Orsu Ghjuvanni Caporossi

Cronica di A CORSICA

















1501:

BARTOLOMEO GIUSTINIANI est gouverneur de la Corse.
GHJUVAN PAULU di LECA débarque à Aleria, puis se rend dans le Niolu, où il réunit 200 hommes.
Evisa, E Cristinacce, Rennu et Vicu se rallient à GHJUVAN PAULU di LECA.
Gênes envoie en Corse le commissaire SILVESTRO GIUSTINIANI avec ALFONSO CARETTO de FINALE et un millier de soldats. RINUCCIU della ROCCA rejoint les Génois avec 200 cavaliers.
Juin: AMBROGIO de NEGRI, de retour, débarque à Bastia avec 640 hommes.
VINCENTELLU di CASTA et RAFFAELLU di CAMPUCASSU rejoignent les Génois.
Juillet: Les Génois sont à Loretu di Casinca. GHJUVAN PAULU di LECA leur oppose plusieurs milliers d'hommes, qui le quitteront quelques jours plus tard (pour cause de moissons). Pratiquement abandonné, il se retire à Merusaglia. Ses derniers partisans sont capturés lors de leur fuite.
Septembre: GHJUVAN PAULU di LECA est contraint de se réfugier dans sa forteresse de La Zurlina, d'où il négocie sa reddition. Son fils ORLANDU est emprisonné à Lerice.
Octobre: GHJUVAN PAULU di LECA est exilé en Sardaigne. Ses amis, restés en Corse, sont très sévèrement punis.
Décembre: Après sa victoire AMBROGIO de NEGRI rentre à Gênes où on lui élèvera une statue.
L'Ufficio di San Giorgio s'efforce d'entretenir des bons rapports avec RINUCCIU della ROCCA.
Les récoltes sont mauvaises, et nouvelle disette en Corse.
Naissance de SAMPIERU CORSU, d'après une citation sur une maison de Vicu, dite Palazzu Sampieru.
Installation à Aiacciu du Génois PAOLO di PIETRA SANTA, dont la descendance s'alliera aux Ramolino et aux Fesch.
Carbuccia devient un centre réputé pour la fabrication des couteaux et armes blanches.



1502:

DOMENICO LERCARI est le gouverneur de la Corse.
RINUCCIU della ROCCA marie un de ses fils à MARIA, une des filles de GIACOMO SANTO da MARE.
RINUCCIU della ROCCA est convoqué à Gênes par l'Ufficio di San Giorgio, qui le soupçonne de contester sa présence en Corse. Il doit payer une amende de 5000 écus (intrigues du prêtre corse PAULINU di MELA).
Octobre: RINUCCIU della ROCCA se révolte contre l'Ufficio di San Giorgio: avec 500 fantassins et 200 cavaliers, il soulève la Terra di U Cumunu, qui le suit.
Décembre: RINUCCIU della ROCCA tient une Cunsultà à A Venzulà, où ses alliés confirment leur intention d'affronter les Génois. Un premier affrontement a lieu à Roccapina, où les Génois essuient de sérieuses pertes.
Le Génois NICOLO DORIA débarque à Aiacciu avec 900 soldats. Il y a sous ses ordres son cousin ANDREA DORIA.
L'Ufficio di San Giorgio décide de vider le Niolu de tous ses habitants.
Nouvelles famines en Corse dues aux mauvaises récoltes.
PETRU CIRNEO écrit: Les Corses veulent la victoire à tout prix. Ils n'abandonnent jamais un parti pour l'autre s'ils n'y sont provoqués par quelque sanglant affront de leur chef, mais ils défendent par tous les moyens possibles la cause qu'ils ont embrassée, disposés à tout souffrir plutôt que de la laisser succomber.



1503:

Janvier: NICOLO DORIA occupe Ulmetu. Le Génois s'allie GHJUDICE et FRANCESCU della ROCCA, les fils de CARLU della ROCCA, et peu à peu, la population de La Rocca.
Mars: NICOLO DORIA occupe Bariccini, le fief de RINUCCIU della ROCCA.
Après avoir détruit le village de Letia, NICOLO DORIA impose à ses habitants une interdiction trentenaire de cultiver et de revenir sur les terres du village.
LAZZARO PICHINOTTI est le nouveau gouverneur de la Corse.
Mai: NICOLO DORIA obtient une autre victoire à Roccatagliata, défendue par GHJUVANNINELLU della CASABIANCA. RINUCCIU della ROCCA demande une trêve, pour négocier sa reddition.
Juin: RINUCCIU della ROCCA doit quitter la Corse pour rejoindre Gênes avec sa famille, après avoir laissé deux de ses enfants en otages à l'Ufficio di San Giorgio.
Juillet: La répression de NICOLO DORIA, contre les Corses qui ont combattu avec RINUCCIU della ROCCA est terrible. Il exile en Sardaigne tous les notables qui ont pris les armes contre l'Ufficio di San Giorgio.
Août: Retour de NICOLO DORIA à Gênes. La Corse est à nouveau sous la coupe de l'Ufficio di San Giorgio.
GRIFFU d'OMESSA perd deux de ses fidèles dans une rixe contre les di Casta.
Décès de PETRU CIRNEO, chroniqueur corse, auteur de De Rebus Corsicis (voir 1447).



1504:

Mars: De son exil à Gênes, RINUCCIU della ROCCA, s'embarque pour la Sardaigne, où il rencontre GHJUVAN PAULU di LECA.
Avril: RINUCCIU della ROCCA, avec trente compagnons, débarque en Corse et essaie de recruter des alliés.
Gênes renvoie en Corse NICOLO DORIA, avec le titre de commissaire.
Août: NICOLO DORIA débarque à Aiacciu, avec une grosse troupe de soldats. Il emprisonne FRANCESCU della ROCCA, qu'il soupçonne d'avoir rallié RINUCCIU della ROCCA, avec son frère GHJUDICE.
Dans la piève de Sarté, le village, et même la vallée, d'Urtuli sont abandonnés par leurs habitants.
7 Septembre: GHJUVAN PAULU di LECA effectue son testament. Il désigne deux de ses fils, ALTOBELLU et GHJUVANNI, comme héritiers, par contre, il déshérite le troisième, ORLANDU.
Décembre: GHJUDICE della ROCCA, frère de FRANCESCU, s'allie à RINUCCIU della ROCCA. Tous deux soulèvent le Dilà, et attaquent NICOLO DORIA. Santa Lucia di Taddà est enlevée, et ses défenseurs génois massacrés.
RINUCCIU della ROCCA s'installe dans l'Istria. Les feudataires della Rocca, di Bozzi, d'Ornanu et d'Istria, prennent le parti des Cinarchesi.
NICOLO DORIA demande des renforts à Gênes. Le gouverneur LAZZARO PICHINOTTI lui envoie les Caporali de la Terra di U Cumunu: Les di Casta, les d'Omessa, les di Campucassu, soit, en tout 400 hommes.
Construction d'un retable dans la chapelle de Sant'Albanu, à Cassanu, attribué à ANTONE, fils de SIMONE di CALVI.
Une nouvelle famine sévit en Corse.



1505:

NICOLO DORIA regroupe ses forces à Aiacciu (2500 soldats). Il essaie de reprendre l'Istria, mais à cause de l'hiver il échoue, et rentre à Aiacciu.
PETRANTONE di CIAMANACCIA et GHJUDICELLU della ROCCA, le fils bâtard de RINUCCIU della ROCCA, arrivent de Sardaigne avec une cinquantaine d'hommes, pour se joindre aux Cinarcais.
Mars: NICOLO DORIA reprend le combat. Il s'installe à Prupià et à Sarté.
Avril: A l'instigation de NICOLO DORIA, PETRANTONE di CIAMANACCIA assassine GHJUDICE della ROCCA, frère de FRANCESCU della ROCCA, et allié de RINUCCIU della ROCCA.
NICOLO DORIA fait décapiter FRANCESCU della ROCCA, prisonnier depuis Août 1504, et l'aîné des deux enfants de RINUCCIU della ROCCA détenus en otage depuis Juin 1503. Il ne reste à ce dernier que deux fils: GHJUDICELLU et BERNARDINU.
17 Août: Décès de ABRAMU di BELGUDE (voir 1430).
Le piévan de l'île de Capraja conduit une révolte contre GIACOMO SANTO da MARE, seigneur du Capicorsu et de Capraja, qui écrase ses vassaux d'impôts (voir 1499).
Les galères turques apparaissent pour la première fois en vue des côtes corses.



1506:

AMBROGGIO de SALVAGO est le gouverneur de la Corse.
RINUCCIU della ROCCA s'exile en Sardaigne, avec son fils BERNARDINU. Son autre fils, GHJUDICELLU, resté en Corse, négocie avec le gouverneur la reddition du fort de Pampalona, près de Roccatagliata, puis rejoint son père en Sardaigne.
NICOLO DORIA, la répression terminée, rentre à Gênes.
Les Frères Mineurs de l'Observance fondent à Campulori un couvent dédié à Saint François d'Assise.
Mars: Les Turcs menacent Aiacciu.
L'Ufficio di San Giorgio fait détruire les salines de San Fiurenzu qui fournissent toute la Corse en sel.
Construction d'un couvent franciscain à Canari.
Décès de PETRU CIRNEO, à Aleria, après avoir terminé son De Rebus Corsisis (voir 1447). Certains datent ce décès en 1503.
L'Ufficio di San Giorgio fait débuter les travaux de canalisation d'eau de Alisgiu, à San Fiurenzu.
Le piévan de l'île de Capraja se plaint à Gênes des mauvais traitements que GIACOMO SANTO da MARE, seigneur du Capicorsu et de Capraja, impose à ses sujets (voir 1505); il demande, et obtient, que l'île de Capraja soit sous tutelle de l'Ufficio di San Giorgio.
Année de mauvaises récoltes et de famine en Corse.



1507:

GIACOMO SANTO da MARE fait emprisonner le piévan de Capraja dans sa forteresse de San Columbanu.
L'Ufficio di San Giorgio s'installe à Capraja et y place un podestat. GIACOMO SANTO da MARE est emprisonné à Lerice. Ses terres du Capicorsu sont occupées par les Génois.
Du fait des guerres continuelles, de nombreux Corses (4000 familles environ) quittent l'Ile.
Le nouveau gouverneur de l'Ile est FRANCESCO GIUSTINIANI.
RINUCCIU della ROCCA et GHJUVAN PAULU di LECA sont toujours en exil en Sardaigne; craignant un retour de leur part, Gênes leur envoie un émissaire, PETRETU d'ISTRIA, pour négocier une paix définitive. Ces négociations échouent.
Avril: RINUCCIU della ROCCA, avec une vingtaine de partisans, débarque en Corse, pour récupérer ses terres et ses droits, mais très vite en difficulté, il se retire dans les montagnes.
Gênes envoie alors en Corse, comme commissaire, ANDREA DORIA, cousin de NICOLO DORIA. ANDREA DORIA débarque à Bastia, regroupe ses alliés de la Terra di U Cumunu, et rejoint Aiacciu; il dispose alors d'une troupe de 450 hommes.
Juillet: L'Ufficio di San Giorgio demande au Roi de France LOUIS XII , alors maître de Gênes, d'intervenir au sujet de RINUCCIU della ROCCA, afin que ce dernier cesse ses attaques.
Les émissaires du Roi de France, avec CATTANEO de CATANEI, beau-père de RINUCCIU della ROCCA, ne peuvent rencontrer ce dernier car le Génois ANDREA DORIA les en empêche.
5 Août: ANDREA DORIA fait échouer les tractations entre RINUCCIU della ROCCA et les émissaires français. Il veut la ruine totale de RINUCCIU della ROCCA. Il adresse un rapport à l'Ufficio di San Giorgio sur ses actions en Corse.
Un Corse, JACOPU CORSU, combat dans une compagnie française de 1000 hommes de pied, envoyée au secours du duc de FERRARE.
A Bastia, création d'une fabrique de chaux et de briques.
Début de la construction du couvent de Campulori (voir 1506).



1508:

EMMANUELLE de GRIMALDI est gouverneur de la Corse.
RAFFAELLE de PINO est podestat de Bastia.
Août: ANDREA DORIA fait le maximum pour en finir avec RINUCCIU della ROCCA. Il met à feu et à sang toute la contrée de La Rocca.
ANDREA DORIA fait amener à Sarté le deuxième fils de RINUCCIU della ROCCA, GUELFUCCIU, détenu comme otage à Gênes depuis Juin 1503, pour exercer un chantage sur le Cinarchese.
RINUCCIU della ROCCA regroupe alors, en tout et pour tout, 500 partisans, qui le suivent contre les Génois.
ANDREA DORIA propose à RINUCCIU della ROCCA la liberté de son fils contre sa capitulation; celui-ci refuse.
GIACOMO SANTO da MARE est libéré et retrouve ses terres du Capicorsu (voir 1507).



1509:

RODOLPHE LANOY, qui gouverne Gênes au nom de LOUIS XII, obtient de l'Ufficio di San Giorgio, à la demande des de Catanei, le pardon pour RINUCCIU della ROCCA, leur parent.
Un membre de la famille de Catanei rencontre RINUCCIU della ROCCA à Porti Vechju, et le persuade de se rendre à Gênes.
RINUCCIU della ROCCA est reçu à Gênes par le gouverneur français.
ANDREA DORIA, déçu de cette reconnaissance, rentre à Gênes, après avoir congédié ses troupes.
L'Ufficio di San Giorgio administre de nouveau la Corse avec l'aide du Sindicato, composé par moitié d'insulaires, trois notables et trois Omini del Popolo.
Nouvelle confirmation de VINCENTELLU d'ISTRIA III dans son fief de l'Istria par l'Ufficio di San Giorgio (voir 1497).
DOMENICO LUCCIARDO de FRANCHI est trésorier de la Corse.
RAFFAELLO de CANEVALLI est gouverneur de la Corse.
Construction de l'église Santa Maria, à Spiluncatu.
Réalisation de la décoration murale de l'église San Tomasu di Pastureccia, dans la piève du Rustinu.
Construction du couvent de Calinzana (dit aussi d'Alzipratu).
A Mizana, construction du couvent des Frères Mineurs.



1510:

Naissance à Mursiglia, au hameau de Stanti, de TOMASU LENCHE, futur compagnon de route de SAMPIERU CORSU.
RINUCCIU della ROCCA, craignant de voir les Français perdre Gênes, décide de quitter son exil génois et s'embarque pour la Corse.
Un raid important de Turcs sur l'Ile a pour conséquence l'enlèvement d'un millier d'habitants.
Mai: RINUCCIU della ROCCA débarque à Sulinzara, et fait route sur Porti Vechju. Huit fidèles seulement le suivent. Avec ses rares partisans, il attaque, et tue un capitaine génois, NICOLO PINELLI, en garnison à Aiacciu.
AGOSTINO FIESCHI est nommé évêque de Sagone. Il succède à LAURENTIUS (voir 1493).
Le lieutenant génois d'Algaiola est suspendu de ses fonctions, pour manquement à ses devoirs, par les autorités de l'Ufficio di San Giorgio.
Bulle du pape JULES II, dans laquelle la Corse y est revendiquée, au même titre que Rome et les autres provinces pontificales.
Le Franciscain GHJUVACHINNU di SEPULA lance les premières bases de la construction (tout en bois) du couvent de San Francescu di Caccia, à Castifau.
A Bastia, pose de la première pierre du couvent San Francescu.
A Carbuccia, querelle entre les descendants des fondateurs du village: une branche s'expatrie vers le nord de la Corse, où elle fonde la famille Carbuccia, puis de Carbuccia, installée à Penta di Casinca et Bastia, où elle jouera un rôle important dans la vie de la cité.



1511:

GIOVANNI DORIA est le gouverneur de la Corse.
Janvier L'Ufficio di San Giorgio édite un décret sur les homicides.
RINUCCIU della ROCCA, abandonné par ses alliés, est pourchassé par les Génois et ses ennemis corses, dont le caporale GHJUVANNI della TRECCIE et le Cinarchese ANTON FRANCESCU della ROCCA.
12 Avril: RINUCCIU della ROCCA est assassiné par ANTON FRANCESCU della ROCCA, son ennemi mortel, à Arbiddali, près du château de Bariccini. Son cadavre, profané et mutilé, est transporté à Aiacciu, et est cloué sur le donjon de la citadelle par les Génois. C'est la fin du fief féodal de RINUCCIU della ROCCA. Son fils, GUELFUCCIU, ancien otage des Génois (voir 1503), est exilé, sa fille MADONNA SERENA, hérite de son père et épouse BERNARDINU, fils de VINCENTELLU d'ISTRIA.
Raid des Barbaresques sur Sagone.
Raid des Turcs sur Calvi.
Confirmation, par Gênes, des privilèges accordés aux di Bozzi (voir 1479).
Le Génois VESCONTO MAGIOLO termine son Atlas manuscrit où figure une carte de la Corse qui a 22 centimètres de long et 18 de large.



1512:

Le gouverneur de la Corse est TOMASO BULGARO.
Les incursions des Barbaresques sont de plus en plus fréquentes. La défense du littoral est amplifiée. On construit de nouvelles tours.
Les Français sont chassés d'Italie.
GIANNI da CAMPOFREGOSO, gendre de GHJUVAN PAULU di LECA, demande au gouverneur TOMASO BULGARO 300 soldats pour prendre le Castelletto, à Gênes, tenu encore par les Français.
AGOSTINO GIUSTINIANI est admis à l'université de Bologne comme bachelier de cours.
13 Décembre: Publication d'un décret punissant les homicides de l'exil perpétuel, et de la confiscation de tous leurs biens.
L'Ufficio di San Giorgio octroie des concessions à une société dirigée par le Génois FRANCESCO de SALVAGO. Il s'agit des régions d' Algaiola, de Girolata et de Sia.
FILIPPU di QUENZA est l'exécuteur testamentaire de RINUCCIU della ROCCA.
BARTOLOMEO COSTA obtient de la République de Gênes ses lettres de patentes.
Les habitants de Murzu, chassés de leur village au cours des guerres de RINUCCIU della ROCCA et GHJUVAN PAULU di LECA, obtiennent, par grâce due à l'intervention du procurateur VINCENTELLU di MURZU, de pouvoir venir y cultiver à nouveau leurs terres.
Un illuminé SILVAGNOLU, de Tallone, parcourt la Corse en proclamant que Dieu l'a chargé d'avertir les Corses de leur prochaine libération du joug génois. Il est transféré à Gênes, d'où il reviendra fou.



1513:

FRANCESCO de SALVAGO est le gouverneur de la Corse.
Année de mauvaises récoltes et de famine en Corse.
Confirmation de l'investiture des d'Ornanu par Gênes.



1514:

CIPRIANO FOGLIETA est gouverneur de la Corse.
LUIGGI FRANCESCO de GUARCO est commissaire général de l'Ufficio di San Giorgio, en Corse.
SAMPIERU CORSU s'engage dans la condotta de JEAN de MEDICIS, dit Jean des Bandes Noires.
Les pièves de Cinarca demandent à Gênes à ne plus subir les droits féodaux des seigneurs de Cinarca.
15 Juillet: GHJUVAN PAULU di LECA demande aux Colonna, de Rome, à lui succéder au cas où tous ses descendants viendraient à disparaître.
11 Septembre Le Génois AGOSTINO GIUSTINIANI est nommé titulaire de l'évêché du Nebbiu, en remplacement de l'évêque BATTISTA SALUZZO, décédé.
Le Calvais FRANCESCU BALDESSANO sculpte le bénitier de Santa Restitude di Calinzana.
LEONELLO LERCARI est gouverneur de la Corse.
A Poghju (ou San Cervone) d'Oletta, un désaccord entre les familles de TERRAMU di CASTA et VINCENTELLU di CASTA se termine par la mort de 25 personnes (dont TERRAMU di CASTA lui-même), tant par le feu que par le fer (voir 1466 et 1492).



1515:

GHJUVAN PAULU di LECA est à Rome pour demander au pape LEON X du secours.
Mars: Décès de GHJUVAN PAULU di LECA à Rome, où son corps repose à Saint Chrysogone, église corse de la ville. C'est la fin du fief féodal de la famille di Leca.
Année de grande disette en Corse.
Décès de RINIERI di LECA, fondateur de la famille Colonna di Leca Cristinacce.
Assassinat de RINUCCIU della ROCCA, fils bâtard de GHJUDICE della ROCCA, et petit-fils de PAULU della ROCCA (voir 1511).
AGOSTINO GIUSTINIANI participe au cinquième Concile de Latran, en tant qu'évêque du Nebbiu.
Décès de VINCENTELLU di CASTA.
DOMENICO de VALLETARI est nommé évêque d'Accia. Il remplace ANTONIO DI SUBIACO (voir 1500).



1516:

RAFFAELLO DORIA est gouverneur de la Corse.
Les expulsés de Valle de Sia peuvent regagner leur maison, sans conditions (voir 1491 et 1496).
Les habitants de Letia, chassés de leur village (par le Génois NICOLO DORIA) au cours des guerres de RINUCCIU della ROCCA et GHJUVAN PAULU di LECA obtiennent, par l'entremise du chanoine de Sagone GHJUVAN FRANCESCU di CRISTINACCE (ou LETIA CRISTINACCE), de pouvoir venir y cultiver à nouveau leurs terres (voir 1503).
Le commissaire d'Aiacciu désigne onze podestats dans la piève de Cinarca, dont quatre pour le seul village de Calcatoghju, et comme Scrivaniu, un homme extérieur à la piève, et ce au mépris de le loi. Ces deux décisions seront cassées par l'Ufficio di San Giorgio.
Pour assurer la protection des côtes, l'Ufficio di San Giorgio fait construire, aux frais des Corses, deux galères, qui s'avéreront d'ailleurs insuffisantes.
OTTAVIANO da CAMPOFREGOSO, gouverneur de Gênes pour le Roi de France FRANCOIS 1er, fait équiper une flotte de trente galères et dix galiotes, pour chasser les corsaires qui infestent la Méditerranée.
Une galère génoise, commandée par STEFANO LERCARI, est capturée par les Turcs au large de la Corse; tous ses occupants sont réduits à l'esclavage.
Les Franciscains de Corse se constituent en Province Autonome.
L'Ufficio di San Giorgio suspend, sans raison apparente, les privilèges sur la pêche et la gabelle, qui sont attribués aux habitants de Calvi.
11 Septembre: L'Ufficio di San Giorgio constate que beaucoup de condamnés par contumace viennent demander la grâce, et qu'ils arrivent à leurs fins par des moyens de favoritisme judiciaire. En conséquence il s'impose à lui-même de ne plus accorder de grâces qu'aux quatre cinquièmes des voix.
La ville haute de Bunifaziu est détachée du diocèse d'Aiacciu (qui comprend les pièves de Mizana, Celavu, Cavru, Ornanu, Talavu, Cruscaglia, Valle, Veggiani, Taddà et Sarté). Elle est directement rattachée à l'archevêque de Gênes.
Le Génois GIOVANNI MAROSELI demande et obtient une concession à Petrapola, près de Prunelli di Fiumorbu, afin d'y installer une colonie.



1517:

GIOVANNI da PASSANO succède à RAFFAELLO DORIA au poste de gouverneur de la Corse.
Avril: La flotte génoise, commandée par FREDERICO da CAMPOFREGOSO, frère du gouverneur de Gênes, est parée pour affronter les Barbaresques (voir 1516).
RAFFAELLE de PINO est l'administrateur de l'évêché du Nebbiu. C'est le personnage nommé PINO dans le Dialogo de AGOSTINO GIUSTINIANI (voir 1522). Il remplace GIOVANNI BATTISTA FORNARI.



1518:

Naissance à Bunifaziu de MATTEU ANDROVANDI, humaniste et poète (en grec et latin), qui vivra la plus grande partie de sa vie à Gênes.
Naissance, à Tavera, de PETRU PAULU di TAVERA, connu sous le nom de HASSAN CORSO.
Année de mauvaises récoltes et de famine en Corse.
GIACOMO PALLAVICINI est nommé évêque d'Aiacciu. Il succède à FILIPPO PALLAVICINI (voir 1498).
AGOSTINO GIUSTINIANI est titulaire de la chaire de langues orientales au Collège de France.



1519:

GIOVANNI BATTISTA de NEGRI est gouverneur de la Corse.
Suite à un meurtre, l'Ufficio di San Giorgio dépouille les de Gentile, de Brandu, de leurs biens.
Le podestat de Bastia est Génois et les quatre Anziani (édiles) comptent un Corse pour trois Ligures.
Dans le Capicorsu, la piève de Canari est composée des villages de Salice, Marinca, Linaglia, Imiza, Cavani, Sulaghju, Pinzuta, Alli Olmi, Mezogna, Piazze, Vignale et Valle.



1520:

ANTONIO da ROVERETTO est le nouveau gouverneur de la Corse.
RISTERUCCIU di MATRA et PETRANTONIU MONTEGGIANI, le chroniqueur (voir 1455), sont envoyés à Gênes, pour dénoncer les malversations des fonctionnaires de l'Ufficio di San Giorgio.
Calvi compte 6000 habitants.
Un archer corse, ANTONIU CORSU, combat à Asti, avec l'armée française.
Publication du livre de JACOBUS BRACELLUS, De bello Hispaniensis (voir 1385).
Dans le Dilà, le village de Revinda, de l'évêché de Sagone, est une piève à part entière.
A Ruglianu, GIACOMO SANTO da MARE bâtit un couvent pour les Frères Mineurs Franciscains.
Naissance, à Ampugnani, de GHJUVAN ANDRIA della CROCE, futur chirurgien à Venise.
Octobre: Décès de GIACOMO SANTO da MARE. Son fief est partagé en trois: un tiers à sa fille aînée GIORGETTA, un autre à ses deux fils naturels, et le dernier, à son fils aîné légitime SIMONE III.
FRANCESCO PALLAVICINI est nommé évêque d'Aleria. Il succède à GIROLAMO PALLAVICINI (voir 1493).
A Bastia, le couvent San Francescu devient provincial de l'Ile.



1521:

29 Janvier: A Rome, mort, au service du pape LEON X, de CARLU della ROCCA, dont l'épitaphe est inscrite dans l'église de Saint Augustin, à Rome.
ANDREA SPINOLA est le gouverneur de la Corse.
Naissance, à U Viscuvatu, de MARCANTONIU CECCALDI, archidiacre et chroniqueur de la Corse.
De nombreux Corses s'enrôlent dans les bandes du Piémont formées par LOUIS XII, en 1507.
Fin de la construction de la Citadelle de Bastia (voir 1380 et 1383).
A Bastia, construction du monastère de San Francescu et de l'église des Frères Mineurs Franciscains.
Nouveau décret de l'Ufficio di San Giorgio sur les homicides en Corse.
Les pièves de Cinarca renouvellent leur initiative de 1514 auprès des commissaires BALDASSARE ADORNO et LUCCA VIVALDI, alors en mission en Corse.
16 Octobre: BENEDETTO de NOBILI, de Lucques, est évêque d'Accia. Il remplace DOMENICO de VALLETARI (voir 1515).
30 Octobre: Le tiers dévolu aux fils naturels de GIACOMO SANTO da MARE (voir 1520) est attribué, après décision de justice à SIMONE da MARE III, le fils aîné légitime.



1522:

BALDASSARE ADORNO est gouverneur de la Corse.
GHJUCANTE della CASABIANCA, fils de GHJUDICE della CASABIANCA et neveu de GHJUVAN PAULU di LECA, est colonel à Venise. Son cousin, le Génois OTTAVIANO da CAMPOFREGOSO, lui demande de lever pour lui 300 soldats en Corse, afin de l'aider à défendre Gênes contre les armées impériales de CHARLES QUINT.
SAMPIERU CORSU, sous les ordres d'ODET de FOIX, vicomte de LAUTREC, rejoint en qualité d'allié, l'armée française de FRANCOIS 1er, au camp de Cassano, près de Milan.
Novembre: L'évêque AGOSTINO GIUSTINIANI rejoint le diocèse du Nebbiu (voir 1518). Il est, entre autres, l'auteur de Dialogo Nominato Corsica.



1523:

Dix huit Allemands, à la demande du gouverneur BALDASSARE ADORNO, arrivent en Corse, pour prospecter les minerais d'or et d'argent en Casinca.
A Poghju (ou San Cervone) d'Oletta, reprise de la Vindetta entre les fils de TERRAMU di CASTA et ceux de VINCENTELLU di CASTA (voir 1514).
A Calvi, renouvellement de la requête concernant l'arrêt des poursuites quand il y a réconciliation entre deux plaignants (voir 1454).
GIORGETTA da MARE (voir 1520) épouse le marquis génois FRANCESCO de NEGRONI.



1524:

16 Février: A Canale di Campoluri, naissance de RINALDU MACONE (dit RINALDO CORSO) poète et savant corse, évêque de Calabre, auteur d'ouvrages sur la langue italienne. Il est le fils de ERCOLE MACONE, officier général au service de Venise.
Février: Les compagnies de SAMPIERU CORSU défendent la Provence contre les troupes impériales de CHARLES QUINT.
Pour la première fois, en France, un document officiel mentionne une Compagnie de gens de guerre à pied de la nation corse au service du Roi (il s'agit de FRANCOIS 1er ).
27 Avril: Dans le Capicorsu, après le partage de la seigneurie de GIACOMO SANTO da MARE (voir 1520), on trouve deux seigneuries, celle de SIMONE da MARE III et celle de FRANCESCO de NEGRONI (voir 1523). En tout 1417 vassaux (soit 6000 habitants environ) dont 945 pour SIMONE da MARE III et 472 pour FRANCESCO de NEGRONI. Elles sont composées des capelle suivantes: Barrettali, Cagnanu, Centuri, Ersa, Luri, Meria, Mursiglia, Pinu, Ruglianu et Tominu.
A Caumont de Provence, la compagnie d'ANTOINE de SALERNE est en grande partie composée de Corses.
GIANBATTISTA LOMELLINO succède au gouverneur BALDASSARE ADORNO.
Les raids des Barbaresques se poursuivent sans arrêt. Pratiquement tous les villages côtiers sont attaqués et dévastés.
Octobre Sept fustes barbaresques sèment la désolation sur les rivages d'Aleria.
A Matra et Zuani, les habitants s'unissent pour combattre, et chassent les Turcs, qui laissent 32 morts sur le terrain.
Les compagnies de SAMPIERU CORSU sont à Milan, avec FRANCOIS 1er et les Bandes Noires de JEAN de MEDICIS.
SAMPIERU CORSU combat aux côtés de PIERRE TERRAIL, le Chevalier de BAYARD.
La population de la Corse est estimée à 120000 habitants.
La capella de Cruzzini, dans l'évêché de Sagone, est composée des villages de U Salice, Azzana et Rusazia.



1525:

GEROLAMO da RAPALLE est le gouverneur de la Corse.
Décès de PIERANTONE MONTEGGIANI, chroniqueur de la Corse, disciple de GHJUVANNI della GROSSA (voir 1536).
Février: Mille soldats corses, commandés par GHJUCANTE della CASABIANCA, participent à la bataille de Pavie.
L'enseigne corse SILVESTRU se distingue à Pavie avec les mille corses que compte l'armée du Roi de France FRANCOIS 1er.
La peste fait d'énormes ravages en Corse.
SAMPIERU CORSU combat à Pavie pour le compte du Roi de France FRANCOIS 1er.



1526:

GIANBATTISTA DORIA est le gouverneur de la Corse.
La peste atteint trente pour cent de la population insulaire.
L'Ufficio di San Giorgio confirme la légitimité et les droits des fils et héritiers de VINCENTELLU d'ISTRIA, tous dévoués à la cause génoise.
15 Août: Au siège de Cremone, mort de ERCOLE MACONE, père de RINALDO CORSO (voir 1524); un monument lui est élevé dans l'église de Saint François, à Parme.
24 Novembre: Décès de JEAN de MEDICIS, (Giovanni dalle Bande Nere) devant Borgoforte, près de Mantoue.
SAMPIERU CORSU combat à Fossano.
Le Bastiais BATTISTA BERTONE, propriétaire sur la plage de Coasina, près de Sari di Porti Vechju, demande aux Génois la permission d'y construire une tour de guet.



1527:

GIANBATTISTA da VARESE est le gouverneur de la Corse.
ANTONIO da LEVA succède à GIANBATTISTA da VARESE.
GIOVANNI de SALVAGO succède à ANTONIO da LEVA.
DEUDATU di CASTA est le piévan de la piève de l'Ostriconi.
Les villages de Coasina, Vintisari, Isulacciu di Fiumorbu et Ornasu sont attaqués par les Turcs, qui emportent comme prisonniers plus de 150 habitants.



1528:

BENEDETTO BORDONE, miniaturiste, géographe et graveur à Padoue puis à Venise, dessine une carte de la Corse très stylisée, où onze châteaux représentent les villes.
Février: 500 volontaires corses sont en Calabre, dans les compagnies de SAMPIERU CORSU.
Après l'échec du siège de Naples, SAMPIERU CORSU entre au service du pape CLEMENT VII. D'autres Corses, 2000 environ, avec le Cinarcais PASQUINU di SIA, prennent le parti de Florence, alliée de la France, avec les Médicis.
Mars: Le Caporale GHJUDICELLU di CASTA, installé à San Fiurenzu, informe les Génois que des habitants de Santu Petru di Tenda en veulent à la vie de TERRAMU di NUVELLA.
A Corti, la citadelle n'est gardée que par un seul Castellanu (quelquefois avec un garzone) compté au milieu des soldats de Bastia.
Octobre: Nouvelle épidémie de peste, et disette sur l'Ile.
Le gouverneur GIOVANNI de SALVAGO est victime de la peste. Son vicaire, FRANCESCO RONDINO, se réfugie à U Viscuvatu, épargné pour l'instant par la maladie, pour administrer l'Ile.
IMPERIALIS DORIA est nommé évêque de Sagone. Il succède à AGOSTINO FIESCHI (voir 1510).
Bunifaziu compte environ 7000 habitants.



1529:

SEBASTIANO DORIA remplace le gouverneur GIOVANNI de SALVAGO.
Le commissaire de Bunifaziu est ANTONIO IVREA. C'est le personnage nommé FURNIO dans le Dialogo de AGOSTINO GIUSTINIANI (voir 1522).
La population de Bunifaziu est décimée par la peste, puisque 6000 habitants sur 7000 en meurent.
Juin: Le podestat de la cité de Calvi, GIORGIO LOMELLINO, expulse de la ville tous les habitants malades de la peste, mais vingt quatre de ceux ci sont alors pris par les Turcs, qui ont débarqué non loin de la ville, et l'on ne peut leur en racheter que huit ou neuf qu'il faut bien admettre à nouveau dans la ville.
On trouve de nombreux Corses dans les armées impériales de CHARLES QUINT, avec SAMPIERU CORSU et RAFAELLU CORSU. Avec d'autres, tel PASQUINU di SIA, ils sont au siège de Florence.
A U Viscuvatu, naissance de ANTONE PETRU FILIPPINI, futur archidiacre de Mariana et historien, auteur de La Historia de Corsica.
A Corti, naissance de LEONARDU di CASANOVA, qui sera connu sous le nom de LEONARDU di CORTI.
Début de la construction d'une tour de guet à L'Isula.
A Bastia, séries de Vindette transversales et de brigues, qui mêlent les retombées des Vindette des clans Rossi et Neri, et les querelles de prépotences entre familles d'origine génoise, comme les Tagliacarne, descendants d'ANTONIO TAGLIACARNE, un des fondateurs de la ville (voir 1476), et les Mecotta, d'ANDREA MECOTTA, et les partisans des deux camps.
A Aiacciu, construction d'un couvent des Servites de Marie.
La piève de Vighjani, dans l'évêché d'Aiacciu, est infestée par la peste.
Décès de SIMONE da MARE III, seigneur de San Columbanu. Son fils GIACOMO SANTO da MARE II lui succède.



1530:

Janvier: Nouvelle poussée de peste: U Viscuvatu est atteint, la population décimée (voir 1528). . Calvi perd 2000 âmes.
Décès de LISANDRU FILIPPINI, père de l'historien ANTONE PETRU FILIPPINI.
COSIMO DAMIANO GIUSTINIANI est gouverneur de la Corse. Il succède à SEBASTIANO DORIA.
Début de la construction du pont de Lagu Benedettu, sur le Golu. Une contribution est levée dans toute l'Ile pour financer les travaux.
Des corsaires dévastent la région de Carbini. La piève de Sari, dont le podestat se nomme CONSALVO de CONCHA dépendant de celle de Carbini, est en grande partie détruite.
Le Seigneur génois FRANCESCO de NEGRONI (voir 1524) fait construire la tour Barbara da MARE à Ruglianu.
A Calvi, une famille de tisserands du nom de Colombo, figure sur le cahier de la ville. Y a-t-il un lien de parenté avec CHRISTOPHE COLOMB (voir 1441) ?
Les Caporali de Curbara, descendants de ANCIALAGU di CURBARA (voir 1491), obtient des privilèges de la cour de Balagna.
Début de la construction d'une tour de guet à Spanu, en Balagna.
Les habitants de Coti, dans la piève d'Ornanu, abandonnent leur village à la suite des trop nombreuses attaques turques.
Les Turcs débarquent à Munticellu.



