ci refuse de l’aider. Il est blessé accidentellement à Vicu; Il se réfugie à Leca. Il décide de négocier sa reddition avec les Génois. Il est exilé en Sardaigne avec toute sa famille et ses proches. Leca et Sià, toutes ses terres, sont aux mains des Génois. En 1488, Rinucciu di Leca fait alliance avec lui, contre les Génois, alors qu’il est toujours en exil en Sardaigne. Il y est rejoint par son beau-fils, Alfonsu d’Ornanu, qui a vendu ses terres aux Génois (pour deux cents écus). Il demande et obtient du Roi de Castille Ferdinand II Le Catholique, 300 soldats sardes. Il débarque dans le golfe de Casinca, rejoint Rinucciu di Leca, et marche sur les troupes génoises, commandées par Andrione Conte. Les renforts sardes qu’il attend sont interceptés et battus par les Génois de Ambroggio de Negri, dans le golfe d'Aiacciu. La tour de Foce d’Ortu, ou sa famille est réfugiée, tombe à son tour. Il est battu. Depuis la chute d'Ortu, il est abandonné par plusieurs de ses partisans, et se retrouve en difficulté. Il continue, malgré tout, sa guérilla contre les Génois. En 1489, il tient toujours le maquis avec un de ses fils et quelques compagnons. Par contre, nombre de ses anciens fidèles quittent la Corse. Il s'embarque alors à Aiacciu, pour Sassari, en Sardaigne. En 1492, l'Ufficio di San Giorgio fait détruire son château. En 1494, de Sardaigne, il écrit à ses fils Orlandu et Altobellu, qui sont à Rome, et qu'il désire rejoindre. En 1498, il débarque à Roccapina, avec ses deux fils et quelques partisans. Il se rend chez un de ses fidèles, Amorozu di Vezzani, lequel le dénonce au podestat de Calvi. Gênes met à prix sa tête, 100 ducats, et mobilise tous ses alliés dans l'Ile pour le combattre. La direction des opérations est confiée au génois Gerolamo de Gentile, seigneur de Canari. Abandonné, poursuivi, traqué, il capitule et négocie sa reddition et son bannissement. Il est décidé qu'il sera exilé à Sarzane, en Ligurie, et que deux de ses enfants seront gardés en otages en Corse. Rinucciu della Rocca, son ennemi, déçu par l'Ufficio di San Giorgio, fait alliance avec lui, et l'accueille dans son château de Bariccini. En 1499, Gênes envoie sur l'Ile l'ancien gouverneur de la Corse, Cristoforo Cataneo, pour préserver la paix et négocier avec lui et Rinucciu della Rocca. Cette tentative échoue et il s'embarque à nouveau pour l'exil. En 1500, à Rome, il prépare son retour en Corse. En 1501, il débarque à Aleria, puis se rend dans le Niolu, où il réunit deux cents hommes. Les habitants d’Evisa, E Cristinacce, Rennu et Vicu se rangent à ses côtés. Les Génois sont à Loretu di Casinca. Il leur oppose plusieurs milliers d’hommes, qui le quitteront quelques jours plus tard (pour les moissons). Pratiquement abandonné, il se retire à Merusaglia. Ses derniers partisans sont capturés lors de leur fuite. Il est contraint de se réfugier dans sa forteresse de La Zurlina, d'où il négocie sa reddition; son fils Orlandu est, lui, emprisonné à Lerice. Puis, il est exilé en Sardaigne. Ses alliés, restés en Corse, sont très sévèrement punis. En 1504, il rencontre Rinucciu della Rocca, lui aussi exilé en Sardaigne. Il fait son testament. Deux de ses fils, Altobellu et Ghjuvanni, sont ses héritiers; par contre, il déshérite son troisième fils, Orlandu. En 1507, Gênes, craignant un retour de sa part, lui envoie, en Sardaigne, un émissaire, Petretu d’Istria, pour négocier une paix définitive. Ces négociations échouent. En 1514, il demande aux Colonna, de Rome, de lui succéder au cas où tous ses descendants viendraient à disparaître. En 1515, il est à Rome pour demander au pape Léon X aide et secours, mais en vain. Il y meurt; son corps repose à Saint Chrysogone, église corse de la ville. C'est la fin du fief féodal des Leca.

LECA (di) Ghjuvanni: (seizième siècle)
Cinarchese. Fils de Ghjuvan Paulu. Ennemi des Génois. En 1495, avec Petrantone di Ciamanaccia, il prône à travers toute la Corse, la révolte contre Gênes. En 1504, dans son testament, son père en fait un de ses héritiers.

LECA (di) Mannone: (?-1460)
Cinarchese. Seigneur de Vicu. Fils de Niculaiu. En 1411, il est attaqué par Vincentellu d’Istria, avec lequel il signe ensuite un pacte de non-agression. En 1460, il est assassiné, à Vicu, par Antonio Spinola.

LECA (di) Micaellu: (quinzième siècle)
Cinarchese. En 1489, il est, avec Ghjudicellu di Leca, dans la tour de Foce d’Ortu, où les familles de Ghjuvan Paulu di Leca et de Rinucciu di Leca sont réfugiées. Le fort tombe en quelques heures aux mains des Génois, sa garnison est anéantie; seuls Ghjudicellu di Leca et lui en réchappent. Les familles sont également épargnées.

LECA (di) Niculaiu: (quatorzième siècle)
Cinarchese. Seigneur de Vicu.

LECA (di) Orlandu: (seizième siècle)
Cinarchese. Fils de Ghjuvan Paulu. Exilé à Rome, avec son frère Altobellu, vers 1490. En 1494, de Sardaigne, où il est également exilé, leur père désire les rejoindre. En 1501, il débarque à Aleria avec ce dernier. Ils sont battus par les Génois. Il est emprisonné à Lerice. En 1504, son père, Ghjuvan Paulu, le déshérite.

LECA (di) Petrettu: (quinzième siècle)
Cinarchese. En 1467, il s’oppose à un seigneur milanais, qui veut s’approprier les terres de San Columbanu de Bartolomea da Mare, la veuve de Simone da Mare.

LECA (di) Petru Maria: (dix-septième siècle)
Cinarchese. Seigneur de Cristinacce. Fils de Polidoru. En 1609, il est député à la Cunsulta Generale di Corsica.

LECA (di) Polidoru: (?-1610)
Cinarchese. Fils de Rinieri, et père de Petru Maria.

LECA (di) Raffaellu dit Raffe di Leca: (?-1456)
Cinarchese. Fils de Rinucciu. En 1445, avec ses deux frères, Antone Guglielmu et Risterucciu, tous trois fidèles au gouverneur génois Giovanni da Montaldo, ils empêchent l’envoyé du pape Eugène IV, Monaldo Paradisi, de prendre Calvi. En 1446, il s’oppose à Mariano da Norcia et Giacopo di Gaeta, les nouveaux envoyés du pape. Il refuse de reconnaître l'autorité du Saint-Siège. En 1447, il prend la tête de la rébellion contre Mariano da Norcia. Celui-ci, battu, se retranche à Corti. Il l’en chasse, et l’oblige à s'embarquer pour Piombino. En 1451, après les ralliements à la confrérie des Battuti (Giovannali adeptes de la flagellation) de Vincentellu d’ Istria II et de Paulu della Rocca, il s'oppose alors, seul, à leurs idées. En 1453, marié à une fille de Simone da Mare, il est, avec son frère Antone Guglielmu, inscrit au Livre d’Or de la République, et agrégé à l'Albergo Doria. En 1454, il se rebelle contre l’Ufficio di San Giorgio, ainsi que des seigneurs du Capicorsu. Il est assiégé, dans son fort de Cinarca, par les troupes l’Ufficio di San Giorgio, commandées par Francesco Fiorentino, et par les Caporali Marianu di Caghju, Ghjudice et Antone della Rocca, Vincentellu II et Francescu d’Istria. A la mort du gouverneur Battistino Doria, le lieutenant de ce dernier Carlo Lucciardo de Franchi, prend le commandement du siège de Cinarca. Il abandonne alors Cinarca et se retire dans son fort de Leca. En 1455, pour le soutenir, le Roi d'Aragon Alphonse V, envoie en Corse huit galères et 200 soldats sardes sous la conduite du Vice-Roi de Sardaigne Berlingero da Rillo. Une bataille a lieu près de Leca, où les Génois sont défaits. Ceux-ci envoient du renfort sous le commandement de Giovanni delle Treccie. Il en reçoit aussi, envoyés par le gouverneur de Majorque, frère de Berlingero da Rillo. Les Génois, battus dans le Niolu, se réfugient à Calvi. Avec Berlingero da Rillo, il attaque les Caporali alliés de Gênes. Une trêve est signée entre Génois et Aragonais. Il se retire à Vicu. Puis, seul, il continue la lutte contre les Génois et leurs alliés. Des renforts génois ayant débarqué, il se réfugie à Leca où il est assiégé. Ses alliés se soumettent aux Génois. Ghjudice della Rocca, se rallie alors à lui. Tous deux reconquièrent tout le sud de la Corse, jusqu'à Bunifaziu. Le nouveau gouverneur, Urbano de Negri, se met en campagne contre eux. Il doit se retrancher à Leca, avec son frère Antone Guglielmu, et son oncle Ghjucante. En 1456, il reçoit ses lettres de noblesse du Roi d'Aragon Alphonse V. Le fort de Leca tombe aux mains des Génois, et il est pendu ainsi que ses deux frères, par Antonio Calvo. Son corps est découpé en quatre morceaux qui sont exposés à Bunifaziu, Calvi, Corti et Biguglia, et sa tête est expédiée à Gênes.

LECA (di) Rinieri: (1450-1515)
Cinarchese. Il est le fondateur de la famille Colonna di Leca Cristinacce.

LECA (di) Rinucciu: (1378-1445)
Cinarchese. Seigneur de Vicu. Fils de Niculaiu. En 1411, il est attaqué par Vincentellu d’Istria, avec lequel il signe ensuite un pacte de non-agression. En 1414, il tente de s'allier aux Génois, mais ses partisans, fidèles à Vincentellu d’Istria, l'en empêchent. En 1420, il se rend, avec Vincentellu d’Istria et d’autres seigneurs, à Aiacciu pour rendre hommage au Roi d'Aragon et de Sicile, Alphonse V. En 1421, il tient les pièves de Vicu, de Sià, de Chjone et d'Arnetu. Il est sous la tutelle de Vincentellu d’Istria. Ce dernier le fait emprisonner en 1426. Après s’être évadé, en 1430, il fait partie d’une ligue d’opposition à Vincentellu d’Istria, commandée par Simone da Mare. En 1433, il est de la révolte contre Vincentellu d’Istria, conduite à nouveau par Simone da Mare. En 1435, il est en conflit avec Simone da Mare, qu’il estime trop attaché à Gênes. Il négocie malgré tout avec lui, et se retire dans ses terres de Cinarca. En 1438, il soutient Lucianu di Casta, Opiccinu Lucitano, et d’autres Caporali partisans de Simone da Mare, contre les frères da Montaldo. En 1439, le gouverneur Janus da Campofregoso devient maître de l'Ile malgré sa résistance et celle de Paulu della Rocca notamment. Plusieurs affrontements ont lieu entre eux et le Génois. Il attaque Ambrughju d’Omessa, l'évêque d'Aleria, fidèle du gouverneur; il est battu et ne doit son salut qu'à l'intervention de Lucianu di Casta et Vicente di Chjatra. Dans le Nebbiu, il affronte Pietro Squarciafico, lieutenant du gouverneur, qu’il fait prisonnier. En 1440, Janus da Campofregoso ayant reçu des renforts, lui et ses alliés, ne peuvent résister et ils se rendent. Il doit libérer Pietro Squarciafico. Il négocie la paix et paie tribut au gouverneur Génois, pour pouvoir rester sur ses terres: trois mille écus. En 1441, ses querelles reprennent avec les seigneurs de Cinarca, Paulu della Rocca et Columbanu di Bozzi. En 1445, avec les Caporali fidèles à Gênes, il s'empare de Corti, tenue par l’envoyé du pape Eugène IV, Giacopo di Gaeta. Puis, il est à Biguglia, avec Vincentellu d’Istria et Francescu d’Istria. C'est au cours du siège de la ville qu'il trouve la mort, et que son fils Antone Guglielmu est grièvement blessé. Son décès provoque la fin de la rébellion des Caporali contre le nouveau commissaire papal. En 1492, l'Ufficio di San Giorgio fait détruire son château.

LECA (di) Rinucciu: (?-1490)
Cinarchese. Seigneur de Vicu. Fils de Ghjucante. En 1468, son père s’étant rallié au Duc de Milan l’envoie, avec Griffu d’Omessa, à Milan pour négocier ce ralliement. En 1475, il est attaqué par son cousin Ghjuvan Paulu di Leca. Il le bat à Mariana. Il vend ses terres à Carlu della Rocca pour 1250 écus. En 1476, avec Columbanu della Rocca et Ghjuvan Paulu di Leca, ils se dressent contre Carlu della Rocca. Celui-ci, avec son frère Vinciguerra, battus, se retirent en Cinarca. Carlu della Rocca lui restitue ses terres. En 1482, il se rebelle contre Ghjuvan Paulu di Leca. En 1483, à une Cunsulta, tenue à Lagu Benedettu, il se range aux côtés du Toscan Gherardo da Montagnara, élu Comte de Corse. L'affrontement entre les troupes, de Gherardo da Montagnara, qu’il emmène avec ses alliés, et celles de Ghjuvan Paulu di Leca, resté fidèle à Gênes, a lieu à Sant’Antuninu; il tourne à l'avantage de ces dernières, la plupart de ses alliés sont en fuite ou faits prisonniers. En 1487, dans la guerre des Cinarchesi, il rejoint, l’Ufficio di San Giorgio, contre Ghjuvan Paulu di Leca et ses partisans. Il est assigné à résidence par les Génois qui se méfient de lui. En 1488, il fait alliance, contre les Génois, avec Ghjuvan Paulu di Leca, toujours en exil en Sardaigne. Avec lui, il marche sur les troupes génoises. Il bat les Génois de Andrione Conte, à Vizzavona. En 1489, avec son allié, ils sont battus par les Génois. Il se retire dans sa tour de la Zurlina. Son fils Francescu, retenu en otage à Gênes, lui est rendu contre sa reddition. Il est fait prisonnier, dans un guet-apens tendu par Filippino de Fieschi; il est déporté dans la forteresse de Lerice (près de La Spezia). Il y meurt en 1490.

LECA (di) Risterucciu: (quinzième siècle)
Cinarchese. Fils de Rinucciu. En 1445, avec ses frères, Raffe et Antone Guglielmu, fidèles au gouverneur génois Giovanni da Montaldo, il empêche l’envoyé du pape Monaldo Paradisi, de prendre Calvi.

LECA (di) Risterucciu: (quinzième siècle)
Cinarchese. Fils de Ghjuvan Paulu. En 1480, son père, pour renforcer ses alliances, lui fait épouser la fille du Génois Tomassino da Campofregoso.

LECA (di) Vincentellu: (?-1460)
Cinarchese. Fils de Mannone. En 1459, il se rebelle, avec d’autres Caporali, contre les Génois. En 1460, il tue le lieutenant de Cinarca, Ambroggio Marabotto, qui voulait rejoindre le commissaire Antonio Spinola. Il est assassiné, à Vicu, par Antonio Spinola.
LECA (di) Vincentu: (?-1493)
Cinarchese. Fils de Ghjorghju. Archidiacre de Cinarca. Il meurt en 1493.

LECA CRISTINACCE (di) Antone: (dix-septième siècle)
De Cristinacce. Fils de Petru Maria di Leca. En 1642, il épouse Maria Daria de Mattei.

LECA CRISTINACCE Antoniu Ghjuseppu: (dix-huitième siècle)
D’Ochjatana. En 1701, il est Doctor Utriusque Jure de la Sapienza de Rome. En 1716, il est protonotaire apostolique à Rome.

LECA CRISTINACCE (di) Bonaventura: (1841-1883)
De Cristinacce. Résident de France au Dahomey. Il meurt à Porto-Novo (Dahomey).

LECA CRISTINACCE (di) Ghjacintu: (?-1695)
De Cristinacce. Fils de Antone.

LECA CRISTINACCE (di) Ghjacumu Vincentellu: (1759-?)
De Cristinacce. Colonel de la Garde Nationale à Vicu en 1790. Lieutenant-colonel du 4ème Bataillon de Volontaires Nationaux de Corse en 1792. Emigré car royaliste.

LECA CRISTINACCE Ignaziu Arrigu: (1750-1836)
De Cristinacce. Commissaire des Guerres. Docteur. Avocat. Elu pour le Tiers-Etat à l'Assemblée des Etats de Corse de 1779.

LECA CRISTINACCE (COLONNA di) Matteu: (1716-1787)
De Cristinacce. Podestat maggiore de la piève de Sorru in Giù en 1770. Assessore reale de la provincia di Vico.

LECA CRISTINACCE (di) Natale: (1683-1730)
De Cristinacce. Fils de Ghjacintu.

LECA CRISTINACCE (di) Petru Paulu: (1795-1859)
De Cristinacce. Maire de Vicu de 1857 à 1859.

LECA CRISTINACCE (di) Simone Francescu Savieru Petru: (1768-1841)
De Cristinacce. Capitaine. Aide de camp du Vice-roi Eliott. Grand Chambellan de Madame Mère.

LECCAPECORE Alberto: (douzième siècle)
Corse noble et richissime, en 1115, il quitte son pays, la Corse. Devenu moine errant, il acquiert sagesse et sainteté. Son corps serait enterré près de Paris.

LECCI (di I) Simonu: Voir LUCIANI Simon Jean.

LECCIA Alexandre:
Originaire de Barrettali. Fils d'Ange. Assistant réalisation (doc., séries, courts, films TV ...). Comédien (Nuit bleue, 2009).

LECCIA Ange: (né en 1952)
Né à Barrettali (au hameau de Minerbiu). Originaire d'Oletta. Fils de Luc. Photographe. Peintre. Plasticien. Cinéaste. Pensionnaire à l'Académie de France à Rome. Enseignant à l'Ecole des Beaux-Arts de Cergy-Pontoise. Directeur d'une cellule de recherche pour jeunes artistes au Palais de Tokyo (Le Pavillon). Auteur des courts métrages Ile de beauté (1996) et Gold (2000), du film Azé, sorti en 2004, du film Nuit bleue, sorti en 2009. Membre de l'association I Culori d'Umani. Président du jury du premier Festival International du Documentaire organisé par Corsica.doc, en 2010. En 2014, il participe au spectacle culturel Cors'Odissea.

LECCIA Bastien: (1919-2004)
Né à Conca. Directeur administratif de société. Député (socialiste) des Bouches-du Rhône de 1967 à 1968. Animateur de la diaspora corse de Marseille. Président de l'Association des Corses de l'Extérieur. Président du Comité d'Action et de Promotion de la Corse (CAPCO), de 1963 à 1966. Membre du cabinet du ministre de l'Intérieur Gaston Deferre, en 1981, il prend part à l'élaboration du Premier Statut Particulier de la Corse. Sénateur des Bouches du Rhône de 1983 à 1989. Président de la Ligue des Droits de l'Homme des Bouches-du-Rhône et de la Corse. Il décède à Marseille en 2004. Chevalier de la Légion d'Honneur.

LECCIA Bernard Ange Toussaint: (1934-2008)
Né à Santa Lucia di Taddà. Médecin à Marseille. Médecin militaire durant la Guerre d'Algérie. Membre du Conseil de l'Ordre des Médecins. Président du Syndicat des Professions Libérales et de l'Association des médecins Corses. Fondateur du Lions'Club Marseille Vieux-Port. Député (RPR) de Marseille de 1993 à 1997. Adjoint au maire de Marseille de 1997 à 2001. Il décède à Marseille en 2008 et est inhumé à Santa Lucia di Taddà.. Chevalier de la Légion d'Honneur. Croix de la Valeur Militaire. Croix de Combattant.

LECCIA Dominique Adolphe Landry: (1922-2003)
Né à Aiacciu. Militaire. Il s'engage en 1943 au Bataillon de Choc en provenance d’Afrique et participe à toute la Bataille de France jusqu'en 1945. Il combat ensuite en Indochine, puis Algérie. Il termine sa carrière comme adjudant-chef. Officier de la Légion d'Honneur. Médaille Militaire. Croix de Guerre 1939-1945 avec palme, 1 étoile de vermeil et 2 étoiles de bronze. Croix de Guerre TOE avec 1 palme, 1 étoile d’argent et 1 étoile de bronze. Croix de la Valeur Militaire avec 2 étoiles de vermeil. Croix du Combattant Volontaire. Croix du Combattant. Médaille d’Outre-Mer. Médaille Commémorative 39-45. Médaille des Blessés. Médaille Commémorative de la Campagne d’Italie. Médaille Commémorative de la Campagne d’Indochine. Il est le parrain de la 281ème promotion de l’Ecole Nationale des Sous-Officiers d’Active (3ème Bataillon) du 9 janvier au 27 avril 2012.

LECCIA Don Petru: (?-1769)
Du Nebbiu. Accusé d’être un des membres de la Conspiration d’Oletta en Février 1769, il est condamné à mort par les Français en Juillet, et roué vif, sur la place de l’église d’Oletta, en Septembre. Sa fiancée Maria Gentile récupère son corps, bravant l’interdiction des Français.

LECCIA François: (1922-2013)
Originaire de Conca. Militaire. Fonctionnaire des Ponts et Chaussées. Ancien combattant 39-45. Il participe aux combats de la libération de la Corse en 1943. Chevalier de la Légion d'Honneur. Croix de Guerre 39-45. Croix de Guerre TOE (Indochine, Algérie).

LECCIA Ghjuvan Battista: (dix-huitième siècle)
En Mars 1752, à la Cunsulta di Talavu, avec les Talavesi, il décide de libérer Quenza. Il envoie une lettre, avec deux autres notables, au gouverneur Giovanni Giacomo Grimaldi lui demandant d’ordonner à ses troupes de quitter le village, sous peine de se voir attaquer par les hommes de Scupamena, Carbini et Taddà.

LECCIA Giovanni Battista: (dix-septième siècle)
Génois. Médecin municipal de Bunifaziu, au dix-septième siècle. Il succède au médecin Blasio.

LECCIA Jean:
Maire de Muratu de 1977 à 1983.

LECCIA Jean: (1961-2014)
Originaire de San Gavinu di Fiumorbu. Administrateur territorial. Directeur général des services du Conseil Général de Haute-Corse. Directeur du cabinet du président du Conseil Général de Haute-Corse. Il est assassiné en 2014.

LECCIA Jean-Baptiste: (1886-1943)
De Conca. Résistant. Il est exécuté sommairement par les Allemands, lors des combats pour la libération de la Corse, en Septembre 1943. Reconnu Mort pour la France. Son nom figure sur les Stèles Commémoratives de la Libération de la commune de Conca.

LECCIA Jean-Marc: (?-1984)
De Porti-Vechju. Parrain de la région de Porti Vechju. Il doit sa renommée internationale à ses talents de chimiste dans les réseaux de trafic de drogue. Suspecté d'être impliqué dans l'assassinat de Guy Orsoni, il est arrêté à Miami, en 1983 et transféré à la prison d'Aiacciu, où il est assassiné par un commando du FLNC en 1984.

LECCIA Jean-Marc: (1957-2000)
Journaliste. Militant syndicaliste (délégué syndical de SNJ de FR3 Corse de 1981 à 1990). Victime d'une procédure de licenciement (avortée) en 1987. Rédacteur en chef de le chaine de télévision FR3 Corse de 1992 à 2000. Créateur du magazine Territoires, en 1993. Malade, il décède en 2000.

LECCIA Jean-Pierre: (né en 1947)
Né à Oletta. Responsable à la Chambre de Commerce et d'Industrie de Haute-Corse de 1988 à 2003. Président de l'AGEFOS-PME (formation professionnelle) de Corse de 1986 à 1988, puis directeur général de 1988 à 1992. Il participe à la création du Centre de Formation pour Adultes (CFA) de Haute-Corse. Maire (droite) d'Oletta depuis 1995. Président de l'Association des maires du Nebbiu. Président de la Communauté des Communes du Nebbiu depuis 2006. Conseiller territorial de 1998 à 2004 et de 2006 à 2010 (conseiller exécutif en 2007).

LECCIA Luc: (né en 1920)
Originaire d'Oletta. Ancien combattant de la Seconde Guerre Mondiale. Instituteur. Sculpteur. Lauréat de la fondation Paul-Ricard en 1968. Grand Prix International d'Art Contemporain de Monte Carlo en 1977, 1978 et 1979. Auteur de L'odyssée d'un jeune combattant corse durant la guerre de 1939-1945 (2015).

LECCIA Michel: (né en 1970)
Né à Perpignan (Pyrénées-Orientales). Originaire de Conca. Enseignant en langue corse. Président fondateur du collectif Parlemu Corsu en 2007.

LECCIA Paul:
Originaire de Conca. Président du Cercle des Nageurs de Marseille depuis 1990. Chevalier de la Légion d'Honneur.

