Orsu Ghjuvanni Caporossi

Cronica di A CORSICA

















1801:

PETRU GIOVELLINA est maire de Bastia.
7 Janvier (17 Nivôse, An IX): Un décret consulaire appelle officiellement ANDRE FRANCOIS MIOT de MELITO (voir 1800) au poste de Commissaire administrateur général des deux départements de la Corse.
15 Janvier (25 Nivôse, An IX): NAPOLEON BONAPARTE ordonne au ministre de la Guerre LOUIS-ALEXANDRE BERTHIER, d'expédier en Corse 1000 prisonniers autrichiens, afin de faire percer la route carrossable qui relierait Bastia et Corti à Aiacciu.
30 Janvier: GHJUSEPPE ANTONIU ARENA, accusé à tort (?) d'un complot contre NAPOLEON BONAPARTE en 1800, est guillotiné.
7 Février (18 Pluviôse, An IX): Une loi est votée, instituant des tribunaux criminels spéciaux dans certains départements, dont ceux de Corse.
Une loi autorise la municipalité d'Aiacciu à vendre jusqu'à concurrence de 50000 francs de biens communaux. Cette somme sera affectée aux premiers travaux d'aménagement de la ville.
25 Mars: ANDRE FRANCOIS MIOT de MELITO débarque à Calvi et prend la direction d'Aiacciu.
31 Mars: A Aiacciu, ANDRE FRANCOIS MIOT de MELITO s'installe dans la maison de famille des Buonaparte. Il a avec lui 12000 volumes que le Ministre de l'Intérieur LUCIEN BONAPARTE lui a confiés, et qui constituent le fonds de la bibliothèque de la ville.
3 Avril: ANDRE FRANCOIS MIOT de MELITO publie un décret suspendant les deux tribunaux criminels de Corse pour les remplacer par un seul Tribunal Criminel Extraordinaire, composé d'un président, de huit juges (cinq civils, deux officiers militaires et un commissaire du gouvernement), d'un substitut et d'un chancelier, et qui siégera à Corti.
30 Avril: PETRU GHJUVAN TOMASU BOERIO (voir 1796), de Corti, le président du Tribunal Criminel Extraordinaire et les autres membres (entre autres HAMEL, commandant de la place d'Aiacciu, GHJUSEPPU MARIA de CASTELLI, FERRI-PISANI, BURETTE, chef d'escadron de la gendarmerie, GHJACUMU MARIA da PONTE et SUZZONI, tous deux juges civils...) prêtent serment dans le palais des Jésuites, à Bastia.
Il est institué, dans chaque commune, un tribunal de simple police composé du Maire et de deux assesseurs, membres du Conseil Municipal.
11 Mai: ANDRE FRANCOIS MIOT de MELITO accepte le plan d'extension et d'urbanisation de la ville d'Aiacciu.
27 Mai (8 Prairial, An IX): Signature de l'arrêté ordonnant le commencement des travaux d'urbanisation de la ville d'Aiacciu: Le Bastion dit du Diamant sera démoli et rasé, les décombres en provenant seront employés aux remblais nécessaires pour la formation de la place projetée.
2 Juin: De Londres, lettre de PASQUALE PAOLI à GHJUSEPPU OTTAVIANU NOBILI SAVELLI (voir 1797), à Florence, dans laquelle il voudrait que les Corses restent tranquilles pour ne pas donner au nouveau commissaire l'occasion d'abandonner la tolérance dont il semble faire preuve.
10 Juin (21 Prairial, An IX): ANDRE FRANCOIS MIOT de MELITO donne à la Corse de nouvelles lois financières, fiscales et douanières: Les Arrêtés Miot (au nombre de 135).
12 Juin: A Aiacciu, inauguration du jardin botanique par LOUIS CLAUDE NOISETTE, du Muséum de Paris. Il est installé dans l'enclos du couvent de Saint François, devenu hôpital militaire.
19 Juin: Fondation, à Aiacciu, d'une imprimerie, filiale de l'imprimerie nationale de Paris.
20 Juin: Fondation de la bibliothèque d'Aiacciu, œuvre du Ministre de l'Intérieur LUCIEN BONAPARTE, au grand séminaire de la ville. Elle est dirigée par l'abbé MIGHELE ANGHJULU d'ORNANO.
15 Juillet: Signature du Concordat: Aiacciu, seul diocèse corse avec un évêque suffrageant de l'archevêché d'Aix en Provence, est désigné comme capitale religieuse de l'Ile (y compris la principauté de Piombino et les îles d'Elbe et de Capraia). Les Articles Organiques fixent le nombre des paroisses à une par canton, avec autant de succursales qu'exige le besoin des populations. Il y a donc 52 cures proprement dites ou cantonales pour 49 cantons, et 312 églises succursales.
29 Août: ANDRE FRANCOIS MIOT de MELITO, en compagnie du préfet du Golu ANTONIU GHJUVANNI PIETRI (voir 1800), entame sa tournée officielle à travers la Haute Corse.
Afin d'augmenter les revenus de la ville de Bastia, ANDRE FRANCOIS MIOT de MELITO impose un droit d'octroi local sur le vin, l'huile, les bois de chauffage ainsi que sur tous bovins et ovins qui passent les portes de la ville.
PIERRE STEPHANOPOLI (de COMNENE) est maire d'Aiacciu.
4 Septembre: De Londres, lettre de PASQUALE PAOLI à GHJUSEPPE OTTAVIANU NOBILI SAVELLI à Florence, dans laquelle il cite le prêtre Don LUIGI (voir 1782) et où il indique qu'il aspire à la paix générale en Corse.
Le général MULLER, commandant la 23ème Région Militaire, se déclare ouvertement contre ANDRE FRANCOIS MIOT de MELITO. NAPOLEON BONAPARTE le rappelle et le remplace par le général JOSEPH MORAND.
A Bastia, création de la première Prud'homie corse des patrons pêcheurs. Sa compétence s'étend de Miomu à Ghisunaccia.
12 Octobre: Fondation, en Corse, de la loge maçonnique Les Amis Constants de la Liberté, affiliée au Grand Orient de France. A Bastia, une autre loge est active, Les Amis de la Paix.
20 Novembre: ANDRE FRANCOIS MIOT de MELITO est de retour de sa tournée d'inspection, et rentre à Aiacciu.
21 Novembre: Le pape PIE VII annule, supprime et éteint les évêchés de Mariana, Accia, Sagone, Nebbiu et Aleria.
Sur ordre de NAPOLEON BONAPARTE, début des travaux de la route carrossable entre Aiacciu et Bastia.
Le maire de Bastia, PETRU GIOVELLINA, prend des arrêtés très sévères concernant la propreté de sa ville.
GHJUVANNI BATTISTA FRANCESCHI (voir 1797 est de retour en Corse. Il participera à la guerre d'Espagne aux côtés d'ORAZIU SEBASTIANI.
GHJUSEPPE MARIA de CASABIANCA (voir 1776) est nommé gouverneur de Mantoue.
A I Perelli di Alisgiani, décès de PETRU GHJUVANNI FIGONI, plus connu sous le surnom de Grossu Minutu (voir 1717). Il est le héros de nombreuses aventures comiques, qui sont racontées dans Bon mots et plaisanteries du célèbre Grossu Minutu, de FELICE MATTEU MARCHI.
Edition d'une carte de la Corse de JOHN THOMAS SERRES (1759,1825), peintre de marine à Londres.
Décès, à Florence, de GIOVACCHINO CAMBIAGI (voir 1770).



1802:

PETRU GIOVELLINA est maire de Bastia.
26 Mars: ANDRE FRANCOIS MIOT de MELITO décrète l'envoi par les communes de 301 villageois sur le chantier des travaux de la route Bastia-Aiacciu, au col de Vizzavona.
NAPOLEON BONAPARTE décide de déporter en Corse, sur l'ile d'Elbe et en France, les meneurs de la rebellion antillaise (Noirs, Métis et Blancs) et les meneurs de la Guadeloupe. Globalement, environ 300 d'entre eux arrivent sur l'Ile et sont astreints aux travaux forcés, pour une partie, les autres étant mis en prison car estimés trop dangereux.
13 Avril: LOUIS SEBASTIANI-PORTA, de A Porta d'Ampugnani, est nommé premier Evêque Concordataire de Corse. Il s'adjoint trois vicaires généraux, un pour chaque département et un pour Piombino, Elbe et Capraia.
16 Avril: Le Premier Consul NAPOLEON BONAPARTE ordonne à ANDRE FRANCOIS MIOT de MELITO de faire réparer la tour des Sanguinaires et d'établir une garde sanitaire en autorisant les barques ou bateaux de 100 tonneaux à y faire leur quarantaine.
22 Avril: Le Corse VINCENTU FRANCESCHINI, frère de l'impératrice du Maroc DAVIA FRANCESCHINI (voir 1786) est nommé consul de France à Larache, au Maroc.
2 Mai: Sur ordre d'ANDRE FRANCOIS MIOT de MELITO, la guillotine, érigée en permanence sur la place publique d'Aiacciu, est démontée et remisée.
18 Mai: De Londres, lettre de PASQUALE PAOLI à l'abbé GHJUVAN BATTISTA GIOVANETTI, dans laquelle il dit avoir appris avec plaisir les bonnes dispositions du gouvernement français pour promouvoir le bien de l'Ile.
Juin: La population d'Aiacciu compte 6750 habitants.
23 Juin: De Londres, lettre de PASQUALE PAOLI à GHJUSEPPE OTTAVIANU NOBILI SAVELLI, à Florence, dans laquelle il s'inquiète de l'instruction de ses neveux DIONISIA, EMMANUELE et PASQUALE, dit Petrinu.
Juillet: ANDRE FRANCOIS MIOT de MELITO s'installe à Bucugnà pour l'été.
14 Juillet: ANDRE FRANCOIS MIOT de MELITO inaugure la Place Bonaparte (future Place du Diamant).
2 Août: Le référendum pour le Consulat à vie de NAPOLEON BONAPARTE ne fait pas l'unanimité en Corse. A Bastia, où on note une importante abstention, sur 1200 voix exprimées, plusieurs dizaines sont contre.
3 Août: ANDRE FRANCOIS MIOT de MELITO se plaint, en vain, auprès du Ministre de l'Intérieur des obstacles que lui opposent les deux préfets de Corse, ANTONIU GHJUVANNI PIETRI (Golu) et GHJUVANNI BATTISTA GALEAZZINI (Liamone).
4 Août: JOSEPH et LUCIEN BONAPARTE sont nommés Sénateurs.
5 Août: NAPOLEON BONAPARTE est nommé Consul à vie par plébiscite.
15 Août: Après avoir reçu ses Constitutions (statuts), la loge maçonnique bastiaise des Amis Constants de la Liberté devient La Concorde.
26 Août: Un arrêté de ANDRE FRANCOIS MIOT de MELITO réorganise la Conservation de Santé des îles de Corse, Elbe de Capraja et décide la construction d'un lazaret aux îles Sanguinaires.
Septembre: ANDRE FRANCOIS MIOT de MELITO, en conflit ouvert avec les deux préfets et le général JOSEPH MORAND, voit sa fonction brusquement interrompue.
3 et 6 Septembre: De Bristol, lettres de PASQUALE PAOLI à l'abbé GHJUVAN BATTISTA GIOVANETTI, dans lesquelles, entre autres, il voudrait que soient sauvés ses écrits et l'épée qui lui venait de Prusse, pour qu'ils soient déposés dans le coffre de la confrérie de Merusaglia. Il voit les Corses profiter de l'exemple de l'industrie française, il se réjouit des écoles et des collèges... La liberté fut l'objet de nos révolutions; or, on en jouit maintenant dans notre île; qu'importe de quelles mains elle nous vienne ?
14 Septembre (27 Fructidor, An X): Un arrêté du Corps Législatif abroge le décret du 13 Décembre 1800, replace les deux départements de Corse sous l'Empire de la Constitution, et met un terme à la Mission Miot.
28 Septembre: Pour la dernière fois, ANDRE FRANCOIS MIOT de MELITO rappelle aux préfets ANTONIU GHJUVANNI PIETRI (Golu) et GHJUVANNI BATTISTA GALEAZZINI (Liamone) ainsi qu'au général JOSEPH MORAND, que sa présence en Corse, où ses attributions embrassent particulièrement les différentes parties d'administration, porte nécessairement au second rang les fonctions de préfet.
4 et 9 Octobre: De Clifton, lettres de PASQUALE PAOLI à GHJUSEPPE OTTAVIANU NOBILI SAVELLI, à Florence, dans lesquelles il lui demande de voir souvent sa nièce DIONISIA. Il s'inquiète également de l'éducation de ses neveux EMMANUELE et PASQUALE, dit Petrinu, envoyés en Italie. Il parle aussi de l'héritage qu'il leur lèguera.
24 Octobre: ANDRE FRANCOIS MIOT de MELITO s'embarque à Aiacciu et quitte la Corse. Il écrira: A tout prendre, la situation du pays est meilleure. Mais le peu de bien que j'ai pu faire demande, pour se consolider, pour pénétrer dans les masses et modifier sensiblement les mœurs, du temps et de la persévérance dans l'emploi des mêmes moyens. A cet égard donc, je dois l'avouer, je laisse la Corse telle que je l'ai trouvée dans mes deux missions. La civilisation n'y a fait aucun progrès sensible. Le même esprit de vengeance et de haine privées existe.
Novembre: LOUIS SEBASTIANI prend possession de son diocèse.
NAPOLEON BONAPARTE décide de déporter en Corse, sur l'ile d'Elbe et en France, les meneurs de la rebellion antillaise (Noirs, Métis et Blancs) et les meneurs de la Guadeloupe. Globalement, environ 300 d'entre eux arrivent sur l'Ile et sont astreints aux travaux forcés, pour une partie, les autres étant mis en prison car estimés trop dangereux.
2 Décembre: PASQUALE PAOLI écrit à GHJUSEPPE OTTAVIANU NOBILI SAVELLI, à Florence, pour être sur que sa nièce DIONISIA reçoit une bonne éducation chez les religieuses. Il préférerait également voir ses neveux EMMANUELE et PASQUALE étudier en France.
10 Novembre: A Aiacciu, par décret municipal, les cochons et les truies ne sont plus soufferts en ville.
9 Décembre: PASQUALE PAOLI écrit à GHJUSEPPE OTTAVIANU NOBILI SAVELLI, à Florence, pour l'informer des frais qu'il engage pour l'éducation de ses neveux DIONISIA, EMMANUELE et PASQUALE. Il lui demande de conserver cette lettre car elle pourra servir comme étant son ultime volonté.
24 Décembre: La Constitution de l'An VIII redevient applicable en Corse.
28 décembre: Le général JOSEPH MORAND écrit à LUCIEN BONAPARTE pour l'informer des décisions qu'il a prises afin de lutter contre les brigands dans le département du Liamone.
Des Haïtiens, partisans du général TOUSSAINT LOUVERTURE, jugés comme dangereux ou susceptibles de créer de l'agitation sont envoyés en France. Ceux qui ne sont pas assignés à résidence sont emprisonnés, notamment en Corse, à Aiacciu. Ils constituront plus tard une partie des hommes et officiers du Bataillon des Pionniers Noirs.
Les Frères des Ecoles Chrétiennes, institut de religieux voué à l'enseignement de la jeunesse, ouvrent 12 établissements en Corse: Aiacciu, Bastia, Bucugnà, Bunifaziu, Calinzana, Calvi, Corti, Ghisoni, Isulacciu di Fiumorbu, Sartè, Viscuvatu et Vicu.
Construction d'un lazaret sur l'île de Mezu Mare (la Grande Sanguinaire).
A Montpellier, Le Premier Consul BONAPARTE refuse que le Conseil Municipal de la ville élève un monument à son père CARLU BUONAPARTE (voir 1785).
En Angleterre, le corps des Corsican Rangers (voir 1798) est dissous après avoir reçu des décorations.
A Aiacciu, l'oratoire de San Roccu devient une église paroissiale (voir 1599).
A Paris, chez Garnery, parution de Mœurs et Coutumes des Corses par GABRIEL FEYDEL.



1803:

PETRU GIOVELLINA est maire de Bastia.
Les rumeurs de guerre entre la France et l'Angleterre vont bon train.
12 Janvier (22 Nivôse an XI): Sous le prétexte d'extirper les contre-révolutionnaires, royalistes, pro Anglais, insoumis ou bandits de grand chemin, un décret consulaire institue la Haute Police (Alta Polizia) en Corse. Ce décret confie, en onze articles, les pouvoirs, mal définis mais extrêmes, de cette Haute Police, au général JOSEPH MORAND, avec 100000 francs d'appointements annuels.
18 Janvier: VICTOR HUGO (âgé de 11 mois) est à Bastia, où son père, commandant d'un régiment de l'Empire, arrive en garnison.
9 Avril: GHJACINTU ARRIGHI de CASANOVA est nommé préfet du Département du Liamone.
11 Mai (21 Floréal, An XI): Fin officielle de l'administration de la Corse par ANDRE FRANCOIS MIOT de MELITO.
17 Mai: Au cours de son voyage inaugural à Bastia, l'évêque de Corse LOUIS SEBASTIANI donne son règlement pastoral. Ses commandements, pleins de sagesse et de vertu, resteront lettres mortes.
9 Juillet: Fondation de la Société d'Instruction Publique du Département du Golo, une académie locale des sciences et des lettres. Elle est composée de 36 membres résidants, de membres correspondants, de membres honoraires et de 6 sociétaires élèves.
Dans la salle du Conseil Général du Département du Golu, inauguration d'une statue en marbre de NAPOLEON BONAPARTE, Premier Consul.
25 Juillet: De Londres, lettre de PASQUALE PAOLI à l'abbé POLETTI, pour lui donner des nouvelles de sa santé.
28 Juillet: En même temps que la date des Constitutions, les Francs-Maçons de l'Orient d'Aiacciu procèdent à l'allumage des feux de leur Respectable Atelier, sous le signe distinctif de La Paix. Constitution de la loge maçonnique bastiaise La Concorde, par ANTONIU GHJUVANNI PIETRI.
6 Août: De Londres, lettre de PASQUALE PAOLI à GHJUSEPPE OTTAVIANU NOBILI SAVELLI, à Florence, concernant ce qui doit être enseigné (écriture, mathématiques) à l'école normale du Rustinu.
Le général JOSEPH MORAND gouverne la Corse, d'une façon brutale, abusive et tyrannique, couvrant ses actions illégales du nom de la raison d'Etat. C'est l'ère de la Justice Morandine, a Ghjustizia Morandina.
12 Août: Le général JOSEPH MORAND écrit à LUCIEN BONAPARTE: La Corse jouit de la plus grande tranquillité. La nouvelle organisation des tribunaux a fait le meilleur effet. Il existe dans la Balagne et le Fiumorbo de nombreux partisans des Anglais. Je vais profiter de la levée des cinq bataillons de Chasseurs Corses, ordonnée par l'arrêté du Premier Consul, pour les rallier au Gouvernement, en nommant quelques-uns d'entre eux officiers. Des enrôleurs stipendiés par l'Angleterre avaient excité la désertion dans le Troisième Demi Helvétique. Quarante déserteurs ont été arrêtés au moment où ils allaient s'embarquer pour la Sardaigne, ainsi que deux embaucheurs, dont l'un a déjà été fusillé, et l'autre se trouve en jugement.
Le magistrat FRANCESCU OTTAVIANU RENUCCI (voir 1800) s'étend longuement sur les pratiques du général JOSEPH MORAND.
Septembre: Le général JOSEPH MORAND procède à la levée de Compagnies de Soldats Gardes-Côtes et de cinq Bataillons de Chasseurs Corses. Le couvre-chef de ces derniers, un béret de velours noir en pointe, orné d'un ruban de la même couleur, et d'un pompon de soie noire, leur vaudra le surnom de Pinzuti, qui sera ensuite attribué à tous les Français du continent.
Le général JOSEPH MORAND nomme lui-même tous les officiers et les sous-officiers de ses troupes, afin de garder sur celles- ci l'ascendant indispensable et le loyalisme absolu.
22 Novembre: Les cinq Bataillons de Chasseurs Corses sont organisés. Leurs chefs sont: pour celui de Bastia, qui compte 255 hommes, FRANCESCU GRIMALDI, du Niolu, pour celui d'Aiacciu, 200 hommes, VINCENTE COLONNA di LECA, de Vicu, pour celui de Corti, 277 hommes, FRANCESCU BONELLI, le fils de Zampaglinu di Bucugnà (voir 1796), pour celui de Bunifaziu, 150 hommes, IGNAZIU de CARAFFA, de Bastia, et pour celui de Calvi, 130 hommes, GHJUVAN PERETTI, de Livia. L'une des compagnies du bataillon de FRANCESCU GRIMALDI est composée de gens peu recommandables, à l'abri de l'immunité conférée par leur engagement. Parmi eux, les trois frères STEFANI, de Pedipartinu, dont l'aîné, CHIRINU, est un repris de justice, et leur cousin CANCANO.
Les tribunaux criminels, rétablis dans chacun des deux Départements, sont présidés par LUIGI BENEDETTI, pour le Golu, et LUCA BERTORA, pour le Liamone.
La loge maçonnique Les Amis Constants de la Liberté, se désolidarise du Grand Orient de France.
En Angleterre, le corps des Corsican Rangers (voir 1802) est remplacé par le Royal Corsican Rangers.



1804:

PETRU GIOVELLINA est maire de Bastia.
3 Avril: A Londres, premier testament de PASQUALE PAOLI, dicté par lui, et déposé aux archives du diocèse de Canterburry. Il laisse des instructions et des rentes relatives à l'instruction publique en CorseCorti et Rustinu). Il lègue ses biens de Corse à ses nièces, les filles d'ANTONIU LEONETTI, quelques serviteurs (GHJACUMU ORSI, GHJUSEPPE CIACCALDI, GHJUVAN BATTISTA GRAZIANI) et amis dont son beau-frère AMBROGHJU FRANCESCHETTI, et FRANCESCU PIETRI (voir 1797). Il cite aussi les descendants d'IGNAZIU DUMENICU BALDASSARI (voir 1764) et FILIPPU MASSERIA (voir 1792)...
Mai: GHJUVAN MARIA dit di U Viscuvatu, ANTONIU FRANCESCU STEFANI, dit Chirinu, 27 ans, de Pedipartinu, ANTONIU FRANCESCU STEFANI, dit Fraducce, 37 ans, de Carchetu, PETRU PAULU STEFANI, 25 ans, de Pedipartinu, ANTONIU GHJACUMU STEFANI, dit Cagnanu, 25 ans, de Carchetu, GHJUVAN MATTEU PROSPERI, dit Ciancanu, 26 ans, de Brusticu, et GHJUSEPPE MARIA STEFANI, 45 ans, de Pori di Casinca, tous du bataillon des Chasseurs Corses de FRANCESCU GRIMALDI sont arrêtés, accusés d'embauchage pour les Anglais, d'assassinats, de rapt à force ouverte et de brigandages.
3 Mai: A Aiacciu, fondation officielle de la loge maçonnique La Paix.
D'après AMBRUGHJU ROSSI (voir 1797), les bruits d'un prochain débarquement des Anglais dans l'Ile ne sont propagés que pour donner de l'importance à la Haute Police, et lui offrir ainsi une raison de plus pour agir aussi sauvagement.
RAFFAELLE de CASABIANCA (voir 1799) est nommé titulaire de la Sénatorerie d'Aiacciu.
Juin: Résultat du plébiscite donnant à NAPOLEON BONAPARTE le titre d'Empereur: sur 24000 suffrages exprimés en Corse, il y a deux Non (émis dans le Département du Golu).
5 Juillet: Une douzaine de prisonniers haïtiens, provenant d'Aiacciu, réussit à s'évader et à passer en Sardaigne.
Quelques cas de rages sont signalés à Biguglia (un décès) et à Bastia.
La ville d'Aiacciu organise de somptueuses fêtes en l'honneur du futur Empereur.
NAPOLEON BONAPARTE, très touché par la réaction des Corses, fait don de 500 lires aux 100 enfants les plus démunis des deux plus grandes villes de l'Ile.
Les députés désignés pour participer à la cérémonie du sacre (prévue pur le 2 Décembre) sont, outre l'évêque LOUIS SEBASTIANI commis de droit, pour le Département du Liamone, GHJUSEPPE APPIETTO, GHJUVAN BATTISTA BARBIERI, FRANCESCU CASAMARTE, PETRU FRANCESCU CHIAPPE, LUCA RESTORO, LUIGGI CUNEO d'ORNANO et ANTONIU FIORELLA, tous d'Aiacciu, et pour le Département du Golu, GHJUVAN BATTISTA CERVONI, VINCENTE GENTILE, GHJUVAN GERONIMU MASSONI, TIBURZU MURATI, ORAZIU SEBASTIANI, PAULU LUIGGI STEFANINI et FILIPPU SUZZONI.
A Bastia, contrairement à Aiacciu, très peu de mesures d'urbanisme sont prises (à peine un timide plan d'aménagement du quartier de l'Olmu). L'école centrale du Département est fermée. Les cours secondaires sont donnés, à titre privé, au couvent Sainte Elisabeth.
15 Novembre: Jugement rendu par la Commission Militaire Spéciale qui condamne à la peine de mort GHJUVAN MARIA dit di U Viscuvatu, ANTONIU FRANCESCU STEFANI, dit Chirinu, de Pedipartinu, ANTONIU FRANCESCU STEFANI, dit Fraducce, de Carchetu, PETRU PAULU STEFANI, de Pedipartinu, ANTONIU GHJACUMU STEFANI, dit Gagnanu, de Carchetu, GHJUVAN MATTEU PROSPERI, dit Ciancanu, de Brusticu, et acquitte GHJUSEPPE MARIA STEFANI, de Pori di Casinca, tous accusés d'embauchage pour les Anglais, d'assassinats, de rapt à force ouverte et de brigandages.
23 Novembre: A Londres, PASQUALE PAOLI écrit de sa main, en Italien, un nouveau testament qui confirme le premier, et déposé aux archives du diocèse de Canterburry.
A Bastia, création de la loge maçonnique La Parfaite Harmonie.
A Londres, chez L. Hansard, édition de Journal of a tour of Corsica in the year 1766, de ANDREW BURNABY.
A Corscia, naissance du poète GHJUVAN VITU GRIMALDI.
Edition d'une carte de la Corse de CHARLES ATHANASE WALCKENAER (1781, 1852), géographe à Paris.