1531:

PIERGIOVANNI de SALVAGO est gouverneur de la Corse.
INNOCENZO CIBO est nommé évêque de Mariana. Il succède à GIOVANNI BATTISTA USO di MARE (voir 1500).
Pour des raisons liées au développement de la piraterie turque et à la volonté de développement de l'Ile, les quatre députés de l'Ufficio per li Affari di Corsica (voir 1490) sont réunis aux quatre députés chargés de la mise en valeur céréalière de l'Ile (Quatuor Deputatos super semineris dette Insule).
Dans le Capicorsu, les droits d'ancrage s'élèvent, pour un bateau à deux voiles latines ou deux voiles à guerre, à quatre lires et quatre sous à chaque voyage, pour une polaque à deux lires et deux sous, pour une gondole à une voile à une lire et quatre sous, et, pour un brigantin, une lento ou une pinque à une lire et dix sous.
Gênes envoie en Corse deux commissaires extraordinaires, PAOLO BATTISTA CALVO et FRANCESCO DORIA, avec mission d'inspecter toutes les fortifications (tours, fortins) qui défendent l'Ile des attaques des Barbaresques.
A San Fiurenzu, on décide la construction d'une deuxième tour.
Fin de la construction d'une tour de guet à Spanu, en Balagna.
La piève de Sari (région de Porti Vechju) est désertée, à cause des invasions incessantes des Turcs. Il en est de même pour le pays de Coasina.
Dans la Casabianca, la Vindetta reprend de plus belle entre di Casta et della Casabianca (voir 1523).
Dans son Dialogo nominato Corsica, AGOSTINO GIUSTINIANI, évêque du Nebbiu, estime la population de l'Ile à 30000 feux, ce qui correspond à, environ, 120000 habitants.
Bastia compterait 1500 habitants. Il écrit également que la vallée de Siscu est un centre important du travail des métaux (on y trouve des forgerons, armuriers, orfèvres, etc ...). Il décrit la Corse ainsi: 6 évêchés, 66 pièves (45 dans le Diquà, 21 dans le Dilà), très inégalement réparties par diocèse (ou évêché): 19 à Aleria, 16 à Mariana, 12 à Aiacciu, 12 à Sagone, 5 dans le Nebbiu, et 2 à Accia. Le Dilà dei Monti comporte 8000 feux (ce qui correspond à 32000 habitants environ), le Diquà dei Monti, 22000 feux (88000 habitants).
Description de la Corse, vue par AGOSTINO GIUSTINIANI: Dans le Diquà (le nord de la Corse), la piève de Patrimoniu, dans l'évêché du Nebbiu, comporte les villages suivants: Palazzu, Ficaghjà, Piscinata, Cardetu, Calvellu et Ferusciasa, formant Patrimoniu proprement dit, et Barbaghju. La piève de Campulori, dans l'évêché de Mariana, est composée de Cervioni, Muchjetu, Macceraghjà, Furmicaghjà, I Canali, A Gallaccia et Villanova, d'un côté de la rivière Utini, et de Cigliu, Chigliacci, U Cotone, E Teghje, U Castagnu, U Poghjolu, A Falconaghjà, U Socertu, U Poghju, Casalta, Vigliani, Favaleddà, Pantaglione et Carreghjà, de l'autre. Dans l'évêché d'Aleria, la piève de Cursa est composée de deux capelle: Santa Maria di Prunelli di Fiumorbu et Santa Lucia di Isulacciu di Fiumorbu. Dans l'évêché d'Aleria, la piève de Ghjuvelina, compte 600 habitants répartis en quatre localités ( Pedigrisgiu, Upulasca, Castiglione et Pratu). La piève de Mariana, dans l'évêché de Mariana, est composée de Lucciana, Vignale, U Borgu, Sant'Appianu (église de Marana) et Serra. La piève de Niolu, dans l'évêché d'Aleria, est composée de U Poghju, Lozzi, Acquale, Ercu, Corscia, Calacuccia, Casamacciuli, Sidossi et Erbechjachje ( E Lubertacce). La piève de Pinu, dans l'évêché d'Aleria, comprend 360 habitants. La piève de Ostriconi, dans l'évêché de Mariana, est composée, toujours d'après AGOSTINO GIUSTINIANI, des villages d' Urtaca, Lama, Novella, Cruscani, Paccina, Palasca et Spiluncatu.
Dans le Dilà (le sud de la Corse), la piève de Cavru, dans l'évêché d'Aiacciu, est composée, des capelle suivantes: Bastèrga ( Vassellaghje, Santu, Folacci, Tricolacci, Dominicacci, Stazzona, Valle, Castellaghje), San Mighele d'Ocana (et San Niculaiu di Suraliccia), San Leonardu di Tolla, Cavru et San Tomasu di Eccica é Suareddà. La piève de Cinarca, dans l'évêché de Sagone, est composée des capelle ou communautés suivantes: Calcatoghju, Sari d'Orcinu, Sant'Andria d'Orcinu, Sant'Olivieru di Cannelle, San Fredianu di Casagliu, Santu Cosimu e Damianu d'Ambiegna, Santu Tomasu di Lopigna et San Chilicu di Arru. La piève de Cruscaglia, dans l'évêché d'Aiacciu, est composée, des villages suivants: Bicchisgià, Pitretu, Moca, Casella, A Croce, Livesi, Arghjusta et Muricciu. Il existe également une capelle San Cassianu, regroupant les populations de Moca, Arghjusta, A Croce et Casella. La piève d'Ornanu (2000 mille habitants environ), dans l'évêché d'Aiacciu, est composée, des villages suivants: Coti, Cognocoli, U Poghju di Orghjacana, Pila, Canali, Vetulbe, Gobiu, Guarguale, Urbalaconu, Melica, Albitreccia, Torgia, Prugna, Grussettu, Vignale, Santa Maria, Sorrone, Siché, Cardu, Ziddara, Furciulu, Calcinaghju, Azilone, Campu, Ampaza, Quasquara et Frassetu. La piève de Paomia, dans l'évêché de Sagone, au bord de la mer, compte 600 habitants environ. Elle élit deux podestats. Elle est souvent envahie par les Turcs. La piève de Salogna, dans l'évêché de Sagone, est composée des villages de Piana, Vistale, Mulinaghje, San Marcellu, Campu, San Ghjustu, Monti Rossi et Revinda. La piève de Sarté, dans l'évêché d'Aiacciu, est composée des villages suivants: Sarté, Urtuli, Tignulesa, Casa Corbolaccia, San Damianu, Tivulaghju, Sulaghjatu et Areghjani. La piève de Scupamena, dans l'évêché d'Aiacciu, est composée des villages suivants: Quenza, Surbuddà, Sarra, Zirubia, Auddé et Sant'Antoniu. La piève de Sevidentru, dans l'évêché de Sagone, est composée des villages de Cristinacce, Marignana, Evisa, Tassu et Raghju. La piève de Sia, dans l'évêché de Sagone, est réduite au seul village d' Ota (200 habitants). La piève de Sorruinsu, dans l'évêché de Sagone, est composée des villages de Guagnu, Soccia, Ortu, Suprane, Cincaraghje, Onca et Poghjolu. La piève de Tallà, dans l'évêché d'Aiacciu, est composée, des villages de Poghju, Sant'Andria, Altaghjé, Ulmiccia, Losanu, Loretu, Frassetu, Munacia di Zoza, Mela, Cargiaca et Santa Lucia di Taddà. La piève de Taravu, dans l'évêché d'Aiacciu, est composée, des capelle ou communautés de Santu Cesariu di Cuzzà, Palneca, A Nunziata di Ciamanaccia, San Lusoriu di Zicavu, Santa Maria di Zevacu, Currà, Guttera ( Lanfrancacci et Ghjuvicacci), San Polu é San Ghjacobu di Tassu. La piève de Valle, dans l'évêché d'Aiacciu, est composée, des villages de: Istria, Ulmetu, Calvesi, Suddacaro et Casalabriva.
AGOSTINO GIUSTINIANI, évêque du Nebbiu quitte la Corse pour Gênes.



1532:

AGOSTINO de NEGRI est le nouveau gouverneur de la Corse. Il succède à PIERGIOVANNI de SALVAGO.
CESARE CIBO est nommé évêque de Mariana. Il succède à INNOCENZO CIBO (voir 1531).
Avril: Suite aux conclusions des deux commissaires extraordinaires, PAOLO BATTISTA CALVO et FRANCESCO DORIA (voir 1531), Gênes décide la construction de tours littorales. Deux autres commissaires extraordinaires, SEBASTIANO DORIA et PIETRO FILIPPO GRIMALDI PODIO, sont envoyés dans l'Ile pour faire commencer les travaux.
La peste continue ses ravages sur l'Ile.
Construction de la tour de guet d'Asprettu.
Graves émeutes en Castagniccia.
Une concession (la piève de Verde), en faveur de GIULIANO FORNARI, est allouée par les Génois.
Décès, au Pérou, du Corse GHJUVANNI di SANTU PETRU; il était l'auteur, en langue espagnole, d'un Traité sur la Pénitence.
AGOSTINO GIUSTINIANI, évêque du Nebbiu est de retour sur l'Ile, puis rentre à nouveau à Gênes.



1533:

MATTEO TRUCCO succède à AGOSTINO de NEGRI en tant que gouverneur de la Corse.
SAMPIERU CORSU entre au service du cardinal HIPPOLYTE de MEDICIS.
Le Corse TOMASU LENCHE, de Mursiglia, s'installe à Marseille (voir 1510).
L'ancien gouverneur SEBASTIANO DORIA (voir 1529 et 1530) estime que Corti, soit, doit être dotée d'une véritable garnison, soit, doit voir détruire ses fortifications.
Dans la piève de Sarté, requête auprès de Gênes de PETRU di U SULARU, ancien podestat de la piève, pour demander la libération de son frère emprisonné, et pour être exempté d'imposition, pour bons et loyaux services.



1534:

LEONARDO CATTANEO est gouverneur de la Corse.
22 Janvier: Les Calvais retrouvent leurs privilèges pour la pêche et la gabelle (voir 1516).
La famille di Bozzi est exemptée de l'impôt de la taille.
15 Février: Naissance, à Milan, d'ALEXANDRE SAULI, qui sera canonisé et deviendra Saint Alexandre Sauli dit l'Apôtre de la Corse.
Le Génois ANTONIO DORIA capture trois galères turques qui croisent dans les parages du littoral corse.
Nouvelle épidémie de peste en Corse, où un tiers de la population est emporté par le fléau.
Les Corses CORSANICO et AGOSTINU GRANARA sont aux services du Roi de France FRANCOIS 1er.



1535:

La flotte de l'empereur CHARLES QUINT défait BARBEROUSSE, le corsaire turc, puis s'empare de Tunis, et délivre 475 esclaves corses (327 hommes et 148 femmes).
FRANCESCO da VARCELLI est gouverneur de la Corse.
Décès d'HIPPOLYTE de MEDICIS. SAMPIERU CORSU entre alors au service du cardinal JEAN du BELLAY, (oncle ou cousin du poète JOACHIM) qui le recommande à son frère GUILLAUME, Lieutenant Général du Roi de France FRANCOIS 1er.
SAMPIERU CORSU, défend, avec l'armée française du comte de LAROCHE du MAINE, la place forte de Fossano, près de Cuneo>, en Italie.
Le cardinal JEAN du BELLAY propose à FRANCOIS 1er d'envahir la Corse pour porter un coup aux Espagnols, en gênant ainsi leurs communications avec la péninsule. Proposition qui est repoussée (provisoirement)...
Le fief de Canari est vendu, avec ses dépendances et prérogatives: il passe de la famille de Gentile, du Capicorsu, à la famille de Gentile, de Gênes (voir 1491). L'Ufficio di San Giorgio s'approprie ainsi, indirectement, cette féodalité corse.
L'Ufficio di San Giorgio délivre une trentaine de licences de pêche pour la côte orientale, dont la moitié à des Calvais.
PIETRO RECOLDADI affirme, dans son Historia Monastica, que Rome est entièrement peuplée de familles corses (!).



1536:
GERONIMO DORIA est nommé titulaire de l'évêché du Nebbiu, en remplacement de l'évêque AGOSTINO GIUSTINIANI, décédé (voir 1514).
15 Mars et 8 Avril: Apparition de la Vierge Marie, prononçant le mot de Miséricorde, à ANTONIO BOTTA, un paysan de Savone. Un culte à Notre Dame de la Miséricorde est instauré dans le port génois.
Avril: SAMPIERU CORSU propose à JEAN du BELLAY d'assassiner CHARLES QUINT. FRANCOIS 1er, informé, refuse cette proposition.
SAMPIERU CORSU fait lever le siège de Fossano, dans le Piémont.
RAFFAELLU CORSU combat dans l'armée française.
Lors d'une nouvelle visite en Corse, décès, dans un naufrage, d'AGOSTINO GIUSTINIANI, l'évêque du Nebbiu.
Bulle du pape PAUL III dans laquelle les Insulas Sardinae et Corsicae sont exactement mentionnées.
18 Mars: Apparition de la Vierge Marie à ANTONE BOTTA, un paysan de Sagone. Depuis est fêtée, à Aiacciu, tous les 18 Mars, Nostra Signora di a Misericordia, que l'on appelle également Madunaccia.
SAMPIERU CORSU est à Marseille et en Provence, à la tête d'une bande d'Italiens et de Corses, où il combat les armées de CHARLES QUINT.
PIERBATTISTA SANTELLI, Génois de San Fiurenzu, achète à PARIGI de GENTILE la seigneurie de Canari, dont la tour Melchiore de Gentile, du nom de son fils.
Décès de PETRANTONE MONTEGGIANI, chroniqueur de la Corse (voir 1455).



1537:

BATTISTA et VICENTE ZOAGLIA sont tour à tour gouverneurs de la Corse.
Février: Dans la seigneurie da MARE, un conflit démarre, au sujet de propriétés situées sur les terres de Ruglianu et de San Columbanu, entre l'Ufficio di San Giorgio et le seigneur GIACOMO SANTO da MARE II.
8 Mai: Testament de VINCENTELLU d'ISTRIA. Il demande à ses héritiers de respecter les rapports vis à vis de l'Ufficio di San Giorgio.
A La Casabianca, la Vindetta entre Rossi et Neri n'en finit plus... (voir 1531).
SAMPIERU CORSU fait partie de la maison militaire du Duc d'ORLEANS, héritier de la couronne de France.
Description de quelques pièves de l'évêché du Nebbiu: La piève de Ferringule est composée de neuf villages: I Stantelli (35 habitants), Marianda (30), U Sparagaghju (175), A Braculaccia (210), A Costa (50), U Poghju (110), A Salinaccia (36), A Baghjulaccia (40) et A Suvertina (15). La piève d' Oletta compte 1130 habitants répartis dans les villages suivants: Oletta (145), E Bonnemanaccie (90), A Leccia (70), U Salicetu (70), E Memolaccie (65), E Bocchecciampe (55), E Muntagione (70), E Paganaccie (80), U Munticellu (25), E Livaccie (115), U Poghju (85), A Costa (30), Gigogna (50), Cazalicu (90) et Breghetta (90). La piève de Rosolu est composée de Vallecalle, avec A Fusaghja (60 habitants) et Pruneta (80), de Rutali (90), d' Olmeta (230) et enfin de Rosolu (55). La piève de Santu Petru compte 1145 habitants, répartis comme suit: I Vezzi (200), E Vittellaccie (315), Lumitu (145), U Pianellu (120), Casabona (20), San Gavinu (130), U Chjatarellu (130), Casenove (75), Fornacci (40), E Monte (35) et E Petraghje (55). La piève est découpée en deux capelle: celle de Santu Gavinu di Santu Petru et celle de Santu Ghjuvanni di Santu Petru ( dite aussi Poghju di Casta). La piève de San Chilicu est composée de Soriu (475 habitants), A Pieve (290), Zigliani (295), Rapale (230), A Ghunghja (105), A Caracinccia (40), Muratu Suttanu (345), Muratu Supranu (245), Loretu (45) et Petra di Loretu (50). En Balagna, la piève de Aregnu est divisée en 11 communautés: Aregnu qui comprend Aregnu (135 habitants), Prauli (40) et Torre (53), Santa Riparata qui comprend Ucciglioni (63), Palmentu (105), U Poghju (238) et Alzia (45), Pigna (45), Lumiu et Occi (320), Curbara (538), Sant'Antuninu (325), Munticellu (380), Cateri (260), Lavatoghju (243), Avapessa (190) et Algaiola (143); la piève d' Olmi comprend deux communautés: Calinzana (963 habitants) et Mucale (288); la piève de Pinu, dans l'évêché de Sagone, est composée de Ziglia (298 habitants), Larghja (40), Pofiume (200), Cassani (188), Montemaio (430), Longignani (105), U Castiglione (90).
Description de quelques pièves de l'évêché de Mariana: en Balagna, la piève de Sant'Andria compte U Fulgetu (255 habitants), Ghjustiniani (15), Muru (348) et Nesce (213); la piève de Tuani comprend les villages de Quercioli, Belgudé, Ochjatana, Ville, Costa, Cavalleraghje et Spiluncatu; la piève de Ghjussani compte Avalica (170 habitants), A Capella (155), Olmi (250), Piosula (118) et I Porcile (133); la piève de Bigornu, est divisée entre U Quercettu (50 habitants), Vulpaiola (195), A Costa et Sorbu (50), Pianu (65), Trave (28), Scolca (85), Erbaghju (120), Panicale (90), Poghjolu (61), Campitellu (85), U Poghju (50), Ficaghjola (95), Roia (40), Teghje (105) et Lentu (590); la piève de Caccia est composée de A Petrera (225 habitants), Castifau (440), Paganosa (85), E Piazze (120), Moltifau (310), Chetta (95), Merusoli (32), Campuratu (115), U Borgu (150), Sepulà (230), Ascu (380), Canavaghja (170), Costa (110), Casalincu (36), Villa (32), Parocchja (28) et Curtincha (36); la piève de Mariana est composée de Lucciana (400 habitants), Vignale (275), U Borgu (800), et Serra (50); la piève de Moriani est composée de Muchju (70 habitants), A Rusticaghjà (55), A Reginca (125), Forci (75), I Penti, U Pinsu (40), Repiola (75), Pedigradu (95), A Castellana (140), Coccola (50), U Cenghju (32), A Venzulà (70), Piazze (65), Torra (100), Serrale (160), Bonaldu (35), Serra (80), Regitane (65), Ciotti (105), U Tribbiolu (28), U Poghju (200), Disaltu (50), Tesiulinda (80), Caccioli (130) et U Fanu (130).
Description de quelques pièves de l'évêché d'Aleria: la piève du Boziu compte Poghju (85 habitants), Bustanicu (200), Sermanu (350), U Castellare (155), U Favaleddu (260), Alandu (140), Lalzi (120), Pedicorti (407), A Rebbia (195), Albitru (135), A Casella, A Casa et U Castellanu (205); la piève de Ghjuvelina compte 664 habitants répartis comme suit: Pedigrisgiu (et Pratu) (288), Upulascà (250) et Castiglione (126); la piève de Niolu est composée de U Poghju (90 habitants), Calasima (20), Lozzi (110), A Petra (35), Cavaleraccia (35), Calacuccia (170), Casamacciuli (90), Sidossi (70) et E Lubertacce (42); la piève de Pinu comprend 460 habitants; la piève de Venacu est composée de Maestraccia (175 habitants), Serraghju (290), Luchju (130), Campuvechju (75), Riventosa (320), U Poghju (230) et Casanova (85); la piève de Carbini est composée de Livia (565 habitants), Carbini (65), San Gavinu di Carbini (135), Zonza ( Pacciunituli) (85); la piève de Coasina compte trois capelle: San Ghjuvanni di Vintisari, Sant'Agustinu (ou San Ghjuvanni di U Sulaghju et Sant'Agustinu d'Ornasu ( Ania et Serra di Fiumorbu).
Description de quelques pièves de l'évêché d'Aiacciu: la piève d' Aiacciu est composée, hors Aiacciu, de Alata (180 habitants), Pozzu di U Borgu (180), Aghja di Ghjuvanni (85), E Montici (195), E Case Suprane (85), Petra (155), Poghju d'Aiacciu (35) et Villanova (80); la piève d' Appietu est composée de Petra (130 habitants), Marchezanu (260), Linu (95), Tepa Suprana (125) et Tepa Suttana (170). La piève de Celavu est composée de Bussu (175 habitants), Erbaghju (50), Celli (95), Poghju (35), Paldaccia (28), Villanova (70), Poghju di Bucugnà (115), Quarcioli (55), Petraghjolu (70), Corsachje (110), et Moraschje (120). Le village de Bucugnà constitue la capella de Santa Lucia di Bucugnà, ainsi que Peri constitue la capelle de Santa Silvanda dei Peri; la piève de Mizana est composée de U Poghjale (130 habitants), Opapu (110), Casile (70), Londella (50), Carcupinu (305) et Sarrula (370); la piève de Sarté est composée de Tignulesa ou Ignolochi (175), Casa Corbolaccia (220 habitants), Bisè (75), San Damianu (180), Sulaghjatu (330) et Areghjani (145); la piève de Vighjani est composée de Fuzzà (363 habitants), Larbigliara (265), Areghjani (55), Orolu (75), Vighjaneddu (85), Ficcaniedda (265), Paldacciu (115) et Santa Maria (220).
Description de quelques pièves de l'évêché de Sagone: la Cinarca est composée des capelle ou communautés suivantes: Calcatoghju (200 habitants), Sari d'Orcinu (455), Sant'Andria d'Orcinu (255), Sant'Olivieru di Cannelle (170), San Fredianu di Casagliu (110), Santu Cosimu e Damianu d'Ambiegna (140), Santu Tomasu di Lopigna (178) et San Chilicu di Arru (105); la capella de San Ghjuvanni di Coghja est composée de Coghja (163 habitants), A Vublaccia (80) et A Chjeraccia (60); la capella de Cruzzini est composée de U Salice (95 habitants), Azzana (25), Rusazia (75) et Ghigliazza; la piève de Paomia est composée de Pancone (28 habitants), Corrau (115), Rondulinu (55) et Monti (220); la piève de Salogna est composée de Piana et Salogna (225 habitants), Vistale (120), Ramolascia (40), San Marcellu (135), Campu (55), San Ghjustu (85) et Revinda (155); la piève de Sevidentru est composée de Cristinacce (215 habitants), Marignana (230), Evisa (260), Tassu (95), Guidacciu (50), Poghju di Rennu (155), Pudingu (125), Chirachja (25), Macinaghju (75), Chimeglia (110), Letia (375), Raghju (36) et Luna.



1538:

NICOLO de SALVAGO est gouverneur de la Corse.
Vindetta dans le Rustinu entre les Brocca et les Pastureccia, et à Omessa, Pedigrisgiu également ...
Les Capucins arrivent en Corse; ils fondent six monastères à Bastia, Brandu, Luri, en Balagna, en Casinca et dans le Nebbiu.
Les Récollets, Frères Mineurs, fondent un monastère à Zuani. ANDREA GRIMALDI est nommé titulaire de l'évêché du Nebbiu, en remplacement de l'évêque GERONIMO DORIA (voir 1536).
Le Génois FRANCESCO SAULI ouvre une forge à U Viscuvatu, une des premières attestées dans l'Ile.



1539:

Les Turcs infestent les côtes. Pour se défendre, les paysans sont autorisés à porter les armes pendant les récoltes (jusqu'au 30 Août).
Palasca est attaquée par les Turcs de DELIAMAT RAIS; 22 habitants sont tués, cent quarante cinq sont faits prisonniers.
A Lavasina les Turcs capturent une centaine d'habitants.
A Munticellu, les Turcs de DRAGUT (TURGUT RAIS) emmènent 300 cents habitants.
Les Génois aménagent et repeuplent Porti Vechju avec des émigrés issus des marines génoises. Cette décision est prise pour éviter que la ville, désertée, ne serve d'escale aux corsaires barbaresques.
Le Génois PIETRO CURLETTO est le nouveau Castellanu de Corti; il remplace FRANCESCO PICHALUGA.
Pour porter remède à la misère sociale, pour arrêter l'hémorragie de l'émigration, l'Ufficio di San Giorgio nomme deux commissaires, FRANCESCO GRIMALDI et TROILO NEGRONE, avec un plan de mise en valeur de l'agriculture de l'Ile, et vote un crédit de 40000 écus.
Le Calvais ANTONE GHJUVANNI MATTEI, général de l'ordre des Frères Mineurs, fonde le Mont-de-piété de Rome.
LEONARDO TORNABUONO est nommé évêque d'Aiacciu. Il succède à GIACOMO PALLAVICINI (voir 1518).
Année de grande disette. Gênes charge MARTINO BOTTO d'arraisonner tous les navires transportant des céréales.
Plusieurs centaines de familles de la région d'Aiacciu s'embarquent pour la Sardaigne.
Bastia compte quatre tanneries.
Les trois pièves de Cinarca réclament à nouveau à Gênes, leur indépendance par rapport aux Cinarchesi (voir 1514 et 1521), toujours sans grand succès.



1540:

FRANCESCO LUCCIARDO de FRANCHI est le gouverneur de la Corse.
DRAGUT, le corsaire turc, et son lieutenant MAMMI RAIS, infestent les côtes corses, notamment dans le Capicorsu, où quelques ports lui donnent l'hospitalité. De nombreux Capcorsins font partie de ses équipages.
6 Mars: Lettres patentes de FRANCOIS 1er, autorisant JEAN ALFONSI, fils de LOUIS JOSEPH ALFONSI, Corse installé en Avignon, à joindre à ses armes, une fleur de lys.
ANDREA DORIA, l'amiral génois, est chargé de chasser les Turcs, et autres pirates, des rives de la Méditerranée Orientale.
Mai: ANDREA DORIA, avec ses neveux GIANETTINO, ERASMO et GIORGIO, et avec l'aide du comte ORSINI, commence la chasse aux pirates en Méditerranée. Il dispose pour cela de 80 galères de combat.
14 Juin: Lumiu est attaqué par les Turcs de DRAGUT. Ce dernier est suivi peu après par ACHA RAIS.
20 Juin: A La Girolata, GIANETTINO DORIA met fin aux exactions des Turcs de DRAGUT, grâce à la stratégie de l'amiral ANDREA DORIA. L'amiral turc est fait prisonnier. Son chef, le pirate KHAYR al DIN BARBEROUSSE, paiera aux Génois une rançon de 3500 ducats, pour sa liberté.
Arrivée des Capucins en Corse: 24 moines, menés par MARIANU di NEBBIU, sont envoyés en Corse par l'Ufficio di San Giorgio pour prêcher l'évangile, et venter en même temps la gloire et les vertus de l'Ufficio.
Malgré la défaite de DRAGUT, les pirates barbaresques continuent leurs raids: Munticellu est dévalisée et brûlée.
L'Ufficio di San Giorgio décide d'accélérer la construction de Porti Vechju, pour défendre l'Ile contre les Turcs. C'est l'architecte génois GIOVAN MARIA OLGIATI qui est chargé des travaux. De nombreuses familles de La Rocca viennent s'y établir.
L'Ufficio di San Giorgio autorise tous les habitants du Niolu à habiter leurs vallées, à reconstruire leurs maisons et des abris pour leurs provisions et leur bétail, et à cultiver leurs champs (voir 1502).
ALESSANDRO GUIDICCIONI est nommé évêque d'Aiacciu. Il succède à LEONARDO TORNABUONO (voir 1539).
GHJUVAN FRANCESCU SORBA conclut un contrat pour une concession située dans la région d'Aiacciu, avec obligation de construire une tour.
A Aiacciu, installation de la famille Peraldi.
L'ingénieur GERONIMO da LEVANTE aménage le port d'Algaiola.



1541:

Les corsaires de DRAGUT sont de retour. Les villages de Castellà di Casinca, Munticellu et Sarrula sont mis à sac.
Dans la piève de Tavagna, le village de Prignani est pris par les Turcs.
Construction de la tour de Capu di Fenu, dans la baie de Minaccia.
Construction de la tour de Bravone par TOBIA LOMELLINO.
Construction du fort de Porti Vechju.
Les Turcs sont devant Bunifaziu.
SAMPIERU CORSU reçoit l'ordre de FRANCOIS 1er de rejoindre l'Armée du Roussillon.
3 Octobre: CHARLES QUINT, de retour d'Afrique, à bord de la felouque Resolucion, qui a également à son bord HERMAN CORTEZ et GUILLAUME NASSAU, prince d'Orange, fait une escale forcée dans le golfe de Sant'Amanza, près de Bunifaziu. Il passe la nuit dans la maison du comte FILIPPU CATACCIOLI, dit l'Altu Bellu et séjourne dans la ville jusqu'au 6 Octobre.
L'Ufficio di San Giorgio délivre 225 licences de pêche, (la totalité pour la Corse) à des corailleurs de Portifinu.
Elévation d'une croix, à Siscu, signée du Corse FRANCESCU di BARRICCIONI.
Le Calvais ANTON GHJUVANNI MATTEI (dit JOHANNES CALVIUS, voir 1500) est nommé Ministre Général des Franciscains.
A Marseille, BARTOLOMEU BAGLIONI est naturalisé Français.



1542:

PAOLO LAZAGNA est gouverneur de la Corse. Il réside à Calvi pour accélérer la construction des fortifications de la ville.
Septembre: Au siège de Perpignan, SAMPIERU CORSU se signale par une action si peu commune qu'il est autorisé par le Roi de France FRANCOIS 1er à porter la fleur de lys dans ses armes.
SAMPIERU CORSU participe au siège de Cuneo, où il est blessé à la gorge.
L'historien français PIERRE de BOURDEILLE, seigneur de BRANTOME, écrira, dans sa Vie des Hommes illustres et des grands Capitaines, la vie, et vantera les faits d'armes, de SAMPIERU CORSU (Couronnel San Petro Corse).
Confirmation des privilèges accordés aux di Bozzi (voir 1534).
Les habitants de Porettu di Brandu s'engagent à rembourser les 500 lires qui leur manquent, et que Gênes peut leur avancer, pour terminer la construction d'une tour de guet.
Construction de la tour de Grisgione à Lota.
Construction de la tour de Stanli, à Mursiglia.
Construction de la tour de Porrata, à Mursiglia.
A Oletta, traité de paix entre les deux parties de la Vindetta (voir 1514 et 1523).
Début des travaux pour l'édification de Porti Vechju.
Dans le territoire de Calvi, on produit tellement de vin que l'on en embarque, à destination de la République de Gênes et d'autres ports de la Méditerranée, près de 35000 mezzarole, après avoir pourvu aux besoins locaux dans une ville, qui avec son bourg, compte près de 9000 habitants.
Impression, à Bologne de Dichiarazione sopra la prima e seconda parte delle rime di Vittoria Colonna, de RINALDO CORSO (voir 1524).



1543:

GIOVANNI de SALVAGO est le gouverneur de la Corse.
De Juin à Juillet: La flotte du pirate KHAYR AL DIN, dit BARBEROUSSE, (110 navires, 14000 Turcs) longe les côtes de Corse, pour rejoindre l'Italie . La Sicile, la Calabre, la Campanile et la Lucania sont mises à sac.
GIOVANNI de SALVAGO constate officiellement que San Fiurenzu est pratiquement à l'abandon.
20 Juin: Tentative de débarquement français à Aiacciu; quelques hommes de l'escadre française commandée par le Duc d'ENGHIEN, se dirigent vers Bunifaziu, puis rembarquent, aussitôt après.
Août: Dans une lettre (Commentaires), BLAISE de MONLUC cite le courage de SAMPIERU CORSU lors du siège de Cuneo.
Octobre et Novembre: SAMPIERU CORSU et ses capitaines, BERNARDINU d'ORNANU, TERRAMU di BASTERGÀ, FILIPPU CORSU et SALVATORE di LIVIA, sont à Landrecies, dans la Sambre avec les troupes du Roi de France FRANCOIS 1er.
A Bastia, construction de la chapelle Santa Croce.
Le pape PAUL III accorde à la colonie corse de Rome, des privilèges dans l'église de Saint Chrysogone en Trantevere, où plusieurs familles possèdent des tombeaux pour elles et leurs descendants ( Marchioni, Bastèrga, Orlandi, Corso, Alberti, Laurenti, Cyrneo, Frediani, Consalvi, Bruni, Dominici, Imporiati...).
A Rome, les Gardes Corses du pape PAUL III fondent l'Archiconfranita Della Carmine.



1544:

DOMENICO COCCARELLO de FRANCHI succède à GIOVANNI de SALVAGO comme gouverneur de la Corse.
ORLANDINU de MORLAS est podestat de Bastia.
Devant la menace des Turcs de BARBEROUSSE, DOMENICO COCCARELLO de FRANCHI renforce la citadelle de Calvi, sous la direction de l'architecte GERONIMO da LEVANTE, et en fait sa résidence.
Les Génois continuent de fortifier Porti Vechju en y construisant une enceinte bastionnée.
Calvi, avec plus de 1000 habitants, et la présence du gouverneur génois, est la capitale de la Corse.
5 Octobre: Les Turcs de BARBEROUSSE attaquent la piève de Moriani; 187 personnes sont emmenées, de nombreuses autres blessées ou tuées, les villages saccagés.
SAMPIERU CORSU participe à la bataille de Cerisoles, sous le commandement de PAUL de LA BARTHE, Maréchal de THERMES, et à celle de Vitry en Perthois.
Le Corse FILIPPU CORSU participe au siège de Bologne, avec 500 Corses et Italiens.
Décès de BARTOLOMEU di TALAMONE, de Vivariu, capitaine général corse des galères pontificales. Il avait adopté le nom de Peretti.
EDOUARDO CICALA est nommé évêque de Sagone. Il succède à IMPERIALIS DORIA (voir 1528).



1545:

15 Juin: SAMPIERU CORSU informe l'Ufficio di San Giorgio de son mariage.
SAMPIERU CORSU, 47 ans, épouse VANINA (GHJUVANINA), 15 ans, unique fille de FRANCESCU MARIA d'ORNANU.
Août: Des pluies torrentielles entraînent des dégâts considérables aux terres, cultures et bêtes. Le pont de Lagu Benedettu, sur le Golu, est emporté par les crues (voir 1530).
Le nouveau gouverneur de la Corse est NICCOLO IMPERIALE.
L'Ufficio di San Giorgio tente une nouvelle expérience de repeuplement de Porti Vechju. Les Génois demandent aux notables corses (I Nobili Dodeci) de désigner les familles qui seront forcées de repeupler la ville. Cette désignation par les notables corses s'avère impossible.
ERASMU CORSU combat dans l'armée française.
GIOVAN BATTISTA BUTTINONI est nommé évêque de Sagone. Il succède à EDOUARDO CICALA (voir 1544).
MARCANTONE CECCALDI écrit, à propos du gouvernement de l'Ufficio di San Giorgio: Ceux qui (en Corse) avaient l'expérience des hommes disaient hautement que les Corses étaient mieux traités par leurs maîtres que n'importe quel autre peuple... Les Protecteurs (de l'Ufficio di San Giorgio) avaient toujours, avec une équité rigoureuse, surveillé leurs officiers pour les empêcher de rien faire qui fut contraire à leurs bonnes intentions.
Attaque des Turcs sur Paomia, près de Carghjese.
La piève deVighjani, dans l'évêché d'Aiacciu, est dévastée par les Turcs, ainsi que celle de Sarté, où DRAGUT capture 130 chrétiens. GIROLAMO BOCCADORO est évêque d'Accia. Il remplace BENEDETTO de NOBILI (voir 1521).



1546:

Le nouveau gouverneur de la Corse est BENEDETTO PERNICE; il arrive sur l'Ile avec deux commissaires, TROILO NEGRONE et PAOLO de MONEGLIA.
Les deux commissaires génois, de MONEGLIA et NEGRONE, sont envoyés en Corse pour régler, entre autres, les problèmes de la colonisation de Porti Vechju, et celui de l'usure.
Les notables corses sont sanctionnés par les commissaires génois pour leur incapacité à trouver des volontaires pour le repeuplement de Porti Vechju (voir 1545). L'Assemblée des Douze (I Nobili Dodeci) est dissoute, et il ne sera plus, pour un temps, procédé à son élection; ces sanctions entraînent le mécontentement de la population.
Publication des statuts de Porti Vechju; ils sont calqués sur ceux de Bunifaziu.
Des corsaires turcs dévastent la région de Munticellu.
A Bastia, l'Ospidale dei Poveri, créé par les Pisans, appelé aussi l'Ospidale di San Niculaiu, parce qu'il était situé près d'une chapelle dédiée à ce saint (d'ou la dénomination de la place actuelle, San Niculaiu) est transféré dans la haute ville.
Fin de la construction de la citadelle de Calvi (voir 1544).
Naissance, en Espagne, de Don MATHEO VASQUEZ de LECA, issu des Leca de Cinarca, futur archidiacre de Carmona, chanoine de Seville et membre du Conseil de l'Inquisition.
Les bandes corses sont licenciées et se dispersent dans les compagnies italiennes ou françaises.
RINALDO CORSO reçoit son diplôme de Docteur ès Lettres, à l'université de Bologne.
A U Viscuvatu, la forge (voir 1538) est vendue à ANTONIU di BELGUDE, de U Sulaghju, agent du Génois GIOVAN FRANCESCO LOMELLINO.



1547:

Le Corse BERNARDINU CORSU combat dans l'armée française de FRANCOIS 1er.
GHJUCANTE della CASABIANCA et ses soldats corses sont à Gênes, au service de la République et des Doria.
Le gouverneur de la Corse est GIAN MARIA SPINOLA.
Avril: SAMPIERU CORSU est au service du Roi de France HENRI II , qui le nomme colonel de l'Infanterie Corse, suivant une ordonnance rédigée par FRANCOIS 1er.
9 Juin: Lettre de SAMPIERU CORSU à l'Ufficio di San Giorgio au sujet de la situation de Bastèrga par rapport à Aiacciu.
Les habitants de Lucques réclament, en vain, à SAMPIERU CORSU les 2000 écus qu'il a promis de leur prêter.
SAMPIERU CORSU sollicite auprès du pape PAUL III, l'emploi de Général des Armées Pontificales. Ce poste lui étant refusé, il rentre en Corse.
Dès son arrivée à Bastia, SAMPIERU CORSU est arrêté sous le prétexte d'avoir fomenté une révolte en Corse pour le compte du Génois CESARE da CAMPOFREGOSO, ennemi des Adorni. Il est incarcéré dans la citadelle. L'intervention de son beau-père, FRANCESCO MARIA d'ORNANU, auprès du Roi de France HENRI II, le fera libérer, malgré les réticences de l'Ufficio di San Giorgio. SAMPIERU CORSU rentre en France.
Nouvelle disette en Corse.
Fondation, à Bône, en Algérie, de la Magnifique Compagnie du Corail, par le Corse TOMASU LENCHE installé à Marseille (voir 1533).
Nouvelle intervention des trois pièves de Cinarca auprès de Gênes (voir 1539).
A Rome, décès du Corse PASQUINU CORSU, officier général. Son tombeau est dans l'église de Saint Chrysogone.
Décès de ANTONGHJUVANNI MATTEI (voir 1541). Il a été plus connu sous le nom de JOHANNES CALVIUS. PIETRO AFFATATO est évêque d'Accia. Il remplace GIROLAMO BOCCADORO (voir 1547).



1548:

Reconstruction du pont du Lagu Benedettu, sur le Golu, par l'architecte BASTIANU FILIPPINI, de U Viscuvatu, et le maître SIMONE CARLONE, mais avant la fin des travaux, le pont s'écroule à nouveau (voir 1545).
BERNARDO de FERRARI est nommé capitaine des soldats à pied de la garnison de Porti Vechju.
OCTAVIANO CIBO est nommé évêque de Mariana. Il succède à CESARE CIBO (voir 1532).
Construction de la tour de La Padulella, près de Moriani.
Construction de la tour de Sulinzara.
Construction de la tour d'Appiettu, par les frères SORBA et GHJUVAN IERONIMU PONTE.
Renforcement du statut de la ville de Bastia: le gouverneur quitte Calvi pour se réinstaller dans la citadelle bastiaise.
L'Assemblée des Douze, I Dodeci Nobili, est à nouveau reconnue (voir 1546).
Gênes décrète pour tout propriétaire terrien, l'obligation de greffer ou de planter quatre arbres fruitiers, dont un olivier et un châtaignier, de semer des céréales et de planter des légumes.
Un projet génois prévoit de régulariser le cours du Golu en canalisant un bras du fleuve aux abords de U Viscuvatu.
La guerre éclate entre le Roi de France HENRI II et la République de Gênes, alliée de l'Empire Germanique.
Naissance, à Aiacciu, d'ALFONSU d'ORNANU, fils aîné de SAMPIERU CORSU.
Le capitaine VIVIANU d'OMESSA est reconnu par le gouverneur GIANMARIA SPINOLA comme l'un des principaux gentilshommes de Corse.
GIOVAN BATTISTA BERNARDI est évêque d'Aiacciu. Il succède à ALESSANDRO GUIDICCIONI (voir 1540).
A Fuzzà, construction de la maison fortifiée des Durazzo.
Gênes nomme GERONIMO ROISECCO mandataire permanent de SAMPIERU CORSU.



1549:

PAOLO GREGORIO RAGGIO est le gouverneur de la Corse.
Le gouverneur PAOLO GREGORIO RAGGIO entreprend la reconstruction du pont de Lagu Benedettu, qui s'écroule une deuxième fois (voir 1548).
Hiver particulièrement rigoureux en Corse.
Un Corse, enlevé par les Barbaresques, prend du service dans leurs troupes sous le nom d'HASSAN CORSO. Il deviendra Caïd d'Alger (voir 1518).
Construction d'une tour de guet près de l'église de Santa Maria della Capella, à Macinaghju.
A Corregio de Parme, RINALDO CORSO écrit son ouvrage intitulé Fondamenti del parlar Toscano.
Munticellu est attaqué par les Turcs de DRAGUT. Ses habitants demandent en vain à être fortifiés.
La piève de Sarté est attaquée par les Turcs. Il est décidé de construire une muraille autour de la ville.