LECCIA (di A) Paulu: (seizième siècle)
Caporale. En 1566, à une Cunsulta tenue à Altiani, il est nommé capitaine d'infanterie par Sampieru Corsu. Il est à Borgu di Mariana, avec Antoniu di San Fiurenzu, où il y affronte treize compagnies génoises, commandées par le Corse Petrandria di Casta. Il est battu et obligé de se retirer à Bigornu. En 1567, il défend Bucugnà.

LECCIA Petru Paulu: (dix-huitième siècle)
En Mars 1752, à la Cunsulta di Talavu, avec les Talavesi, il décide de libérer Quenza. Il envoie une lettre, avec deux autres notables, au gouverneur Giovanni Giacomo Grimaldi lui demandant d’ordonner à ses troupes de quitter le village, sous peine de se voir attaquer par les hommes de Scupamena, Carbini et Taddà.

LECCIA Pierre: (né en 1962)
Né à A Sarra di Scupamena. Réalisateur. Scénariste de télévision (Mafiosa...). Acteur (Un prophète, Mafiosa...).

LECCIA Simon: (1931-2011)
Originaire de San Gavinu di Carbini. Lieutenant-colonel de l'Armée de l'Air. Chevalier de la Légion d'Honneur (décoré au péril de sa vie). Officier de l'Ordre National du Mérite. Croix de Guerre des Territoires d'Outre-Mer (TOE). Croix du Combattant. Croix du Combattant Volontaire d'Indochine. Médaille Coloniale.

LECCIA Ventura: (dix-huitième siècle)
En Mars 1791, commissaire député par le directoire du district, il procède à l’inventaire des locaux conventuels.

LECENE Pierre: (vingtième siècle)
Sous-préfet de Bastia en 1943.

LECERA Petru Paulu: (dix-septième siècle)
De Zicavu. En 1624, sa famille figure sur le registre des familles nobles de Corse (Registri delle Famiglie nobili di Corsica), à Gênes.

LE CHANGEUR ?: (dix-huitième siècle)
En 1788, il est Secrétaire en Chef de l’Intendance en Corse.

LECLAIR Gilles: (né en 1953)
Né dans le Cher. Inspecteur général. Directeur adjoint du SRPJ de Corse de 1988 à 1990. Coordinateur des services de sécurité intérieure de la Corse de 2008 à 2010. Nommé préfet en 2010, il occupe la fonction de préfet hors cadre chargé d'une mission de service public en Corse. Il quitte l'Ile en Janvier 2011.

LECLERC ?: (dix-neuvième siècle)
Professeur de lettres Bastia. Membre, en 1803, de la Société d’Instruction Publique du Département du Golu.

LECLERC Charles, Victor, Emmanuel: (1772-1802)
En 1797, il épouse Pauline Bonaparte. Il commande l'expédition de Saint Domingue, où il meurt de la fièvre jaune.

LECLERE Pierre-Thomas: (1740-?)
Peintre d'histoire, dessinateur et graveur. Professeur de dessin à Bastia en 1798. Membre, en 1803, de la Société d’Instruction Publique du Département du Golu.

LECOANET Suzanne: (1909-1941)
Née à Chambéry (Savoie). Artiste (bois gravés). Professeur de dessin, elle est nommée en Corse en 1938. Elle réalise des bois gravés intitulés Ajaccio, la chapelle Péraldi, Calvi, les remparts, Miomo, tour génoise, Bonifacio, clocher Sainte-Marie Majeure, Corte, la citadelle... regroupés dans un ouvrage intitulé Kalliste, bois gravés sur la Corse, tiré en 1943.

LECONTE Yvonne: (vingtième siècle)
Née à Versailles (Yvelines). Artiste peintre (paysages, scènes, nus). Elle séjourne en Corse. Elle adresse au Salon des Artistes Indépendants de 1930 deux peintures intitulées Cimetière des religieuses à Erbalunga et Paysage corse, à celui de 1931, Le cimetière du couvent, Erbalunga et L'olivier penché, Erbalunga, et à celui de 1957, Pêcheurs dans le port de Bastia.

LE DANTEC Yves Gérard Jean Joseph Armand: (1898-1958)
Né à Aiacciu. Homme de lettres. Poète. Sociétaire de la Société des Gens de Lettres. Grand Prix Petitdidier de la Maison de la Poésie en 1950. Officier de la Légion d'Honneur.

LEDERLIN Paul: (1868-1949)
Né à Rothan (Bas-Rhin). Richissime industriel vosgien. Sénateur des Vosges de 1920 à 1927. Sénateur (PRDS) de la Corse de 1930, en remplacement d'Adolphe Landry à 1938. Fondateur du journal La Démocratie Corse en 1929. Sénateur de la Corse, sous l'étiquette de la droite piétriste, de 1938 à 1945. Il ne prend pas part au vote du 10 juillet 1940 accordant les pouvoirs constitutionnels au maréchal Pétain. Il décède à Paris en 1949. Commandeur de la Légion d'Honneur. Officier de l'Instruction Publique. Chevalier du Mérite Agricole. Grand officier du Nichan-Iftikhar.

LEDOYEN Marc: (né en 1950)
Né dans le Cotentin. Artiste peintre (abstrait). Sculpteur (bois). Plasticien. Installé en Corse depuis 1969. Membre de l'Association I Culori d'Umani.

LEE Harriet: (dix-huitième siècle)
Poétesse anglaise. En 1797, elle commande un portrait de Pasquale Paoli à Thomas Lawrence.

LEE Jane:
Conteuse (atelier de conte Amalgame).

LEE John Théophilus: (1787-?)
Aristocrate anglais. Officier de marine. Artiste peintre. Auteur d'un dessin intitulé Mortella tower, San Fiorenzo bay, Corsica, publié dans le mensuel The Naval Chronicle, en 1809.

LEFEBVRE de VATIMESNIL Antoine François Henri: (1789-1860)
Né à Rouen (Seine-Maritime). Juriste. Conseiller d'Etat. En 1828, il est élu député de la Corse grâce au préfet Gabriel de Lantivy Kerveno qui le choisit au détriment de François Pozzo di Borgo. Il ne peut siéger à la Chambre car il a moins de 40 ans. Il est remplacé par Tiburziu Sebastiani. Ministre de l’Instruction Publique en 1828. Il décède à Vatimesnil (Eure) en 1860.

LEFEVRE Marianne:
Géographe. Auteur de Géopolitique de la Corse. Le modèle républicain en question, paru en 2000.

LE FRANC Louis: (né en 1961)
Nommé préfet du département de Haute-Corse en 2011. Il succède à Jean-Luc Nevache. Nommé préfet de l'Aude en 2013.

LEGA Dumenicu Maria: (dix-huitième siècle)
Député pour la communauté d’Arburi, en Juin 1794, il participe à la Cunsulta Generale di Corti, qui approuve l’action de Pasquale Paoli et se prononce pour la rupture avec la France. Il adopte la Constitution du Royaume de Corse (anglo-corse), votée par la Cunsulta Generale, qui est une Constitution Monarchique, en 12 titres et 75 articles.

LE FLORENTIN Guy: (vingtième siècle)
Artiste peintre (paysages). Auteur d'une peinture intitulée Une vue de Corte et du pont sur le Tavignano, en 1937.

LEFRANC Raymond: (vingtième siècle)
Né à Coutances (Manche). Artiste peintre (paysages). Il adresse au Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts de 1914 deux peintures intitulées Chapelle Saint-Joseph, environs d'Ajaccio (Corse) et Village de Piana (Corse).

LEGALUPO Giacomo: (dix-septième siècle)
Génois. Chancelier de la Corse en 1605.

LE GARREC Eva:
Comédienne. Metteur en scène. Membre de la Compagnie Thémus, à Aiacciu.

LEGAY Louis Gilbert: (dix-neuvième siècle)
Préfet de la Corse de 1880 à 1881.

LEGER Fernand: (1881-1955)
Né à Argentan (Orne). Artiste peintre. Il séjourne et peint à Belgudè, au cours de l'hiver 1906-1907, et à L'Isula, pendant celui de 1907-1908. Parmi ses oeuvres: Belgodère, vieilles maisons, Village corse au soleil couchant, Pietralata, Portrait d'Ernest Biasini, Les mômes au soleil (Baignade, jeunes enfants sur la plage corse, Ile Rousse), Le village de Belgodère, Les pêcheurs corses, Les voiles rouges, Les Fortifications d'Ajaccio,... Il adresse au Salon d'Automne de 1907 quatre peintures intitulées Belgodère, Corse, coucher de soleil, Algajola, Corse, coucher de soleil, Belgodère (étude), et Algajola (étude), à celui de 1908, Pêcheurs corses, et à celui de 1909, Les voiles rouges.

LEGIER du PLAN ?: (dix-huitième siècle)
Ingénieur français. En 1787, il dresse des mémoires sur les places d’Algaiola, de Calvi et de L’Isula.

LE GLAY André: (vingtième siècle)
Historien. En 1907, parution de son Théodore de Neuhoff, Roi de Corse.

LEGRAND Edy (EDY-LEGRAND): (1892-1970)
Né à Bordeaux. Peintre. Illustrateur. Lithographe. Artiste animalier. Il adresse au Salon d'Automne de 1927 deux oeuvres intitulées Chasseurs corses et Paysage.

LEI Antoine: (1876-1943)
Né à Sartè. Cordonnier. Résistant. Membre des Forces Françaises de l'Intérieur (FFI). Il est fusillé par les Allemands qui se replient sur Bunifaziu, en Septembre 1943. Reconnu Mort pour la France. Une rue porte son nom à Sartè. Son nom figure sur le Livre d'Or de la Résistance de la commune de Sartè.

LELIEVRE Jean-François: (né en 1961)
Commissaire de police (DNAT,RG, DCRI). Coordinateur des services de sécurité intérieure de la Corse depuis 2011.

LELLI Sauveur: (?-1943)
Résistant. Membre des Forces Françaises de l'Intérieur (FFI). Il est tué par les Allemands lors des combats de Bastia, en Septembre 1943. Reconnu Mort pour la France. Son nom figure sur le Monument aux Morts de la commune de Bastia et sur le Livre d'Or de la Résistance de la commune de Sartè.

LELONG Eugène: (dix-neuvième siècle)
Archiviste paléographe (1875). Archiviste départemental de la Corse de 1876 à 1877. Il est démis de ses fonctions pour avoir refusé de rendre des services électoraux au préfet.

LELONG Pierre: (1891-1947)
Général. Membre des Forces Françaises Libres. En 1943, il participe à la Libération de la Corse.

LEMAIRE Bernard: (1946-2009)
Préfet délégué à la sécurité en Corse de 1997 à 1998. Préfet du département de la Haute Corse de 1998 à 1999. Chevalier de la Légion d'Honneur.

LEMAIRE Philippe: (1934-2011)
Avocat au barreau de Paris. Abolitioniste de la peine de mort. Il défend les intérêts de la famille du préfet Claude Erignac, lors des deux premiers procès d'Yvan Colonna. Il décède lors du troisième procès, en cassation.

LE MARCHANT John Gaspard: (1803-1874)
Né à Londres. Aristocrate anglais. Officier. Administrateur colonial. Artiste peintre (aquarelliste). Il séjourne en Corse. Auteur des aquarelles intitulées Sagone near Evisa, Corsica, Bonifacio, Corsica, View in Corte, Corsica, Bastia, Corsica, Saint-Florent, Corsica...

LEMAS Pierre-René: (né en 1951)
Préfet de la Région Corse et du Département de la Corse du Sud de 2003 à 2006.

LE MEE-BARTOLOMEI Anne-Marie: (1924-2011)
Originaire de Carchetu. Personnel Féminin de l'Armée de Terre (PFAT) en Indochine. Poète, elle milite pour le maintien de la langue corse. Militante associative. Fondatrice, en 1976, du Syndicat des Copropriétaires Terriens de Castagniccia. Fondatrice, en 2003, de l'Association Syndicale de Gestion Forestière Les Hauts d'Orezza. Fondatrice, en 2005, du Centre d'Etudes Techniques et Economiques Forestier (CETEF) de Corse. Fondatrice, en 2006, du Syndicat Régional de Défenses des Propriétaires Forestiers Privés de Corse.

LE MEINDRE Jean, dit BOUCICAUT: (1366-1421)
Maréchal de France. En 1401, il est nommé gouverneur de Gênes par le Roi de France Charles VI le Bien Aimé. En 1403, il dépêche en Corse un nouveau magistrat génois comme gouverneur, Antoniotto Adorno. En 1406, il nomme le Génois Leonello Lomellino, gouverneur et Comte de Corse.

LE MENN Jacky:
D'origine bretonne. Bibliothécaire. Musicien (piano, guitare, accordéon). Auteur. Compositeur. Interprète. Fondateur du groupe insulaire Jakez Orkeztra en 2002.

LEMIRE (ou LAMIRO ?) Vanni: (?-1943)
Résistant. Il est fusillé par les Allemands qui se replient sur Bunifaziu, en Septembre 1943. Reconnu Mort pour la France. Son nom figure sur le Livre d'Or de la Résistance de la commune de Sartè.

LEMOINE Yvonne: (vingtième siècle)
Née à Paris. Artiste peintre (paysages). Elle adresse au Salon des Artistes Indépendants de 1933 deux peintures intitulées Coucher de soleil à Calvi (Corse), et Matinée à Calvi (Corse).

LENCHE (ou LENCI ou LENCIO ou LENCIU): (quinzième siècle)
Famille corse originaire de Florence et installée à Mursiglia. En 1454, elle est bénéficiaire d'un acte de reconnaissance de noblesse de la part de l'Ufficio di San Giorgio.

LENCHE Antoine: (1540-1588)
Originaire de Mursiglia. Neveu de Thomas. En 1568, il prend sa succession à la tête, en Algérie, du Bastion de France et de la Compagnie du Corail (jusqu'en 1588). Naturalisé Français en 1569. Il est Deuxième Consul de Marseille en 1587. En 1588, il est tué, à Marseille, par les partisans de la Ligue Catholique.

LENCHE Thomas (ou LENCI Tomasinu): (1510-1568)
Né à Mursiglia. Compagnon et mandataire de Sampieru Corsu. En 1533, il s'installe à Marseille. En 1547, il fonde, à Bône, en Algérie, la Magnifique Compagnie du Corail. En 1552, il enlève des contrats de pêche du corail à Constantinople, Alger et Bône. En 1553, à Marseille, il est naturalisé Français. Il change son nom Lenci en Lenche. En 1560, le Sultan Soliman II le Magnifique, et le Roi de France Charles IX, lui confirment le privilège d'établir une compagnie en Algérie, appelée le Bastion de France, un commerce où se traitent le corail, les peaux, le blé, des poudres, des agrès, des rames, etc... En 1562, il intervient, à Marseille, à la demande de Sampieru Corsu, auprès de Vanina d’Ornanu, l’épouse de ce dernier. En 1564, Sampieru Corsu, après avoir débarqué en Corse pour commencer sa révolte contre les Génois, lui écrit pour l’informer, et lui demander son appui. En 1565, il est nommé deuxième Consul de Marseille. Il y meurt en 1568.

LENCHE Thomas: (1573-1623)
Originaire de Mursiglia. Fils d’Antoine. En 1597, il prend la tête du Bastion de France à Alger, jusqu’en 1619. En 1619, il cède ses droits au Duc de Guise, gouverneur de Provence.

LENCHE Scipion: (1640-1677)
Originaire de Mursiglia. C'est le dernier de la lignée mâle des Lenche. Maître de camp de la compagnie des mousquetaires du Roi de France.

LENCHE Visconte: (1544-1580)
Originaire de Mursiglia. Frère d'Thomas. Installé à Marseille. Armateur. Avec son frère Antoine il gère le Bastion de France et dirige la Compagnie du Corail créés par leur oncle. A sa mort (victime de la peste), il lègue 50 écus d’or à la chapelle de l’Annunziazione, de Mursiglia.

LENCHERES (de) ?: (dix-huitième siècle)
Officier français. Chevalier. En Juin 1768, il conduit deux régiments (le Régiment Soissonais et le Régiment du Languedoc), d’une colonne commandée par le comte de Marbeuf. En Août, il commande une colonne qui prend Siscu, traverse le Capicorsu à A Bocca à Serra, et occupe Olcani et Albu, au nord de Nonza. En Décembre, il écrit: il n’y a pas de village, grand ou petit, où il n’y ait eu quelque Capo Popolo qui n’ait reçu de l’argent pour gagner les autres ou pour conseiller la soumission à l’arrivée des troupes ou pour contrarier les levées, sans compter ceux qui prennent ouvertement la solde dans les légions et autres corps francs.

LENCISA Faustino: (dix-neuvième siècle)
Auteur, en 1890, de Pasquale Paoli e le guerre d'Indipendenza della Corsica, historique des guerres pour l'indépendance de la Corse de 1729 à 1796.

LENCK Michèle: (1948-1980)
Psychologue à Aiacciu. En 1980, elle est tuée d'une balle en plein cœur, par les CRS, à Aiacciu, lors de la nuit d'émeutes durant l'Affaire Bastelica-Fesch. Sa passagère est, elle, atteinte de 3 balles en pleine tête.

LENTU (di) Ghjuvan Luca: (seizième siècle)
En 1585, il dépose une requête pour faire la paix avec la famille de l'assassin de son père.

LENTU (di) Lisandru: (?-1557)
Notable corse. En 1553, il est avec Sampieru Corsu et les Français contre les Génois. Après avoir enlevé Corti, il est mis à la tête de la ville. Il meurt en 1557, lors d’une bataille contre les Génois à l'église de Sant'Antuniu di Belgudè.

LENZIANI Toussaint:
Né à Bastia. Originaire de Luri. Journaliste (sportif). Il collabore à Corse nouvelle, à Nice-Matin, au Provençal Corse. Correspondant en Corse de L'Equipe et de Ring. Il écrit également dans Geo et L'Informateur Corse. Auteur d'un Guide des Restaurants de Corse en 1998.

LENZULONE: Voir AMBROSI Jean.

LEO: (quinzième siècle)
Evêque d'Aleria en 1412.

LEON: (sixième siècle)
Evêque de Corse en 591.

LEON 1er le Grand: (cinquième siècle)
Empereur Romain d’Orient de 457 à 474. En 460, devant une nouvelle occupation vandale de la Corse par Geiseric, il charge Marcellinus, gouverneur de Sicile, de repousser les envahisseurs.

LEON III (Saint): (750-816)
Pape de 795 à 816. En 795, il édite une notice citant l'existence, à Rome, d'un Monasterium Corsarum. En Mai 828, il demande à Charlemagne la confirmation de la donation de l'Ile à la papauté (il rappelle la Donation de Constantin de 325, qui serait d’ailleurs un faux fabriqué de toutes pièces par des faussaires pontificaux) et le supplie de garder la Corse hors de portée des Maures.

LEON IV (Saint): (?-855)
Pape de 847 à 855. Pendant son pontificat, de nombreux Corses s'enfuient en masse à Rome pour fuir les invasions Maures. Ils se réfugient sur le Transtevere, une des collines de la ville sainte, et à Ostie, où il les accueille avec sollicitude.

LEON X (Jean de Médicis): (1475-1521)
Pape de 1513 à 1521. En 1515, Ghjuvan Paulu di Leca est à Rome pour lui demander aide et secours, mais en vain.

LEONARD: Voir HUYCKE Léonard.

LEONARDI Antoine:
Né à Bastia (Lupinu). Producteur. Réalisateur. Gérant des éditions Ricordu de 1974 à 2015. Ce technicien audiovisuel aux multiples talents a produit dans son studio d'enregistrement de la périphérie ajaccienne plus de 80 artistes, et vendu plus de 1 million de disques exprimant le caractère et le cœur de la Corse. Avec lui, les groupes corses Canta u Populu Corsu, I Muvrini ou encore Chjami Aghjalesi, ont trouvé un tremplin pour atteindre le monde entier. Par ailleurs, sa société, Ricordu réalise de superbes films, notamment sur l'Ile, et agit comme prestataire de services pour des collectivités et des entreprises. Pilote d'avion.

LEONARDI Antoniu: (dix-huitième siècle)
Député pour la communauté de Grussettu, en Juin 1794, il participe à la Cunsulta Generale di Corti, qui approuve l’action de Pasquale Paoli et se prononce pour la rupture avec la France. Il adopte la Constitution du Royaume de Corse (anglo-corse), votée par la Cunsulta Generale, qui est une Constitution Monarchique, en 12 titres et 75 articles.

LEONARDI Jasone: (seizième siècle)
Prêtre de U Viscuvatu. En 1560, il s'illustre dans la défense du village contre une attaque des Turcs. Ces derniers sont repoussés et vingt d’entre eux sont tués.

LEONARDO (ou LEONARD) de PORT MAURICE (Saint): (1676-1751)
Italien. De son vrai nom Pietro Geronimo Casanova. Ecclésiastique. Religieux Franciscain de l’ordre de Saint Pierre d’Alcantara. Il a pour maître Bernardinu di Calinzana. En 1744, il est envoyé en Corse par le pape BENOIT XIV pour y accomplir une mission évangélisatrice et politique. Prédicateur éloquent, il fait douze missions en Corse. Il prêcha pour démontrer que la paix de Dieu était inséparable de celle de Gênes. Il sera canonisé par Pie IX en 1867.

LEONARDO (di) Pellegro: (quinzième siècle)
Génois. En 1495, l’Ufficio di San Giorgio l’envoie en Corse, pour retrouver et punir les assassins d'Alfonsu d’Ornanu. Il a, en outre, la charge de calmer Rinucciu della Rocca qui revendique toujours le fief de la victime.

LEONARDU: (dix-huitième siècle)
De Corti. Religieux Observantin. En Mars 1731, il participe à la Cunsulta di Orezza, où vingt théologiens les plus éminents de Corse (dix séculiers et dix réguliers), sont appelés à donner leur avis sur la justesse de la révolte corse, en droit légal et religieux. En Mars 1760, à Campulori, plus exactement à Prunete, près de Cervioni, il est responsable de l’installation, dans le couvent, de la première Stamperia (imprimerie) dans l’Ile.

LEONCINI Ange-François: (vingtième siècle)
Maire de A Penta di Casinca de 1943 à 1959.

LEONE (LEONI) Gerolamo: (seizième siècle)
Né à Ancône en Italie. En 1566, il est nommé évêque de Sagone. Le siège de Mariana-Accia étant vacant à la suite du départ de Nicolo Cicala, il se trouve titulaire des deux évêchés. Il prend sa charge d’évêque de Sagone en Janvier 1567. Il est chargé par le pape Pie V de faire une tentative de négociation pour obtenir la paix en Corse, mais les Génois refusent de parlementer. En 1568, il entame des négociations avec le gouverneur génois Giorgio Doria, aidé en cela par un ecclésiastique de San Fiurenzu, le prêtre Antoniu. En 1569, il établit les bases d'un accord entre les Nationalistes d'Alfonsu d’Ornanu, et Giorgio Doria. Il est récompensé par Gênes, pour services rendus. En 1572, il est autorisé par le pape Grégoire XIII, à s'installer provisoirement à l’église Nostra Signora di Vicu, la cathédrale de Sagone, et la ville elle-même, étant devenues inhabitables. En 1574, il tient un synode à Montemaio. Il édicte des peines contre ceux qui ont l'habitude de pleurer les morts, en se livrant à des manifestations diverses, estimant que celles-ci révèlent de l'Usanza Moresca. En 1578, il est nommé archevêque de Chieti, dans les Abruzzes; il est alors remplacé, à son poste d’évêque de Sagone, par Cesare Contardi, ancien évêque du Nebbiu.

LEONELLI Antoine-Marie: (né en 1978)
Originaire de Corti. Musicien (guitare, violon). Professeur de guitare. Titulaire d'une maîtrise de corse sur le quadrille et d'une licence professionnelle de conduite d'ensembles de musique traditionnelle. Il collabore aux groupes Tavagna, Voce Ventu, Notte... Médiateur en musiques traditionnelles au Musée de la Corse, en 2008.

LEONELLI Ghjuseppu dit U Rossu:
Militant nationaliste. Il est un des 8 participants qui, en 1973, à U Castellà di Casinca, avec d'autres des membres du FRC et de l'ARC, élaborent A chjama di Castellare, un texte qui appelle à une autonomie interne de la Corse et qui est un manifeste nationaliste.

LEONELLI Jean-Charles: (?-1943)
Originaire de U Castellà di Casinca. Résistant. Il saute sur une mine au cours d'une mission, lors des combats de la libération de la Corse, en 1943. Son nom figure sur le Monument aux Morts de la commune de Bastia.

LEONELLI Yannick: (né en 1950)
Armurier à Aiacciu. Il se dit membre du FLNC, ayant infiltré le SAC (Service d'Action Civique). En 1980, il fait partie du commando de FRANCIA intercepté par les Nationalistes, à Bastergà. Il est arrêté et condamné. Il est libéré en 1981 en application de la Loi d'Amnistie.