1805:

PETRU GIOVELLINA est maire de Bastia.
8 Janvier: A Bunifaziu, installation officielle de la loge maçonnique La Fraternité.
15 Février: Toutes les compagnies des bataillons corses sont portées à 110 hommes. Il est créé au sein de chaque bataillon une compagnie d'élite de carabiniers.
2 Mars: FRANCESCU MARIA LEVIE (voir 1798) est nommé maire d'Aiacciu.
16 Mars: A Londres, PASQUALE PAOLI écrit de sa main, en Italien, deux codicilles au testament écrit en 1804, et déposés aux archives du diocèse de Canterburry.
18 Mars: NAPOLEON BONAPARTE, par simple décret impérial, donne à FELICE PASQUALE BACIOCCHI, le mari de sa sœur ELISA, le Duché de Piombino.
23 Mars: De Londres, PASQUALE PAOLI porte son testament à la connaissance du préfet du Département du Golu, ANTONIU GHJUVANNI PIETRI.
Un décret impérial accorde une "surséance" pour l'emploi, en Corse, de la langue française dans la rédaction des actes publics.
4 Avril: Un décret impérial cède à la ville d'Aiacciu l'ancienne Maison des Jésuites pour y accueillir un établissement secondaire: le Collège Communal d'Aiacciu.
10 Avril: Un ordre prescrit le départ de la milice des 5 Bataillons de Chasseurs Corses (i Pinzuti) pour Livourne. Ils sont affectés à la défense de la ville et de Gênes, et mis à la disposition de JOSEPH BONAPARTE, auprès duquel se trouve ANTONIU CRISTUFARU SALICETI.
CARLU ANDRIA POZZO di BORGO est en Italie, chargé de mission auprès du général LACY, commissaire général du Royaume de Naples.
25 Mai: Création de la Légion Corse, recrutée sur place et destinée à l'Armée d'Italie.
23 Juin: NAPOLEON BONAPARTE, par simple décret impérial, donne à FELICE PASQUALE BACIOCCHI, mari de sa sœur ELISA, la République de Lucques.
La milice des 5 Bataillons de Chasseurs Corses (i Pinzuti) est placée sous les ordres de FELICE PASQUALE BACIOCCHI, nouveau prince de Lucques et de Piombino. Elle est mal reçue par les habitants de Livourne et moquée par les Suisses de la Légion Helvétique. Des bagarres entre Corses et Suisses font quatre morts chez ces derniers. La troupe corse est alors envoyée en Vénétie combattre l'armée autrichienne.
A Orezza, a surghjente suttana de Rapaghju est classée parmi les sources ferrugineuses et gazeuses françaises par l'Ecole de Médecine.
Le portraitiste anglais WILLIAM BEECHEY exécute un portrait à l'huile de PASQUALE PAOLI.



1806:

PETRU GIOVELLINA est maire de Bastia.
Bastia compte 8922 habitants.
Janvier: L'Ecole des Frères de la Doctrine Chrétienne, récemment fondée, s'installe, à Aiacciu, dans l'ancien couvent des Jésuites, construit en 1617.
Après le départ des Pinzuti, le général JOSEPH MORAND lève trois autres bataillons qu'il va distribuer dans les diverses garnisons de l'Ile. Une compagnie est composée exclusivement d'hommes du Fiumorbu, car il soupçonne ces derniers d'être enclins au parti anglais. Voulant s'en faire des alliés, il leur accorde privilèges et avantages, allant jusqu'à leur attribuer l'immense domaine de U Migliacciaru, inféodé par les Génois à des notables locaux (voir 1729).
18 Mars: PASQUALE PAOLI écrit à GHJUSEPPE OTTAVIANU NOBILI SAVELLI, à Florence, pour lui parler de l'avenir de sa nièce DIONISIA.
30 Mars: L'Eglise Concordataire impose un catéchisme diocésain unique. L'évêque LOUIS SEBASTIANI fait enseigner le catéchisme de son évêché d'origine, celui de Mariana. Ce qui ne plait pas à tous les catholiques de Corse restés fidèles à l'instruction religieuse de leur diocèse respectif.
13 Mai: ANTONIU CRISTUFARU SALICETI est Ministre de la Police de JOSEPH BONAPARTE, le nouveau Roi de Naples.
28 Août: ANTONIU GHJUVANNI PIETRI, préfet du Département du Golu, transmet à GHJUSEPPE OTTAVIANU NOBILI SAVELLI, la réponse qui a été faite à PASQUALE PAOLI concernant son legs pour les établissements de Corti et du Rustinu.
21 Octobre: PASQUALE PAOLI écrit à GHJUSEPPE OTTAVIANU NOBILI SAVELLI, à Florence, pour l'informer de la position du Gouvernement sur son legs pour les établissements de Corti et du Rustinu. Ce n'est pas une fin de non recevoir, mais ce n'est pas non plus la promesse d'une réalisation rapide de ses projets.
Les cinq Bataillons de Chasseurs Corses (voir 1803) rejoignent le Royaume de Naples à la demande de JOSEPH BONAPARTE et de ANTONIU CRISTUFARU SALICETI.
Le nouveau catéchisme et le poids des impôts viennent ajouter au mécontentement des Corses. Au point de faire dire au général JOSEPH MORAND: Je suis obligé de constater qu'il faut désormais compter parmi les ennemis de l'Empire, les propres compatriotes de l'Empereur !
La bibliothèque d'Aiacciu est transférée à la mairie (elle-même installée dans la maison Benielli, devenue la Casa Sebastiani).
GHJUSEPPE MARIA ARRIGHI, de Spiluncatu, conseiller à la Cour Impériale de Bastia, écrit Viaggio di Licomede in Corsica, relation historico-philosopique sur les coutumes anciennes et actuelles de la Corse.
L'empereur NAPOLEON 1er fait jouer quelques extraits de l'opéra heroïco-comique Il Ré Teodoro (voir 1784), aux fêtes des Tuileries.



1807:

PETRU GIOVELLINA est maire de Bastia.
Le général JOSEPH MORAND est dans le Fiumorbu, où il y a d'énormes difficultés pour la collecte des impôts. Toujours conciliant avec les Fiumorbais, il ordonne que l'administration ferme les yeux sur l'acquittement de certaines contributions. Situation qui va créer envie, dépit et jalousie chez les autres Corses.
5 Février: Décès, à Londres, de PASQUALE PAOLI. Il est enterré au cimetière de Saint Pancrace (Old Saint Pancras). Sous son buste, effectué par le sculpteur anglais JOHN FLAXMAN (1755,1826), une plaque gravée commémore ses mérites.
29 Mai: Décès, à Florence, de GHJUSEPPE OTTAVIANU NOBILI SAVELLI.
29 Août: Un décret impérial nomme les sept conseillers municipaux d'Aiacciu.
L'empereur NAPOLEON 1er promulgue une loi portant sur l'assèchement des marais en Corse et prescrivant la généralisation du quinquina.
CARLU LAURELLI, d'Isulacciu di Fiumorbu, demande au général JOSEPH MORAND, et obtient, la révocation du Juge de Paix du Fiumorbu, MARTINETTI, et récupère le poste pour lui.
TOMASU SABINI, de Poghju di Nazza, dévoué corps et âme au général JOSEPH MORAND, est proposé au grade de chef de bataillon du Département du Golu.
1er Novembre: Un décret impérial prévoit l'embellissement d'Aiacciu. Il prévoit également l'assèchement des marais en Corse et la généralisation du quinquina...
Le jardin botanique d'Aiacciu devient, par décret impérial, une succursale du Muséum de Paris.
17 Novembre: Le maire d'Aiacciu, FRANCESCU MARIA LEVIE, procède à l'installation de son équipe municipale composée de sept conseillers.
Un décret impérial décide les premiers travaux d'adduction d'eau à Aiacciu, à partir de 5 sources du Mont Pozzo di Borgo.



1808:

PETRU GIOVELLINA est maire de Bastia.
5 Février: Il y a encore 128 déportés haïtiens et gaudeloupéens en Corse. Sur 94 Guadeloupéens, 23 sont affectés à la construction des routes, 11 aux fortifications portuaires, 40 sont domestiques chez un officier de garnison, 9 tambours de régiment, 2 infirmiers aux hôpitaux d'Aiacciu et Corti, 2 blanchisseuses et 1 couturière; enfin, 5 d'entre eux sont établis artisans à Aiacciu. Parmi les Haïtiens, on relève 11 domestiques, 3 tambours de régiment et 27 forçats de chantier.
17 Mars: Aiacciu devient l'une des 32 académies de l'Empire.
Mai: A Isulacciu di Fiumorbu, la querelle entre CARLU LAURELLI et MARTINETTI s'envenime. Le général JOSEPH MORAND envoie sur place l'officier de gendarmerie EMILY d'ORNANO, avec sa troupe.
15 Mai: Le conseil municipal d'Aiacciu vote un crédit de 200 francs afin de retrouver le Libro Rosso de la ville (voir 1561).
21 Mai: A Prunelli di Fiumorbu, affrontements entre les gendarmes et les paysans. DON GHJULIU MARTINETTI, le fils de l'ex Juge de Paix est arrêté. TOMASU SABINI, chef de bataillon du Département du Golu, le fait immédiatement libérer.
6 Juin: Le général JOSEPH MORAND décide alors d'intervenir. Avec 400 hommes commandés par FRANCESCU BONELLI (voir 1796), il arrive à Vivariu où il convoque le Juge de Paix CARLU LAURELLI et le commandant TOMASU SABINI. Ce dernier est mis en état d'arrestation. Puis il renvoie CARLU LAURELLI dans le Fiumorbu avec FRANCESCU BONELLI et ses hommes. Celui-ci en revient avec 192 habitants d'Isulacciu di Fiumorbu prisonniers, âgés de 15 à 80 ans, dont le maire FILIPPU FRANCESCU VALENTINI. (Achilli Anselmu, Achilli Anton'Maria, Achilli Don Ghjuliu 17 ans, Achilli Don Petru 43 ans, Achilli Dumenicu Filici 33 ans, Achilli Ghjacumu Santu 32 ans, Achilli Ghjuvan'Carlu 42 ans, Achilli Ghjuvan'Gregoriu 73 ans, Achilli Michele Arcanghjulu 70 ans, Achilli Petru Battista 30 ans, Achilli Petru Ghjuvanni 35 ans, Achilli Petru Matteu, Alessandrini Anghjulu 59 ans, Alessandrini Anton'Marcellu 60 ans, Alessandrini Baldassaru 35 ans, Alessandrini Carlinu 40 ans, Alessandrini Filippu Antone 30 ans, Alessandrini Ghjiseppu Antone 54 ans, Alessandrini Graziu 30 ans, Alessandrini Paulu 32 ans, Alessandrini Petru 55 ans, Alessandrini Petru Santu 36 ans, Andreani Dumenicu 54 ans, Angeli Marcu Aureliu, Bartoli Anghjulu Michele 29 ans, Bartoli Cristofanu 29 ans, Bartoli Dumenicu Ghjuvanni 25 ans, Bartoli Felice 30 ans, Bartoli Ghjuvan'Santu 60 ans, Bartoli Ludovicu 64 ans, Bartoli Paulu 22 ans, Bartoli Salvadori 30 ans, Bartoli Santinu 70 ans, Bartoli Simon'Petru 27 ans, Battesti Anghjulu'Augustinu 25 ans, Battesti Paulu Dumenicu 26 ans, Carlotti Anghjulu Augustinu 46 ans, Carlotti Carlu Battista 36 ans, Carlotti Ghjuliu Francescu 50 ans, Carlotti Giabiconu 25 ans, Carlotti Leonardu 70 ans, Carlotti Petru Anghjulu 35 ans, Casanova Ghjacumu 29 ans, Casanova Marcellu 23 ans, Casanova Paulu Santu 22 ans, Castelli Anghjulu Ghjuvanni 30 ans, Cervetti Marcu Battista 39 ans, Chiari Francescu Brandu 34 ans, Chiari Leonardu 24 ans, Colombani Andria 25 ans, Colombani Antone Maria 55 ans, Colombani Astolfu 17 ans, Colombani Carlu Dumenicu 36 ans, Colombani Davidiu 50 ans, Colombani Don Andria 40 ans, Colombani Don Dumenicu 40 ans, Colombani Don Eliu 60 ans, Colombani Don Ghjilormu 24 ans, Colombani Don Ghjuvanni 24 ans, Colombani Don Paulu 40 ans, Colombani Ferdinandu 24 ans, Colombani Francescu 45 ans, Colombani Ghjiseppu Ghjuvanni 34 ans, Colombani Ghjuvan'Antone 17 ans, Colombani Ghjuvan'Ghjiseppu 39 ans, Colombani Ghjuvan'Santu 46 ans, Colombani Petru Antone 16 ans, Colombani Petru Francescu 16 ans, Colombani Simon'Brandu 44 ans, Defendini Pantaleone 15 ans, Defendini Anghjulu Brandu 35 ans, Defendini Brandu 34 ans, Defendini Orsu Antone 36 ans, Defendini Petru Ghjuvanni 60 ans, Defendini Santu 50 ans, Defendini Simon'Petru 30 ans, Dominici Don Anghjulu 55 ans, Dominici Dumenicu 36 ans, Dominici Sarafinu 33 ans, Dominici Vitali 29 ans, Filippini Anghjulu Filippu 18 ans, Fillippini Petru Santu 33 ans, Gambotti Anton' Martinu 76 ans, Gambotti Farrandu 52 ans, Gambotti Francescu 30 ans, Gambotti Francescu Filippu 49 ans, Gambotti Ghjiseppu Paulu 40 ans, Gambotti Mauriziu 45 ans, Gambotti Paulu Martinu, Gelormini Anton'Santu 39 ans, Gelormini Ghjuvan'Santu 41 ans, Gelormini Luiggi 50 ans, Giacomini Ghjacumu 29 ans, Giorgi Ghjuliu Petru 34 ans, Giovanantoni Petru Francescu 25 ans, Giudicelli Anghjulu 24 ans, Giudicelli Ghjuliu Petru, Giudicelli Orsu Matteu 30 ans, Giudicelli Petru Dumenicu 16 ans, Giudici Anghjulu Ghjiseppu 49 ans, Giudici Orsu Francescu 27 ans, Grimaldi Ghjuvan Paulu 33 ans, le juge Laurelli Carlu Ghjuvanni 44 ans, Laurelli Ghjuvanni 30 ans, Laurelli Petru Ghjuvanni 30 ans, Laurelli Simon' Paulu 34 ans, Leandri Anghjulu Battista 46 ans, Leandri Anghjulu Brandu 25 ans, Leandri Don Benedettu 35 ans, Leandri Don Matteu 70 ans, Leandri Filippu Ghjuvanni 30 ans, Leandri Ghjacobu 27 ans, Leandri Lesiu 60 ans, Leandri Paulu Ghjuvanni 35 ans, Leandri Paulu Santu 50 ans, Leandri Stefanu 68 ans, Luciani Luiggi 22 ans, Luciani Petru Saveriu 26 ans, Luciani Stefanu Filici 36 ans, Manfredi Carlu Filippu 54 ans, Manfredi Ghjacuminu 30 ans, Manfredi Ghjacumu Francescu 29 ans, Manfredi Simon'Paulu 35 ans, Marcangeli Carlu Battista 45 ans, Mari Anton'Ghjiseppu 40 ans, Mari Ghjuvan'Dumenicu 26 ans, Martinetti Don Ghjuliu, Micaelli Anghjulu Michele 42 ans, Micaelli Anton'Filippu 33 ans, Micaelli Filippu 56 ans, Micaelli Petru 50 ans, Micaelli Petru Santu 36 ans, Mondoloni Marcu 58 ans, Nunzi Dumenicu 40 ans, Paganini Carlu 26 ans, Paoli Anghjulucciu 46 ans, Paoli Don Ghjacintu 28 ans, Paoli Felice Ghjuvanni 48 ans, Paoli Filippu 36 ans, Paoli Ghjacintu 50 ans, Paoli Ghjiseppu Ghjuvanni 60 ans, Paoli Ghjuvan'Francescu 16 ans, Paoli Luiggi 30 ans, Paoli Natale 40 ans, Paoli Natale 46 ans, Paoli Niculau 53 ans, Paoli Paulu Ghjuvanni 48 ans, Paoli Petru Battista 60 ans, Paoli Petru Saveriu 50 ans, Peraldi Petru Antone 36 ans, Piazzoli Anton'Filippu 38 ans, Pietri Carlu 50 ans, Pietri Carlu Petru 32 ans, Pietri Filippu 25 ans, Pietri Ghjiseppu 25 ans, Pietri Ghjuliu Petru 38 ans, Pietri Ghjuvan'Stefanu 46 ans, Pietri Paduvanu 38 ans, Pietri Paulu Dumenicu 40 ans, Pietri Simon'Petru 67 ans, Poli Giorgiu 33 ans, Rossi Filippu Maria 24 ans, le commandant Sabini Tumasu 42 ans, Santelli Dumenicu 38 ans, Santelli Francescu Antone 33 ans, Santoni Carlu Dumenicu 50 ans, Sauli Santu 45 ans, Susini Paulu Battista 29 ans, Tiberi Carlu Battista 58 ans, Tomasi Felice Ghjuvanni 43 ans, Tomasi Ghjacumu Filippu 30 ans, Tomasi Ghjuvan'Paulu 26 ans, Valentini Anghjulu Battista 45 ans, Valentini Anghjulu Filippu 46 ans, Valentini Anghjulu Luiggi 30 ans, Valentini Dumenicu Felice 28 ans, Valentini Felice Carlu 40 ans, le maire Valentini Filippu Francescu 40 ans, Valentini Masiliu 37 ans, Valentini Paulu Emiliu 15 ans, Valentini Petru Ghjiseppu 59 ans, Valentini Vinturinu 25 ans, Vinciguerra Ghjuvan'Martinu 34 ans, Vittori Anghjulu Gghjiseppu 47 ans, Vittori Fabianu 76 ans, Vittori Ghjacumu Francescu 48 ans, Vittori Ghjuvan'Santu 29 ans, Vittori Luiggi 20 ans, Vittori Marcellu 54 ans, Vittori Mauriziu 24 ans et Vittori Romulu).
22 Juin: Une commission militaire, assemblée à Corti, juge le commandant TOMASU SABINI, prévenu d'avoir trahi le gouvernement dans l'exercice de ses fonctions, d'avoir été l'auteur et le moteur des mouvements insurrectionnels du Fiumorbu, pleinement convaincu des délits qui lui sont imputés, et le condamne à mort. Il est fusillé sur le pont de la Restonica.
Une fois encore la Ghjustizia Morandina est passée...
Juillet: Les prisonniers du Fiumorbu sont emmenés à Bastia, pour être jugés. Parmi eux figurent des Achilli, des Alessandrini, un Andreani, un Angeli, des Bartoli, des Carlotti, des Casanova, un Castelli, un Cervetti, des Chiari, des Colombani, des Defendini, des Dominici, des Filippini, des Gambotti, des Gelormini, un Giacomoni, un Giorgi, un Giovanantoni, des Giudicelli, des Giudici, un Grimaldi, des Laurelli, des Leandri, des Luciani, un Manfredi, un Marcangeli, des Mari, un Martinetti, des Micaelli, un Mondoloni, un Nunzi (Dumenicu), un Paganelli, des Paoli, un Peraldi, un Piazzoli, des Pietri, un Poli, un Rossi, un Sabini, des Santelli, un Santoni, un Sauli, un Susini, un Tiberi, des Tomasi, des Valentini, des Vinciguerra et des Vittori.
4 Août: Suite à la fusillade de Prunelli di Fiumorbu, 26 Fiumorbais comparaissent devant la Commission militaire de Bastia. 17 sont condamnés à mort (dont le juge de paix CARLU LAURELLI lui-même), dont 8 contumaces.
5 Août: Les 9 condamnés à mort sont exécutés à Bastia.
10 Août: De Bastia, les prisonniers restants sont envoyés, à bord du Danae, dans les prisons de Toulon, puis d'Embrun, où la plupart meurent de misère et de privations.
22 Novembre: De la prison d'Embrun, le maire d'Isulacciu di Fiumorbu , FILIPPU FRANCESCU VALENTINI, écrit au ministre de la police FOUCHE pour plaider l'innocence de ses administrés.
Décembre: Une vingtaine des prisonniers du Fiumorbu sont déjà décédés dans les prisons d'Embrun.
CARLU VANUCCI est élu maire de Bastia.
La première pierre du môle (Calata) d'Aiacciu est bénie par l'évêque LOUIS SEBASTIANI.
SANTU FERDINANDI, de U Poghju di Brandu, est nommé général de brigade.



1809:

CARLU VANUCCI est maire de Bastia.
23 Avril: Décès, lors de la bataille d'Eckmühl, de GHJUVAN BATTISTA CERVONI (voir 1800). Son nom est gravé sur l'Arc de Triomphe de l'Etoile.
A Embrun, on dénombre 71 nouveaux décès parmi les prisonniers du Fiumorbu, depuis leur incarcération.
Mai: Le général JOSEPH MORAND est à Bastia, occupé au recensement de soldats. Il se plaint des Ajacciens qu'il ne porte pas dans son cœur. Il décide un complot contre eux.
30 Mai: Conspiration d'Aiacciu: Un certain MASEL, précepteur des enfants du général JOSEPH MORAND, dénonce à celui-ci plusieurs Ajacciens comme étant d'intelligence avec les Anglais.
5 Juin: Le général JOSEPH MORAND se rend à Aiacciu.
10 Juin: A Aiacciu, le général JOSEPH MORAND fait arrêter de 23 à 29 personnes, dont FRANCESCU LEVIE, dit Piedifalcu, parent du maire, chez lequel se réunissaient les conjurés.
12 Juin: Le général JOSEPH MORAND décide de faire juger les conspirateurs d'Aiacciu par un tribunal militaire, dirigé par le chef de bataillon DUBALEN, commandant la place de San Fiurenzu, malgré les protestations du préfet du Département du Liamone GHJACINTU ARRIGHI de CASANOVA, du conseiller OLIVETTI et des parents et amis des Buonaparte. Il y a 4 témoins à charge: MAZEL, qui a révélé le complot, CASALONGA, qui l'a découvert, BONHOMME, informé par ce dernier et TOLLA, jardinier du président du tribunal de commerce CUNEO d'ORNANO.
17 Juin: La commission militaire spéciale, chargée de juger les conspirateurs d'Aiacciu, est constituée.
A Embrun, il y a 13 nouveaux décès parmi les prisonniers du Fiumorbu depuis leur incarcération. La grâce est accordée aux survivants (35), mais le général JOSEPH MORAND s'oppose à leur retour en Corse. 30 restent sous surveillance dans le département de la Drôme, les 5 autres dans le Vaucluse.
15 Juillet: L'instruction de la Conspiration d'Aiacciu est bâclée et terminée.
20 Juillet: Le verdict est rendu: la conspiration est admise mais non prouvée, 4 détenus sont condamnés à la prison à vie (FRANCESCU LEVIE, CLEMENTE PADOVANI, maître maçon, ETIENNE DURAZZI, maire de Tavera, et GHJUSEPPU CAPARELLI, notaire. 11 autres sont acquittés et remis en liberté, faute de preuves suffisantes, 14 sont mis à la disposition du général JOSEPH MORAND, dont 3, PAULU GIUDACCILI, notaire à Apiettu, MATHEU PIETRI, cafetier, et MARCU ANTONIU PERETTI, dit Artaban, ancien gendarme, sont internés au Château d'If.
Un Syndicat de Réhabilitation est créé, comprenant les principaux personnages de la ville d'Aiacciu. Le maire FRANCESCU MARIA LEVIE, se rend en personne à Paris pour se plaindre à l'Empereur.
25 Juillet: FRANCESCU LEVIE, CLEMENTE PADOVANI, ETIENNE DURAZZI et GHJUSEPPU CAPARELLI sont dirigés sur Corti, puis Bastia, où on les embarque pour Gênes, et de là ils sont emprisonnés dans le département de l'Isère.
28 Septembre: NAPOLEON 1er écrit à RAFFAELLE de CASABIANCA, sénateur de la Corse, pour lui demander un rapport secret sur le comportement du général JOSEPH MORAND, qu'il soupçonne d'administrer l'Ile avec tyrannie.
RAFFAELLE de CASABIANCA, s'appuyant sur des documents authentiques, fait un long rapport accablant qu'il soumet à l'Empereur. Les condamnés d'Aiacciu sont remis en liberté, le jugement est annulé, MASEL est arrêté et mis en prison, et le général JOSEPH MORAND est révoqué. Il reste, pour l'instant, en place en Corse.
Certains affirment que la Conspiration d'Aiacciu a bien existé, sans aucun doute contre le général JOSEPH MORAND, sinon contre NAPOLEON 1er lui-même.
10 Novembre: Les témoins de la Conspiration d'Aiacciu MAZEL, qui a révélé le complot, CASALONGA, qui l'a découvert et BONHOMME, informé par ce dernier, sont arrêtés et expédiés sur le continent.
23 Décembre: Décès , mystérieux (peut-être par empoisonnement), d'ANTONIU CRISTUFARU SALICETI.
Le Royal Corsican Rangers (voir 1803) compte 1800 hommes dont 32 officiers.
Mariage de DIONISIA LEONETTI, la nièce de PASQUALE PAOLI, avec ANTONIU GHJUVAN PIETRI, de Sarté, neveu d'ANTONIU GHJUVANNI PIETRI, le préfet du Département du Golu.
GHJUSEPPE MARIA ARRIGHI (voir 1806) écrit un Essai historique sur le règne de Naples.