1550:

ENZELINO SPINOLA est gouverneur de la Corse.
BALDINUS de BALDUINIS est nommé évêque de Mariana. Il succède à OCTAVIANO CIBO (voir 1548).
Suite de la construction de la tour de guet de Sulinzara (voir 1548).
La désertification des côtes se poursuit: les Turcs, la malaria, les fièvres en sont les causes principales.
Présence, à Rome, d'ANTONE PETRU FILIPPINI (voir 1529).
DRAGUT tente, en vain, après avoir installé son quartier général à Mahdia enlevée aux Espagnols, de s'emparer d'Aiacciu.
Construction de la tour des Sanguinarii (tour de A Parata), sous la direction de DUMENICU d'ORNANU et de l'architecte génois GIROLAMO (ou GIACOMO) da LEVANTE (Le Levantino), par le charpentier menuisier d'Aiacciu GHJACUMU LOMBARDO.
MARCU de GENTILE fait construire la tour de l'Ampoglia, avec la participation de la communauté de Petra Curbara.
Le Corse GHJACUMU CORSU combat dans l'armée française.
Publication du livre Fondamanti del parlar Toscano de RINALDO CORSO (voir 1549).
A Gênes, décès de MATTEU ANDROVANDI, poète corse, auteur de Lettere Amorose (voir 1518).
A Muratu, ROMANO (ROMANUS) MURATI, tribun de la République de Venise, offre, pour l'église San Mighele, une peinture de l'école vénitienne, La Madeleine.
ANTON GHJACUMU TOMEI est confirmé dans sa descendance de BONDINO TOMEI.



1551:

FRANCESCO PASSAGIO est le gouverneur de la Corse.
Le gouverneur FRANCESCO PASSAGIO fait construire la tour de Girolata, sous la direction de l'architecte GERONIMO da LEVANTE.
De grands incendies se déclarent sur l'Ile.
La garnison de Bunifaziu compte 400 soldats, celle de Calvi 80.
Le gouverneur FRANCESCO PASSAGIO est remplacé avant la fin de son mandat par le capitaine de Calvi, VINCENTIO MERELLO.
PIETRO FRANCESCO PALLAVICINI est nommé évêque d'Aleria.
GIOVAN BATTISTA CICALA est nommé évêque de Sagone. Il succède à GIOVAN BATTISTA BUTTINONI (voir 1545). Il renonce aussitôt à son poste.
SAMPIERU CORSU, avec trois de ses capitaines, ANTONIU PADOVANO, SALVATORE di LIVIA et BERNARDINU d'ORNANU, est à la défense de Parme, contre les troupes du pape JULES III. SALVATORE di LIVIA y trouve la mort.
Allié des Turcs et des protestants allemands, le Roi de France HENRI II entre en guerre contre l'empereur germanique CHARLES QUINT et le pape JULES III; Gênes est l'alliée de ces derniers.
Les habitants de Belgudé demandent la construction d'une tour à leur mouillage, celle d'Algaiola étant trop éloignée.
Attaque des pirates turcs à Campu di l'Oru et Bastèrga.
Octobre: Attaque des Turcs sur les villages de Sarrula et Carcupinu, faisant 150 personnes tuées ou capturées.
14 Octobre: Les Turcs attaquent Palasca, en pleine nuit, 25 habitants sont capturés.



1552:

LAMBA DORIA est le gouverneur de la Corse.
24 Juin: Nouvelle attaque des Turcs à Palasca.
Juillet: Le gouverneur LAMBA DORIA est destitué par l'Ufficio di San Giorgio.
22 Décembre: Les premiers Jésuites envoyés par IGNACE de LOYOLA arrivent en Corse: les pères SILVESTRO LANDINI et MANUELLO GOMEZ parcourent l'Ile. Ils sont chargés par le pape des fonctions de Visiteurs Apostoliques. Le père SILVESTRO LANDINI, constate que la plupart des prêtres de l'Ile ne savent pas lire, et ne connaissent ni le latin, ni les formules des sacrements.
Requête de GIOVAN ANTONIO SALVAGO, Prucuratore de Palasca, pour obtenir un report des remboursements des prêts que les habitants du village ont été amenés à souscrire.
Les héritiers de PADOVANU di SARRULA demandent la construction d'une tour de guet à Sarrula.
GERONIMO BUTTONOMI est nommé évêque de Sagone. Il succède à GIOVAN BATTISTA CICALA (voir 1551).
La République de Gênes se substitue à l'Ufficio di San Giorgio, jugé trop administratif, et pas assez politique et militaire, moyennant un subside annuel de 50000 livres.
Deux commissaires, PAOLO VINCENZO LOMELLINO et BERNARDO CASTAGNA, sont envoyés sur l'Ile pour remplacer LAMBA DORIA, destitué. Leur mission, entre autres, est de vérifier l'état des défenses de Bunifaziu et Calvi.
Les hostilités reprennent entre l'Empire Germanique et la France: l'importance stratégique de la Corse apparaît évidente aux deux parties.
L'hémine (13 décalitres) de blé coûte, à Aiacciu, quatre livres cinq sous, celle d'orge deux livres.
TOMASU LENCHE enlève des contrats de pêche du corail à Constantinople, Alger et Bône. Il crée le Bastion de France, sorte de comptoir de pêche (voir 1547).
Naissance de LAZARU ROSSI, fils de CRISTOFORO ROSSI, et fondateur de la famille Rossi d'Aiacciu.
Dans le Dilà, piève de Sia, de l'évêché de Sagone, construction d'une tour à Portu di Sia.
A Favone, requête de FRANCESCU PERETTI, de Livia, pour exercer une garde avec feu, faute de tour de guet à cet endroit.



1553:

Les Génois renforcent la garnison de Calvi par une compagnie de soldats corses, sous le commandement d'ANTONE PAULU di SANT'ANTONINU, et celle de Bastia, par LISANDRU de GENTILE, seigneur d'Erbalunga, et son second GHJACUMU della CASABIANCA, avec leurs hommes. D'autres notables se joignent aux Génois: PETRU PAULU della CASABIANCA, GRIMALDU et RAFFAELLU di CASTA, FRATE di U PETRICAGHJU...
Fin de la construction de la tour de Capitellu, à Aiacciu, suivant les plans de l'architecte génois GIROLAMO (ou GIACOMO) da LEVANTE (Le Levantino).
SAMPIERU CORSU est au siège de Ceva, dans le Piémont, sous les ordres du maréchal de BRISSAC et de BLAISE de MONLUC.
Le gouverneur de la Corse est MARSILIO FIESCHI. Deux commissaires sont également nommés: BERNARDO CASTAGNA et PAOLO VINCENZIO LOMELLINO (voir 1552).
Juillet: A Paris, la décision d'envahir la Corse est prise par HENRI II, avec l'accord du cardinal JEAN du BELLAY, du connétable ANNE de MONTMORENCY, d'HIPPOLYTE d'ESTE et d'autres. Il est alors décidé d'envoyer le lieutenant général PAUL de LA BARTHE, seigneur de TERMES (ou de THERMES) sur l'Ile.
14 Juillet: Lettre de SAMPIERU CORSU à Gênes, dans laquelle il se qualifie de fidèle vassal et serviteur de la République.
15 Août: La flotte du Turc DRAGUT, des galiotes de corsaires, et la flotte française de l'amiral ANTOINE ESCALIN, dit PAULIN de LA GARDE, une centaine d'unités en tout, font relâche dans la baie de Santa Manza. Les navires font ensuite route pour les îles de Montecristo et d'Elbe. ALTOBELLU de GENTILE, seigneur de Brandu, officier au service de la France, est à bord d'un des navires de PAULIN de LA GARDE.
18 Août: A Piombino, face à l'île d'Elbe (ou à Castiglione della Pescara ?), le commandant de la flotte française, PAULIN de LA GARDE, et son second, le prince ANTOINE de SALERNE, rencontrent le lieutenant général PAUL de LA BARTHE, commandant en chef des forces françaises et alliées en Italie. SAMPIERU CORSU, HIPPOLYTE d'ESTE (le cardinal de Ferrare), GIOVANNI di TORINO (JEHAN de TURIN) et BERNARDINU d'ORNANU assistent également à ce conseil de guerre. La stratégie de la conquête de la Corse y est alors décidée.
19 Août: Les décisions sont annoncées par le lieutenant général PAUL de la BARTHE, à tous les responsables militaires corses, NAPOLEONE di LIVIA, AMBRUGHJU della BASTIA, FRANCESCU di NIOLU, PETRANTONE di VALENTONE, PETRU GHJUVANNI d'ORNANU, ALTOBELLU et RAFFAELLU de GENTILE, le Calabrais MORETTO CALABRESE... L'armada appareille pour Bastia.
20 Août: La flotte est en vue des côtes corses, mais une tempête oblige les navires à faire demi-tour. Les commissaires génois s'enfuient, d'abord à U Borgu, puis à Corti et abandonnent Bastia à LISANDRU de GENTILE.
22 Août: La flotte remet le cap sur l'Ile, précédée de trois à huit galères.
23 Août: Les premières galères jettent l'ancre près de la tour de l'Arinella, à un mille au sud de Bastia. Le débarquement commence et le duc de SOMME, à la tête de ses hommes, se dirige sur Bastia. La garnison de la ville est commandée par LISANDRU de GENTILE, d'Erbalunga, et avec lui, des nobles corses, dont PETRU PAULU della CASABIANCA, BENEDETTU di PINU, LUDOVICU de GENTILE, RAFFAELLU di CAMPUCASSU, GRIMALDU et RAFFAELLU di CASTA. SAMPIERU CORSU intervient, et essaie d'éviter l'effusion de sang. Dans la soirée, Bastia se rend. Les Turcs de DRAGUT ne sont pas intervenus. Le commandant de la garnison de Bastia, LISANDRU de GENTILE est fait prisonnier et envoyé à Gênes.
24 Août: Des compagnies corses sont formées autour des chefs qui ont participé à l'expédition. Le renom de SAMPIERU CORSU facilite la démarche. De TERMES dresse son plan d'action: DRAGUT et ses Turcs doivent s'emparer de Bunifaziu, SAMPIERU CORSU et les Gascons de de VALLERON, de Corti, PAULIN de LA GARDE et sa flotte, de Calvi, ALTOBELLU et RAFFAELLU de GENTILE, avec AMBRUGHJU della BASTIA, tiennent Bastia, de TERMES, lui-même, avec ses Italiens occuperont San Fiurenzu.
25 Août: DRAGUT s'empare de Porti Vechju, et y installe PETRU GHJUVANNI d'ORNANU; puis il mouille dans le golfe de Santa Manza, pour se préparer au siège de Bunifaziu.
Corti se rend à SAMPIERU CORSU sans aucune difficulté. LISANDRU di LENTU prend le commandement de la ville, et SAMPIERU CORSU rentre à Calvi, où PAULIN de LA GARDE et la flotte française doivent le rejoindre. Le gouverneur MARSILIO FIESCHI et les commissaires génois BERNARDO CASTAGNA et PAOLO VINCENZIO LOMELLINO s'enfuient à Gênes, par Aiacciu, avec l'aide de FRANCESCU MARIA d'ORNANU, le beau-père de SAMPIERU CORSU. De TERMES arrive à San Fiurenzu, où les habitants, révoltés contre les Génois, lui ouvrent les portes de la ville. PAULIN de la GARDE, en route pour Calvi, est contraint par le mauvais temps, de faire relâche à Macinaghju, d'où il obtient le ralliement du seigneur du Capicorsu, GIACOMO SANTO da MARE II, à la cause française.
26 Août: 2000 Turcs prennent position devant Bunifaziu.
27 Août: PAULIN de LA GARDE débarque GIACOMO SANTO da MARE II à San Fiurenzu. De TERMES confie à ce dernier la mission de convaincre la garnison génoise de Calvi, assiégée par SAMPIERU CORSU et les Gascons de de VALLERON, de se rendre.
SAMPIERU CORSU, avec ses troupes corses, occupe le fort de Mozellu, près de Calvi.
28 Août: Le commandant de Calvi, ANTONE PAULU di SANT'ANTONINU refuse de se rendre aux Français. Bunifaziu, s'apprête à soutenir le siège des Turcs de DRAGUT.
Le gouverneur de Bunifaziu est ANTONIO de CANETTO, Chevalier de Malte.
31 Août: PETRU GHJUVANNI d'ORNANU, quitte Porti Vechju, et arrive à Bunifaziu, pour exhorter les assiégés à se rendre; ceux-ci refusent. Les Turcs donnent alors l'assaut, qui est repoussé une première fois.
Une galère génoise réussit à débarquer à Calvi des provisions et des armes.
1er Septembre: Nouvelle tentative de médiation de PETRU GHJUVANNI d'ORNANU, et nouveau refus des Bonifaciens. Le combat est aussitôt repris par les Turcs.
14 Septembre: Le Turc DRAGUT lance contre Bunifaziu une offensive générale. Elle est une fois de plus repoussée par les Bonifaciens.
De TERMES charge DUMENICU CATACCIOLI, ALTOBELLU de GENTILE et GIACOMO SANTO da MARE II de négocier. Ces derniers obtiennent la capitulation d'ANTONIO de CANETTO et des Bonifaciens.
15 Septembre: Les vainqueurs entrent dans Bunifaziu: ALTOBELLU de GENTILE, GIACOMO SANTO da MARE II et NAPOLEONE di LIVIA prennent possession de la ville au nom du Roi de France. Mais les Turcs massacrent 298 soldats génois. De plus, ils exigent 25000 écus des Français pour compenser le non-pillage de la ville. Le Maréchal de TERMES, commandant en chef des troupes françaises, ne pouvant payer cette somme, laisse son neveu, de MONTASTRUC, en otage aux Turcs, en attendant d'obtenir du Roi de France le montant exigé.
ANTONIO de CANETTO est envoyé sur les galères du Roi de France.
CRISTOFORO PALLAVICINI, le beau-père de GIACOMO SANTO da MARE II, envoyé par Gênes, en tant que commissaire, arrive à Calvi avec deux galères et deux compagnies de soldats commandées par LAZZARO VILLANUOVA et GIANFRANCESCO MARAZZO.
21 Septembre: Trois compagnies françaises (des Gascons), commandées par de VALLERON, partent de San Fiurenzu pour prendre possession de Bunifaziu.
22 Septembre: Rappelée par SOLIMAN II le Magnifique, le sultan ottoman , la flotte de DRAGUT appareille pour Constantinople, au moment où elle allait être essentielle à l'entreprise des Français.
SAMPIERU CORSU est à Aiacciu, dont la partie génoise est saccagée et pillée.
A Bunifaziu, querelle entre BERNARDINU d'ORNANU et ALTOBELLU de GENTILE. Le lieutenant général de TERMES tranche en les remplaçant les Corses par les troupes italiennes de VINCENZO TADDEI et du Calabrais MORETTO CALABRESE.
27 Septembre: Une galère génoise réussit une nouvelle fois à débarquer à Calvi des provisions et des armes.
ANDREA DORIA, 87 ans, commandant suprême des forces de terre et de mer de Gênes, va déclencher la contre attaque génoise.
Le Roi de France HENRI II offre à Gênes de lui rendre la Corse en échange d'une neutralité véritable dans le conflit franco-germanique; refus de la République de Gênes.
1er Octobre: Les Français et leurs alliés sont maîtres de toutes les places fortes de l'Ile; seule Calvi leur résiste toujours.
A Gênes, les têtes de ALTOBELLU de GENTILE, SAMPIERU CORSU, PETRU GHJUVANNI d'ORNANU et RAFFAELLU de GENTILE sont mises à prix: 5000 écus pour SAMPIERU CORSU, 500 pour les autres. Onze autres chefs corses ont également leur tête mise à prix (300 écus): GIACOMO SANTO da MARE II, GRIMALDU di CASTA, GHJACUMU della CASABIANCA, FRANCESCU di SANT'ANTONINU, PETRANTONE di VALENTONE, LEONARDU di CORTI, ANTONE di MARIANU, AMBRUGHJU della BASTIA, FRANCESCU et BERNARDINU d'ORNANU, ALFONSU di LECA...
Il y a dans l'Ile 3000 à 4000 hommes dans les armées française et corse, avec leurs chefs: RAFFAELLU della ROCCA et BERNARDINU d'ORNANU à San Fiurenzu, SAMPIERU CORSU, ANTONE di CIAMANACCIA, GHJUCANTE di TAVERA et GHJUVAN FILIPPU della ROCCA dans Aiacciu ou ses environs, LEONARDU di CORTI, VITALU della REBBIA, GHJUVAN MATTEU di CHJATRA, GHJACUMU SANTU della PANCHERACCIA dans Corti ou ses alentours, AMBRUGHJU della BASTIA et cinq compagnies dans Bastia et Furiani, les di Bozzi dans Sarté, les da Mare dans le Capicorsu...
17 Octobre: AGOSTINO SPINOLA, lieutenant d'ANDREA DORIA, embarque de Gênes, à bord de 26 galères, 3000 hommes (Espagnols et Italiens), et se dirige vers Bastia. Il laisse à Erbalunga, ALFONSU et ERCOLE de GENTILE, seigneurs des lieux, et ennemis des Français, et continue sur Calvi. Là, il débarque avec ses hommes, alors que ses galères retournent à La Spezia, rejoindre ANDREA DORIA.
9 Novembre: ANDREA DORIA quitte La Spezia avec une flotte et 12000 hommes, sous le commandement de LUDOVICO VISTARINO de LODI. Parmi les chefs corses au service des Génois: LISANDRU de GENTILE, d'Erbalunga, GIORDANU di SARRULA, ANGHJELU SANTU di LIVIA, GIORDANU di PINU, MARCANTONE della BASTIA, POLIDORU di BARRETTALI, SANSONETTU di BIGUGLIA et PETRANDRIA di BELGUDE. La tempête oblige la flotte, qui se dirige sur Aiacciu, à faire relâche dans le golfe de San Fiurenzu.
16 Novembre: ANDREA DORIA débarque à Punta Murtella, à cinq kilomètres de San Fiurenzu. De TERMES se rend dans la ville et organise sa défense. Il en confie le commandement à GIORDANO ORSINI, mercenaire d'origine romaine, (appelé aussi JOURDAN des URSINS) et se dirige sur Muratu, où il établit son quartier général.
17 Novembre: La flotte génoise lève l'ancre pour mouiller à la Torra di Fornale à un kilomètre et demi en face de San Fiurenzu. Les Génois commencent à débarquer. GIORDANO ORSINI essaie en vain de les en empêcher; il doit se réfugier dans la citadelle, avec 2500 à 3000 hommes (des Corses de BERNARDINU d'ORNANU et RAFFAELLU della ROCCA, des Gascons de de VALLERON et des Italiens du duc de SOMME).
18 Novembre: Les Génois assiègent la citadelle de San Fiurenzu.
19 Novembre: La cavalerie génoise s'installe sur les plages de San Fiurenzu, leurs alliés espagnols de LORENZO FIGUEROA, sur la rive droite de l'Alisu.
20 Novembre: AGOSTINO SPINOLA arrive en renfort de Calvi avec 3000 hommes.
12000 Génois, Florentins, Espagnols et Toscans assiègent San Fiurenzu.
L'amiral PAULIN de la GARDE, en route vers Bunifaziu, hésite à se dérouter sur San Fiurenzu, le mauvais temps le fait renoncer.
ANDREA DORIA décide de s'emparer de Bastia, avec 12 galères et 1000 soldats (Espagnols de Don SANTO de LEVA et Corses de ANGHJELU SANTU di LIVIA, GIORDANU di PINU, GIORDANU di SARRULA et POLIDORU di BARRETTALI).
23 Novembre: Les troupes d'ANDREA DORIA sont en vue de Bastia. ALTOBELLU et RAFFAELLU de GENTILE, AMBRUGHJU della BASTIA, et FRANCESCU di NIOLU, défenseurs de la ville, se réfugient à Furiani. La citadelle de Bastia est assiégée.
28 Novembre: GIORDANO ORSINI, avec ses troupes, résiste toujours dans San Fiurenzu.
1er Décembre: La garnison gasconne de la citadelle de Bastia se rend et négocie son départ pour Muratu avec armes et bagages.
ANDREA DORIA installe à Bastia, un commissaire, LUCIANO SPINOLA.
3 Décembre: L'artillerie génoise pilonne sans arrêt la citadelle de San Fiurenzu.
4 Décembre: Les assaillants sont sous les remparts de la citadelle de la ville.
8 Décembre: GIOVANNI di TORINO, colonel toscan au service des Français, est tué accidentellement par un de ses hommes, alors qu'il essayait de ramener du ravitaillement dans San Fiurenzu.
9 Décembre: San Fiurenzu est isolé. De TERMES appelle SAMPIERU CORSU à Muratu.
ANDREA DORIA marche sur Furiani avec 150 hommes. Cette première attaque échoue. Une deuxième, avec 1200 hommes en renfort venus de Bastia, sous le commandement de CHIAPPINO VITELLI, échoue également, car, de Biguglia, et de Mariana, GHJACUMU della CASABIANCA, TADDEU di U PETRICAGHJU, GHJUVAN MATTEU di CHJATRA et VITALU della REBBIA, viennent au secours des Furianesi.
12 Décembre: OTTAVIANU di BIGUGLIA, quitte les Français pour rejoindre les Génois. Avec 300 soldats, il prend Biguglia. D'autres chefs corses quittent le maréchal de TERMES: LUDOVICU et CARBONE de GENTILE. AGOSTINO SALVAGO est évêque d'Accia. Il remplace PIETRO AFFATATO (voir 1548).
A Marseille, TOMASU LENCIU (voir 1552) est naturalisé Français. Il prend le nom de THOMAS LENCHE.
En cette fin d'année, la maladie les épidémies, la famine, déciment la plupart de tous les belligérants.
Le siège de San Fiurenzu se relâche. De TERMES reste à Muratu au lieu d'en profiter pour libérer la ville.



1554:

Janvier: 4000 fantassins espagnols, conduits par LUIGGI de LUGO ADALENTADO de CANARIA, débarquent à Calvi des neuf galères envoyées par le fils de CHARLES QUINT, PHILIPPE d'ESPAGNE. 1000 soldats allemands, commandés par ALBERICO de LODRONE, se joignent aux Espagnols. Le Maréchal de TERMES se retire à Lentu, puis à U Viscuvatu.
La flotte de PAULIN de la GARDE, après avoir déposé les renforts que transportaient ses 32 galères à Aiacciu, Bunifaziu et Porti Vechju, rentre en Provence.
9 Février: Des négociations se déroulent entre GIORDANO ORSINI, défenseur de San Fiurenzu, et CHIAPPINO VITELLI, envoyé d'ANDREA DORIA; elles échouent, les conditions des Génois étant jugées trop dures.
16 Février: GIORDANO ORSINI fait une nouvelle tentative de négociation. Nouveau refus de DORIA. Les Corses de San Fiurenzu décident alors de fuir: dans la nuit, BERNARDINU d'ORNANU, TERRAMU di SAN FIURENZU et leurs compagnons rejoignent de TERMES à U Viscuvatu.
17 Février: GIORDANO ORSINI et de VALLERON se rendent à ANDREA DORIA. Le siège de San Fiurenzu est terminé. Il aura coûté la vie à 4000 hommes (ou 10000 suivant les sources).
Décès de DOMENICO LUCCIARDO de FRANCHI, l'ancien trésorier de la Corse.
24 Février: GIORDANO ORSINI et de VALLERON, avec tous leurs hommes, sont embarqués à destination d'Antibes. Les 33 Corses qui sont restés jusqu'au bout avec les Français sont envoyés aux galères génoises.
ANDREA DORIA entreprend la reconquête de la Corse; il décide que Aiacciu sera son prochain objectif.
De TERMES envoie SAMPIERU CORSU préparer les défenses de Bunifaziu et Aiacciu, menacées par les Génois.
A Bastèrga, SAMPIERU CORSU tue (meurtre ou accident ?) son neveu TERRAMU di BASTERGÀ.
Des chefs corses rejoignent l'Ufficio di San Giorgio: LUDOVICU de GENTILE, FABIU di ERBALUNGA, FRANCESCU SORNACONE, OTTAVIANU et RINUCCIU di BIGUGLIA, MARCANTONE et ANTON FRANCESCU della BASTIA...
D'autres sont toujours farouchement opposés à Gênes: SAMPIERU CORSU, PETRU GHJUVANNI, BERNARDINU et FRANCESCU MARIA d'ORNANU, ALTOBELLU et RAFFAELLU de GENTILE, GIACOMO SANTO da MARE II, GRIMALDU di CASTA, GHJACUMU della CASABIANCA, FRANCESCU di SANT'ANTONINU, ALFONSU di LECA, LEONARDU di CORTI, ANTONIU di SAN FIURENZU, PETRANTONE di VALENTONE, AMBRUGHJU della BASTIA... Tous sont décidés à poursuivre la guerre, avec ou sans les Français, contre Gênes.
Les compagnies d'ANDREA DORIA prennent le Capicorsu, dont le château de GIACOMO SANTO da MARE II, Ruglianu, Lentu, Furiani... Le château de San Columbanu tombe à son tour, et le Génois GIACOMO de NEGRONI, fils de FRANCESCO (voir 1523), est capturé et envoyé à Gênes.
Mars: AGOSTINO SPINOLA, le lieutenant d'ANDREA DORIA est nommé Lieutenant Général par l'Ufficio di San Giorgio, avec comme commissaires GIROLAMO FIESCHI et PAOLO CASANOVA. Il regroupe toute son armée à Bastia.
9 Mars: AGOSTINO SPINOLA se met en marche vers Mariana; avec lui, LUIGGI de LUGO ADALENTADO de CANARIA et ses Espagnols. Il établit son quartier général à A Venzulà. Le colonel espagnol LORENZO FIGUEROA prend position à U Borgu et Lucciana, ALBERICO, comte de LODRONE, avec ses Allemands est à U Viscuvatu; le reste de l'armée est sous Castellà di Casinca, à Penta, Loretu et Sorbu Occagnanu. Castellà di Casinca tombe, les hommes de la garnison commandés par le capitaine MASO réussissent à s'enfuir.
Les chefs corses se rendent à Corti, pour rencontrer de TERMES, et lui demander de continuer la guerre contre les Génois. Ils se donnent pour chef SAMPIERU CORSU. De TERMES accepte et donne à SAMPIERU CORSU 800 soldats italiens de la garnison d'Aiacciu. Les chefs corses enrôlent 4000 hommes.
Fine Mars: A Lagu Benedettu, près de U Viscuvatu, une première bataille a lieu, elle est favorable aux Corses de SAMPIERU CORSU. Les Génois laissent 150 tués sur le terrain.
Avril: Les Génois se regroupent au couvent de San Francescu près de A Venzulà. Ils dévastent toute la région.
AGOSTINO SPINOLA se dispose à franchir les monts pour marcher sur Aiacciu. GIACOMO SANTO da MARE II est chargé par de TERMES de l'en empêcher; avec 4000 hommes, il s'installe près de Merusaglia.
AGOSTINO SPINOLA réunit tous ses hommes, Italiens, Espagnols et Allemands, et installe son quartier général à l'église de Sant'Antoniu della Casabianca, sur la route de Merusaglia.
21 Avril: La bataille a lieu sur le Pianu di Merusaglia. Les Génois d'AGOSTINO SPINOLA l'emportent. Les Corses et leurs alliés gascons et français se retirent dans l'Orezza, poursuivis par AGOSTINO SPINOLA, qui pille, ravage et brûle le Rustinu, l'Ampugnani et l'Orezza.
Le maréchal de TERMES se réfugie à Aiacciu, via Tallone.
De TERMES fait construire la citadelle d'Aiacciu; il fait démolir pour cela la petite église de Santa Croce.
Mai: Après la défaite de Merusaglia, la quasi-totalité du nord Nord-Ouest (le Diquà) est aux mains de l'Ufficio di San Giorgio. Seule Corti reste française, avec une petite garnison de Gascons, et Aiacciu...
ANDREA DORIA décide de reprendre Corti.
A Calvi, débarquent cinq compagnies d'Italiens, avec ORAZIO BRANCADORO et sept de Napolitains, sous les ordres du comte GIROLAMO SANGUINE. Plus de 3000 hommes, ainsi, marchent sur Corti.
15 Mai: Corti tombe aux mains des Génois. ANDREA DORIA attend alors des renforts qui viennent de s'embarquer de Gênes, pour marcher sur Aiacciu.
Juin: ANDREA DORIA, sollicité par la cour d'Espagne, doit quitter la Corse. Il confirme AGOSTINO SPINOLA à la tête de toutes les forces de l'Ile.
AGOSTINO SPINOLA exerce une répression sauvage sur les Corses qui ont pris le parti des Français.
Juillet: Les Corses harcèlent les troupes génoises. Corti se trouve menacée par les Corses, aidés des Gascons de de MONTASTRUC et 200 Français envoyés par de TERMES.
AMBRUGHJU della BASTIA, ami de SAMPIERU CORSU, trouve la mort, lors d'un combat dans le Niolu, contre des renforts génois venus de Calvi pour rallier Corti.
Une troupe de Corses et 50 Français bloquent Corti.
Août: Un bateau génois, poursuivi par des Turcs, se réfugie près des côtes de Mariana; son équipage, à terre, est attaqué et dépouillé par les riverains corses.
AGOSTINO SPINOLA envoie ORAZIO BRANCADORO avec cinq compagnies, et GIORDANU di PINU pour châtier les habitants des pièves de Tavagna et Mariana. Les deux pièves sont pillées, les renforts envoyés par de TERMES arrivant trop tard.
A Aiacciu, 3500 Français arrivent de Provence. Une partie d'entre eux marche sur Corti, où le siège continue. AGOSTINO SPINOLA décide d'envoyer des renforts sur la ville. Il reçoit également l'ordre d'évacuer et de raser les fortifications et la forteresse de San Fiurenzu.
Septembre: Huit compagnies génoises, avec ORAZIO BRANCADORO, le commissaire PAOLO CASANOVA et GIORDANU di PINU partent de Bastia pour Belgudé, pour rejoindre Corti.
A Belgudé se trouvent déjà ALESSANDRO SPOLVERINO, de Vérone, avec 1000 soldats. Ces derniers sont attaqués par GIACOMO SANTO da MARE II. Celui-ci est repoussé et se retire à Caccia Alla Petrera, près de Moltifau.
ALBERICO de LODRONE commence la destruction de la forteresse de San Fiurenzu. Cette destruction est motivée aux yeux des Génois par une mesure d'économie, et par la trop grande insalubrité des marais avoisinants qui rendent la place insoutenable.
10 Septembre: Les Génois se rassemblent à Urtaca. Ils décident d'attaquer les Corses à Moltifau.
12 Septembre: SAMPIERU CORSU et BERNARDINU d'ORNANU, avec 1500 Corses, dont FRANCESCU di TADDA (surnommé U Manumozzu, le Manchot), 700 Gascons et 150 cavaliers ont pour mission de barrer la route de Corti aux Génois.
18 Septembre: Les Génois, refusant le combat devant les troupes de SAMPIERU CORSU, font route, par Petralba, sur la Bocca à Tenda, pour rejoindre le Nebbiu. Ils seront rattrapés par les Corses à l'église de Santa Maria di Petralba. La défaite des Génois est totale: 200 tués, 700 prisonniers. Les colonels BRANCADORO et SPOLVERINO, le commissaire PAOLO CASANOVA, l'annaliste MARCANTONE CECCALDI sont livrés à de TERMES, qui les enverra en Provence.
GIACOMO SANTO da MARE II est tué dans cette bataille par un coup d'arquebuse.
SAMPIERU CORSU décide de reprendre San Fiurenzu.
20 Septembre: SAMPIERU CORSU profite du passage dans le golfe du Nebbiu de 15 galères françaises pour emprunter leurs canons, afin d'abattre les murs de la ville. Mais, faute de temps, il n'arrive pas à ses fins et renonce. Il rejoint U Borgu di Mariana.
3 Octobre: FRANCESCO SORNACONE, le commandant de Corti, se rend; il est emmené, avec ses hommes, à Calvi.
SAMPIERU CORSU quitte U Borgu di Mariana, après avoir laissé 140 hommes à FRANCESCU di TADDA, afin de protéger les Corses Pro-Français contre les représailles des Génois.
De TERMES fait fortifier Corti et y place une importante garnison.
De TERMES termine la construction de la citadelle d'Aiacciu.
Début de la construction de la cathédrale d'Aiacciu, Nostra Signora di a Misericordia (sur les plans de l'architecte GIACOMO della PORTA, sur l'emplacement de la petite église de Santa Croce.
10 Octobre: A la suite d'un incident qui l'oppose à de TERMES, SAMPIERU CORSU, avec ALTOBELLU de GENTILE et ANTONE di MARIANU, de Belgudé, est emprisonné et est embarqué pour la Provence.
10 Novembre: De TERMES expédie dans le nord de la Corse, l'Italien GIOVAN BATTISTA AZZALE di ROMAGNA, avec le titre d'Auditore (Magistrat); il siégera à Corti, Tallone et Campulori.
Décembre: Les Génois ne tiennent plus, sur l'Ile, que Bastia, San Fiurenzu, Calvi et le Capicorsu.
De TERMES rappelle GIOVAN BATTISTA AZZALE di ROMAGNA à Aiacciu, à cause de ses maladresses.
GIOVANNI BATTISTA CICALA est nommé évêque de Mariana. Il succède à BALDINUS de BALDUINIS (voir 1550).
FRANCESCHETTU CARAFFA est un des Nobili Trenta de la ville de Bastia.
GERONIMU BUONAPARTE, citoyen d'Aiacciu, est Prucuratore des Nobili Anziani de la ville.
En Italie, mariage de RINALDO CORSO avec LUCREZIA LOMBARDI.
RINALDO CORSO se rend à Venise, afin d'obtenir la permission de faire graver les armes de la République sur le monument qu'il a fait élever à son père dans l'église Saint François, à Corregio.



1555:

Janvier: Les querelles entre seigneurs refont surface, entre autres, les della Casabianca (les Rossi) contre les di CASTA (les Neri) (voir 1542).
De TERMES envoie FRANCESCU di TADDA avec une centaine de Gascons pour reprendre San Fiurenzu, mais la ville résiste. FRANCESCU di TADDA enlève tout de même Algaiola.
15 Février: GIOVANNI ANDREA DORIA, petit-neveu du célèbre Génois ANDREA DORIA, arrive à San Fiurenzu avec 25 galères et 3 compagnies; deux d'entre elles sont destinées à Calvi, (avec à leur tête LEONARDO GIUSTINIANI (dit Grechetto) et GIULIO di PONTREMOLA), la troisième, à Bastia (avec DOMENICO BUTI di LUCA).
Le nouveau commissaire de la République de Gênes FRANCESCO SAULI, et son second NICOLO PALLAVICINI, arrivent à San Fiurenzu.
AGOSTINO SPINOLA et le comte ALBERICO de LODRONE, avec ses Allemands, rentrent à Gênes.
GIOVANNI ANDREA DORIA ordonne de terminer la destruction de la forteresse de San Fiurenzu, jugée trop insalubre (voir 1554). En contre partie il renforce la tour de la Mortella, et fait construire une autre tour, en face, sur la rive opposée du golfe du Nebbiu.
FRANCESCU di TADDA, U Manumozzu (voir 1554), trouve la mort près de Calvi.
Mars: PAUL de LA BARTHE, seigneur de TERMES, est rappelé en France par HENRI II. Il est remplacé par GIORDANO ORSINI, libéré depuis par les Génois (voir 17 Février 1554).
GIOVANNI ANDREA DORIA quitte Calvi, pour affronter la flotte française de PAULIN de la GARDE au sud de l'île d'Elbe. Ce dernier refuse le combat. Par contre, GIORDANO ORSINI, de TERMES et de LA GARDE décident d'attaquer Calvi, délaissée par GIOVANNI ANDREA DORIA.
Avril: 3000 soldats français assiègent Calvi. La flotte de GIOVANNI ANDREA DORIA revient et met en fuite la flotte française de PAULIN de LA GARDE. Les Génois ravitaillent et réarment la ville.
Les Français fortifient Sant'Antoninu, pour tenir la Balagna.
GIORDANO ORSINI repousse 600 Espagnols, débarqués pour renforcer Calvi.
La flotte de GIOVANNI ANDREA DORIA fait voile vers les côtes toscanes.
Mai: Avec toutes ces guerres, la famine s'installe en Corse. De TERMES fait envoyer de Marseille une quinzaine de galères chargées de vivres, qui débarquent à Algaiola.
Fine Mai: Après avoir laissé GIORDANO ORSINI près Calvi, avec six compagnies, de TERMES rentre à Aiacciu, puis il quitte la Corse, définitivement, pour la France.
Juin: GIORDANO ORSINI prend effectivement le commandement des troupes royales dans l'Ile. Il laisse le capitaine JEAN de CROS en Balagna et rentre à Aiacciu.
NICOLO PALLAVICINI fait preuve de bienveillance envers les Corses: il demande l'amnistie générale à Gênes.
Gênes accorde le pardon sauf aux rebelles dont la tête a été mise à prix (voir Octobre 1553).
Juillet: Gênes assouplit l'administration de Bastia.
300 fantassins génois, commandés par VISCONTE CICALA, débarquent à Calvi.
Le Roi de France HENRI II décide d'accélérer la campagne de Corse. Une flotte de trente deux galères, commandée par l'amiral PAULIN de LA GARDE quitte Marseille pour enfin prendre Calvi.
L'escadre turque (100 navires environ) de DRAGUT, commandée par CASSEIN BASSA, croise devant l'île d'Elbe et doit rejoindre la flotte française en vue des côtes de Balagna.
27 Juillet: DRAGUT arrive le premier en Corse et débarque 4000 hommes et 14 canons près de Calvi.
1er Août: PAULIN de LA GARDE arrive à son tour et débarque quatre compagnies et sept canons. GIORDANO ORSINI arrive d'Aiacciu avec une douzaine de compagnies de Français et de Corses. Le siège de Calvi commence.
Dans Calvi se trouvent le commissaire commandant MARTINO BOZZUOLO, le commissaire QUILICO SPINOLA, colonel de toute l'infanterie, le sergent major LEONARDO GIUSTINIANI et 800 hommes, les capitaines OBERTO SPINOLA, VINCENTO BIANCO, BATTISTA CASANOVA; les Calvesi sont une compagnie, avec, à leur tête, le Génois PENTALEO SALVAGO.
7 Août: Les Turcs tuent à la mer PIETRO GIOVANNI de NEGRONI, le mari de BARBARA da MARE et coseigneur de San Columbanu, déjà rançonné avec son lieutenant, AGOSTINU di MURSIGLIA.
10 Août: La grande tour de la forteresse de Calvi est abattue. Les Français donnent l'assaut, mais ils sont repoussés plusieurs fois, ,laissant plus de 200 morts. Les Turcs n'ont pas participé à ces attaques.
11 Août: DRAGUT décide d'abandonner Calvi et de prendre Bastia, qui paraît plus vulnérable. PAULIN de LA GARDE et GIORDANO ORSINI sont obligés d'accepter cette décision, et suivent le Turc, abandonnant ainsi le siège de Calvi.
12 Août: Les flottes turque et française font route sur Bastia. Le commissaire de Calvi MARTINO BOZZUOLO en avertit le commissaire NICOLO PALLAVICINI.
16 Août: Les deux flottes arrivent en vue de Bastia.
17 Août: Les Français débarquent et avancent sous les murs de la ville. Par contre, les Turcs font voile vers Erbalunga pour fêter le Ramadan.
GIORDANO ORSINI reçoit, de Marseille, 300 sapeurs en renfort.
23 Août: Les Turcs reviennent. Puis, estimant qu'ils n'ont plus que 20 jours de vivres dans leurs cales, ils lèvent l'ancre, et rentrent à Constantinople. Les Français et leurs alliés corses sont alors obligés d'abandonner le siège de Bastia. La flotte française reprend la mer, pour San Fiurenzu.
Septembre: Trois jours après avoir rejoint San Fiurenzu, GIORDANO ORSINI rentre à Aiacciu. Le crédit de la France en Corse va en dépérissant, par contre, celui l'Ufficio di San Giorgio remonte.
SAMPIERU CORSU est libéré, à la demande de CATHERINE de MEDICIS.
8 Septembre: Lettre de SAMPIERU CORSU au Roi de France HENRI II dans laquelle il assure que, lui vivant, les Génois ne posséderont jamais la Corse en paix.
30 Septembre: SAMPIERU CORSU débarque à Aiacciu. Il parcourt le Nebbiu, la Balagna et la Casinca pour rassembler tous les Corses qui le désirent, et il en devient le chef, le rassembleur, U Padre di A Patria.
Les Génois renvoient tous les officiers corses, et leurs compagnies, de Bastia et de Calvi.
A Bastia, NICOLO PALLAVICINI répare les dégâts du dernier siège de la ville, et renforce ses défenses.
Octobre: Les commissaires SAULI et PALLAVICINI sont rappelés à Gênes. Ils sont remplacés, le premier par ANTONIO FORNARI (en tant que gouverneur), le second par LEONARDO GIUSTINIANI dit Grechetto (en tant que sergent major).
15 Octobre: SAMPIERU CORSU est en Balagna. Il tente un coup de main sur la garnison de Calvi, du côté de l'église de Santa Maria, (ou du monastère en ruines de San Francescu), mais il échoue et y perd 50 hommes. JEAN de CROS, BERNARDINU d'ORNANU, ALTOBELLU de GENTILE et POLIDORU di CORTI participent au combat aux côtés de SAMPIERU CORSU.
BARBARA, la fille unique de GIACOMO SANTO da MARE II, veuve (voir 7 Août), est courtisée par la France, qui veut la marier à l'officier français (Maréchal de Camp) JEAN de CROS. Sa famille, d'origine génoise refuse cette alliance.
Venant d'Aiacciu, GIORDANO ORSINI débarque à San Fiurenzu avec quatre galères et deux compagnies. Il passe les troupes en revue, puis rentre à Aiacciu.
Novembre: Le mauvais temps pose d'énormes problèmes de ravitaillement aux Français. De plus, les Génois les empêchent de se fournir en farine et en grain chez les habitants.
BERNARDINU d'ORNANU meurt dans un accrochage.
Un terrible incendie détruit le Palazzu d'Aiacciu, où logeaient de nombreuses personnalités françaises.
Décembre: La Balagna toute entière est aux mains des Génois, sauf San Fiurenzu, que GIORDANO ORSINI a fait occuper par quelques Corses.
Accrochage entre des galères françaises et espagnoles au large de San Fiurenzu.
Quatre galères arrivent de Gênes, avec des soldats et le nouveau gouverneur ANTONIO FORNARI. Ce dernier s'installe à Bastia.
GIORDANO ORSINI fait renforcer les positions de Bunifaziu, Aiacciu et Porti Vechju.
Les Génois prennent Sant'Antoninu et Algaiola.
GIORDANO ORSINI nomme le Piémontais GIOVAN MICHELE PETRUSO, Juge Général. Celui-ci administre le Diquà et réside à Corti.
Carte de la Corse de FABIO LICINIO , graveur et éditeur à Venise, considérée comme le document le plus célèbre de la cartographie corse.
ROMANO MURATI, condottiere au service de Venise, l'ancêtre des Murati, de Muratu et de U Borgu, est gouverneur de Peschera, en Italie.