LEONETTI: (dix-huitième siècle)
Famille de Ciamanaccia. En 1759, elle est mêlée à Vindetta, avec les Gabrielli, qui fait sept morts.

LEONETTI Antoine:
Maire de Pruprià de 1865 à 1870, de 1871 à 1876, et de 1878 à 1881.

LEONETTI Felice (Ghjudice ?) Antoniu: (?-1794)
Né à Merusaglia. Neveu de Pasquale Paoli. Réfugié en Toscane après la défaite de Ponte Novu. Il sert dans l’armée anglaise lors de la guerre contre la France. Colonel britannique, il participe aux sièges de Mahon et Gibraltar, en 1782. En Septembre 1791, à la Deuxième Assemblée Provinciale Electorale à Corti, il est élu député de la Corse à l’Assemblée Législative Nationale. En Avril 1792, il est nommé commandant de la gendarmerie du Département de la Corse. En Mai 1793, il est destitué. En Juin, avec 2000 hommes, il attaque Calvi, où se trouve Nabuliu Buonaparte. Il est repoussé par les troupes de la Convention. En épousant la fille de Ghjuvan Battista de Fabiani en 1789, il fonde la famille Leonetti de Fabiani. Il décède en 1794, laissant une fille Dionisia, âgée de deux ans, dont le tuteur est Pasquale Paoli.

LEONETTI François: (1910-1993)
Né à Cugnoculu Muntichji. Sous-officier chez les tirailleurs marocains (il s'engage en 1930), il participe au débarquement de Provence en 1944. Cité à l'Ordre de l'Armée, décoré de la Médaille militaire et de la Croix de Guerre avec palme sur le front des troupes en 1945. Adjudant au Régiment de Tirailleurs Algériens, il participe à la Guerre d'Indochine, de 1952 à 1954. Chevalier d'Ouissam Alaouite. Médaille commémorative du Maroc. Chevalier de la Légion d'Honneur pour faits de guerre (1961). Officier de la Légion d'Honneur en 1961. Conseiller municipal de Pila Canali. La 258ème promotion de l'Ecole Nationale des Sous-Officiers de Saint-Maixent (2009) porte son nom.

LEONETTI Jean: (1899-1972)
Né à Pruprià. Fonctionnaire. Militant socialiste de la première heure, il participe à la création de la fédération socialiste SFIO du Maroc en 1925. Secrétaire fondateur de la section socialiste de Rabat, il est aussi secrétaire général du Parti Socialiste du Maroc de 1929 à 1931, de 1936 à 1940 et de 1942 à 1945. Député (socialiste) du Maroc de la première et de la seconde Assemblée Nationale Constituante de 1945 et 1946. Sénateur des Français du Maroc de 1946 à 1959. Il décède à Marseille en 1972.

LEONETTI Jean: (né en 1948)
Né à Marseille. Médecin cardiologue. Maire d'Antibes depuis 1995. Député (droite) des Alpes-Maritimes depuis 1997. Président de la Mission parlementaire sur l’accompagnement de la fin de vie en 2004. Président de la Fédération Hospitalière de France en 2010. Ministre auprès du ministre d'État, ministre des Affaires Etrangères et Européennes, chargé des Affaires Européennes en 2011. Auteur de Le Principe de modération (2003), Vivre ou laisser mourir: Respecter la vie, accepter la mort (2005), La République des valeurs: Une éthique du politique (2006)...

LEONI: (quinzième siècle)
Famille de Balagna. En 1454, ses membres sont bénéficiaires d'un acte de reconnaissance de noblesse de la part de l'Ufficio di San Giorgio.

LEONETTI Marc:
Originaire de Muru. Artiste plasticien.

LEONETTI Maryline: (née en 1977)
Originaire de Bastia. Chanteuse lyrique (soprano). Musicienne (orgues). Titulaire d'un DEUG de musicologie. Diplômée de chant du conservatoire (France). Diplômée d'interprétation scénique du conservatoire (Italie). Certifiée de solfège du conservatoire. Lauréate au Concours International de Chant de Canari (2003). Médaille d'or en musique de chambre.

LEONETTI Paul:
Maire de Pruprià de 1919 à 1925.

LEONETTI Paul:
Chef d'entreprise à Aiacciu. Militant nationaliste (Corsica Libera). Elu conseiller territorial en 2015.

LEONI Ambroghju: (dix-huitième siècle)
Né à Belgudè. En 1707, il est Babbu di U Cumunu de Belgudè.

LEONI Amatu:
Poète traditionnel. Auteur de Trè Fogli di Puesia, paru en 1982.

LEONI Ange-François: (?-1870)
Originaire de Belgudè. Militaire. Il est tué en 1870, lors de la guerre franco-prussienne de 1870-1871. Son nom figure sur le Monument aux Morts de la commune de Belgudè.

LEONI Antoniu: (dix-septième siècle)
De Belgudè. Jurisconsulte en 1640.

LEONI Apostolinu: (1806-?)
Né à L'Isula. Directeur à la Guyane Française.

LEONI Aristide François Xavier: (1908-1982)
Né à Bastia. Militant socialiste à la SFIO. Employé à l'administration des Chemins de Fer de la Corse. Secrétaire du syndicat des cheminots de Corse en 1934. Secrétaire de l'Union Départementale des Syndicats de Corse. En 1943, il est arrêté par l'occupant italien et interné au camp de Prunelli di Fiumorbu. Après la guerre, il devient secrétaire du syndicat FO des cheminots. Il décède à Bastia en 1982.

LEONI Barthélémy: (dix-neuvième siècle)
Né à Muratu. Receveur des postes.

LEONI Claude: (?-1870)
Originaire de Belgudè. Militaire. Il est tué en 1870, lors de la guerre franco-prussienne de 1870-1871. Son nom figure sur le Monument aux Morts de la commune de Belgudè.

LEONI Clément: (1874-?)
Né à Muratu. Fils de Barthélémy. En 1896, il quitte la Corse pour rejoindre les Amériques.

LEONI Felicitanu: (?-1731)
De Belgudè. En 1701, il est capitaine au service du Royaume de Naples. En 1731, il est tué lors de la prise de la tour de Nonza par les Naziunali.

LEONI Gabriel: (1919-1939)
Originaire de Azilone-Ampaza. Militaire. Caporal-chef au 21ème Régiment d'Infanterie Coloniale (21RIC). Il est décédé, lors de la Seconde Guerre Mondiale, à Eberbach, en Moselle, en 1939. Son nom figure sur le Monument aux Morts de la commune d'Azilonu Ampaza.

LEONI Gaetanu: (dix-neuvième siècle)
Originaire de Luri. Artiste peintre décorateur en activité en Corse entre 1875 et 1903. Il décore l'église de Sant'Andria d'Ersa, en 1875 et l'église paroissiale de Luri, en 1903.

LEONI Ghjuseppu:
Directeur d'école. Elu président de l'ADECEC en 1998. Historien. Responsable du musée de l'ADECEC à Cervioni. Auteur de Corsica, 9000 ans d'Histoire, paru en 1976, Storia nustrale in prima scola, en 1985...

LEONI Ghjuvan Battista: (dix-huitième siècle)
De Belgudè. Prêtre. En 1725, il est membre du Parlement Corse. Curé de Belgudè en 1752.

LEONI Ghjuvan Battista: (1747-1802)
Neveu de Pasquale Paoli. A l'origine de la famille Leoni de Paoli. Député pour la communauté de Palasca, en Juin 1794, il participe à la Cunsulta Generale di Corti, qui approuve l’action de Pasquale Paoli et se prononce pour la rupture avec la France. Il adopte la Constitution du Royaume de Corse (anglo-corse), votée par la Cunsulta Generale, qui est une Constitution Monarchique, en 12 titres et 75 articles. Neveu de Pasquale Paoli. A l'origine de la famille Leoni de Paoli.

LEONI Ghjuvanni Andria: (1756-1822)
Né à Belgudè. Capitaine d’infanterie. Commandant de la place de L’Isula.

LEONI Lurenzu: (1848-1924)
Né à Ochjatana. Ecrivain de langue corse.

LEONI Marcanghjulu: (1600-1668)
Né à Santa Riparata di Balagna. Jurisconsulte.

LEONI Paul: (né en 1940)
Né à Tunis (Tunisie). Originaire de Pila Canali, Cugnoculu-Muntichji, Tassu et A Soccia. Ex-chanteur yé-yé, il devient coordonnateur pour l'Action en Faveur des Personnes Agées pour la Corse-du-Sud, en 1981. Président des associations Seniors Vie et Passion et Seniors Actions Solidarité. Auteur de Senior Rebelle (2011).

LEONI Petru: (dix-septième siècle)
Juriste, d’abord Jésuite, puis Pievanu de La Trinita d’Aregnu, il publie, en 1654, à Livourne son Praeparatorium Judicorum.

LEONI Pierre-François: (dix-neuvième siècle)
Né à Belgudè. Capitaine en 1804.

LEONI Raùl: (1905-1972)
Originaire de Muratu. Né au Venezuela. Fils de Clément. Président de la Fédération des Etudiants du Venezuela en 1928. Il milite dans des activités syndicales et politiques de gauche et est expulsé du Venezuela. Il devient docteur en droit et en sciences sociales à l'université de Bogota, en Colombie, en 1938. En 1945, il est ministre du Travail dans le gouvernement du Venezuela avec une junte révolutionnaire. De nouveau expulsé, après un coup d'état, il rejoint Washington en 1948. De retour en 1958, il est élu sénateur de l'Estado Bolivar, et accède à la présidence du parlement vénézuélien. En 1964, il est élu président de la République Vénézuélienne (contre Arturo Uslar Pietri, autre Corse originaire d'Ersa). Il abandonne le pouvoir en 1969. Il fait un périple en Corse en 1970. Malade, il décède à New-York en 1972.

LEONI de PAOLI Andria-Luiggi: (1829-1891)
Né à Palasca. Maire de Palasca.

LEONI de PAOLI Petru: (1771-1834)
Né à Palasca. Petit-neveu de Pasquale Paoli. Maire de Palasca en 1810.

LEONZI Joseph: (1804-1833)
Né à Santa Maria Siché. Gendarme. En 1832, à Bastia, il est condamné à 10 ans de Travaux Forcés, pour coups et blessures ayant entrainé la mort sur la personne de sa fille naturelle. Il décède à l'hôpital du bagne de Toulon (Var), en 1833.

LEOPOLDI Emmanuelle: (née en 1970)
Née à Bastia. Journaliste. Elle exerce à FR3 Corse depuis 1996. Responsable de l'émission télévisée Fora di Strada depuis 2009.

LEOTARD Ange-Philippe (Philippe LEOTARD): (1940-2001)
Né à Nice. Originaire d'Aiacciu. Petit-fils du photographe Ange Tomasi. Acteur de cinéma et de théâtre.

LEOTARD François: (né en 1942)
Né à Cannes. Originaire d'Aiacciu. Frère de Philippe. Administrateur civil. Homme politique (UDF). Maire de Fréjus (Var) de 1977 à 1997. Conseiller général du Var de 1979 à 1988. Député du Var de 1978 à 2001. Ministre de la Culture et de la Communication de 1986 à 1988. Ministre de la Défense Nationale de 1993 à 1995. Conseiller régional de la région PACA de 1998 à 2004. Auteur de À mots découverts (1987), Culture : les chemins de printemps (1988), Pendant la crise le spectacle continue (1989), Adresse au président des républiques françaises (1991), Place de la République (1992), Ma liberté (1995), Pour l'honneur (1997), Je vous hais tous avec douceur (2000), Paroles d'immortels (2001), La couleur des femmes (2002), À mon frère qui n'est pas mort (2003), La vie mélancolique des méduses (2005), Le silence, (2007), Prix Jackie Bouquin, Ca va mal finir (2008), La nuit de Kahina, (2010), Habitare secum, (2011)...

LE PETIT Alfred, Marie-Joseph: (1876-1953)
Né à Fallencourt (Seine-Maritime). Artiste peintre. Graveur. Il séjourne en Corse en 1909. Il adresse au Salon la Société Nationale des Beaux-Arts de 1910 une peinture intitulée Paysage Corse, à celui de 1913, Paysage Corse et un dessin aquarellé Un musicien ambulant (Corse), et à celui de 1915, les deux mêmes oeuvres. Au Salon d'Automne de 1910, il expose Un hameau corse. Auteur également de Paysage corse (1908), et Corse, Paysage corse, Montagne corse dans la brume, Corte (Corse), Montagne corse, Campile (Corse), toutes réalisées en 1909.

LEPETIT Luc: (1904-1981)
Né à Coutances (Manche). Artiste peintre (paysages). Il séjourne en Corse à la fin des années 1940. Au Salon des Artistes Français de 1949, il expose L'ancien berger à Tolla en Corse, à celui de 1966, Le vieux port de Bastia, et Casels à Tolla. Il adresse au Salon des Artistes Indépendants de 1950 une peinture intitulée Paysage corse.

LEPIDI Felice Antoniu: (dix-huitième siècle)
Député pour la communauté de Zuani, en Juin 1794, il participe à la Cunsulta Generale di Corti, qui approuve l’action de Pasquale Paoli et se prononce pour la rupture avec la France. Il adopte la Constitution du Royaume de Corse (anglo-corse), votée par la Cunsulta Generale, qui est une Constitution Monarchique, en 12 titres et 75 articles.

LEPIDI Ignaziu Ghjuseppu: (1752-?)
Né à Tallone. Commissaire de guerre. En 1799, il est élu député du Département du Golu au Conseil des Cinq Cents.

LEPIDI Jean-Charles: (Né en 1921)
Né à La Seyne-sur-Mer (Var). Originaire de A Porta d'Ampugnani. Directeur d'école professionnelle. Directeur de journal. Député (droite) de la Seine en 1958 à 1968.

LEPIDI Pierre:
Originaire de A Porta d'Ampugnani. Journaliste. Reporter. Ecrivain. Après des études de journalisme à l'Institut des Médias de Paris en 1996, il travaille pour divers journaux, notamment au service des sports du journal Le Monde. Passionné par l'Afrique, il publie des récits de voyage, Carnets d'Afrique (2004) et Nouakchott-Nouadhibou (2005), ainsi qu'un roman Dilemme (2005). Auteur de Héros de la Révolution de Corse, 1729-1769, en 2008.

LEPIDI-ACQUAVIVA Marcè: (né en 1985)
Originaire de Corti. Artiste peintre. Plasticien. Graphiste.
Voir le site de Marcè LEPIDI-ACQUAVIVA.

LEPIDUS Marcus Aemilius: (?-77 avant notre ère)
Sénateur et aristocrate. Consul romain. Il soulève la Corse et la Sardaigne contre le Sénat pour tenter d'obtenir le titre de dictateur. Il échoue et est vaincu par Pompée. Il décède (assassiné ?) en Corse en 77 avant notre ère.

LEPORATI Jacques, dit Tzek: (né en 1971)
Né à Bastia. Il effectue des études sur l'Histoire de l'Art à Aix-en-Provence. Comédien. Auteur. Acteur de cinéma. En 1995, il crée, avec Eric Fraticelli, le duo comique Tzek et Pido. Le duo se sépare en 2005, et il entame en solo une carrière d'humoriste avec son one-man-show Seul comme une chienne), en 2006.

LEPORI Raphaël:
Né à Bastia. Photographe. Fondateur de la galerie d'art Stonde, à Bastia. Militant nationaliste.

LERCARI Domenico: (seizième siècle)
Génois. Gouverneur de la Corse en 1502. Il succède à Bartolomeo Giustiniani. Il est remplacé en 1503 par Lazzaro Pichinotti.

LERCARI Leonello: (seizième siècle)
Génois. Gouverneur de la Corse en 1515. Il succède à Cipriano Foglieta. Il est remplacé en 1516 par Raffaello Doria.

LERCARI Stefano: (seizième siècle)
Marin génois. En 1516, la galère qu’il commande est capturée par les Turcs au large de la Corse; tous ses occupants sont réduits à l'esclavage.

LERCARO Avelino: (dix-septième siècle)
Génois. Gouverneur de la Corse en 1603. Il succède à Marco Antonio Giustiniani. Il est remplacé, en 1604, par Giovanni Domenico della Torre.

LERCARO Geronimo: (dix-septième siècle)
Génois. Gouverneur de la Corse en 1625. Il succède à Marco Aurelio Oderigo. Il récompense Augustinu Bianchi, de Coghja, capitaine et commissaire au service de Gênes, qui, en 1625, alors que la République est en guerre contre la Maison de Savoie, déjoue un complot fomenté à Bastelica, par un moine capucin. Il est remplacé, en 1627, par Giulio Sauli.

LERCARO Giovanni: (quinzième siècle)
Gouverneur de la Corse en 1458. Il remplace Antonio Manetta. Il fait pendre Valentinu, le frère de l'évêque d'Aleria, qui prenait parti pour son neveu Vinciguerra, dans l’affaire de l’assassinat de Michele de Germani. En 1459, il est remplacé par Giovanni da Levante.

LEREY Franc Adam: (dix-neuvième siècle)
Ingénieur des Ponts et Chaussées à Bastia. Membre, en 1803, de la Société d’Instruction Publique du Département du Golu.

LE RICOLAIS Georges-Robert: (1884-1977)
Né à La Roche-sur-Yon (Vendée). Ingénieur hydraulique. Architecte. Poète. Théoricien. Artiste peintre. Au Salon d'Automne de 1918, il adresse deux peintures intitulées Maisons à Corte, et Maisons corses.

LERIS-MALTI Anne: (1952-2010)
Journaliste à FR3 Corse Via Stella. Elle collabore au quotidien Le Monde.

LEROUGE Georges Louis: (dix-huitième siècle)
Editeur et géographe à Paris. En 1768, il édite une carte de la Corse.

LE ROUX (ROSSI) Dominique dit Pellegrinu: (1723-1781)
Né à U Sulaghju. En 1773, à Bastia, il est condamné à 9 ans de Galères, pour complicité et port d'armes. Il décède à l'hospice des chiourmes du bagne de Toulon (Var), en 1781.

LEROY Paul Alexandre Alfred: (1860-1942)
Né à Paris. Artiste peintre (paysages, portraits, orientaliste). Illustrateur. Auteur des toiles intitulées Portrait de M. Andrei (1891) et Le joueur de Guzla, qui figurent au Musée Fesch, à Aiacciu.

LESBAUDY Geneviève Marie: (1904-décédée en ?)
Née à Paris. Artiste peintre (paysages). Elle adresse au Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts de 1931 une série de dessins intitulés Paysages de Corse.

LESCHI Eugène-Louis: (1867-1951)
Originaire de Bastia. Ecclésiastique. Chanoine archiprêtre de Notre Dame de Lourdes à Bastia, qu'il fonde en 1911. Collaborateur à La Corse Catholique. Président de la Société des Sciences Naturelles et Historiques de la Corse.

LESCHI Henri: (?-1996)
Né à Erone. Ancien combattant de la guerre 1914-1918. Maire d'Erone de 1925 à 1996. Ancien doyen des maires de France, il détient le record de longévité dans un mandat de maire.

LESCHI Jean-Dominique: (né en 1945)
Né à Pont-de-Castirla. Artiste peintre (figuratif, abstrait). Après ses études il rentre en Corse en 1970. Il expose à Aiacciu en 1978, 1979, 1981, 1983, 1984, 1985, 1997..., à Corti, à San Fiurenzu.. Animateur de la section Art plastiques de l'Université de Corse de 1989 à 1995.

LESCHI Jean-Noël: (né en 1933)
Né à Valle di Rustinu. Sous-officier (marine nationale). Maire (divers droite) de Valle di Rustinu de 1995 à 2008. Ancien président des Anciens Combattants de Haute-Corse.

LESCHI Louis: (1893-1954)
Né à Bastia. Historien. Archéologue. Epigraphiste. Agrégé de lettres en 1922. Professeur au lycée d'Alger. Titulaire de la chaire de langue et Littérature anciennes en 1929. Titulaire de la chaire des Antiquités d'Afrique en 1932. Auteur de nombreux ouvrages sur l'archéologie de l'Afrique du Nord. Avec Albert Chauvel, il commence les premières fouilles archéologiques sur le site de la cité antique de Mariana dès 1936. Il décède à Alger en 1954.

LESEUR Elisabeth (Pauline Elisabeth ARRIGHI): (1866-1914)
Née à Paris. Fille aînée d'Antoine Arrighi, conseiller général général de la Corse. Ecrivain mystique, célèbre par la publication posthume de son journal. Auteure de Journal et Pensées de chaque jour (1917), La vie spirituelle, (suivi de) Une âme (1919), Lettres sur la souffrance (1921), et de Lettres à des incroyants (1923), tous publiés après sa mort.

LESPINASSE Yvonne: (vingtième siècle)
Née à Paris. Artiste peintre. Elle adresse au Salon des Artistes Français de 1938 une aquarelle intitulée Vieille fontaine, Bastia.

LETIA Paul: (1896-1965)
Né à Aiacciu. Militaire. Colonel d'Infanterie. Grand officier de la Légion d'Honneur. Croix de Guerre 14-18 avec étoiles de bronze et d'argent. Croix de Guerre TOE avec palme.

LETTERON Lucien Auguste: (1844-1918)
Né à Champigny (Yonne). Ecclésiastique. Chanoine. Abbé. Historien. En 1878, il est professeur au lycée de Bastia. Il lance l'idée d'une distribution de premiers prix au lycée de Bastia. En 1879, il fonde la Société des Sciences Historiques et Naturelles de la Corse (SSHNC). En 1884, il publie dans le BSSHNC la traduction du texte latin de De Rebus Corsicis, de Petru Felice Cirneo. En 1886, il publie Carteggio fra sua eccellenza Pasquale de'Paoli, generale del Regno di Corsica ed il signor Duca di Choiseul, Ministro di Francia. Il traduit Histoire de la Corse, d'Agostino Giustiniani, les chroniques de Ghjuvanni della Grossa et de Petrantoniu Monteggiani, et la chronique d'Antoniu Petru Filippini, le tout publié par le BSSHNC en 1888. En 1890, il publie Pièces et documents pour servir à l'Histoire de la Corse pendant la révolution française (1790-1791). En 1894, il publie Correspondance du Comité Supérieur siégeant à Bastia en 1790 En 1911, il publie Lettres de Napoléon 1er concernant la Corse. En 1913, il publie, dans Le Bulletin, Pontenovo, journal de Monsieur de Lenchères, et Pascal Paoli avant son généralat. Chevalier de la Légion d'Honneur.

LEVA (da) Antonio: (seizième siècle)
Génois. Gouverneur de la Corse en 1527, il succède à Gianbattista da Varese. Il est remplacé, par Giovanni de Salvago.

LEVA (de) Santo (Don): (seizième siècle)
Militaire espagnol. En 1553, il est, avec ses hommes, au service des Génois d'Agostino Spinola, qui contrent l’offensive des Français en Corse.

LEVALLOIS: Voir ROSSI Robert.

LEVANTE (da) Galeazzo: (quinzième siècle)
Gouverneur de la Corse en 1491. Il succède à Cristoforo Cataneo. Il inspecte les travaux de la construction de la forteresse de Calvi. Il est remplacé, en 1494, par Giacomo Vegetti.

LEVANTE (da) Geronimo ou Giacomo dit le Levantino: (?-1552)
Ingénieur et architecte génois. Employé en Corse par l'Ufficio di San Giorgio. En 1540, il aménage le port d’Algaiola. En 1544, il renforce la citadelle de Calvi. En 1550, il construit la tour de La Parata. En 1551, il construit la tour de Girulata. En 1552, il construit la tour de Capitellu.

LEVANTE (da) Giovanni: (quinzième siècle)
Gouverneur de la Corse en 1459. Il remplace Giovanni Lercaro.

LEVANTE (da) Giovanni Battista (Francesco ?): (seizième siècle)
Génois. En 1587 et 1596, il est podestat de Bastia.

LEVANTE (da) Giovanni Battista (dix-septième siècle)
Génois. Notable bastiais. Il gère l'étang de Biguglia en 1690. Podestat de Bastia en 1681, 1683 en 1693, 1699 et 1705.. Membre de l'Accademia dei Vagabondi.

LEVANTE (da) Nicolo: (quatorzième siècle)
Vicaire génois, podestat de Bunifaziu. En 1346, il reçoit les soumissions des Cinarchesi Guglielmu della Rocca, Risterucciu della Rocca, Lupu d’Ornanu et Arrigucciu d’Ornanu.

LEVANTI Jean: (1928-2007)
Originaire de Venacu. Médecin militaire dans la Marine en 1951. Il participe à la guerre d'Indochine. Il sert ensuite en Asie, en Europe et en Afrique. Il quitte la Marine en 1974, et exerce à Aiacciu. Officier de la Légion d'Honneur. Chevalier de l'Ordre National du Mérite.

LEVANTO Francesco Maria: (dix-septième siècle)
Hydrographe à Gênes. En 1664, il dessine une carte de la Corse.