1810:

CARLU VANUCCI est maire de Bastia.
Mauvaises récoltes, c'est une année de misère pour la Corse. NAPOLEON 1er fait envoyer du blé et de l'orge, dont le Ministre de l'Intérieur exige le paiement immédiat. Le général JOSEPH MORAND intervient et obtient d'acquitter les céréales avec un crédit de deux ans.
Février: Le général JOSEPH MORAND fait un voyage éclair à Aiacciu. Les habitants le reçoivent très froidement.
Le sénateur RAFFAELLE de CASABIANCA est également à Aiacciu, où il est reçu avec les plus grands honneurs.
Mars: Les députés désignés pour participer à la cérémonie du mariage de NAPOLEON 1er (qui aura lieu le 1er Avril) sont: pour le Département du Liamone, le préfet GHJACINTU ARRIGHI de CASANOVA, l'évêque LOUIS SEBASTIANI, GHJUVAN PAULU de ROCCA SERRA (de Quenza-Porti Vechju) et le curé GHJUVANI ANTONIU PINELLI. Aiacciu a ses propres envoyés: son maire FRANCESCU MARIA LEVIE, le président GHJUSEPPU MARIA de CASTELLI, ANDRIA RAMOLINO (cousin de LITIZIA BUONAPARTE), GHJUVAN FRANCESCU PERALDI et ALEXANDRE COLONNA d'ISTRIA. Pour le Département du Golu: le préfet ANTONIU GHJUVANNI PIETRI, le général GHJUVAN BATTISTA FRANCESCHI, PAULU LUIGGI STEFANINI et le maire de Bastia CARLU VANUCCI. Mais la délégation ne pourra pas assister au mariage, le général JOSEPH MORAND s'y opposant.
21 Avril: Le général JOSEPH MORAND s'adresse aux habitants de la Corse: mes bons amis, les sentiments de ma sincère et incontestable bienveillance vous sont connus, ils sont aussi sincères que l'affection que vous m'avez inspirée: je me ferais un devoir d'en garder éternellement la mémoire... Mais il est détesté et maudit à jamais dans la mémoire des Corses qu'il a tant fait souffrir.
10 Juillet: Un décret impérial fait entrer la cour d'Aiacciu dans le droit commun, ce qui la fait entièrement être assimilée aux autres cours de l'Empire.
15 Août: Le général JOSEPH MORAND reçoit, par lettres patentes, le titre de Baron d'Empire, avec une dotation de 2000 francs.
L'évêque de Corse, LOUIS SEBASTIANI, est fait Comte d'Empire par NAPOLEON 1er.
PETRU LEONI de PAOLI (voir 1797) est maire de Palasca.



1811:

CARLU VANUCCI est maire de Bastia.
15 Janvier: Résolution du conseil municipal d'Aiacciu pour l'acquisition d'un terrain destiné à remplacer celui du cimetière des Capuccini , devenu trop exigu.
24 Janvier: Décret impérial concernant la fiscalité de la Corse. Dans un soucis d'économie, il est décidé de fusionner les deux départements (Unidépartementalisation). Ce décret prescrit les détaxations fiscales (notamment sur le tabac) concédées à la nouvelle unité administrative.
28 Janvier: Le général JOSEPH MORAND, de son nouveau quartier général d'Aiacciu, prend ses dernières décisions de commandement. Elles concernent la création d'une commission militaire chargée de juger les personnes prévenues de meurtres ou d'assassinat.
19 Avril: La fusion des 2 départements corses est officialisée. Aiacciu est le chef-lieu du département de la Corse. L'arrondissemenr de Vicu est supprimé, et ses cantons rattachés à celui d'Aiacciu. Le canton du Niolu est rattaché à l'arrondissement de Corti.
23 Avril: Dissolution de la Société d'Instruction Publique du Département du Golu (voir 1803).
24 Avril: Parution du décret réunissant les départements du Golu et du Liamone en un seul département de la Corse, avec Aiacciu pour chef-lieu.
Le général JOSEPH MORAND termine son commandement sur l'Ile.
20 Juin: Un sénatus-consulte organique réalise la fusion définitive des deux départements du Golu et du Liamone en un seul, celui de la Corse, avec une seule préfecture, Aiacciu. La Corse, département de quatrième classe, aura trois députés au Corps Législatif, élus par les 120 membres du nouveau Collège Electoral (un électeur pour 1450 habitants). Le nouveau département a 5 arrondissements: Aiacciu, Bastia, Calvi, Corti et Sarté, et 61 cantons.
Les tribunaux de première instance sont rétablis à Aiacciu, Bastia,Corti, et Sarté. La Cour Impériale d'Appel d'Aiacciu est composée de 14 magistrats.
La Corse compte 174572 habitants. Bastia est la ville la plus peuplée avec 7922 habitants, puis on trouve Aiacciu, avec 7203 habitants, Sarté, 3918, Bunifaziu, 3103, Corti, 3073, Porti Vechju, 2234, San Fiurenzu, 1592, Calvi, 1083...
Le général CESAR BERTHIER (frère du Maréchal) est nommé à la place du général JOSEPH MORAND, avec les mêmes pouvoirs d'Alta Polizia.
24 Juillet: Arrivée officielle à Aiacciu du général CESAR BERTHIER, le nouveau commandant de la Division Militaire de la Corse et de l'île d'Elbe. Il est chargé du gouvernement de ces deux îles. Le général JOSEPH MORAND doit immédiatement regagner Paris.
26 Juillet: Le général CESAR BERTHIER fait sa première déclaration officielle.
Le général JOSEPH MORAND quitte la Corse.
Août: Arrivée sur l'Ile des 424 prélats romains qui n'ont pas voulus prêter serment à l'Empereur. Ils sont exilés en Corse.
15 Août: L'archiprêtre de l'église de Santa Maria de Bastia, SEBASTIANU PINO, critique les décisions de l'Empereur contre l'Eglise Romaine et son Clergé, en même temps que ses menaces envers le pape. Il est immédiatement arrêté et éloigné.
26 Août: GHJACINTU ARRIGHI de CASANOVA, l'ancien préfet du Département du Liamone est nommé préfet du Département de la Corse.
28 Août: La Cour Impériale d'Appel siège pour la première fois dans le palais des Jésuites à Aiacciu. GHJUSEPPU MARIA de CASTELLI, de Calvi, en est le Président, ANGHJULU MARIA CHIAPPE, de Sarté, le procureur général.
31 Octobre: Décès de ANGHJULU MARIA CHIAPPE, le procureur général de la Cour Impériale d'Appel. Il est remplacé par ALEXANDRE COLONNA d'ISTRIA d'Aiacciu.
La colonie grecque réfugiée à Aiacciu (voir 1793) regagne définitivement Carghjese.
Il ne reste plus que 11 survivants des prisonniers du Fiumorbu (voir 1808) sur les 35 qui ont été libérés.
Les premiers pins larici, abattus par les bucherons parmesans dans la forêt de Vizzavona, sont transportés à Aiacciu par des ouvriers croates afin de servir de mâts à la marine impériale.
La princesse ELISA BACIOCCHI-BUONAPARTE offre à la ville d'Aiacciu le maître-autel en marbre blanc de la cathédrale Notre Dame de la Miséricorde.
Dans le Capicorsu, Ruglianu compte 1590 habitants, Ersa 897, Centuri 705, Mursiglia 698 et Tuminu 639.
La Corse compte 174000 habitants.



1812:

CARLU VANUCCI est maire de Bastia.
Bastia compte 7922 habitants.
1er Janvier: A Aiacciu, l'eau du Canettu, dont la source est située à mi-pente de la Punta di Lisa, alimente la fontaine Santa Lucia. L'inauguration se fait en présence du gouverneur et de tous les officiels de la ville.
La route d'Aiacciu à Corti est enfin ouverte. Une grande route (stradone) relie Sagone à la forêt d'Aïtone.
La famine sévit à nouveau dans l'Ile. Napoléon 1er y fait envoyer 3000 quintaux de blé, et avec Madame Mère et le Roi de Naples JOSEPH, une aide de 45000 francs.
Aiacciu se développe plus rapidement que Bastia.
Les prélats romains de l'entourage du pape, exilés dans l'Ile à la suite du conflit entre NAPOLEON 1er et PIE VII, s'agitent et suscitent parmi la population de Bastia, très réceptive, des sentiments d'aversion et de haine contre l'Empereur.
La circonscription militaire instituée dans l'Empire français réclame 495 conscrits à la Corse.
26 Mars: Sous prétexte d'incitation à la révolte, le général CESAR BERTHIER fait arrêter les prêtres romains exilés à Bastia. Ils sont incarcérés à Corti, Calvi et dans la citadelle de Bastia.
Juin: PAULU GIUDACCILI, MATHEU PIETRI et MARCU ANTONIU PERETTI, dit Artaban, internés au Château d'If (voir 1809), sont libérés.
20 Septembre: Formation du 35ème Régiment Léger avec l'ex Régiment de la Méditerranée dans lequel étaient incorporés tous les insoumis et réfractaires au service militaire de Corse, de Ligurie et des Etats Romains.
29 Octobre: Un Corse, GHJUSEPPE LUIGGI BOCCHECIAMPE, d'Oletta, préfet de la Seine, est impliqué dans la conspiration du général CLAUDE FRANCOIS de MALET contre NAPOLEON 1er. Il est jugé, condamné et fusillé.
27 Décembre: Dernière évasion de Bucugnà d'un prisonnier haïtien surveillant de travaux sur le chantier de Vizzavona.
Le collège de Bastia compte cinq enseignants: FRANCESCU OTTAVIANU RENUCCI, qui enseigne l'éloquence et le droit, GHJUVAN AUGUSTINU SANTINI, les mathématiques, PANCRAZIU SEMIDEI, la logique, DUMENICU FRANCESCHI, le latin, et PETRU CASANOVA, le français.
Décès, à Larache, de DAVIA FRANCESCHINI, fille d'un marchand corse de Curbara, enlevée par les pirates marocains à l'âge de neuf ans (voir 1786), et devenue impératrice du Maroc.
GHJUVANNI ANDRIA QUESTA (voir 1794), émigré, passe au service de la Prusse.



1813:

CARLU VANUCCI est maire de Bastia.
A Aiacciu, les travaux d'adduction d'eau sont terminés: l'eau du Canettu, dont la source est située à mi-pente de la Punta di Lisa, alimente toutes les fontaines de la ville.
La route de Bastia à San Fiurenzu est entièrement remise en état et permet la circulation des charrettes et des voitures à cheval.
La circonscription militaire réclame 597 conscrits à la Corse.
17 Mars: Décès, à Aiacciu, de GHJACUMU PETRU ABBATUCCI.
19 Mars: Décès, à Dantzig, du général de division GHJUVAN BATTISTA FRANCESCHI (voir 1801). Son nom est gravé sur l'Arc de Triomphe de l'Etoile, à Paris.
30 Mars: FRANCESCU LEVIE, CLEMENTE PADOVANI, ETIENNE DURAZZI et GHJUSEPPU CAPARELLI (voir 1809) sont graciés par NAPOLEON 1er.
Mai: En cette année de disette, le cardinal FESCH fait parvenir à Aiacciu la somme de 20000 francs pour faire du pain. LITIZIA BUONAPARTE fait un don de 150000 francs pour les pauvres et NAPOLEON 1er , un don de 10000 francs sur sa casette personnelle.
4 Mai: A Aiacciu, nouvelle appellation de quelques unes des rues de la ville: le Cours Sainte Lucie, devient le Cours Impérial, la Place d'Armes, Place Bonaparte, la Rue de l'Evêché, Rue Napoléon, la Grande Allée du Quai, Cours Bonaparte, la Rue Funtanaccia, Rue du Roi de Rome...
Juillet: A Ulmetu, des troubles éclatent entre les militaires et la population qui prend parti pour les conscrits insoumis.
2 Août: Sur les 1092 conscrits (1811 et 1812), on compte 853 insoumis, tous recherchés par les militaires.
9 Septembre: Un vaisseau anglais chargé de blé, est coulé dans l'embouchure du Tavignanu. Il fait le bonheur des habitants du lieu.
Octobre: A Bucugnà, Bastèrga, Tavera, Veru, de nouveaux troubles éclatent entre les militaires et la population au sujet des conscrits insoumis.
4 Octobre: A Bucugnà, un lieutenant des carabiniers, MASSONI, et un carabiniés sont tués par la population. La révolte est menée par un berger, PETRU PAULU (Pauicchju) BONELLI.
La construction du lazaret d'Aiacciu, situé sur la grande île des Sanguinaires, Mezzumare, est terminée (voir 1802).
Prés de Zuani, assassinat de LISANDRU PETRIGNANI, auteur de poésies italiennes et d'un poème héroï-comique, La Pila Rapita.
A Bunifaziu, à l'Ermitage de la Trinité, des Sardes, avec l'aide de bandits corses exilés, dérobent uns statue de la Très Sainte Trinité.
AMBRUGHJU ROSSI relate le drame du Fiumorbu (voir 1808) et montre l'arbitraire et la promptitude de la Ghjustizia Morandina.
ANGHJELU PETRU MORONI (voir 1798) est nommé général de brigade.
ALEXANDRE-HENRI HEIM est nommé préfet du Département de la Corse, mais sans suite.



1814:

CARLU VANUCCI est maire de Bastia.
La circonscription militaire réclame 654 conscrits à la Corse.
Janvier: Devant la rigueur de l'hiver, le préfet suspend les poursuites contre les conscrits insoumis.
15 Mars: FRANCESCU SAVIERU GIUBEGA (voir 1798), sous-préfet de Calvi, est nommé Préfet de la Corse, en remplacement de GHJACINTU ARRIGHI de CASANOVA.
6 Avril: Abdication de l'Empereur NAPOLEON 1er.
11 Avril: Bastia se révolte: La population, mécontente du développement d'Aiacciu, des impôts trop lourds, des exactions du général JOSEPH MORAND, des exigences du général CESAR BERTHIER, de la polarisation du trafic maritime avec le continent sur Aiacciu, de l'emprisonnement arbitraire du curé SEBASTIANU PINO (voir 1811), laisse exploser sa fureur. A leur tête, on trouve GHJUVAN BATTISTA RINALDI, dit Pignatonu, ZAVIERU GIORDANI...
Le bruit court que les Croates de l'Armée Impériale, en garnison à Bastia, sans un sou, affamés, menacent de piller la ville. Le maire CARLU VANUCCI, avec le sous-préfet PAULU LUIGGI STEFANINI, demande au général DELAUNAY, commandant de la place, le départ des Croates.
Les Bastiais s'arment, tuent deux gendarmes qui tentent de les désarmer, en blessent deux autres… Le général DELAUNAY, débordé, doit faire évacuer les Croates de la garnison.
12 Avril: Les Bastiais créent un Comité de 14 membres (dont SALVATORE VIALE (voir 1787), GHJACUMU LOTA, TERRIGI, GHJUSEPPE GREGORJ, PASQUALE de NEGRONI, PETRU SISCO, VINCENZU BIADELLI...), dirigé par l'avocat GHJUVANNI ANTONIU FREDIANU de VIDAU.
La Ghjunta bastiaise proclame l'Indépendance de la Corse.
14 Avril: Une délégation bastiaise se rend auprès de Lord WILLIAM BENTINCK, commandant général des troupes britanniques en Toscane, et demande la protection de l'escadre anglaise qui croise non loin.
23 Avril: La Corse apprend seulement ce jour que NAPOLEON 1er vient d'abdiquer.
24 Avril: Les Britanniques débarquent à Bastia, avec le général MONTRESOR, un ancien du Royaume Anglo-Corse (voir 1794). Il prend le titre de chef civil et militaire de la Corse.
28 Avril: NAPOLEON 1er part en exil pour l'île d'Elbe.
2 Mai: A Sarté, assassinat du sous-préfet JEAN-BAPTISTE FREDERIC SUSINI par un de ses neveux.
4 Mai: NAPOLEON 1er débarque sur l'île d'Elbe. Il y sera rejoint par plusieurs de ses partisans dont BERNARDINU POLI (voir 1800).
17 Mai: Un officier du général MONTRESOR fait hisser le drapeau anglais sur le clocher de la cathédrale d'Aiacciu. Ce dernier se rend à Aiacciu se présente au général CESAR BERTHIER pour lui signifier les termes d'une convention qui fait de lui le gouverneur de la Corse au nom du Roi GEORGES III, ce que ce dernier accepte.
FRANCESCU PERALDI (voir 1798) et son parti anglais triomphent à Aiacciu, où la population cohabite avec Royalistes et Pro Anglais, sous l'œil complaisant du général CESAR BERTHIER.
Le comte ALEXANDRE COLONNA d'ISTRIA, procureur impérial à Aiacciu, refuse de rendre la justice au nom du Roi d'Angleterre.
14 Juin: Arrivée en Corse de MILLET de MUREAU, commissaire extraordinaire du Roi de France LOUIS XVIII, avec un colonel et 1500 hommes. Ils viennent prendre possession de l'Ile au nom du Roi de France, conformément à la Convention d'Armistice du 23 Avril.
26 Juin: Le général MONTRESOR quitte la Corse, laissant la place à la monarchie française.
Les poursuites contre les conscrits insoumis cessent définitivement avec la chute de l'Empire.
29 Juin: Les cours prévôtales sont réinstallées. Il s'agit de tribunaux d'exception qui condamnent à toutes les peines, y compris celle de mort, sans jury, ni appel, ni révision. La sentence doit être exécutoire dans les 24 heures.
Juillet: MILLET de MUREAU, sa mission achevée, rentre en France. Le général CESAR BERTHIER reste en place, attendant son successeur.
18 Juillet: A Prunelli di Casacconi, début d'une terrible vindetta qui entraînera une série de meurtres entre les AGOSTINI et les FILIPPI. Il y aura deux condamnations à mort (par contumace) et 21 assignations à résidence. Cette vindetta provoquera la naissance de la bande des Prunelacci (CARLINU AGOSTINI, CARLU MATTEU AGOSTINI (U Stortu), POMPEU AGOSTINI, SIMONE FRANCESCU FILIPPI (Capracinta), GHJUVAN AMBROGHJU AGOSTINI...) , des bandits de grands chemins qui écumeront toute la région.
10 Août: GHJUVAN NADALE MARTINENGHI est maire d'Aiacciu.
3 Septembre: Le baron FRANCOIS LOUIS JOSEPH de BOURCIER de MONTUREUX, un ancien colonel royaliste, est nommé Préfet de la Corse par le Roi de France LOUIS XVIII, en remplacement de FRANCESCU SAVIERU GIUBEGA.
Octobre: Le Roi de France LOUIS XVIII reçoit la députation de la ville de Bastia, qui comprend VINCENTE RIGO, RAFFAELLE de CASABIANCA et GHJUVANNI BATTISTA GALEAZZINI.
13 Novembre: Le nouveau gouverneur militaire de la Corse est à son poste il s'agit du chevalier de BRUSLART, général, farouche ennemi de NAPOLEON 1er. Il laisse à Aiacciu son adjoint, le général BRUNY, et s'installe à Bastia, d'où il pourra surveiller de près NAPOLEON 1er, exilé sur l'île d'Elbe.
Décembre: Le maire d'Aiacciu, GHJUVAN NADALE MARTINENGHI, interdit tout usage des poids et mesures en vigueur sous l'administration génoise.
10 Décembre: Le baron FRANCOIS LOUIS JOSEPH de BOURCIER de MONTUREUX, le nouveau Préfet de la Corse, prend ses fonctions.
L'archiprêtre SEBASTIANU PINO est de retour à Bastia.
RAFFAELLE de CASABIANCA devient Pair de France.



1815:

2 Janvier: Par arrêté du maire d'Aiacciu, GHJUVAN NADALE MARTINENGHI, l'ancienne église des Jésuites (Sant'Ignaziu, voir 1617), fermée sous la Révolution, est rendue au culte, et devient le siège de la Confrérie des Pêcheurs sous le nom de Sant'Erasmu.
Février: Les émissaires de NAPOLEON BONAPARTE circulent entre la Corse et l'île d'Elbe, afin de préparer le retour au pouvoir de l'Empereur. Parmi eux, les commandants BERNARDINU POLI, LURENZU SANDRESCHI, ELISABETH CERVONI, la veuve du général GHJUVAN BATTISTA CERVONI (voir 1809) et son cousin DENIS GIORDANI.
Le général ANTONIU FILIPPU de CASALTA, dit Darius, partisan de NAPOLEON BONAPARTE, débarque en Corse une grande quantité de munitions de guerre, et fait circuler une proclamation de l'Empereur qui invite les Corses à hisser le drapeau tricolore. Le général BRUSLART réagit fortement et envoie la troupe pour intervenir.
17 Février: L'académie de Corse est rattachée à celle d'Aix en Provence (voir 1808).
1er Mars: NAPOLEON BONAPARTE quitte l'île d'Elbe à bord du brick L'Inconstant, commandé par ANTONIU MARCU FORCIOLI (le commandant en second est JEAN MATHIEU SARI), et débarque à Golfe Juan. Il est accompagné par un bataillon de Chasseurs Corses commandé par GHJUSEPPU GUASCO.
3 mars: Le préfet FRANCOIS LOUIS JOSEPH de BOURCIER de MONTUREUX décide de faire particulièrement surveiller la ville d'Aiacciu. De plus, il ordonne de transporter les fonds du Trésor dans les citadelles d'Aiacciu, Bastia, Calvi et Corti.
MARIE ELISABETH CERVONI fait part à NAPOLEON BONAPARTE de la situation sur l'Ile. Elle lui annonce que le général BRUSLART se propose de le faire assassiner.
De nombreux partisans bonapartistes bastiais, avec à leur tête VINCENZU BIADELLI et son neveu, l'avocat LUIGGI BIADELLI, se rassemblent dans le Bevincu, où les rejoignent ceux de la Casinca et le général FRANCESCU LUIGGI de CASABIANCA.
5 Mars: NONCE COSTA, de Bastèrga, ancien capitaine de gendarmerie, recrute pour NAPOLEON BONAPARTE.
8 Mars: Le général BRUSLART, dans un communiqué rendu public, menace des plus graves sanctions tous ceux qui prétexteront de la fausse nouvelle du départ de NAPOLEON BONAPARTE pour fomenter des troubles dans l'Ile.
13 Mars: Le général BRUSLART publie le manifeste du Congrès de Vienne déclarant NAPOLEON BONAPARTE perturbateur de la paix du monde et hors la loi.
La nouvelle du retour en France de NAPOLEON BONAPARTE et de sa marche triomphale vers Paris arrive en Corse.
15 Mars: A Aiacciu, installation de la nouvelle équipe municipale royaliste par le maire GHJUVAN NADALE MARTINENGHI.
20 Mars: Les Cent Jours. NAPOLEON BONAPARTE fait une entré triomphale à Paris.
Des montagnards, sous le commandement de BERNARDINU POLI, fidèle officier de NAPOLEON BONAPARTE, campent à Stilettu, et se préparent à investir Aiacciu.
21 Mars: Les hommes de BERNARDINU POLI sont maîtres de la citadelle d'Aiacciu. Le maire royaliste GHJUVAN NADALE MARTINENGHI accepte l'offre de GHJUVANNI SANTU TAVERA, le commissaire extraordinaire de NAPOLEON BONAPARTE, d'évacuer la ville pour 7375 francs (cinq francs par homme armé).
29 Mars: La municipalité bastiaise refuse l'ordre du général BRUSLART de mobiliser la garde civile contre les insurgés du Bevincu. Une délégation (composée de l'historien FRANCESCU OTTAVIANU RENUCCI, VINCENZU BIADELLI, GHJACUMU LOTA et SEBASTIANU SANTELLI) demande au chef de ceux-ci, le général FRANCESCU LUIGGI de CASABIANCA, de ne rien tenter contre Bastia. Ce dernier accepte en échange du départ du général BRUSLART, lequel quitte Bastia pour Gênes. Il est remplacé par le baron général SIMON.
30 Mars: Le général SIMON annonce la formation d'une Ghjunta (FRANCESCU SAVIERU GIUBEGA, GHJACINTU ARRIGHI de CASANOVA et FRANCESCU SAVIERU GIUBEGA) et fait hisser le drapeau tricolore.
FRANCESCU SAVIERU GIUBEGA est à nouveau Préfet de la Corse. Il prend la place du baron FRANCOIS LOUIS JOSEPH de BOURCIER de MONTUREUX.
22 Avril: Le général BRUNY, commandant royaliste de la place d'Aiacciu, remet son commandement entre les mains du colonel STEILER.
24 Avril: A son tour, Bunifaziu rejoint le rang des bonapartistes.
26 Avril: L'ancien maire d'Aiacciu FRANCESCU MARIA LEVIE dissout le conseil municipal royaliste, reprend le siège de maire et nomme ses adjoints LUIGGI CUNEO d'ORNANO et PETRU CARBONE.
PETRU ANTONI est le nouveau maire bonapartiste de Bastia.
30 Avril: GHJUVANNI TOMASU ARRIGHI de CASANOVA, duc de Padoue, commissaire extraordinaire de l'Empereur en Corse, arrive à Bastia.
18 Juin: Le Préfet de la Corse FRANCESCU SAVIERU GIUBEGA écrit au commissaire extraordinaire GHJUVANNI TOMASU ARRIGHI de CASANOVA pour l'informer de ses craintes sur le retour des Anglais en Corse. Il donne la liste des noms de ceux qu'il considère comme des conspirateurs: GHJUVANNI ANTONIU FREDIANU de VIDAU (émigré à Livourne), BALDASSARU SIMONI de PETRICONI (émigré à Gênes), GHJUVAN FRANCESCU GALEAZZI, SEBASTIANU PINO (émigré en Toscane), et d'autres, tous anciens fidèles de PASQUALE PAOLI.
22 Juin: NAPOLEON BONAPARTE abdique. Fin des Cent Jours et de l' Empire.
24 Juin: Des Partisans de l'Etranger sont arrêtés et transportés à Calvi. L'un d'eux, GHJUVAN BATTISTA RINALDI, dit Pignatonu, tire sur les gendarmes. Il est condamné à mort le jour même et fusillé dans la nuit sur l'emplacement de la future place Saint-Nicolas à Bastia.
Le jardin botanique d'Aiacciu (voir 1807) est complètement pillé et détruit.
28 Juin: La Corse est toujours sous l'Empire (!). Le général SIMON et le commissaire extraordinaire GHJUVANNI TOMASU ARRIGHI de CASANOVA envoient toujours leurs rapports à un ministre qui n'existe plus !
Juillet: Nouvelle Restauration. Royalistes et Pro Anglais triomphent. LOUIS XVIII redevient Roi de France.
14 Juillet: LOUIS COURBON de SAINT GENEST est nommé Préfet de la Corse.
2 Août: Le drapeau à la fleur de lys flotte sur la citadelle d'Aiacciu.
4 Août: Le drapeau à la fleur de lys flotte sur la citadelle de Bastia.
Le général SIMON laisse son commandement au colonel VERRIERE et au chef de bataillon ANTONIU GALLONI d'ISTRIA. Puis il quitte la Corse.
PAULU LUIGI de FIGARELLI est le nouveau maire royaliste de Bastia.
25 Août: JOACHIM MURAT, Roi de Naples déchu, cherche refuge en Corse. Il débarque incognito à Bastia.
Septembre: JOACHIM MURAT, ne se sentant pas en sécurité à Bastia, rejoint U Viscuvatu, où il est l'hôte du maire (royaliste) ANDRIA COLONNA-CECCALDI, et de son gendre, le général DUMENICU CESARU FRANCESCHETTI. Le colonel VERRIERE envoie ses gendarmes, commandés par le lieutenant SERRA, pour l'arrêter, mais, empêchés par la population du village, et subjugués par la personnalité de l'ancien Roi de Naples, ces derniers échouent et rentrent bredouilles à Bastia.
ANTONIU GALLONI d'ISTRIA tente une expédition pour s'emparer de JOACHIM MURAT, mais il en est empêché par les habitants de la région de U Viscuvatu.
18 Septembre: JOACHIM MURAT, à la tête de quelques centaines d'hommes, quitte U Viscuvatu pour Aiacciu.
20 Septembre: Par Sant'Andria di U Cotone, I Perelli d'Alisgiani, Santu Petru du Venacu, Vivariu et Vizzavona, JOACHIM MURAT arrive à Bucugnà.
A Bucugnà, le commandant FRANCESCU BONELLI, fidèle de NAPOLEON BONAPARTE, reçoit JOACHIM MURAT au Palazzu.
21 Septembre: Le général DUMENICU CESARU FRANCESCHETTI part en avant-garde à Aiacciu. Le commandant BERNARDINU POLI est chargé de négocier les diamants que JOACHIM MURAT lui a remis pour affréter les navires indispensables à la reconquête de son trône de Naples.
23 Septembre: JOACHIM MURAT et son escorte arrivent à Aiacciu sous les vivats de la foule. Les autorités supérieures civiles et judiciaires et les parents des Bonaparte ont quitté la ville. Le commandant de la place, CARDO, un ancien chef d'escadron de l'Armée de Naples, tient sa garnison consignée dans la citadelle.
JOACHIM MURAT et DUMENICU CESARU FRANCESCHETTI logent à l'Hôtel de la Croix de Malte.
29 Septembre: JOACHIM MURAT et DUMENICU CESARU FRANCESCHETTI, avec 250 hommes et une trentaine d'officiers, quittent Aiacciu sur cinq felouques, et voguent vers les côtes de Calabre. CARDO ne fait tirer ses canons qu'un fois les navires hors de portée. La flotte est commandée par un ancien corsaire maltais BARBARA. Elle est composée de la Saint Erasme, commandée par DUMENICU FORCIOLI, la Conception, commandée par TOMASU DRAGO, la Miséricorde, commandée par DUMENICU TAVERA, la Vierge du Carmel, commandée par ZAVIERU POZZO di BORGO et une autre Conception, commandée par GHJUVAN ANDRIA CAURO. S'y ajoute une barque bastiaise, la Voltigeante, commandée par ANTONIU CECCONI.
Octobre: CHARLES-FRANCOIS de RIFFARDEAU, marquis de RIVIERE, Pair de France, commissaire extraordinaire de LOUIS XVIII et commandant la 23ème Région Militaire, arrive en Corse. Il emmène avec lui le Régiment Royal Louis.
6 Octobre: La tempête disperse la flotte de JOACHIM MURAT au large de Naples.
8 Octobre: Seule la felouque de JOACHIM MURAT, avec DUMENICU CESARU FRANCESCHETTI, et deux douzaines d'hommes, aborde en Calabre, à Pizzo. Il est, avec ses compagnons, attaqué, brutalisé, puis emprisonné. DUMENICU CESARU FRANCESCHETTI est grièvement blessé par un coup de hache à la tête et un coup d'épée à la hanche. D'autres officiers sont blessés (les capitaines LANFRANCHI et BICIANI, le lieutenant PASQUALINI...), ou tués (le lieutenant PERNICE...), ou faits prisonniers (GHJUSEPPU MARIA FIESCHI...).
11 au 13 Octobre: JOACHIM MURAT, est jugé par une commission militaire du Roi FERDINAND IV, condamné à mort, sans être entendu, et est fusillé une demie heure après sa condamnation. DUMENICU CESARU FRANCESCHETTI, également condamné à mort, est gracié, à la demande de LOUIS XVIII, et interné au Château d'If.
Après avoir suivi JOACHIM MURAT jusqu'à son départ pour l'Italie, le commandant BERNARDINU POLI se réfugie dans son village de Sari di Porti Vechju. Là, avec les habitants du Fiumorbu, il organise sa résistance.
Décembre: Le marquis de RIVIERE connaît l'existence des diamants de JOACHIM MURAT. Estimant que BERNARDINU POLI les a toujours en sa possession, il décide de s'emparer de celui-ci et du trésor.
A Paris, PAULINE de BRADI publie, chez Didot, ses Lettres d'une Dame Grecque écrites de Corse.



1816:

23 Janvier: Arrêté du marquis de RIVIERE destituant de tout commandement à la mer les patrons des gondoles ajacciennes (DUMENICU FORCIOLI, TOMASU DRAGO, SAVIERU POZZO di BORGO, DUMENICU TAVERA et GHJUVAN ANDRIA CAURO) ayant participé à l'expédition de JOACHIM MURAT.
13 Février: Arrêté du marquis de RIVIERE proscrivant le port d'armes en Corse, sauf aux voyageurs détenteurs d'un permis.
14 Février: Une délégation de Royalistes corses est à Paris pour rendre hommage au Roi LOUIS XVIII. Elle est composée de BALDASSARU SIMONI de PETRICONI, ANGHJULU FILIPPU MASSONI, CECCONI, GHJUVANNI BATTISTA SUSINI et du comte COLONNA de CESARI ROCCA.
BALDASSARU SIMONI de PETRICONI est nommé Préfet Provisoire de la Corse.
GHJUSEPPU MARIA de CASTELLI, premier président de la Cour d'Appel de la Corse est remplacé par le chevalier de MEZARD. ALEXANDRE COLONNA d'ISTRIA est confirmé au poste de procureur.
Guerre du Fiumorbu: Le marquis de RIVIERE, toujours à la recherche des diamants de JOACHIM MURAT, et après une tentative de meurtre avortée (grâce au bandit COSCIOTTO) contre BERNARDINU POLI, attaque celui-ci, réfugié dans le Fiumorbu avec 1500 partisans (dont LAURELLI, BARTOLI, MARTINETTI, COLOMBANI... tous notables du Fiumorbu). Les offensives des capitaines AGOSTINI, puis GAUTIER, échouent.
10 Mars: Nouvelle offensive du marquis de RIVIERE contre BERNARDINU POLI. Mais sa troupe de 200 hommes, débarquée à Sulinzara échoue lamentablement.
Le marquis de RIVIERE déclare les Fiumorbesi hors la loi.
ANTONIU GALLONI d'ISTRIA tente une expédition avec 200 hommes arrivés de Porti Vechju et commandés par REYS, mais c'est un nouvel échec.
15 Avril: La Cour Royale d'Aiacciu est transférée à Bastia, ainsi que le commandement militaire de la Corse.
18 Avril: Grande offensive sur le Fiumorbu. Le marquis de RIVIERE, avec 8000 hommes, dont le Régiment Royal Louis, commandés par des anciens officiers de NAPOLEON BONAPARTE (trois généraux: ANTONIU FILIPPU de CASALTA, ANGHJULU PETRU MORONI et GHJUVAN BATTISTA OTTAVI, quatre colonels: GHJUVAN GERONIMU MASSONI, NATALI, GHJUVANNI ANDRIA SEBASTIANI et GHJUSEPPU LUIGGI SUZZONI et deux commandants: SANTOLINI et SUZZONI) se prépare à attaquer BERNARDINU POLI, avec ses seconds LAURELLI et ANTON DUMENICU BARTOLI, et ses brigands Fiumorbais. La bataille a lieu près de L'Isulacciu di Fiumorbu, et les Corses l'emportent. Le marquis de RIVIERE doit s'enfuir en barque jusqu'à Aleria.
19 Avril: BERNARDINU POLI, avec sa cavalerie, est à Sari di Porti Vechju, où il retrouve son épouse MARIA FAUSTINA TAVERA, filleule de NAPOLEON BONAPARTE, qui, avec les partisans de son mari, tient le camp du village, participant elle aussi à la Guerre du Fiumorbu.
Après la déroute, le marquis de RIVIERE fait fortifier Aleria, puis se retire à Bastia. De là, il adresse aux Corses une proclamation incendiaire contre les habitants du Fiumorbu. Il essaie d'affamer le canton en l'isolant du reste de la Corse et en lui fermant l'accès à la mer.
ANTONIU GALLONI d'ISTRIA se retire à Zonza. Toute la troupe rentre à Bastia.
30 Avril: Le marquis de RIVIERE fait lever le blocus du Fiumorbu.
Ainsi prend fin la Guerre du Fiumorbu entraînée par la cupidité et la folie d'un homme (le marquis de RIVIERE). Elle a coûté de nombreux morts, notamment dans les rangs du Régiment Royal Louis.
5 Mai: GHJORGHJU STEPHANOPOLI de COMNENE est nommé maire d'Aiacciu.
7 Mai: Le marquis de RIVIERE, commissaire extraordinaire et provisoire du Roi de France LOUIS XVIII est relevé de son commandement, et est rappelé pour un poste d'ambassadeur à Constantinople.
14 Mai: Le conseil municipal d'Aiacciu vote une motion de félicitations au marquis de RIVIERE.
Le comte AMEDEE WILLOT, général, succède au marquis de RIVIERE.
12 Juin: Le général AMEDEE WILLOT, nouveau commandant en chef de la Corse, adresse sa première proclamation à ses administrés.
20 Juin: BERNARDINU POLI adresse une demande d'entretien au général AMEDEE WILLOT, qui l'accepte, afin de lui faire connaître les vraies raisons de sa rébellion, et lui prouver la sincérité de ses sentiments envers le Roi de France.
26 Juin: BERNARDINU POLI jure soumission et fidélité au Roi de France LOUIS XVIII.
L'amnistie générale est accordée à BERNARDINU POLI et à tous ceux qui ont pris part aux évènements du Fiumorbu. La paix est rétablie.
BERNARDINU POLI, promis à l'exil, demande à passer en Autriche.
27 Juillet: BERNARDINU POLI, avec sa famille, s'embarque pour Livourne. Il conserve toujours avec lui les diamants du trésor de JOACHIM MURAT.
21 Août: Abolition du décret du 12 Janvier 1803 (22 Nivôse an XI), qui sous le prétexte d'extirper les contre-révolutionnaires, royalistes, Pro Anglais, insoumis ou bandits de grand chemin, instituait la Haute Police (Alta Polizia) en Corse. La région militaire corse est dorénavant dirigée par un officier supérieur aux ordres du pouvoir civil, c'est à dire du préfet.
Le nouveau préfet, LOUIS COURBON de SAINT GENEST, établit la liste des électeurs primaires et les convoque à Corti.
10 Septembre: Une ordonnance royale rend à la Corse le droit de vote. Les Corses auront à élire deux députés à la Chambre. CARLU ANDRIA POZZO di BORGO invite le préfet LOUIS COURBON de SAINT GENEST à favoriser l'élection, en tant que députés, de FRANCESCU-MARIA ANTONIU PERALDI, d'Aiacciu, et de GHJUSEPPU MARIA de CASTELLI, de Calvi.
4 Octobre: FRANCESCU-MARIA ANTONIU PERALDI et GHJUSEPPU MARIA de CASTELLI sont élus députés de la Corse.
ANTONIU CARBUCCIA est élu maire de Bastia.
Le pape PIE VII, en remerciement de l'accueil fait par la ville de Bastia aux 424 prélats romains exilés en Corse par NAPOLEON 1er, accorde un privilège à la Scala Santa, l'escalier saint situé dans un sanctuaire dédié à la Madone de Montserrat de Catalogne.
Le cardinal JOSEPH FESCH fait don, par devant notaire, du palais épiscopal d'Aiacciu, dont il est devenu propriétaire, aux Frères des Ecoles Chrétiennes.



1817:

Le Tribunal Civil de Première Instance de Bastia, dont le président est PALLAVICINI, doit juger en présence du prévôt (un colonel) et du procureur du Roi.
16 Avril: ADORNU FRANCESCU BACIOCCHI est élu maire d'Aiacciu.
Mai: L'ancien établissement des Jésuites d'Aiacciu, transformé en hôpital militaire, est rendu à l'enseignement secondaire.
Conflit entre le comte AMEDEE WILLOT, commandant en chef de la Corse (le gouverneur), et le préfet, LOUIS COURBON de SAINT GENEST, au sujet de l'exportation des châtaignes, ce dernier voulant envoyer l'excédent de récolte en France, alors que le premier s'y oppose. Ce conflit va entraîner le départ de Corse des deux fonctionnaires.
Septembre: Les députés de la Corse sont FRANCESCU-MARIA ANTONIU PERALDI, d'Aiacciu, et GHJUSEPPU MARIA de CASTELLI, de Calvi, premier président honoraire de la Cour Royale de Bastia.
1er Novembre: A Aiacciu, publication du premier Journal de la Corse, en manière de Journal Officiel du Département de la Corse, auquel les curés, les maires, les juges de paix et les percepteurs sont invités à s'abonner. Le journal paraît six fois par mois (tous les cinq jours), en français avec une traduction italienne en regard, et l'abonnement est de 12 francs par an. Il est imprimé à l'Imprimerie Royale, à Aiacciu, dont le directeur est MARC MARCHI. Un des premiers articles est un voeu du conseil général pour l'amélioration de l'instruction publique.
Le conseil général complimente les Frères des écoles chrétiennes d'Aiacciu d'avoir choisi de rester en Corse en dépit des ordres de leurs supérieurs.
6 Novembre: Entrée solennelle de la Cour Royale à Bastia.
A Toulon, libération de tous les prisonniers du Fiumorbu (voir 1808) qui sont encore vivants (voir 1811).
Arrivée, à Bastia, de nombreux exilés politiques italiens chassés de leurs Etats par les princes restaurés.
A Corfou, le Royal Corsican Rangers (voir 1809) est dissous.
A Londres, parution de Dionamachia, poemetto eroi-comico con note, par SALVATORE VIALE (voir 1814), un roman inspiré d'une dispute entre les habitants des villages de Lucciana et U Borgu. Dans cette oeuvre figure le premier texte connu en langue corse, U Sirinatu di Scappinu.
La lieutenance de gendarmerie de Bunifaziu est supprimée.



1818:

3 Mars: A Aiacciu, décès de PASQUALE MARIA FIORELLA (voir 1796). Son nom est gravé sur l'Arc de Triomphe de l'Etoile.
14 Mars: Le comte MARTIN de VIGNOLLE, ancien Ministre de la Guerre à Milan, lieutenant général de Armées du Roi, conseiller d'Etat, est nommé Préfet de la Corse.
11 Avril: Institution d'un nouveau régime douanier pour la Corse: La majorité des produits insulaires sont désormais taxés à leur entrée en France, comme s'ils venaient de l'étranger, tandis que les produits français entrent en franchise dans l'Ile, et que l'introduction de produits étrangers y est surtaxée. Le député GHJUSEPPU MARIA de CASTELLI dénonce ces dispositions.
9 Mai: Arrivée solennelle du nouveau Préfet de la Corse, le comte MARTIN de VIGNOLLE.
30 Mai: Le comte MARTIN de VIGNOLLE signe un arrêté préfectoral interdisant le port d'arme dans tout le département.
5 Juin: Le comte AMEDEE WILLOT quitte la Corse.
Juillet: Le comte MARTIN de VIGNOLLE prépare sa tournée dans les villes du département.
Août: A Bastia, ouverture de la première école d'enseignement mutuel en Corse. Elle accueille 40 élèves.
27 Septembre: GHJUSEPPE ANTONIU GRAZIANI est élu maire de Bastia.
8 Octobre: A Bastia, création de la Société d'instruction Publique du Département de la Corse. Elle remplace la Société d'instruction Publique du Département du Golu, dissoute en 1811.
11 Octobre: L'ancien préfet ANTONIU GHJUVANNI PIETRI devient le président de la Société d'Instruction Publique du Département de la Corse.
30 Octobre: Le Journal de la Corse signale qu'une felouque de type napolitain pirate les embarcations légères qui naviguent dans les Bocche di Bunifaziu.
A Aiacciu, création de la Société Centrale d'Agriculture du Département de la Corse, aux fins de promouvoir le développement et le perfectionnement d'une activité agro-pastorale essentielle pour l'Ile.
A Bastia, le comte MARTIN de VIGNOLLE fait restaurer l'ancien couvent Sainte Claire (Santa Chjara), et y installe une nouvelle prison.
Le maire de Bastia, GHJUSEPPE ANTONIU GRAZIANI, exige le nettoyage quotidien des rues et leur éclairage, par les commerçants riverains.
30 Novembre: Première réunion de la Société Centrale d'Agriculture du Département de la Corse sous la présidence de l'évêque de Corse, LOUIS SEBASTIANI, doyen d'âge. Le bureau est le suivant: président, le comte MARTIN de VIGNOLLE, préfet de la Corse, vice-président, PAULU FRANCESCU PERALDI, secrétaire, MIGHELE STEPHANOPOLI et vice secrétaires, MATTEU NATALI et FABIANU CUNEO d'ORNANO.
15 Décembre: DUMENICU CESARU FRANCESCHETTI est libéré (voir 1815) et est placé en demi-solde comme colonel.
Le Journal Officiel du Département de la Corse traite le sujet de la consolidation de l'apprentissage du français au collège.
ANTOINE FELIX MOURRE, fonctionnaire de l'instruction publique, chargé d'inspection par le recteur d'Aix en Provence, fait un séjour en Corse.
Création d'une Société d'Instruction Publique du Département de la Corse.
Une instruction en langue française est donnée aux prêtres en formation en Corse.



1819:
Le baron ALEXANDRE DANIEL de TALLEYRAND-PERIGORD succède au comte MARTIN de VIGNOLLE au poste de Préfet de la Corse.
30 Janvier: Arrivée, à Aiacciu, du baron ALEXANDRE DANIEL de TALLEYRAND-PERIGORD, conseiller d'Etat, nouveau Préfet de la Corse.
6 Juin: Lors d'une séance de la Société Centrale d'Instruction Civique, le baron GHJUVANNI BATTISTA GALEAZZINI prononce un long discours au sujet de PASQUALE PAOLI et de la stature d'Homme d'Etat qui était la sienne. Il mêle habilement ses vertus avec celles de LOUIS XVIII.
12 Juillet: La femme BERLANDI et son complice ANDREANI, convaincus de l'assassinat du sieur BERLANDI, riche commerçant à Bastia, mari de l'accusée, sont guillotinés sur l'emplacement de la future place Saint-Nicolas. Elle est la dernière femme exécutée en Corse.
Septembre: AMBRUGHJU ROSSI termine le dix-septième et dernier volume de ses Osservazioni Storiche Sopra la Corsica.
15 Septembre: GHJUVANNI BATTISTA COLONNA di BOZZI est nommé maire d'Aiacciu.
Elections des députés corses pour la Chambre: 40 électeurs (35 votants) élisent le général ORAZIU SEBASTIANI, président du Collège Electoral, et ANDRIA RAMOLINO, un parent des Buonaparte.
Parution, à Paris, d'un Mémoire sur la Corse, de REALIER-DUMAS, ancien conseiller à la Cour Royale, dans lequel on peut lire: Le Corse oublie rarement le bien qu'il a reçu, jamais le mal… Les Corses se battent très rarement en duel. Ce n'est point lâcheté de leur part. Ils ne se battent pas parce qu'il leur paraît ridicule de s'exposer à être tué par son ennemi, lorsqu'on peut le tuer sans risque.
Parution de De la Corse et des moeurs de ses habitants, de F. P. AGOSTINI.
Le Journal Officiel du Département de la Corse traite le sujet de la réorientation des études supérieures de droit, médecine, chirurgie et pharmacie pour les étudiants insulaires.



1820:

11 Janvier: Dans une circulaire adressée aux sous-préfets, le Journal de la Corse rappelle que le recensement des jeunes gens qui, par leur âge, appartiennent à la classe 1819, a dû avoir lieu dans toutes les communes à partir des premiers jours du présent mois. Les nouveaux conscrits, dont le nombre varie selon les besoins de l'armée, sont tirés au sort, et effectuent un service militaire de six ans.
21 Janvier: Le Journal de la Corse rapporte que conformément à la loi du 19 Janvier 1816, l'anniversaire du 21 Janvier 1793, date de l'exécution du Roi Louis XVI, a été célébré aujourd'hui par un service expiatoire.
30 Janvier: Le baron CLAUDE FRANCOIS d'EYMARD est nommé Préfet de la Corse. Il succède au baron ALEXANDRE DANIEL de TALLEYRAND-PERIGORD.
Le dessinateur français A. JOLY de la VAUBIGNON, parcourt la Corse.
Février: ANTOINE FELIX MOURRE (voir 1818) devient inspecteur chargé des fonctions rectorales en Corse.
22 Mars: Arrivée, à Aiacciu, du nouveau préfet de la Corse, le baron CLAUDE FRANCOIS d'EYMARD. Avec lui, le général BRENIER de MONTMORAND.
Juin: Une circulaire préfectorale indique aux sous-préfets du département les mesures à prendre pour prévenir ou arrêter les effets des incendies dans les bois et forêts. Les bergers et les laboureurs sont soupçonnés de brûler maquis et bois...
7 Octobre: Fin du mandat de GHJUSEPPE ANTONIU GRAZIANI comme maire de Bastia (voir 1818).
8 Octobre: Le Journal Officiel du Département de la Corse traite le sujet de l'organisation de l'enseignement primaire en Corse:
    La Corse, 171187 habitants, compte 61 cantons, 354 communes dont 78 sans écoles, 343 écoles dont 75 primaires et 268 mixtes, 7748 élèves dont 6321 élèves primaires, 261 instituteurs ecclésiastiques et 87 instituteurs laïques.
    L'arrondissement d'Aiacciu, 39722 habitants, compte 12 cantons, 71 communes dont 29 sans écoles, 66 écoles dont 17 primaires et 49 mixtes, 1393 élèves dont 1162 élèves primaires, 46 instituteurs ecclésiastiques et 22 instituteurs laïques, rétribués entre 7,30 francs et 21,60 francs par an, en numéraire, blé et pain.
    L'arrondissement de Bastia, 50294 habitants, compte 20 cantons, 95 communes dont 13 sans écoles, 98 écoles dont 22 primaires et 76 mixtes, 2542 élèves dont 2036 élèves primaires, 78 instituteurs ecclésiastiques et 21 instituteurs laïques, rétribués entre 5,25 francs et 13,15 francs par an, en numéraire, blé, châtaignes, vin et vin cuit.
    L'arrondissement de Calvi, 19035 habitants, compte 6 cantons, 34 communes dont 8 sans écoles, 29 écoles dont 8 primaires et 21 mixtes, 768 élèves dont 637 élèves primaires, 17 instituteurs ecclésiastiques et 13 instituteurs laïques, rétribués entre 2,40 francs et 17,80 francs par an, en numéraire, blé, seigle, pain de froment et orge.
    L'arrondissement de Corti, 41234 habitants, compte 15 cantons, 111 communes dont 9 sans écoles, 112 écoles dont 16 primaires et 96 mixtes, 2407 élèves dont 1980 élèves primaires, 98 instituteurs ecclésiastiques et 15 instituteurs laïques, rétribués entre 5,93 francs et 11,40 francs par an, en numéraire, blé, seigle, pain de froment, orge et châtaignes.
    L'arrondissement de Sartè, 20902 habitants, compte 8 cantons, 43 communes dont 19 sans écoles, 38 écoles dont 12 primaires et 26 mixtes, 638 élèves dont 506 élèves primaires, 22 instituteurs ecclésiastiques et 16 instituteurs laïques, rétribués entre 7,38 francs et 20,62 francs par an, en numéraire, blé et pain.
On signale une activité du Carbonarisme à Bastia. Les réfugiés politiques italiens (voir 1817) ne sont pas étrangers à l'essor des réunions bastiaises.
Les maîtres des futures écoles mutuelles sont formés à l'école modèle d'Aiacciu.
A Livourne, dans un couvent de son ordre des Capucins, décès de l'abbé historien AMBRUGHJU ROSSI.
HELL, hydrographe du Dépôt de la Marine est nommé responsable de la Mission des Relevés des Côtes de Corse.
Chez ETIENNE BATTINI, imprimeur du Roi à Bastia, parution de Lettres sur la Corse, de JEAN FRANCOIS SIMONOT, ancien aide de camp et Contrôleur des Brigades des Douanes en Italie, ouvrage recueil en faveur des Corses qui est une réponse au Mémoire sur la Corse, de REALIER-DUMAS (voir 1818).
L'ingénieur des Mines GUEYMARD, envoyé sur l'Ile par le Gouvernement, dépose à la Bibliothèque Nationale Voyage géologique et minéralogique en Corse.