1556:

L'Ile compte environ 30000 foyers (22000 dans le Diquà et 8000 dans le Dilà).
HASSAN CORSO devient Dey d'Alger, sous le nom d'HASSAN HAID (voir 1549).
Janvier: BONIFAZIO GIUSTINIANI, frère de LEONARDO, est chargé de faire régner l'ordre en Casinca contre ALTOBELLU de GENTILE.
14 Janvier: Par une ordonnance, la France traite l'Ile en lieu de déportation: elle envoie ses condamnés de droit commun combattre en Corse dans les armées du roi.
23 et 24 Janvier: ALTOBELLU de GENTILE est grièvement blessé dans une embuscade tendue, près de La Canonica, par BONIFAZIO GIUSTINIANI, lequel perd son lieutenant et 35 hommes.
Une flotte génoise de 12 galères, commandée par GIOVANNI ANDREA DORIA, et qui doit reprendre Bunifaziu aux Français, appareille de l'île d'Elbe, où elle avait relâché pour cause de tempête.
5 Février: Près de Cambrai, dans l'abbaye de Vaucelles, signature d'une trêve entre les armées française de HENRI II, et impériale de CHARLES QUINT. Les Français doivent garder leurs conquêtes d'avant la publication de la trêve: ils sont, pour l'instant, maîtres de la majeure partie de la Corse.
6 Février: La flotte génoise (moins deux galères, qui ont coulé dès leur départ), arrive au large de Porti Vechju. Une nouvelle tempête coule 9 autres galères. GIOVANNI ANDREA DORIA, recueilli par la dernière galère, rentre à Gênes.
A Gênes, libération de GIACOMO de NEGRONI (voir 1554).
LA MOLA, le gouverneur de Bunifaziu, soupçonné de complot avec les Génois, est limogé par SAMPIERU CORSU, et remplacé par JEAN de CROS.
A la suite de la trêve signée entre CHARLES QUINT et HENRI II, les Français essaient d'occuper le maximum de territoire: SAMPIERU CORSU tente d'investir Bastia, ALTOBELLU de GENTILE occupe Brandu, Siscu et Petra Curbara, GIACOMO de NEGRONI, le Capicorsu... Les Génois, de leur côté, renforcent leurs possessions (notamment Bastia et la Balagna).
Mars: L'amiral PAULIN de LA GARDE, avec 13 galères, croise devant les côtes corses, et canonne les tours génoises.
Gênes envoie sur l'Ile un commissaire adjoint, BENEDETTO SPINOLA, pour seconder ANTONIO FORNARI.
7 Avril: Publication de la trêve de Vaucelles. Cette dernière est appliquée en Corse:
Après transaction, Il ne reste officiellement à Gênes que Bastia, Calvi, l'église de Sant'Antoniu di Belgudé, Erbalunga et les tours de Grisgione et de Siscu, près de Bastia.
NICOLA, la veuve de GIACOMO SANTO da MARE II, jusque là assignée à résidence à Gênes, reprend possession de ses terres du Capicorsu (voir 1554).
LEONARDO GIUSTINIANI et ANTONIO FORNARI sont rappelés à Gênes, et remplacés par CRISTOFORO de NEGRI. Seul, reste sur l'Ile BENEDETTO SPINOLA, neveu du fameux AMBROGIO de NEGRI, ancien commissaire en Corse (voir 1488).
19 Avril: Très important raid des pirates turcs de HASSAN CORSO dans l'Ile; un millier d'hommes arrivent jusqu'à Lucciana et repartent en emmenant 60 prisonniers.
Les Turcs saccagent l'Ornanu.
La trêve est fort mal respectée en Corse; ALTOBELLUet RAFFAELLU de GENTILE, de Brandu, pro-Français, sont en guerre contre TULLIU de GENTILE, d'Erbalunga, pro-Génois.
Mai: BARBARA da MARE épouse le Génois NICOLO DORIA, neveu de l'Amiral ANDREA DORIA.
8 Juin: PAULU SEBASTIANI, de La Porta, obtient ses lettres d'attestation de noblesse du Sénat de Gênes.
9 Juillet: Nouvelle reconnaissance de noblesse des d'Ortoli par les Génois (voir 1456).
Août: TULLIU de GENTILE fait appel au nouveau gouverneur CRISTOFORO de NEGRI, et à ses alliés pro-Génois: ORLANDU d'ORNANU, FRANCESCU SORNACONE (de Bastèrga), ANTON GUGLIELMU di BOZZI et GIORDANU di SARRULA pour se défendre contre les pro-Français.
12 Août: Affrontement, à la tour de Vittrice, près de Belgudé, entre les Génois, commandés par CRISTOFORO de NEGRI, venu aider TULLIU de GENTILE, et les partisans des de Gentile; ceux-ci perdent 15 hommes: la guerre entre alliés corses et français d'un côté, et alliés corses et génois de l'autre, est rouverte.
GIORDANO ORSINI envoie des renforts du côté de Bastia.
Le capitaine français de SERILLAC est tué au cours d'une action contre l'église de Sant'Antoniu di Belgudé, tenue par les Génois.
GIORDANO ORSINI est rappelé en France. Avant de partir, il désigne leurs positions à ses alliés corses: ANDRIA di SPILUNCATU en Balagna, LEONARDU di CORTI et ANTONIU di SAN FIURENZU en Casinca, RAFFAELLU de GENTILE dans la région de Bastia. Il décide de tenir une dernière Cunsultà.
15 au 20 Septembre: Cette Cunsultà réunit I Nobili Dodeci du Diquà, I Nobili Sei du Dilà, deux Prucuratori élus par piève, tous les seigneurs, SAMPIERU CORSU, les officiers de l'état major royal, et des notables corses et français.
Lors de cetteCunsultà, une réforme des lois de Gênes est décidée. Deux représentants des Corses, GHJACUMU della CASABIANCA et LEONARDU di CORTI, accompagneront GIORDANO ORSINI à la cour du Roi de France. L'idée de rattachement de la Corse à la France n'est pas exprimée.
CLAUDE de HARLAY, ancien gouverneur de Bunifaziu, est gouverneur d'Aiacciu.
BERTRAND de MASSES, commande une compagnie de Gascons à Cardu, Belgudé et Furiani.
JEAN de CROS, est gouverneur de Bunifaziu, avec deux compagnies de Gascons.
De BEAUJOURDAIN, neveu du maréchal de TERMES, est gouverneur de la Balagna, avec deux compagnies corses et deux compagnies de Gascons.
SAMPIERU CORSU commande toute l'infanterie corse.
Le juge GIOVAN MICHELE PETRUSO (voir 1555) doit résider six mois à Corti et six mois à Campulori.
Octobre: ALTOBELLU de GENTILE, son frère RAFFAELLU et leurs hommes tiennent la tour de Purettu, près de Brandu. Les Génois décident de s'en emparer.
12 Octobre: ANDREA DORIA accorde un nouvel arrêt de noblesse (voir 1467) à GHJUVANNI LUCA FRANCESCHI, de Centuri, ainsi qu'à d'autres Corses, restés fidèle à Gênes.
Nuit du 5 au 6 Novembre: 300 soldats génois, commandés par AURELIO d'ELCE et VINCENZO de BRESCIA, attaquent la tour de Purettu. Les Corses, après l'arrivée de renforts français, quittent la tour et se retirent dans la forteresse de Brandu.
8 Novembre: Les Génois attaquent la forteresse de Brandu. ALTOBELLU de GENTILE est tué, son frère RAFFAELLU parvient à s'enfuir. Les seigneurs de Gentile d'Erbalunga, pro-Génois, s'emparent des terres des de Gentile de Brandu.
Décembre: Les Gascons de de MASSES arrivent de Belgudé, pour occuper et fortifier l'église de San Martinu di Lota. De MASSES décide de s'emparer de l'église de Sant'Antoniu di Belgudé, véritable forteresse menaçant Belgudé et tout le nord ouest de Bastia, et tenue par les Génois.
HENRI II prescrit, dans les lettres patentes données de Saint Germain en Laye, de substituer aux peines de bannissement prononcées par les tribunaux, des peines de déportation en Corse, où l'on a besoin de bagnards pour les travaux de reconstruction.
Dans La Rocca, GHJUVAN PAULU di ROCCA SERRA, descendant des della La Rocca, est le fondateur de la famille de Rocca Serra (de A Sarra di Scupamena, Quenza, Sarté, Porti Vechju et Livia).
VINCENTE MORATI, fils de LORENZO MORATI est à l'origine de la famille Morati, de Muratu.
Un Romain, TULLIO ROMANO, redoutable gentilhomme corsaire devenu brièvement seigneur d'Erbalunga, profite du désordre ambiant pour se livrer à la piraterie dans le Capicorsu.



1557:

BENEDETTO di PINU est podestat de Bastia.
18 Janvier: Les occupants génois de l'église de Sant'Antoniu di Belgudé se rendent aux Français. Dans cette action, LISANDRU di LENTU et ANTON MATTEU di U VISCUVATU sont tués.
PIERRE de la PANISSE, jurisconsulte avignonnais, arrive à Aiacciu comme Président Général en Corse; il a, avec lui, deux docteurs en droit, son assistant et un magistrat fiscal; les Français administreront l'Ile depuis Aiacciu.
31 Janvier: La trêve du 5 Février 1556, entre la France et les Impériaux, est officiellement rompue.
8 Avril: 32 galères françaises relâchent dans le golfe de San Fiurenzu; elles abordent à Erbalunga, tenue par les de Gentile du parti génois, et brûlent toutes les maisons du village.
A U Viscuvatu, SAMPIERU CORSU, écarté du pouvoir, règle une Vindetta entre les familles Ceccaldi et Biaggi.
Mai: Les affrontements entre Génois et pro-Français font de nouveaux morts: côté génois, BATTISTA CASANOVA et LAZZARO VILLANOVA, côté corse, deux fils de LISANDRU de GENTILE, et côté pro français, FRANCESCU d'OMESSA et MARCU MARIA CECCALDI, de U Viscuvatu.
Juin: GIORDANO ORSINI est de retour sur l'Ile, avec le titre de Vice->Roi de Corse. Il débarque à Aiacciu, et envoie 1000 Français en Balagna pour renforcer les compagnies de JEAN de CROS, déjà sur place.
Juillet: GIORDANO ORSINI s'embarque pour San Fiurenzu. Il décide d'y reconstruire les fortifications.
Les Génois envoient à Bastia le comte GIROLAMO de LODRONE avec deux compagnies, et le titre de commandant des troupes génoises en Corse.
15 Août: GIROLAMO de LODRONE débarque à Bastia.
23 Août: GIROLAMO de LODRONE et les 1500 hommes constituant la garnison de Bastia se dirigent sur Cardu.
24 Août: La garnison de Cardu, commandée par GHJACUMU MANCINU di BASTERGÀ et AGHJLLIU di CAMPUCASSU, se rend aux Génois, qui rasent le fort de Cardu.
27 et 28 Août: GIROLAMO de LODRONE attaque la place de Furiani, tenue par LEONARDU di CORTI et ANTONIU di SAN FIURENZU. mais GIORDANO ORSINI arrive de San Fiurenzu en renfort, et chasse les Génois.
Les points de contrôle et de défense de Bastia et de sa région, à savoir les tours de Grisgione, d'Erbalunga, de San Martinu di Lota, de Belgudé, et toutes les marines du Capicorsu, tombent entre les mains des Génois.
12 Septembre: Tenue d'une Cunsultà à U Viscuvatu, sous la présidence de SAMPIERU CORSU. La plupart des représentants corses y participent. GIORDANO ORSINI leur annonce le rattachement imminent de la Corse à la France. De plus, il affirme également que le Roi de France HENRI II, lui a fait savoir qu'il répondra favorablement aux requêtes formulées par les Corses, sauf trois: celles visant l'exemption de la gabelle, l'autorisation de récolter le sel, et l'amnistie pour tous les crimes commis depuis le début de la guerre.
Les Corses désignent une nouvelle fois, (voir 1556) GHJACUMU della CASABIANCA et LEONARDU di CORTI pour se rendre à la Cour de France, porteurs de leurs doléances.
SAMPIERU CORSU, en désaccord avec GIORDANO ORSINI, se retire à Aiacciu puis en France, à Marseille.
En Balagna, la tour de Munticellu est occupée par RINUCULU di SPILUNCATU, allié de Gênes. Le Français JEAN de CROS la reprend.
D'autres alliés de Gênes obtiennent des succès: FRANCESCU SORNACONE prend la tour de Ferringule, ERCOLE de GENTILE, celle de Nonza.
Octobre: GIORDANO ORSINI, avec des renforts gascons, attaque Ferringule; FRANCESCU SORNACONE se rend.
30 Octobre: GIORDANO ORSINI décide de reprendre Furiani. La garnison de la ville, avec les Corses PAULU BUONFANTE, ALFONSU de GENTILE, d'Erbalunga, AGOSTINU LEARDE, SANSONETTU di BIGUGLIA et ANTON FRANCESCU COPPOLE, s'enfuit vers Bastia.
Novembre: GIORDANO ORSINI rentre à Aiacciu.
AMBROGGIO SPINOLA est le nouveau commissaire général de l'Ufficio di San Giorgio en Corse; il s'installe à Bastia. L'effectif de la garnison de la ville est alors de 1700 hommes.
Aiacciu est sous le commandement de CLAUDE de HARLAY, avec quatre compagnies; BERTRAND de MASSES est à San Fiurenzu et autour de Bastia avec six compagnies; ANTOINE CABASSOL de REAL est à Porti Vechju, avec une compagnie; JEAN de CROS est à Bunifaziu; De BEAUJOURDAIN est en Balagna avec trois compagnies (une corse et deux gasconnes).
17 et 18 Novembre: FRANCOIS de GUISE fait escale, avec dix sept galères, à San Fiurenzu.
21 Décembre: Le comte de LODRONE quitte Bastia pour Naples.
JEAN de CROS est envoyé en France, auprès du Roi HENRI II.
SAMPIERU CORSU rentre en CorseSanta Maria Siché) d'où il repart pour Marseille.
Un convoi de trois galères et trois transports débarque un contingent de déportés français à Bunifaziu.
TOMASU BACCIOCHI, vivant à Aiacciu, est le fondateur de la famille Bacciochi, d'Aiacciu.



1558:

3 Janvier: Une Cunsultà, convoquée par GIORDANO ORSINI, se tient à Corti. Elle est ouverte à tous les Corses.
6 Janvier: SAMPIERU CORSU prend part à la prise de Calais aux Anglais par FRANCOIS de GUISE.
15 Janvier: Une flotte génoise, commandée par l'amiral GIOVANNI ANDREA DORIA croise au large de la Corse, et canonne les murs d'Algaiola.
24 Février: FRANCOIS de GUISE, débarque à Aiacciu avec seize galères; pendant deux mois il va ravitailler San Fiurenzu.
20 Avril: L'Ufficio di San Giorgio envoie à Calvi FRANCESCO FORNARI, comme commissaire général, et PAOLO EMILIO da NAVE, comme sergent major.
BATTISTA LUCCIARDO de FRANCHI est podestat et trésorier en Corse.
FILIPPU ARRIGHETTI, franciscain corse nommé par la France, est évêque du Nebbiu; il succède à ANDREA GRIMALDI (voir 1538).
Mai: GIORGIO DORIA arrive en Corse en qualité de commandant en chef des armées génoises. Il tente un coup de main sur Bunifaziu, où il échoue, il attaque alors Lucciana, tenue par RAFFAELLU de GENTILE, de Brandu, sans succès également.
21 Juin: GIORGIO DORIA prend la tour de La Padulella.
25 Juin: L'amiral turc PIALI PACHA croise au large des côtes du Capicorsu.
25 Juillet: Après diverses discussions avec les Français, dont FRANCOIS de GUISE, la flotte turque rentre vers le Levant, laissant ainsi les Français déçus de voir disparaître une aide très précieuse pour chasser les Génois de l'Ile.
20 Août: GIORGIO DORIA, soulagé du départ des Turcs, attaque U Borgu di Mariana, où se tiennent deux compagnies françaises. Avec 800 fantassins, une vingtaine de cavaliers et 200 hommes commandés par GIOVANNI SPINOLA, il bat les Français et U Borgu tombe.
Septembre: Gênes, par économie, réduit ses effectifs en Corse. CRISTOFORO de NEGRI est rappelé avec de nombreux soldats; Gênes ne laisse à Bastia que 600 hommes.
Octobre: GIORDANO ORSINI rentre en France, rappelé par le Roi HENRI II, pour régler les modalités de la paix prochaine en Corse. Il laisse à sa place, le gouverneur d'Aiacciu, CLAUDE de HARLAY.
23 Octobre: A Cateau-Cambrésis, lors d'une réunion des plénipotentiaires, les délégués français demandent, de la part d'HENRI II, comment la République de Gênes pourrait dédommager la France de son effort de guerre en Corse.
BERTRAND de MASSES, le gouverneur de San Fiurenzu, avec les galères du Florentin BACCIO MARTELLI, reprend les tours de Grisgione, d'Erbalunga, de Cassaiola, qu'il fait raser, de Santa Severa et d'Ampublia qu'il occupe. Seul, reste aux Génois, le fort d'Ischia Nova, sur une petite île de l'étang de Chjurlinu (ou de Biguglia), au sud de Bastia, commandé par ETTORE RAVASCHIERO.
3 Décembre: GIORDANO ORSINI écrit au Roi HENRI II, pour lui demander des privilèges pour les Corses. Il sera reçu en cour.
11 Décembre: Le fort d'Ischia Nova, dans l'étang de Biguglia, est attaqué par les 11 galères de FRANCOIS de GUISE, et 1000 hommes; CLAUDE de HARLAY, BERTRAND de MASSES, de BEAUJOURDAIN, JEAN de CROS, de retour de France, et FABIO COPERCHIO sont de la bataille.
15 Décembre: GIOVAN MICHELE PETRUSO (voir 1556), devenu procureur général du roi, se joint à l'action avec 750 hommes.
19 Décembre: ETTORE RAVASCHIERO et sa garnison se rendent aux Français.
La quasi-totalité de l'Ile est aux mains des Français, à l'exception de Calvi, Bastia et quelques fortins.
Décès de SEBASTIANU CECCALDI, père de MARC ANTONIU CECCALDI, issu de CECCALDU d'OMESSA (un Biancolacci). Il est à l'origine des Ceccaldi (ou Ciaccaldi) Colonna, d'Evisa et Calvi.
Réimpression, à Venise de Dichiarazione sopra la prima e seconda parte delle rime di Vittoria colonna, de RINALDO CORSO (voir 1542).



1559:

Février: Une trahison visant à livrer Bastia aux Français échoue; son instigateur, SILVESTRO ROMANO, un romain ami de GIORDANO ORSINI, est pendu sur ordre de GIORGIO DORIA.
Avril: GIORDANO ORSINI est de retour en Corse.
3 Avril: Signature du traité de Cateau-Cambrésis entre HENRI II, le Roi de France, et PHILIPPE II, le Roi d'Espagne. Il stipule que la Corse doit être cédée (ou rendue) à Gênes.
8 Avril: Une vingtaine de notables corses sont reçus à Aiacciu par GIORDANO ORSINI. Celui-ci essaie de les rassurer, et leur conseille l'envoi de deux ambassadeurs auprès du Roi de France HENRI II. GHJACUMU della CASABIANCA et MARCU di AMBIEGNA sont désignés pour aller demander au Roi de France de ne pas abandonner la Corse aux Génois.
Mai: Le Roi de France HENRI II reçoit les députés corses, et leur assure qu'ils n'ont rien à craindre des Génois.
4 Mai: La Corse est officiellement livrée à Gênes.
Juin: Le chroniqueur MARC ANTONIU CECCALDI dénonce l'abandon de la Corse à Gênes, par la France. Il arrête d'ailleurs ici sa Cronica de la Corsica.
24 Juillet: Le nouveau Roi de France FRANCOIS II écrit aux Corses, pour leur rappeler les termes de l'accord signé par son père HENRI II, stipulant que la restitution de la Corse doit se faire un mois après cette signature. L'envoyé spécial du Roi, MICHEL de SEURRE apporte cette lettre aux Corses.
Août: GIORDANO ORSINI est en Corse avec MICHEL de SEURRE.
26 Août: GIOVAN BATTISTA GRIMALDI et CRISTOFORO SAULI, embarquent de Gênes pour la Corse, avec le titre de commissaires.
31 Août: GIOVAN BATTISTA GRIMALDI et CRISTOFORO SAULI arrivent à Calvi avec quatre galères commandées par PAOLO di VIVALDI. Ils sont accompagnés de nombreux notables génois.
GIOVANNI MARUFFO devient le nouveau gouverneur de Calvi, il remplace MARCU de GENTILE.
3 Septembre: Les commissaires génois se rendent à San Fiurenzu, où les attendent l'ancien lieutenant royal GIORDANO ORSINI, le commandant de la place BERTRAND de MASSES, le procureur général du Roi GIOVAN MICHELE PETRUSO (voir 1558) et le juge ANTONIO MORELLI.
L'évacuation de la Corse par les Français commence.
4 Septembre: San Fiurenzu est officiellement cédée aux Génois.
5 Septembre: Algaiola est à son tour remise aux Génois.
9 Septembre: Aiacciu passe également aux Génois...
17 Septembre: CLAUDE de HARLAY remet Porti Vechju à la République de Gênes.
18 Septembre: JEAN de CROS et GIORDANO ORSINI rendent Bunifaziu.
27 Septembre: GIORDANO ORSINI rentre définitivement en France, via Marseille.
L'administration génoise s'installe, et l'Ufficio di San Giorgio reprend possession de l'Ile: le commandant MONBILIA, à Aiacciu, avec 200 soldats, le gouverneur GIOVANNI MARUFFO à Calvi, GIACOPO VASSARE à San Fiurenzu, TOMASO ODORICI GENTILE et CRISTOFORO de NEGRI à Bunifaziu, le capitaine BARELLA à Porti Vechju...
Les Turcs débarquent à Ogliastru et enlèvent 60 personnes.
7 Novembre: Les commissaires GIOVAN BATTISTA GRIMALDI et CRISTOFORO SAULI prennent possession d'Aiacciu, ancien siège du gouvernement français.
Décembre: Le capitaine français CASTELLI remet Corti à LEONARDU di CORTI.
15 Décembre: L'Ufficio di San Giorgio convoque une Vedutà à Bastia. Tous les représentants de la Corse y sont conviés. Les Génois confirment les anciens privilèges accordés aux Corses et en concèdent de nouveaux.
L'Ufficio di San Giorgio réclame aux Corses leurs armes, hormis les couteaux, épées et lances. En un mois il est collecté 600 arquebuses, et 150 autres sont brisées.
GIOVAN BATTISTA LUCCIARDO de FRANQUI est nommé surintendant du gouvernement civil de Bastia.
FRANCESCO SPINOLA est au gouvernement militaire.
Les nouveaux commissaires sont ANDREA IMPERIALE et PELLEGRO GIUSTINIANO REBUFFO (qui ont remplacé GIOVAN BATTISTA GRIMALDI et CRISTOFORO SAULI). Ils demandent à l'Ufficio di San Giorgio l'envoi en Corse d'un bourreau de métier et de ses aides.
Les Turcs débarquent à Figari; leur succès est fragile car le capitaine génois GIROLAMO ROCCATAGLIATA les repousse, et fait 22 prisonniers.
RAFFAELLU di BOZZI fait renouveler en sa faveur les privilèges accordés par les Génois à son père VINCENTELLU (voir 1497). GIULIO SUPERCHIO est évêque d'Accia. Il remplace AGOSTINO SALVAGO (voir 1553).
Naissance, à Curbara, de GHJACUMU SAVELLI, gouverneur de Famagouste (Chypre).
Dans le Diquà, la piève de Ghjuvelina, dans l'évêché d'Aleria ne dispose plus que d'un seul podestat à élire (contre trois auparavant). La piève de Mariana, dans l'évêché de Mariana, élit deux podestats, et, dans l'évêché d'Aleria, celle de Niolu n'en élit qu'un seul, et celle de Pinu, un seul également.



1560:

Janvier: Les nouveaux commissaires ANDREA IMPERIALE et PELLEGRO GIUSTINIANO REBUFFO décident une Vedutà, qui doit se tenir à Bastia.
L'Ufficio di San Giorgio tente de désarmer et d'interdire toutes armes aux Corses.
Les Génois décident la destruction de toutes les forteresses non garnies de leurs effectifs, pour la plupart édifiées sous le gouvernement français de GIORDANO ORSINI (San Fiurenzu, Ischia, Belgudé...).
11 Février: Tenue de la Vedutà en présence de ANDREA IMPERIALE et PELLEGRO GIUSTINIANO REBUFFO, et de six cents délégués corses. Il y est pris des décisions concernant l'administration, et surtout la fiscalité; on y élit également I Nobili Dodeci. Parmi les délégués corses, le chroniqueur MARC ANTONIU CECCALDI.
Le mécontentement corse, après cette Vedutà, est général.
AGHJLLIU di CAMPUCASSU appelle à la révolte.
TADDEU di U PETRICAGHJU, d'Alisgiani, pro-Français, est emprisonné, puis exilé.
GIULIO SUPERCHIO, l'évêque d'Accia, essaie de résider dans son évêché, mais aucune maison n'existant près de San Petru, il doit se résoudre à loger au couvent de Sant'Antoniu di A Casabianca.
PIETRO FRANCESCO PALLAVICINI est l'évêque d'Aleria (voir 1551).
2 Mars: Les commissaires ANDREA IMPERIALE et PELLEGRO GIUSTINIANO REBUFFO refusent d'exporter du blé corse afin de ne pas mécontenter les habitants dont il convient de tenir compte plutôt que de donner satisfaction à des tiers.
4 Mai: Les Turcs, avec 27 galères (ou 12 galiotes ?), et avec à leur tête le Corse MAMMI CORSO, de Pinu, dans le Capicorsu, (de son vrai nom FILIPPU di ARBIDDALI) ravagent Centuri, Ogliastru et Mursiglia.
Les Turcs pillent et détruisent la tour de Petriliu, à Mursiglia, défendue par ORLANDU di PORRATA di PUGHJOLA, et celle d'Ortinola à Centuri, défendue par ZACCAGNINU di ORTINOLA.
Les Turcs enlèvent FILIPPU di LOTA, neuf ans. Il deviendra un commerçant en Afrique, et parviendra à rentrer en Corse, libre et riche.
D'après les Génois, les habitants de Bunifaziu, Aiacciu, Calvi et de la plupart des places maritimes corses sont désarmés (voir Décembre 1559).
Juillet: Arrivée du nouveau gouverneur GASPARO CATTANEO DELL'OLIVA.
Le Gouverneur éprouve d'énormes difficultés pour encaisser les impôts dus à la guerre.
AGHJLLIU di CAMPUCASSU prend les armes contre Gênes. Il est arrêté et exilé.
GASPARO CATTANEO DELL'OLIVA propose aux Corses de déléguer auprès de l'Ufficio di San Giorgio, à Gênes, six députés, pour rendre compte de l'état déplorable de l'économie sur l'Ile. MARC ANTONIU CECCALDI fait partie de cette délégation.
Il existe à Bastia une congrégation féminine, les Clarisses.
A Gênes, mort de MARC ANTONIU CECCALDI, chroniqueur de la Corse, auteur de Cronica de la Corsica.
12 Septembre: Nouvelle attaque des Turcs de MAMMI CORSO; ils débarquent sur les plages de Mariana, près de La Punta d'Arcu. Ils tentent d'envahir U Borgu, Castellà, U Viscuvatu, A Venzulà... Les Corses de la Casinca se défendent sous les ordres du Génois ETTORE RAVASCHIERO; ils ne peuvent repousser les Turcs et perdent tout de même six des leurs.
NICOLO CICALA est nommé évêque de Mariana. Il succède à GIOVANNI BATTISTA CICALA (voir 1554).
20 Septembre: SAMPIERU CORSU est en ProvenceAix où il est nommé gouverneur, puis à Marseille), appelé par le Comte de Tende, CLAUDE de SAVOIE.
7 Novembre: Nouvelle attaque des Turcs à U Viscuvatu. Le prêtre JASONE LEONARDI s'illustre dans la défense du village; les Turcs sont cette fois ci repoussés et 20t d'entre eux sont tués.
GIACOMO GASTALDI, géographe à Venise exécute une carte de la Corse, la Carta dell'Isola di Corsica, gravée par FABIO LICINIO, dont une copie, anonyme, sera tirée la même année.
Le Sultan SOLIMAN II et le Roi de France CHARLES IX confirment le privilège accordé au Corse, naturalisé Français, THOMAS LENCHE d'établir une compagnie en Algérie, appelée le Bastion de France (voir 1553).
A Calvi, naissance présumée de ANTONIU (ou GHJULIU) GUIDI, annaliste, dit U Duttore di a Grande Memoria, auteur d'ouvrages sur l'histoire de la ville de Calvi.
Naissance de TADDEU FRANCESCHI, fils de PAULU et petit-fils de DUMENICU, de Centuri, futur général des galères de Malte.
A Canari, mise en place d'un crucifix en ivoire, de ANTONIO MISTO, dans l'église San Francescu.
Dans le Capicorsu, la communauté de Santu Petru di Luri, dans la seigneurie Da Mare, compte 21 lieux-dits habités.
Dans l'évêché d'Aleria, la piève de Castellu compte cinq capelle: Santu Ciriacu di Lucu di Nazza, San Lurenzu di Petrosu, Santa Maria di Ghisoni et Sant'Andria di Poghju di Nazza.



1561:

ANTON FRANCESCU di PINU est podestat de Bastia.
Janvier: Malgré le traité de Cateau-Cambrésis, SAMPIERU CORSU désire libérer la Corse des Génois; ses partisans, sur l'Ile, sont RAFFAELLU de GENTILE, de Brandu, GHJACUMU della CASABIANCA, LEONARDU di CORTI et MARCU di AMBIEGNA.
26 Février: L'Ufficio di San Giorgio répond défavorablement aux revendications des citoyens de Calvi, dont ceux qui protestent contre un moratoire de deux ans sur les dettes privées, ordonné par Gênes, qui les priverait de leur principale source de revenus.
18 Mars: Après avoir contacté, en vain, CATHERINE de MEDICIS, SAMPIERU CORSU écrit à COSME 1er de MEDICIS, duc de Toscane, et fils de JEAN de MEDICIS, dit Jean des Bandes Noires (voir 1524), par l'intermédiaire du piuvanellu de Calvi, GHJUVAN FRANCESCU CERNUCOLI, pour lui demander de l'aide. La réponse du Duc de Toscane est évasive et très prudente. Il ne veut se mettre à dos ni Gênes, ni l'Espagne.
29 Mars: Les députés corses envoyés à Gênes obtiennent de l'Ufficio di San Giorgio un plan de réduction notable des impôts.
21 Avril: Décret génois interdisant d'exporter hors de Corse chiens, chevaux ou juments du pays.
25 Avril: Le Roi de France CHARLES IX fait don à SAMPIERU CORSU, d'une maison à Marseille, en récompense des services rendus à la France.
1er Mai: SAMPIERU CORSU écrit à CATHERINE de MEDICIS au sujet de la Corse, pour lui demander son appui auprès du Roi. Cette dernière lui accorde 3000 écus.
Mai: Les Barbaresques, menés par le Calabrais OCCHIALI (en Turc, ALUCH ALI), un ami de SAMPIERU CORSU, renouvellent leurs incursions sur le littoral corse, notamment à Porti Vechju, dont OCCHIALI a fait son repère.
Juin: Nouvelles attaques, à Porti Vechju, des Barbaresques d'OCCHIALI. Les Turcs s'en prennent également à Portipolu et à Aiacciu, d'où ils sont chassés par NICOLO CATTANEO.
Les Turcs sont à nouveau à Porti Vechju, aux portes de la ville, ils sont repoussés par le Génois GIROLAMO ROCCATAGLIATA, de la garnison d'Aiacciu.
28 Juin: SAMPIERU CORSU écrit à CATHERINE de MEDICIS pour se plaindre du comportement des Génois en Corse. Il lui dévoile son intention de s'adresser aux Turcs (et au Dey d'Alger) pour les chasser de l'Ile.
Juillet: Les Turcs abordent le désert des Agriate, et attaquent les villages de Nuvella et Ostriconi..
A Aiacciu, mise en place du Libro Rosso, sorte de cahier de requêtes, adressé aux Génois.
NICOLAO GRIMALDI CIBBA est gouverneur de l'Ile après GASPARO CATTANEO DELL'OLIVA.
18 Août: Les magistrats de Gênes écrivent au gouverneur de la Corse pour le prévenir d'une tentative d'invasion de SAMPIERU CORSU dans l'Ile, et que tout suspect doit être mis sous surveillance.
7 Septembre: Trois galères de COSME 1er de MEDICIS sont attaquées par les Turcs de MAMMI CORSO. Les Florentins se réfugient à Sulinzara et abandonnent leurs galères aux pirates.
GIULIO SUPERCHIO l'évêque d'Accia se plaint de la pauvreté de son évêché et quitte celui-ci. Devant la vacance du poste, l'évêque de Mariana, NICOLO CICALA, demande et obtient le rattachement de l'évêché d'Accia à celui de Mariana. Il n'y a désormais plus que cinq évêchés en Corse: Aiacciu, Aleria, Mariana, Nebbiu et Sagone.
Décembre: PETRU di PED'ALBERTINU, pro-Français, fidèle ami de SAMPIERU CORSU est exilé à Savone par les Génois.
Ainsi commence la répression contre les amis de SAMPIERU CORSU: ORLANDU d'ORNANU, RAFFAELLU d'ORTOLI, GHJUVAN BATTISTA di CIAMANACCIA, ANTON GUGLIELMU di BOZZI, FERRANDU di LIVIA, FRATE et SALVADORE di U PETRICAGHJU, d'Alisgiani, LURENZONE di ARRENOSU, PETRU di A VENZULA, GHJULIU della REBBIA, PELLEGRINU di ORTALE, CRISTOFINU di ANTISANTI, POLIDORU di CORTI, ALFONSU di CERVIONI, le piévan de Carbini, le prêtre GHJUVANNI, mineur du tiers ordre et curateur des biens de SAMPIERU CORSU, et le prêtre PAULINU, de Pastureccia di Rustinu, sont arrêtés, exilés, condamnés ou exécutés.
RAFFAELLU di BOZZI est confirmé dans ses privilèges de noblesses par les Génois.
PAULU MARIA ABBATUCCI, capitaine dans l'armée française, est le fondateur de la famille Abbatucci de Zicavu. MARCANTONE BATTISTINI, capitaine dans l'armée française, est l'ancêtre de la famille Battistini, de Bastia.
Actes de reconnaissance de noblesse de la famille Filippi, de Quenza et Porti Vechju (famille issue de FILIPPU di QUENZA).
Décès du capitaine PETRU PAULU MONTI de Palasca, père de RISTERUCCIU MONTI, fondateur de la famille Monti Rossi, de Palasca.
La piève de Santu Chilicu, dans l'évêché du Nebbiu est divisée en quatre communautés: A Pieve, Rapale, Soriu et Muratu. Une cinquième, Asigliani, viendra se rajouter.
Dans le Diquà, la piève de Ghjuvelina, dans l'évêché d'Aleria, peut à nouveau élire trois podestats (voir 1559): un à Pratu, un à Upulasca et un à Castiglione. La piève de Mariana, dans l'évêché de Mariana, élit trois podestats: un à Lucciana, un à Vignale et un à U Borgu.