LEVIE Charles (Charles LEVIER): (1920-2003)
Né à Aiacciu. Fils de Marcel. Résistant. Artiste peintre (figuratif). Dessinateur. Après la Libération, il s'installe aux Etats-Unis, à Los-Angeles (il est cinéaste à Hollywood), puis à New-York en 1985. Il expose régulièrement à Aiacciu entre 1970 et 1990.

LEVIE Etienne Jean-Baptiste: (1824-1897)
Né à Aiacciu. Docteur en médecine de la Faculté de Montpellier (1851). Médecin principal à l'hôpital militaire de Marseille. Commandeur de la Légion d'Honneur. Médaille de Sa Majesté la Reine d'Angleterre. Médaille de la Campagne dItalie. Croix de Pie IX.

LEVIE Francescu dit Piedifalcu: (dix-neuvième siècle)
D'Aiacciu. Parent du maire Francescu Maria Levie. En 1809, dans le cadre de la Conspiration d’Aiacciu, le général Joseph Morand le fait arrêter avec 23 à 29 personnes. Il est soupçonné d'être celui chez lequel se réunissaient les conjurés. Il est condamné à la prison à vie. Il est dirigé sur Corti, puis Bastia, où on l'embarque pour Gênes, et de là il est emprisonné dans le département de l'Isère. Sur intervention de Napoléon 1er, et après enquête, il est libéré, ainsi que tous les autres condamnés du procès. Il est gracié en 1813. En 1818, il est membre correspondant de la Société d'Instruction Publique du Département de la Corse. Membre de la Société Centrale d'Agriculture de la Corse.

LEVIE Francescu Maria: (1762-1836)
En Août 1798, il est élu Président de la Municipalité de la ville d'Aiacciu. Maire d'Aiacciu de 1805 à 1814. En 1809, après le jugement des conjurés de la Conspiration d’Aiacciu, il se rend en personne à Paris pour se plaindre à l’Empereur. En 1810, il représente le Département du Liamone, plus précisément la ville d'Aiacciu, au mariage de Napoléon 1er. En 1815, durant les Cent Jours, il dissout le conseil municipal royaliste, reprend le siège de maire et nomme ses adjoints. En 1818, il est membre correspondant de la Société d'Instruction Publique du Département de la Corse. Membre de la Société Centrale d'Agriculture de la Corse. En 1830, durant les Trois Glorieuses, il est membre de la Commission désignée par le Conseil Municipal d'Aiacciu qui est chargée du maintien de l'ordre.

LEVIE Geronimu: (dix-huitième siècle)
Notable d’Aiacciu. Chanoine. Ingénieur des fortifications d’Aiacciu. En Octobre 1763, il est dans la confidence de l’action menée par les Massiera et quelques Naziunali, qui tentent de prendre la citadelle. Les soldats génois restent maîtres des lieux.

LEVIE Ghjuseppe Maria: (1773-1812)
Né à Aiacciu. Militaire. Il débute sa carrière dans la Garde Nationale à Aiacciu en 1792. Puis il passe sous les ordres du général Gentile. Après le siège de Bastia, en 1794, il gagne la France et est promu lieutenant lors de la campagne d'Italie. Capitaine adjudant-major de la place d'Aiacciu en 1797. En 1798, il rejoint l'Armée d'Italie et est nommé chef de bataillon. Grièvement blessé en 1799, il est fait prisonnier par les Austro-Russes. Rentré en France, il retrouve l'Armée d'Italie. En 1806, après avoir participé à la conquête du Royaume de Naples, il est promu colonel. Il participe à la campagne d'Allemagne en 1807, puis il est est en Italie et dans le Tyrol (1809). Il est de la campagne de Russie, et est nommé général de brigade, en 1812, peu avant l'évacuation de Moscou. Il est tué au combat lors de la retraite de Russie, en 1812.

LEVIE Ghjuvan Girolamu: (dix-huitième siècle)
Député pour la communauté d’Aiacciu, en Juin 1794, il participe à la Cunsulta Generale di Corti, qui approuve l’action de Pasquale Paoli et se prononce pour la rupture avec la France. Il adopte la Constitution du Royaume de Corse (anglo-corse), votée par la Cunsulta Generale, qui est une Constitution Monarchique, en 12 titres et 75 articles.

LEVIE Ghjuvan Girolamu: (1740-1801)
Partisan de Pasquale Paoli, il est le chef du parti paoliste à Aiacciu. Premier maire élu d’Aiacciu en Mars 1790 (jusqu'en 1791). Il devient un allié de Nabuliu Buonaparte lorsque Pasquale Paoli s'éloigne de la révolution. En Mai 1793, Nabuliu Buonaparte, en fuite, recherché par les Paolistes, trouve asile chez lui. Il s'occupe de la gestion des biens des Buonaparte, et en 1798, il estime les pertes éprouvées par la famille de Leticia Bonaparte, pendant l’occupation anglaise, à 124800 Francs. En Avril 1800, il est nommé Président de la municipalité de la ville d’Aiacciu par Nabuliu Buonaparte, alors Premier Consul. Conservateur des Bois et Forêts en 1801. Il décède la même année. Dans son testament, Napoléon lui avait légué 100000 Francs.

LEVIE Jean-Jérôme: (1809-1886)
Né à Aiacciu. Arrière-petit-fils de Ghjuvan Girolamu, maire d'Aiacciu en 1790. Conseiller à la Cour d'Appel de Bastia. Artiste peintre (aquarelles). Il réalise entre 1840 et 1865 une importante série d'aquarelles sur la Corse. Chevalier de la Légion d'Honneur.

LEVIE Marcel Ange Toussaint-Marie Stanislas: (1895-1939)
Né à Balleroy (Calvados). Héros de la Première Guerre Mondiale. Lieutenant au 110ème Régiment d'Infanterie. Grand mutilé de guerre. Journaliste. Directeur de l'hebdomadaire Le Petit Corse, à Aiacciu, en 1924. Grand-Officier de la Légion d'Honneur. Croix de Guerre 14-18. Médailles Interalliée et Commémorative de la Guerre 14-18. Officier de la Couronne d'Italie. Croix Militaire anglaise.

LEVIE Santu: (dix-neuvième siècle)
Adjoint au maire d’Aiacciu en 1837.

LEVIE-ANDREAU ?: (vingtième siècle)
En 1900, elle est la première présidente de la la Croix Rouge qui s'installe à Aiacciu.

LEVY Claude: (né en 1932)
Né à Conca. Avocat. Ancien plus jeune bâtonnier de France. Co-fondateur du Gazelec Football Club d'Aiacciu (en 1960) dont il est le président de la section football de 1971 à 1973. Président du Crédit Mutuel de Corse.

LEVY Janine: Voir CARLOTTI Marie-Antoinette.

LEWINO Walter Affroville: (1887-1959)
Né à Londres. Artiste peintre anglais (aquarelliste). Il séjourne en Corse en 1938. Il adresse au Salon des Tuileries de 1939 une peinture intitulée Paysage corse, et à celui des Indépendants de 1945, Eglise de Piana, Corse.

LEX SONREL ?: (vingtième siècle)
Né à Blois (Loir-et-Cher). Artiste peintre. Il adresse au Salon d'Automne de 1938 une peinture intitulée Les fêtes d'Ajaccio, 1938.

LEYRIT Christian: (né en 1949)
Préfet de la Région Corse et du Département de la Corse-du-Sud de 2007 à 2008. Il succède à Michel Delpuech. Stéphane Bouillon le remplace.

L'HERMINIER Jean: (1902-1953)
Capitaine de corvette. Commandant du sous-marin Casabianca qui, pendant la seconde guerre mondiale, fait la liaison entre Alger et la Corse pour organiser la résistance. En 1942, ses marins débarquent sur la plage de Chjuni, à six kilomètres au nord de Carghjese. En 1943, sous son commandement, le sous-marin Casabianca entre le premier dans le port d'Aiacciu récemment libéré, afin d'y débarquer les 109 hommes du bataillon de choc. Suite à une grave maladie, il est amputé des deux jambes. Capitaine de vaisseau en 1945, il décède de sa maladie, en 1953.

L’HOPITAL (de) ?: (dix-huitième siècle)
Officier français. Baron. Lieutenant. Commandant de la place de Corti en 1788.

LIBERDERIE (de) ?: (dix-huitième siècle)
Membre français du Conseil Supérieur de la Corse en 1788.

LIBERI Zélie: (?-1943)
Résistant. Membre des Forces Françaises de l'Intérieur (FFI). Il est tué par les Allemands lors des combats pour la libération de Bastia, en Septembre 1943. Reconnu Mort pour la France. Son nom figure sur le Monument aux Morts de la commune de Bastia et sur le Livre d'Or de la Résistance de la commune de Sartè.

LIBERTA: Voir BAGLIONI Petru.

LIBERTAT Antoine (BAYON de LIBERTAT Antoine): (seizième siècle)
Originaire de Calvi. Frère de Pierre. Il participe à le libération de Marseille avec ses frères, en 1596. En récompense, il sera anobli par le Roi de France Henri IV.

LIBERTAT Barthélémy (BAYON de LIBERTAT Barthélémy): (seizième siècle)
Originaire de Calvi. Frère de Pierre. Il participe à le libération de Marseille avec ses frères, en 1596. Premier viguier de Marseille jusqu’en 1601. En récompense, il sera anobli par le Roi de France Henri IV.

LIBERTAT Pierre (BAYON de LIBERTAT Pierre): (1550-1597)
Originaire de Calvi. Fils de Ghjuvan-Battista Baglioni. Descendant de Petru Baglioni, dit Liberta, le libérateur de Calvi en 1421. Capitaine de la Blanquerie, chargé de la garde de la Porte Royale, à Marseille, en 1592. En 1596, il tue, avec l’aide de ses frères Barthélemy et Antoine, le premier consul de la ville, Charles Casaulx, qui s'apprête à livrer la ville aux Espagnols. Il parvient à mettre en fuite ces derniers. En récompense, il est anobli par le Roi de France Henri IV. Il meurt, à Marseille, en 1597. Une statue lui est élevée dans la grande salle de l’Hôtel de ville, une autre, en 1610, à la Porte Royale de Marseille.

LICCIA Dominique: (né en 1953)
Né à Nuvella. Artiste peintre (art brut, graffiti-art). Il expose à Lyon (1990, 1994, 1996, 2005...) et à L'Isula en 2009.

LICCIA Guidu: (dix-septième siècle)
Originaire de Santa Riparata di Balagna. En 1626, il est élu membre des Nobili Dodeci. Il est le fondateur de la famille Liccia, de Santa Riparata di Balagna et de Munticellu.

LICCIA Ghjacumu: (dix-huitième siècle)
Originaire de Santa Riparata di Balagna. Fils de Ghjuvan Dumenicu. Prêtre. Secrétaire de la sous-préfecture de Calvi en 1815.

LICCIA Ghjacumu Francescu: (1816-1852)
Originaire de Santa Riparata di Balagna. Sous-officier au Bataillon des Chasseurs à Pied lors de l'expédition de Rome, où il est tué en 1852. Chevalier de la Légion d'Honneur.

LICCIA Ghjuvan Battista: (1705-?)
Originaire de Santa Riparata di Balagna. Lieutenant porte-étendard.

LICCIA Ghjuvan Dumenicu: (1732-1792)
Originaire de Santa Riparata di Balagna. Fils de Ghjuvan Battista. Docteur en médecine.

LICCIA Jean-Christophe:
Ingénieur. Président de l'association Petre Scritte. Co-auteur de Les Servites de Marie et la Balagne (2001), Les Servites de Marie en Corse: Histoire, patrimoine, vie conventuelle (2004). Auteur de Les Maisons d'américains (2006). Il participe à l'élaboration du Dictionnaire historique de la Corse, sous la direction de Laurent Serpentini, paru en 2006.

LICCIA Marcellu: (1755-?)
De Balagna. Maire de U Munticellu de 1809 à 1813 et en 1820.

LICCIA N. alias Albertville: (vingtième siècle)
Originaire de Santa Riparata di Balagna. Instituteur. Directeur d'une revue littéraire. Il publie, vers 1935, sous le pseudonyme d'Albertville, un recueil de poésies préfacé par la Comtesse de Noailles.

LICCIA Simone Ghjuvanni: (1716-1781)
De Santa Riparata di Balagna. Représentant de la communauté de Santa Riparata di Balagna auprès de Pasquale Paoli en 1764.

LICCIA Simone Ghjuvanni: (1782-1860)
De Santa Riparata di Balagna. Notaire royal.

LICINI (LIKNINOI): (troisième siècle avant notre ère)
Nom d’une tribu Corse (parmi les douze recensées par Ptolémée), installée dans le Niolu, avant l’arrivée des Romains.

LICINIO Fabio: (1521-1565)
Graveur et éditeur à Venise. En 1555, il dessine une carte de la Corse, considérée comme le document le plus célèbre de la cartographie Corse. En 1560, il grave la Carta dell’Isola di Corsica de Giacomo Gastaldi.

LIEGEOIS ?: (dix-huitième siècle)
Ingénieur français. En 1784, il dresse le mémoire concernant la place de Corti.

LIEUTAUD (de) ?: (dix-neuvième siècle)
Principal du collège d'Aiacciu en 1826.

LIGNEVILLE ?: (dix-huitième siècle)
Comte français. Au service de l’Empereur Charles VI. En Mai 1732, il participe, à Corti, à une conférence où des nouvelles conventions entre Corses et Génois, garanties par l’Empereur Charles VI, sont énoncées en un Traité (Concessioni Graziose) réglant d’une façon satisfaisante les exigences des Naziunali.

LIGNON Eugène: (vingtième siècle)
Né à Paris. Artiste peintre (paysages). Il séjourne en Corse, en Balagna. Il adresse au Salon des Artistes Indépendants de 1938 deux peintures intitulées Vue de Calvi (Corse).

LIGNY (de) ?: (dix-huitième siècle)
Comte. En Mai 1739, il commande le Régiment de Montmorency qui débarque à Bastia pour renforcer le corps expéditionnaire du marquis de Maillebois.

LILI-SUZZONI Monique:
Née à Santa Riparata di Balagna. Artiste peintre (miniature, peinture sur bois, pastel, dessin, peinture, lavis, technique japonaise, techniques depuis les impressionnistes jusqu'à nos jours, technique mixte et travail au couteau). Elle participe à plus de quarante expositions depuis 1991 à Paris et en Province. Son thème permanent s'intitule Memorie di Corsica (Mémoires de Corse). Membre de l'association I Culori d'Umani.

LIMAROLA Dumenicu Maria: (dix-huitième siècle)
Député pour la communauté de Vallecalle, en Juin 1794, il participe à la Cunsulta Generale di Corti, qui approuve l’action de Pasquale Paoli et se prononce pour la rupture avec la France. Il adopte la Constitution du Royaume de Corse (anglo-corse), votée par la Cunsulta Generale, qui est une Constitution Monarchique, en 12 titres et 75 articles.

LIMAROLA Ghjanfale: (dix-huitième siècle)
En Novembre 1762, à la Cunsulta di Corti, il est élu Presidente de la juridiction du Nebbio.

LIMONGI François Jean: (1891-1983)
Né à Peru Casevechje. Photographe forain. Auteur des photographies de U Lamentu di U Castagnu, de Paoli de Tagliu (Antone Battistu Paoli).

LIMONGI Laure: (née en 1976)
Née à Bastia. Ecrivain (romans, poésies). Editrice. Musicienne. Chanteuse. Elle crée la collection critique & aux éditions Al Dante en 2000. Créatrice et directrice de la collection Laureli aux éditions Léo Scheer en 2006. Elle fait également partie du groupe Molypop, en tant qu’auteur, compositrice et musicienne. Auteur de Éros Peccadille (2002), Je ne sais rien d'un homme quand je sais qu'il s'appelle Jacques (2004), La Rumeur des espaces négatifs (2005), Orchidées et salami (2005), Fonction Elvis (2006), Le Travail de rivière (2009), Indociles (2012), Soliste (2013), Anomalies des zônes profondes du cerveau (2015)...
Voir le site de Laure LIMONGI.

LIMPARINI Josephus: (?-1725)
Jésuite. Enseignant au collège jésuite de Bastia. Il est inhumé dans la crypte de la chapelle Sant'Ignaziu du couvent.

LIMPERANI ?: (dix-huitième siècle)
Notable de Casinca. En 1730, le gouverneur Felice Pinelli lui demande son aide pour calmer la fronde anti Due Seini. Dans une ultime tentative de conciliation avec les Génois, il est pris à partie par les insurgés. En Mai 1761, à la Cunsulta Generale di U Viscuvatu, il est parmi les officiers corses anti Naziunali, les Sediziosi. Avec eux, il perturbe l’assemblée. Il est pris en Casinca, et emprisonné dans la tour de Furiani. En Mai 1761, il fait partie des officiers corses au service de Gênes (bannis ou exilés par les Naziunali) favorables aux de Matra, et ennemis de Pasquale Paoli.

LIMPERANI Bartolomeu: (1650-1720)
Né à Carchetu d’Orezza. Ecclésiastique. Prêtre et poète. Il versifie l'Evangile. Auteur de La Redenzione, poème épique et religieux en Italien, qu’il compose en 1713.

LIMPERANI Basile: (dix-neuvième siècle)
Maire de A Penta di casinca de 1867 à 1878.

LIMPERANI Beppu: (dix-huitième siècle)
Consul de France à Venise. En 1798, il apporte dans l’église San Pancraziu, à U Castellà di Casinca, les reliques de Saint Pancrace, martyrisé à Rome en 303.

LIMPERANI Francescu Matteu: (1700-1746)
Docteur. Podestat de Bastia en 1742. En Juin 1743, député par la Reggenza, il demande au commissaire général Pier Maria Giustiniani, une réponse aux demandes faites par les Naziunali. En Février 1746, à Bastia, faisant partie des principaux membres, une trentaine, de l’ancienne direction de la ville, tous Naziunali favorables au Roi de Sardaigne, il est arrêté par la nouvelle municipalité, emprisonné et transféré à Gênes, où il est meurt en prison.

LIMPERANI Francescu Matteu: (dix-huitième siècle)
Neveu de Ghjuvan Paulu. Confident de Pasquale Paoli. Presidente de la juridiction de Bastia. En Août 1763, Pasquale Paoli lui écrit pour l’inviter à venir avec lui en tournée dans le Dilà. En Mai 1790, à la demande de Pasquale Paoli, il est élu membre supplémentaire de la Commission d’Organisation et de Contrôle.

LIMPERANI Ghjuvan Paulu: (1694-1780)
Natif de Carchetu d'Orezza. Duttore. Docteur en médecine à Rome. Historien. En Août 1779, à Rome, il publie le premier tome de son Istoria della Corsica da’Tirreni, suoi primi abitatori, fin al secolo XVIII, œuvre en deux tomes, qui trace l’histoire de la Corse de 1772 à 1780. En Février 1780, à Rome, il en publie le deuxième tome. L’ouvrage contient des développements sur l’époque de la domination romaine.

LIMPERANI Joseph Antoine: (1798-1884)
Né à A Penta di Casinca. Neveu par alliance d'Oraziu Sebastiani. Substitut du procureur du Roi au tribunal d'Aiacciu en 1822. Avocat à la Cour Royale de Bastia en 1829. Conseiller à la Cour Royale de Bastia en 1830. En 1831, il est élu député (majorité gouvernementale) de la circonscription d'Aiacciu, en remplacement d'Oraziu Sebastiani, qui, élu en même temps dans la circonscription de Vervins, dans l'Aisne, opte pour cette dernière (il obtient 99 voix sur 101). Il a à sa disposition L'Insulaire, journal politique et littéraire. En 1833, il introduit en Corse la Charbonnerie (les Carbonari) dans le but d'étendre l'influence du clan Sebastiani. Réélu député de la circonscription d'Aiacciu en 1834. En 1838, il est élu Député du Deuxième Arrondissement de Bastia (jusqu'en 1842). Consul de France à Civitavecchia en 1842, à Venise en 1845, à Gibraltar en 1848 et à Cadix en 1855. Il rentre en Corse en 1858. En 1863, il fait un rapport sur le projet relatif à la construction d'un réseau de chemin de fer en Corse, qui parait chez Fabiani, à Bastia. Président de la Société d'Agriculture, Industries, Sciences et Arts de Bastia de 1865 à 1868. Il décède à Bastia en 1884. Officier de la Légion d'Honneur.

LIMPERANI Joseph Léonard: (dix-neuvième siècle)
Beau-frère d'Antoine Gavini. Avoué à la cour d'appel de Bastia.

LIMPERANI Léonard François Mathieu: (1831-1905)
Né à Bastia. Fils de Joseph Antoine. Avocat à Bastia en 1853. Opposant au régime de Napoléon III. Franc-maçon à la loge L'Etoile des Monts de Bastia. En 1869, à Bastia, il fonde l'hebdomadaire La Revanche, avec Vincent Farinole, Patrice de Corsi et Louis Tommasi. De 1871 à 1876, il est député (Républicain) de la Corse à l'Assemblée Nationale, dite de Bordeaux. Elu conseiller général de U Viscuvatu en 1871. Président du Conseil Général de la Corse de 1871 à 1872. Conseiller près de la cour d'appel de Bastia en 1876. Chevalier de la Légion d'Honneur en 1879. Procureur général de Bastia en 1879. Conseiller près de la cour d'appel de Paris en 1885. En 1902, il contribue à la création du syndicat agricole de Bastia (qui regroupe 700 adhérents), dont il devient le président jusqu'en 1905. Il décède à Bastia en 1905.

LIMPERANI Marcantoniu: (1714-?)
En Juillet 1739, après la défaite des Naziunali devant les Français, il quitte la Corse avec Ghjacintu Paoli et d’autres compagnons.

LIMPERANI Mathieu: (1818-1886)
Né à Penta di Casinca. Neveu de Joseph Antoine. Cousin et beau-frère de Denis Gavini. Diplomate. Consul de France à Belgrade en 1848, à Corfou en 1854, à Santiago du Chili en 1857, à Palerme en 1862, à Gênes en 1863 et à Naples en 1879. Ministre plénipotentiaire en 1879. Commandeur de la Légion d'Honneur.

LIMPERANI Matteu: (dix-neuvième siècle)
Maire de A Penta di casinca de 1799 à 1803.

LINAN (de) Juan: (quinzième siècle)
Capitaine espagnol du Roi d'Aragon Alphonse V. En 1420, il tient Calvi, avec 60 Catalans.

LINEL Francis: Voir GIANELLI Francis.

LINER Carl Walter: (1914-1997)
Né à Saint-Gall (Suisse). Artiste peintre suisse (impressionniste, expressionniste). Il séjourne en Corse en 1948, puis s'y installe. La Corse lui inspire tout au long des années 1950 des paysages et des compositions abstraites.

LINO Gustave: (1893-1961)
Né à Mulhouse (Haut-Rhin). Artiste peintre (paysages). Prisonnier de guerre (il est de nationalité allemande) il est envoyé en Corse (au couvent de Curbara) en 1914. Durant son séjour, il peint la Balagna (Algaiola, Calvi, Curbara...) et réalise des travaux de décoration au Château Malaspina de Belgudè. Il séjourne également à Aiacciu dont il peint quelques tableaux ainsi que des motifs décoratifs de l'Hôtel Solferino. Il est libéré en 1919, et rentre à Alger, où, en 1930, il épouse une Corse. Il revient en Corse en 1959 où il peint une trentaine de toiles, est expose à Aiacciu.

LINSKI Jacques: (1922-1996)
Navigateur. Père de Marc. Il disparait tragiquement en mer, avec son fils, entre Corse et continent, en 1996. Seul son corps sera retrouvé.

LINSKI Marc: (1966-1996)
Navigateur. Son école de voile est installée à Calvi. Il disparait tragiquement en mer, entre Corse et continent, en 1996. Le quai d'honneur de Calvi porte le nom de Quai Jacques et Marc Linski.

LISANDRU di RUSTINU: Voir AMBROSI Lisandru.

LISSAC Lucie: (vingtième siècle)
Née à Limoges (Haute-Vienne). Artiste peintre (paysages). Elle adresse au Salon des Artistes Français de 1934 une peinture intitulée Village corse.

LITALA (di): Voir TADDA (di).

LIUTPRAND: (mort en744)
Roi des Lombards de 713 à 744. En 725, il envahit la Corse. Il se réclame Prince et Catholique, et veut protéger l'Italie et la Corse du péril musulman. En 729, il étend son autorité et instaure sa loi féodale sur toute l'Ile. La Corse fait partie de la dix-septième province du royaume lombard, sous la tutelle du pape.

LIVADKA Geneviève: (vingtième siècle)
Artiste peintre. Elle adresse au Salon des Artistes Indépendants de 1944 une peinture intitulée Un coin de Corse.

LIVI Giovanni: (dix-neuvième siècle)
Historien italien. En 1890, il publie Lettere inédite di Pasquale de'Paoli.

LIVIA (di) Anghjulu Santu: (seizième siècle)
Caporale. En 1553, allié des Génois, il est avec les troupes d’Agostino Spinola, qui amorcent la contre-attaque contre les Français.