1821:

8 Janvier: Le Journal de la Corse rapporte que, à Aiacciu, lors d'une cérémonie de fiançailles chez la famille Pietrapiana, le sol de la pièce située au deuxième étage s'effondre. On déplore 5 morts et une trentaine de blessés.
17 Janvier: Une ordonnance royale fonde, à Aiacciu, une école gratuite d'océanographie.
18 Janvier: Premier bulletin météorologique publié par le Journal de la Corse.
La mise à prix du bail à ferme des droits de l'Octroi Municipal d'Aiacciu est de 14400 francs par an. Il sera accordé pour deux ans au plus offrant.
Mars: A Livesi, 19 habitants succombent à une intoxication alimentaire.
5 Mai: A Longwood, sur l'île de Sainte Hélène, mort de NAPOLEON BONAPARTE.
12 Mai: A Aiacciu, des courses de chevaux sont organisées sur le Cours Sainte Lucie (Cours Impérial).
A Peri, un gendarme, à la recherche de contumax, est tué. Un bandit est abattu, les autres se sauvent dans a machja.
21 Juillet: Le Journal de la Corse annonce officiellement la mort de NAPOLEON BONAPARTE.
28 Juillet: Le Journal de la Corse rapporte l'article du Moniteur du 7 Juillet 1821 concernant la mort de NAPOLEON BONAPARTE.
Confirmation du pouvoir de la Prud'homie des patrons pêcheurs de Bastia (voir 1801). Ses prérogatives et son mode de gestion sont précisés.
16 Août: Ouverture de la Foire de Corti.
14 Octobre: Pour prévenir des maladies contagieuses les habitants de l'Ile, mise en quarantaine dans la région de Ersa de tous les pêcheurs de corail corses ayant travaillé sur les côtes d'Afrique.
20 Octobre: Fin de la mise en quarantaine des pêcheurs de corail, les craintes s'étant révélées sans fondement.
21 Novembre: Dans le Cortenais, les bandits GHJUVAN ANDRIA GAMBINI, dit U Rossu, son frère PASQUALE GAMBINI et FRANCESCU SANROCHI, tuent 3 gendarmes dans une embuscade et échappent aux poursuites.
22 Décembre: Un terrible ouragan frappe la Corse.
A Aiacciu, création de la loge maçonnique La Réunion, du Grand Orient de France.
GHJUVANNI ANTONIU FREDIANU de VIDAU est nommé maire de Bastia.
Le département de la Corse forme le 20ème arrondissement forestier du territoire français. Son chef-lieu est Bastia, dont le collège, dirigé par FRANCESCU OTTAVIANU RENUCCI (voir 1815), compte 273 élèves.
La Corse compte 180348 habitants, dont à peine un millier savent parler et écrire le français, et 10000 le comprennent plus ou moins bien.
La plupart des étudiants corses poursuivent leurs études supérieures à l'université de Pise.
Porti Vechju compte 2079 habitants.
A Santu Petru di Tenda, création de la comédie Mamma So, d'ANTON SEBASTIANU LUCCIARDI.
A. JOLY de la VAUBIGNON publie Voyage pittoresque en Corse, un in folio de deux volumes illustré de quarante huit vues lithographiées de GODEFROY ENGELMANN (1788,1839).
Chez Chaumerot Jeune, à Paris, parution de Lettres sur la Corse, de JEAN FRANCOIS SIMONOT (voir 1820).
Chez Bossange, à Paris, parution des Œuvres Complètes, de CONSTANTIN FRANCOIS VOLNEY de CHASSEBOEUF, dans lesquelles on trouve Etat Physique de la Corse et Précis de l'Etat de la Corse.
Parution de L'état actuel de la Corse, de PIERRE PAUL POMPEI.
Le Journal Officiel du Département de la Corse cite un encouragement à l'étude du français en Corse par l'inspecteur d'académie.
On dénombre 155 assassinats en Corse.
La Corse compte 185000 habitants.



1822:

4 Janvier: Les bandits GHJUVAN ANDRIA GAMBINI, dit U Rossu, son frère PASQUALE GAMBINI et FRANCESCU SANROCHI, attaquent la brigade de gendarmerie de Pedicroce, et s'emparent des effets des gendarmes.
9 Janvier: Le vicomte ANTOINE LOUIS ANGE ELYSEE de SULEAU, bourbonien sectaire, est nommé Préfet de la Corse. Il succède au baron CLAUDE FRANCOIS d'EYMARD.
Le général GASPARD BERNON de MONTELEGIER remplace le le général BRENIER de MONTMORAND à la tête de la 17ème Division militaire de Bastia.
Février: LOUIS-MAGLOIRE COTTARD devient inspecteur chargé des fonctions rectorales en Corse. Il remplace ANTOINE FELIX MOURRE (voir 1820).
Juin: Dans la Restonica, le bandit PASQUALE GAMBINI et ses complices assassinent un homme, nommé ARRIGHI, qu'ils soupçonnent de collaborer avec les gendarmes.
19 octobre: A Casaglio, des bandits (TIUDORU POLI, les frères MULTEDO, BRUSCO, CARLOTTI et BATTESTI) attaquent la gendarmerie, et tuent un gendarme (ROBERT). Le maire du village (ALBERTINI), avec l'aide de trois habitants, les met en fuite, tuant un des assaillants (BATTESTI).
Le Journal de la Corse publie désormais des nouvelles de l'intérieur et de l'étranger.
21 Novembre: Organisation d'un bataillon de Voltigeurs Corses, affecté essentiellement à la poursuite et la capture des bandits. Il est composé d'un état-major et de quatre compagnies (400 volontaires). Son commandant est ANTONIU GALLONI d'ISTRIA.
Les bandits corses les plus actifs sont GHJUSEPPE ANTONMARCHI, dit Gallochju, TIUDORU POLI, BRUSCO, BORGHETTI, GHJUVAN ANDRIA GAMBINI, dit U Rossu, son frère PASQUALE GAMBINI, FRANCESCU SANROCHI, GAFFORI, MULTEDO, CASANOVA...
Le libecciu cause d'énormes dégâts à Bastia et dans le Nebbiu. Les routes de Bastia à San Fiurenzu et de Bastia à Aiacciu sont coupées en plusieurs endroits. Le trafic entre l'Ile et le continent est très perturbé.
27 Novembre: A U Poghju di Brandu, décès de SANTU FERDINANDI (voir 1808).
30 Novembre: Une embuscade, dressée par des bandits au pont de Francardu, coûte la vie à un gendarme à cheval.
Décembre: Le Journal de la Corse rapporte le meurtre d'un ouvrier lucquois (lucchesu) par les bandits MULTEDO et CASANOVA, qui assassinent un peu plus tard un jeune homme de 22 ans qui avait témoigné contre eux, un homicide à l'entrée de la Place d'Armes à Aiacciu, une embuscade contre des gendarmes près de Borgu...
23 décembre: Signature de l'Ordonnance Royale instituant la création du bataillon de Voltigeurs Corses.
25 décembre: GHJUVANNI BATTISTA COLONNA di BOZZI (voir 1819) est remplacé au poste de maire d'Aiacciu par GHJUVANNI BATTISTA SPOTURNO.
Le Carbonarisme progresse en Corse (voir 1820).
Le botaniste ESPRIT REQUIEN fait un séjour en Corse.
Le Journal Officiel du Département de la Corse traite le sujet de l'instauration d'un examen de langue française pour les ecclésiastiques.
On dénombre 190 assassinats en Corse.



1823:

Janvier: Le trafic entre l'île et le continent est redevenu régulier.
Février: Le bataillon de Voltigeurs Corses est créé. Son premier commandant est ANTONIU GALLONI d'ISTRIA, d'Ulmetu.
4 Février: A I Prunelli di Casacconi, le maire, GHJUVAN PAULU AGOSTINI, est assassiné par GHJUVAN FRANCESCU FILIPPI dit Capracinta (voir 1814).
16 Février: LISANDRU COLONNA d'ISTRIA devient le président de la Société d'Instruction Publique du Département de la Corse.
7 Avril: Création de 30 écoles cantonales lancastériennes (mutuelles) en Corse: à I Piazzali (pour le canton de l'Alisgiani), à A Porta (pour le canton de l'Ampugnani), à Bunifaziu (pour le canton de Bunifaziu), à Cervioni (pour le canton de Campuloru), à Ruglianu (pour le canton du Campubiancu), à A Penta Acquatella (pour le canton de Casacconi), à U Viscuvatu (canton de Casinca), à Bucugnà (pour le canton du Celavu), à A Mazzola (pour le canton de Mercuriu), à Calinzana (pour le canton de Montegrossu), à Calacuccia (pour le canton du Niolu), à Sari d'Orcinu (pour le canton de l'Orsinu), à Pastureccia (pour le canton d'Orezza), à Santa Maria é Sicché (pour le canton de l'Ornanu), à Porti Vechju (pour le canton de Porti Vechju), à Spiluncatu (pour le canton de Reginu), à Curbara (pour le canton de Sant'Anghjelu), à Bastèrga (pour le canton de Sampieru), à Moïta (pour le canton de Serra), à Evisa (pour le canton du Sevidentru), à Vezzani (pour le canton de Sorba), à Zicavu (pour le canton du Talavu), à Santa Lucia di Taddà (pour le canton de Taddà), à Pitretu é Bicchisgià (pour le canton de Taravu), à Peru Casevechje (pour le canton de Tavagna), à Pedicorti (pour le canton du Tavignanu), à Santu Petru di Tenda (pour le canton de Tenda), à Oletta (pour le canton de Tuda), à San Lurenzu (pour le canton de Vallerustie), et à Ulmetu (pour le canton du Valincu).
Les contribuables corse rechignent à régler leurs impôts. L'armée doit parfois intervenir.
Le Journal de la Corse continue de rapporter la série de meurtres et de brigandages qui se poursuit.
Trente écoles cantonales sont ouvertes, destinées à propager la connaissance de la langue française. La liste, avec le nom de leurs instituteurs, paraît dans le numéro 11 du Journal de la Corse. On y trouve au programme les principes de notre sainte religion, la grammaire française, l'arithmétique, la calligraphie (ou Belle écriture)...
28 Novembre: La Société d'Instruction Publique du Département de la Corse (voir 1818), qui compte 140 membres, tient sa dernière séance.
Le notaire anglais ROBERT BENSON est en Corse pour régler l'héritage de PASQUALE PAOLI.
Le comte ALEXANDRE COLONNA d'ISTRIA (voir 1814) est nommé Premier Président de la Cour d'Appel de Bastia.
Ouverture du cimetière de Bunifaziu.
MARCU LANFRANCHI fonde les bains de Guttera.
Le bandit GHJUSEPPE ANTONMARCHI, dit Gallochju, publie, chez Fabiani, un libelle, adressé au président de la Cour Royale, pour répondre aux détracteurs de la Corse et de ses compatriotes.
Le Journal Officiel du Département de la Corse traite le sujet de l'ouverture des écoles cantonales et publie la liste des personnels en poste.
On dénombre 116 assassinats en Corse.



1824:

A Bastia, les bandits THOMAS JEAN-BAPTISTE TORRE, dit Tomasciolu), ANTOINE-FRANCOIS SAROCCHI et PASCAL GAMBINI, enlèvent le bourreau et son assistant, et demandent une rançon. Le bourreau parvient à s'échapper, mais l'assistant est égorgé.
Février: Un crédit de 1000 francs est voté par le conseil municipal d'Aiacciu, sous la direction du maire GHJUVANNI BATTISTA SPOTURNO (voir 1822), pour dresser le plan de la ville.
Mars: Elections pour la Chambre: le Conseil Electoral, composé de 40 membres, choisit le comte DUMENICU de RIVAROLA BARBAGGI, inspecteur des bois et forêts, et FRANCESCU-MARIA ANTONIU PERALDI pour siéger à Paris.
7 Avril: Le comte GABRIEL MARIE JEAN BENOIT de LANTIVY de KERVENO est nommé Préfet de la Corse. Il succède au vicomte ANTOINE LOUIS ANGE ELYSEE de SULEAU.
Mai: Un décret ministériel stipule que, désormais, en Corse, aucune école primaire (privée) ne pourra être ouverte à proximité (un mille et demi au moins) d'une école départementale, cantonale ou communale.
21 Mai: A I Prunelli di Casacconi, le maire, FRANCESCU MARIA AGOSTINI, est assassiné par POMPEU AGOSTINI et THOMAS JEAN-BAPTISTE TORRE dit Tomasciolu.
17 Juin: Arrivée solennelle, à Aiacciu, du nouveau Préfet de la Corse GABRIEL MARIE JEAN BENOIT de LANTIVY de KERVENO.
Septembre: Le Journal de la Corse est bordé de noir: il porte le deuil de la mort du Roi LOUIS XVIII. Le Roi LOUIS XVIII est mort, vive le Roi CHARLES X. L'hebdomadaire corse est désormais rédigé dans la seule langue française (et non plus en bilingue, français et italien).
En Corse, désormais, les actes officiels sont rédigés en Français exclusivement (et non plus en Français et Italien).
15 décembre: Afin d'éviter les agressions, un arrêté préfectoral ordonne l'essartement sur une largeur de 20 mètres en aval et en amont des talus des routes d'Aiacciu à Bastia, de Bastia à San Fiurenzu et du golfe de Sagone à la forêt d'Aïtone, en sorte que leurs abords soient libres et plus sûrs.
A Bastia, premier projet de construction de la place Saint-Nicolas, sur ce qui n'est alors qu'un terrain vague entre le port et la ville. Le Génie s'y oppose.
JEAN MARCEL CADET (voir 1800) écrit Corse. Restauration de cette île.
CARLU ANDRIA POZZO di BORGO introduit la race des moutons mérinos dans la région de son village natal d'Alata.
Fin de la mission de HELL (voir 1820).
Edition d'une carte de la Corse de PIERRE JACOTIN (voir 1796).
Création de la commune d'Aleria avec des terres prises à Tallone, Zuani, Vivariu et E Muracciole.
Le couvent de San Francescu di Caccia, à Castifau (voir 1796) est transformé en cimetière.
Le cardinal JOSEPH FESCH aide les Soeurs de Saint-Joseph à installer à Aiacciu un établissement d'enseignement.
On dénombre 118 assassinats en Corse.
Un rapport du médecin-inspecteur SANTINI souligne les propriétés des eaux d'Orezza, et note qu'en Corse, la nature a placé le remède à côté du mal... (voir 1805).
Parution de Observations sur la Corse, par le comte GABRIEL MARIE de BEAUMONT, sous préfet de Calvi de 1820 à 1822.



1825:

Février: Carnaval de Bastia. GHJUSEPPU BATTARELLI SERAFINI se distingue comme chanteur et acteur.
11 Mars: Le général comte de ROSNAY commande la Division Militaire de la Corse.
19 Mai: Le Préfet de la Corse GABRIEL MARIE JEAN BENOIT de LANTIVY de KERVENO se rend à Reims au sacre de CHARLES X.
17 Juin: Retour du Préfet de la Corse GABRIEL MARIE JEAN BENOIT de LANTIVY de KERVENO sur l'Ile.
5 Août: Début des travaux de construction du pont du Vechju.
11 Août: Un très important feu de maquis, parti de Teghjime, fait de très gros ravages.
La Société Centrale d'Agriculture du Département de la Corse (voir 1818) est réorganisée. Son nouveau président est PAULU FRANCESCU PERALDI.
De nombreux homicides continuent à être commis dans le Département. Le préfet GABRIEL MARIE JEAN BENOIT de LANTIVY de KERVENO réitère l'interdiction du port d'armes de toutes catégories.
Il y a cette année, en Corse, 56 meurtres, 24 assassinats, 7 viols, 4 infanticides et 32 vols.
Le préfet GABRIEL MARIE JEAN BENOIT de LANTIVY de KERVENO fait venir du continent quelques milliers de plans de mûriers pour les distribuer gratuitement aux cultivateurs qui en feront la demande; 34000 plans sont délivrés.
Renforcement de la protection du port de Bastia contre les tempêtes.
Décès de RAFFAELLE de CASABIANCA (voir 1814).
A Londres, chez Longman, publication de Sketches of Corsica, de ROBERT BENSON (voir 1823), lequel n'hésite pas à emprunter à A. JOLY de la VAUBIGNON (voir 1821) la vue de l'Alpa, la maison natale de PASQUALE PAOLI, pour illustrer son livre, qui contient la première généalogie de la famille Paoli, ainsi qu'un choix de poésies.
Création de la commune de L'Isula avec des terres prises à Santa Riparata di Balagna.
On dénombre 115 assassinats en Corse.



1826:

9 Mars: Par ordonnance royale, CONSTANTIN STEPHANOPOLI de COMNENE est maire d'Aiacciu. Il remplace GHJUVANNI BATTISTA SPOTURNO (voir 1822). Ses adjoints sont ANTONIU DECOSMI et GHJACUMU COLONNA.
25 Mars: Adjudication préparatoire du projet de construction de l'hôtel de ville d'Aiacciu.
10 Juin: La goélette du Roi, La Mutine, est en Corse pour terminer quelques opérations importantes qui complètent le travail hydrographique de l'Ile.
2 Juillet: A Aiacciu, en présence du préfet GABRIEL MARIE JEAN BENOIT de LANTIVY de KERVENO et du maire CONSTANTIN STEPHANOPOLI de COMNENE, pose de la première pierre de l'Hôtel de Préfecture et de l'Hôtel de Ville. Les plans ont été conçus par l'architecte parisien HENRI-ALPHONSE de GISORS.
16 et 17 Août: La Foire de Corti, qui a lieu tous les ans à la même époque, connaît toujours le même succès.
31 Août: Ouverture de la session du Conseil Général, présidé par OLIVETTI, membre de la Cour Royale.
Octobre: A Bastia, début de la construction d'une place publique, sur le terrain provenant de la succession Favalelli, non loin de la maison familiale (Casile Favalelli) de SIMONE GHJUVANNI FAVALELLI (1670,1725).
Nivellement de la Place du Diamant à Aiacciu.
Monsieur de LIEUTAUD remplace monsieur de DELITALA au poste de principal du collège d'Aiacciu.
Ouverture d'une classe de théologie au collège d'Aiacciu.
La lieutenance de gendarmerie de Bunifaziu est rétablie (voir 1817).
Promotion de la culture du lin et du chanvre en Corse. Le Conseil Général demande l'envoi de métiers à tisser les toiles.
Tentatives de culture de la canne à sucre.
Le Collège d'Aiacciu (voir 1805), qui recrutait des élèves de la classe de rhétorique (1ère) à la 6ème, assure désormais la préparation au baccalauréat ès Lettres et ès Sciences.
L'Ingénieur des Mines GUEYMARD (voir 1820), publie son Voyage géologique et minéralogique en Corse.
A Aiacciu, cinq bateaux corailleurs, de 12 à 13 tonneaux, sont construits, armés et équipés.
A Bastia, les premiers prieurs refont leur apparition dans l'église de San Ghjuseppu, fermée depuis 1791. L'église est rendue aux fidèles et la Cunfraterna di San Ghjuseppu est créée.
Porti Vechju compte 2376 habitants.
Fin du mandat de GHJUVANNI ANTONIU FREDIANU de VIDAU comme maire de Bastia (voir 1821).
On dénombre 82 assassinats en Corse.
La Corse compte 184979 habitants.



1827:

Janvier: Ouverture d'une classe de rhétorique dans les deux collèges du Département, à Aiacciu et Bastia.
13 Janvier: Le Journal Officiel du Département de la Corse traite le sujet de la diffusion de la langue française dans l'enseignement public.
A Poghju di Nazza, Les Voltigeurs Corses du Fiumorbu abattent le contumax CASANOVA, qui tient le maquis, (voir 1822), condamné à perpétuité pour meurtre.
5 Février: A A Mortola, non loin d'Ambiegna, les Voltigeurs Corses abattent le contumax TIUDORU POLI (voir 1822), qui sévissait dans l'arrondissement d'Aiacciu.
Le docteur DELPECH, professeur de la Faculté de Médecine de Montpellier, préside le jury des Elèves Officiers de Santé en Corse. De plus, il est chargé par le gouvernement d'opérer les malades atteints de cataracte.
Août: Le second de TIUDORU POLI, BORGHELLO, dit Tiudoru e mezzu, venge son ami en tuant le berger qui l'a dénoncé et les trois gendarmes qui l'ont abattu.
13 Octobre: Inauguration du pont du Vechju (voir 1825) et ouverture officielle à la circulation du grand chemin d'Aiacciu à Bastia (voir 1801). La construction de la route d'Aiacciu aux bains de Guagnu est très avancée, on accède en voiture jusqu'à Calcatoghju. Celle de Bastia à Macinaghju prend forme.
30 Octobre: Deux secousses à 6 minutes de distance ébranlent les maisons des communes de Taravu, Tallà et Sartè.
Novembre: Il y a deux candidats aux élections partielles: le comte DUMENICU de RIVAROLA BARBAGGI, sortant, inspecteur des bois et forêts (voir 1824), et FRANCOIS POZZO di BORGO, trésorier payeur général et neveu de CARLU ANDRIA, l'ambassadeur de Russie. Le préfet GABRIEL MARIE JEAN BENOIT de LANTIVY de KERVENO élimine ce dernier et fait élire de VATIMESNIL, un juriste complètement inconnu en Corse. Mais celui-ci ne pouvant siéger à l'Assemblée (il a moins de 40 ans) c'est le général TIBURZIU SEBASTIANI qui le remplace.
Trente communes d'Aiacciu, une de Bastia, deux de Calvi, deux de Corti, et quatre de Sarté, partagent entre leurs habitants respectifs leurs terrains communaux susceptibles de devenir des terres cultivables et privées.
Tentatives de cultures de cotonnier. A Sarté, celle de SUSINI semble donner de bons résultats.
La colonie grecque de Carghjese est maintenant bien intégrée.
Prupià compte 7 à 8 maisons et quelques cabanes. Presque tous ses habitants sont commerçants.
FRANCESCU OTTAVIANU RENUCCI (voir 1821) écrit des Novelle Storiche.
SALVATORE VIALE publie les premiers recueils Poesi d'alcuni moderni autori corsi, qui regroupent les poèmes de divers auteurs corses (VINCENZU BIADELLI, ANTON LUIGI RAFFAELLI, GHJUVAN VITU GRIMALDI... ), et qui paraîtront plusieurs années (1828, 1832, 1834, etc.).
Début de la construction du Palais Fesch à Aiacciu.
Début de la construction du théâtre d'Aiacciu (Saint Gabriel).
Le Journal Officiel du Département de la Corse traite le sujet de la répartition des cours d'italien et de français au collège.
On dénombre 125 assassinats en Corse.
Aiacciu compte 7658 habitants.