1562:

Les Génois chargent secrètement le gouverneur de faire éliminer SAMPIERU CORSU pour 4000 écus. Un tueur à gage est trouvé, le Padouan PIETRO BATTISTA FIESCO.
30 Avril: SAMPIERU CORSU reçoit de CATHERINE de MEDICIS, 2000 livres pour aller rencontrer le Grand Turc à Alger. Il est chargé par le Roi de France CHARLES IX d'une ambassade extraordinaire en Turquie.
25 Mai: A la demande de l'Ufficio di San Giorgio, le Sénat de Gênes (le Conseil des Quatre cents) décide (par 213 voix contre 155), de récupérer le gouvernement de la Corse.
13 Juin: Testament de SAMPIERU CORSU à un notaire marseillais, Maître CHAMPORCIN: il lègue tous ses biens à sa femme VANINA.
23 Juin: SAMPIERU CORSU reçoit 1000 livres supplémentaires pour son voyage.
28 Juin: SAMPIERU CORSU s'embarque pour Alger sur le navire qui reconduit l'ambassadeur du Dey, GIAFFAR AGA, venu en cour à Paris. Il laisse sa femme VANINA et son fils ANTON FRANCESCU à Marseille, sous la protection du prêtre percepteur toscan MICHELE ANGELO OMBRONE.
30 Juin: L'Ufficio di San Giorgio rétrocède officiellement l'administration directe de la Corse, à la République de Gênes. Celle ci crée le Magistrato di Corsica, sorte de ministère chargé de l'administration de l'Ile.
Les Nobili Dodeci ne sont plus nommés que pour le Diquà seulement, et on crée six représentants supplémentaires, les Nobili Sei, pour le Dilà.
Création des postes d'Orateurs, les Oratori, mandants des Nobili Dodeci et des Nobili Sei auprès du Magistrato di Corsica.
GIULIANO SAULI et FRANCESCO LOMELLINO sont envoyés sur l'Ile pour seconder, dans un premier temps, le gouverneur NICOLAO GRIMALDI CIBBA.
A Bastia, les Génois de la Haute Ville, dans un mémoire, citent l'insolence et le manque d'éducation des habitants de la Basse Ville.
4 Juillet: SAMPIERU CORSU est à Alger, avec ANTONIU et PARIGI di SAN FIURENZU, PETRU GHJUVANNI di CALVI et SIMONE AMBROSI. Il y est reçu par le Dey d'Alger.
CARLO GRIMALDI est nommé évêque de Sagone. Il succède à GERONIMO BUTTONOMI (voir 1552).
13 Août: GIULIANO SAULI et FRANCESCO LOMELLINO arrivent à Bastia.
18 Août: GIULIANO SAULI et FRANCESCO LOMELLINO reçoivent officiellement leurs pouvoirs.
30 Août: Tenue d'une Vedutà à Bastia, avec la plupart des représentants des pièves de toutes les juridictions.
31 Août: Les Nobili Dodeci sont reçus par GIULIANO SAULI et FRANCESCO LOMELLINO.
Les deux commissaires génois confirment les seigneurs d'Istria dans leur fief.
VANINA d'ORNANU vend tous les biens de SAMPIERU CORSU et se prépare à quitter Marseille pour Gênes, avec son plus jeune fils ANTON FRANCESCU et le prêtre OMBRONE. SAMPIERU CORSU, averti, demande à ses amis ANTONIU di SAN FIURENZU et THOMAS LENCHE de l'en empêcher, ce qu'ils réussissent à faire.
2 Septembre: GIULIANO SAULI et FRANCESCO LOMELLINO dénoncent à Gênes la mauvaise gestion de NICOLAO GRIMALDI CIBBA. Ils demandent une sévérité plus grande pour les délits, et des renforts en soldats. Les deux commissaires génois font la tournée de l'Ile, puis, rentrent à Gênes.
BARTOLOMEU di VIVARIU, résiste aux Génois. Le commissaire d'Aiacciu, GERONIMO GIUSTINIANI, le combat et le pousse à l'exil. Il embarque à Aleria et est alors fait prisonnier par des pirates turcs; SAMPIERU CORSU le fait libérer.
Le Génois GIOVAN PIETRO VIVALDI est nommé commissaire de Bunifaziu.
Le commissaire GIORGIO DORIA et l'architecte Lombard GIACOPO PALEAZZO da MORCO, dit El Fratino restaurent la forteresse de San Fiurenzu.
Gênes se préoccupe des fortifications d'Aiacciu.
30 Septembre: SAMPIERU CORSU quitte Alger pour Constantinople, en compagnie d'OCCHIALI, le pirate turc.
8 Novembre: SAMPIERU CORSU arrive à Constantinople, où il attend que le Grand Turc SOLIMAN II le Magnifique, le reçoive.
Le résident de France auprès de SOLIMAN II, ANTOINE de PETREMOL, chez qui SAMPIERU CORSU s'est installé, et de BOITAILLE, le chargé d'affaires de CATHERINE de MEDICIS à Venise, essaient, en vain, d'empêcher la rencontre entre SOLIMAN II et le Corse. Ce dernier est même victime d'un attentat (à l'arquebuse) fomenté par les Génois dans le jardin de l'ambassade de France.
29 Décembre: SAMPIERU CORSU est reçu par SOLIMAN II le Magnifique.
LUIGGI BELMOSTO est podestat de Bastia.
Confirmation, par Gênes, des privilèges de noblesses accordés aux di Bozzi.
Nouvel acte de reconnaissance de noblesse pour la famille Filippi, de Quenza.
ANTOINE CABASSOL de REAL, baron de Porti Vechju, est tué d'un coup d'arquebuse au siège de Rouen.
Décès de LISANDRU PIETRI, fondateur de la famille Pietri du Capicorsu.



1563:

MARIANU MORATI est podestat de Bastia.
Exécution des peintures de la Confrérie Sant'Antoniu à Calvi.
12 Janvier: Gênes édite de nombreux décrets concernant la Corse et les Corses. Un de ceux-ci autorise les bandits génois condamnés dans la métropole à venir dans l'Ile.
Les commissaires GIULIANO SAULI et FRANCESCO LOMELLINO reçoivent, à Bastia, GIORGIO DORIA, qui continue les travaux de renforcement de la défense de l'Ile, fortifie Aiacciu et les places maritimes, accompagné de l'ingénieur lombard GIACOPO PALEAZZO da MORCO, El Fratino.
Le lieutenant du Dilà est GERONIMO GIUSTINIANI, son secrétaire est ANTONIO GIUSTINIANI, et le responsable du château et des prisons est PIETRO SOGGIO.
Grande assemblée réunissant les populations de Brandu et de Ruglianu pour protester contre l'instauration d'une taxe imposée par les Génois sur le grain.
Gênes décrète une amnistie générale pour tous les Corses, sauf pour SAMPIERU CORSU, ANTONIU di SAN FIURENZU, AGHJLLIU di CAMPUCASSU, et d'autres résistants.
CRISTOFORO FORNARI est gouverneur, après NICOLAO GRIMALDI CIBBA.
15 Janvier: D'Antibes, où elle s'est réfugiée, VANINA d'ORNANU écrit aux sénateurs génois, accusant son mari, SAMPIERU CORSU, de la maintenir prisonnière.
L'évêché de Accia est officiellement rattaché à celui de Mariana (voir 1561), il n'y a désormais plus que cinq évêchés en Corse: Aiacciu, Aleria, Mariana, Nebbiu et Sagone.
NICOLAO PINELLO est nommé percepteur général des impôts pour le Diquà.
GIOVAN BATTISTA COSTA est nommé chef de la citadelle de Corti, en remplacement de NICOLAO CASELLA.
GREGORIO CENTURIONE est nommé lieutenant de Porti Vechju, à la place de GIULIANO TOPPORI.
Le nouveau gouverneur CRISTOFORO FORNARI rencontre, à U Viscuvatu, l'archidiacre ANTONE PETRU FILIPPINI (voir 1550).
Mars: Les envoyés de Bunifaziu, VITU de SERAFINI et MATTEU ANDROVANDI demandent à Gênes la confirmation des privilèges accordés aux Bonifaciens; ils obtiennent satisfaction.
VANINA d'ORNANU est emmenée à Marseille par ANTONIU di SAN FIURENZU; là, elle est assignée à résidence par ce dernier, à la demande de SAMPIERU CORSU, qui est toujours à Constantinople; le prêtre OMBRONE est, lui, emprisonné au fort Saint Jean.
28 Mars: Les Corses se plaignent des traitements que Gênes leur fait subir: Supplication des Orateurs Corses envoyée à Gênes.
Bunifaziu reçoit douze canons en renfort.
29 Mars: Nouvelle lettre de VANINA d'ORNANU à Gênes, dénonçant un complot de SAMPIERU CORSU contre l'autorité génoise.
20 Avril: SAMPIERU CORSU prend congé de SOLIMAN II le Magnifique, sans avoir obtenu l'aide souhaitée par le Roi de France.
San Fiurenzu reçoit quinze canons en renfort.
7 Mai: SAMPIERU CORSU, sur la galère de KARA BEY, quitte Constantinople pour Marseille.
Aiacciu reçoit des renforts d'infanterie.
20 Mai: L'attentat politique ayant échoué, Gênes intente un procès de lèse-majesté à SAMPIERU CORSU. La République met sous séquestre tous ses biens en Corse.
30 Juin: Un arrêt du parlement d'Aix en Provence, fait libérer VANINA d'ORNANU et le prêtre OMBRONE (qui rentre à Gênes), et condamner ANTONIU di SAN FIURENZU à une forte amende.
14 Juillet: SAMPIERU CORSU est de retour à Marseille.
10 Août: A Marseille, SAMPIERU CORSU tue sa femme VANINA en l'étranglant (ou la poignardant ?). Protégé de CATHERINE de MEDICIS, il ne sera pas poursuivi par la justice française.
Les Barbaresques, menés par le Calabrais OCCHIALI débarquent sur l'Ile et font 300 prisonniers.
Bonifaciens et Barbaresques s'affrontent dans la plaine de Figari. A la tête des Corses, le Bonifacien VITU de SERAFINI dont le fils BATTISTA est prisonnier des Turcs.
SAMPIERU CORSU cherche de l'aide afin de reprendre la Corse aux Génois. Il écrit à CATHERINE de MEDICIS, au Duc de Florence, au Duc de Parme, au Nonce Apostolique, à SOLIMAN II le Magnifique, au Roi de Navarre... Seule, CATHERINE de MEDICIS, lui apporte une aide financière, à savoir une vingtaine de milliers de livres, et une aide matérielle avec une galère royale et 200 arquebuses.
La tête de SAMPIERU CORSU est mise à prix (3000 lires) par Gênes.
Le Concile de Trente supprime définitivement l'évêché d'Accia (voir 1561). Il est réuni à celui de Mariana, dont l'évêque (NICOLO CICALA) porte désormais le titre d'évêque de Mariana Accia.



1564:

Le Nonce Apostolique SANTACROCE, au nom du pape PIE IV , rappelle à plusieurs souverains, les droits du Saint Siège sur la Corse.
Janvier: SAMPIERU CORSU envoie un navire français chargé de sel sur l'Ile. Quelques jours après son arrivée, le navire, son équipage, le chargement et toute la correspondance destinée à ses alliés, tombent entre les mains des Génois.
Mars: Assassinat du vicaire de l'évêque de Mariana NICOLO CICALA par LUCA ANTONIU COLLE, de Rustinu.
20 Mars: Mariage de BERNARDINU d'ISTRIA, fils d'ANTONE GUGLIELMU d'ISTRIA, avec ANGELICA, fille du lieutenant du Dilà, PROSPERO di PETRETO. Il est à l'origine de la famille Galloni d'Istria, d'Ulmetu.
12 Avril: Près de 500 pirates turcs débarquent à Sagone. Ils remontent jusqu'à Chidazzu et Marignana; les habitants des pièves des Duie Sevi (Vicu, Marignana, Arbori et Rennu) les repoussent et les capturent presque tous.
Mai: Nouveau débarquement des Turcs sur la plage du Liamone: huit galiotes commandées par BABBA, débarquent 150 pirates, guidés par un prisonnier et arrivent à Albresciani; les Corses les chassent à nouveau et presque tous sont tués.
Dans la piève d'Orezza, conflit entre une famille de A Campana, fidèle à SAMPIERU CORSU et une de Ped'Orezza, partisane des Génois.
9 Juin: SAMPIERU CORSU quitte Marseille pour la Corse; avec lui: ANTONIU di SAN FIURENZU, PETRU GHJUVANNI d'ORNANU, AGHJLLIU di CAMPUCASSU, BRUSCHINU d'OREZZA, BATTISTA di PETRA SANTA, LUDOVICU di CASTA, FILIPPU CORSU, BARTOLOMEU di VIVARIU, GASPARINU di BASTERGÀ...
12 au 14 Juin: A l'aide d'une assistance matérielle fournie par CATHERINE de MEDICIS, SAMPIERU CORSU débarque dans le golfe du Valincu avec une quinzaine de Corses et une soixantaine de mercenaires provençaux. Il se rend à Ulmetu, puis vers le fort d'Istria qu'il prend sans coup férir. De là, il va écrit à son ami THOMAS LENCHE, au Comte de PONTEVES CARCES, à la Comtesse SCIPIONE FIESCHI, à LANDOLFU et MATTEU di CORTI, à COSME de MEDICIS...
15 Juin: SAMPIERU CORSU demande leur appui à FREDERICU et ERCOLE d'ISTRIA. Il écrit aussi au Roi de France CHARLES IX, à CATHERINE de MEDICIS, au Roi d'Espagne PHILIPPE II, à l'Empereur Germanique FERDINAND 1er , au pape PIE IV, au Doge de Venise, au Duc de Florence (COSME de MEDICIS), au Duc de Parme (OTTAVIO FARNESE), et au Duc de Mantoue.
23 Juin: SAMPIERU CORSU s'adresse aux Corses du Diquà: LUCU di COASINA, ANTON FRANCESCU di A VENZULA, SIMONE di U POGHJU, et aux populations du Niolu. Il lance un Chjama a la Guerra. C'est le début de la Rivolta Corsa de SAMPIERU CORSU.
26 Juin: Après avoir fait le plein de vivres à Campulori, avec du bétail pris aux Génois d'Aiacciu, SAMPIERU CORSU quitte la place d'Istria, où il laisse GASPARINU di BASTERGA, et part vers Ciamanaccia, avec tous ceux qui le reconnaissent comme chef: FRANCESCU de GENTILE, de Brandu, les di Bozzi, GHJUVAN MATTEU di CHJATRA, FRANCESCU, >VINCIGUERRA, PAULU et PAULINU di LIVIA, FRANCESCU MARIA di LUGU, POLIDORU della PANCHERACCIA, FILIPPU et PAULU di QUENZA, NAPOLEONE di SANTA LUCIA, SCHIAFFONE di CAMPANA...
Les Génois s'organisent et lèvent des troupes (à Aiacciu, Calvi, Bunifaziu, San Fiurenzu), près de 3000 hommes en tout (avec des Allemands et des Italiens).
La tête de SAMPIERU CORSU est mise à prix: 4000 écus vivant, 2000 mort; 1000 écus pour celles d'AGHJLLIU di CAMPUCASSU et d'ANTONIU di SAN FIURENZU, 300 écus pour celle de BARTOLOMEU di VIVARIU.
Gênes envoie en Corse deux capitaines avec leurs compagnies: NICOLO de NEGRI et GIOVAN BATTISTA FIESCHI.
A Bastia, le gouverneur CRISTOFORO FORNARI convoque les chefs corses fidèles à Gênes: ANTON FRANCESCU COPPOLE, les de Gentile, d'Erbalunga(GHJORGIU, SANTU et ANGELU), MARCANTONE della BASTIA, SANSONETTU di BIGUGLIA, et BATTISTA d'OMESSA. Ils se regroupent à U Borgu sous le commandement de NICOLO de NEGRI.
Les Génois détruisent entièrement le couvent de San Francescu di Caccia, à Castifau (voir 1510).
1er Juillet: De NEGRI et ses hommes sont à Valle di Rustinu.
2 Juillet: Les Génois et leurs alliés corses sont à Corti.
3 Juillet: SAMPIERU CORSU et ses troupes sont à Venacu. L'affrontement avec les Génois n'a pas lieu. Les Corses passent Corti, arrivent à Orezza où ils reçoivent le renfort de PETRU di PED'ALBERTINU et de VALERIU della CASABIANCA. Ils poursuivent jusque A Venzulà, dont la tour est défendue par un fidèle de Gênes, NAPOLEONE di NONZA.
5 Juillet: SAMPIERU CORSU fait le siège de A Venzulà. Le village tombe, NAPOLEONE di NONZA est mis à mort, et les Corses font route sur U Viscuvatu, abandonné par le pro-Génois ASTOLFU de GENTILE, d'Erbalunga, où ils s'installent. SAMPIERU CORSU tente d'amener les habitants de U Viscuvatu à sa cause.
NICOLO de NEGRI est à Prunete. Avec lui, RAFFAELLO GIUSTINIANI est à Campora, PETRANDRIA di CASTA, à Paratella, entre Loretu di Casinca et U Viscuvatu, ETTORE RAVASCHIERO, à l'Inzecca.
Les premiers combats ont lieu: AGHJLLIU di CAMPUCASSU attend NICOLO de NEGRI, à l'affût dans un bois de châtaigniers, avec PETRU di PED'ALBERTINU en renfort; BRUSCHINU d'OREZZA est tué; SAMPIERU CORSU, est à U Viscuvatu, avec ERCOLE d'ISTRIA et BARTOLOMEU di VIVARIU. Les Génois y perdent 20 des leurs et rompent le combat.
6 Juillet: SAMPIERU CORSU quitte U Viscuvatu.
7 Juillet: Les Corses sont à Loretu di Casinca. A Petrera di Caccia ils reçoivent le renfort de 500 partisans. Les Génois sont à U Borgu où les rejoignent des renforts venus de Porti Vechju; ils se regroupent à Valle di Rustinu, puis autour de l'église de l'Annunziata, à environ un kilomètre de Caccia.
A Vulpaiola, NICOLO de NEGRI demande à MORAZZANI, le podestat du village de lui assurer vivres et logement pour ses troupes. Trop pauvres les villageois ne peuvent s'exécuter; de colère, de NEGRI gifle alors MORAZZANI...
8 Juillet: Les premiers combats sont favorables aux Corses; les Génois se replient.
9 et 10 Juillet: SAMPIERU CORSU poursuit les Génois jusqu'à Ponte à A'Leccia et leur inflige de lourdes pertes: 300 Génois sont massacrés: L'armée génoise est pratiquement anéantie, GIOVAN BATTISTA FIESCHI et PETRANDRIA di CASTA sont faits prisonniers, NICOLO de NEGRI est blessé, ETTORE RAVASCHIERO, ASTOLFU de GENTILE, d'Erbalunga, et MARCANTONE della BASTIA s'enfuient.
NICOLO de NEGRI, repassant par Vulpaiola, est tué par MORAZZANI, le podestat du village (voir plus haut).
14 Juillet: Les troupes corses sont à Vicu. Là, SAMPIERU CORSU s'adresse au peuple dans un discours contre les Génois.
A Rome, lors d'un Consistoire, le pape PIE IV parle de la situation en Corse et exprime sa crainte de voir les Turcs se mêler au conflit pour aider SAMPIERU CORSU.
15 Juillet: SAMPIERU CORSU décide de prendre Porti Vechju.
25 Juillet: Porti Vechju capitule, son commissaire génois, BARNABO FRIGALLO abandonne la ville, que SAMPIERU CORSU confie à FRANCESCU MARIA di LUGU: SAMPIERU CORSU maîtrise toute l'Ile, hormis le Capicorsu et les garnisons génoises.
26 Juillet: A Livia, SAMPIERU CORSU tient une Cunsultà, puis il rentre dans l'Istria.
28 Juillet: Le pape PIE IV rappelle son inquiétude sur la situation en Corse.
29 Juillet: Gênes envoie en Corse le général STEFANO DORIA, avec trois galères et trois mille hommes; ce dernier va appliquer la politique de la terre brûlée (123 villages détruits).
30 Juillet: Décès de BARTOLOMEU di VIVARIU, à Campu di l'Oru, près d'Aiacciu, dans un combat contre les Génois de RAFFAELLO GIUSTINIANI.
4 Août: STEFANO DORIA reprend U Viscuvatu, après Algaiola et Vulpaiola.
9 Août: Débarquement des Turcs, commandés par MORAT RAIS, sur la plage de l'Arinella, près de Bastia. Ils remontent jusqu'à Biguglia, emportent plus de 80 prisonniers et reprennent la mer.
13 Août: Les Turcs débarquent cette fois ci dans l'embouchure du Golu, et se dirigent vers Castellà di Casinca. A Penta di Casinca, un affrontement a lieu avec les hommes de SAMPIERU CORSU. Les Turcs sont battus; ils laissent 80 morts et 25 prisonniers; il y a 83 tués et 30 blessés chez les Corses.
15 Août: SAMPIERU CORSU est à Aiacciu, où un accrochage a lieu avec les Génois de RAFFAELLO GIUSTINIANI et ALESSANDRO SPINOLA. Il y est battu.
Dès qu'il apprend que l'armée de STEFANO DORIA est à U Viscuvatu, SAMPIERU CORSU s'installe, avec huit mille hommes, à Penta di Casinca.
26 Août: AGHJLLIU di CAMPUCASSU et ANTONIU di SAN FIURENZU, et 300 hommes, sont battus dans un combat prés de U Viscuvatu. Ils se replient à Penta di Casinca.
De La Porta d'Ampugnani, SAMPIERU CORSU écrit à COSME de MEDICIS et à son fils, que les Corses préféreraient être gouvernés par son Illustrissime Excellence plutôt que par tout autre prince de la chrétienté.
27 Août: Trois galères génoises, transportant des renforts et du ravitaillement, sont interceptées par les Turcs.
28 Août: Nouvel affrontement entre les Corses, emmenés par AGHJLLIU di CAMPUCASSU et PETRU GHJUVANNI d'ORNANU, et les Génois commandés par ANDREA CENTURIONE et RAFFAELLO GIUSTINIANI. Une mésentente entre les deux chefs corses entraîne la défaite des insulaires et la mort d'au moins 300 hommes (jusqu'à 700 ?).
1er Septembre: SAMPIERU CORSU et ses hommes quittent Penta di Casinca pour A Casabianca, d'où ils lancent des raids sur toute la région.
20 Septembre: A Olmu, un soldat génois, accusé de vol par les habitants, est tué par ceux-ci. Le village est brûlé par le contingent allemand de STEFANO DORIA.
29 Septembre: RAFFAELLO GIUSTINIANI et ses hommes tombent dans une embuscade, près d'Aiacciu. Il y a également des combats du côté de Valle d'Alisgiani.
7 Octobre: A San Fiurenzu, débarquement de 300 soldats espagnols, commandés par LORENZO FIGUEROA, envoyés par le Roi d'Espagne PHILIPPE II, pour aider Gênes.
8 Octobre: L'archidiacre de U Viscuvatu, ANTONE PETRU FILIPPINI, est emprisonné par le commandant ANDREA CENTURIONE et son chancelier COSIMO MORELLO.
9 Octobre: A Rome, lors d'un Consistoire, le pape PIE IV décrit SAMPIERU CORSU comme un larron et un perturbateur de la paix.
14 Octobre: ANTONE PETRU FILIPPINI est emmené en prison à Gênes.
17 Octobre: STEFANO DORIA et LORENZO FIGUEROA quittent U Viscuvatu pour Aleria.
19 Octobre: Les troupes génoises sont à Campulori. SAMPIERU CORSU est, lui, près de Cervioni.
STEFANO DORIA attaque Cervioni; les Corses sont obligés de se replier, laissant une vingtaine de morts, parmi lesquels NAPOLEONE di SANTA LUCIA et ANDRIA di QUERCITELLU, et énormément de blessés (plus de six cents), dont la plupart périront, faute d'assistance. Les Génois enregistrent de leur côté une soixantaine de tués.
21 Octobre: Cervioni est mise à sac par les Génois, qui se retirent ensuite à A Padulella, dans la plaine de la Casinca. SAMPIERU CORSU, qui les poursuit, est à A Venzulà.
29 Octobre: STEFANO DORIA et son armée rentrent à Bastia.
30 Octobre: Après avoir reçu de COSME de MEDICIS quelques munitions, SAMPIERU CORSU marche sur Corti et encercle la ville.
2 Novembre: La garnison de Corti, commandée par GIOVAN BATTISTA SPINOLA, se rend. SAMPIERU CORSU se dirige alors vers le fort d'Istria.
AGHJLLIU di CAMPUCASSU, ANTON PAULU di CASTELLARE et LUZIU della CASABIANCA abandonnent SAMPIERU CORSU pour rejoindre les Génois.
24 Novembre: Une expédition de 22 galères (19 espagnoles et 3 génoises) avec 2500 soldats espagnols, arrive à Bastia, commandée par GIOVANNI ANDREA DORIA.
GIOVANNI ANDREA DORIA, avec 1000 hommes (Allemands et Italiens), s'embarque pour Porti Vechju. D'Aiacciu, FRANCESCO GIUSTINIANI et ses cavaliers marchent vers le même but. LORENZO FIGUEROA est en Balagna, où il prend le fort de Belgudé.
26 Novembre: Porti Vechju capitule. FRANCESCO MARIA di LUGU, le commandant de la place, et tous ses officiers, sont fusillés. Le commandement de Porti Vechju est confié PAOLO EMILIO ANGILIERI. GIOVANNI ANDREA DORIA met le cap sur Bunifaziu.
Décembre: FRANCESCO GIUSTINIANI et ses hommes rentrent à Bastia. GIOVANNI ANDREA DORIA, ayant abordé à Ulmetu, fait route sur l'Istria. SAMPIERU CORSU est à Santa Maria Siché. Le combat a lieu, SAMPIERU CORSU est blessé, son beau-frère ORSANTONE di CIAMANACCIA est tué, le château d'Istria tombe aux mains des Génois. BARTOLOMEO CONTURBINO s'y installe avec 50 hommes.
GIOVANNI ANDREA DORIA envoie GIOVANNI BIANCO prendre Sarté. Une fois la ville prise, il y laisse GIACOPO CATTANEO di NOVE avec 50 soldats, puis, il s'embarque pour Gênes, laissant à STEFANO DORIA le soin de poursuivre la campagne contre SAMPIERU CORSU.
STEFANO DORIA, dans le Campumoru, s'embarque pour Aiacciu, puis marche sur Bastèrga. Après plusieurs affrontements avec les troupes corses, il rentre à Aiacciu.
15 Décembre: PIE IV exprime son espoir et sa joie de voir triompher les Génois en Corse.
21 Décembre: STEFANO DORIA arrive à Aiacciu. Il a perdu 400 hommes dans les combats.
22 Décembre: STEFANO DORIA s'embarque pour Calvi.
24 Décembre: STEFANO DORIA et ses hommes, fatigués, passent Natale à Calinzana.
DOMENICO BOERIO, capitaine au service de Gênes, se fixe à Bastia; il est le fondateur de la famille de Boerio, de Bastia.
Pierre tombale de ANTONE CARLU di CASALTA, dans l'église de Casalta.
Décès de ANTONE PAULU MALASPINA qui s'illustra pendant la guerre contre les Français, dans le camp des Génois.



1565:

1er Janvier: STEFANO DORIA est à Calvi.
9 Janvier: 150 exilés corses débarquent d'Italie près de la tour de San Pellegrinu, dans la plaine orientale, pour aider SAMPIERU CORSU; parmi eux, GHJACUMU della CASABIANCA, LEONARDU di CORTI, PETRANTONE di CASTA...
10 Janvier: STEFANO DORIA gagne San Fiurenzu par la mer.
12 Janvier: STEFANO DORIA est à Bastia.
SAMPIERU CORSU est à Fuzzà. Avec ERCOLE d'ISTRIA et PETRU GHJUVANNI d'ORNANU, il essaie de s'emparer de Sarté, mais les Génois le repoussent. Les Corses font alors le siège de la ville.
21 Janvier: LORENZO FIGUEROA et ses 500 Espagnols rentrent à Gênes.
SAMPIERU CORSU reprend son château d'Istria, enlève la tour de A Padulella, et menace Bastia.
10 Février: STEFANO DORIA quitte la citadelle de Bastia, avec sa troupe et 200 Sardes envoyés par PHILIPPE II, le Roi d'Espagne et de Sardaigne.
12 Février: A Poghju, en Tavagna, bataille entre Génois et un petit groupe corse.
16 Février: Après quelques combats, STEFANO DORIA rentre à Bastia.
20 Février: De la piève du Boziu, SAMPIERU CORSU écrit à tous les chefs corses qu'une Vedutà Generale se tiendra le 25 Mars, à Pedicorti.
25 Février: Le commandant génois de la place de Sarté, ANETO, se rend. Le siège est terminé. A l'exemple du comportement de GIOVANNI ANDREA DORIA après la reddition de Porti Vechju (voir 26 Novembre 1564), 40 soldats génois et leur commandant GIACOPO CATTANEO di NOVE sont massacrés, et Sarté est détruite.
9 Mars: Lettre de SAMPIERU CORSU à son fils ALFONSU, dans laquelle il raconte le massacre de Sarté.
25 Mars: Cunsultà Generale di Pedicorti: treize délégués sont nommés pour assister SAMPIERU CORSU; parmi eux: VICENTE della CASABIANCA, MARTINU di A VENZULA, GHJUVAN MARTINU di CACCIA et CESARINU di ORNETU. ANTON PADUVANU di U POGHJU di BRANDU, est envoyé à la cour du Roi de France CHARLES IX, pour dénoncer la conduite des Génois en Corse et demander de l'aide.
THOMAS LENCHE, le mandataire de SAMPIERU CORSU, est nommé deuxième consul de Marseille.
5 Avril: SAMPIERU CORSU est à Moriani.
6 Avril: SAMPIERU CORSU et ses officiers décident de dévaster et de brûler toute la Casinca. U Viscuvatu est donc saccagé par les Corses.
10 Avril: Sortie de Bastia de STEFANO DORIA, qui, par représailles, ravage les pièves de Tavagna et de Moriani, favorables à SAMPIERU CORSU.
14 Avril: SAMPIERU CORSU écrit au Génois AURELIO da CAMPOFREGOSO, ami de la France, pour lui dire que les Corses ont décidé de céder l'Ile à COSME de MEDICIS, le Duc de Florence, et que celui-ci va intervenir en Corse.
Des moines de Balagna, se rendant en Espagne, sont emprisonnés par les Génois.
LORENZO FIGUEROA, nommé par Gênes commissaire d'Aiacciu, débarque en Corse avec 2000 hommes.
27 Avril: Gênes adresse à STEFANO DORIA les instructions suivantes: Faisons tous les plus grands dommages possibles, et qu'on s'efforce d'extirper entièrement cette race perfide et maligne qui, de tous temps, à commencer par celui des Romains, a été perverse, injuste, et sans motif légitime, rebelle à ses maîtres. Que l'on rase toutes les maisons de leurs villages, que l'on tue les hommes, que l'on brûle, coupe et dévaste les cultures afin que, réduits à l'extrémité, ou bien ils meurent comme ils le méritent, ou bien ils s'en aillent, ou bien tuant les chefs rebelles, ils cèdent à nos armes.
1er Mai: Obéissant aux ordres, STEFANO DORIA se remet en campagne avec ses renforts espagnols. Les terres de Caccia, du Rustinu, du Fiumorbu et du Boziu sont ravagées.
10 Mai: SAMPIERU CORSU écrit une nouvelle fois à CATHERINE de MEDICIS, pour l'informer que si elle ne lui envoie pas de l'aide, il fera appel aux Turcs.
STEFANO DORIA rend compte de son action à Gênes, justifiant et vantant sa politique de dévastation.
8 Juin: LORENZO FIGUEROA et ses Espagnols quittent la Corse, rappelés par leur Roi PHILIPPE II. Resté seul, STEFANO DORIA rentre à Bastia; le calme revient sur l'Ile.
13 Juillet: STEFANO DORIA s'attaque aux récoltes de blé (à Petralba, Caccia, Ascu...). SAMPIERU CORSU réagit et, avec 200 hommes seulement, il attaque les Génois à Torre d'Omessa. Les Corses sont battus; STEFANO DORIA brûle Omessa et Soveria, et rentre à Bastia, en dévastant tout sur son passage.
27 Juillet: Les Génois sont à Bastia: ils ont détruit trente sept des villages les plus importants de l'Ile, plus une centaine de hameaux.
2 Août: Arrivée à Sagone de ANTON PADUVANU di U POGHJU di BRANDU, de retour de Paris, porteur de lettres du Roi de France CHARLES IX.
10 Août: STEFANO DORIA quitte Bastia avec 700 hommes, et rejoint RAFFAELLO GIUSTINIANI à San Fiurenzu.
15 Août: Sur la plage de l'Ostriconi, les Génois reçoivent deux canons arrivés de Calvi par mer.
17 Août: Au cours d'un consistoire, le pape PIE IV renouvelle son soutient aux Génois.
18 Août: STEFANO DORIA, par la vallée de l'Ostriconi, remonte sur Ponte à A'Leccia et Corti.
SAMPIERU CORSU attend les Génois à Stretta, au-dessous d'Omessa. Le combat a lieu, les Génois l'emportent, et font route sur Corti.
25 Août: Corti est encerclée par l'armée génoise.
26 Août: Les deux canons génois ouvrent une brèche dans les murailles de la forteresse, ce qui permet l'assaut des fantassins.
29 Août: Corti est prise. STEFANO DORIA fait raser le fort et s'apprête alors à retourner à Bastia. Après avoir évité un nouveau guet-apens de SAMPIERU CORSU à Stretta, les Génois arrivent à Ponte à A'Leccia.
4 Septembre: Les Génois repartent vers la plage d'Ostriconi, avec SAMPIERU CORSU toujours à leur poursuite. Malgré un accrochage à Ponte Rottu, STEFANO DORIA poursuit son chemin.
13 Septembre: Les Génois arrivent sur la plage d'Ostriconi. STEFANO DORIA renvoie ses deux canons à Calvi et rejoint San Fiurenzu.
15 Septembre: STEFANO DORIA est à San Fiurenzu, où il laisse trois compagnies.
17 Septembre: STEFANO DORIA rentre à Bastia. SAMPIERU CORSU abandonne la poursuite. Il renvoie ses 6000 volontaires. Il prend alors connaissance du contenu des réponses de CHARLES IX, qui sont négatives. Il décide de tenir une nouvelle Cunsultà Generale.
25 Septembre: Tenue de la Cunsultà: ANTON PADUVANU di U POGHJU di BRANDU, et LEONARDU di CORTI, sont une nouvelle fois désignés pour aller demander à la cour du Roi de France des armes et de l'argent.
En attendant le retour des envoyés corses, SAMPIERU CORSU demande aux I Nobili Dodeci de voter un impôt de 30 sous par feu. Malgré l'opposition du Saint Siège, les évêques de Corse seront également imposés.
Confirmation de ANTONIU di SAN FIURENZU dans ses fonctions de Maître de camp de SAMPIERU CORSU.
Octobre: Le commissaire CRISTOFORO FORNARI est rappelé à Gênes.
Gênes décide d'abandonner Porti Vechju et d'en détruire les remparts. Les habitants quittent la ville.
Gênes envoie en Corse BARTOLOMEO de SALVAGO, avec trois galères de vivres et d'armes, pour Aiacciu. Ces galères sont attaquées par le Turc RAIS ALY. Une seule réussit à rallier Aiacciu.
26 Novembre: Le nouveau commissaire ou gouverneur GIOVAN PIETRO VIVALDI arrive à Bastia.
1er Décembre: La France, sur l'intervention de CATHERINE de MEDICIS, attribue à SAMPIERU CORSU une subvention mensuelle de 5000 écus, pour toute la durée de la guerre de Corse.
4 Décembre: STEFANO DORIA, malade et fatigué, quitte la Corse: il s'embarque à San Fiurenzu. GIOVAN PIETRO VIVALDI le remplace. SAMPIERU CORSU semble rester maître de l'Ile, à l'exception de quelques rares places maritimes tenues par les Génois.
Les défections et les trahisons s'accélèrent dans le camp des Corses: AGHJLLIU di CAMPUCASSU passe définitivement du côté des Génois, avec 600 de ses hommes.
27 Décembre: ANTON PADUVANU di U POGHJU di BRANDU et LEONARDU di CORTI quittent Marseille pour la Corse.
GIOVAN BATTISTA CICALA est nommé évêque de Sagone. Il succède à CARLO GRIMALDI (voir 1562).
PETRU GIUDICELLI est podestat d'Olmi e'Cappella.



1566:

1er Janvier: Arrivée d'ANTON PADUVANU di U POGHJU di BRANDU et de LEONARDU di CORTI à Sagone; ils apportent l'argent (12000 écus) et les secours (hommes et matériel) attendus par les Corses; avec eux se trouve ALFONSU d'ORNANU, 18 ans, le fils aîné de SAMPIERU CORSU.
SAMPIERU CORSU est à Altiani, entre Corti et Aleria, où il tient une Cunsultà. Cinq capitaines d'infanterie sont nommés: LUZIU della CASABIANCA, PETRANTONE di CASTA, GHJUVAN MARTINU di CACCIA, GHJORGIUCULU di CACCIA et PAULU di A LECCIA, et trois de cavalerie: ANTONIU di SAN FIURENZU, LUDOVICU di CASTA et VALERIU della CASABIANCA. ALFONSU d'ORNANU est nommé colonel et capitaine général de la cavalerie; ERCOLE d'ISTRIA reçoit un renfort de 50 cavaliers.
20 Février: SAMPIERU CORSU est à Santu Petru di Tenda puis à Oletta, d'où il harcèle les Génois basés à San Fiurenzu.
GHJACUMU della CASABIANCA est fait prisonnier par les Génois. Il est libéré grâce à la reddition à ces derniers, de son fils LUZIU della CASABIANCA.
22 Février: La foudre frappe la tour de Calvi, faisant sauter le dépôt de munitions: 32 Génois sont tués.
26 Février: SAMPIERU CORSU passe dans le Dilà, avec LUDOVICU di CASTA, laissant le commandement du Diquà à ANTONIU di SAN FIURENZU.
13 Mars: LUZIU della CASABIANCA abandonne SAMPIERU CORSU pour sauver la vie de son père capturé par les Génois.
3 Avril: SAMPIERU CORSU et 400 Génois de la garnison d'Aiacciu se rencontrent, sans engager le combat.
ANTONIU di SAN FIURENZU est à U Borgu di Mariana, avec LEONARDU di CORTI, VALERIU della CASABIANCA, PAULU della ROCCA, VINCENTELLU di PASTURECCIA, PAULU di A LECCIA, VISPONE di TALLONE, PETRANTONE di CASTA et leurs troupes.
Le gouverneur GIOVAN PIETRO VIVALDI envoie 13 compagnies, commandées par le Corse PETRANDRIA di CASTA, à U Borgu di Mariana, pour en chasser les Corses.
30 Avril: Les Génois battent les Corses, qui se retirent à Bigornu. PAULU della ROCCA et VENTURINU de TERCHINU sont tués, ANTONIU di SAN FIURENZU et VALERIU della CASABIANCA blessés.
1er Mai: Les Corses de SAMPIERU CORSU passent le Golu et campent dans le Rustinu.
5 Mai: Trois compagnies corses, avec ANTONIU di SAN FIURENZU, VALERIU della CASABIANCA, VISPONE di TALLONE et VINCENTELLU di PASTURECCIA, tiennent U Viscuvatu.
Tentative d'empoisonnement contre ANTONIU di SAN FIURENZU, commanditée par le commissaire gouverneur GIOVAN PIETRO VIVALDI; elle échoue.
GEROLAMO LEONE, d'Ancona, est évêque de Sagone. Il succède à GIOVAN BATTISTA CICALA (voir 1565). Le siège de Mariana-Accia étant vacant, suite au départ de NICOLO CICALA, il se trouve titulaire des deux évêchés.
SAMPIERU CORSU est à Sagone où il aménage le port et fait construire des fortifications pour tenir toute la vallée du Liamone. Il s'installe ensuite à Vicu.
Juillet: ANTON PADUVANU di U POGHJU di BRANDU débarque à nouveau à Sagone, en provenance de Paris. Il est porteur de 7000 écus et confirme les 5000 écus mensuels que le Roi de France doit verser à SAMPIERU CORSU.
21 Juillet: A Bastèrga, SAMPIERU CORSU déjoue un complot fomenté par le Caporale GASPARINU di BASTERGA et le commandant des chevau-légers d'Aiacciu, RAFFAELLO GIUSTINIANI.
Août: A Casabianca, la Vindetta entre les della Casabianca (les Rossi) et les di CASTA (les Neri) reprend de plus belle, poussée par les Génois, faisant de nombreuses victimes (voir 1555). Le commissaire GIOVAN PIETRO VIVALDI et AGHJLLIU di CAMPUCASSU soutiennent le camp des Rossi.
SAMPIERU CORSU est à Santa Maria Siché, où il recrute quatre nouvelles compagnies. Il laisse l'une d'entre elles dans la piève d'Ornanu, sous le commandement de GHJACUMU di ZICAVU (un ancêtre de la famille Abbatucci), et deux autres, dans la piève de Sarté, commandées par PEDILEVE di OREZZA.
ERCOLE d'ISTRIA, l'un des plus grands seigneurs du Dilà, est prêt à trahir SAMPIERU CORSU, celui-ci ne lui ayant pas apporté son soutient au cours d'un conflit qui l'oppose à PIUVANELLU di CALVI.
Un ecclésiastique de Sarté, le prêtre GUGLIELMU, monte une machination avec les Génois, pour faire tuer SAMPIERU CORSU par ERCOLE d'ISTRIA, en promettant à celui-ci, le fief d'ALFONSU d'ORNANU. SAMPIERU CORSU déjoue le piège, et prend pour otages la femme et les enfants d'ERCOLE d'ISTRIA; de plus il envoie ce dernier en France, avec la nouvelle délégation corse qui comprend ANTON PADUVANU di U POGHJU di BRANDU, LEONARDU di CORTI, PARIGI di SAN FIURENZU, DUMENICU CATACCIOLI, de Bunifaziu, et ANTON FRANCESCU CIRUSCOLO, de Calvi. Cette délégation, patronnée par l'amiral de LA GARDE, doit se rendre à la Cour de France pour remercier le Roi de son aide.
1er Octobre: Pendant que ERCOLE d'ISTRIA s'apprête à partir pour Paris, à Gênes, GHJUCANTE, son mandataire, signe en son nom un acte public de dévouement et de loyalisme aux magistrats de la République de Gênes, en contrepartie du pardon total et de la restitution de tous ses biens.
ERCOLE d'ISTRIA, le plus puissant des seigneurs du Sud se ralliant aux Génois, c'est toute la région de l'Istria qui passe à l'obédience de la République de Gênes.
28 Octobre: Arrivée à Aiacciu du nouveau commissaire FRANCESCO FORNARI.
15 Novembre: La délégation de SAMPIERU CORSU, qui vient à peine de quitter Sagone, est attaquée par une galère génoise, ERCOLE d'ISTRIA ayant prévenu RAFFAELLO GIUSTINIANI de son départ. PARIGI di SAN FIURENZU et ANTON FRANCESCU CIRUSCOLO sont faits prisonniers, ANTON PADUVANU di U POGHJU di BRANDU et LEONARDU di CORTI s'enfuient en regagnant la côte, mais DUMENICU CATACCIOLI périt noyé. ERCOLE d'ISTRIA est laissé libre par ses alliés génois. PARIGI di SAN FIURENZU et ANTON FRANCESCU CIRUSCOLO sont incarcérés à Aiacciu. Ils sont torturés, jugés, condamnés à mort et exécutés par FRANCESCO FORNARI.
SAMPIERU CORSU, malgré la perte de ses amis, ordonne néanmoins un nouveau départ pour la France aux rescapés ANTON PADUVANU di U POGHJU di BRANDU et LEONARDU di CORTI.
Décembre: FRANCESCO FORNARI est à Bastia. A Gênes, complot contre SAMPIERU CORSU.
A Mariana (U Borgu, Lucciana ou Serra ?), naissance de IGNACE CARDINI, médecin, et auteur d'un traité sur la minéralogie et la flore de la Corse.
RINALDO CORSO est à Ancône, où il publie quelques ouvrages.