LIVIA (di) Ferrandu: (?-1561)
Caporale. Pro Français et ami fidèle de Sampieru Corsu. En 1561, il est victime de la répression des Génois. Il est condamné à mort et exécuté.

LIVIA (di) Francescu: (seizième siècle)
Caporale. En 1564, avec de nombreux Corses, il répond à l’appel de Sampieru Corsu, lorsque ce dernier commence sa révolte pour chasser les Génois de l’Ile.

LIVIA (di) Napoleone: Voir PERETTI (de) Napoleone.

LIVIA (di) Paulinu: (seizième siècle)
Caporale. En 1564, avec de nombreux Corses, il répond à l’appel de Sampieru Corsu, lorsque ce dernier commence sa révolte pour chasser les Génois de l’Ile.

LIVIA (di) Paulu: (seizième siècle)
Caporale. En 1564, avec de nombreux Corses, il répond à l’appel de Sampieru Corsu, lorsque ce dernier commence sa révolte pour chasser les Génois de l’Ile.

LIVIA (di) Salvatore: (?-1551)
Mercenaire corse. Un des capitaines corses de Sampieru Corsu. En 1543, il est, avec ce dernier, à Landrecies, dans la Sambre, avec les troupes du Roi de France François 1er. En 1551, avec Sampieru Corsu, il combat à Parme, où il trouve la mort, contre les troupes du pape Jules III.

LIVIA (di) Vinciguerra: (seizième siècle)
Caporale. En 1564, avec de nombreux Corses, il répond à l’appel de Sampieru Corsu, lorsque ce dernier commence sa révolte pour chasser les Génois de l’Ile.

LIVRELLI Jean-André: (?-1967)
D'Aiacciu. Journaliste. Rédacteur en chef du Journal de la Corse. A sa mort, en 1967, il est le doyen des journalistes corses.

LIVRELLI Pierre: (dix-neuvième siècle)
D'Aiacciu. Aéronaute. Avec Louis Capazza, il effectue un survol en ballon au-dessus de Bastia, en 1886.

LLOSA Jean-Baptiste: (1884-1975)
Evêque de Corse de 1938 à 1966. Il succède à Jean-Marie Rodie. En 1966, il est nommé évêque titulaire de Taborenta. Il décède à Lota, en 1975 et est enterré dans la cathédrale d'Aiacciu.

LLOYER (de) Antoine: (1768-1852)
Guitariste virtuose. Compositeur. Garde de la Manche du Roi. Lieutenant du Roi. Chevalier de l'Ordre de Saint-Louis. Compositeur de 4 sonates, de romances, du Concerto opus 16... Suite à des affaires troubles, il est incarcéré à San Fiurenzu, puis Bunifaziu. Il décède à Paris en 1852.

LOCANDRO Louis: (1959-2007)
Entrepreneur. Promoteur immobilier. Mis en cause dans des affaires d'escroqueries immobilières. Il est abattu à Aiacciu en 2007.

LOCATELLI Raoul:
Professeur. Ecrivain. poète. Comédien. Musicien. Fondateur des Musicales de Bastia, dont il est le président de 1987 à 2007. Auteur de Danseur d'Ecume, en 1988.

LOCKARD ?: (dix-huitième siècle)
Baron. Colonel écossais au service impérial, Gran pensatore e soldato illuminato. En 1768, il est en voyage en Corse.

LOCKROY Edouard (Edouard SIMON): (1840-1913)
Journaliste. Homme politique. Plusieurs fois ministre. Député en 1871, il demande à l'Assemblée Nationale l'expulsion de la Corse de la République. En 1898, en route vers Aiacciu, il rencontre l'ancien bandit Antoine Bellacoscia, en gare de Vizzavona.

LODOVICI Ghjuseppu Maria: (1729-1766)
Né à Calinzana. Notable de Balagna. Partisan de Pasquale Paoli, il organise la résistance de Calinzana contre les Génois en 1763. Il est assassiné en 1766 par des partisans pro-Génois, au couvent d'Alzipratu.

LODRONE Alberico, (Comte de): (seizième siècle)
Militaire génois. En 1554, il commande mille soldats allemands, qui se joignent aux Espagnols, pour renforcer les troupes génoises d’Andrea Doria. Il est sous les ordres du lieutenant général génois Agostino Spinola. A la demande de ce dernier, il détruit la forteresse de San Fiurenzu. Cette destruction est motivée aux yeux des Génois par une mesure d’économie et par la trop grande insalubrité des marais avoisinants qui rendent la place insoutenable. Il rentre à Gênes, avec ses Allemands, en 1555.

LODRONE Girolamo, (Comte de): (seizième siècle)
Militaire génois. En 1557, les Génois l’envoient à Bastia, avec deux compagnies, et le titre de commandant des troupes génoises en Corse. Il quitte la Corse pour Naples après quelques combats.

LOENAS Visparius: (premier siècle)
Procurateur romain de la Corse en 58. Il exploite tellement les habitants de l'Ile que l’Empereur Néron le fait rappeler à Rome.

LOFREDI Gilbert: (vingtième siècle)
Originaire d'Aiacciu. Artiste peintre (paysages). Installé à Bastilicaccia. Il expose à Aiacciu au début des années 1970. Il peint la Corse, ses paysages et ses scènes traditionnelles.

LOGAN ?: (dix-huitième siècle)
Major anglais. En Mars 1796, il commande une troupe (200 hommes du 51ème Régiment et 50 gendarmes) qui affronte, à Bucugnà, les Républicains des frères Bonelli. Il fait proclamer la loi martiale, mais force reste aux Corses.

LOGUINE (LOGUINOFF) Tatiana: (1904-1992)
Née à Sébastopol (Ukraine). Artiste peintre (paysages, natures mortes, nus, compositions abstraites). Elle séjourne en Corse au milieu des années 1930. Elle adresse au Salon des Tuileries de 1936 quatre peintures intitulées Ruelle d'Ajaccio, Port d'Ajaccio, Jardin de Barbicaja et Plage de Barbicaja.

LOISEAU Philippe:
Préfet du département de la Haute-Corse de 1979 à 1981.

LOKOLI Laurent: (né en 1994)
Né à Bastia. Joueur de tennis. Classé 297ème joueur (ATP) en Août 2014.

LOLLI Flaminio: (dix-neuvième siècle)
Italien. Réfugié politique en Corse en 1849.

LOMBARDO Ghjacumu: (seizième siècle)
Charpentier menuisier. En 1550, il est chargé par les Génois de la construction de la tour des Sanguinarii (tour de A Parata), sous la direction de l’architecte Dumenicu d’Ornanu.

LOMBARDUCCIO (di) Nicolo: Voir CORSO Nicolo.

LOMBARDUS: (treizième siècle)
En 1258, il est évêque d’Aleria. Il se rend à Pise, où il retourne en 1263.

LOMELLINO Andrea: (?-1421)
Frère de Leonello. En 1404, il est nommé gouverneur de la Corse par le Roi de France Charles VI le Bien Aimé. Il fait mettre à mort le seigneur de Cinarca, Guglielminucciu di Taddà, qu'il soupçonne de trahison contre Gênes. En 1406, il est remplacé par son frère Leonello. En 1407, il est à nouveau nommé gouverneur de la Corse. Associé à Francescu della Rocca, féal de Gênes, il se dresse contre Vincentellu d’Istria. Il assiège Bastia et en chasse ce dernier. En 1408, il est assiégé à son tour, à Biguglia, par Vincentellu d’Istria. Il en est dégagé par l’arrivée de ses alliés, les seigneurs du Capicorsu. En 1419, Abramo da Campofregoso le nomme une nouvelle fois gouverneur de la Corse. Il a le soutien des seigneurs du Capicorsu. En 1420, il est assiégé à Biguglia, et est fait prisonnier, ainsi que Abramo da Campofregoso, et tous deux sont enfermés dans le château d’Orezza. Il s’en évade en 1421, avec l’aide de Ghjudicellu d’Ornanu. Il meurt en Corse, en 1421.

LOMELLINO Bernardo: (seizième siècle)
Notable génois. En 1587, il sollicite du Sénat de Gênes l’inféodation de la piève de Vighjani.

LOMELLINO Carlo Maria: (dix-huitième siècle)
Evêque d'Aiacciu de 1723 à 1741.

LOMELLINO Francesco: (?-1566)
Notable génois. En 1562, il est envoyé, comme commissaire, sur l'Ile pour seconder, dans un premier temps, le gouverneur Nicolao Grimaldi Cibba. Il en profite pour dénoncer à Gênes la mauvaise gestion de celui ci. Il demande une sévérité plus grande pour les délits, et des renforts en soldats. Il fait la tournée de l'Ile, puis, rentre à Gênes. De retour à Bastia, il reçoit le commissaire Giorgio Doria et l’architecte lombard Giacopo Paleazzo da Morco (dit El Fratino).

LOMELLINO Francesco Maria: (dix-septième siècle)
Génois. Gouverneur de la Corse en 1648. Il succède à Cesare Durazzo. Gênes lui demande de consigner les actes de procès de quelques importances sur des registres mis à la disposition des greffiers. Il est remplacé, en 1649, par Giovanni Bernardo Veneroso. En 1658, il est à nouveau gouverneur. Il succède alors à Matteo Durazzo. En 1661, il est remplacé par Giovanni Francesco Sauli.

LOMELLINO Gianbattista: (seizième siècle)
Génois. Gouverneur de la Corse en 1524. Il succède à Baldassare Adorno. Il est remplacé en 1525 par Gerolamo da Rapalle.

LOMELLINO Giorgio: (seizième siècle)
Génois. En 1529, il est le podestat de la cité de Calvi. Il expulse de la ville tous les habitants malades de la peste, mais 24 de ceux-ci sont alors pris par les Turcs descendus à terre, et il ne peut en racheter que huit ou neuf qu’il faut bien admettre à nouveau dans la ville.

LOMELLINO Leonello: (quatorzième siècle)
Notable génois. Fondateur de Bastia. Gouverneur de la Corse nommé en 1370. Il a pour mission, entre autre, de rétablir l’ordre dans le conflit entre les familles des Ristagnacci et celles des Cagionacci, dans lequel il est désigné comme l’avocat des Ristagnacci. En 1372, il renonce à résoudre cette querelle, et rentre à Gênes. En 1378, il fait partie des membres de la Maona, société financière et privée, à laquelle la République de Gênes a confié la gestion de ses intérêts en Corse. En 1380, après l’échec de la Maona, il rentre à Gênes. La même année, il est à nouveau nommé gouverneur de la Corse. Il entre alors en guerre contre Arrigu della Rocca, mais, battu, il est obligé de fuir Aleria, où il s’est installé, et il doit se réfugier à Biguglia, qu’il renforce. Il fait construire U Borgu et en 1383, il fonde la citadelle de Bastia où il fait élever, au lieu dit Portu Cardu, une tour fortifiée, une bastide: la Bastie. En 1390, devant la montée de la menace aragonaise en Corse, il prend à bail pour neuf ans une partie des domaines corses des Chartreux de Pise, afin d’y substituer l’influence génoise, alors que le procureur général de La Gorgona en Corse n’est autre qu’un Génois. En 1391, sa mission terminée, il rentre à Gênes. En 1406, il est de retour en Corse, et succède à son frère Andrea à la tête de l'Ile, en se faisant nommer Comte de Corse par le gouverneur français de Gênes pour le Roi de France, Jean Le Meindre, dit Boucicaut. En 1407, il est remplacé à ce poste, par son frère Andrea.

LOMELLINO Matteo: (quinzième siècle)
Magistrat génois. En 1433, il fait partie du Conseil des Huit Magistrats de Gênes, qui juge et condamne à mort Vincentellu d’Istria.

LOMELLINO Nicolo: (quinzième siècle)
Magistrat génois. En 1497, il est nommé gouverneur de la Corse. Il remplace Raffaelle Odone. Rolando de Fornari lui succède en 1498.

LOMELLINO Ottobrino: (quinzième siècle)
Evêque d'Aleria en 1411.

LOMELLINO Paolo: (quinzième siècle)
Génois. Fils d'Andrea. Fondateur d'Algaiola vers 1438. Il en obtient le fief en 1447, avec les villages de Pinu et de Spanu. Podestat de Calvi en 1451. Lieutenant de Calvi chargé de la justice en 1453.

LOMELLINO Paolo Vincenzo: (seizième siècle)
Génois. En 1552, il est envoyé en Corse comme commissaire, pour remplacer le gouverneur Lamba Doria, destitué. Sa mission, entre autres, est de vérifier l'état des défenses de Bunifaziu et Calvi. En 1553, devant l’avance des Français, il s’enfuit à Gênes.

LOMELLINO Pietro: (dix-septième siècle)
Génois. Evêque de Sagone de 1606 à 1625. Il remplace Guiseppe Godoni, décédé.

LOMELLINO Tobia: (seizième siècle)
Architecte génois. En 1541, il construit la tour de Bravone.

LOMENIE de BRIENNE (de) Etienne: (1727-1794)
Ministre des Finances de Louis XVI. En Avril 1788, il rend la gestion de la Corse, que son ministère détenait depuis 1773, au Ministère de la Guerre.

LONGA (della) Filippu et Francescu: (seizième siècle)
De Canari. En 1570, construction d'une partie de leur pierre tombale, et de leur dalle funéraire dans l'église San Francescu di Canari.

LONGHI Pierre: (1909-1942)
Né à Corti. Résistant. Métallurgiste ajusteur résidant à Montreuil. Conseiller général communiste de la Seine (1935-1939). Maire adjoint de Montreuil. Agent de liaison dans le maquis de la Nièvre que commandait son frère. Il est arrêté en avril 1942, et déporté en juillet du camp de Royalieu Compiègne (Oise) à Auschwitz (Pologne), où il décède. Reconnu Mort en déportation.

LONGIN: (sixième siècle)
Gouverneur byzantin de la Corse, nommé par Narsès, en 552. Ses excès sur l’Ile seront notoires.

LONGINIUS Lucius Julius: (premier siècle)
Procurateur romain de la Corse en 54. On trouve de ses traces à Aleria.

LONGO Giuliano: (dix-septième siècle)
Génois de Bunifaziu. En 1641, il s'adresse au commissaire de la ville et au Sénat de Gênes pour demander le respect de la clause statutaire qui interdit d'accueillir plus de vingt-cinq familles étrangères à l'intérieur des murs de la cité.

LOPEZ Emmanuel: (1948-2009)
Né en Algérie. Premier délégué régional du Conservatoire du Littoral de la Corse, de 1976 à 1993.

LOPEZ Tomas: (dix-huitième siècle)
Géographe et éditeur à Madrid. En 1769, il édite une carte de la Corse.

LORELLI Lisandru: (dix-neuvième siècle)
Elu conseiller général Bonapartiste de la Corse en 1871.

LORENZI Antoine: (1853-après 1953)
Né à Corti. Elu conseiller municipal de Corti en 1890. Conseiller d'arrondissement de Corti de 1895 à 1907. Elu conseiller général de la Corse en 1907. Chevalier de la Légion d'Honneur.

LORENZI Céline: (née en 1961)
Née à Bastia. Artiste peintre. Plasticienne. Elle expose à Bastia (2002, 2006), à San Fiurenzu, Aiacciu (2006)... Elle illustre le dictionnaire Les Pays et lieux mythiques, d'Olivier Battistini et Jean-Dominique Poli, paru en 2010. Auteur de Ojo, un carnet de voyages en illustrations issu d'un séjour au Mexique, en 2012.

LORENZI François:
Militant nationaliste. Membre du FLNC, il est arrêté en 1978, et condamné à 13 ans de réclusion.

LORENZI Françoise:
Maître de conférences (1998), spécialiste de la préhistoire, habilitée à diriger les recherches (2002) à l’Université de Corse. Auteur de plusieurs articles et ouvrages sur la préhistoire de la Corse. En 2010, elle publie Sant'Antoninu, un site à la fin du Néolithique à l'extrémité du Cap Corse.

LORENZI Guglielmu dit Lorenzo Corso: (1734-1799)
Né à Nonza. Corsaire installé à Malte. Demi-frère des corsaires Ghjacumu, Ghjuvanni Francescu et Ghjuseppu Maria di Natale. Il se met au service de la Russie en 1767. En 1798, il combat les Français qui occupent Malte. Il est arrêté et fusillé en 1799, à La Valette.

LORENZI Jacques: (1929-1944)
Né à Asnières (Hauts-de-Seine). Résistant. Membre des Forces Françaises de l'Intérieur (FFI). Elève de l'Ecole des Pupilles de l'Air. Ayant profité d'une permission pour rejoindre une unité FFI pour assurer des missions d'agent de liaison, il est tué par les Allemands, en 1944, lors de la Libération de Paris, à l'âge de 15 ans. Reconnu Mort pour la France. Médaille militaire. Croix de guerre 1939-1945 avec palme. Sa citation est lue chaque année à l'Ecole des Pupilles de l'Air par l'élève le plus ancien à ses camarades, à l'occasion d'une émouvante cérémonie peu après la rentrée scolaire Son nom figure sur le Monument aux Morts de la commune de Bastia et sur celui de la commune de Lucciana.

LORENZI Jacques-Toussaint: (?-1870)
Originaire de Siscu. Militaire. Il est tué en 1870, lors de la guerre franco-prussienne de 1870-1871. Son nom figure sur le Monument aux Morts de la commune de Siscu.

LORENZI Jean Joseph Baptiste Emile-Marie: (1907-1954)
Né à Royat (Puy-de-Dôme). Originaire de Corti. Officier de marine (capitaine de frégate). Commandeur de la Légion d'Honneur.

LORENZI José: (né en 1929)
Né à Bastia. Originaire du Capicorsu. Fils de Victor. Artiste peintre. Peintre de la Corse. Professeur d'arts plastiques, il crée la première section artistique de France, en 1957, au lycée Marbeuf de Bastia. En 1959, il fait partie du groupe des Centurions qui réunit un cénacle de futurs créateurs et des futurs acteurs de la vie culturelle insulaire (Bernard Filippi, Ange Leccia, Jean Pierre Pancrazi, Michel Rossi, Daniel Rossi, José Tomasi… entre autres. Ses élèves d’alors ont nom Dominique Degli-Esposti, Toussaint Dominici, Jeannine Mattei, Mireille Simi, Maguy Muzi, Jacques Thiers, Anne Baldassari, Antoine Graziani, Tao By… Membre de l'association I Culori d'Umani.

LORENZI Laurence J.: (1956-2004)
Née à Bastia. Artiste peintre. Docteure en Arts. Diplômée de l'Université Paris-Sorbonne. Chercheur associée à l'Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles. Elle réalise un Inventaire des Jardins de Corse pour l'Office de l'Environnement de la Corse. En 1989 elle tourne un film documentaire, Le Palais vert. Auteure de Le conte de Puzuzu et de Le maquis corse, ouvrage collectif (2003). 63 de ses dessins sont réunis dans une exposition intitulée Récit de paysages, en 2014.

LORENZI Michel: (1935-2013)
Né à Bastia. Fils de Victor. Directeur de cabinet d'assurances. Maire de Mursiglia de 1983 à 1995. Président du Syndicat Intercommunal du Cap Corse. Vice-président de l'association Fratellanza.

LORENZI Mighele Antoniu dit LORENZI de BRADI: (1869-1946)
Né à Sartè. Originaire de Belvidè Campumoru. Journaliste (Le Figaro, Le Gaulois...). Ecrivain. Homme de lettres. Auteur de La vraie Colomba (1922), La vraie figure de Napoléon Bonaparte en Corse (1927), Don Juan (1930), Le Crime du masque, La Costanza, L'Eternelle Alliée, Vendetta, La Chair commande, Veillées corses, La Corse inconnue (1927), Tégla, La Sirène bleue (Aventures corses). Six de ses livres ont été couronnés par l'Académie. Auteur de Santa Lucia, ou le visage tragique de la Corse, en 1929, œuvre dans laquelle il retrace l'histoire d'une Vindetta. En 1934, avec d'autres, il organise, à Aiacciu, les Etats Généraux de la Corse (dont il est le président), autour du thème Tout pour la Race corse... Chevalier de la Légion d'Honneur. Il décède à Campumoru en 1946.

LORENZI Pierre-Louis dit Petrucciu: (1962-1996)
Membre du groupe polyphonique L'Arcusgi. Militant nationaliste engagé au sein de A Cuncolta Naziunalista. Militant du FLNC Canal-Historique. Interpellé à Sperone en 1994, il effectue une année en prison. En 1996, il est mortellement blessé lors d'un attentat à la voiture piégée sur le vieux port de Bastia.

LORENZI Thierry: (né en 1981)
Réalisateur. Scénariste. Il crée en 2005 la société Black Box Production. Il écrit et réalise en 2009, Baby Boom, son premier court métrage professionnel. En 2013, il réalise On/Off.
Voir le site de Thierry LORENZI.

LORENZI Victor: (1901-1983)
Conseiller général de Ruglianu. Maire de Mursiglia de 1947 à 1971. En 1971, il dépose une requête au Conseil Général demandant au gouvernement de redépartementaliser la Corse. Président du Sporting Club de Bastia de 1933 à 1973.

LORENZONI Christian: (né en 1947)
De Bastergà. Frère de Marcel. Agriculteur. Eleveur. En 1980, il fait partie du commando de l'Affaire Bastelica-Fesch. Il comparait au procès de 1981, alors qu'il en est au 56ème jour d'une grève de la faim. Il est condamné à 2 ans de prison, mais il bénéficie de la loi d'amnistie de 1981.

LORENZONI Jean-Marie:
De Bastergà. Frère de Marcel. Infirmier. En 1980, il fait partie du commando de l'Affaire Bastelica-Fesch. Il comparait libre au procès de 1981.

LORENZONI Marcel: (1944-2000)
Né à Poghju di Lozzi. De Bastergà. Ancien sous-officier parachutiste (sergent-chef). Un des chefs historiques du nationalisme corse. Militant de l'ARC, il participe à l'occupation de la cave d'Aleria en 1975. Il est condamné, par défaut, à 4 ans de prison avec sursis, par la Cour de Sureté de l'Etat, en 1976. Il est arrêté à Paris. Après une grève de la fin, il est libéré en 1977. En 1980, il est à la tête du commando de l'affaire Bastelica-Fesch. Avant d'être jugé il effectue une grève de la faim de 56 jours. Il est condamné à 4 ans de prison, en 1981, mais il bénéficie de la loi d'amnistie de 1981. Syndicaliste agricole de Corse-du-Sud. Membre de A Cuncolta Naziunalista. En 1991, il participe à l'enlèvement d'Aurélien Garcia pour lequel il est condamné à 3 mois d'emprisonnement avec sursis. En 1993, il devient secrétaire général de A Cuncolta Naziunalista. En 1996, il quitte A Cuncolta Naziunalista et fonde le Collectif pour la Nation, qui devient en 1998, le Parti pour l'Indépendance. En 1998, il est arrêté dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat du préfet Claude Erignac (filière agricole). Mis hors de cause, il est libéré après 18 mois de détention. Il est tué par son fils dans un drame familial, à Bastergà, en 2000.

LORENZONI Maurice: (né en 1952)
De Bastergà. Frère de Marcel. Agriculteur. Eleveur. Syndicaliste agricole. En 1980, il fait partie du commando de l'Affaire Bastelica-Fesch. Il comparait libre au procès de 1981.

LORETA (de): Voir PETRALLARRETTA.

LORETU (di) Andria: (treizième siècle)
Seigneur de Loretu et de Lumitu. En 1289, il fait acte d'allégeance à Luchetto Doria, en guerre contre Ghjudice di Cinarca; il donne un de ses fils, Nicolu, en gage à Gênes pour une période de douze ans.

LORETU (di) Androvandu: (treizième siècle)
Seigneur de Loretu et de Lumitu. En 1289, il fait acte d'allégeance à Luchetto Doria, en guerre contre Ghjudice di Cinarca; il donne un de ses fils, Albertu, en gage à Gênes pour une période de douze ans.

LORETU (di) Obertu: (treizième siècle)
Caporale. En 1218, le prieur et le trésorier de San Vito lui rendent une somme de vingt-cinq livres de Bologne.

LORIAUT-DAMIANI Viviane:
Musicienne (orgue et piano). Professeur à l'Ecole Nationale de Musique de Bastia. Membre du groupe Quintet d'Isula (quatuor à cordes et orgue). Elle collabore également au groupe Tavagna.

LORRAIN Jean (Paul DUVAL): (1855-1906)
Littérateur français. En 1901, il fait un séjour en Corse pour des raisons de santé. Il y écrit Heures de Corse, paru en 1905. Il y effectue un autre séjour sur l'Ile en 1905.

LORRAINE (de) Gérard: (douzième siècle)
Vicomte de Strasbourg. En 1175, envoyé en Egypte en ambassade, par l'empereur Frédéric 1er Barberousse, il passe par la Corse et la Sardaigne et laisse un témoignage sur les mœurs des habitants de l'Ile.

LOTA Antoniu Ghjacintu: (1794-1849)
Né à Bastia. Maire de Bastia de 1828 à 1831. Puis en 1833. Réélu de 1834 à 1840. Chevalier de la Légion d'Honneur.