1828:

3 Janvier: Réunion du Collège Electoral de la Corse en l'église Sant Erasmu d'Aiacciu. Sont élus députés, le comte DUMENICU de RIVAROLA BARBAGGI, sortant, et de VATIMESNIL, conseiller d'état.
Février: Le conseiller d'état de VATIMESNIL, député de la Corse, est nommé Ministre de l'Instruction Publique.
3 Mars: Le préfet GABRIEL MARIE JEAN BENOIT de LANTIVY de KERVENO est nommé Préfet des Basses-Alpes, le baron JOSEPH JEROME HILAIRE d'ANGELIER lui succède en Corse.
Arrêté du Ministère de l'Instruction Publique créant un collège à Calvi. MATTEU ARENA en est le Principal et le régent de rhétorique.
Projet d'un établissement de deux lignes régulières bi hebdomadaires de paquebots à vapeur entre Marseille et la Corse. Le port d'attache est Toulon.
Fin de la construction de la grande voûte du théâtre d'Aiacciu.
11 Mars: Réunion du Collège Electoral de la Corse en l'église Sant Erasmu d'Aiacciu, pour le choix d'un successeur au député de VATIMESNIL, invalidé. Le vicomte TIBURZIU SEBASTIANI, maréchal de camp, est élu contre le comte ALEXANDRE COLONNA d'ISTRIA.
13 Avril: Le nom des cantons corses portera désormais celui de la commune chef-lieu.
14 Juin: Le baron d'ANGELIER, nouveau Préfet de la Corse, débarque à Aiacciu.
Août: Voyage en Corse du Duc RICHARD de BUCKINGHAM. Il consacre une partie de son journal de bord à l'Ile. Il est le premier touriste britannique au sens moderne du terme.
23 Août: Inauguration de la nouvelle mairie d'Aiacciu (la Maison Carrée) par le maire CONSTANTIN STEPHANOPOLI de COMNENE (voir 1826).
18 Septembre: L'officier italien ANTONIO GALOTTI, compromis en Italie dans la révolte du Cilento, se réfugie à Bastia. La population le prend sous sa protection afin qu'il ne soit pas extradé en Italie, où il est condamné à mort. Le gouvernement français recule...
4 Octobre: Une voiture hippomobile à quatre roues, A Berlina, effectue son premier service de Bastia à Aiacciu.
Des essais de culture du coton sont effectués en CorseAiacciu et à Corti).
Il ne reste plus que 3 écoles mutuelles sur les 30 créées en 1823, pour cause de subventions insuffisantes.
En Corse, près de la moitié des conscrits savent lire et écrire (moyenne supérieure à la moyenne française).
Le Journal Officiel du Département de la Corse (voir 1817) ne parait plus qu'en langue française.
Une vingtaine de Carbonari de Santa Maria Poghju effectue un raid sur Cervioni.
ANTONIU GHJACINTU LOTA est maire de Bastia.
FILIPPO BUONARROTI (voir 1796) écrit Histoire de la Conspiration pour l'égalité (Conspiration Babeuf).
FRANCESCU OTTAVIANU RENUCCI (voir 1827) écrit d'autres Novelle Storiche.
On dénombre 131 assassinats en Corse.



1829:

Janvier: La neige, qui atteint par endroits plus de 8 mètres de hauteur, coupe la route d'Aiacciu à Bastia. Le col de Vizzavona est impraticable.
29 Mai: ANTONIO GALOTTI (voir 1828) est embarqué secrètement sur un navire en direction de Naples, où il est livré aux autorités italiennes. L'indignation est grande à Bastia.
13 Juin: Création, à Aiacciu, d'une école normale primaire d'instituteur (en fait un cours normal).
14 Septembre: Dans sa séance, le conseil général de la Corse adopte une délibération demandant instamment l'utilisation des fonds légués par PASQUALE PAOLI, concernant la création d'une école normale dans la commune de Merusaglia.
L'élevage du ver à soie donne de bons résultats dans le Capicorsu.
Construction d'une fontaine à Suddacaru.
Un millier de plans de raisins de Corinthe est mis à la disposition des cultivateurs corses.
Fondation d'une Ecole Normale Primaire à Aiacciu.
Bastia compte 10000 habitants, 9 moulins à huile, 9 moulins à eau, 4 fours à chaux, 4 fontaines, 20 chevaux et 50 mulets.
On dénombre 109 assassinats en Corse.



1830:

Janvier: Un service de poste quotidien dessert les villes de Bastia et Aiacciu.
Le col de Vizzavona est de nouveau impraticable.
21 Janvier: Arrivée dans le port d'Aiacciu du premier navire à vapeur, Le Nageur.
1er Février: Inauguration et ouverture solennelle du théâtre d'Aiacciu (voir 1827). Il s'appelle le Théâtre Saint Gabriel, en l'honneur de l'ancien préfet GABRIEL MARIE JEAN BENOIT de LANTIVY de KERVENO. Le Journal de la Corse donne le programme de la saison.
2 Avril: Le comte MARIE JOSEPH GABRIEL XAVIER de CHOISEUL-BEAUPRE, ancien secrétaire général du Département du Nord, est nommé Préfet de la Corse. Il remplace Le baron d'ANGELIER, muté dans le Var.
28 Avril: A Aiacciu, l'aile sud de l'hôpital militaire, accolée au couvent de San Francescu, est achevée.
Mai: Un contrat de quatre ans est signé entre l'Etat et la compagnie toulonnaise Gérard pour assurer la desserte de la Corse par trois bateaux à vapeur qui partiront de Toulon tous les cinq jours pour rejoindre alternativement Bastia et Aiacciu.
18 Juin: Première rotation maritime entre Toulon et Aiacciu (en 26 heures) par le bateau à vapeur, le Liamone, de la compagnie toulonnaise Gérard.
20 Juin: Première rotation maritime entre Toulon et Bastia (en 30 heures) par le bateau à vapeur, le Golo, de la compagnie toulonnaise Gérard.
23 Juin: Arrivée à Aiacciu du comte MARIE JOSEPH GABRIEL XAVIER de CHOISEUL-BEAUPRE, le nouveau Préfet de la Corse.
24 et 25 Juin: Foire annuelle de Vicu.
Juillet: ALFRED de VIGNY décide d'écrire un Aperçu de l'Histoire de la Corse dont le titre serait La Corse, essai d'histoire. Il rencontre pour cela CARLU ANDRIA POZZO di BORGO. Ce projet n'aboutira pas.
Le Collège Electoral de la Corse choisit, comme députés à la Chambre, TIBURZIU SEBASTIANI et FRANCOIS ROGER, ancien député de Haute-Marne.
27, 28 et 29 Juillet: Les Trois Glorieuses.
Un ajaccien, JACQUES BASTELICA, est tué à Paris lors des évènements.
6 Août: CONSTANTIN STEPHANOPOLI de COMNENE, maire d'Aiacciu, annonce à ses concitoyens la révolution de Paris et le changement de gouvernement.
7 Août: Le drapeau tricolore flotte à tous les bâtiments publics de Bastia.
8 Août: Le drapeau tricolore flotte sur la citadelle de Bastia.
9 Août: Afin d'éviter des troubles graves, le Conseil Municipal d'Aiacciu siège en permanence.
10 Août: Le Conseil Municipal d'Aiacciu désigne une commission, avec TIBURZIU SEBASTIANI, DUMENICU CONTI, FRANCESCU MARIA LEVIE, GHJUSEPPU PO, MIGHELE ANGHJULU d'ORNANO et ANDRIA RAMOLINO, chargée du maintien de l'ordre. Cette commission demande au général FAVEROT, commandant de la 17ème Division Militaire, de reconnaître le nouveau gouvernement français.
11 Août: Le drapeau tricolore flotte sur la citadelle d'Aiacciu.
GHJUVAN FRANCESCU PERALDI fait fonction de Préfet de la Corse. Il remplace le comte MARIE JOSEPH GABRIEL XAVIER de CHOISEUL-BEAUPRE qui a quitté l'Ile.
19 Août: CONSTANTIN STEPHANOPOLI de COMNENE, le maire d'Aiacciu, proclame l'avènement de LOUIS PHILIPPE.
21 Août: A Aiacciu, un service funèbre est célébré en hommage à JACQUES BASTELICA, tué à Paris lors des Les Trois Glorieuses.
24 Août: Aiacciu organise sa Garde Nationale de 17 compagnies. Le colonel en est FELICE PASQUALE BACIOCCHI, et BERNARDINU POLI, le chef de bataillon.
4 Septembre: HONORE JOURDAN du VAR, est nommé nouveau Préfet de la Corse.
7 Septembre: La députation de la ville de Bastia est présentée à LOUIS PHILIPPE.
16 Septembre: A Sarté, violents incidents entre les Rocca Serra, partisans de CHARLES X, et les Ortoli, alliés aux Pietri, pro LOUIS PHILIPPE. Il y a un mort, SEBASTIANU PIETRI et des blessés graves. Une Vindetta va naître.
26 Septembre: A Aiacciu, installation de la nouvelle municipalité dont CONSTANTIN STEPHANOPOLI de COMNENE reste le maire. Elle prête serment de fidélité au Roi des Français.
3 Octobre: Un convoi de fonds circulant entre Aiacciu et Bastia est attaqué à Acqua Pulita, dans la forêt de Vizzavona. Il y a un officier et un gendarme de tués, et cinq blessés graves.
8 Octobre: HONORE JOURDAN du VAR, le nouveau Préfet de la Corse, débarque à Aiacciu.
25 Octobre: Arrivée, à Bastia, d'ETIENNE CABET, nouveau procureur de la Cour Royale.
30 Octobre: ETIENNE CABET, le nouveau procureur de la Cour Royale, prononce son discours d'installation, dans lequel il fait l'éloge du peuple de Paris reconquérant ses droits les armes à la main...
Novembre: HONORE JOURDAN du VAR, le nouveau Préfet de la Corse, choisit ses plus proches collaborateurs parmi ses amis Carbonari et Francs-maçons.
12 Novembre: Le Roi LOUIS PHILIPPE signe l'abrogation du décret du 29 Juin 1814 instituant le régime exceptionnel concernant l'administration de la police criminelle: Le Jury Populaire est rétabli dans le Département de la Corse. Le préfet doit s'occuper de la formation des listes électorales et du jury. L'intervention à la Chambre du député BRENIER de MONTMORAND (voir 1820) a été décisive: Voulez-vous la prospérité de la Corse? Etablissez des communications sur tout le littoral et dans l'intérieur. Réparez ses ports, assainissez ses plaines… Qu'on ne craigne pas de faire des avances pour la Corse: avec le temps elle les remboursera au centuple, semez-y un peu d'argent et vous récolterez de l'or. Le Journal de la Corse publie une liste de maires et d'adjoints nommés par arrêté préfectoral.
17 Novembre: ORAZIU SEBASTIANI est nommé Ministre des Affaires Etrangères.
JACQUES PIERRE CHARLES ABBATUCCI, président de la Chambre à la Cour Royale d'Orléans remplace, comme député de la Corse, FRANCOIS ROGER, dont l'élection a été invalidée.
Décembre: Des troubles ont lieu en Corse contre le Roi LOUIS PHILIPPE et en faveur de NAPOLEON.
La librairie Motte insère dans Les Contemporains Etrangers un splendide portrait de PASQUALE PAOLI par JEAN BAPTISTE MAUZAISSE (1784,1839), important peintre de portraits historiques.
Décès de GHJUSEPPU SISCU (voir 1748). Il dispose dans son testament que toutes ses économies soient utilisées à entretenir à perpétuité cinq jeunes élèves de la ville de Bastia à Rome, pour étudier pendant cinq ans les sciences et les beaux arts.
Premières tentatives de culture du cotonnier en Corse, sans succès notable.
GHJUSEPPU VALENTINI, surnommé Le Général Yusuf, né à l'île d' Elbe d'un grenadier corse au service de NAPOLEON 1er et élevé jusqu'à l'âge de trois ans par PAULINE BONAPARTE, qui a été enlevé par les Corsaires, à Piombino, puis vendu au Dey de Tunis et élevé dans le sérail, parvient à s'enfuir et rejoint les troupes françaises qui viennent de débarquer à Alger.
La statistique médicale fait état de 1970 curistes en Corse: 1090 hommes, 880 femmes, dont 992 à Guitera, 500 à Petrabola et 391 à Guagnu.
On dénombre 151 assassinats en Corse.
Le botaniste et naturaliste italien DOMENICO VIVIANI publie un Florae Corsicae Specierum novarum dans lequel figurent les descriptions d'une vingtaine de nouvelles espèces de la flore corse.



1831:

Janvier: Les trois bateaux à vapeur de la compagnie toulonnaise Gérard qui assurent la liaison entre Toulon et la Corse sont le Liamone, le Golo et le Var.
15 Janvier: Le Journal de la Corse cesse d'être l'album de la préfecture et devient le Journal Libre de la Corse.
Février: A Paris, le général de LAFAYETTE, pour le gouvernement français, et FILIPPO BUONARROTI, pour le Comité Central Italien, négocient l'échange Corse-Savoie, une fois l'unité italienne accomplie...
4 Février: Le bandit MIGHELE PIANELLI, dit Sampieru, condamné à mort par contumace pour meurtre et assassinat, se donne la mort, ne pouvant échapper à ses poursuivants.
13 Février: A Piana, un habitant du village, LURENZU MUSELLI, est assassiné de deux balles dans la poitrine.
PETRU ANTONI est maire de Bastia. Il remplace ANTONIU GHJACINTU LOTA (voir 1828).
Mars: De nombreux Italiens, membres du Mouvement Libéral et National, se réfugient en Corse: l'avocat GIOVANNI VICINI, président du gouvernement provisoire de Bologne, LUIGI GENERALI, de Modène, les quatre frères, NICOLA, CARLO, LUIGI et PAOLO FABRIZI, PIETRO STERBINI, l'avocat PASQUALE BERGHINI, de Sarzane, condamné à mort en compagnie de GIUSEPPE MAZZINI (fondateur du mouvement La Giovine Italia), ANTONIO BENCI, de Toscane... Ils créent la société secrète La Marianna.
HONORE JOURDAN du VAR, le Préfet de la Corse, rappelle aux Italiens exilés en Corse qu'il leur est interdit de créer des mouvements subversifs contre un Etat quelconque d'Italie, et qu'ils doivent obéissance aux lois françaises.
Entrée en vigueur de l'Article 314 du Code Pénal, concernant la fabrication et le port d'armes.
10 Mars: Plan initial d'urbanisme de la ville de Bastia. La décision de faire des grands travaux qui vont, en un siècle, métamorphoser la ville est prise.
Avril: Le Journal Libre de la Corse se plaint de la lenteur de l'acheminement du courrier dans l'Ile qui entraîne un retard considérable dans sa diffusion.
22 Mai: Le docteur DOMINIQUE VERSINI, inspecteur des Etablissements de Santé et de Bienfaisance de la Corse, signale au Préfet de la Corse, HONORE JOURDAN du VAR, la présence, et l'utilisation possible, de sources sulfureuses chaudes à Caldaniccia, à moins de 6 kilomètres d'Aiacciu.
26 Mai: FRANCOIS FERDINAND d'ORLEANS, Prince de Joinville, troisième fils de LOUIS PHILIPPE, en visite en Corse, arrive à Aiacciu.
Juillet: Le général TIBURZIU SEBASTIANI, candidat à la Chambre, est en campagne électorale.
5 Juillet: TIBURZIU SEBASTIANI est élu député de la circonscription de Bastia avec 97 voix sur 97 votants. ORAZIU SEBASTIANI est élu député de la circonscription d'Aiacciu avec 102 voix sur 105 votants, mais, élu en même temps dans la circonscription de Vervins, dans l'Aisne, il opte pour cette dernière. C'est JOSEPH LIMPERANI, conseiller à la Cour de Bastia et neveu des Sebastiani, qui est élu avec 99 voix sur 101.
13 Juillet: Le bandit GHJUVAN PAULU CHIARI, dit Stuppaccionu, de Poghju di Nazza, terreur du Fiumorbu, est tué par le détachement des Voltigeurs Corses de Prunelli.
21 Juillet: Une commission de 4 membres (DOMINIQUE VERSINI, le docteur JOURDAN et les pharmaciens GROSSETTI et SAMPOLO), désignée par le Conseil Général, dépose un rapport favorable concernant la source thermale de Caldaniccia.
27 Juillet: Décision est prise par de construire un établissement thermal à Caldaniccia: un crédit de 3000 francs est voté par le Conseil Général, pour la construction de 3 bassins.
Le Journal Libre de la Corse change de format et de présentation.
Décembre: La municipalité de Bastia envisage la création d'un atelier de charité et inscrit, dans son budget, le salaire d'un allumeur de réverbère.
2 Décembre: A Bastia, une réunion de marins, place Louis Philippe (future place Saint-Nicolas), tourne à l'émeute. Les patrons de marine à voile demandent au sous-préfet de Bastia d'interdire le transport de marchandises par le navire à vapeur, le Golo.
5 Décembre: La municipalité de Bastia vote un emprunt de 120000 francs pour résorber le chômage par de grands travaux.
9 Décembre: Décès de l'évêque de Corse LOUIS SEBASTIANI.
Le Préfet de la Corse, HONORE JOURDAN du VAR, choisit par décret les maires dont les mandats sont à renouveler.
Décret de LOUIS PHILIPPE entérinant les nominations des nombreux maires de Corse.
Le Jury Populaire est officiellement remis en vigueur en Corse.
Edition d'une carte de la Corse de HELL (voir 1824).
Le Journal Officiel du Département de la Corse traite le sujet des distributions des prix dans les écoles.
A Aiacciu, le cours normal (voir 1829) est transformé en 3 écoles modèles.
On dénombre 90 assassinats en Corse.
La Corse compte 195000 habitants.



1832:

Janvier: Installation du nouveau maire de Bunifaziu, NICOLAS TRANI.
Février: La garnison de l'Ile est de 9000 hommes, y compris la nouvelle circonscription.
7 Février: ASCAGNU CUNEO d'ORNANO est le nouveau maire d'Aiacciu. Il remplace CONSTANTIN STEPHANOPOLI de COMNENE (voir 1826). Ses adjoints sont PAULU FRANCESCU PERALDI et JOSEPH GARCAIN.
PETRU ANTONI est maire de Bastia. Ses adjoints sont MORELLI et GRONDONA.
PIZZO est le maire de Calvi, BENEDETTI, celui de Corti et POMPEU PIETRI, celui de Sarté.
Mars: Un crédit de 2000 francs pour les travaux de la route de Sarté à Prupià est alloué par le Conseil Général de la Corse.
Un crédit de 11310 francs pour les travaux de la route de Aiacciu à Vicu est alloué par le Conseil Général de la Corse.
Un crédit de 11283 francs pour les travaux de la route de Bastia à Erbalunga est alloué par le Conseil Général de la Corse.
Un crédit de 12306 francs pour les travaux de la route de Calvi à San Fiurenzu, via L'Isula, est alloué par le Conseil Général de la Corse.
Le grand chemin d'Aiacciu à Bastia (voir 1827) est parfaitement carrossable et devient une route.
A Sarté, le Préfet de la Corse, participe à une tentative de réconciliation dans la vindetta qui oppose les Rocca Serra aux Ortoli, alliés aux Pietri, (voir 1830. Il réussit à calmer provisoirement la situation.
Devant la montée des rixes, PETRU ANTONI, le maire de Bastia, décide la fermeture des cabarets au plus tard à minuit.
Avril: Un contingent de 7000 hommes, sur les 9000 que compte la garnison de Bastia, participe à la conquête de l'Algérie.
28 Mai: Naissance de PETRU LUCCIANA, dit Vattelapesca, auteur de six volumes de Cummmediole.
21 Juin: Un crédit supplémentaire de 1600 francs est voté par le Conseil Général, pour la construction des 3 bassins de Caldaniccia (voir 1831).
Juillet: Inquiétude sur la possible arrivée du Choléra Morbus en Corse.
Le bandit GHJULIU FRANCESCU ANTONETTI, de Quenza, est tué au cours d'un engagement avec les gendarmes.
21 Août: Le conseil municipal d'Aiacciu restitue aux rues et places de la ville leurs noms d'avant la Restauration: la rue Royale redevient la rue Napoléon; la rue Bourbon, rue du Roi de Rome; la rue du Faubourg, la rue de l'Impératrice; la rue Neuve, la rue du Cardinal; la place du Diamant, place Bonaparte...
7 Septembre: Le Préfet de la Corse, HONORE JOURDAN du VAR, rentre à Aiacciu, après une longue tournée dans l'Ile au cours de laquelle il a présidé des séances du conseil de révision du Département. A Bastia, il a contracté une grave maladie dont il a failli décéder.
25 Septembre: A Aiacciu, en la cathédrale, une messe de requiem est célébrée à l'occasion de la mort de l'Aiglon, le Duc de Reichtadt.
Octobre: Le Journal Libre de la Corse fait un reportage sur l'état de la route d'Aiacciu à Vicu.
11 Octobre: ORAZIU SEBASTIANI quitte son portefeuille de Ministre des Affaires Etrangères (voir 1830).
Novembre: Signature d'un contrat entre le Préfet de la Corse, HONORE JOURDAN du VAR, et PAULU VINCENTE RENUCCI, de Corti, au sujet de l'établissement d'une liaison hebdomadaire entre Bastia et Aiacciu, et vice-versa, par voiture à quatre roues et au moins quatre places.
16 Décembre: Installation officielle et solennelle du maire et du conseil municipal d'Aiacciu.
24 Décembre: Le bandit RICCIARDI, qui écumait la région du Golu, est tué par les gendarmes.
La ville de Bastia est équipée de 26 réverbères (à huile et à pétrole).
Réouverture d'un nouveau jardin botanique à Aiacciu (voir 1815).
L'historien GHJUVANNI CARLU GREGORJ écrit la tragédie littéraire Sampiero Corso.
La librairie Delpech insère dans l'Iconographie des Contemporains une superbe lithographie de PASQUALE PAOLI dessinée par HENRI JOSEPH HESSE (1781,1849), élève de DAVID et portraitiste recherché.
A Pise, réédition de La Historia di Corsica, de ANTONE PETRU FILIPPINI.
Le Journal Officiel du Département de la Corse traite le sujet de la constitution d'un fonds pour inciter à la publication d'une histoire de la Corse.
Les docteurs SISCO (décédé en 1830), chirurgien renommé, et l'illustre TOMASU FRANCESCU PRELA, médecin de PIE VII et de PIE VIII, lèguent de précieux ouvrages qui viennent enrichir la Bibliothèque de Bastia.
Aiacciu compte 8920 habitants, Bastèrga, 2314, Bastia, 9531, Bucugnà, 1992, Bunifaziu, 2944, Calinzana, 1974, Calvi, 1382, Corti, 3282, Ghisoni, 1535, Porti Vechju, 1738, Sarté, 2715, Ulmetu, 1968...
La population de la Corse s'élève à 195407 habitants.
On dénombre 139 assassinats en Corse.



1833:

1er Février: Premier voyage de la diligence qui effectue la liaison hebdomadaire entre Bastia et Aiacciu, et vice-versa. Le voyage dure deux jours, avec arrêts à Bucugnà, Corti et Ponte Novu. Le créateur du service est LEONARDU PIERAGGI, de Corti.
7 Février: Le Conseil Général de la Corse décide d'ériger à Aiacciu une colonne de granite surmontée d'une statue de NAPOLEON 1er en marbre.
20 Février: A Sarté, la vindetta continue (voir 1830). Deux frères Pietri sont assassinés.
Mars: ANTONIU GHJACINTU LOTA est à nouveau maire de Bastia. Il remplace PETRU ANTONI (voir 1831).
ASCAGNU CUNEO d'ORNANO est toujours maire d'Aiacciu. Ses adjoints sont GHJACUMU PONTE et PETRETO.
Ouverture d'une école à Merusaglia.
22 Mars: Par ordonnance du Roi LOUIS PHILIPPE, le lieutenant général comte ORAZIU SEBASTIANI, membre de la Chambre des Députés, est nommé ministre.
Mai: A Aiacciu, suite à la décision du Conseil Général de la Corse, une commission, présidée par le Préfet de la Corse, HONORE JOURDAN du VAR, est créée en vue de l'érection d'un monument à la gloire de NAPOLEON 1er. Une souscription est ouverte. CARLU ANDRIA POZZO di BORGO verse 1000 Francs (!).
24 Mai: Décès du baron GHJUVANNI BATTISTA GALEAZZINI, ancien préfet du Liamone (voir 1815).
28 Juin: ZAVIERU CASANELLI d'ISTRIA est nommé évêque concordataire de Corse, à Aiacciu. Il succède à LOUIS SEBASTIANI-PORTA (voir 1802).
Juillet: A Aiacciu, des Carbonari se manifestent aux cris de Vive la République, vive Lucien, à bas Philippe !
9 Août: A Aiacciu, le cours Sainte Lucie devient le cours Napoléon, la rue de l'Impératrice la rue Fesch et la petite place de la maison natale de NAPOLEON 1er la place Letizia.
17 Août: A Lucciana, le bandit GHJUVANNELLU GIACOMONI, dit Sgaitu, de Bucugnà, tombe sous les balles des Voltigeurs Corses.
20 Septembre: A Aiacciu, le conseil municipal demande l'érection d'une statue monumentale en hommage à NAPOLEON 1er.
15 Décembre: A Paris, un Comité Central pour l'érection d'un monument à la gloire de NAPOLEON 1er est constitué, autour du comte ORAZIU SEBASTIANI. Ce comité lance une souscription publique, qui recueille 25000 francs en 8 jours (LOUIS-PHILIPPE lui-même donne 5000 francs).
JOSEPH LIMPERANI introduit en Corse la société secrète des Pinnuti, une branche spéciale de la Charbonnerie (les Carbonari) dans le but d'étendre l'influence du clan Sebastiani.
A Aiacciu, reconversion de l'école modèle en école normale ( voir 1831). Les candidats doivent savoir lire et écrire passablement le français et l'italien.
Près de 3000 passagers ont fait le voyage entre la Corse et le continent sur les services réguliers à vapeur.
Le Préfet de la Corse, HONORE JOURDAN du VAR fait acquérir l'emplacement de la source thermale de Caldaniccia pour 4000 francs (voir 1832).
Publication, à Bastia, chez Fabiani, de Storia di Corsica, en Italien, premier volume, par le professeur FRANCESCO OTTAVIANO RENUCCI, (voir 1827), œuvre dans laquelle ce dernier donne un bon compte rendu des épisodes paoliens.
Le naturaliste et botaniste suisse ULYSSES ADALBERT von SALIS-MARSCHLINS publie, en allemand, dans la revue Flora (Regensburg), un premier catalogue des plantes corses.
Bastia compte 12091 habitants, soit, Terranova, 5962 et Terravechja, 6229.
La population de la Corse s'élève à 197688 habitants.
On dénombre 145 assassinats en Corse.