1567

GHJUVAN MARIA MORLAS est podestat de Bastia.
1er Janvier: SAMPIERU CORSU nomme deux généraux dans le Dilà: FREDERICU d'ISTRIA et ANTON GUGLIELMU di BOZZI.
De Vicu, SAMPIERU CORSU se met en route vers La Rocca, avec ses nouveaux généraux, son fils, ALFONSU ANDRIA de GENTILE, VITTOLU, son écuyer, et quelques soldats. Il compte soumettre les seigneurs rebelles de la région que sont GASPARINU di BASTERGA, ami de ERCOLE d'ISTRIA, GHJUVANANTONE della SERRA, TOMASU et GUERINU di CIAMANACCIA...
10 Janvier: GEROLAMO LEONE prend sa charge d'évêque de Sagone.
15 Janvier: SAMPIERU CORSU est à Cortichjatu.
16 Janvier: SAMPIERU CORSU est à Gigliu, entre Ocana et Eccica Suareddà, où il apprend la trahison d'un de ses parents, qu'il fait mettre à mort.
17 Janvier: Entre Cavru et Eccica Suareddà, SAMPIERU CORSU et ses compagnons, trahis par l'écuyer VITTOLU, tombent dans une embuscade tendue par les Génois et des Corses emmenés par trois cousins de sa femme VANINA, les frères MIGHELE ANGELU, lieutenant de RAFFAELLO GIUSTINIANI, GHJUVANANTONE et GHJUVAN FRANCESCU d'ORNANU, au service de Gênes. SAMPIERU CORSU succombe, son cadavre est littéralement dépecé et décapité. Sa tête est portée au gouverneur FRANCESCO FORNARI.
ALFONSU d'ORNANU se réfugie à Bastèrga; puis il gagne Ghisoni où il reçoit le ralliement du commandant de la place de Sarté, PEDILEVE di OREZZA.
Un ennemi de SAMPIERU CORSU, GIORDANU di SARRULA, attaque ses biens à Rennu. Un neveu de SAMPIERU, DELFINU di CIAMANACCIA, avec ANGHJELU SANTU di SAN FIURENZU et BATTISTA di PETRA SANTA, l'en empêchent.
A Vicu, à une Cunsultà, une poignée de fidèles proclame ALFONSU d'ORNANU général, et chef de l'insurrection.
26 Janvier: RAFFAELLO GIUSTINIANI, commandant de la garnison d'Aiacciu, avec ERCOLE d'ISTRIA, LEONE d'ORIA, PETRU GHJUVANNI d'ORNANU et ANTONIO FICARELLA, marchent sur Rennu pour s'en emparer.
De Vicu, ALFONSU d'ORNANU et ses hommes tentent d'empêcher les Génois d'atteindre Rennu; le combat a lieu près de l'église de Sant'Antoniu, faisant 7 tués chez les Corses, et 26 chez les Génois; RAFFAELLO GIUSTINIANI et DELFINU di CIAMANACCIA sont parmi les blessés.
2 Février: Cunsultà di Orezza réunie par ALFONSU d'ORNANU. 2000 (ou 8000 ?) Corses y participent, parmi lesquels LEONARDU di CORTI qui prononce l'éloge funèbre de SAMPIERU CORSU. ALFONSU d'ORNANU y est confirmé Generale dei Corsi ou Generale della Nazione. Il est y également décidé de nommer quatre députés aux affaires de la guerre, et comme ANTON PADUVANU di U POGHJU di BRANDU n'est pas encore rentré de France, on désigne VALERIU della CASABIANCA et BATTISTA di PETRA SANTA, pour aller demander de l'aide à COSME de MEDICIS. De plus, la Cunsultà élit les Nobili Dodeci.
Trois compagnies, commandées par FRATE et SALVADORE di U PETRICAGHJU et PASQUINU di MATRA, se rendent dans le Dilà pour tenter de reconquérir l'Istria etLa Rocca. Les Corses se heurtent à RAFFAELLO GIUSTINIANI, à Maca'Croci, où ils sont battus; les survivants se retirent en Cinarca.
22 Février: La foudre provoque l'explosion d'une poudrière à Calvi. Le château (voir 1268) est détruit ainsi que 35 maisons voisines. Il y a 132 victimes.
Mars: En France, apprenant la mort de SAMPIERU CORSU, ANTON PADUVANU di U POGHJU di BRANDU, rentre immédiatement sur l'Ile.
Avril: Le roi d'Espagne PHILIPPE II conseille fortement à COSIMO de MEDICIS de ne pas intervenir entre les Corses et les Génois, qui sont ses alliés.
21 Avril: ANTON PADUVANU di U POGHJU di BRANDU débarque à Sagone avec des munitions, 20000 écus et une centaine de Gascons. Avec lui également, deux envoyés de la cour du Roi.
25 Avril: ANTON PADUVANU di U POGHJU di BRANDU demande à ALFONSU d'ORNANU de recevoir les deux émissaires du Roi de France CHARLES IX. Celui-ci accepte et une Cunsultà est convoquée.
Les Gascons sont à Cortichjatu, sous le commandement de GHJUVANNI di COGHJA.
26 Avril: Cunsultà di Venacu: Les Corses sont partagés entre l'aide de CHARLES IX et celle de COSME de MEDICIS. C'est le Roi de France qui est choisi, et ANTON PADUVANU di U POGHJU di BRANDU repart une nouvelle fois chercher de l'aide en France.
Mai: ALFONSU d'ORNANU veut reconquérir l'Ornanu, l'Istria et La Rocca.
GHJUVANNI di COGHJA et ses Gascons sont battus par les Génois de la garnison d'Aiacciu.
Renonçant à ses projets, ALFONSU d'ORNANU quitte l'Ornanu. A Bucugnà, il laisse GHJUVANNI di COGHJA et PAULU di A LECCIA, et se dirige sur Corti, abandonnant la quasi-totalité du Dilà aux Génois (sauf la piève de Vicu).
12 Mai: GIROLAMO ROCCATAGLIATA, lieutenant des forces génoises d'Algaiola, se rend à Bastia avec ses hommes. Ils évitent une embuscade tendue en Balagna par GHJORGIUCULU di CACCIA et tombent par hasard, sur les Corses qui se sont repliés.
13 Mai: A Spiluncatu, les Génois défont GHJORGIUCULU di CACCIA et ses hommes. Ce dernier est fait prisonnier et décapité; sa tête est envoyée à Calvi.
Partis de Livourne sur une frégate, des Corses de Toscane débarquent sur l'Ile avec armes, argent et munitions, et se mettent à la disposition d'ALFONSU d'ORNANU.
5 Juin: ANTON PADUVANU di U POGHJU di BRANDU est à Paris, où il obtient pour ALFONSU d'ORNANU, la rente que la couronne de France versait à son père.
Réponse négative de COSME de MEDICIS à la demande d'aide des Corses.
1er Juillet: GIOVAN PIETRO VIVALDI, ancien gouverneur de l'Ile, regagne Gênes.
15 Juillet: Débarquement turc dans le Capicorsu, sans actes de piraterie.
RAFFAELLO GIUSTINIANI obtient le grade de colonel.
11 Août: Un jugement des Génois attribue aux trois frères d'ORNANU les neuf dixièmes de la prime offerte pour la mort de SAMPIERU CORSU, à savoir, 2000 ducats.
ALEXANDRE SAULI est nommé Supérieur Général des Barnabites de Milan.
Septembre: ANTON PADUVANU di U POGHJU di BRANDU est de retour en Corse. Il débarque à Sagone, avec 4000 écus seulement.
Gênes décide une action définitive contre les rebelles corses, et ordonne une expédition qui détruira Sagone, tête de pont et port des Nationalistes. La République demande leur appui aux Espagnols, qui acceptent de favoriser l'entreprise génoise sur Sagone.
Tentative de négociation du pape PIE V pour obtenir la paix en Corse. C'est l'évêque de Sagone, GEROLAMO LEONE, qui en est chargé, mais les Génois refusent de parlementer.
8 Septembre: Sept galères espagnoles quittent Barcelone pour la Corse.
10 Septembre: Trois navires génois, avec 350 fantassins commandés par RAFFAELLO GIUSTINIANI, font voile vers San Fiurenzu et Aiacciu.
20 Septembre: RAFFAELLO GIUSTINIANI est dans le golfe de Sagone; la garnison corse du fort se rend rapidement.
Octobre: Le fortin de Sagone est détruit et reconstruit plus solidement par les Espagnols et les Génois.
ALFONSO d'ORNANU, avec l'aide de 200 hommes, attaque Aiacciu, échoue, et rentre à Vicu.
Les Génois saccagent Isulacciu di Fiumorbu et la Casinca.
ALFONSO d'ORNANU se réfugie à Murzu.
14 Novembre: Le pape PIE V promet aux Corses qui se soumettraient à Gênes l'exonération des impôts dus à SAMPIERU CORSU au cours des années écoulées. Il exprime également au doge de Gênes sa satisfaction de la pacification de la Corse.
29 Novembre: Sentence de Gênes: les officiers de police eux-mêmes peuvent obtenir la faveur, en arrêtant ou tuant un bandit, d'en faire gracier un autre.
Décembre: Médiation proposée par CATHERINE de MEDICIS et refusée par les Génois.
Relance de l'intervention du pape PIE V en faveur de la paix en Corse.
A Casabianca, la Vindetta entre les della Casabianca (les Rossi) et les di CASTA (les Neri) dégénère et embrase la Casinca et l'Ampugnani; les Génois sont ravis de voir les Corses s'entre-tuer.
Edition d'une carte de la Corse par l'Italien LEANDRO ALBERTI ecclésiastique, historien et géographe à Bologne, dans sa Descrizione di Tutta l'Italia.
SEBASTIAN MUNSTER, géographe à Bâle, dessine une carte de la Corse, qui parait cette année là, dans l'édition de l'ouvrage Cosmographie.
A Gênes, décès de GIORGIO GIUBEGA, père de PASQUALINO GIUBEGA, fondateur de la famille des Giubega de Calvi.
Origine de la famille Da Ponte d'Aiacciu.
FRANCESCO BUONAPARTE (voir 1490) est le père de GABRIELE BUONAPARTE, lequel est à l'origine de la famille Buonaparte, d'Aiacciu (voir 1572).



1568:

Gênes refuse toute pacification négociée.
ANTONIO da VARESE est podestat de Bastia.
Février: LUZIU della CASABIANCA, chef du parti des Neri, et devenu allié des Génois par la force des choses (voir 1566), demande au parti des Rossi, soutenu par les Nationalistes d'ALFONSU d'ORNANU, de le réintégrer dans son rang.
7 Mars: Dans le Boziu, une Cunsultà valide le retour de LUZIU della CASABIANCA.
3 Avril: A Gênes, un conseil du Sénat définit un plan de paix, et les conditions de capitulation des insurgés corses et de leur chef ALFONSU d'ORNANU.
Mai: LUZIU della CASABIANCA, avec tous ses partisans, rejoint ALFONSU d'ORNANU et s'engage dans l'action contre les Génois.
7 Mai: Les Génois, accompagnés de PETRANTONE et RISTORCELLU di CASTA, de VINCENTELLU di PASTURECCIA, d'ANTON CRISTOFORU d'OMESSA, de GHJULIU della REBBIA, et de leurs hommes, attaquent LUZIU della CASABIANCA dans la piève d'Ampugnani. Battus, les Corses sont obligés de fuir.
Juin: ANTON PADUVANU di U POGHJU di BRANDU, MARCU di AMBIEGNA et ANTON FRANCESCU di SAN FIURENZU arrivent à la cour de France pour demander une nouvelle fois de l'aide.
5 Juin: En représailles, GHJACUMU della CASABIANCA, père de LUZIU, est décapité sur l'ordre du Sénat de Gênes.
Juillet: Arrivée en Corse du nouveau gouverneur GIORGIO DORIA en remplacement de FRANCESCO FORNARI.
LUZIU della CASABIANCA quitte ALFONSU d'ORNANU et rejoint les Génois.
21 Juillet: Les pièves de la Casinca et de l'Alisgiani doivent envoyer dans les six jours, quatre notables par piève, afin de prêter serment de soumission au nouveau gouverneur GIORGIO DORIA.
5 Août: GIORGIO DORIA réunit tous les alliés de Gênes, (dont LUZIU della CASABIANCA) et se met en campagne dans l'Alisgiani; il marche sur Pianellu où se trouve ALFONSU d'ORNANU.
21 Août: ANTONIU di SAN FIURENZU et RISTORCELLU di CASTA attaquent Omessaet y remportent un succès sans lendemain.
GIOVAN BATTISTA BERNARDI, de Lucques, est évêque d'Aiacciu.
Septembre: COSME de MEDICIS, par l'intermédiaire du Corse ANTON FRANCESCU CIRNI, donne à PIE V l'idée de relancer sa médiation auprès d'ALFONSU d'ORNANU.
L'évêque de Sagone, GEROLAMO LEONE, entame des négociations avec GIORGIO DORIA, aidé par un ecclésiastique de San Fiurenzu, ANTONIU.
Octobre: Les Génois occupent la tour de Sulinzara.
LEONARDU di CORTI est emprisonné par les Génois à Bastia. Son fils ANTONIU PADOVANU, dix huit ans, parvient à le libérer et prend sa place. Il sera pendu.
25 Novembre: GIORGIO DORIA prend officiellement ses fonctions de gouverneur de la Corse. Il enlève Corti et Santa Lucia di Mercuriu.
Hormis Ghisoni, tout le Diquà est soumis.
Une vingtaine de chefs corses résistent dans le Niolu, suivis chacun par une dizaine de paysans.
ALFONSU d'ORNANU se réfugie à Vicu, avec 500 partisans.
5 Décembre: L'ancien gouverneur FRANCESCO FORNARI quitte la Corse.
Soumission de 41 pièves ou communautés d'Alisgiani, Ampugnani, Antisanti, etc., lesquelles demandent aux Génois, la sécurité dans le pays, c'est à dire l'établissement de Paci entre les familles.
Décès de THOMAS LENCHE. Son neveu ANTOINE LENCHE prend sa succession à la tête du Bastion de France (voir 1552) et de la Compagnie du Corail (voir 1547).
Le délit de port d'armes coûte une amende de 25 écus ou deux années de galères.
Le vin se vend à Bastia 18 deniers la pinte (un litre et demi).
GIOVANNI FRANCESCO CAMOCIO, géographe et éditeur à Venise, dessine une carte de la Corse.
Construction des fonds baptismaux, en marbre blanc, par MARCO ANTONIO VICENTELLO, dans l'église San Ghjuvanni Battista de Calvi.
Les Génois élaborent un projet de construction de la tour d'Aleria.
MANFREDU de FRANCHI commande une compagnie corse qui sert le Roi de France.
A Bastia, décès de ALFONSU CASTELLI, un des fondateurs de la famille de Castelli.
Dans le Diquà, la piève de Ghjuvelina, dans l'évêché d'Aleria, peut élire désormais quatre podestats (voir 1561): un à Pedigrisgiu, un à Pratu, un à Upulascà et un à Castiglione.
La piève de Moriani, dans l'évêché de Mariana, est composée de cinq capelle: Santa Maria è Santu Brancaziu, San Niculaiu, Santa Lucia, Santa Riparata et San GHJUVANNI.



1569:

MARIANU MORATI est podestat de Bastia.
Les dernières pièves révoltées se soumettent: Ghisoni, le Niolu, Santa Lucia, Vicu, Corti...
Février: L'évêque de Sagone GEROLAMO LEONE et le prêtre ANTONIU établissent les bases d'un accord entre les Nationalistes d'ALFONSU d'ORNANU, et GIORGIO DORIA.
7 Février: ALFONSU d'ORNANU accepte la négociation; il est prêt à se rendre, avec trente sept de ses partisans les plus fidèles, sous certaines conditions.
Décès de GHJUVANNONE FABIANI, descendant de NICOLO FABIANI, fils cadet du comte romain CESARE FABIANI (voir 1427).
8 Février: Citation dans un acte génois de TIBERIU FABIANI, fils de GHJUVANNONE FABIANI, capitaine, à l'origine de la famille de Fabiani, de Balagna.
15 Février: Les propositions des Corses sont soumises au Sénat de Gênes, lequel les entérine avec quelques réserves, notamment, il impose l'exil à ALFONSU d'ORNANU et ses partisans dont ANGHJELU SANTU, ANTONIU et ANTON FRANCESCU di SAN FIURENZU, LEONARDU di CORTI, ANTON PADUVANU di U POGHJU di BRANDU, MARCU di AMBIEGNA, ANTON GUGLIELMU et PAULU di BOZZI...
16 Février: Le Roi de France CHARLES IX propose aux Génois d'envoyer sur l'Ile l'amiral PAULIN de LA GARDE pour faire déposer les armes aux derniers résistants nationalistes corses. Refus de Gênes, qui dépêche à Calvi deux brigantins pour embarquer ALFONSU d'ORNANU et ses partisans.
Le Sénat de Gênes refuse sa clémence aux irréductibles ANTON PADUVANU di U POGHJU di BRANDU, GASPARINU di BASTERGÀ, ANTON FRANCESCU di SAN FIURENZU, VINCENTELLU di PASTURECCIA et MARCU di AMBIEGNA. Leur bannissement est donc confirmé. La durée de bannissement, pour ALFONSU d'ORNANU et onze de ses partisans, est fixée à dix ans.
Les habitants de Siscu et de Petra Curbara demandent au gouverneur la construction de deux tours pour se protéger des incursions barbaresques.
24 Mars: Arrivée à Sagone de deux brigantins venus de France, avec, à bord de l'un d'eux, ANTON PADUVANU di U POGHJU di BRANDU, de retour de la cour de France.
30 Mars: ALFONSU d'ORNANU et ses plus fidèles amis arrivent à Calvi.
1er Avril: ALFONSU d'ORNANU et 300 insurgés s'embarquent à Calvi, à destination de la Provence, pour y former le premier noyau des nouvelles compagnies corses au service du Roi de France. Parmi ces insurgés, AMBRUGHJU AGOSTINI, qui se fixera à Marseille.
Les Génois récompensent l'évêque de Sagone GEROLAMO LEONE, pour services rendus.
24 Avril: PIE V écrit au Doge de Gênes pour lui demander de faire preuve de clémence pour le peuple corse.
30 Avril: GIORGIO DORIA tient une Vedutà à Bastia. Une amnistie générale y est décrétée, et les nouveaux Nobili Dodeci qui devront gouverner avec lui, y sont élus selon la coutume.
26 Mai: GIROLAMO ROCCATAGLIATA, capitaine génois, réprime une incursion turque à Figari. Les Turcs laissent de nombreux morts et une vingtaine de prisonniers.
16 Juin: Comme prévu dans les conditions de capitulation, les envoyés corses à Gênes arrivent devant le Sénat, présidé par le doge SIMONE SPINOLA, pour présenter leur soumission. Ils sont emmenés par FRANCESCU di SANT'ANTONINU.
30 Juin: Décret de Gênes concernant l'obligation de paiement de cautions par les parents de bandits. De plus, les Nobili Dodeci demandent que l'établissement des Paci entre particuliers, conformément aux coutumes chrétiennes, soit favorisé.
Juillet: Décret sur la vente du vin en Corse.
GIORGIO DORIA est nommé Général de toutes les armées du Règne de Corse et Gouverneur. Il décide de faire construire sa maison à A Casabianda, près d'Aleria.
Nouvelle flambée de violence entre Neri et Rossi.
1er Septembre: GIORGIO DORIA part en tournée, accompagné de LUZIU della CASABIANCA.
2 Septembre: GIORGIO DORIA est à U Viscuvatu. LUZIU della CASABIANCA, se rendant à A Casabianca, est assassiné par quatre Corses originaires de A Venzulà, à Castellà di Casinca.
Octobre: GIORGIO DORIA est à Calvi, où il traite divers problèmes concernant l'huile et le blé.
5 Novembre: TOMASINU MALASPINA est exempté de toutes charges et autorisé à porter les armes, par lettres patentes signées de GIORGIO DORIA.
Naissance, à Aiacciu, de POMPEU GIUSTINIANI, dit Bras de Fer, général dans l'armée vénitienne et auteur de L'Histoire des Guerres de Flandres.
L'hémine (treize décalitres environ) de blé se vend en Balagna six livres et huit sous.
GUGLIELMU di FUZZA, capitaine au service de Gênes, fonde la famille Durazzo Fozzani de Fuzzà.
Nouveau décret de Gênes concernant les bannis: Le meurtrier peut racheter son bannissement, et sur la somme versée par lui à l'Etat, les deux tiers seront remis à la victime, ou à ses parents, s'ils font la Pace.
A Aiacciu, l'architecte génois PASQUALE LAGOMAGGIORE construit la tour de Cantone Grossu.
Le Franciscain AGUSTINU di UPULASCA reconstruit le couvent San Francescu di Caccia, à Castifau (voir 1564).



1570:

Janvier: Décès de l'ancien évêque de Mariana-Accia NICOLO CICALA (voir 1566) et de l'évêque d'Aleria PIETRO FRANCESCO PALLAVICINI.
5 Janvier: GIORGIO DORIA décide de reconstruire le site romain d'Aleria.
10 Février: ALEXANDRE SAULI est nommé évêque d'Aleria.
29 Avril: ALEXANDRE SAULI, arrive à Bastia.
30 Mai: A Ruglianu, GHJACUMU de NEGRONI reçoit le vicaire général de l'évêque de Mariana.
Juin: GIOVAN ANTONIO BACIADONNE remplace GIORGIO DORIA en tant que gouverneur.
6 Juin: Décret du Sénat de Gênes sur l'élection des commissaires et lieutenants: ils seront désormais élus à la majorité des deux tiers des voix, et pour un an.
1er Août: GIORGIO DORIA quitte l'Ile, et rentre à Gênes comblé de gloire et d'honneurs.
Le gouverneur GIOVAN ANTONIO BACIADONNE est remplacé par BENEDETTO CANEVARO FIESCHI.
18 Septembre: Le gouverneur BENEDETTO CANEVARO FIESCHI tient sa première Vedutà.
La noblesse corse demande aux Génois la reconnaissance de ses droits et l'investiture de ses domaines.
Construction d'une partie de la pierre tombale, et des dalles funéraires de FILIPPU et FRANCESCU della LONGA dans l'église San Francescu, de Canari.
GIOVAN BATTISTA CENTURIONE est nommé évêque de Mariana-Accia. Il succède à GEROLAMO LEONE, l'évêque de Sagone, qui assurait la vacance de siège (voir 1566).
Ouverture d'un séminaire à Aleria par l'évêque ALEXANDRE SAULI.
A San Fiurenzu, le sac de blé coûte quatre livres et quinze sous.
GRIMALDU di SISCU propose de construire la tour de Testa di Sagru, à condition qu'on lui adjuge la récente gabelle d'un sou par barrique de vin négociée dans le Capicorsu.
Retour à Bastia de l'évêché de Mariana; il avait été fixé à U Viscuvatu (voir 1440).
Les patrons corses CIABANTONI, du Capicorsu, et ANTOMMARCHI de Bastia, aidés par le Génois GIROLAMO ROCCATAGLIATA, arraisonnent une galiote de corsaires, dont l'équipage est fait prisonnier.
GHJACUMU de NEGRONI, qui rentre d'exil, a perdu ses deux maisons de Bastia, détruites par les Génois, et est obligé de s'installer dans une maison beaucoup plus modeste.
Naissance, à Ochjatana, de BIAGINU di LECA, futur capitaine des gardes du Maréchal ALFONSU d'ORNANU, puis, colonel du Duc de Savoie, et connu également comme poète épique (Il D'Ornanu Marte). Il est le fondateur de la famille Colonna di Leca, d'Ochjatana.
A Calvi, OTTAVIU QUESTA est qualifié noble par un acte des Génois. Il est à l'origine de la famille Questa de Calvi.
GHJUVANNI MARTINU SAVELLI est vicaire général de Sagone. Il est poète, et lauréat couronné au capitole à Rome, auteur de La Vie de Saint Gavin Savelli, dédié aux princes de ce nom.
A Corti, construction du bâtiment qui deviendra plus tard, le Palazzu Nazionale.
Sarté est le siège de juridiction pour La Rocca.
Décès de MORELLO MORELLI, fondateur de la famille Morelli, de Bastia.



1571:

Trois juristes génois, GIOVAN BATTISTA FIESCHI, DOMENICO DORIA et FRANCESCO FORNARI, et deux corses, les Oratori FRANCESCU di SANT'ANTONINU et GHJUVANANTONE della SERRA, sont chargés de mettre au point les nouveaux statuts de la Corse (I Statuti Civili e Criminali), qui comprennent cinquante sept chapitres de droit civil et quatre vingt de droit criminel.
7 Mars: Ouverture du Libro Rosso, avec un premier arrêté concernant la vente du sel d'Aleria. Ce Libro Rosso sera la compilation de tous les décrets, lois ou criées édités par les Génois en Corse.
Décret du Sénat de Gênes, reconnaissant la noblesse de la famille di Leca de Vicu.
10 Mars: Arrivée en Corse de GIOVAN BATTISTA CENTURIONE, nouvel évêque de Mariana. Il installe sa résidence à Bastia, ce qui entraînera de nombreux différents entre le gouverneur BENEDETTO CANEVARO FIESCHI et l'évêque. Ce dernier commence la construction du chœur de l'église de Santa Maria de Terra Nova.
Avril ALEXANDRE SAULI, l'évêque d'Aleria, produit une constitution synodale dont le chapitre VII s'intitule sans ambiguïté, mais curieusement: Du non-port des armes.
7 Octobre: Le Corse GHJACUMU de NEGRONI, de Ruglianu, seigneur de San Columbanu, se conduit en héros à la bataille de Lépante, au débouché du golfe de Corinthe, en Grèce, aux côtés des Génois, avec les Vénitiens et les armées pontificales, contre les Turcs. Il est à la tête de quatre felouques corses (la Capitana, la Padrona, la Bastarda et la Quarta) qui sont chargées d'ouvrir la voie aux Vénitiens au travers de la droite de la flotte turque. (Cette version est contestée par certains historiens qui parlent d'une confusion avec un NEGRONI de Gênes).
12 Novembre: Publication par les Génois des Statuti Civili e Criminali de la Corse. Le gouverneur, résidant à Bastia, et ses deux vicaires, un pour le civil, l'autre pour le criminel, seront élus pour 18 mois. Trois commissaires établis à Aiacciu, Calvi et Bunifaziu, et cinq lieutenants dont le siège est à Ruglianu, Algaiola, Corti, Aleria et Vicu, le représentent dans les provinces. Le Conseil des Nobili Dodeci devient celui des Nobili Diciottu (six représentants de plus pour le Dilà y sont admis).
7 Décembre: Promulgation par les Génois d'un décret par lequel les Statuts de 1358, revus et corrigés, entreront en vigueur le 1er Février 1572.
15 Décembre: GHJUSEPPE di CASALTA est cité dans un acte, avec le grade de Capitaine. Il est un des fondateurs de la famille de Casalta, de La Porta.
Le gouverneur BENEDETTO CANEVARO FIESCHI est rappelé à Gênes.
ALFONSU d'ORNANU obtient du Roi de France CHARLES IX, le droit de nationalisation, et la licence de rester dans le royaume avec 300 de ses fidèles. En règle générale CHARLES IX accorde la nationalité française à tous les Corses qui se trouvent en France.
Les Génois confirment les exemptions de taille aux seigneurs et Caporali.
CARLU CORSI, vivant à Talasani, est l'ancêtre de la famille de Corsi, de Talasani.
Décès de GUGLIELMO IMPORIATI, ancêtre de la famille Imporiati, de Bastèrga (sa tombe est dans l'église de Saint Chrysogone, à Rome).
Cervioni, résidence de l'évêque d'Aleria ALEXANDRE SAULI, ne compte que 400 habitants.



1572:

10 Janvier: GIOVANNI USO di MARE est le nouveau gouverneur de la Corse.
1er Février: Les nouveaux Statuts de la Corse entrent en vigueur.
L'évêque d'Aleria ALEXANDRE SAULI construit un séminaire et une petite cathédrale à Algaiola. Il y fonde également une confrérie du Saint Sacrement.
LORENZO MAGIOCCO est podestat de Bastia, il remplace ANTONIO da VARESE.
16 Mai: Deux galiotes turques abordent les plages des Agriate et ravagent l'Ostriconi; les habitants de Palasca les mettent en fuite, et font 18 prisonniers turcs.
26 Mai: Nouvelle attaque turque et nouvelle défaite.
Juin, Juillet, Août: Incursions des Barbaresques à Aleria, Bunifaziu, Porti Vechju, San Fiurenzu, Calvi...
3 Juillet: Les Oratori di Corsica demandent que certains crimes de Vindetta ne puissent jamais être graciés.
Novembre: Décès de FILIPPU ARRIGHETTI, l'évêque du Nebbiu (voir 1558).
Décembre: Décret de GIOVANNI USO di MARE concernant le prix du sel.
1er Décembre: Les di Bozzi sont confirmés dans leur seigneurie, par acte des Génois.
Un géographe toscan, TOMASO PORCACCHI publie à Venise, son recueil Isole le piu famose del Mundo, dans lequel figure une carte de la Corse.
Le patron de marine ALESSIU di BRANDU reçoit de Gênes l'autorisation d'aller combattre les Turcs, avec deux brigantins.
Le premier des Buonaparte né en Corse, GERONIMO BUONAPARTE, fils du Génois GABRIELE BUONAPARTE, est membre du Conseil des Anziani de la ville d'Aiacciu. Au nom de celui ci, il demande à Gênes la construction d'un hôpital.
L'évêque de Sagone GEROLAMO LEONE est autorisé par le pape GREGOIRE XIII, à s'installer provisoirement à l'église Nostra Signora di Vicu, la cathédrale de Sagone, et la ville elle-même, étant devenues inhabitables.
Il y a de nombreux tombeaux, qui appartiennent à des familles corses dans plusieurs églises de Rome, telles que Saint François ad Ripam (tombeaux d'Ornanu et Francisco), Sainte Marie del Pianto (tombeau Simonetti), Saint Charles des Funari, Sainte Sabine, les Saints Apôtres, Saint Benoît (tombeau Olivieri), Saint Celsus, Saint Barthelemy dans l'Ile, Saint Jean de Latran (tombeau Juliani), Saint Louis des Français, Sainte Marie dell'Orto...



1573:

PIETRO GIOVANNI CASELLA est podestat de Bastia.
Les nouveaux statuts de la Corse ne sont pas appréciés partout, notamment dans le Dilà.
ANTON FRANCESCU CIRNI est Oratore di Corsica.
GIOVAN ANTONIO PALLAVICINI est le nouveau gouverneur de la Corse.
27 Janvier: Décret génois sur les élections des membres de l'organisation judiciaire.
Gênes confirme son investiture aux seigneurs di Bozzi, d'Ornanu et d'Istria.
Avril: Un régiment de mercenaires corses est levé pour le compte de Gênes: RAFFAELLO GIUSTINIANI réunit dans la plaine de San Fiurenzu huit compagnies, soit 829 hommes, toutes sous le commandement d'officiers corses.
Mai: ADRIANO VIVIENZO (ou VINCENZI) est le nouvel évêque du Nebbiu.
12 Août: Imposition de taxes sur la valeur du fer et de l'acier.
3 Octobre: TOMASINU MALASPINA reçoit une patente pour porter les armes de Bastia, signée du Chancelier GIOVANNI BATTISTA PROCURANTE.
Novembre: Décès de ADRIANO VIVIENZO, l'évêque du Nebbiu. Il est remplacé par GUGLIELMO RODOVANO (ou RODANO).
8 Décembre: Le Sénat de Gênes accepte la révision des Statuts de la Corse, demandée par les notables corses, en la personne de ANTON PADUVANU di TERRA VECHJA; il désigne pour cela le gouverneur GIOVAN ANTONIO PALLAVICINI, son vicaire GIOVAN BATTISTA de GENTILI et MARSILIO FIESCHI. L'Assemblée des Nobili Dodeci est rétablie.
ANTON FRANCESCU CIRNI, chargé de mission par Gênes pour étudier un plan de mise en valeur de la Corse, considère comme une condition préalable de porter à une centaine le nombre des tours sur l'Ile.
La Compagnie de Jésus (les Jésuites) ouvre une première maison de missionnaires à Bastia.
ABRAHAM ORTELIUS, géographe et éditeur né à Anvers, publie un atlas dans lequel figure une carte de la Corse où sont portées les quatre divisions de l'Ile: Di Qua Da I Monti, Di La Da I Monti, Banda Di Dentro et Banda Di Fuori.
L'évêque d'Aleria ALEXANDRE SAULI refuse l'évêché de Tortona, en Italie.
Le Corse GHJUVAN ANDRIA della CROCE, d'Ampugnani (voir 1520), publie à Venise, des Chirurgiae Libri Septem.
Edition un recueil pour recenser et définir les besoins de l'Ile en tours (Distinzione delli Torri).
Dans la piève d'Ornanu, les biens du village abandonné de Coti (voir 1530) sont partagés entre les anciens habitants.
Les premières armes symbolisant la Corse (avec la Tête de Maure) sont publiées par GIACOMO MAINOLDI GALERATI dans un ouvrage inventoriant les titres et les possessions, du fils de CHARLES QUINT, PHILIPPE II, De Titulis Philippi Austrii, édité à Bologne.



1574:

CRISTOFORU de NEGRI est podestat de Bastia.
A Bastia, GIOVAN ATON PALLAVICINI fait construire la fontaine publique de Terra Vechja.
22 Avril: L'évêque de Sagone, GEROLAMO LEONE, tient un synode à Montemaio. Il édicte des peines contre ceux qui ont l'habitude de pleurer les morts, en se livrant à des manifestations diverses, estimant que celles ci révèlent de l'Usanza Moresca. Il interdit également le port d'armes aux prêtres.
6 Mai: Le nouvel évêque du Nebbiu GUGLIELMO RODOVANO, un Ligure, arrive à Bastia.
4 Juillet: Décès de l'évêque du Nebbiu GUGLIELMO RODOVANO. Il est remplacé par CESARE CONTARDI.
19 Août: Renouvellement de la sentence de Gênes concernant la grâce de bandits par les officiers de police (voir 29 Novembre 1567).
Novembre: AGOSTINO DORIA remplace GIOVAN ANTON PALLAVICINI comme gouverneur.
8 Novembre: Un architecte de Turin, BASTIANO POZELLO est chargé de la construction des fortifications de Bastia, il commence par le fort San Ghjuvanni.
Le fief d'ALPHONSE d'ORNANO lui est restitué par les Génois.
Parution d'une carte géographique de la Corse par GIOVANNI FRANCESCO CAMOCIO.
Les habitants de Munticellu entourent leur village de murailles, et demandent à Gênes 4000 livres pour construire une tour.
ALPHONSE d'ORNANO reçoit du Sénat de Gênes, l'autorisation de lever un millier d'hommes dans l'Ile. Il met ce régiment au service de la France.
BERNARDINU di BOZZI décide de rejoindre ALPHONSE d'ORNANO en France, pour se mettre au service du Roi. Sa seigneurie lui est alors confisquée par les Génois.
Conflit entre les habitants de Canari et PIER BATTISTA SANTELLI CENCI, porté devant Gênes.
A Ruglianu, dans la tour Barbara da Mare, le lieutenant civil et criminel de la seigneurie de San Columbanu, PIETRO PROCURANTE est poignardé par AGOSTINU d'ORTINOLA, de Centuri, pour avoir voulu imposer que ses sentences soient sans appel.
Confirmation de l'investiture des d'Ornanu, par Gênes.
Dans l'évêché d'Aleria, la piève de Vallerustie est composée des capelle suivantes: San Stefanu d'Aïti ( Aïti et Lanu), San Lurenzu ( Casanova et Tribiu), Santu Petru di I Noci, Santa Lucia di I Forci, Santu Chilicu, Loriani et Santa Margarita di Cambia.
Les habitants d'Alata décident d'abandonner le village devant une terrible incursion des Barbaresques. Ils se réfugient sur les sommets de la montagne voisine de La Serra.