LOTA (di) Filippu: (1551-?)
Du Capicorsu. En 1560, il est enlevé par les Turcs de Mammi Corso. En 1593, à Tunis, devenu commerçant, il déjoue la surveillance des Turcs, et réussit à s'évader, et à rejoindre, avec d'autres prisonniers, Munticellu, où il vivra libre et riche.

LOTA Francescu: (1808-1877)
Bastia. Maire de Bastia de 1851 à 1854. Chevalier de la Légion d'Honneur.

LOTA Ghjacumu: (dix-neuvième siècle)
De Bastia. En 1814, il est des membres de la Ghjunta de Bastia, un comité de 14 membres, qui dirige la rébellion bastiaise. En 1815, il fait partie de la délégation bastiaise qui obtient du chef des insurgés, le général Francescu Luiggi de Casabianca, de ne rien tenter contre Bastia en échange du départ du général Bruslart.

LOTA Jean-François: (1890-1971)
Né à Bastia. Docteur en droit. Préfet du Loiret en 1945. Préfet honoraire en 1952. Il décède à Marseille en 1971.

LOTA (di) Matucciu: (seizième siècle)
Banni pour meurtre. En 1585, ses parents font une requête pour qu'il puisse faire la paix avec les parents de la victime, et obtenir ainsi sa grâce.

LOTA Pascal Pierre Félix: (1932-2016)
Né à Bastia. Industriel. Fondateur de la compagnie maritime Corsica Line (qui deviendra Corsica Ferries), en 1968. En 1981 il crée la compagnie Sardinia Ferries qui assure la liaison entre le continent italien et la Sardaigne. Chevalier de la Légion d'Honneur.

LOTA René: (né en 1942)
Né à Bastia. Frère de Pascal. Diplômé en droit. Directeur du secrétariat d'état aux Collectivités locales, il milite pour le regroupement des communes en France (6000 au lieu de 36000), en 1965. Franc-maçon, grand-maître de la Grande Loge Nationale de France.

LAUTHAIRE (LOTHERIUS): (dixième siècle)
Evêque de Mariana en 940.

LOTHAIRE: (dixième siècle)
Fils de Hugues de Provence. Il lui succède, à sa mort, en 947.

LOTHAIRE 1er: (795-855)
Fils aîné de Louis 1er le Pieux. Empereur d’Occident de 840 à 855. En 825, expédié en Italie par son père, il lance un appel pour soustraire la Corse de l’orbite maure. En 834, il enlève à Boniface II, le marquisat de Toscane et de Corse, ainsi que le gouvernement de la Corse. Il investit Agane qui devient gouverneur de l’Ile. En 844, sous le pontificat du pape Serge II, il donne le royaume d’Italie à son fils Louis. En 846, il appelle ADALBERT 1er, fils de BONIFACE II, pour combattre les infidèles. Il le nommé marquis et Tutor Defensore de la Corse, marquis de Tuscia. Ce dernier exercera un contrôle administratif et militaire sur l'Ile.

LOTI Pierre (Julien VIAUD): (1850-1923)
Ecrivain. En 1881, il fait escale à Aiacciu. Elu à l'Académie Française en 1891. Grand-Croix de la Légion d'Honneur.

LOTTER Tobias Conrad: (1717-1777)
Editeur et graveur à Augsbourg. En 1740, il dessine une carte de la Corse.

LOTTERO Francescu Saveriu: (dix-neuvième siècle)
Médecin. En 1831, il exerce comme Medico Assistente à l'Ospedale di San Giacomo degli Incurabili, à Rome.

LOUBET Yves: (né en 1958)
Originaire de Porti Vechju. Pilote de rallye automobile. Membre de l’ASA Terre de Corse. Il débute la compétition automobile en 1976 sur une Opel Kadett. Il participe à plusieurs reprises au Tour de Corse (2ème en 1987 et 1988 sur une Lancia Delta), au Rallye de San Remo, ainsi qu'au Rallye Monte-Carlo. Vice-Champion de France des rallyes en 1985. Champion d'Europe des rallyes en 1989.

LOUIS 1er le Pieux, ou le Débonnaire: (778-840)
Fils et successeur de Charlemagne. Empereur d’Occident de 814 à 840. En 816, au pape Etienne IV, et en 817, au pape Pascal 1er, il confirme la donation de la Corse au Saint-Siège. En 828 ou 830, il promulgue une charte réglant l'organisation d'une colonie à destination de la Corse et érigeant l'Ile en lieu de relégation. Il lance un appel aux armes pour libérer l’Ile des Maures. Il envoie en Corse Boniface II de Toscane, Comte de Lucques, pour en chasser ces derniers.

LOUIS II: (825-875)
Fils de Lothaire 1er. Roi d’Italie en 844. Empereur d’Occident de 855 à 875. En 844, il envoie en Corse Albert 1er (le fils de Boniface II), à qui il rend les titres de Marquis de Toscane et Comte de Corse, et le nomme Tutor Corsicae.

LOUIS XII: (1462-1515)
Roi de France de 1498 à 1515. En 1507, l’Ufficio di San Giorgio lui demande (il est alors le maître de Gênes) d'intervenir au sujet de Rinucciu della Rocca, pour que ce dernier cesse ses attaques contre ses intérêts en Corse. Il envoie des émissaires, accompagnés du Génois Cataneo de Catanei, beau-frère de Rinucciu della Rocca, qui ne peuvent rencontrer ce dernier, Andrea Doria les en empêchant.

LOUIS XIV: (1638-1715)
Roi de France de 1643 à 1715. En 1662, à Rome, de très graves incidents (six morts et plusieurs blessés) entre les Corses de la Garde Pontificale du pape Alexandre VII, et les soldats du Duc de Créquy, son ambassadeur, ayant eu lieu, il demande réparation au Souverain Pontife (il exige la pendaison de cinquante soldats corses et l’envoi aux galères de trois cents cinquante autres), et congédie de France le Nonce Apostolique.

LOUIS XV (Le Bien Aimé): (1710-1774)
Roi de France de 1715 à 1774. En Avril 1731, à la Cunsulta di U Viscuvatu, il est décidé de lui transmettre un texte, en 29 articles, Ristretto delle Rivolte di Corsica (qui reprend les revendications des insurgés corses). En Mars, son représentant à Gênes, le Chevalier de Campredon lui écrit qu’il faudrait proposer à Gênes de céder la Corse à la France. En Juillet 1737, il signe avec l’Empereur Germanique Charles VI, le Traité (ou Convention) de Versailles, dans lequel les deux souverains s’engagent à ce que la Corse reste sous domination génoise. Ce traité définit l’aide militaire française destinée à combattre la nouvelle insurrection. En Août, il passe un accord l’Empereur Germanique Charles VI et la République de Gênes, dans lequel la France enverra en Corse 3000 hommes, plus s’il le faut, pour ramener les Naziunali à l’obéissance. Gênes payera 700000 livres, et devra compter avec lui et l’Empereur Germanique pour établir une nouvelle convention avec les Corses. En Septembre, une clause secrète est ajoutée au Traité de Versailles: il s’engage à mettre d’une façon stable et définitive, la Corse sous la domination de Gênes. Des chefs corses, ainsi que des Corses de l’extérieur, lui écrivent, ainsi qu’à son ministre le Cardinal André Hercule de Fleury, pour justifier la légitimité des actions des Corses. Ils leur demandent de bien vouloir incorporer la Corse au Royaume de France. En Novembre, il signe la Convention de Fontainebleau avec la République de Gênes, qui, conformément au Traité de Versailles, dans un texte de douze articles, précise que la France doit engager en Corse un corps expéditionnaire de 3000 à 8000 soldats. L’entretien d’une partie de ces troupes sera à la charge de Gênes. En Juin 1738, il est décidé à restituer la Corse à Gênes. De plus, il exige des otages, qui seront conduits en France et y resteront, jusqu’à la totale soumission de l’Ile. Il assure que les revendications des Corses seront écoutées avec bienveillance. Ces derniers demandent que la France occupe les forts de Calvi, Aiacciu et Bunifaziu, tant que les Génois n’auront pas prouvé leur loyauté dans l’application du traité de soumission. En Octobre, il signe une Convention particulière concernant l’appartenance de la Corse à Gênes, avec l’Empereur Germanique Charles VI. En Août 1756, il signe le Premier Traité de Compiègne (Traité de subside), conclu entre la France et Gênes pour conserver la Corse sous la domination génoise. En 21 articles, moyennant un accroissement des subsides, il obtient de la République de Gênes que lui soient remises en dépôt les places d’Aiacciu, Calvi et San Fiurenzu, pour la durée de la guerre contre les Anglais. En Août 1764, il signe le Second Traité de Compiègne, qui est une convention entre lui et la République de Gênes, par laquelle il ramène les troupes françaises dans les garnisons corses, pendant quatre ans (jusqu’au 6 Août 1768), pour y garder et défendre quelques-uns unes des places dont la République de Gênes est en possession, et à y contribuer autant qu’il sera possible à une entière pacification: Bastia, Aiacciu, Calvi, Algaiola et San Fiurenzu. Le 15 Mai 1764 il conclut le Traité de Versailles, avec la République de Gênes pour la cession de la Corse, en quinze articles et une disposition annexe, avec deux clauses séparées et secrètes. En 1772, il ordonne la construction de la tour de Bucugnà.

LOUIS XVI: (1754-1793)
Roi de France de 1774 à 1791. En Décembre 1775, il fait une Déclaration prenant des mesures contre l’utilisation, en Corse, des armes à feu pendant les offices. En Août 1776, il accueille favorablement les trois députés corses Jean Joseph Marie de Guernes, Bonaventura Benedetti et Cesare Matteu de Petriconi. Ce dernier lui présente le cahier de doléances (63 paragraphes) émis par la Quatrième Assemblée des Etats de Corse, et dénonce la politique néfaste (en 29 griefs) et le comportement du comte de Marbeuf. Il renonce aux 60000 livres que la Corse lui doit au titre du logement des troupes royales, et ramène, pour une durée de huit ans, la Subvention à 120000 livres. En Septembre, il promulgue une totale amnistie pour les exilés de Toscane, sauf pour les conjurés d’Oletta, et fait libérer de nombreux prisonniers de la forteresse de Toulon. En Mars 1777, il répond au cahier de doléances émis par la Quatrième Assemblée des Etats de Corse. En Avril, le comte de Marbeuf le sollicite afin d’obtenir la dotation en fief perpétuel de la région de Carghjese Paomia, avec le titre de marquis. En Juin, suite au cahier de doléances émis par la Quatrième Assemblée des Etats de Corse, et à cause du mécontentement de plus en plus grand du comte de Marbeuf, il décide d’écarter Cesare Matteu de Petriconi et Jean Joseph Marie de Guernes. En Juillet, il accorde 22000 livres pour la construction d’une citerne destinée à alimenter la fontaine d’Aiacciu. En Juin 1778, il concède par lettres patentes, en fief perpétuel, comme terres vaines et vagues, les territoires de Paomia, Revinda, Salogna et La Piana, soit environ 17000 hectares, au comte de Marbeuf. En Juillet, il permet aux contumax de la conspiration d’Oletta, de rentrer en Corse. En Mai 1779, il accorde 1500 livres pour la réparation de l’hôpital d’Aiacciu, en très mauvais état. En Juin, il rachète aux Barbaresques, par l’intermédiaire de la Confrérie des Trinitaires (les Pénitents Noirs), 81 captifs corses, 57 hommes et 24 femmes ou enfants. Il lui en coûtera 250000 livres. En Janvier 1781, il répond aux 23 requêtes faites par la Sixième Assemblée des Etats de Corse. En Décembre 1789, il signe le décret autorisant les exilés corses à regagner leur pays natal. En Avril 1790, il reçoit à Paris Pasquale Paoli, de retour d’exil d’Angleterre.

LOUIS XVIII: (1755-1824)
Roi de France de 1814 à 1824. En Décembre 1814, il nomme le baron de Montureux, un ancien colonel royaliste, Préfet de la Corse, en remplacement de Francescu Savieru Giubega. Il reçoit la députation de la ville de Bastia, qui comprend Vincente Rigo, Raffaelle de Casabianca et Ghjuvanni Battista Galeazzini. En 1815, il nomme le marquis de Rivière commissaire extraordinaire en Corse et commandant la 23ème Région Militaire.

LOUIS PHILIPPE: (1773-1850)
Roi des Français de 1830 à 1848. En 1830, il signe l’abrogation du décret du 29 Juin 1814 instituant le régime exceptionnel concernant l’administration de la police criminelle en Corse: Le jugement par jurés est rétabli dans le Département de la Corse. Le préfet doit s’occuper de la formation des listes électorales et du jury.

LOUSKY Serge: Voir SCHIAVO Louis.

LOUVEAU-ROUVEYRE Marcel Eugène: (1881-?)
Né à Paris. Artiste peintre (eaux fortes). Graveur. Il séjourne en Corse à la fin des années 1940. Auteur d'une peinture intitulée Vue générale de Corte, en 1948.

LOVICHI Dominique:
Maire de Pruprià de 1925 à 1929 et de 1935 à 1940.

LOVICHI Jacques:
Professeur de lettres. Romancier. Poète corso-provençal d'expression française. Essayiste. Rédacteur en chef de la revue littéraire Autre Sud. Il tient une chronique bimensuelle des livres dans le quotidien La Marseillaise. Auteur de Mangrove, La Licorne et la Salamandre, La Sorcière et le Magistrat, Fractures du silence, Prix Antonin Artaud en 1985, Les derniers retranchements, Prix de l'Académie Mallarmé en 2002, Le Sultan des Asphodèles, en 1995, qui obtient le Prix du Livre Corse en 1996. Les sources de la nuit, en 2015...

LOVICHI Jean-Pierre:
Originaire de Ziddara. Journaliste (collaborateur à la revue Fora !). Ecrivain. Auteur de nombreuses nouvelles. Auteur de Porte ouverte, roman, en 2014.

LOVIGHI Cyrille: (né en 1975)
Né à Sarté. Chanteur (ténor). En 1995, il débute avec le Chœur d’Hommes de Sartène, dirigé par Jean-Paul Poletti. Médaille d'Or du Conservatoire National de Région d'Angers, en 2002. Médaille d'Or du Conservatoire National de Région de Saint-Maur-des-Fossés, en 2004. Il entre dans le milieu lyrique de Paris, en passant les auditions du Concours de l’ Opéra Bastille en tant que choriste supplémentaire, en 2004, En 2005, il devient titulaire dans le chœur de l'Opéra National de Paris.

LOVIGI Anghjulu Francescu: (dix-septième siècle)
De Ruglianu. En 1660, il offre un autel à la chapelle Sant’Antoniu de Ruglianu.

LOVISI Ange:
Maire de Cervioni de 1977 à 1990. Conseiller général (divers gauche) du canton de Campuloru di Moriani de 1979 à 1986.

LOWE Edouard: (vingtième siècle)
Né en Angleterre. Artiste peintre anglais. Il adresse au Salon des Artistes Indépendants de 1929 une peinture intitulée Corte, la Corse.

LOWE Hudson (Sir): (1769-1844)
Militaire anglais. De 1794 à 1796, il sert en Corse en tant que lieutenant dans un régiment anglais d’artillerie. En 1803, il est lieutenant-colonel, et il commande le Corsican Rangers, qui se bat sur l’île de Capri contre le Real Corso di Napoli. En 1815, il est gouverneur de l’île de Sainte Hélène, où il garde Napoléon Bonaparte.

LOWENDAL ?: (dix-huitième siècle)
Colonel autrichien. En 1731, dans son journal racontant sa campagne de Corse, il écrit que les troupes autrichiennes, en permanence attaquées par les Naziunali de Luiggi Giafferi, sont encerclées dans San Pellegrinu.

LOZZI (di) Suzzone: (seizième siècle)
Enlevé par les Turcs en 1594. Les curés ont l'autorisation de quêter pour payer le prix de sa rançon.

LUBRANO Marie Lys: (née en 1980)
Née à Paris. Originaire d'Aleria. Journaliste indépendante.

LUBSKA Dominika:
Styliste polonaise (diplômée de l'Ecole de Mode de Cracovie) installée à Porti Vechju où elle développe sa marque, LUFA Fashion. Artiste peintre. Créatrice de bijoux.
Voir le site de Dominika LUBSKA.

LUC (de) ?: (dix-huitième siècle)
Comte. Propriétaire du Régiment Royal Corse. En 1768, à Toulon, le Régiment Royal Corse est appelé à se rendre en Corse, pour renforcer les troupes françaises. Avec ses officiers corses, il demande au Roi de France de renoncer à cette décision, ce que ce dernier accepte.

LUCA Pierre François: (1820-1855)
Né à Canavaghja. Garde-champêtre. En 1853, à Bastia, il est condamné à 15 ans de Travaux Forcés, pour meurtre. Il décède à l'hôpital du bagne de Toulon (Var), en 1855.

LUCAS-ROBIQUET Marie-Aimée: (1858-1960)
Née à Avranches (Manche). Artiste peintre (paysages). Elle séjourne en Corse à la fin des années 1920. Elle adresse au Salon des Artistes Français de 1930 une peinture intitulée Jeannot (Corse).

LUCATELLI Innocenzio: (dix-huitième siècle)
Peintre romain installé à Bastia de 1780 et 1784.

LUCCANI Sauveur dit Masciolu: (1751-1819)
Né à Muru. Laboureur. En 1817, à Bastia, il est condamné aux Travaux Forcés à Perpétuité, pour vol avec violences. Il décède à l'hôpital du bagne de Toulon (Var), en 1819.

LUCCAROTTI Jean: (vingtième siècle)
Journaliste. Irrédentiste. Il collabore au journal A Muvra. Membre du Partitu Corsu d'Azzione de Petru Rocca en 1922. Condamné à mort par contumace après la libération, pour irrédentisme, en 1946.

LUCCHESI André: (1936-2014)
Originaire de Suddacaro. Journaliste à Nice-Matin de 1956 à 1997. Correspondant pour RTL, Le Figaro, Le Parisien, l'AFP et la Radio Suisse Romande.

LUCCHESI Jean: (1918-2004)
Né à Marseille. Licencié en droit. Mobilisé en 1939, il participe à toute la guerre, qu'il termine avec le grade de lieutenant. Administrateur des colonies à Bamako, puis au Soudan. Secrétaire général de la Sarthe de 1961 à 1965. Secrétaire général de la Gironde de 1966 à 1968. Préfet de l'Orne de 1969 à 1973. Préfet de la Dordogne de 1973 à 1975. Grand Officier de la Légion d'Honneur. Compagnon de la Libération. Commandeur de l'Ordre National du Mérite. Croix de Guerre 39-45 avec 6 citations. Croix de Combattant Volontaire de la Résistance. Médaille Coloniale avec agrafes Fezzan, Tripolitaine, Tunisie. Médaille des Services Volontaires de la France Libre. Presidential Unit Citation (USA). Officier de l'Etoile Noire du Benin. Il décède à Bastia en 2004 et est inhumé à Barrettali.

LUCCHESI Yves: (1915-1947)
Né à Bastia. Né à Bastia. Bachelier, il s'engage dans l'armée de l'air et obtient son brevet de pilote en 1936. Sergent-chef en 1940. Gravement blessé au retour d'un vol de nuit il ne peut participer à la Campagne de France. Ayant entendu l'appel du général de Gaulle il décide de rejoindre l'Angleterre alors qu'il est toujours à l'hôpital. Après un long périple, il parvient jusqu'aux Etats-Unis où il s'engage provisoirement dans les Forces Françaises Libres (FFL) en 1942. Enfin, un mois plus tard, en Grande-Bretagne, il signe son engagement dans les Forces Aériennes Françaises Libres (FAFL). Promu adjudant, puis aspirant en 1942, il est affecté comme pilote au Squadron 226 de la RAF en 1943. Puis il est finalement affecté au Groupe de Bombardement Lorraine, (Squadron 342 de la RAF), et est promu sous-lieutenant. Le 3 octobre 1943, son avion est abattu au-dessus de la France par la défense allemande au cours du bombardement de la centrale électrique de Chevilly-Larue dans la région parisienne. Il parvient à poser son appareil très endommagé dans un champ, sauvant la vie de son équipage. Avec une côte cassée et la cheville foulée, il réussit à éviter les patrouilles allemandes et regagne l'Angleterre un mois plus tard en passant par l'Espagne après avoir franchi les Pyrénées. Il effectue au total 33 missions totalisant 100 heures de vol de guerre avec le Groupe de Bombardement Lorraine. Promu lieutenant en 1944, il est affecté au groupe de Transport 1/15 Touraine basé au Maroc. Il est breveté commandant d'avion (2e degré) en 1945. Démobilisé en 1946, il entre comme pilote commandant de bord à Air France. Il décède accidentellement avec son épouse au cours de leur voyage de noces, en 1947, alors qu'ils étaient passagers d'un avion d'Air France qui s'est écrasé à Château-Bernard dans l'Isère. Officier de la Légion d'Honneur. Compagnon de la Libération. Croix de Guerre avec palmes.

LUCCHETTI Dominique: (1790-1875)
De Ruglianu. Receveur puis inspecteur des Domaines de 1820 à 1852. Conseiller général du canton de Ruglianu à deux reprises. Il est à l'origine de la route de ceinture du Capicorsu.

LUCCHETTI Dominique Thomas: (1915-1944)
Né à Ruglianu. Résistant. Membre des Forces Françaises de l'Intérieur (FFI). Il est tué au combat par les Allemands, lors des combats de la libération de Marseille, en 1944. Son nom figure sur le Monument aux Morts de la commune de Ruglianu et sur celui de la commune de Bastia.

LUCCHETTI Fernand Albert: (1892-1958)
Originaire de Ruglianu. Né à Yauco (Porto Rico). Ingénieur de l'Ecole Centrale. Il s'installe définitivement à Porto Rico en 1930.

LUCCHETTI Francescu Napoleone: (1822-1863)
Originaire de Ruglianu. Colonel de Cavalerie dans l'armée du Salvador (Amérique Centrale).

LUCCHETTI Tristan Louis: (1897-1944)
Originaire de Ruglianu. Né à Yauco (Porto Rico). Docteur en médecine (ORL, Faculté de Paris en 1925). Ancien combattant (1916-1919). Blessé de guerre en 1917. Croix de Guerre 14-18 avec Palme. Il est condamné pour détention d'armes en 1943 (condamnation annulée en 1944). Il est tué lors d'un bombardement en regagnant l'hôpital de Bastia, en Mai 1944. Reconnu Mort pour la France. Son nom figure sur le Monument aux Morts de la commune de Bastia et sur le Livre d'Or de la Résistance de la commune de Sartè.

LUCCHETTI-TRISTANI Ghjuvan Matteu: (1848-1917)
Originaire de Ruglianu. Né à Ponce (Porto Rico). Exploitant de canne à sucre. Auteur d'un essai sur les chemins de fer dans l'île de Porto Rico.

LUCCHINI Albert Marcel: (1899-1972)
Né à Marseille. Originaire du canton de Taddà Scupamena. Agent comptable. Député socialiste des Bouches-du-Rhône de 1936 à 1942. Conseiller général de Marseille en 1939. Il décède à Marseille en 1972.

LUCCHINI David: (né en 1982)
Né à Bastia. Réalisateur et scénariste. Réalisateur du court métrage L'omu di a strada en 2015.

LUCCHINI Dominique dit Ribellu: (1919-2002)
Né à Carghjaca. En 1937, il s’engage pour cinq ans dans la marine et fait la guerre en Extrême Orient. Résistant. Militant communiste. Homme de conviction, intelligent, intuitif, lucide, courageux et loyal, il est de tous les combats pour la libération de la Corse. Proche et ami de Jean Nicoli. Il devient après la mort de Jules Mondoloni, le chef incontesté du Front National dans l’Alta Rocca, le Sartinese et le Bassu Taravu. Médaille militaire et la Croix de Guerre avec palme, Maire de Carghjaca (de 1943 à 1945), puis de Zerubia (de 1945 à 1953 puis de 1959 à 1990). Il quitte le parti communiste français, pour raisons idéologiques. Elu à l'Assemblée Territoriale de Corse de 1982 à 1989, sur la liste autonomiste Unione di U Populu Corsu d'Edmond Simeoni. Nationaliste convaincu, il milite pour l’union de toutes les forces nationales, condition essentielle à ses yeux pour obtenir l’émancipation de l’Ile et de son peuple. Retiré de la politique depuis 1989, il demeure cependant le symbole de référence d’une certaine idée d’une Corse libre et indépendante. Il décède à Auddé, en 2002.

LUCCHINI Jean: (1924-2013)
Né à A Munacia d'Auddè. Engagé dans la Royal Air Force (RAF) en 1943. Expert technique auprès de l'Etat-major de l'Armée de l'Air. Maire adjoint de A Munacia d'Auddè de 1983 à 2008. Chevalier de l'Ordre National du Mérite. Médaille Militaire.

LUCCHINI Marc Léon: (1773-1804)
Né à Ghjunchetu. Laboureur. En 1804, à Aiacciu, il est condamné à 24 ans de Galères, pour vol avec violences. Il décède à l'hospice des chiourmes du bagne de Toulon (Var), en 1804.