1834:

A Bastia, L'Insulaire Français, journal bonapartiste politique et littéraire, au service du député JOSEPH LIMPERANI, succède à La Revue de la Corse.
Mars: ZAVIERU CASANELLI d'ISTRIA, le nouvel évêque de Corse, arrive à Aiacciu.
3 Mars: LOUIS ANTOINE DUFILHOL devient le premier recteur de l'Académie de Corse.
5 Juillet: TIBURZIU SEBASTIANI et JOSEPH LIMPERANI sont réélus députés (de Bastia et d'Aiacciu).
Août: Par arrêté préfectoral, le Décalitre devient la mesure officielle pour le grain. L'usage du boisseau (bacinu) devient illégal.
13 Août: L'abbé MARC AURELE MARCHI lègue un fond de 1250 volumes à la bibliothèque d'Aiacciu.
18 Août: Création de la Société Médico-Scientifique de l'Ile de Corse, sous la présidence de M. ETIENNE. Les médecins GHJUVAN VITU GRIMALDI, CARLOTTI et GABRIELLI en font partie.
Octobre: Le bandit SALVINI est abattu par les Voltigeurs Corses de la compagnie du capitaine CIAVALDINI.
15 Octobre: Elections municipales. ANTONIU GHJACINTU LOTA est élu maire de Bastia.
Novembre: Pour l'obtention du diplôme d'officier de santé, il y a 56 candidats inscrits, 26 qui se présentent et 19 qui sont reçus.
31 Décembre: A Afa, GHJUVAN DUMENICU MANNEI, de Bucugnà, sergent de l'armée, tue l'assassin présumé de son frère et prend le maquis.
ORAZIU SEBASTIANI est nommé ambassadeur à la Cour de Naples.
A Bastia, début des travaux de construction de la place Saint-Nicolas (voir 1824).
A Bastia, les lieux d'abattage des animaux de boucherie sont la Place d'Armes, San Carlu, La Punta et Chjostru.
Publication, à Bastia, chez Fabiani, de Storia di Corsica, deuxième volume, par FRANCESCO OTTAVIANO RENUCCI, (voir 1833). Il relate le drame du Fiumorbu (voir Mai 1808) et montre l'arbitraire et la promptitude de la Ghjustizia Morandina.
A Sarté, suite de la vindetta (voir 1833). Un Susini, de la famille rivale des Rocca Serra est assassiné.
Il y a en Corse 26 morts accidentelles et 6 suicides.
On dénombre 203 assassinats en Corse.



1835:

2 Janvier: Dix cas de Choléra, mortels pour la plupart, sont signalés à Marseille. La Corse prend peur. Une quarantaine de dix jours est imposée à tous les navires en provenance du Midi.
Dans les environs de Cervioni, affrontement entre les bandits GHJUSEPPE ANTOMARCHI, dit Gallochju, et FINIDORI, dit Santacciu, et un détachement de Voltigeurs Corses commandés par le caporal VELLUTINI. FINIDORI est tué et ANTOMARCHI parvient à s'enfuir.
TIBURZIU SEBASTIANI est nommé commandant de la 17ème Division Militaire (celle de Corse). Il démissionne de son poste de député.
18 Avril: Le bandit GHJUSEPPE ANTONMARCHI, dit Gallochju est tué lors d'une rixe dans le Cortenais.
8 Mai: A Bastia, ouverture du grand séminaire, dans la maison Ottavj.
A la suite des élections municipales, le préfet nomme de nombreux maires:
            A Bastèrga, DUMENICU MARIETTI,
            A Cavru, LURENZU PIETRI,
            A Ocana, DUMENICU MURACCIOLE,
            A Tolla, GHJACUMU VINCENTI,
            A Bucugnà, DUMENICU POMPEI,
            A Calacuccia, MATTEU MATTEI,
            A Evisa, GHJUVAN TOMASU CECCALDI,
            A Carghjese, NICOLAS PAPPADACCI-STEPHANOPOLI,
            A Piana, PASQUALE CECCALDI,
            A Azilonu-Ampaza, GHJUSEPPU MARIA FOATA,
            A Grussetu-Prugna, PETRU AUGUSTU GROSETTI,
            A Ciamanaccia, PETRU MARIA SANTUCCI,
            A Guttera, DUMENICU LANFRANCHI,
            A Palneca, GHJUSEPPU SANTONI,
            A Zicavu, GHJUVAN FRANCESCU PIAZZA,
            A Biguglia, MATTEU LUZI,
            A Campile, LURENZU PASQUALINI,
            A Monte, FILIPPU GIUDICELLI,
            A L'Olmu, ANTONIU GIUDICELLI,
            A Petralba, GHJUVAN NATALE SAVELLI,
            A Canari, GHJUVAN AUGUSTINU SANTELLI,
            A L'Isula, GHJUVAN AMBRUGHJU SUZZONI,
            A Monticellu, GHJUSTU GRAZIANI,
            A Olmi e'Cappella, PETRU MATTEU FRATACCI,
            A U Fulgetu, GHJUSEPPU RENUCCI,
            A Tavera, GHJUVAN GHJUSEPPU RENUCCI,
            A Vicu, PETRU CRISTINACCI,
            A Lucciana, GHJUSEPPU MARIA BAGNANINCHI,
            A Santa Lucia di Taddà, GHJUVAN FELICE GIACOMONI,
            A Calvi, PIZZO,
            A Corti, FRANCOIS-AUGUSTE BENEDETTI,
            A Sarté, POMPEU PIETRI,
            A Calinzana, MARINU MARINI...
1er Juin: TIBURZIU SEBASTIANI, à la Chambre des Députés, demande une allocation de 15000 francs pour l'entretien du jardin botanique pépinière d'Aiacciu (voir 1832).
ORAZIU SEBASTIANI est nommé ambassadeur à Londres.
Devant le danger du Choléra, le Préfet de la Corse, HONORE JOURDAN du VAR, rétablit la quarantaine de 10 jours imposée le 2 Janvier. Cette quarantaine ne peut être purgée que dans les ports d'Aiacciu, de Bastia, Bunifaziu, Calvi, L'Isula, Macinaghju ou San Fiurenzu.
28 Juillet: A Paris, un Corse de Muratu, GHJUSEPPU FIESCHI, commet un attentat contre le Roi LOUIS PHILIPPE, en faisant exploser une bombe, rue du Temple. Il y a 42 personnes touchées, dont 19 mortellement, mais le Roi est indemne. GHJUSEPPU FIESCHI est arrêté, avec trois complices, MOREY, un bourrelier-sellier, PEPIN, un épicier, et BOIREAU.
Septembre: Malgré la disparition du Choléra à Marseille et dans le Midi, le Préfet de la Corse, HONORE JOURDAN du VAR, installe une intendance sanitaire à Aiacciu.
Le conseil municipal d'Aiacciu vote les crédits nécessaire à la création d'un cours de Mathématiques Spéciales dans le collège de le ville.
8 Septembre: Ouverture de la première (officielle) de la Fiera di U Niolu, à Casamacciuli (A Fiera di a Santa), une foire commerciale de 3 jours.
Octobre: A Corti, le bandit CARLU DUMENICU PROSPERI, qui terrorisait le canton de La Pietra, est abattu par le brigadier ACQUATELLA et le gendarme LEANDRI, de la brigade de Linguizzetta.
2 Novembre: FERDINAND-PHILIPPE, Duc d'Orléans, fils aîné de LOUIS PHILIPPE, en visite en Corse, arrive à Bastia, à bord du Castor, en provenance de Toulon. Il est accueilli par le général TIBURZIU SEBASTIANI, commandant de la 17ème Division Militaire, le préfet HONORE JOURDAN du VAR, le sous-préfet MORATI, le député JOSEPH LIMPERANI et le maire ANTONIU GHJACINTU LOTA.
4 Novembre: Le Duc d'Orléans se rend à Corti. Il déjeune à Ponte Novu.
6 Novembre: Le Duc d'Orléans est reçu, à Aiacciu, par le maire ASCAGNU CUNEO d'ORNANO.
7 Novembre: Le Duc d'Orléans quitte la Corse pour l'Afrique.
16 Décembre: ORAZIU SEBASTIANI est élu député de Bastia (avec 95 voix sur 97 votants), contre ALEXANDRE COLONNA d'ISTRIA, en remplacement de son frère TIBURZIU, démissionnaire.
27 Décembre: Réunion du Collège Electoral qui doit procéder à la désignation du député d'Aiacciu. Le lieutenant général comte ORAZIU SEBASTIANI, ambassadeur de France en Angleterre, est le grand favori.
Le régime douanier de 1818 est aboli concernant les produits suivants: huiles, soies, fer, granit. Ils sont désormais admis sans droits sur le Continent.
A Aiacciu, on organise le premier concours d'entrée à l'école normale, vraiment régulier et complet.
A Aiacciu, ouverture par Monseigneur ZAVIERU CASANELLI d'ISTRIA, d'un séminaire, tenu par les Oblats de Marie Immaculée, dans le vieux bâtiment de la Place du Diamant.
ALEXANDRE DUMAS (père) séjourne en Corse, à Suddacaru, dans le château de FREDERICU d'ISTRIA.
Dans France Pittoresque, paru chez Delloye, à Paris, ABEL HUGO, dans les développements consacrés à la Corse, présente l'œuvre de PASQUALE PAOLI d'une manière objective.
Décès du général DUMENICU CESARU FRANCESCHETTI.
Séjour en Corse de ANTOINE CLAUDE PASQUIN dit VALERY, ancien bibliothécaire du Roi de France CHARLES X à Versailles.
A Paris et à Rennes, FRANCOIS ROBIQUET, ingénieur en chef des Ponts et Chaussées en Corse, publie Recherches Historiques et Statistiques sur la Corse, en deux volumes, dans lesquels il propose un Petit vocabulaire corse. De plus, il relate le drame du Fiumorbu (voir Mai 1808) et montre l'arbitraire et la promptitude de la Ghjustizia Morandina. Il estime à 1521 le nombre d'homicides ou de tentatives d'homicides commis entre 1821 et 1832, ayant entraîné la mort de plus de 600 personnes, soit une cinquantaine par an. Il raconte également les méfaits du bandit TIUDORU POLI (voir 1827).
Publication, à Paris, chez Bellizard, de Histoire Générale de la Corse depuis les Premiers Temps jusqu'à nos jours (1830), en deux volumes, par JOSEPH MARIE JACOBI (GIACOBBI), avocat.
A Paris, publication de France pittoresque, par ABEL HUGO, dans lequel 7 pages sont consacrées à l'histoire de la Corse, ses moeurs, ses coutumes, ses activités. On y relève un étonnant constat: les brebis corses sont noires et ont ordinairement 4 cornes, quelquefois 6...
A Bastia, chez Fabiani, publication de Tre Novelle Morali tratte dalla storia Patria, de REGULUS CARLOTTI.
Il y a en Corse 19 morts accidentelles et 8 suicides. On y dénombre 197 assassinats.



1836:

Janvier: Il y a, en Corse, 156 aliénés (108 hommes et 48 femmes).
2 Février: A Rome, mort de LETICIA BONAPARTE.
La garnison du Département de la Corse est augmentée de 1500 hommes.
16 Février: A Paris, exécution de GHJUSEPPU FIESCHI et de deux de ses complices (voir 1835).
Mai: Depuis le début de l'année, il a été commis en Corse 77 assassinats, dont 39 avec préméditation et 38 au cours de rixes armées.
Juin: Les aspirants au titre d'officier de santé (médecin, pharmacien, sage-femme, herboriste...) sont invités à déposer leur dossier de candidature à la préfecture.
9 Juin: A Corti, bataille rangée entre Voltigeurs Corses et bandits. Le bandit PETRU NICOLAÏ parvient à s'enfuir, un deuxième, ANTONIU FILIPPU BATTESTI est blessé, un autre, BARTOLI, est tué.
14 Juin: A Bisinchi, l'abbé ANGHJELU PAULU VIGNALI, lequel a assisté dans la mort NAPOLEON BONAPARTE à Sainte Hélène, est assassiné lors d'une vindetta.
Juillet: A Aiacciu, installation des principaux services administratifs à l'Hôtel de Ville.
Août: La variole atteint 665 personnes de l'arrondissement de Bastia. 79 d'entre elles sont défigurées et 199 en sont mortes. Sur 6761 naissances en Corse, 4521 enfants sont vaccinés contre la maladie. Les principaux vaccinateurs sont l'officier de santé PERETTI à Sarté, le docteur SUZZONI à U Viscuvatu, l'officier de santé GABRIELLI à Tralonca et le docteur ZAULI à A Porta.
Décès de FRANCESCU MARIA LEVIE, ancien maire d'Aiacciu (voir 1830).
Octobre: Important arrêté de la Préfecture de Corse concernant les incendies de forêts domaniales, ou de tout autre bien public ou privé.
Les officiers de santé reçus par le jury médical sont CASANOVA, de Pancheraccia, SALVIANI, de Valle, RENUCCI de Musuleu, ABBATUCCI, de Grossa, POTENTINI, d'Ersa, BURESI, de Ciamanaccia, FRANCHI et SCLOPIS, de Pitretu Bicchisgià, CORTICHIATO, de Cuttoli Curtichjatu, LECA, de Coghja, GERONIMI, d'Arburi, ARNAUD, de Bucugnà, SORBA, de Vighjaneddu, ISTRIA, de Maca'Croci. Parmi les pharmaciens, on note CARBUCCIA et TAVERA, d'Aiacciu, FIESCHI, de Pitretu Bicchisgià, QUILICI, de Porti Vechju, COTI, de Santa Maria Siché.
Novembre: A Chjatra, le bandit GHJUSEPPU MARIA NICOLAÏ, neveu germain des deux frères NICOLAÏ, est tué par les Voltigeurs Corses.
Définition du programme de constructions des cinq routes principales qui desserviront la Corse (RN193 à RN197).
A Londres, édition des Mémoires de LUCIEN BONAPARTE, Prince de Canino.
Dans Guide Pittoresque du Voyageur en France, chez Firmin-Didot, à Paris, GIRAULT de SAINT-FARGEAU, dans les développements consacrés à la Corse, présente l'œuvre de PASQUALE PAOLI d'une manière objective.
SALVATORE VIALE écrit deux nouvelles: Il Rivoto di Pietro Cirneo et Il rimorso ossia l'ultima vendetta.
ZAVIERU CASANELLI d'ISTRIA, l'évêque de Corse, rachète le couvent San Francescu de Vicu. Il en fait don à la congrégation religieuse des Oblats de Marie Immaculée. Le premier Supérieur en est le Révérend Père CHARLES DOMINIQUE ALBINI, surnommé l'Apôtre de la Corse.
Le Journal Officiel du Département de la Corse aborde le sujet de la création d'une école particulière à Corti.
Il y a en Corse 207889 habitants. Le nombre de naissance a dépassé celui des décès de 2936.
Aiacciu compte 9003 habitants.
On dénombre 170 assassinats en Corse.



1837:

Le Montebello et le Castor, vaisseaux d'Etat, font le trafic entre la Corse et le Continent.
24 Mars: Un rapport de la commission chargée d'examiner un projet de loi relatif au développement de la Corse note: La Corse a été jusqu'à présent l'objet d'un étrange et funeste oubli, d'un indiscutable abandon: l'Empire même, dont le chef était pourtant un de ses enfants, a peu fait pour Elle. La Restauration n'a véritablement tenté aucun effort sérieux pour lui ouvrir les voies du progrès. La France n'a encore retiré presque aucun profit de cette possession acquise après de grands sacrifices et qu'elle a gardé depuis sans lui rien donner ou presque de l'utilité qu'elle peut avoir. La France a laissé, pour ainsi dire, ce vaste champ en friche comme elle l'avait trouvé, elle a eu l'air de le garder pour empêcher d'autres de le prendre; c'est ce qui a fait penser que la Corse ne pouvait être qu'onéreuse, qu'on n'en pouvait rien faire puisqu'on n'en avait rien fait depuis 1789.
15 Avril Ouverture d'un pensionnat dirigé par les Sœurs de Saint Joseph à Aiacciu. Il est destiné à l'éducation des demoiselles.
Depuis le début de l'année, il n'a été commis que 30 assassinats en Corse.
Le vapeur Liamone continue son service aussi régulier que possible entre Toulon et la Corse.
Juillet: Neuf conseillers municipaux d'Aiacciu, nouvellement élus, prêtent serment.
2 Juillet: A Aiacciu, place Bonaparte, à l'occasion de la fête du Roi LOUIS-PHILIPPE, pose solennelle de la pierre fondamentale, un bloc de granite d'Algaiola, de la statue de NAPOLEON 1er, qui sera installée sur un monolithe extrait des carrières de granit d'Algaiola (voir 1833). Ce monolithe ne sera jamais dégagé de la carrière et n'arrivera jamais à Aiacciu...
21 Septembre: Le lazaret des Sanguinaires (voir 1813) est abandonné, au profit d'un nouvel emplacement situé à Asprettu.
Novembre: Le grand séminaire d'Aiacciu, ouvert sous les plus favorables auspices, est en plein exercice. C'est un établissement d'enseignement secondaire, son premier supérieur est l'abbé SILVE.
12 Décembre: A Corti, inauguration de l'école normale (Ecole Paoli) par le maire de la ville FRANCESCU LUIGGI GUELFUCCI. Le directeur est l'avocat cortenais ARRIGU ARRIGHI. Elle compte 136 élèves. Elle est emménagée dans les premiers et deuxièmes étages du Palazzu Naziunale.
16 Décembre: GABRIEL MARCHI devient le rédacteur en chef du Journal de la Corse.
A Aiacciu, installation solennelle du nouveau maire, PAULU FRANCESCU PERALDI, par le préfet. Ses adjoints sont GHJACUMU PONTE et SANTU LEVIE. Il remplace ASCAGNU CUNEO d'ORNANO (voir 1832).
Le père GUASCO est nommé curé de Santa Maria, à Bastia.
Le bandit GHJACUMU BARTOLI, dit L'Infernu, est abattu à L'Agliu, près d' Ulmetu, par les Voltigeurs Corses.
Le Conseil Général vote des crédits pour l'amélioration du réseau routier: voies d'Aiacciu à Bastia, d'Aiacciu à Bunifaziu, de Corti à Calvi via L'Isula, soit 960000 francs en tout.
Création de la commune de Pitrusedda avec des terres prises à Coti Chjavari.
SALVATORE VIALE publie chez FABIANI, imprimeur et libraire à Bastia, l'Ultima Vendetta.
Publication, à Paris, chez Bouragis-Maze, de Voyages en Corse, à l'île d'Elbe et en Sardaigne, en deux volumes, de ANTOINE-CLAUDE PASQUIN dit VALERY, bibliothécaire du Roi CHARLES X. Il s'agit de deux volumes, dont le premier, de plus de 420 pages, concerne la Corse.
On dénombre 122 assassinats en Corse.



1838:

Janvier: Publication de la liste des maires des communes nommés par décret:
            A Porti Vechju, ROCCU QUENZA,
            A Pitretu é Bicchisgià, MIGHELE ISTRIA (avec pour adjoint P. POLVERELLI),
            A Castiglione, B. MAESTRACCI,
            A Moltifau, F. GRIMALDI,
            A Castifau, C. GRIMALDI,
            A Lozzi, FRANCESCU ACQUAVIVA,
            A Ulmetu, J-A PERETTI,
            A Bilia, BARTHELEMY QUILICHINI,
            A Linguizzetta, S. FERRANDI,
            A Bastia, ANTONIU GHJACINTU LOTA,
            A Bunifaziu, B-P TRANI,
            A Calvi, GHJUSEPPE ALFONSI,
            A Sarté, ANTONIU CASANOVA,
            A Suddacaro, COLONNA d'ISTRIA...
3 Mars: Le bandit TOMASI, dit U Rossu, de Castineta, tombe sous les balles des gendarmes et des Voltigeurs Corses.
13 Mars: ORAZIU SEBASTIANI est élu député d'Aiacciu, contre ALEXANDRE COLONNA d'ISTRIA. A Bastia, l'élection oppose XAVIER de CASABIANCA à JOSEPH LIMPERANI. Grâce à un subterfuge, c'est PASQUALE PAOLI qui est élu Député (!), avec 80 voix contre 70 à JOSEPH LIMPERANI, non par ignorance ou par protestation idéologique, mais par habileté politique (de FRANCOIS GAFFORI) pour gagner du temps dans un litige électoral. L'élection est annulée.
14 Mars: HONORE de BALZAC séjourne à Bastia.
17 Mars: Arrivée d'HONORE de BALZAC à Aiacciu. Il y fait une halte d'une quinzaine de jours (et s'y ennuie à mourir !).
26 Mai: Le trésorier payeur général de la Corse, FELIX POZZO di BORGO (neveu de CARLU ANDRIA), est assassiné au col de Prugnu, prés d'Aiacciu, par ANTOINE CASALONGA, dit Barigliolu, et ALPHONSE GIOVANNAÏ.
Avril: A Bastia, parution du journal d'opposition L'Echo de la Corse, de l'avocat JOSEPH-MARIE GIACOBBI (il signe ses articles JACOBI), imprimé par CESAR BATINI.
8 Juin: Le redoutable bandit RINALDU FRANCHI, de Moriani, qui terrorise les populations de plusieurs cantons, est abattu par les forces armées publiques à Matra.
13 Juin: JOSEPH LIMPERANI, allié à la famille Sebastiani, de A Porta, est élu Député du Deuxième Arrondissement de Bastia, avec 93 voix sur 94 votants et 156 incrits. Il succède à ... PASQUALE PAOLI.
Une berlina, L'Aigle, effectue le service postal régulier entre Aiacciu et I Bagni di Caldaniccia.
Août: NICCOLO TOMMASEO (1802,1874), journaliste et écrivain de Florence, proscrit de sa ville, s'installe à Bastia. Le poète ETIENNE CONTI écrit un poème en français en son honneur.
24 Août: Une ordonnance royale érige la grande école de Bastia (créée par les Jésuites) en Collège Royal. Monsieur UBERTIN en est le premier principal.
27 Août: A Aiacciu, arrivée, en provenance de Toulon, de l'économiste JEROME-ADOLPHE BLANQUI, qui va visiter la Corse afin de rédiger un rapport sur la situation économique de l'Ile. Il est missionné par l'Académie des Sciences Morales et Politiques.
30 Août: A Bucugnà, arrestation du bandit GHJUVAN DUMENICU MANNEI (voir 1834).
27 Octobre: L'économiste JEROME-ADOLPHE BLANQUI remet à l'Académie Royale des Sciences Morales et Politiques de l'Instutut de France, son Rapport sur l'état économique et moral de la Corse, dans lequel, entre autres, dénonçant le paludisme, il dit: l'assainissement des marais est une question de vie ou de mort en Corse.
8 Décembre: L'éditorial du journal d'opposition l'Echo de la Corse, signé JACOBI, imagine une rencontre entre PASQUALE PAOLI et NAPOLEON 1er sous le titre Rencontre des Morts. Ce texte soulève une vive polémique, particulièrement en raison de ce passage: Paoli: " Je n'ai jamais pu me faire à l'idée que la Corse soit à la France… J'ai l'espoir qu'un autre plus puissant ou plus heureux que moi fondera quelque jour l'indépendance de mon pays ". Napoléon 1er: " Je vais peut-être vous décevoir, général, mais il m'est impossible de ne pas vous dire que l'indépendance m'a toujours paru ce qui pourrait arriver de plus malheureux à la Corse ".
Nuit du 24 au 25 Décembre: Une effroyable tempête frappe le port de Bastia, causant la perte de nombreuses embarcations, et provoquant de très gros dégâts.
Fin de la construction du Palais Fesch à Aiacciu (voir 1827). Les travaux connurent une interruption de 1830 à 1835.
A Londres, décès de FRANCESCU MARIA PIETRI (voir 1804), ancien secrétaire de PASQUALE PAOLI. Il était cité dans le testament de celui-ci. Il est enterré près de ce dernier, au cimetière de Saint Pancrace à Londres.
Décès de UGU FRANCESCU PERETTI della ROCCA, poète dialectique corse, auteur de Ottave Rusticane et de Versi di Sagra (voir 1797).
A Toulon, l'imprimerie Imbert diffuse une image de l'Alpa, la maison natale, à Merusaglia, de PASQUALE PAOLI, œuvre de H. de FERRIERES.
Dans Univers ou Histoire et Description de tous les Peuples, chez Firmin-Didot, à Paris, CAMILLE de FRIESS-COLONNA, dans les développements consacrés à la Corse, présente l'œuvre de PASQUALE PAOLI d'une manière objective.
FRANCESCU OTTAVIANU RENUCCI (voir 1828) écrit une troisième série de Novelle Storiche.
Le préfet HONORE JOURDAN du VAR effectue une tentative de peuplement par des colons alsaciens de la région d'Aiacciu. C'est un échec total.
Visite en Corse du Ministre de l'Intérieur ADRIEN de GASPARIN.
Le Journal Officiel du Département de la Corse aborde le sujet de l'instauration dans l'Ile d'une académie à part entière.
A Castagnone (Ersa) début de l'exploitation d'un gisement de minerai d'antimoine (voir 1771).
Il y a en Corse 264 écoles (250 publiques et communales, et 14 privées), ainsi que deux écoles supérieures, qui scolarisent 9248 garçons et 1167 filles.
Le réseau routier corse comprend 422 kilomètres.
Parution, chez Fabiani, à Bastia, d'un Tableau Topographique et Médical de l'île de Corse, par le docteur ANGE VANUCCI, de Corti.
Il y a 225 crimes ou délits majeurs en Corse.
On dénombre 128 assassinats en Corse.