1575:

GHJUVAN MARIA MORLAS est podestat de Bastia.
Janvier: Le gouverneur AGOSTINO DORIA arrive à Bastia.
18 Janvier: A Spiluncatu, ANTONIU ARRIGHI, fils de FRANCESCU, de Vicu, reçoit des lettres d'attestation de noblesse d'AGOSTINO DORIA. Il est à l'origine de la famille Arrighi, de Balagna.
25 Janvier: Gênes remet à la ville d'Aiacciu ses armoiries, et sa devise (Sic Adjacenses in Republicam Genuensem), demandées par les membres du conseil de la ville, CHILICU di CALVARI et DUMENICU da PONTE.
Les Nobili Dodeci demandent que trois représentants corses, (deux auprès du gouverneur à Bastia, et un auprès de Gênes) soient chargés de suivre les affaires concernant la Corse. Le premier de ces Prucuratori est ANTON FRANCESCU di PINU. De plus les Nobili Dodeci obtiennent le contrôle de la gestion des fonctionnaires génois arrivés en fin de charge.
Mars: Gênes décide de multiplier la construction des tours, si efficaces pour la protection du littoral. Six nouvelles tours sont construites: près de Ghisunaccia, à La Porraghja, à l'embouchure du Fiumorbu, à l'étang de Palu, à l'étang d' Urbinu et à La Chjappa, qui viennent s'ajouter à celles de Foce d'Aleria, San Petru di Campulori, Fium'Alisgiani, Punta d'Arcu, Petra di Bugnu, Miomu, Lavasina, Erbalunga, Testa di Sacru, Casaiola, Santa Severa, Santa Maria della Capella, Santa Catalina, Meria, Occagnanu, Finuchjarriola, Cala d'Agnellu, Ferringule, Mortella, Ostriconi...
Gênes fait de Bastia la capitale de la Corse. Un architecte de Turin, BASTIANO POZELLO est chargé de la construction des fortifications (voir 1574).
7 Avril: Renouvellement de la sentence concernant la grâce des bandits par la police (voir 29 Novembre 1567).
11 Avril: A Belgudé, naissance de ANTON POLU MALASPINA, futur Vicaire Général de l'évêché de Mariana et Accia.
18 Juin: L'évêque de Mariana, GIOVAN BATTISTA CENTURIONE, officie pontificalement en l'église Santa Maria di Terra Nova.
8 Novembre: Pose de la première pierre de la reconstruction des nouvelles fortifications de Bastia.
Ouverture d'un séminaire à Bastia (ou à Mariana ?).
Trente quatre pour cent des recettes en Corse, proviennent des droits sur la circulation et la vente des marchandises.
Naissance de J.A. VITALI, religieux Observantin, auteur de Cronica Sacra.
Carte de la Cosmographie Universelle de SEBASTIAN MUNSTER, où l'on trouve la carte de la Corse de FRANCOIS de BELLEFOREST , polygraphe et historien français, avec une description et une image naïve des habitants.
La chapelle souterraine, U Tombulu, près de Siscu, est confiée aux Servites, qui y bâtissent leur couvent. Cette chapelle renferme les reliques déposées au treizième siècle, dans l'oratoire de l'église de Santa Catalina, par l'équipage d'un bateau miraculeusement sauvé de la tempête au large de Siscu.



1576:

ANTONIO da VARESE est à nouveau podestat de Bastia (voir 1568).
En dépit de la menace permanente des pillards barbaresques, une longue période de paix semble s'instaurer dans l'Ile, sous l'égide des Génois.
Devant la peste et la famine, les habitants du littoral s'enfuient vers les montagnes.
Avril: A Calvi, conflit entre STEFANO VIVALDI, commissaire, et CAMILLO, commandant de la place: le commissaire voulait réduire les privilèges des habitants; il doit y renoncer.
L'évêque d'Aleria ALEXANDRE SAULI s'installe à Corti.
5 Août: ANDREA CENTURIONE remplace AGOSTINO DORIA comme gouverneur.
30 Août: Le nouveau gouverneur tient une Vedutà au couvent de San Francescu à Bastia.
14 Décembre: Décès d'ANTON FRANCESCU d'ORNANU, fils cadet de SAMPIERU CORSU. Il est assassiné dans un guet-apens à Rome, alors qu'il accompagnait l'ambassadeur du Roi de France HENRI III.
Fin du mandat d'ANTON FRANCESCU CIRNI comme Oratore de la Corse.
FRANCESCU BUONAPARTE, fils de GERONIMU BUONAPARTE, est Anzianu de la ville d'Aiacciu.
L'évêché de Sagone est provisoirement transféré à Calvi. L'église San Ghjuvanni Battista de Calvi est érigée en cathédrale.
A Cambia, construction de l'église San Quilicu.
Dans l'évêché de Mariana, la piève d' Ortu est composée des capelle de Santu Terramu di Furiani et Sant'Andria di Biguglia.



1577:

MARCO ANTONIO MASSIANI est podestat de Bastia.
Construction de la tour de Petranera.
Fin de la construction de la tour de Lumiu.
29 Juillet: Le gouverneur ANDREA CENTURIONE est remplacé par TOMASO CARBONE.
Le nouveau gouverneur interdit à tous, sauf aux militaires, le port et la détention d'armes.
15 Septembre: Le nouvel évêque du Nebbiu, le sicilien MARC ANTONIO MONTEFIORE arrive à Bastia pour remplacer CESARE CONTARDI.
20 Octobre: Le gouverneur TOMASO CARBONE tient sa Vedutà au couvent de San Francescu à Bastia. Il y est décidé la restauration du pont de Lagu Benedettu, dont la construction avait donné tant de mal (voir 1548 et 1549).
21 Octobre: Requêtes des Nobili Dodeci, dont l'une concerne l'amnistie pour les Corses emprisonnés au cours de la dernière guerre, et les autres, concernent une vingtaine d'autres demandes.
La révision des Statuts est à nouveau promise par le Sénat de Gênes.
Les Nobili Dodeci se plaignent que la Corse est vide d'habitants: 95 localités sont désertes; il y a environ 120000 habitants sur l'Ile.
GABRIELE BUONAPARTE, après s'être illustré contre les Barbaresques, entre dans les ordres, et devient chanoine auprès de l'église cathédrale d'Aiacciu.
Confirmation, par Gênes, des privilèges de noblesse accordés aux di Bozzi.
Décès de PETRU di BELGUDE, issu des anciens seigneurs de Bagnaja, fondateur de la famille Belgodere di Bagnaja de Belgudé.
L'ancien gouverneur GIOVANNI USO di MARE (voir 1573) achète des terres dans la plaine de Campuloru appartenant à l'abbaye de Monte Cristo, et qui lui sont cédées par MELCHIORE de GENTILE.
Dans le Capicorsu, dans la seigneurie Da Mare, la communauté de Mursiglia compte neuf villages: U Poghju, Mocchieta, Baragogna, U Prunu, Ghjuvanacce, E Pecorile, Posacce, I Stanti et Aquamursiglia. Celle de Centuri en comporte dix: Trellu, Bovalu, E Merlacce, Lorche, A Casanova, Ortinola, Ornetu, Camera, Casevecchie et Canelle. Dans le Diquà, dans l'évêché de Mariana, la piève de Casacconi comprend trois capelle: Santa Bioletta di l'Olmu di Casacconi (Olmu et Prunelli di Casacconi), Santa Maria di Casacconi (Penta, Ferlaghja, et Acquatella) et Santu Petru di Campile (Vergagliese, Canaghja, Costa et Campile). D'autres capelle peuvent s'y ajouter: Sant'Agustinu d'Ortiporiu (Pertinacce, Pianelle, Penta, Prunelli, Camare, Petra, Solecciacce, Piazze, et Fornoli), Sant'Andria di Micoria (Casalinu, Micoria, Crociccia, Petrera, San Vitu, Novale, Piani et Casa Felce), San Salvadore di U Monte di Casacconi (U Monte, U Carognu, Divina, Filette et Lerdu). Dans le Diquà, dans l'évêché de Mariana, la piève de Casinca comprend sept capelle: Santa Croce di A Penta di Casinca, Santa Maria di Loretu, San'Martinu di U Viscuvatu, Santa Margarita di U Castellà di Casinca, Santa Lucia di A Venzulà, San Niculaiu di Porri di Casinca et Santu Petru di Sorbu i Occagnanu. Dans le Diquà, la piève de Mariana, dans l'évêché de Mariana, se divise en trois capelle ou communautés: Sant'Anghjelu (ou Santa Croce) di Lucciana, Santa Croce di Vignale et Santu Appianu (ou Santa Croce ou la Nunziata) di U Borgu. La piève de Tavagna, dans l'évêché de Mariana, de divise en trois capelle ou communautés: San Ghjuvanni Battista di Tavagna (Talasani, Ernosu, Poghju, Mezzana, Pianellu, Ornetu, Ginestretu, Carbonaccia, Niellaccia et Vilone), Tagliu é Isulacciu, et Peru é Caseveghje. La piève de Verde, dans l'évêché d'Aleria, se divise en six capelle ou communautés: San Martinu di Canale (communauté de Canale di Verde), San Niculaiu di Chjatra, Santu Petru di Linguizetta, San Ghjuvanni di Tocchisi, San Eliseu della Petra di Verde et San Cervone di Campi di Verde. Dans le Dilà, la piève d' Ornanu (2000 habitants environ), dans l'évêché d'Aiacciu, est composée, des villages, capelle ou communautés suivantes: San Salvadore di Guarguale, San Vitu di Cardu, San Fruttuosu di Torgia, Santa Maria di Siché, Santu Cesariu di Grussettu e di Prugna, San Salvadore d'Ampaza e di Azilone, San Lurenzu di Campu, San Petru di Quasquara, Santissima Trinita di Frassetu, Santa Catarina di Albitreccia, San Vincente di Cognocoli e Montichi, San Simone di Zigliara, San Ghjuvanni Battista di Urbalaconu, San Pancrazu di Pila e di Canali, Santa Maria di Furciulu. Dans le Dilà, la piève de Valle, dans l'évêché d'Aiacciu, est composée des capelle de Sant'Antoniu di Casalabriva, Santa Maria d'Ulmetu et A Nunziata di Suddacaro (avec Calvesi). Dans le Dilà, la piève de Vicu, dans l'évêché de Sagone, est composée des capelle ou communautés suivantes: Santa Maria Assuntà di Vicu, Nesa, Appricciani, Santu Cesariu d'Arburi (Zonza, Conca, Marcolascia et Santa Cristina di Parapoghju), San Lurenzu di Murzu, Chigliani, Balogna et San Mighele di Letia.



1578:

BARTOLOMEO MAREA est podestat de Bastia.
15 Janvier: Les Oratori de Corse réitèrent leur demande en ce qui concerne les crimes de Vindetta (voir 3 Juillet 1572).
21 et 30 Janvier: L'amnistie générale est décrétée par les Génois sur l'Ile, et les bannis peuvent rentrer, à condition d'avoir fait la paix avec leurs ennemis.
3 Février: L'évêque de Sagone GEROLAMO LEONE est nommé archevêque de Chieti, dans les Abruzzes. Il est remplacé, dans l'évêché corse, par CESARE CONTARDI, l'ancien évêque du Nebbiu.
7 Mars: ANGELICA di BOZZI, fille d'ANTONIU di BOZZI, neveu de RAFFAELLU di BOZZI, se voit restituer par décret de Gênes, sa part du fief et du château des di Bozzi et de Locari.
L'Oratore des Nobili Dodeci demande à Gênes, que les bandits corses soient chassés de l'Ile et autorisés à s'enrôler dans les armées de la République (afin d'éviter qu'ils n'aillent se mettre au service de princes étrangers). Autre requête, en ce qui concerne la Vindetta: la grâce ne peut être accordée, même s'ils ont obtenu la paix, à celui qui a exercé une vengeance transversale et à celui qui a rompu une première fois le pacte.
22 Mars: Un acte autorise à la famille Castagnola, du Capicorsu, la substitution du nom de Castagnola au patronyme Negroni.
22 Mars: Le seigneur de San Columbanu GHJACUMU de NEGRONI fait son testament à Gênes.
Avril: Le Sicilien MARCANTONIO MONTEFIORE prend ses fonctions d'évêque du Nebbiu.
ALEXANDRE SAULI fixe sa résidence épiscopale à Cervioni. Il y ouvre un séminaire.
Septembre: Nouvelles requêtes des Corses à Gênes, inscrites sur le Libro Rosso di Corsica.
27 Novembre: Un vaisseau chargé de 200 familles (460 personnes), en provenance de Vintimiglia, arrive à Porti Vechju, pour repeupler la ville abandonnée sur les ordres de STEFANO DORIA (voir Octobre 1565). Les chefs de ces familles sont PIETRO (ou PERINO) MASSA et GIACOMO PALMIERI. Les Génois décident qu'une compagnie de chevau-légers, sous le commandement de CAMILLO TORRIGLIA, sera affectée à leur protection.
10 Décembre: A San Fiurenzu, mort, par suite de fièvres, de MARCANTONIO MONTEFIORE, l'évêque du Nebbiu.
ALPHONSE d'ORNANO est nommé gouverneur d'Aix en Provence.
ORSU SANTU CIPRIANI, petit-fils de GIOVANNI CIPRIANI (voir 1456 et 1459), fixé à Marseille, à la suite de l'assassinat de SAMPIERU CORSU, reçoit ses lettres de nationalité française.
Construction de la tour de Vechjaia, à Ferringule.
A Aiacciu, naissance du Génois FABIANO GIUSTINIANI, qui deviendra le futur évêque de la ville.
Restauration de la cathédrale San Ghjuvanni Battista de Calvi.
Le Corse ANDRIA GASPARI, U Fiurentinu, est ambassadeur du Roi d'Espagne PHILIPPE II, en Barbarie. Il est l'un des ancêtres de la famille Gaspari, de Mursiglia.



1579:

AUGUSTINO SANTINI est podestat de Bastia.
30 Janvier: GIOVAN BATTISTA BALDO (ou UBALDO ou URBANO SALA), de Lerice, en Ligurie, est nommé évêque du Nebbiu. Il succède à MARCO ANTONIO MONTEFIORE (voir 1577).
La nouvelle colonie de Porti Vechju, rebaptisée Vintimiglia Nueva, périclite, abandonnée par les Génois. GUISEPPE CANATTA, qui commande l'infanterie, se plaint de son chef CAMILLO TORRIGLIA, et demande, en vain, du renfort.
Mars: Dans la piève de Santu Petru, évêché du Nebbiu, convocation dans la capella de Santu Ghjuvannidi Santu Petru pour l'élection du podestat de la piève.
19 Mars: Le gouverneur TOMASO CARBONE est remplacé par GIOVANNI >MARUFFO.
17 Avril: GIOVANNI MARUFFO tient sa Vedutà sur la place publique de Bastia.
3 Mai: A Santa Maria di Rapallu, signature d'un traité de paix, pour terminer une Vindetta, entre ADORNINU et son groupe, de Lentu, d'une part, et PAULETTU et son groupe, de Soriu, d'autre part.
10 Mai: Arrivée à Bastia de GIOVAN BATTISTA URBANO SALA, nouvel évêque du Nebbiu.
21 Mai: A Porti Vechju, il ne reste plus que 86 familles sur les 200 arrivées en 1578.
Juin: CRISTOFORO GUIDICCIONI est évêque d'Aiacciu en remplacement de GIOVAN BATTISTA BERNARDI, démissionnaire (voir 1548).
16 Juin: Réponse positive du Sénat de Gênes à la requête des I Nobili Dodeci concernant la Vindetta (voir 7 Mars 1578).
Décès de PIERBATTISTA SANTELLI CENCI, fondateur du fief de Canari.
16 Septembre: Nouvelle apparition de la peste en Corse. L'Ile est mise en quarantaine. La maladie aurait été apportée par le marin LISANDRU di NONZA, qui venait de Pontedecimo, en Italie.
17 Septembre: A Porti Vechju, mort de PIETRO (PERINO) MASSA, atteint de la peste.
ANTON FRANCESCU CIRNI est à nouveau Oratore della Nazione Corsa.
L'évêque d'Aleria ALEXANDRE SAULI commence la construction de la cathédrale de Cervioni.
ALEXANDRE SAULI combat la famine à Cervioni.
Les seigneurs d'Istria s'engagent à construire trois tours dans le golfe du Valincu. C'est par les soins de GHJUVANNETTINU TAGLIACARNE, beau-père de CAMILLU della CASABIANCA, qu'est construite la tour de San Pellegrinu.
Au sujet des Corses engagés dans les armées du Roi de France, CATHERINE de MEDICIS écrit: Les Corses sont bien disciplinés et ne font aucun désordre.
RINALDO CORSO est nommé évêque de Strongoli, en Calabre.
Dans le Diquà, dans l'évêché de Mariana, la piève de Lota est composée de deux capelle (ou communautés): Santa Maria di Lota (U Mandriale, Partine et Ficarella) et San Martinu di Lota (Mola, Annetu, Santoriu, Oratoghju, Acqualtu, Casanova, Castagnetu, Muchjete et U Canale). Dans l'évêché d'Aleria, la piève d' Orezza est composée des villages de Terghje, Croce, Pastureccia, Stazzona, Funtana, Pedicroce, Ped'Orezza et Campudonicu. Dans l'évêché de Mariana, la piève de Petrabugnu est composée des capelle de Santa Felicita (ou communauté de Guadelle di Petrabugnu), Santa Lucia della Guadelle, Santu Stefanu di Cardu et de la communauté de Caseveghje di Petrabugnu. Dans l'évêché d'Aleria, la piève de Rogna est composée de neuf capelle ou communautés: San Ghjuvanni della Pancheraccia é di Ghjuncaghju, Santa Maria di Pedicorti di Caghju, Petraserena, Santa Croce di Fughjichja, Erbaghjolu, Santa Maria d'Altiani, San Paulu di Nuceta, San Martinu di Ruspigliani et Santu Petru d'Antisanti. La piève du Rustinu, dans l'évêché de Accia, puis de Mariana (voir 1561), se compose des capelle suivantes: Santa Riparata di Merusaglia (Merusaglia, Sevasi, A Terchina, A Fucatella, A Brocca, A Stretta, U Poghju, Tabunzuli, Corbaghja, Quercetu, Casaromani, E Colle et A Casanova), Santa Pantaleone di Rustinu (Gavignanu, Salicetu (Salgetu), Vicinatu, Sevinacce, U Borgu, A Petragrossa, Castineta, U Poghju et Olmi), San Mighele é Santa Croce di Grate Riscamone (Grate, Valle di Rustinu, Terlaghja, Casa Pitti et Colle), San Tomasu di Pastureccia (Pastureccia, Frassu, Pianu, Castellu, A Raghjola, Ballaciachje, Cariolu, Guastalbiu, U Fornu, Espago, Bisinchi, Miletu et Vignale).



1580:

Janvier: Porti Vechju est à nouveau abandonné.
Mars: Dans le Niolu 600 personnes meurent de la peste.
L'évêque d'Aleria ALEXANDRE SAULI sauve de nombreuses vies dans son diocèse où la peste sévit.
8 Septembre: PIER BATTISTA CATTANEO succède au gouverneur GIOVANNI MARUFFO.
22 Septembre: Sentence libérant du bannissement PETRU PAULU di ALISGIANI en retour de ce qu'un autre banni contumace a été tué par ses parents.
25 Octobre: Les Oratori di Corsica renouvellent leur requête concernant les bandits corses (voir 7 Mars 1578).
13 Novembre: La Vedutà prévue par PIERBATTISTA CATTANEO est reportée au 1er Janvier, pour cause de mauvais temps (ou pour d'autres raisons ?).
En Corse, on construit, on reconstruit, on embellit beaucoup d'églises.
Dramatique crise du blé sur l'Ile.
Construction de la tour de La CastagnaCoti Chjavari).
A Padoue, le Corse GUIDU di CALVI étonne le monde savant par sa mémoire prodigieuse.
Les Saintes Reliques de la chapelle U Tombulu (voir 1575), et de l'oratoire de la chapelle Santa Catalina, près de Siscu, sont transférées dans l'église paroissiale (San Martinu) du village, pour éviter les pillages.
Fin de la construction de l'Ospidale d'Aiacciu.
FRANCESCU GASPARI, frère d'ANDRIA (voir 1578), est commissaire de l'Espagne aux Indes. Il est l'un des ancêtres de la famille Gaspari de Mursiglia.
Cervioni devient le siège de l'évêché d'Aleria.
Dans l'évêché de Mariana, la piève de Petralba est constituée de la capella de Santa Maria di Petralba (ou communauté de Petralba, avec Lu Tettu, Casenove, Lumisiana et Pedanu), de la capella de San Lurenzu di Lama (ou communauté de Lama) et de la capella de San Niculaiu d'Urtaca (ou communauté d' Urtaca).
TOMASU FOZZANI, de Fuzzà, est le fondateur de la famille Carabelli Fozzano Tomasi.
Décès, à Marseille, de VISCONTE LENCHE. Il lègue 50 écus d'or à la chapelle de l'Annunziazione, de Mursiglia.



1581:

1er Janvier: Vedutà sur la place de Bastia, tenue par PIERBATTISTA CATTANEO.
5 Janvier: GHJUVANNI di SALO, citoyen d'Aiacciu, Oratore du Dilà, demande aux Génois des permis de port d'armes afin de se défendre contre les ours (et surtout contre les Turcs !).
19 et 29 Mai: Nouvelles requêtes corses de l'Oratore di Corsica ANTONE MARCU COSTA, au nom des Nobili Dodeci.
21 Juin: Le gouverneur PIERBATTISTA CATTANEO, sur ordre de Gênes, se rend à Aiacciu, pour régler un litige entre l'évêque d'Aiacciu, CRISTOFORO GUIDICCIONI, et celui de Sagone, CESARE CONTARDI.
Juillet: Les Turcs s'emparent du gardien d'une tour du Capicorsu, ANTONIU di RUGLIANU, et de celui de la tour du Capu di Feru.
Naissance, à Sisteron, de JEAN BAPTISTE d'ORNANO, fils d'ALPHONSE d'ORNANO et petit-fils de SAMPIERU CORSU.
L'évêque d'Aleria ALEXANDRE SAULI fait bâtir, près de Cervioni, un couvent pour les Franciscains.
La région de Cervioni subit une grande sécheresse. La légende dit que l'évêque ALEXANDRE SAULI organise une procession, et que la pluie se met aussitôt à tomber.
Fin de la construction de la cathédrale de Cervioni.
Décret génois pris par le gouverneur PIER BATTISTA CATTANEO interdisant, à tout individu né, marié ou habitant en Corse, les fonctions de trésorier, d'huissier et de garde.
A Gubbio, en Romagne, naissance de CESARE FABIANI, qui est un des fondateurs présumé de la famille de Fabiani, de Balagna.
A Aiacciu, construction de la chapelle San Ghjuvanni Battista.
Ouverture de l'hôpital d'Aiacciu, l'Ospidale dei Poveri, dont l'administration est confiée à la Cunfraternita di San Ghjuvan'Battista.
Les Génois apportent des additifs aux Statuts de la Corse.
En Balagna, dans la piève d' Olmi, Calinzana compte 905 habitants et Moncale, 200. La piève de Pinu, dans l'évêché du Sagone, est composée de Ziglia et Larghja (343 habitants), Pofiume (145), Cassani (251), Montemaio (400), Longignani (145), U Castiglione (26). La piève de Sant'Andria, dans l'évêché de Mariana, comprend: U Fulgetu (330 habitants), Muru (438), Nesce (175) et Spiluncatu (318). La piève de Tuani, dans l'évêché de Mariana, est composée des capelle suivantes: San Gavinu ou communauté de Belgudé, San Bartolomeu ou communauté d' Ochjatana, et San Simone di Ville di Spiluncatu, composée de Cavalleraghje, Ville, Quercioli, Olivachje et Rustu. Dans le Diquà, la piève d' Ostriconi, dans l'évêché de Mariana, est composée des villages de Novella, Cruscani et Palasca.



1582:

EMMANUELE LAVAGNINO, podestat de Bastia, est remplacé en cours d'année par DAMIANO SISCO.
Année de terrible disette en Corse. L'évêque de Mariana, GIOVAN BATTISTA CENTURIONE fournit tous les jours du pain aux mendiants.
14 Mars: STEFANO da PASSANO succède au gouverneur PIERBATTISTA CATTANEO.
22 Avril: Le nouveau gouverneur STEFANO da PASSANO tient sa Vedutà à Bastia.
Un des Nobili Dodeci, ANTON FRANCESCU CIRNI, du Nebbiu, en désaccord avec STEFANO da PASSANO, est exilé à Gênes.
ALPHONSE d'ORNANO est nommé Colonel Général de l'infanterie italienne.
Mort de CRISTOFORO GUIDICCIONI, évêque d'Aiacciu. Le siège sera vacant jusqu'en 1587.
LEONARDU di CORTI, appelé désormais LEONARD de CASANOVA, est nommé par le Roi de France HENRI III, gouverneur de Sisteron, en Provence. Le Roi lui confère également le titre de Chevalier de l'Ordre de Saint Michel.
La Casinca doit faire face à une terrible famine due à de mauvaises récoltes.
Mai et Août: En Casinca, un différent important naît au sujet des biens du couvent de Santa Catalina, entre les moines et les habitants de A Venzulà. L'évêque de Mariana GIOVAN BATTISTA CENTURIONE règle le conflit.
Septembre: Un habitant d'Antisanti, MARCHIANI, fait croire à l'existence d'un fabuleux trésor. Tout le monde est berné, y compris le gouverneur; la supercherie étant découverte, MARCHIANI est envoyé aux galères.
16 Novembre: Des Turcs débarquent de trois galères à Campulori. Ils enlèvent une dizaine de Corses à Bastèrga et deux chevau-légers à Lava.
19 Novembre: Les habitants d'Aiacciu, avec à leur tête le capitaine génois GIROLAMO ROCCATAGLIATA, NICCOLO BAGGIOCO et MARTINO PUNTA chassent les Barbaresques, à Porti Poddu; ces derniers déplorent 19 prisonniers et 15 tués.
GIUSEPPE MASCARDI est évêque d'Aiacciu. Il succède à CRISTOFORO GUIDICCIONI (voir 1578). Il est nommé par le pape GREGOIRE XIII pour mener à bien la construction de la nouvelle cathédrale d'Aiacciu.
Aiacciu compte environ 1500 habitants.
La commune de Bastia cède les bénéfices de Pinetu pour aider à la restauration de l'église cathédrale de Santa Maria.
Mariage de MARIANU ARRIGHI, fils de VIVIANU d'OMESSA, avec une demoiselle ALBERTI, d'une famille de Caporali.
Décès de RINALDU MACONE (dit RINALDO CORSO), écrivain, poète et savant corse, dans son diocèse de Strongoli, en Calabre (voir 1579). Il avait écrit, entre autres ouvrages non déjà cités, Delle private Rappacificazioni, Dialogo del Ballo, Le Pastorali, La vita de Giberto III de Corregio, Indagationes juris libris très.



1583:

MARIANU MORATI est podestat de Bastia.
Des Libri Rossi sont ouverts à Calvi, San Fiurenzu et Bunifaziu.
ANTON FRANCESCU CIRNI n'est plus Oratore di Corsica.
Les Barbaresques saccagent Petra Curbara. Ils se dirigent ensuite sur Bastia.
A Ruglianu, le patron de marine SILVAGNOLI est fait prisonnier par les Turcs.
Janvier: Les Turcs, sous le commandement du Corse MAMMI CORSO et de ASSARI RAIS, débarquent dans le Valincu, avec 13 ou 14 vaisseaux, et assiègent la tour Arbiddali; 180 Corses sont tués ou capturés. Ils font ensuite une descente à Porti Vechju, Zonza, Carbini et Livia, enlevant une quarantaine de personnes et du bétail.
4 Mars: La capella de Santa Riparata delle Pente est assignée pour jurer ne pas connaître l'auteur de crimes effectués sur sa circonscription, sous peine de lui imputer les dits crimes.
11 Mai: Le gouverneur STEFANO da PASSANO émet une sentence condamnant à 100 livres d'amende celui qui serait l'auteur d'une rupture d'un traité de paix signé entre deux familles, après une Vindetta.
26 Mai: Avec 18 galères et 1500 Turcs, le pirate HASSAN VENEZIANO (HASSAN PACHA) attaque la région de Sarté. Il fait quelques 500 prisonniers (presque toute la ville), qu'il emmène en esclavage, à bord de ses navires.
9 Novembre: La communauté de Vighjani s'assure des services d'un écrivain public.
Les sergents recruteurs de l'armée pontificale lèvent 600 hommes pour la Garde Corse du pape.
Nouveau débarquement turc sur la plage du Liamone: 150 Turcs, commandés par BABBA arrivent près d'Albresciani. Les Corses les repoussent, et presque tous les Turcs sont tués (voir Mai 1564).
Rixe entre des familles de A Campana et de Ped'Orezza.



1584:

ANTONIO PADOVANO est podestat de Bastia.
NICOLO MASCARDI, de Sarzane, l'ancien évêque de Brugnato, en Italie, est évêque de Mariana en remplacement de GIOVANNI BATTISTA CENTURIONE (voir 1570).
Construction de l'église de Sant'Erasmu à Cervioni.
Aiacciu 2200 habitants.
Bastia compte 3000 habitants.
18 Janvier: Les Nobili Dodeci s'adressent à Gênes. Ils se nomment: ANTONE MARCU COSTA, FRANCESCU della CASABIANCA, GHJUVANNINELLU della PANCHERACCIA, BERNARDU d'ORTALE, STEFANU di GIUSSANI, GHJUVANNI BERNARDINU di MUNTICELLU, GHJUVANETTU di CASTELLU, LUC'ANTONE di TALASANI, ANTON GHJUVANNI di ZUANI, VINCIGUERRA di TOCCHISI, VITALE di PASTURECCIA, ANTON FRANCESCU CIRNI. Ils paraphent seize requêtes, parmi lesquelles, le retour aux anciennes unités de poids et mesures, la poursuite des travaux concernant les tours du littoral, la remise en état du pont de Lagu Benedettu, une meilleure réglementation sur la vente du sel, une intensification de la lutte contre les crimes de sang, etc.
28 Janvier: Requête s'opposant à ce que le Sénat de Gênes relève de bannissement le nommé BRITIU di CACCIA qui n'a pas observé les conditions d'un traité de paix (paiement de 500 lires à la mère de la victime).
Ordre est donné aux podestats de la Casinca et de la piève de Verde de faire planter dix arbres fruitiers par foyer.
Février: Les podestats sont sommés de réparer et d'entretenir les routes de leur juridiction.
Mars: Deux écrivains publics sont nommés dans le Dilà, l'un à Sarté, l'autre à Quenza.
12 Mars: Les communautés de Sartè et de Quenza s'assurent des services d'un écrivain public.
Cinq galiotes turques incendient Petra Curbara.
4 Avril: Dans certaines seigneuries du Sud (di Bozzi, d'Ornanu, d'Istria) les populations supportent mal le régime féodal. Par la voix de l'Oratore des Nobili Sei du Dilà, PASQUALE POZZU di BORGU, elles réclament un allégement des redevances, et le Sénat de Gênes, malgré les protestations des seigneurs, le leur accorde. Les Corses demandent également une plus grande protection contre les Barbaresques.
La disette est grande, une nouvelle fois, sur l'Ile.
Désormais, les commissaires et lieutenants corses sont élus à la majorité des quatre cinquièmes (au lieu des deux tiers).
Le chancelier MICHELE GALETTI, de Bunifaziu, est investi par la plume et l'encrier.
Le gouverneur général STEFANO da PASSANO accorde diverses patentes de notaire: à BARTOLOMEU di CANAVAGHJA, SIMONE di GIU, PETRU di QUENZA, FABIU della >CROCICCHIA, CARACCIOLU di BUNIFAZIU, CHJAPPARONE di QUERCITELLU, ORSONE della CROCE di OREZZA, ARRIGU di CASTELLU, ANTONETTU di BIGORNU, PETRU ANDRIA di ZICAVU...
Edition d'une carte de la Corse, par ABRAHAM ORTELIUS.
25 Juin: Réponse favorable de Gênes à la plupart des seize requêtes des Nobili Dodeci du 18 Janvier.
Le gouverneur STEFANO da PASSANO est remplacé par CATTANEO de MARINI.
Juillet: La population corse doit fournir le fourrage nécessaire à la nourriture des chevaux des troupes génoises.
BARBARA da MARE et GHJACUMU de NEGRONI, seigneurs du Capicorsu, font payer à leurs vassaux la construction de la tour de La Giraglia, en créant de nouveaux impôts: 2000 lires supplémentaires pendant trois ans.
Gênes attribue des primes pour tout pirate turc fait prisonnier ou tué au combat.
Construction de la tour de La Castagna.
Construction de la tour de Port'Erice, à la pointe de Campumoru.
Les Barbaresques détruisent de nombreux villages dans la région de Sarté.
GERONIMU BUONAPARTE réclame et obtient l'étang des Salines, qui l'indemnise des frais qu'il a supportés pour aller défendre à Gênes les intérêts de la ville d'Aiacciu.
Dans le Diquà, dans l'évêché de Mariana, la piève de Campulori est divisée en quatre capelle: Sant'Erasmu di Cervioni, Sant'Andria di Campulori (Cigliu, U Cotone, et Chigliacci), Santa Cristina di A Valle di Campulori (Muchjetu, Macceraghjà et Furmicaghjà) et San Ghjulianu di Campulori (U Poghju, Casalta, Favaleddà, Pantaglione et Carreghjà). La piève de Niolu, dans l'évêché d'Aleria, est composée de quatre capelle ou communautés suivantes: San Salvadore di Corscia (Corscia et Cavaleraccia), Sant'Antoniu di Casamacciuli, Santa Maria di Valle di Losanu (Calacuccia, E Pile, Sidossi, E Lubertacce, Calasima, A Petra et Zitambuli) et Lozzi (Lozzi, Acquale et U Poghju). La piève de Serra, dans l'évêché d'Aleria, est composée de cinq capelle ou communautés: Moita et Matra, A Nunziata di Zalana, Zuani, Santu Petru di Pianellu et San Lurenzu d'Ampriani. La piève de Talcini, dans l'évêché d'Aleria, est composée de cinq capelle ou communautés: Santa Croce di Corti, San Lurenzu di Tralonca, Sant'Andria d'Omessa, Soveria et Castirla. Dans l'évêché d'Aleria, la piève de Venacu est composée des capelle de San Cristofaru di Lucu di Venacu, San Mighele di Serraghju, San Chilicu di Poghju di Venacu (Poghju, Riventosa et Casanova) et Santu Petru di Venacu (Campuvechju et Maestraccia). Les habitants de la capella de San Mighele é Santa Croce di Grate Riscamone (Grate, Valle di Rustinu, Terlaghja, Casa Pitti et Colle) tiennent leurs réunions, soit dans l'église de Santa Maria di Riscamone, soit dans celle de Santa Croce, soit dans celle de San Mighele.



1585:

ANTONIO da VARESE est podestat de Bastia.
5 Janvier: Demande de recours en grâce, par des négociateurs, pour ORSATELLU di PALNECA, auteur d'un crime de Vindetta, à ses adversaires offensés.
6 Janvier: Le gouverneur CATTANEO de MARINI tient sa Vedutà, dans la citadelle de Bastia. Il y est décidé, entre autres, que désormais il sera interdit à un Corse d'exercer un emploi de judicature dans le lieu où il est né, dans le lieu d'origine de sa femme et partout où il a des parents jusqu'au quatrième degré.
Quiconque arrête ou tue un bandit, peut demander, en récompense, la grâce d'un autre délinquant, dont le crime est inférieur ou égal à celui de la personne arrêtée ou tuée; ce décret fait partie des Statuti Civili e Criminali di Corsica.
De nombreuses patentes de notaires sont accordées en ce début d'année. Le notaire de Rennu, BRIENCIONE, est sommé de mieux écrire, sous peine de se voir interdire de faire des actes notariés.
11 Janvier: Requête des frères BERNARDINI qui, après avoir été condamnés au bannissement, se réconcilient avec leurs adversaires pour obtenir leur grâce.
Février: Dans le Diquà, c'est l'époque des élections des nouveaux podestats des pièves, de la désignation de la nouvelle administration par les délégués des pièves, de l'élection des chasseurs...
2 Février: A Tarranu, procuration est donnée par divers habitants du village, d'obliger les parents d'un banni d'empêcher de rompre le ban, sous peine d'emprisonnement.
15 Février: Reconnaissance de noblesse de la famille Lanfranchi, de Livia.
21 Mars: Sauf-conduit pour quitter l'Ile, donné par le gouverneur, au bandit AGOSTINU di TRASTOLLU, de Bucugnà.
Avril: Les requêtes des Nobili Dodeci aux ministres du Magistrato di Corsica à Gênes, se font à un rythme régulier, annuel le plus souvent.
Mai: Les habitants de Lota, demandent à revenir aux anciennes unités de poids et de mesure.
Août: GIOVANBATTISTA CENTURIONE, commissaire d'Aiacciu, fixe la taxe sur le bacino (9,14 litres) de blé à 12 sous, et sur celui d'orge, à 6 sous.
Les Nobili Sei du Dilà sont: GHJUVANNINELLU di BASTERGÀ, SAMPIERU di CANALE, SUZZONE POZZU di BORGU, PASQUALE POZZU di BORGU (l'Oratore), RINUCCIU di CRISTINACCE et ORAZIU della VIE.
Parmi les notables ajacciens, on note les personnages suivants: LAZARU BACCIOCHI, TOMASU BACCIOCHI, DUMENICU BACCIOCHI, GHJUVAN BATTISTA BACCIOCHI, SCIPIONE SORBA, GIROLAMU SORBA, LAZARU PEGLI, MIGUELE ANGELU del CUNEO, ROCCU BIAGENO, GHJORGHJU CLERIS, ANTONE MARIA MORTIRA, GHJUVANNI di BASTERGÀ, AGOSTINU BUONAPARTE...
Octobre: Décès de l'évêque de Sagone, CESARE CONTARDI. Il est remplacé par le Génois GUISEPPE GODONI (ou GODANTE ou CODANI).
15 Octobre: Requête des parents de MATUCCIU di LOTA banni pour meurtre, pour qu'il puisse faire la paix avec les parents de la victime, et obtenir ainsi sa grâce.
25 Octobre: Requête des Oratori di Corsica, ayant pour but de demander à Gênes d'autoriser les bandits corses à rentrer chez eux, pour obtenir la paix des offensés, et par ce moyen, la remise de leur bannissement, afin d'éviter qu'ils aillent au service d'autres princes.
18 Novembre: Homologation d'un traité de paix imposé par le Sénat de Gênes à GHJUSEPPE OLIVERA, d'Ampugnani.
11 Décembre: Requête de GHJUVAN LUCA di LENTU, dont le père a été tué, de faire la paix avec la famille de l'assassin.
Début de la construction de la tour de La Giraglia (voir 1584).
Construction de la tour de Capu di Muru en Balagna.
Edition d'une carte de la Corse par ANDRE THEVET, prêtre et cosmographe d'HENRI III.
Bastia compte 350 hommes aptes à porter les armes, 190 à Terra Nova, récent faubourg génois, et 150 à Terra Vechja, ancien port de Cardu.
Naissance de PETRU PAULU MONTI, un des fondateurs de la famille Monti Rossi, de Palasca.
Naissance, à Aiacciu, de FRANCESCO CUNEO, noble génois, ancêtre de la famille Cuneo d'Ornano.
TADDEU FRANCESCHI (voir 1560), général des galères de Malte, s'illustre au côté de FEDERICO SPINOLA, amiral de PHILIPPE II, le Roi d'Espagne.
Le Rimbeccu (insulte à celui qui, offensé, ne s'est pas vengé) est puni d'une estrapade.
Sentence de Gênes: FRANCESCU, ORLANDU, CAPONE, NATALE et GORGONIANU, tous parents d'un offenseur, devront prendre pour épouses MARIA, BATTESTINA, LIPARA, LUCHABELLA et ANTONIA, parentes de l'offensé; de plus les autres membres du groupe offenseur devront verser des dots (1276 livres en tout).
Dans l'évêché d'Aleria, dans la piève de Castellu, élection de chasseurs dans la capella de Santu Ciriacu di Lucu di Nazza. Dans l'évêché d'Aleria, la piève d' Orezza est composée des capelle ou communautés de San Tomasu di Pastureccia (Pastureccia, Bodellace, Funtana et Patrimoniu), Stazzona, Pedicroce, Santa Maria di Ped'Orezza, San Niculaiu di Campudonicu, Santa Maria di Carpinetu (Pisatoghju, Colle et Brusticu), Santa Margarita di U Castellu (U Castellu, Sorbellu, Carchetu, Pertinu, Colle et Pidalu), Campana, San Mighele d'Erbaghju (Erbaghju, Fusatu, Verdese, Petricaghju, E Celle, Nucariu), Santu Cesariu di E Piazzole (E Piazzole et Francolacce) et Santu Mamilianu di Casabona (Valle d'Orezza, Monaccia d'Orezza et Rapaghju). La piève de Vighjani, dans l'évêché d'Aiacciu, est composée des villages suivants: Fuzzà, Larbigliara, Orolu, Vighjaneddu, Ficcaniedda, Paldacciu et Santa Maria.
Dans la piève du Rustinu, élection de chasseurs dans la capella de San Cosimu e Damianu di Frassu.