LUCCHINI Paul:
Né à Aiacciu. Historien de la ville d'Aiacciu. Auteur de Par les rues d'Ajaccio (1994), Veni bellu qui (1996), Ajaccio, station d'hiver (1868-1916) (2010)... Président de l'association A Sciarabola, société d'histoire d'Aiacciu.

LUCCHINI Pierre Dominique, dit Pierre Dominique: (1889-1973)
Né à Courtenay (Loiret). Originaire d'Auddé. Médecin. Journaliste politique (centre-gauche). Historien. Biographe. Romancier. Polémiste. Poète. Héros de la guerre 1914-1918 (médecin militaire). Membre du Partitu Corsu d'Azzione de Petru Rocca en 1922, et qu'il quitte en 1926. . Auteur de Les Comtes désobligeants, Notre Dame de la Sagesse, Les Mercenaires, Les Danubiennes, Chroniques Corses (1926), Les Fils de la Louve, Monsieur le Parlement, La Révolution créatrice, Sa Majesté, La Corse... Rédacteur à La République. En 1934, avec d'autres, il organise, à Aiacciu, les Etats Généraux de la Corse, autour du thème Tout pour la Race corse... Chef des Services de Presse et de Censure en 1940. Directeur général de l'Office Français d'Information de 1941 à 1943. A la libération, il est arrêté, puis acquitté. Il collabore à la revue Ecrits de Paris en 1944, puis au journal d'extrême droite Rivarol, en 1951. Il en devient le directeur de 1970 à 1973. Il décède à Paris en 1973. Chevalier de la Légion d'Honneur.

LUCCIANA Francescu Maria: (1712-1746)
Bastiais. Médecin et maître de cérémonie du gouverneur de Bastia. En Février 1746, à Bastia, faisant partie des principaux membres, une trentaine, de l’ancienne direction de la ville, tous Naziunali favorables au Roi de Sardaigne, il est arrêté par la nouvelle municipalité, emprisonné et transféré à Gênes, où il est pendu.

LUCCIANA Emile: (1841-1923)
Né à Bastia. Frère de Pierre Mathieu. Poète et écrivain.

LUCCIANA Petru Matteu, dit Petru VATTELAPESCA: (1832-1909)
Né à Bastia. Professeur d'italien, en 1853, puis d'allemand, de 1855 à 1885, au lycée de Bastia. Ecrivain prolixe et poète de langue corse. En 1872, il traduit Hermann et Dorothée, de Goethe, en vers italiens. En 1881, il traduit en français l'œuvre corse écrite par l'historien allemand Ferdinand Gregorovius. En 1887, il édite Versi italiani e corsi. Entre 1888 et 1904, il écrit une quarantaine de comédies (Cummediole) de un à quatre actes. Auteur de In Campagna, In cità, et de U matrimoniu di Fiffina, en 1888, de U trionfu di Vuffalevalle et Dece anni dopu, en 1889, de Cunverzione, en 1890, de E tribulazione di u sgiò Filippu, Un maritu per l'altru et A Civittola, en 1892, de Un scemu, en 1893, de Vai à fatti leghje, en 1901... Fondateur de la société littéraire La Cirnea en 1904. En 1906, il écrit en italien Maria Gentile, dramma lirico in 4 quadri, qui rappelle la condamnation à mort de cinq habitants d'Oletta accusés de crime de lèse-majesté.

LUCCIARDI Ange-François: (1864-1903)
Né à Antisanti. Militaire. Il sert au Tonkin en 1884 et en Cochinchine en 1886. En 1889, il est lieutenant au Régiment de Tirailleurs Sénégalais. Capitaine d'Infanterie de Marine en 1891. Il est affecté à Madagascar en 1896, où il est le collaborateur du général Gallieni. Chef de bataillon en 1899. En 1903, il devient le plus jeune lieutenant-colonel de l'armée française. Il meurt d'une appendicite mal diagnostiquée en 1903, à Tananarive. Officier de la Légion d'Honneur.

LUCCIARDI Ange-Louis (Lucky): (?-2010)
De Bastia. Professeur de lettres. Homme de culture et de théâtre. Metteur en scène. Animateur de la troupe Théâtre 196 à Bastia. Il organise, à Bastia, des stages internationaux de théâtre.

LUCCIARDI Anton Sebastianu dit Prete Biasgiu: (1771-1860)
Né à Santu Petru di Tenda. Poète humoristique de langue italienne. Auteurs de nombreux poèmes satiriques et humoristiques en grande partie perdus. Auteur d'une comédie profane, Mamma So, créée à Santu Petru di Tenda en 1821.

LUCCIARDI Ghjuvan Petru, dit U Muntagnolu, U Paisanu (Jean-Pierre de Compiendi): (1862-1928)
Né à Santu Petru di Tenda. Arrière-petit-fils d'Anton Sebastianu. Instituteur. Directeur d'école. Poète et dramaturge de langue corse. En 1909, il publie ses premiers vers satiriques, I Galli Rivali et A greva di e ghjuvanotte, en 1911, le drame, A Vindetta di Lilla, en 1912, le drame historique, Maria Gentile et un drame religieux, U martiriu di Santa Divota, en 1921, des poèmes Canti Corsi et Cose Andate en 1924, en 1926, Manualettu di Storia di Corsica. En 1922, il publie, sous la forme d'une petite brochure préfacée par Paul Arrighi, un long poème de 27 strophes dédié au président de la République Alexandre Millerand, qui doit faire une visite en Corse. Il collabore aux revues A Tramuntana, A Muvra et à L'Annu Corsu. Il décède à Paris en 1928.

LUCCIARDO de FRANCHI Battista: (seizième siècle)
Génois. En 1558, l’Ufficio di San Giorgio le nomme podestat et trésorier en Corse.

LUCCIARDO de FRANCHI Carlo: (?-1455)
Militaire génois. Lieutenant du gouverneur Battistino Doria. En 1454, ce dernier, malade, meurt. Il prend alors la suite du commandement du siège de Cinarca contre Raffe di Leca. En 1455, il est battu par celui-ci et Berlingero da Rillo. Il est fait prisonnier et est exhibé dans une cage roulante à travers toute l’Ile. Il en meurt de honte.

LUCCIARDO de FRANCHI Damiano: (quinzième siècle)
Noble génois. En 1492, il est à Aiacciu, avec le commissaire génois extraordinaire, Domenico Negrone, où il doit superviser les travaux de la ville; il est accompagné de Gregorio de Grimaldi.

LUCCIARDO de FRANCHI Domenico: (?-1554)
Génois. L’Ufficio di San Giorgiole nomme trésorier de la Corse en 1509. Il meurt en 1554.

LUCCIARDO de FRANCHI Francesco: (seizième siècle)
Génois. Il est gouverneur de la Corse en 1540. Il succède à Nicolo de Salvago. En 1541, il est remplacé par Paolo Lazagna.

LUCCIARDO de FRANCHI Gabriele: (?-1493)
Génois. Théologien. Evêque de Corse en 1459. Il siège à Aiacciu. Il meurt, empoisonné, en 1493. Le cardinal Paolo da Campofregoso le remplace comme évêque de Corse à Aiacciu.

LUCCIARDO de FRANCHI Giovan Battista: (seizième siècle)
Génois. En 1559, il est nommé surintendant du gouvernement civil de Bastia.

LUCCIONI Anghjulu Luiggi: (?-1736)
Né à Carchetu. Lieutenant de Ghjacintu Paoli. Lieutenant général. En Janvier 1735, à la Cunsulta d' Orezza, il est nommé membre de l’Uffiziu di a Guerra. En Avril, il entretient une correspondance avec Petru Paulu Murati, et prône le rapprochement avec Gênes. En Janvier 1736, avec 500 fusiliers corses, et l’ingénieur Dufour, expert artificier, il marche sur le fort de San Pellegrinu. En Mars 1736, après s’être réunis en assemblée secrète à Matra, il est avec tous les chefs corses à Aleria pour accueillir Théodore de Neuhoff. En Avril, il est chargé de prendre Bunifaziu. Il doit prendre contact avec des notables de Quenza, partisans de Gênes, et bien connus de lui, pour favoriser le ralliement des Bonifazinchi. En Mai, pour 30 sequins, il livre Porti Vechju aux Génois, et leur donne également les plans secrets de Bunifaziu. Informé de cette trahison, le Roi Théodore 1er le condamne à mort, et le fait fusiller sur-le-champ.

LUCCIONI Battista: (dix-septième siècle)
Notable de Bunifaziu. En 1640, on fait appel à lui pour l’attribution du monopole du ravitaillement de la ville en viande de chèvre.

LUCCIONI Charles François dit Carlinu: (1783-1820)
Né à Pastureccia di Rustinu. Cultivateur. En 1817, à Bastia, il est condamné à 22 ans de Travaux Forcés, pour vol à main armée avec violence. Il décède à l'hôpital du bagne de Toulon (Var), en 1820.

LUCCIONI François: (1936-2012)
Originaire d'Aiacciu. Professeur agrégé des Facultés de Médecine et de Pharmacie de Marseille. Directeur du Laboratoire de Biochimie et Sémiologie Cliniques de la Faculté de Pharmacie de Marseille.

LUCCIONI Ghjuseppe: (dix-septième siècle)
Nobile Dodeci du Diquà en 1675.

LUCCIONI Ghjuvanni Grimaldi: (dix-septième siècle)
Nobile Dodeci du Diquà en 1604.

LUCCIONI Jean-Baptiste: (né en 1964)
Originaire de Pitrusedda. Cadre EDF. Maire de Pitrusedda depuis 2001. Elu conseiller territorial (divers gauche) de 2010 à 2015.

LUCCIONI Jean-Baptiste Sauveur: (1824-1905)
Né à Bunifaziu. Militaire. Colonel d'Infanterie. Commandeur de la Légion d'Honneur. Médaille d'Italie. Médaille de la Valeur Militaire de Sardaigne. Officier de l'Instruction Publique.

LUCCIONI Jean Laurent: (1921-2013)
Originaire de A Sarrera. Adjudant-chef d'Infanterie. Ancien combattant 39-45, d'Indochine et d'Algérie. Commandeur de la Légion d'Honneur. Médaille Militaire. Croix de Guerre.

LUCCIONI José: (1903-1978)
Né à Bastia. Chanteur lyrique. Ténor de renommée mondiale de 1932 à 1962. Il chante environ 500 fois le rôle de Don José à l'Opéra-comique. Il se produit également à La Scala de Milan (1935-1937) et à l'Opéra de Chicago (1937). Il chante dans Carmen, Othello, Paillasse, Aïda... Il enregistre des chants corses et tourne dans des films (Columba, 1948, Au bout de la route, 1949...). Directeur de l'Opéra et du Théâtre de Verdure de Nice. Chevalier de la Légion d'Honneur. Il décède à Marseille en 1978.

LUCCIONI José: (né en 1949)
Originaire d'Oletta. Fils de Micheline. Acteur de théâtre et de télévision. Il se spécialise dans le doublage sonore de nombreux acteurs américains (notamment Al Pacino).

LUCCIONI Laurent: (1972-2005)
Nationaliste. Membre de A Cuncolta Naziunalista. Proche de François Santoni. Impliqué dans l'affaire du golf de Sperone en 1999. Il est abattu à Bunifaziu en 2005.

LUCCIONI Michel: (né en 1953)
Né à Toulon. Photographe. Il collabore à Var-Matin, l'AFP, le Figaro-Magazine, puis Corse-Matin, en 1993. Co-auteur, avec le géologue Alain Gauthier, de Les Plages Corse vues du ciel (2008), Corse, Sites Remarquables vus du ciel (tome I en 2009 et tome II en 2010)... Auteur de Mare e Monti, vus du ciel (2012), Acqua viva (2014)...

LUCCIONI Micheline: (1930-1992)
Originaire d'Oletta. Fille de José. Actrice de théâtre et de cinéma. Elle débute dans le film Gervaise, en 1956. Elle tourne aussi dans Témoin dans la ville, La sentinelle endormie, Le tatoué, Le distrait, Le drapeau noir flotte sur la marmite... A la télévision elle joue dans Maigret, Belphégor, Au théâtre ce soir...

LUCCIONI Pierre-jean: (né en 1950)
Né à Bastia. Journaliste. Il collabore à l'édition corse du Provençal, puis rejoint France 3 Corse en 1981. Nommé rédacteur en chef adjoint en 1990. Créateur de la rubrique télévisée Tempi Fà en 1987. Auteur de l'ouvrage Tempi Fà en 2007.

LUCCIONI Tomasu: (dix-septième siècle)
De Bunifaziu. Prédicateur. En 1677, édition, à Milan, de ses Orazioni.

LUCCISANO Florence:
Originaire de Bastia. Auteur compositrice interprète. Elle débute à A scola di cantu di Montesoru, en 1990. En 1991, elle co-fonde le groupe L'ochji di l'avvene. Membre du groupe de chant féminin Ellmanita, fondé en 2007.

LUCE de CASABIANCA Joseph: Voir CASABIANCA (de) Luce Quilicus (Julien) Joseph.

LUCIANI ?: (dix-neuvième siècle)
Conseiller municipal d'Aiacciu en 1869. br>
LUCIANI Ange-Jérôme:
Né à Petrelba. Musicien (guitare). Auteur. Compositeur. Interprète. Il anime la diaspora corse de Marseille depuis les années soixante.

LUCIANI (SAMEC-LUCIANI) Annette (Amy SHARK): (née en 1961)
Originaire de San Niculaiu di Moriani et d'Antisanti. Enseignante. Ecrivain. Durant 17 ans elle enseigne la littérature française en Californie avant de rentrer vivre en Corse où elle enseigne un certain temps la langue anglaise avant d'animer une maison d'hôtes axée sur le partage artistique et culturel: la Casa Agostinu Giafferi. Auteur de nouvelles fantastiques dans diverses revues et fanzines sur support CD, Au fil de la lame et Histoires de bonnes femmes, de La maison amoureuse (Anthologie Les Mondes de Masterton, 2012)... Elle collabore à l'ouvrage collectif Une enfance corse, compilé par Jean-Pierre Castellani et Leïla Sebbar, paru en 2010. Le premier volume d'une trilogie, Jour de chance pour les salauds, paraît en 2013. En 2014, publication d'un premier polar canin, Affaire classée sans suite, écrit en collaboration avec Fajanu the Dog.

LUCIANI Augustin:
Maire de Brandu de 1977 à 1983.

LUCIANI Benoît: (né en 1965)
Ecrivain, entrepreneur et blogueur. Auteur de Le bruit des Hommes (2006), Le Bar de l'Univers (2007)...

LUCIANI Denis:
Originaire de Porti Vechju et Quenza. Docteur en Histoire. Enseignant. Docteur d'études corses à l'Université de Corti. Militant nationaliste. Il publie plusieurs ouvrages en langue corse et française. Auteur de A Corsica tempa li Sarragini, Petite Histoire de Corse Illustrée, en 2009, Peuple et Nation corses au XXIe siècle, en 2011, L'origine de la tête de Maure , en 2012, Storia di Corsica, illustrée par Gaspard, en 2014, Corse et Islam, en 2014, Le mythe Ugo Colonna , en 2015,... Il participe à la rédaction de l'Encyclopadia Corsicae. Président de l'Associu di i Parenti Corsi.

LUCIANI Dolinda: (1913-2013)
Née à Ruspigliani. Militante communiste. En 1942, à Paris, elle cache chez elle, durant un an, une famille juive traquée par les Allemands. Elle est élevée au rang de Juste parmi les Nations en 1995. Elle refuse la décoration de Chevalier de la Légion dHonneur en 2007.

LUCIANI Evelyne:
Professeur d’italien. Philologue. Latiniste. Historienne. Elle a publié, en collaboration avec Dominique Taddei et Louis Belgodere, Trois prêtres balanins au coeur de la révolution corse (2006) et Les pères fondateurs de la nation corse (1728-1730), en 2009 (Prix Don-Joseph Morellini 2011). Auteur également de 1729, les Corses se rebellent (2011), La Corse insurgée (2011), d'une édition critique de La Giustificazione delle rivoluzione di Corsica, de Gregoriu Salvini (2014, Prix de la Collectivité Territoriale de Corse)...

LUCIANI Félix: (1936-2000)
Né à Aiacciu. Fonctionnaire à la DASS. Maire (socialiste) d'Afa de 1977 à 2000. Conseiller général du 5ème canton d'Aiacciu de 1976 à 1982. Conseiller général du 7ème canton d'Aiacciu de 1982 à 2000. Conseiller territorial (liste José Rossi) de 1992 à 1998.

LUCIANI Ghjuseppu Maria: (1736-1774)
Né à Sidossi, commune de Calacuccia. Berger. En Juin 1774, il fait partie des insurgés du Niolu. Les Français parviennent à encercler ces derniers et à en prendre une grande partie. Il est condamné, et pendu à Corscia.

LUCIANI Ghjuvan Francescu: (né en 1978)
D'Erbaghjolu. Poète-chanteur improvisateur, spécialiste des Chjami e Rispondi.

LUCIANI (de CUVO) Ghjuvanni: (1903-1983)
Né à Sotta. Professeur. Ecrivain. Poète. Ardent défenseur de la langue corse. Journaliste. Auteur de L'Arghja en 1954. Il collabore à la revue littéraire U Muntese en 1955.

LUCIANI Jacques: (1928-1982)
Instituteur à Sermanu. A l'origine de la création de la chorale San Teofalu en 1950. Fondateur du groupe folklorique A Mannella, à Corti en 1959. Précurseur de l'enseignement du corse à l'école en 1970. Animateur d'une émission radio en langue corse, sur RMC, dès 1970. Journaliste à FR3 Corse (c'est lui qui présente la première emission télévisée et radiophonique réalisée en langue corse sur cette chaine) et au Provençal-Corse.

LUCIANI Jacques: (1924-2007)
De Casamacciuli. Magistrat. Avoué. Avocat. Bâtonnier honoraire. Maire de Casamacciuli.

LUCIANI Jacques: (né en 1961)
Né à Corti. Musicien (guitare). Chanteur. Compositeur. A l'âge de 7 ans, il fait partie du groupe folklorique A Mannella. Dans les années 1980, il commence sa carrière de musicien professionnel en accompagnant bons nombres de chanteurs corses (Jean Cuiconi, Antoine Ciosi, Maryse Nicolaï, Michel Mallory, Charles Rocchi, Les Frères Vincenti...). En 1995, il intègre le groupe L'Albinu dont il compose certaines musiques et réalise les arrangements des deux derniers albums. C'est dans le groupe qu'il rencontre Jean Claude Fiori avec lequel ils parcourent ensemble les routes de Corse avec le groupe Serinatu. Il réalise également un CD avec Petru Baghioni, lui aussi un ancien du groupe Albinu. Compositeur des musiques du CD de Dominique Vincenti (2012).

LUCIANI Jean:
Maire d'Omessa de 1965 à 1983. Elu conseiller général (indépendant tendance gaulliste) du canton de Niolu-Omessa en 1967.

LUCIANI Jean-François: (?-1943)
Originaire de U Petrosu. Résistant. Il saute sur une mine au cours d'une mission, lors des combats de la libération de la Corse, en 1943. Son nom figure sur le Monument aux Morts de la commune de Bastia.

LUCIANI Jean-Jacques:
Né à Alger (Algérie). Artiste peintre. Installé à Tavera.

LUCIANI Jean-Louis: (né en 1967)
Originaire d'Afa. Fils de Félix. Chef d'entreprise. Conseiller général (divers gauche) du canton d'Aiacciu VII de 2000 à 2015. Vice-président du Conseil Général de la Corse-du-Sud. Elu conseiller territorial depuis 2004. Membre du Conseil Exécutif de l'Assemblée de Corse en 2010 (président de l'Office du Développement Agricole et Rural de la Corse (ODARC)).

LUCIANI Jean-Marie: (1941-2013)
Né à Rabat (Maroc). Originaire de Lozzi. Ancien combattant de la Guerre d'Algérie. Militant nationaliste agricole (il participe à l'occupation de la cave d'Aleria en 1975). Croix de la Valeur Militaire. Médaille Militaire.

LUCIANI Jean-Paul: (né en 1957)
Originaire du Niolu. Il entre à la Maison de la Radio, à Paris, en 1983. Producteur-animateur à Radio France, Frequenza Mora, directeur des programmes depuis 2012. Créateur des émissions Décalage horaire, consacrée à la Diaspora corse, en 1984, Storia (1986), Les Fous d'opéra (1996) Rapportages (1999)... Membre du Grand-Orient de France. Militant des Droits de l'Homme.

LUCIANI Jules: (vingtième siècle)
Pharmacien. Président du Comité Central Bonapartiste (CCB) en 1908. Président de la section de Bastia des Croix-de-Feu, qui comporte une centaine d'adhérents. Officier de la Légion d'Honneur.

LUCIANI Lucien: (1908-1974)
Né à Macà A Croci. Fils de Simon Jean. Médecin. Conseiller général (radical-socialiste) de Pitretu Bicchisgià en 1945. Maire de Macà A Croci.

LUCIANI Lurenzu: (dix-septième siècle)
De Palasca. Ecclésiastique. Docteur en théologie. Curé de Muru. Chanoine de l'église cathédrale de Bastia.

LUCIANI Marie Ange:
Née à Aiacciu. Productrice de films. Co-fondatrice de la société de productions Les films de Pierre. Prix Orizzonti du meilleur film à la Mostra de Venise de 2013 avec le film Estearn boys.

LUCIANI Matteu: (né en 1912)
Instituteur. Poète et écrivain bilingue. Membre de Cercle Culturel Cyrnéen de Carulu Giovoni. Il collabore au journal U Muntese. Auteur du roman La Fille de Columba, ou Dieu ne l'a pas voulu, publié à Borgu, en 1956. Membre du comité de rédaction de la revue Monte Cintu, créée en 1959. Fondateur de la revue Paese Corsu, en 1964. Auteur de U nodu scioltu, en 1972 et de Risate en 1979.

LUCIANI Natale: (1950-2003)
Originaire d'Albitreccia. Nationaliste. Militant de la cause indépendantiste. Son engagement politique et culturel est exemplaire. Militant de l'ARC en 1972, de la CNC en 1973, puis à la CGNC, en 1975. Membre du Front de Libération Nationale de la Corse (FLNC) en 1982. Arrêté en 1984, il est condamné à 7 ans de prison en 1985. Il est libéré en 1989. Poète, chanteur et musicien. Membre fondateur (en 1973) du groupe Canta U Populu Corsu. Créateur de la structure A Scola di Cantu en 1981.

LUCIANI Ours-Etienne: (1895-1920)
Né à Casamacciuli. Sous-lieutenant aviateur (53ème Escadrille). Mort à Killis (Syrie) en 1920. Aviateur dont le tragique destin est raconté par Joseph Kessel dans son livre Mermoz (chapitre 3).
Son nom figure sur le Monument aux Morts de la commune de Casamacciuli.

LUCIANI Paul-Antoine: (né en 1945)
Né à Aiacciu. Professeur certifié de lettres classiques. Homme politique (communiste). Conseiller territorial de 1992 à 2004. Premier adjoint au maire d'Aiacciu depuis 2001.

LUCIANI Paule-France:
Originaire de Calinzana. Galeriste. Propriétaire de la Galerie du Marais, à Paris, et d'une autre à Saint-Malo.

LUCIANI Pierre-Jean: (né en 1945)
Conseiller municipal et adjoint au maire à Aiacciu jusqu'en 2001. Membre du Conseil Economique Social et Culturel (CESC) de la Corse. Conseiller Prud'homal. Conseiller territorial de 1992 à 1998. Conseiller général (UMP) du canton d'Aiacciu II de 1998 à 2015. Vice-président du Conseil Général de Corse-du-Sud. Président fondateur de la Mutuelle Chirurgicale Médicale Corse. Président fondateur de l'Association San Rucchelu et de la Confrérie San Rucchelu. Conseiller départemental du nouveau canton d'Aiacciu I depuis 2015. Elu président du Conseil Départemental de Corse-du-Sud en 2015.

LUCIANI Pierre-Paul: (né en 1947)
Maire d'Albitreccia. Conseiller général du canton de Santa Maria Sichè de 1992 à 2015. Président du Conseil d'Architecture, de l'Urbanisme et de l'Environnement (CAUE) de la Corse-du-Sud.

LUCIANI Simon: (1853-1935)
Né à Corti. Journaliste. Conseiller d'arrondissement. Membre des loges maçonniques L'Etoile de Cyrnos et La Libre Pensée. Anticlérical. Directeur politique du Corte Journal de 1901 à 1918. Propriétaire d'une imprimerie-librairie-papeterie, à Corti.

LUCIANI Simon:
Maître de conférences en Arts, Philosophie et Esthétique. Metteur en scène. Auteur du film Memoria, un court métrage tourné en Corse en 1983.

LUCIANI Simon Jean, dit Simonu di I Lecci: (1879-1938)
Né à Macà Croci. Médecin. Poète. Humaniste distingué. Homme politique. Auteur de Comparaison de la langue corse avec le latin et l'italien et de I Quatru Stagioni. Auteur d'ouvrages en langue corse (sartenaise). Conseiller général de Pitretu Bicchisgià.

LUCIANI Simon-Jean:
Artiste peintre. Il expose à Paris, et à Aiacciu, à la Galerie Bassoul, dans les années 1990, ainsi qu'à la Galerie du Capitellu, en 2004.

LUCIANI Stefanu dit U Pastore: (1896-1962)
Originaire du Niolu. Poète. Collaborateur de A Muvra, U Muntese, A Corsica... Il participe au renouveau culturel et politique muvriste.

LUCIANI Toussaint: (né en 1937)
Polytechnicien. Directeur d’Elf-Corse. Homme politique. Corsiste. Maire de Macà Croci jusqu'en 2001. Conseiller général du canton de Pitretu Bicchisgià de 1976 à 2001. Conseiller territorial (MRG, puis Corsiste) de 1982 à 2004.

LUCIANI Xavier: (1887-?)
Né à Corti. Négociant. Maire de Corti de 1936 à 1941. Chevalier de la Légion d'Honneur.

LUCIANI Xavier (Zavieru): (né en 1958)
Né à Bastia. Petit-fils de Xavier. Militant nationaliste. Ex-militant du FLNC. Professeur de Langue et Culture Corses au lycée du Fiumorbu. Auteur compositeur interprète. Poète. Auteur de Pastone di lacrime, di sangue è d’amore (recueil écrit en prison dans les années 80). Membre de la SACEM. Il collabore longtemps au groupe Canta U Populu Corsu. Co-membre fondateur du groupe polyphonique Chjami Aghjalesi. Auteur compositeur de A mio muntagna, Credenza, Musichella, A fata, Culori di maghju, Cavallu, Lume di Stelle... Conseiller municipal de Ghisunaccia depuis 1995 (adjoint au maire en charge des affaires scolaires depuis 2001). Candidat à diverses élections, notamment il mène la liste Rinnovu Naziunale aux territoriales de 1999 (4,45% des voix). Suppléant de Gilles Simeoni aux élections législatives de 2007 dans la circonscription Corti Balagna (13,5% des voix). Elu nationaliste (Femu a Corsica) à l'Assemblée Territoriale de Corse depuis 2010. Membre de l'Exécutif de l'Assemblée Territoriale de Corse en 2015, chargé de l'Office de l'Equipement Hydrolique de la Corse.

LUCIANI-CREULY Renée: (1927-2002)
Fille d'un militaire basé à Aiacciu. Professeur d'italien et d'espagnol. Auteur de la traduction des Mémoires de Sebastianu Costa, parues en 1972, pour le tome 1, et en 1975 pour le tome 2. L'ensemble est réédité en 1976. Docteur en littérature corse à l'Université de Corti. Auteur de Femmes d'Antisanti, en 1998. Elle participe à l'élaboration du Dictionnaire historique de la Corse, sous la direction de Laurent Serpentini, paru en 2006.

LUCIANY Pascal: (1735-1772)
Né à Evisa. Laboureur. En 1771, à Bastia, il est condamné à 9 ans de Galères, pour complicité de prévarication. Il décède à l'hôpital des chiourmes de Marseille, en 1772.

LUCIEN Fernand-Aimé: (?-1943)
Résistant. Responsable du Front National de Vintisari. Il saute sur une mine au cours d'une mission, lors des combats de la libération de la Corse, en 1943. Son nom figure sur le Monument aux Morts de la commune de Bastia.

LUCITANO Opiccinu: (quinzième siècle)
Caporale de Lucu di Nazza. En 1414, allié de Ghjuvanni d’Omessa, il se brouille avec ce dernier, sans doute pour des raisons de prestige. En 1417, partisan de Pietro Squarciafico, il affronte, avec celui ci, les évêques Ambrughju et Ghjuvanni d’Omessa, et leurs alliés, qui demandent à Gênes le retour en Corse de l’ancien gouverneur Raffaello da Montaldo. En 1418, il commande une troupe de 60 arbalétriers, aux ordres Pietro Squarciafico. En 1419, avec celui ci, il marche sur Corti. Après avoir battu Vicente di Chjatra, allié de Vincentellu d’Istria il est défait par les troupes de ce dernier à Tralonca, et fait prisonnier, ainsi que Pietro Squarciafico. En 1430, lors de la création de la ligue d’opposition à Vincentellu d’Istria, il reste fidèle à ce dernier. En 1437, avec Lucianu di Casta et des Caporali partisans de Simone da Mare, il prend les armes contre les Génois des frères da Montaldo, soutenus par Rinucciu di Leca.

LUCIUS III (Ubaldo Allucingoli): (?-1185)
Toscan. Pape de 1181 à 1185. En 1181, il confirme les droits de Pise sur la Corse.

LUCKER (de) ?: (dix-huitième siècle)
Marquis. En Avril 1769, il commande deux bataillons du Régiment de Bourgogne, qui, de Calvi, attaquent Calinzana. Ils y laissent, entre autres, quatre officiers tués ou blessés. En Mai, après la défaite de Ponte Novu, la Balagna, complètement isolée, lui rend les armes.

LUCU (di) Davidu: (quinzième siècle)
Caporale de Ghisoni. En 1456, il reçoit ses lettres de noblesse du Roi d'Aragon Alphonse V, ce dernier voulant s’allier tous les Caporali, pour les opposer aux Génois.

LUCU (di) Ghjucante: (?-1489)
Caporale de Ghisoni. Allié de Ghjuvan Paulu di Leca, contre l’Ufficio di San Giorgio. Dans la guerre des Cinarchesi, il est à ses côtés contre les seigneurs corses partisans de l’Ufficio. En 1489, après la défaite des Cinarchesi, il est exécuté par le commissaire génois Ambroggio de Negri.

LUCU (di) Ludovicu: (quinzième siècle)
Caporale de Ghisoni. En 1492, avec son voisin et allié Alfonsu d’Ornanu, et aidé par le gouverneur du Dilà, Matteo de Grimaldi, il combat des exilés corses rentrés de Sardaigne.

LUDRE (de) ?: (dix-huitième siècle)
Chevalier. Officier français. Neveu du Duc de Choiseul. En Septembre 1768, il occupe Borgu, avec 500 hommes et trois canons. Il commande la garnison du village. En Octobre, il participe à la bataille de Borgu entre Naziunali et Français. Les Corses l’emportent, et il capitule. 50 officiers, 430 soldats, trois pièces de canon, des vivres, des munitions, tombent aux mains des Naziunali. Les prisonniers sont transférés à Corti. A Lucciana, il prévient Pasquale Paoli qu’un complot est ourdi contre lui par un de ses proches.

LUGO ADELENTANO de CANARIA (de) Luiggi: (seizième siècle)
Militaire espagnol. En 1554, avec 4000 fantassins espagnols, il débarque à Calvi des neuf galères envoyées par le fils de Charles Quint, Philippe d’Espagne. Il vient renforcer les troupes de Andrea Doria. Il est sous les ordres du lieutenant général génois Agostino Spinola.

LUGU (di) Francescu Maria: (?-1564)
Caporale. En 1564, il répond à l’appel de Sampieru Corsu. Il s’empare de Porti Vechju, dont il devient le commandant. La ville est reprise, et il est fusillé par les Génois de Giovanni Andrea Doria.

LUGU (di) Frantulu: (dix-septième siècle)
Nobile Dodeci du Diquà en 1604.

LUIGGI Joseph-Marie: (1849-1935)
Né à Algaiola. Maire d'Algaiola de 1877 à 1912. Conseiller d'arrondissement de Muru de 1896 à 1914. Chevalier de la Légion d'Honneur. Officier du Mérite Agricole (1910).

LUIGGI Louis: (dix-neuvième siècle)
Notabilité politique républicaine aréniste. Maire de Loretu di Casinca de 1871 à 1879 et de 1880 à 1887. Conseiller général du canton de U Viscuvatu de 1889 à 1896. En 1874, il organise des enterrements civils pour narguer les croyances de la majorité de ses concitoyens et marquer de manière officielle et militante son idéologie anticléricale.

LUIGGI Paul:
Maire de Ruglianu de 1977 à 1983.

LUIGGI Philippe-Antoine: (1920-2006)
Né à Vallica. Maire de Vallica de 1955 à 1977.

LUIGGI Pierre: (?-1943)
Originaire de Foci. Résistant. Membre de réseau Frédéric (radio). Il opère dans le maquis de Foci-Livesi. Il est fusillé par les Chemises Noires italiens, en Juillet 1943. Reconnu Mort pour la France. Son nom figure sur le Livre d'Or des Corses tombés au Champ d'Honneur concernant la commune de Sarté.

LUIGGI Pierre Noël:
Originaire d'Ugliastru. Fondateur, en 2001, du site oscaro.com, spécialisé en pièces détachées pour autos.

LUIGI Anton Petru: (dix-huitième siècle)
Padre di U Cumunu de Spiluncatu en 1749.

LUIGI: (dix-septième siècle)
Ecclésiastique corse. Prêtre de Tallà. En 1600, il est chargé par le cardinal protecteur de l'Ordre des Franciscains, d’implanter les couvents de la nouvelle branche des Franciscains Réformés (les couvents de Brandu et de Casinca leur sont attribués).

LUIGI Don Ghjuvanni Marcu, dit U Beatu Ludovicu: (1712-1782)
Natif de Zuani. Ecclésiastique. Prêtre. Il exerce son sacerdoce à Calinzana et est un missionnaire inspiré sous la houlette de Teofalu di Corti. Il décède, en 1782, à Calinzana, en odeur de sainteté. Il est enterré dans l’église collégiale, ancienne San Blaziu. Ses dons surnaturels, ses prophéties et ses miracles ont fait sa renommée.

LUIGI Fabrice: (1813-1851)
Né à U Fulgetu. Laboureur. En 1849, à Bastia, il est condamné à 10 ans de Travaux Forcés, pour tentative d'homicide volontairel. Il décède à l'hôpital du bagne de Toulon (Var), en 1851.

LUIGI Horace: (1896-1974)
Né à Constantine (Algérie). Originaire de Santa Riparata di Moriani. Militaire. Capitaine d'Infanterie. Commandeur de la Légion d'Honneur. Croix de Guerre 14-18, 3 citations. Croix du Combattant. Médaille Commémorative (Syrie). Médaille Interalliée.

LUIGI Joseph-Jean: (?-1943)
Résistant. Lieutenant des Forces Françaises Libres (FFL). Il est fusillé par les Italiens, avec Jean Nicoli, lors des combats de la libération de la Corse, en 1943. Son nom figure sur le Monument aux Morts de la commune de Bastia.

LUIGI Pascal:
De L'Isula. Photographe.

LUIGI Sandrine: (née en 1985)
Née à San Fiurenzu. Musicienne (guitare classique). Médaille d'or du Conservatoire de Marseille. Etudes de musicologie à l'Université d'Aix-en-Provence. Elève au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris (C.N.S.M.D.P.) en 2007 et y obtient le master en 2011.

LUIGI Virgo: (1885-1916)
Né à A Casabianca. Soldat au 173ème Régiment d'Infanterie (173RI) durant la Première Guerre Mondiale. Porté disparu lors d'une attaque, il est retrouvé, condamné pour abandon de poste en présence de l'ennemi, condamné à mort et fusillé, à Jubécourt (Meuse), en 1916. Il fait partie des 6 soldats corses fusillés durant la Grande Guerre.

LUIS Geneviève: (vingtième siècle)
Née à Amiens. Artiste peintre. Elle adresse au Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts de 1939 deux peintures intitulées Piana (Corse) et Piana (vue de la mer), et à celui de 1941, Procession à Piana.

LUISI Jean: (1927-2006)
Originaire de Figarella. Comédien. Acteur de théâtre et de cinéma.

LUISI Jean-Paul: (1912-1995)
Né à Venacu. Médecin. Maire de Corscia. Conseiller général du canton de Niolu Omessa de 1978 à 1992. Député (Radical de gauche) de Corti de 1981 à 1986. Il décède en 1995.

LUISI Jules François: (1862-1934)
Né à Venacu. Ingénieur. Il participe à la construction du port de Manaus, au Brésil. De retour en Corse, il est à l'origine d'une importante exploitation d'agrumes (oranges, pamplemousses, puis clémentines) à Aleria. Maire d'Aleria de 1914 à 1919. Maire de E Muracciole de 1919 à 1934. Membre de la Chambre d'Agriculture de la Corse. Membre de l'Office Agricole de la Corse. Chevalier de la Légion d'Honneur.

LUIZET Charles Jean: (1903-1947)
Premier préfet de la Corse à la libération de l'Ile, de 1943 à 1944. Compagnon de la Libération.

LUIZI Petru Agostinu: (dix-huitième siècle)
Député pour la communauté de Biguglia, en Juin 1794, il participe à la Cunsulta Generale di Corti, qui approuve l’action de Pasquale Paoli et se prononce pour la rupture avec la France. Il adopte la Constitution du Royaume de Corse (anglo-corse), votée par la Cunsulta Generale, qui est une Constitution Monarchique, en 12 titres et 75 articles.

LULLIER Charles-Ernest: (1838-1891)
Général en chef de la Commune de Paris. Ministre délégué à la guerre. Journaliste. Il crée à Bastia le Journal des Républicains de Corse.

LUNERGIO (LUNERGIUS): (dixième siècle)
Evêque de Mariana en 900.

LUNGHERETTI Pierre: (né en 1967)
Originaire d'Antisanti. Titulaire d'une licence d'Histoire, d'un DEA de lettres et civilisation anglo-américaine et d'un DSS d'édition. Directeur des Affaires Culturelles de la ville d'Aiacciu de 1996 à 2003. Elève à l'Institut National des Etudes Territoriales de Strasbourg de 2003 à 2005. Directeur général de la Culture de la ville de Rennes de 2005 à 2009. Nommé conseiller au livre, aux archives et à la valorisation du patrimoine immatériel au Ministère de la Culture et de la Communication en 2009.

LUNGHIGNANO (da) Ambrosino: (quinzième siècle)
Né à Lunghignanu. Militaire milanais. En 1467, il est envoyé par le duc de Milan, avec huit cents soldats, pour soutenir Terramu della Casabianca et ses Rossi, contre les Neri de Petru della Casabianca. Il sort vainqueur d'un combat qui a lieu à Compoli. Mais opposé à Ghjucante di Leca, l’allié de Petru della Casabianca, il est battu et avec ses hommes, et il est obligé de rembarquer pour l'Italie. Capitaine général de la forteresse de Milan vers 1470.

LUPORSI Ghjuvanessimu: (1757-1819)
Né à U Petricaghju. Officier militaire en 1790. Juge de paix. Maire de U Petricaghju.

LUPORSI Venturin: (1791-1854)
Né à U Castellà di Mercuriu. Laboureur. En 1852, à Bastia, il est condamné aux Travaux Forcé à Perpétuité, pour meurtre avec préméditation. Il décède à l'hôpital du bagne de Toulon (Var), en 1854.

LURI (LUREI) Anghjulu Francescu: (1625-?)
Originaire de Luri. Notaire chancelier à Bastia. Poète. Membre de l'Accademia dei Vagabondi.

LURI Anghjelu Francescu: (1729-1797)
Originaire de Luri. Fils de Francescu Savieru. Directeur des arsenaux espagnols à La Havane.

LURI (di) Crescione: (quatorzième siècle)
Seigneur corse originaire de Luri. En 1387, il fait une donation au patrimoine de l’église insulaire, et il devient convers et oblat de la Chartreuse de La Gorgona.

LURI Francescu Savieru: (dix-huitième siècle)
Originaire de Luri. Capitaine de frégate au service de Gênes. Il s'expatrie à Malte en 1720. Il lutte contre les Turcs sous le pavillon de Malte. Reconnu noble en 1733 par les Anziani de Bastia.

LURI Ghjuseppu Elia (1723-1804)
Originaire de Luri. Fils de Francescu Savieru. Nommé consul de la nation grecque à Malte (de 1750 à 1774) par le Grand Maître de l'Ordre de Malte. De retour en Corse en 1775, il est nommé censeur royal de police, de 1776 à 1789. Officier municipal de Bastia. Reconnu noble en 1787. Officier de Santé en 1789.

LURI Salvadore: (1722-1806)
Originaire de Luri. Fils de Francescu Savieru. Ecclésiastique. Prêtre conventionnel. Chevalier de Malte. Emprisonné en 1745.

LURI-FLACH (de) Hortense: (1841-1930)
Née à Bastia. Artiste peintre (portraits, scènes religieuses). Auteur d'un Christ couronné d'épines (Ecce Homo), en 1900, qui se trouve dans l'église Saint-Etienne de Cardu, de La Vision de Saint-Antoine de Padoue (Saint-Antoine de Padoue aux pieds de la Vierge à l'Enfant), en 1901, situé dans l'église cathédrale Sainte-Marie-de-l'Assomption de Bastia.

LUSINCHI Antoine: (1800-1860)
Né à Bastia. Ecclésiastique. Archiprêtre. Curé-chanoine de Saint-Jean-Baptiste de Bastia en 1825. Vicaire forain. Ses prêches sont publiés à Bastia, chez Fabiani, en 1840. Chevalier de la Légion d'Honneur.

LUSINCHI Anton: (dix-huitième siècle)
Né à Zicavu. En 1753, il est syndic du couvent franciscain de Zicavu.

LUSINCHI Augustin dit O'Pingui: (1867-1950)
Né à Bastia. Homme de lettres. Poète. Journaliste. Romancier. Conseiller municipal de Bastia. Il dirige le journal Le Furet de 1890 à 1901. Collaborateur au Bastia-Journal. Pionnier de la presse française aux Etats Unis. Rédacteur en chef du Franco-Californien de 1902 à 1927. Chroniqueur au Figaro, il relate le tremblement de terre de San-Francisco en 1906. Membre de l'Alliance Française. Président du Club Français de San Francisco. Officier de la Légion d'Honneur en 1933. Il a son buste à San Francisco, où il décède, en 1950.

LUSINCHI Fabiu: (dix-huitième siècle)
Né à Zicavu. Neveu de Ghjuvan Francescu. En Février 1732, avec 1500 hommes, il participe à la reprise d’Ulmetu, tenu par les troupes austro-génoises.

LUSINCHI Ghjuvan Francescu: (1680-1734)
Né à Zicavu. Officier au service de Venise. En Août 1730, à Zicavu, il commande 2000 Talavesi, qui, appuyés par les habitants de Bastergà et de Tavera, marchent sur Aiacciu en détruisant les bâtiments et les récoltes, coupant les arbres fruitiers, abattant les clôtures. En Décembre, à la Cunsulta di San Pancraziu di Biguglia (ou de Furiani), devant 4000 hommes, il est proclamé Lieutenant Général de la Nation Corse. En Janvier 1731, au Cungressu di Corti, il est nommé Commissaire Général pour le Dilà, et dirige la nouvelle administration nationale du Dilà. En Mars 1731, à la tête de 2000 Talavesi, il prend Sartè, restée fidèle aux Génois. En Avril, il réunit les chefs révolutionnaires du Dilà, à Ziddara, pour rassembler et organiser la région. Au couvent des Observants de Pitretu e Bicchisgià, il rencontre les seigneurs de l’Istria, du Boziu, de l’Ornanu, de Cruscaglia et de Valle, qui refusent de trahir leur serment de vassalité à Gênes. En Juillet, il menace Bunifaziu. A la Cunsulta di Pitretu, au couvent de Santa Maria d’Ornanu, il est nommé Général de la Nation Corse. En Août, il est exclu de l’amnistie accordée par les Génois à tous les Corses qui déposeront les armes. En Septembre, à la Cunsulta di Mizzana, à Ziddara, dans le Dilà, il est confirmé commissaire général et surintendant du Dilà. En Février 1732, avec 1500 hommes, il participe à la reprise d’Ulmetu, tenu par les troupes austro-génoises. En Mars, avec 3000 ou 4000 Naziunali, il participe au siège de Sartè. En Janvier 1734, à ZicavuGhjuvicacci) il est assassiné par Martinetti, de Tassu, sur l’ordre du commandant génois d’Aiacciu Carlo Grillo Cataneo, et à la demande du commissaire général Paolo Geronimo Pallavicini.

LUSINCHI Ghjuvanni Carlu: (dix-huitième siècle)
Originaire de Zicavu. Capitaine. En Avril 1739, parti de Livourne, il débarque en Corse deux canons montés, six pierrets et des provisions de guerre, qui sont transportés à Zicavu.

LUSINCHI Jaime: (né en 1924)
Originaire de Bastia. Médecin et homme politique vénézuélien. Député. Sénateur. Président de la République du Venezuela de 1984 à 1989.

LUSINCHI Mighele Anghjulu: (dix-huitième siècle)
Né à Zicavu. Cousin germain de Ghjuvan Francescu. Chanoine de Zicavu. Docteur en théologie. En Avril 1735, à Aiacciu, il est secrétaire particulier du commissaire du Dilà, Ottavio Grimaldi. Il est recteur au séminaire d’ Aiacciu. En Septembre 1741, il quitte Aiacciu pour se retirer à Zicavu.

LUSINCHI Milaninu: (?-1740)
De Zicavu. Officier recruteur pour le compte du Roi de Naples. En 1736, le Roi Théodore 1er le nomme colonel chargé de la garde personnelle du Roi. En Septembre, c’est à son instigation que le Roi Théodore 1er crée l’Ordre de la Délivrance. Il propose au Roi Théodore 1er une embarcation pour quitter la Corse. En Novembre, il fait partie de la suite du Roi Théodore 1er, lequel a décidé de quitter l’Ile. Ils débarquent à Livourne et disparaissent. En Février 1740, lors d’une opération contre les insoumis du Altu Taravu, il est avec les habitants de Zicavu, et leur chef Frédéric de Neuhoff, qui se réfugient dans les montagnes du Cusciu. Les soldats du colonel de Larnage saccagent et brûlent le couvent et une trentaine de maisons du village. Il est arrêté et condamné à mort. Il meurt roué vif à Aiacciu.

LUSINCHI Simone Francescu: (dix-huitième siècle)
Né à Zicavu. En Février 1732, avec 1500 hommes, il participe à la reprise d’Ulmetu, tenu par les troupes austro-génoises.

LUTAUD Charles: (1855-?)
Préfet de la Corse en 1895.

LUTZU Antoine: (1976-2005)
Nationaliste. Membre de A Cuncolta Naziunalista. Proche de François Santoni. Mis en cause dans des attentats perpétrés par le FLNC-Canal Historique. Il est abattu à Bunifaziu en 2005.

LUVICONI Joseph: (décédé avant 1855)
Originaire de Bastergà. Beau-frère de Nunziu Francescu Costa. Officier dans le Bataillon de Volontaires commandé en second par Nabuliu Buonaparte, en 1792. Dans son testament, Napoléon lui lègue 20000 Francs.

LUZI Charles: (1920-2008)
Originaire de U Sulaghju. Instituteur. Résistant dès 1942. Membre du Front National. Il participe à la réception et à la distribution des armes parachutées, ou distribuées par le sous-marin Casabianca. Membre du bureau de l'ANACR de Corse du Sud. Chevalier des Palmes Académiques.

LUZI Christophe:
Ingénieur de recherche à l'UMR CNRS 6240 LISA (Université de Corse). Docteur diplômé de l'université d'Aix-Marseille I et spécialisé dans le domaine des métiers du livre. Ecrivain. Auteur de La guerre au miroir de la littérature (2009), Le mentir-vrai dans la littérature de guerre (2011)...

LUZI Matteu: (dix-neuvième siècle)
Maire de Biguglia en 1835.

LUZI Nicolas: (?-1870)
Originaire de San Niculaiu di Moriani. Militaire. Il est tué en 1870, lors de la guerre franco-prussienne de 1870-1871. Son nom figure sur la Plaque Commémorative située à l'intérieur de l'église de la commune de San Niculaiu di Moriani.

LUZI Paulin: (?-2013))
Originaire de San Gavinu di Fiumorbu. Directeur de l'Administration des Personnels Enseignants et Techniques Universitaires. Officier de la Légion d'Honneur. Officier du Mérite National. Officier des Palmes Académiques.

LUZI Pierre: (dix-neuvième siècle)
Né à Spiluncatu. Maire (républicain modéré) de Spiluncatu. Président du Syndicat Agricole de Balagna. il essaie de lutter contre la dégradation dramatique de la situation agricole de la Corse et particulièrement de la Balagna oléicole. Elu au Conseil Général de la Corse il lance en 1898 une campagne suivie par les conseils généraux du Var et des Alpes-Maritimes pour protéger l’oléiculture nationale contre le commerce des huiles exotiques. Il rédige et fait publier les statuts d’une coopérative agricole destinée à permettre aux producteurs d’huile d’olive de lutter efficacement contre les intermédiaires, mais son initiative n'est pas couronnée de succès. Candidat aux élections législatives de 1910 contre le républicain radical Adolphe Landry, il est sévèrement battu.