1586:

ANTONIO (ou ANTONIO FRANCESCO) COSTA est podestat de Bastia.
9 Mars: PIER BATTISTA CATTANEO, l'ancien gouverneur de la Corse, est de retour sur l'Ile, en qualité de nouveau gouverneur, ce qui déclenche le départ précipité du gouverneur en place CATTANEO di MARINI pour Gênes.
Avril: Arrivée en Corse de GUISEPPE GODONI, le nouvel évêque de Sagone.
8 Avril: A Belgudé, cinq femmes déclarent, devant notaire, qu'étant en désaccord avec la Cumunità de leur village sur le choix du médecin, elles se délient de toute obligation envers le dit médecin.
A Casevechje, GHJUVANANTONE et GHJUVANSIMONE RETALE, sont condamnés à payer 50 lires à FIORA di BELGUDE, veuve de GUGLIELMU di BELGUDE, qu'ils ont assassiné, pour la pension alimentaire de leur nièce SAVILIA.
2 Juin: Les Oratori di Corsica réitèrent leur demande en ce qui concerne les crimes de Vindetta (voir 3 Juillet 1572).
2 Juillet: Requête du curé d'Omessa et de Santu Pozzu di U Borgu, Oratore di Corsica, concernant la grâce pour les bannis de la dernière guerre.
2 Juillet: Réponse du Sénat de Gênes à la requête déposée le 25 Octobre 1585: retour autorisé pour trois ans.
Une cinquantaine de requêtes sont déposées par ANTON PADUVANU GRATIANI, FORTE di SANT'ANTONINU et BIASINI GHJUVANNETTINU della CASABIANCA.
12 Août: FRANCESCO MONTEBRUNO arrive en Corse, comme gouverneur en remplacement de PIER BATTISTA CATTANEO.
Novembre: FRANCESCO MONTEBRUNO tient sa Vedutà.
11 Décembre: Procuration donnée à ANTON FRANCESCU CARANCIONE par CECCOLU GRIGIONE, que la maladie empêche de se rendre à Bastia devant le gouverneur, pour faire approuver un traité de réconciliation.
Les habitants de Vintisari et de Solaru demandent à être dispensés de la garde et de l'entretien des tours qui ne protègent pas leur territoire.
Les Barbaresques pillent Minerbiu et Mursiglia.
Visite apostolique de la Corse par NICOLO MASCARDI, l'évêque de Mariana: il est dans le diocèse d'Aiacciu.
450 jeunes Corses s'engagent dans l'armée française des Flandres.
Année d'abondance en fruits de toutes sortes. Surproduction d'huile d'olives, dont le prix baisse considérablement.
Le salaire moyen d'un ouvrier est de 28 sous par jour.
Naissance, à Bastia, de GHJUVANNI FRANCESCU BUSTORO, futur notable de la cité.
Le capitaine SIMONE GHJUVANNI MASSIANI, futur podestat de Bastia, est cité comme avocat inscrit au barreau de la ville.
Dans la piève de Sarté, la vallée dite Fiuminale d'Urtuli fait l'objet d'une demande d'inféodation par GIOVAN MARIA MONTALDO.



1587:

GIOVANNI BATTISTA da LEVANTE est podestat de Bastia.
31 Janvier: Procès intenté par le pêcheur DURZIANI contre la communauté de Ferringule pour être indemnisé de sa barque et de ses filets brûlés par des malfaiteurs inconnus.
21 Avril: Décrets sur les Inféodations: Gênes commence une politique de mise en valeur agricole de la Corse; des décrets érigent en fiefs les plaines corses.
Juin: Douze galiotes turques se montrent sur les côtes du Capicorsu. Les Barbaresques essaient d'aborder à Santa Severa, mais ils sont contraints de fuir par les Corses. Ils déplorent cinq tués et trente blessés.
Septembre: LAZZARU SORBA, Oratore d'Aiacciu, demande au Sénat des lois plus sévères contre la délinquance, et une police plus nombreuse et plus active. Il expose que la campagne est infestée par des bandes d'hommes en armes. Il rappelle également que les magistrats principaux de la ville ont toujours eu coutume d'élire leurs Paceri (Pacificateurs). (Libro Rosso d'Aiacciu).
25 Septembre: Requête présentée au nom de plusieurs habitants du Niolu afin qu'il leur soit accordé un délai pour le paiement de l'amende à laquelle le Lieutenant de Corti les a condamnés, pour un problème de rupture de ban.
Fin de la mission de GUISEPPE MASCARDI à Aiacciu (voir 1586).
Décembre: FRANCESCO STEFANI est à Bunifaziu avec deux galères, en provenance de Gênes, pour en chasser les Barbaresques. Il y parvient avec l'aide du Bonifacien BATTISTA de VITTO. Les Turcs perdent 7 galiotes et 70 hommes.
Spiluncatu demande à Gênes de réduire le montant des dépenses excessives pour sa communauté dans le cadre de l’entretien et la garde de la tour de Saleccia.
Il y a en Corse, 17 couvents d'Observants franciscains, habités par 190 religieux, et quelques rares couvents de Capucins.
Edition d'une carte de la Corse de ANTONIO MILLO, hydrographe à Venise.
Le découpage de la piève de Patrimoniu, est le suivant: San Fiurenzu (175 habitants), Vicinaghju (30), Fersascia (18), Palazzu (20), Ficaghjà (100) et Barbaghju (155).
Naissance, dans l'Istria, de PAULU OLIVESI (ou OLIVESE), futur professeur de théologie et savant, entre autres.
Requêtes des Nobili Dodeci concernant des communautés de l'intérieur (Coasina, Corsa, Castellu...) spoliées de leurs terrains par l'Inféodation des plaines maritimes (voir décret du 21 Avril 1587).
Le Génois BERNARDO LOMELLINO sollicite du Sénat de Gênes l'Inféodation de la piève de Vighjani.
Aiacciu compte 1200 habitants.



1588:

AUGUSTINO SANTINI est podestat de Bastia.
9 Janvier: Sentence obligeant le fils d'un meurtrier à épouser la fille de la victime.
16 Janvier: Requête de GHJUVAN ANDRIA dont le frère a été assassiné, et que le commissaire d'Aiacciu contraint à s'engager sous une forte caution à ne pas inquiéter les parents des meurtriers.
11 Février: Requête de deux bannis, qui, par suite de réconciliation avec leurs ennemis, n'ont plus que l'amende à payer, pour obtenir un délai de paiement.
19 Février: En réponse à la cinquantaine de requêtes qui ont été déposées en Juillet 1586, une nouvelle promesse de révision des Statuts de la Corse est proposée par le Sénat de Gênes.
Au gouverneur FRANCESCO MONTEBRUNO succède LORENZO NEGRONE.
12 Mars: LORENZO NEGRONE, deux syndics (GIOVAN BATTISTA SPINOLA et ALESSANDRO CALVO) et le nouvel évêque d'Aiacciu, GIULIO GIUSTINIANI, arrivent à Bastia.
12 Avril: GHJACUMU de NEGRONI, apprenant l'arrivée imminente, en provenance de Sardaigne, de 17 flûtes corsaires, demande d'urgence aux autorité de Bastia, de la poudre pour alimenter les canons des tours de Finochjarola, Santa Maria della Capella et Agnellu d'Ersa.
7 Mai: Lors de sa Vedutà, LORENZO NEGRONE déclare tout Corse impropre à exercer les fonctions de notaire ou de greffier.
A Marseille, ANTOINE LENCHE, deuxième consul (premier adjoint au maire) (neveu de THOMAS LENCHE, l'ami de SAMPIERU CORSU), est tué par les partisans de la Ligue Catholique.
Juin: Pour se venger de l'affront reçu à Bunifaziu par les marins de FRANCESCO STEFANI (voir 1587), une flotte barbaresque de 11 galiotes, commandée par HASSAN PACHA, mouille à la marine d'Albu; le hameau d'Ogliastru est détruit, 40 de ses habitants sont enlevés.
Début de la construction d'un séminaire à Aiacciu.
Septembre: Fondation de deux nouvelles confréries à Bastia: celle de San Roccu, dont les adeptes sont vêtus de bleu, et celle de la Cuncezzione della Madonna.
2 Octobre: Sentence condamnant les parents d'un meurtrier au bannissement pour dix années s'ils ne se conforment pas aux sanctions décidées lors du jugement.
Une quarantaine de patentes de notaires est accordée par les Génois en Corse.
Le Sénat de Gênes attribue au Génois ANTONIO (ou FILIPPO) da PASSANO, un bail emphytéotique, contre une redevance de 300 écus d'or, sur les territoires de la région de Porti Vechju (Prunu, Muratellu, San Martinu, San Ciprianu et Conca). Ceci, dans le but de créer une colonie de repeuplement de Porti Vechju, abandonné des Corses, et devenu le refuge et l'asile de tous les pirates.
25 Novembre: GUGLIELMU di FUZZA, fils d'ORSONE di FUZZA fondateur de la famille Paoli de Fuzzà, reçoit une patente d'exemption de taille.
11 Décembre: La communauté de Belgudè passe un contrat avec le médecin génois BAPTISTA MONEGLIA pour bénéficier de ses soins, tout en continuant à résider à Spiluncatu.
18 Décembre: FILIPPO da PASSANO, à bord d'une galère, avec 150 hommes et 108 familles, tous de Vintimille, prend la mer pour la Corse.
29 Décembre: Après une traversée contrariée par le mauvais temps, FILIPPO da PASSANO débarque à Macinaghju, attend une accalmie, et repart pour Bastia.
A Belgudé, on fait construire une forge communale pour y établir un forgeron choisi par les villageois eux-mêmes.
Le lieutenant de Siscu, MARCANGHJELU SANTU MASSEI, reçoit pour lui et ses descendants, une exemption de toutes charges envers la communauté, et ce, en vertu des services rendus par la famille Massei.
La communauté de Peri, dans l'évêché d'Aiacciu, est composée des villages de Peri, Olmu, Salasca et U Poghju; elle élit deux podestats.
Construction des murailles de Sarté (voir 1549) par le gouverneur LORENZO NEGRONE et RAFFE di URTULI. Ces travaux coûteront 15000 lires au lieu des 6000 initialement prévues.



1589:

6 Janvier: FILIPPO da PASSANO et ses colons vintimillais sont à Bastia.
11 Janvier: FILIPPO da PASSANO fait voile vers Porti Vechju.
12 Janvier: Les Génois et les colons arrivent à Porti Vechju, et commencent les travaux de reconstruction de la ville et de ses fortifications.
26 Janvier: LEONARD de CASANOVA est envoyé pour commander dans le diocèse de Nîmes et Uzès.
4 Février: Procès intenté par le Castellanu de CASTA à ANGHJELU MARIA; il lui réclame la somme de 350 lires à laquelle ce dernier a été condamné par la Sentenzia di Pace.
Mars: Porti Vechju étant devenu un endroit sûr, FILIPPO da PASSANO répartit les terres entre ses colons. Puis, il retourne à Gênes recruter de nouveaux pionniers, après avoir confié la garde de Porti Vechju à AGOSTINO CENTURIONE.
1er Mars: Requête de deux Barigelli (policiers génois) qui ont capturé un bandit pour obtenir la remise de bannissement d'un autre bandit.
6 Mars: Requête de VINCENTE de PEDICORTI, concernant le rôle de la femme dans la Vindetta, notamment concernant le Rimbeccu (reproche adressé par un parent ou un étranger à un homme qui n'a pas rempli son devoir de Vindetta): il déclare que la plupart des inimités proviennent de la femme.
19 Mars: Le Sénat de Gênes confirme l'exemption de taille accordée à GUGLIELMU di FUZZA.
Le Génois AMBROGGIO PINOLA s'associe au bail de FILIPPO da PASSANO sur Porti Vechju.
5 Avril: Demande de prorogation, par les Oratori di Corsica, de la requête du 25 Octobre 1585.
10 Mai: Le Magistrato di Corsica confirme les décrets de grâce concernant les bannis de Corse, sous certaines réserves.
26 Juillet: Le capitaine ANTONIO FRANCESCU COSTA obtient cession par acte notarié du droit de grâce, appartenant à un destructeur de bandit, dont il peut user à son tour au profit d'un de ses protégés personnels.
GIULIO GIUSTINIANI est nommé évêque d'Aiacciu. Il succède à GIUSEPPE MASCARDI (voir 1582).
Le sel devient un monopole d'Etat, géré par l'Ufficio di Sale delli Compadre di San Giorgio. Il fait l'objet d'une stricte réglementation.
Lors de sa visite apostolique de la Corse (voir 1586), NICOLO MASCARDI, l'évêque de Mariana, est dans les diocèses d'Aleria et de Sagone, où il y dénonce la misère morale qui y règne.
L'église de San Niculaiu di Spanu, en Balagna, est à l'état de ruine.
GERHARD MERCATOR, géographe hollandais, cosmographe du duc de CLEVES, dessine une admirable carte de la Corse.
A Venise, le graveur GIROLAMO PORRO PADOVANO exécute une carte de la Corse tirée de l'Atlas du géographe TOMASO PORCACCI, L'Isole piu famose del Mondo.
Décès, à Gênes, de GABRIELE BUONAPARTE.
Ghisoni compte 800 habitants.
Le village de Pacciunituli, près de Zonza, dans la piève de Carbini, est en grande partie détruit par les Turcs.



1590:

SIMONE CASTAGNOLA est le podestat de Bastia.
14 Janvier: Un Pace, entre le prêtre PETRU FANNONE et la famille de la victime d'une part, et DIMITIU (le meurtrier) et sa famille d'autre part, qui se sont réconciliés, est annexé à une requête, pour obtenir la grâce du meurtrier de RIFACCIOLU della REBBIA.
4 Février: Début de la construction, à Bastia, de l'église deSan Roccu.
4 Mars: A Madrid, décès d'ANDRIA GASPARI (voir 1578), de Mursiglia, un des grands serviteurs de PHILIPPE II, le Roi d'Espagne. Il était Commissaire Général du Royaume d'Espagne, du Portugal et des Indes. Il est inhumé au couvent de Mursiglia, dans une chapelle pour la construction de laquelle il lègue 400 écus d'or. De plus il en lègue 2000 pour qu'on y dise une messe perpétuelle pour le repos de son âme, 200 pour fortifier le clocher de l'église du couvent franciscain et 2000 pour les pauvres de la paroisse.
D'autres Corses célèbres de l'époque cités par l'écrivain ANTONE PETRU FILIPPINI: MARCANTONE AGOSTINI, FRANCESCU GASPARI (le frère d'ANDRIA, voir 1580), ORSU SANTU CIPRIANI, d'Ortinola, les frères GHJUVANNI, PAULU et ORLANDU PORRATA, de Mursiglia, FRANCESCU di U POGHJU di MORIANI, FILIPPU di LOTA, etc.
Apparition des armes à feu (arquebuses à rouet) sur l'Ile.
ANTONE PETRU FILIPPINI estime à 7000 le nombre des patentes d'arquebuses en Corse.
Continuant sa visite de l'Ile (voir 1589) NICOLO MASCARDI, l'évêque de Mariana, parcourt le Nebbiu.
20 Juillet: Autres requêtes des Oratori di Corsica.
FILIPPO da PASSANO est nommé gouverneur, après LORENZO NEGRONE.
28 Juillet: Dépôt d'une requête, au sujet d'un crime, et concernant le bannissement du meurtrier, par ANTONIO FORNELLO.
12 Août: Nouvelle requête au sujet des meurtriers de RIFFACIOLU della REBBIA.
19 Août: Arrivée à Bastia de FILIPPO da PASSANO; il réorganise sa colonie de Porti Vechju. Il fait édifier deux tours à l'entrée du port de la ville, celle de Castagnolu et celle de l'Isolottu.
30 Octobre: Décès de GIOVAN BATTISTA BALDO, évêque du Nebbiu (voir 1579).
15 Décembre: Requête d'ANTONIU MARSOLETTO concernant l'application d'une sentence dans laquelle il est condamné à épouser la sœur de sa victime alors qu'il est déjà marié.
Reconstruction, à Calvi, du clocher de la cathédrale San Ghjuvanni Battista, détruit par l'explosion d'une poudrière (voir 1567).
Mariage, à Marseille, d'AMBROISE AGOSTINI, compagnon d'exil d'ALPHONSE d'ORNANO, avec MARGUERITE de GROHION.
Fin de la construction de la tour de La Giraglia.
Le gouverneur FILIPPO da PASSANO instaure, dans les églises bastiaises, l'usage d'en draper les parois de velours rouge de Gênes.
Décès de VITTORIA SANTELLI CENCI, femme de ORAZIU de GENTILE, seigneur de Canari. Elle est enterrée au couvent de San Francescu de Canari (pierre tombale).
Décès de ANTONIU (GHJULIU) GUIDI, dit U Duttore di a Grande Memoria (voir 1560).
Dans l'évêché du Nebbiu, la piève d' Oletta est composée des capelle de Santu Cervone di U Poghju d'Oletta (Munticellu, U Poghju et Cazalicu) et de Sant'Andria d'Oletta (Villa, Piazzili, Gromanaccie, Muntagione et Salicetu). Cette capella élit deux podestats. La piève de Santu Petru, dans l'évêché du Nebbiu, est composée de I Vezzi, E Vittellacie, Campiani, U Castagnu et U Pianellu.
Election du podestat de Campuvechju, près de Venacu.



1591:

GIOVANNI AMBROGGIO NICOLAI est le podestat de Bastia.
6 Mars: ANDREA SCRIBANO, de Lerice, est évêque du Nebbiu. Il succède à GIOVAN BATTISTA BALDO (voir 1579).
2 Avril: A Calinzana, naissance de BERNARDINU ALBERTI, religieux franciscain, qui sera connu sous le nom de Padre Bernardinu di Calinzana.
5 Avril: Arrivée à Bastia de AGOSTINO DORIA, le successeur de FILIPPO da PASSANO.
10 Mai: L'évêque d'Aleria, ALEXANDRE SAULI est rappelé en Italie, où il est nommé évêque de Pavie, par le pape GREGOIRE XIV.
31 Juillet: OTTAVIU BELMOSTO, Corse de A Venzulà, prêtre à Gênes, est nommé évêque d'Aleria, en remplacement d'ALEXANDRE SAULI.
Août: ORAZIU LANFRANCHI (ORAZIU della VIE), de Livia, Oratore des Nobili Sei du Dilà, en appelle au Sénat de Gênes contre le tarif des remboursements des dettes contractées par les agriculteurs, fixé par le commissaire d'Aiacciu, malgré l'avis des représentants des populations.
20 Décembre: LEONARD de CASANOVA est nommé Maréchal de Camp, Général des Corses et des Italiens en France.
30 Décembre: Projet de loi sur les Inféodations qui élargit les décrets de 1587: pratiquement la Corse entière est inféodée. A l'exclusion des présides et des forteresses (Bastia, Calvi, San Fiurenzu, Aiacciu, Bunifaziu, Corti, Sarté, Algaiola et la Balagna), et des féodaux du Dilà et du Capicorsu, ce sont tous les biens domaniaux qui sont touchés par la nouvelle loi. Ce projet ne sera pas retenu, et on en reviendra aux décrets de 1587, et à la création de deux fiefs: celui de Porette et du Fiumorbu, et celui de Porti Vechju.
Le Corse MEDORU CAPIZALLE est capitaine au service de la France.
GHJUSEPPE RISTORI, Nobile Trenta de Bastia, est à l'origine de la familleRistori de la Riventosa.
A Alisgiani, assassinat de ROMAGNOLU de PIRELLI par un certain FRATINU, d'Alisgiani; le frère de ce dernier, PIEDINU, est condamné à épouser la petite fille de la victime.



1592:

STEFANO SPINOLA est le gouverneur de la corse.
Construction de la tour de Porti Poddu.
Construction de la tour de Gaspari, à Mursiglia, par FILIPPU GASPARI (voir 1590).
Les habitants de Balagna demandent que se termine enfin la construction des tours de Lacciolu et Calarossa.
Décret rendu à la requête de PASQUALE POZZU di BORGU (voir 1584): les Corses pourront avoir leur résidence dans les murs de la ville d'Aiacciu, et vivre parmi la colonie génoise.
Gênes consent à ce qu'un tiers du Consigliu dei Anziani soit représenté par des Corses, à la condition que ces derniers se déclarent Génois.
Cinq arrêtés de convocation pour l'élection des podestats dans diverses pièves du Diquà sont proclamés durant l'année.
20 Mars: Requête de DANESE di OREZZA pour obtenir la démolition d'une tannerie d'où est parti un coup d'arquebuse.
25 Mai: Nouvel arrêt de reconnaissance de noblesse de la famille Lanfranchi, de Livia.
11 Octobre: Décès, à Calosso, dans la province d'Asti, en Italie, d'ALEXANDRE SAULI (qui sera canonisé sous le nom de Saint ALEXANDRE SAULI).
Dans le Capicorsu, la seigneurie des da Mare, comprenant les fiefs de Ruglianu, Luri et San Columbanu, disparaît pour donner naissance à la province du Capicorsu (ou piève de Luri), où un podestat major rend la justice au nom de la République de Gênes. C'est la fin des feudataires da Mare.
Lettres patentes confirmant ANTONIU PICCIONI dans les privilèges attachés à la noblesse; il est un des ancêtres de la famille Piccioni de L'Isula.
Election du podestat de la capella de San Ciprianu di A Porta d'Ampugnani, PAUL ANTONE di QUERCITELLU.



1593:

NICOLAO VENTURINI est podestat de Bastia.
AGOSTINO BIANCO est podestat de Sarté.
NICOLO FIESCHI est le nouveau gouverneur; il a pour lieutenant BATTISTA GUFFO.
Présence de missionnaires jésuites à Aiacciu.
11 Avril: La communauté de Belgudé s'assure des services d'un écrivain public, un dénommé VITANIO. Ce dernier sera rémunéré de 2 bacini de blé par feu lors de la prochaine récolte.
Juin: A Tunis, FILIPPU di LOTA, devenu commerçant, déjouant la surveillance des Turcs, réussit à s'embarquer, et à rejoindre, avec d'autres prisonniers, Munticellu (voir 1560).
Juillet: Ordonnance interdisant la baignade autour de la citadelle de Bastia.
24 Juillet: Un Génois, TOMASO FIESCHI, lègue par testament, 1500 livres aux Jésuites, pour l'ouverture d'un collège à Aiacciu.
1er Septembre: Réponses de Gênes aux dernières requêtes, 13 en tout, faites par les Oratori di Corsica.
Fin de La Historia di Corsica de ANTONE PETRU FILIPPINI.
Fin de la construction de la cathédrale d'Aiacciu.
Confirmation de l'exemption faite à la famille di Bozzi au sujet du paiement de l'impôt de la taille.
Le lieutenant DON PETRU MORTINI demande que son corps soit enseveli dans une sépulture particulière, à l'intérieur de l'église Nostra Signora di e Grazie, à Belgudé. Il est un des fondateurs de la famille Mortini, du hameau de Mortinu, dans la communauté de Belgudé.
GIULIO GIUSTINIANI, consacre l'église du couvent de San Francescu, à Santa Lucia di Taddà.



1594:

GREGORIO da VARESE est podestat de Bastia.
LISANDRU FRANCESCHINI, Oratore di Corsica, est à l'origine des Franceschini d'Aiacciu.
Les Turcs détruisent le village de Pozzu di U Borgu, au-dessus d'Aiacciu.
Les curés sont autorisés à récolter le prix de la rançon de SUZZONE di LOZZI enlevé par les Turcs.
Publication, à Tournon, par l'archidiacre du diocèse de Mariana ANTONE PETRU FILIPPINI, de ses chroniques, La Historia di Corsica, couvrant la période de 1559 à 1590, grâce à ALPHONSE d'ORNANO qui en finance l'impression.
Publication, à Tournon, par ANTONE PETRU FILIPPINI des Croniche, couvrant la période de 1464 à 1536, de PETRANTONIU MONTEGGIANI, de La Cronica de la Corsica, couvrant la période de 1525 à 1559, de MARC ANTONIU CECCALDI et de La Historia di Corsica de GHJUVANNI della GROSSA.
Décès de ANTONE PETRU FILIPPINI, historien et chroniqueur de la Corse.
A Calvi, le Calvais GHJUVAN'ANTONIU VINCENTELLI fait construire un monastère sur les ruines de celui des Frères Mineurs, détruit pendant la guerre de 1553.
Mars: LEONARD de CASANOVA obtient la naturalisation française par lettres de HENRI IV, le Roi de France.
14 Mai: Requête de PETRU PAULU, de Ghjussani, auprès du gouverneur pour être relevé des obligations qui lui incombent à titre de parent d'un banni.
26 Novembre: Décret de Gênes en faveur des Calvais, lors d'un conflit entre ceux-ci et les deux syndics génois de la ville.
22 Décembre: Décret concernant la protection des officiers civils.
Décret génois réglementant l'exode des Corses, qui prend des proportions trop importantes.



1595:

OTTAVIANO MURATO est podestat de Bastia.
18 Janvier ou Février: A Marseille, PIERRE LIBERTAT, capitaine de la Porte Royale, descendant de PETRU BAGLIONI, dit Liberta, le libérateur de Calvi (voir 1421), tue, avec l'aide de ses frères, le premier consul CHARLES CASAULX qui s'apprête à livrer la ville aux Espagnols, et parvient à mettre en fuite ces derniers.
GERONIMO ASSERETO est gouverneur de la Corse.
2 Juin: Réponses de Gênes aux requêtes formulées par les Nobili Dodeci, concernant la répression des crimes. Les Vindette sont sévèrement réprimées: vingt ans d'exil. Ces réponses sont intégrées aux Statuts.
15 Août: Baptême de GHJUVANNI BATTISTA QUESTA, fils de OTTAVIU QUESTA, de Calvi.
ALPHONSE d'ORNANO est nommé Maréchal de France par le Roi HENRI IV. Il est également le Lieutenant Général pour le Roi dans la province du Dauphiné.
JEAN BAPTISTE d'ORNANO est nommé Colonel du Régiment des Corses.
A Canari, dans l'église de San Francescu, construction de la dalle funéraire de ORAZIU de GENTILE, et de sa femme, VITTORIA SANTELLI CENCI (voir 1590).
La piève de Patrimoniu, dans l'évêché du Nebbiu, est divisée en communautés: celle de Santu Marcellu di Barbaghju et de celle de San Martinu di Patrimoniu. En Balagna, la piève de Sant'Andria, dans l'évêché de Mariana comporte trois capelle: Sant'Andria di U Fulgetu, Santu Petru Nesce (Nesce et Funtanella) et San Ghjuvanni é San Japicu di Muru (Pughjali et Muratu). En Balagna, la piève de Tuani, dans l'évêché de Mariana, compte trois capelle: San Gavinu di Belgudé, San Bartolomeu di Ochjatana (Ochjatana et Costa) et San Simone di Ville di Spiluncatu (Ville, Rustu, Olivacce, Querci et Cavalerraccie). En Balagna, la piève de Ghjussani, dans l'évêché de Mariana, compte quatre communautés: Olmi e'Capella, Musuleu, Vallica et Pughjula. Dans le Diquà, la piève d' Alisgiani, dans l'évêché d'Aleria, compte sept capelle: San Francescu d'Alisgiani (I Perelli, I Piessali Casella et I Pinzacci), Santu Stefanu de U Novale d'Alisgiani, San Salvadore di Castagnetu d'Alisgiani (U Quercetu et Terriula), San Vitu é Santa Maria di Tarranu d'Alisgiani (Poghju, Poghjale, Ortia, Sorbellu et A Porta), Santa Croce di Felce d'Alisgiani, San Mighele di Petricaghju et Ortale. La piève d' Ampugnani, dans l'évêché d'Accia, puis de Mariana (voir 1561), se compose des capelle et communautés suivantes: San Chilicu di Ghjucatoghju (Ghjucatoghju, Quercetu et A Casabianca), Santu Cesariu di A Croce (A Croce, U Polveresu, San Marcellu ou Poghju di Restallu et Sorbellu), San Roccu di Pianu, Santa Maria Concetta di Ficaghjà (Ficaghjà, Esau), Sant'Agustinu di Silvarecciu, Santa Maria di Casalta, San Ciprianu di A Porta (La Porta, Pughjali, Stopianova), Santu Blasiu di Poghju d'Ampugnani, San Niculaiu di Castel d'Aqua, Santa Maria di Prunu, Santa Cecilia di Scata, San Cosimu e Damianu di Monte d'Olmu. La piève de Bigornu, dans l'évêché de Mariana, est composée des communautés et capelle de Santa Maria di Bigornu (U Poghju, Teghje, Ficaghjola), Santa Maria Madalena di Lentu (avec deux podestats), Santu Mamilianu di Scolca (Scolca, Erbaghju), Santu Petru di Campitellu (Campitellu, Vagniolu, Panicale), et San Cesariu di Vulpaiola (Vulpaiola, Quercettu, Trave, Pianu, Costa). La piève du Boziu, dans l'évêché d'Aleria, est composée par les capelle de Sant'Andria di Boziu (Sorbu, A Casella, Albitru, Pedicorti, A Rebbia, Mazzola et Costa), San Cesariu di Boziu (Poghju et Bustanicu), San Niculaiu di Sermanu (Sermanu et Castellare), Santa Maria d'Alzi (Alzi et Alandu) et San Bernardinu di U Favalellu di Boziu. La piève de Caccia, dans l'évêché de Mariana, est composée des communautés et capelle de San Niculaiu di Castifau (Castifau, A Petrera, E Piazze, A Paganosa), San Chilicu é San Cesariu di Moltifau (Moltifau, A Torre, Cheta, Merusoli et Campuratu), San Niculaiu d'Ascu et Santa Maria di Canavaghja (Canavaghja, Costa, Villa, Casalincu, Parocchja et Curtincha).



1596:

GIOVANNI BATTISTA da LEVANTE est podestat de Bastia.
Construction de la tour de l'Isulella à Coti Chjavari, sous la direction de BRITIO TAMALLO et SIMONE de THOMATIS.
Construction de la tour de Capu di Muru.
Décès d'ANDREA SCRIBANO, évêque du Nebbiu. Le siège épiscopal sera vacant jusqu'en 1601.
ALPHONSE d'ORNANO envoie sur l'Ile le capitaine BIAGGINO pour régler des affaires le concernant. Méfiance de Gênes, qui fait surveiller ce dernier pendant son voyage.
Carte de la Corse par MATTHIAS QUAD et JANUS BUSSEMACHER, géographes et graveurs à Cologne, la première sur laquelle figure la Tête de Maure (voir 1573).
Le capitaine GHJACUMU SANTU POGGI est l'ancêtre de la famille de Poggi de Bastia.
28 Septembre: A Caccia, requête, pour non-respect de sentence, déposée par la fille d'une victime qui aurait du être épousée par le fils du meurtrier (voir 9 Janvier 1588).
Lettres de noblesse du Roi de France HENRI IV à la famille Baglioni.
13 Novembre: ANTOINE MARIE de CASANOVA, le fils de LEONARD de CASANOVA, est nommé major du régiment corse, en France. Construction de la chapelle de l'Annonciade, à Omessa.



1597:

GIOVAN BATTISTA COSTA est podestat de Bastia.
CARLO PALLAVICINI est gouverneur de la Corse.
15 Janvier: Requête de DON GHJUSEPPE VALENTINI, Cunciliatore à Pastureccia, pour ne pas être exposé à des désagréments à la suite d'un différend qu'il a arrangé.
10 Avril: A Marseille, décès de PIERRE LIBERTAT (voir 1595). Une statue lui est élevée dans la grande salle de l'Hôtel de ville, une autre à la Porte Royale de Marseille.
THOMAS LENCHE II prend la tête du Bastion de France à Alger.
ALPHONSE d'ORNANO est proposé comme Lieutenant Général pour le Roi HENRI IV, de la province de Guyenne. Il refuse.
14 Août: Quatre galères turques, commandées par MORETTO RAIS, jettent l'ancre dans l'anse de Ficaiola et proposent aux Bastiais de racheter un certain nombre d'esclaves corses.
20 Août: Requête d'ANTONMARIA BERNARDINI contre une procédure d'appel non justifiée de la part de ses adversaires. Il demande que ces derniers soient condamnés à 100 livres d'amende.
15 Septembre: AMontemaio, baptême de GHJUVANNI AUGUSTINU ANFRIANI, un des ancêtres de la famille Colonna d'Anfriani.
L'Oratore di Corsica demande à nouveau la prorogation de la requête du 25 Octobre 1585.



1598:

11 Janvier: Baptême de GUISEPPE MASSEI, fils de MARCANGHJELU SANTU MASSEI, et futur podestat de Bastia.
ANTONIO da VARESE est podestat de Bastia.
Création, à Bastia, d'un Grenier d'Abondance, réserve de 1000 à 2000 mines de blé, achetée et stockée par les soins de la municipalité, afin d'être redistribuée aux boulangers de la ville, en cas de disette.
Quatre galiotes de Bizerte saccagent Calvese et enlèvent 53 habitants.
Carte de la Corse dessinée par ZACHARIAS HEYNS, imprimeur, libraire et graveur à Amsterdam.
A Bunifaziu, construction du pont-levis de la Porta Vechja de l'enceinte fortifiée.
A Bastia, construction du bastion de Santa Maria.
2 Octobre: Dans le Rustinu, sentence au sujet de la requête du 28 Juillet 1590.
3 Décembre: Suite à la requête du 25 0ctobre 1585, Gênes estime qu'il n'y a pas lieu de donner une autorisation générale aux bandits bannis de revenir pour se repentir. Les cas particuliers seront examinés favorablement...
L'état de la population dans la seigneurie Da Mare dans le Capicorsu est le suivant: Barrettali compte 340 habitants, Luri, 780, Pinu, 390, Mursiglia, 380, Centuri, 520, Ersa, 350, Ruglianu, 650, Meria, 280, et Cagnanu, 320.
Dans le Diquà, la piève de Moriani, dans l'évêché de Mariana, est composée de cinq capelle: Santa Maria Assuntà et Santu Brancaziu (U Poghju, Iscetu, U Piletu, U Pianellu et I Ghjuli), San Niculaiu (A Castellana, Reginca, Pedigradu, Repiola, Muchju et Rusticachja), Santa Lucia (Coccola, A Cotinca, A Venzulà, Bonaldu et Piazze), Santa Riparata (I Forci, I Penti et U Pinsu) et San Ghjuvanni (Serra, Serrale, A Grotta, Stichjiale, Torra, Reggetu, Ciotti et Tribbiolu).
A Bastia, consécration de l'église du couvent San Francescu.



1599:

11 Août: Lors d'un procès mentionné par le Civile Governatore, la population de Grate et de Riscamone (dans la piève de Rustinu) est évaluée à 120 feux (480 habitants environ).
12 Septembre: ALPHONSE d'ORNANO accepte la charge de Lieutenant Général pour le Roi, de la province de Guyenne (voir 1597).
21 Septembre: Baptême de ETIENNE QUESTA, fils de OTTAVIU, à l'origine des Questa de Calvi.
SIMONE GHJUVANNI MASSIANI est podestat de Bastia.
MARCO ANTONIO GIUSTINIANI est gouverneur de la Corse.
Décès de NICOLO MASCARDI, l'évêque de Mariana-Accia (voir 1584).
GERONIMO del POZZO, de La Spézia, lui succède.
Il est demandé aux insulaires de dénoncer ceux qui possèdent des armes à feu (arquebuses).
L'évêque d'Aiacciu, GIULIO GIUSTINIANI, fait don d'une cloche portant ses armoiries à la paroisse de Carbuccia.
Carte de la Corse par BARENT LANGENES, géographe et éditeur aux Pays Bas.
FILIPPINU et GHJUVANNI LUCA CARBUCCIA figurent dans les premiers recensements de la ville de Bastia. Ce sont les ancêtres de la famille de Carbuccia.
A Marseille, OURS TOUSSAINT CIPRIANI, reconnu noble, est nommé Consul de la ville.
Naissance de DELFINU di LECA, fils de BIAGINU di LECA (voir 1570), futur colonel d'infanterie et capitaine d'une compagnie d'arquebusiers à cheval, au service du Duc de Savoie.
ALPHONSE d'ORNANO est maire de Bordeaux.
Naissance de GHJUVAN PAULU PERI, fondateur de la famille de Peri, de Peri, près d'Aiacciu.
Décès de TOMASINU MALASPINA (voir 1573).
Fondation de l'oratoire de San Roccu à Aiacciu.



1600:

POLO MAGIOCCO est podestat de Bastia.
Il y a 24 couvents de Franciscains en Corse.
Le cardinal protecteur de l'Ordre des Franciscains envoie en Corse le moine AGOSTINO, comme commissaire extraordinaire, afin d'y introduire la branche des Franciscains Réformés. Les couvents de Brandu et de Casinca leur sont attribués. Le moine LUIGGI, de Taddà, est chargé de leur implantation.
Les Observants cèdent aux Réformés le couvent d'Alzipratu, près de Ziglia.
Réponse de Gênes à une requête formulée par l'Oratore ANTONE MARCU COSTA, concernant les droits de passage des revendeurs du marché de Bastia. Il est l'auteur de livre Constitutions, concernant le diocèse de Mariana Accia.
Le pape CLEMENT VIII autorise la substitution de l'église cathédrale Santa Maria de Bastia, à La Canonica.
21 Août: La concession du domaine de Porti Vechju est abandonnée et rendue à la République de Gênes (voir 1588).
10 Décembre: Gênes cède le fief de Porti Vechju à DOMENICO PINELLO, puis à ses fils ARRIGO, >GIOVANNI ANDREA et GIORGIO; mais les Génois, mis à part quelques métayers, quittent le village, laissant les terres aux paysans locaux, et montagnards voisins.
Restauration par des maçons lombards de l'église San Tomasu, à Pastureccia, à Castellu di Rustinu.
La pêche du corail est réservée aux Génois. Les pêcheurs corses doivent émigrer en Afrique du Nord.
JEAN BAPTISTE d'ORNANO participe avec HENRI IV à la guerre de Savoie.
On enregistre un CALIXTE LECA, notaire à Ochjatana.
Confirmation d'investiture aux d'Ornanu.
Parution des poèmes Lettere Amorose, de MATTEU ANDROVANDI, en italien (voir 1550).
A Aiacciu, création de la Confrérie de San Roccu. Son costume se compose d'une robe et d'un capuchon verts, d'un chaperon noir avec coquille sur le côté gauche et une croix à droite.
La piève deFerringule, dans l'évêché du Nebbiu se répartie en U Sparagaghju (170 habitants), U Monte (40), A Bracollacia (200), et U Poghju (100). Le bourg de San Fiurenzu compte 160 habitants. Dans le Diquà, la communauté de Santu Cesariu di Tallone, dans l'évêché d'Aleria, comprend 206 habitants.