1839:

Janvier: A Bastia, suite à la tempête du 24 Décembre, les navires Le Saint Joseph, La Conception, La Providence, La Constance, L'Assomption et La Divine Providence, ont subi de très fortes avaries.
Projet d'urbanisation de la ville de Bastia, avec notamment, l'agrandissement de la place Louis-Philippe (Saint-Nicolas).
Projet de construction des phares de l'Ile (Bunifaziu, Porti Vechju...)
7 Février: A Algaiola, la Petra di Nabulio (voir 1837) est terminée et dégagée de ses échafaudages. Faute de moyens financiers, la colonne ne sera jamais acheminée sur Aiacciu.
27 Février: Le Journal de la Corse demande qu'une troupe française vienne remplacer la troupe italienne du théâtre Saint Gabriel à Aiacciu.
ORAZIU SEBASTIANI est élu député d'Aiacciu avec 98 voix sur 137 votants.
Avril: Le vapeur léger La Chimère est affecté à la mission chargée de l'éclairage des côtes et des passages difficiles de l'Ile.
Le Journal de la Corse affirme que le fer des minerais de Corse est considéré comme l'un des meilleurs du continent européen, mais il n'est pas exploité.
Trois bandits sont tués: l'un à Antisanti, l'autre à Zivacu et le dernier à Magà Croci.
Mai: La municipalité de la ville de Bastia limite à 4 étages la hauteur des immeubles à construire sur la Traverse. ANTOINE CASALONGA, dit Barigliolu, et ALPHONSE GIOVANNAÏ, les assassins de FELIX POZZO di BORGO (voir 1838), sont abattus, près de Bastèrga.
13 Mai: A Rome, décès du Cardinal FESCH.
Décès de ROCCU QUENZA, le maire de Porti Vechju.
18 Mai: Décès de la Comtesse de Marbeuf, veuve de l'ancien gouverneur de la Corse.
Deux bandits sont abattus à Alata par les Voltigeurs Corses.
Décès de MARIA ANNUNZIADA BUONAPARTE (CAROLINE BONAPARTE), soeur de NAPOLEON 1er. .
Juin: Le bandit FILIPPU DONSIMONI, dit Sette Sanni, redouté dans le Diquà, est arrêté à Pedicroce.
31 Juillet: Le bandit BAPTISTA PINZUTI, dit Testa, de Peri, est tué lors d'une embuscade. Auteur de nombreux meurtres, il rançonnait les habitants de la commune.
16 Août: PROSPER MERIMEE inspecteur des monuments historiques, en voyage officiel en Corse, débarque à Bastia, du vapeur Liamone.
31 Août: PROSPER MERIMEE est à Aiacciu. Il séjourne à Suddacaru, dans le château de FREDERICU d'ISTRIA.
Le Journal de la Corse signale six incendies dans les forêts domaniales de Perticatu, Colle et Tartaghjine.
5 Septembre: NICCOLO TOMMASEO, l'éxilé italien (voir 1838), quitte la Corse.
31 Septembre: A Aiacciu, plusieurs familles alsaciennes (70 personnes environ) débarquent sur l'Ile afin de s'établir sur les terres communales des Sanguinaires abandonnées par les Grecs de Carghjese.
7 Octobre: La mission de PROSPER MERIMEE prend fin. Il quitte l'Ile. Son rapport sera transmis au Comité Historique des Arts et Monuments. De son séjour, il écrira Notes de mon voyage en Corse.
Les Chambres accordent à la Corse des sommes importantes pour la construction des routes littorales.
4 Novembre: Vingt autres familles alsaciennes débarquent à Aiacciu pour s'installer aux Sanguinaires. 121 personnes en tout, originaires du village alsacien d'Hochfelden, dont certaines vont s'installer à Coghja.
Le bandit TOMASI, dit Cececcu, est arrêté dans la région de Corti.
Décembre: Les jeunes soldats appelés, qui ne veulent pas servir en personne, doivent présenter leur remplaçant au Conseil de Révision. 170 jeunes Corses de la classe 1838 sont appelés. Ils sont répartis dans les 12ème et 14ème Régiments d'Artillerie, dans le 4ème Régiment de Chasseurs et dans les 5ème et 26ème Régiments d'Infanterie.
11 Décembre: Les sources de Caldaniccia sont déclarées d'utilité publique par décret du ministre du Commerce et des Travaux Publics (voir 1833).
Définition du programme de construction de la route Bastia-Bunifaziu (RN198). (voir 1836)
10644 garçons et 1302 filles fréquentent les écoles publiques et privées de Corse.
Il y a 177 crimes ou délits majeurs en Corse.
On dénombre 96 assassinats en Corse.



1840:

Janvier: Renouvellement triennal des Conseils d'Arrondissement.
Des crédits sont alloués pour les ports de L'Isula, de Pruprià, de Centuri, d'Algaiola, ainsi que pour la réparation du môle de Bastia et les travaux du port d'Aiacciu.
Février: Arrestations de nombreux bandits dans toute l'Ile.
Mars: Le bandit DUMENICU BURESI, contumace de Ciamanaccia, auteur de plusieurs crimes, est arrêté par les Voltigeurs Corses près d'Arbiddali.
A Bastia, rue Napoléon, ouverture de la quincaillerie Valery, la première dans l'Ile.
Avril: Le 49ème Régiment de Ligne, commandé par le colonel ROSSI, d'Aiacciu, remplace, en Corse, le 20ème Régiment Léger, qui part pour Marseille en garnison.
Mai: Désignation de la moitié des conseils municipaux des villes et villages de Corse.
Le bandit DUMENICU ORSINI, de Zuani, est tué dans son village.
29 Juin: A Viterbo, en Italie, décès de LUCIEN BONAPARTE, Prince de CANINO.
19 Juillet: Le bandit GHJUVAN DUMENICU MANNEI (voir 1838) est condamné à 20 ans de travaux forcés par la Cour d'Assises de la Corse.
6 Octobre: Séjour en Corse de GUSTAVE FLAUBERT. Il est à Aiacciu où il visite la Maison Bonaparte.
20 Novembre: Ont été nommés maires, par arrêté préfectoral:
            A Bastia, ANTONIU GHJUSEPPE CASEVECCHIE,
            A Santa Maria é Sichè, SANTAMARIA,
            A Pila é Canali, C. BRUNI,
            A Carghjese, PAPPADACCI-STEFANOPOLI,
            A Ciamanaccia, ROLAND FRANCISCI,
            A Cuzzà, S. F. RENUCCI,
            A Bastèrga, F. SANTONI,
            A Zicavu, J. F. PIAZZA,
            A Petralba, J. F. SAVELLI,
            A Cagnanu, L. J. ANTONORSI,
            A Muratu, P. P. MURATI,
            A Canari, J. E. ORSINI,
            A Tagliu-Isulaccia, M. ALBERTINI,
            A Patrimoniu, P. ARENA,
            A San Fiurenzu, D. C. CESARI,
            A Ville, P. CASANOVA,
            A U Viscuvatu, A. GIAMARCHI,
            A A Venzulasca, E. PETRIGNANI...
9 Novembre: JEAN-MATHIEU et JOSEPH VALERY, négociants et armateurs, originaires de Poretta di Brandu, fondent la Compagnie Maritime Valéry Frères, avec un capital de 120000 francs.
30 Novembre: Une députation de notables corses est désignée pour se rendre à Cherbourg où arrivent les cendres de NAPOLEON 1er, à bord de la frégate La Belle Poule. Elle est composée de TIBIRZIU SEBASTIANI, JACQUES PIERRE CHARLES ABBATUCCI, PIU CASALE, ASCAGNU CUNEO d'ORNANO, BERNARDINU POLI, JOSEPH MULTEDO et LOUIS FLACH.
20 Décembre: Le comte ORAZIU SEBASTIANI est nommé maréchal de France. Il doit se soumettre à sa réélection en tant que député d'Aiacciu. Il est réélu à l'unanimité des 102 votants.
A L'Isula et à Ulmetu, inauguration d'une école confiée aux Filles de Marie Immaculée d'Agen (Marianistes).
Parution de Biographie des premières années de Napoléon Bonaparte. Paris et Valence, par le Baron FRANCOIS GILBERT de COSTON, chez Marc Aurel Frères.
Dans Notes d'un voyage en CorseParis, chez Fournier), PROSPER MERIMEE écrit: A Aleria, la fièvre atteint immanquablement quiconque s'avise d'y passer la nuit. Il commence à publier son roman Colomba sous formes d'articles dans La Revue des Deux Mondes.
Edition d'une litographie Vue de l'intérieur du vieux port de Bastia (avec le rocher du lion), par FESSARD d'après d'AUBIGNY.
On dénombre 108 assassinats en Corse.



1841:

Janvier: Le plan d'urbanisation de Bastia prévoit de relier la place Louis-Philippe (Saint-Nicolas) à la place du Casile Favalelli (où se situe le théâtre) par une large rue, la Traverse.
Février: La municipalité de la ville de Bastia décide de réhabiliter le couvent des missionnaires, devenu vétuste, sale et délabré.
2 Février: A Aiacciu, cérémonie de célébration du retour des cendres de NAPOLEON 1er en France.
15 Mars: A Aiacciu, pose de la première pierre du petit séminaire, à l'emplacement de l'ancien jardin botanique.
Mai: A Bastia, un crédit de 12000 francs est voté pour la réhabilitation du couvent des missionnaires.
La décision de construire le lazaret d'Aiacciu à Asprettu est prise (voir 1837).
A Aiacciu, les ormeaux du Cours Napoléon sont remplacés par des orangers.
A Bastia, dans les locaux du Collège Royal, s'ouvre un cours préparatoire aux écoles supérieures, militaire, navale et forestière.
14 Juin: Un décret royal affecte au port de Marseille la plupart des des rotations maritimes Corse-Continent. La compagnie bastiaise Valery Frères et Fils entre en concurrence avec la compagnie toulonnaise Gérard. Sa flotte, attachée à Bastia, comporte une douzaine de vapeurs de petit tonnage et six voiliers.
18 Août: L'entrepreneur FRANCESCU PALAZZI commence les travaux de la jetée du Margonaghju, à Aiacciu.
30 Septembre: Le docteur TOMASU FRANCESCU PRELA, installé à Rome, lègue sa bibliothèque de 16000 volumes à la ville de Bastia.
Octobre-Novembre: Un rapport de l'économiste JEROME-ADOLPHE BLANQUI sur l'état économique et moral de la Corse, est lu au cours de plusieurs séances de l'Académie des Sciences Morales et Politiques.
22 Novembre: Premier concours organisé à Bastia pour l'obtention d'une bourse d'études (15 écus romains) de peinture et d'architecture à Rome accordée par la Fondation Sisco. Les premiers lauréats sont LOUIS PELLEGRINI, pour la peinture, et AUGUSTE VIALE, pour l'architecture.
La France diminue momentanément les subventions publiques dans l'éducation, sauf en Corse.
PIU CASALE est élu président du Conseil Général de la Corse.
Suite à des pluies torrentielles le Tavignanu déborde, des maisons sont emportées, et on déplore la mort d'un enfant de 11 ans.
Projet d'implantation d'un nouveau cimetière à Bastia.
Décès, à Bologne, de FELICE BACIOCCHI, beau-frère de NAPOLEON BONAPARTE.
LEON GRIFFON publie, chez Fabiani, à Bastia, Aperçu sur la Corse, de 67 pages.
A Paris, parution chez Truchy et Amiot, de Copie d'un manuscrit de la main de Napoléon Bonaparte avec l'orthographe qui existe dans le Manuscrit même, par le Comte FERDINANDO dal POZZO. Ce manuscrit détaille la position politique et militaire du Département de la Corse au 1er Juin 1793.
A Paris, parution de Colomba, par PROSPER MERIMEE.
A Venise, parution de Canti Popolari Corsi, de l'Italien NICCOLO TOMMASEO.
Dans Les Français peints par Eux-mêmes, chez L. Curmer, à Paris, CHARLES ROMEY, dans les développements consacrés à la Corse, présente l'œuvre de PASQUALE PAOLI.
Il y a en Corse 221463 habitants, dont 111619 hommes et 109844 femmes. La moyenne d'âge est de 34 ans. Durant ces 5 dernières années, il y a eu 1320 mariages et l'excédent des naissances sur les décès est de 2274. La population a augmenté de 13574 habitants en 5 ans, et il y a 138 jeunes gens engagés volontaires dans l'armée.
On dénombre 136 assassinats en Corse.



1842:

22 Janvier: Le bandit AUGUSTINU STEFANINI, dit Sarpenti, est tué par les Voltigeurs Corses.
Le très mauvais temps sévit sur la Corse.
25 Janvier: Le vapeur à aubes Maréchal Sebastiani, de la compagnie Valery Frères et Fils quitte Bastia pour Aiacciu.
Le vapeur Golo assure la liaison entre Bastia et Toulon.
Le Liamone effectue la rotation entre Aiacciu et Toulon.
Février: La municipalité de Bastia vote un impôt exceptionnel de 50 centimes sur chaque hectolitre de blé entré dans le port, ceci pour financer les travaux dans la ville.
Mars: Une carte géographique, correcte et complète, est donnée par Le Journal de la Corse.
Le bandit LUCU ANTONIU LECA est arrêté par les Voltigeurs Corses.
2 Avril: Mort de CONSTANTIN STEFANOPOLI de COMNENE, l'ancien maire d'Aiacciu (de 1826 à 1832).
Juin: Les candidats du gouvernement aux élections législatives sont, à Aiacciu, ORAZIU SEBASTIANI, de A Porta, et, à Bastia, AGENOR de GASPARIN, le fils du Ministre de l'Intérieur ADRIEN de GASPARIN. Ils sont élus tous les deux, le premier avec 97 suffrages.
Le Conseil Général réitère son souhait de bi départementalisation de la Corse. Il demande également le rétablissement de l'arrondissement de Vicu, la création de celui de Cervioni, ainsi que l'aménagement de certains hameaux (Case di A Ghisunaccia...). Enfin, il souhaite que la garnison de l'Ile soit portée à deux régiments au moins.
Novembre: Premiers daguerréotypes (ancêtres des photographies) effectués en Corse (FREMONT).
Fondation, à Bastia, du journal républicain Le Progressif, l'organe de la démocratie insulaire, par l'avocat PAUL SAVELLI.
Le Collège Royal de Bastia compte 14 enseignants, dont 9 Corses.
Un rapport sur les Crimes commis dans la Corse, écrit par LOUIS VILLERME sur un manuscrit de FRANCOIS ROBIQUET, est lu à l'Académie des Sciences Politiques et Morales.
ARRIGU ARRIGHI, directeur de l'école Paoli de Corti, publie une Histoire de Sampiero, ou Guerre de l'Indépendance (1553-1559).
A Paris, le mathématicien GUILLAUME LIBRI CARUCCI dalla SOMMAIA (1803,1869), professeur au Collège de France, membre de l'Académie des Sciences, fait paraître, dans la Revue des Deux Mondes, Souvenirs de jeunesse de Napoléon.
Installation de l'orgue de l'église Santa Maria Assuntà de Bastia (voir 1617), le plus ancien de Corse, dans l'église de San Petru é San Paulu de Pedicroce.
Décès de FRANCESCO OTTAVIANO RENUCCI (voir 1834).
Une secousse sismique est ressentie en Corse.
La commune de Cardu est unie à celle de Bastia.
On dénombre 123 assassinats en Corse.



1843:

Janvier: Les 100 tableaux offerts par JOSEPH BONAPARTE à la ville de Bastia (fonds du futur musée) sont disséminés dans les églises de la ville, faute d'autres locaux.
22 Février: Un décret fonde la Chambre de Commerce de Bastia.
Mars: Le mauvais temps sévit en Corse. les rivières débordent, le port de Bastia est endommagé...
Sur 1843 garçons de la Classe 1843, 1131 savent lire et écrire, 13 savent uniquement lire et 693 ne savent ni lire ni écrire... 6 n'ont pas été répertoriés.
Mai: Les paquebots-poste de l'Etat entrent en concurrence avec les compagnies privées. Ils assurent deux fois par semaine le transport des passagers et du courrier au départ de Marseille, sur Aiacciu et Bastia (avec le Bastia et le Périclès).
Juin: ZAVIERU CASANELLI d'ISTRIA, l'évêque de Corse prend possession de son diocèse.
PHILIPPE PONTE, archiviste du Département, est élu Conseiller Municipal d'Aiacciu, avec 11 autres de ses concitoyens.
Juillet: Le paquebot-poste Napoléon (commandant de MONTAIGNAC) relie désormais Marseille à la Corse.
L'Ajaccio (commandant PRUDENT), le Bastia (commandant SANTI) et le Télégraphe, tous d'une puissance de 120 CV, effectuent le service régulier entre la Corse et le Continent et relient les ports de Calvi, de L'Isula, de Pruprià et l'île d'Elbe, d'une façon régulière.
Août: Les horaires de rotation des services réguliers entre Marseille et Bastia sont les suivants:
        Départ de Marseille le mardi à 12 h 00, arrivée à Bastia le mercredi à 14 h 00.
        Départ de Bastia le vendredi à 9 h 00, arrivée à Marseille le samedi à 11 h 00.
Les horaires de rotation des services réguliers entre Marseille et Aiacciu sont les suivants:
        Départ de Marseille le vendredi à 12 h 00, arrivée à Aiacciu le samedi à 12 h 00.
        Départ d'Aiacciu le mardi à 8 h 00, arrivée à Marseille le mercredi à 20 h 00.
Les tarifs sont de 50 francs en première classe, 30 francs en deuxième et 15 francs en troisième.
Ont été nommés maires, par arrêté préfectoral:
            A Bastèrga, PAULU OTTAVI,
            A Bucugnà, GERONIMU MARCAGGI,
            A Afa, GHJULIU STEFANU COLOMBANI,
            A Carbuccia, ANTONIU DUMENICU ANTONETTI.
13 Août: Décès du commandant FRANCESCU BONELLI, de Bucugnà, fils du célèbre Zampaglinu.
16 Août: Le conseil municipal d'Aiacciu demande, en vain, une subvention pour le transport de la Petra di Nabulio (voir 1839).
28 Août: L'Etat débloque un crédit de 15000 francs pour la réalisation d'une voie directe entre la Route Royale Aiacciu-Bastia (voir 1827) et la source thermale de Caldaniccia (voir 1839).
20 Septembre: PAULU FRANCESCU PERALDI est réélu maire d'Aiacciu (voir 1837).
1er Octobre: Le Collège Royal de Bastia est officiellement ouvert. Il accueille 30 élèves boursiers communaux.
Un maréchal-vétérinaire est officiellement désigné à Bastia. Il contrôle la qualité de la viande abattue et vendue dans la ville.
Le préfet HONORE JOURDAN du VAR (voir 1830) administre la Corse d'une manière appréciée de tous. Il est Franc-Maçon et Souverain Prince Rose-Croix.
La loge maçonnique La Réunion, d'Aiacciu (voir 1821), compte 61 membres (sur 11000 habitants).
Projet de mise en chantier de la route Corti-Aleria (Cateraghju) et de distribution d'un réseau routier dans le Capicorsu.
Décembre: ANTONIU SEBASTIANU LAZAROTTI est maire de Bastia.
GHJUSEPPE AUGUSTU BARTOLI est maire de Calvi.
VINCENTE ADRIANI est maire de Corti.
ANTONIU CASANOVA est maire de Sartè.
FRANCOIS PIRAS est maire de Bunifaziu.
En Corse, le nombre des instituteurs brévetés est encore insuffisant pour le service des écoles publiques.
L'abbé GIOBERTI, prêtre italien irrédentiste, dans son Primato morale e civile degl'Italiani, rappelle aux Corses la communauté de race, de langue, de patrie et de moeurs... qu'ils ont avec les Italiens.
Publication d'un ouvrage, en deux volumes (1755-1769 et 1790-1795), entièrement consacré à PASQUALE PAOLI, Histoire de Pascal Paoli ou la Dernière Guerre de l'indépendance (1755-1807), en Français, par ARRIGU ARRIGHI, directeur de l'école Paoli de Corti, imprimé à Bastia, chez Fabiani, et édité à Paris chez Charles Gosselin.
Publication de Statuti Civili é Criminali, par JEAN CHARLES GREGORJ.
Publication de L'Urne, recueil des travaux de littérature, de critique et d'histoire de JOSEPH OTTAVI (décédé en 1841), avec une préface de LEON GOZLAN.
SALVATORE VIALE écrit Tommaseo, dans lequel il dit: Les Corses n'ont, et assurément ne peuvent avoir jusqu'ici d'autre poésie ou d'autre littérature que celles de l'Italie. La langue corse est, elle aussi, Italienne ; bien mieux, elle a été jusqu'ici un des dialectes les moins corrompus d'Italie…
Publication, à Bastia, de Poesie Scelte et Terzine Corse de GUGLIELMU GUGLIELMI, natif de E Piazzole d'Orezza. prêtre et poète, un des premiers à écrire en langue corse (voir 1728).
On dénombre 97 assassinats en Corse.



1844:

A Bastia, hameau de Toga, construction des premiers hauts fourneaux de Corse. Le minerai provient de l'île d'Elbe (principalement), de Sardaigne, d'Algérie et d'Espagne.
Des gondoles (le Bonifacio, l'Ersa, le Cagliari, l'Oristano...) font le trafic entre Aiacciu, Bunifaziu et la Sardaigne.
Le vapeur Le Télégraphe effectue un service régulier de cabotage sur les côtes corses.
Les paquebots-poste, Le Tancrède ou Le Caire, remplacent, si besoin est, les bateaux réguliers entre la Corse et les ports de Marseille et de Toulon.
Près de 150 bateaux (pêche, cabotage...) sont attachés au port de Bastia.
Le plan d'urbanisation de Bastia se poursuit: Boulevard Paoli (la Traverse), place Saint-Nicolas...
Avril: Le Napoléon fait escale à Aiacciu. C'est un steamer de 120 CV, coque en bois, trois mâts, 750 mètres carrés de voilure...
L'Ajaccio, premier bateau-vapeur français à hélice, effectue la traversée en 20 heures. Tous les autres navires qui lui font concurrence sont à roues à aubes.
La ville d'Aiacciu doit fournir 21 recrues à l'appel du contingent, Bucugnà, 9, U Pitretu, 6, Sartè, 12, Bunifaziu, 8, Porti Vechju, 4, Bastia, 24, L'Isula, 11, Calinzana, 12, Calvi, 4...
27 Mai: Un arrêté préfectoral décide que la commune de Cardu est incorporée à celle de Bastia.
La route d'Aiacciu à Santa Maria é Sichè par le col de San Ghjorghju est carrossable. Elle doit se prolonger jusqu'à Bunifaziu.
28 Juillet: Décès, à Florence, de JOSEPH BONAPARTE, frère de NAPOLEON 1er. .
Août: Projet de modernisation et de nouveaux captages des arrivées d'eau potable à Bastia (eaux de la Filippina).
Novembre: Polémiques entre les journaux Le Journal de la Corse, d'Aiacciu, et L'Insulaire Français, de Bastia, qui réveillent et enveniment la vieille rivalité entre le Diquà et le Dilà.
15 Novembre: Inauguration et mise en service du phare des Sanguinaires. Le feu donnera ses trois éclats toutes les quinze secondes à partir du 1er décembre.
Le Collège Royal de Bastia enseigne deux langues étrangères: l'italien et l'anglais.
Fin de la construction du phare de Pertusatu.
1er Décembre: Mise en service du phare de La Revellata.
227 officiers de santé et 46 docteurs en médecine ou en chirurgie exercent en Corse, ainsi que 80 pharmaciens et 23 docteurs dipplomés des facultés étrangères. Il y a 1 praticien pour 842 personnes sur l'Ile (la moyenne française est de 1 pour 1500): 1 pour 593 à Aiacciu, 1 pour 706 à Sartè, 1 pour 864 à Calvi, 1 pour 1364 à Bastia, et 1 pour 1406 à Corti.
Ouverture de la première salle d'asile à Aiacciu. Les maîtres-adjoints ("professeurs d'école normale") déplorent que leur salaire soit inférieur à celui de leurs collègues du continent.
Mise en service du phare de l'île de Mezu Mare (la Grande Sanguinaire).
L'abbé de LEMPS publie à Paris Panorama de la Corse ou Histoire abrégée de cette île, avec une description des moeurs et usages de ses habitants (179 pages).
ALEXANDRE DUMAS (père) publie une nouvelle, Une famille corse, à Bruxelles.
On dénombre 95 assassinats en Corse.



1845:

1er Janvier: Mise en service du phare de La Chjappa.
Février: il y a 30000 bergers (femmes et enfants compris) en Corse.
3 Février: A Pitretu Bicchisgià, le plancher d'une maison s'écroule lors d'une fête; on déplore un mort et deux blessés graves.
27 Mars: A Aiacciu, le transfert du Collège au Palais Fesch est officialisé (voir 1805).
11 Avril: Le Napoléon effectue la traversée Marseille-Aiacciu en moins de 16 heures. Il a à son bord le nouveau préfet de Corse RENE JOSEPH JEAN FRESNEAU, qui remplace HONORE JOURDAN du VAR.
14 Juillet: Une loi édicte la construction d'un nouveau port dans l'anse de Saint-Nicolas, à Bastia.
17 Septembre: A Aiacciu, décès subit de CAMILLE de ROCCA SERRA, juge de paix du canton de Porti Vechju, membre du Conseil Général.
16 Décembre: La frégate La Belle Poule (voir 1840), commandée par l'Ajaccien ANNIBAL CUNEO d'ORNANO, fait escale à Aiacciu. Le batiment est visité par les habitants de la ville.
Ouverture d'une carrière de pierre marmoréenne dans la Restonica.
A Osani, découverte d'un gisement de roche combustible.
A Bastia, sur la Traverse, ouverture d'un magasin d'huilerie-savonnerie, tenu par LOUIS CALVI.
ALEXANDRE DUMAS (père) publie Les frères Corses, à Paris, roman issu de la nouvelle Une famille corse.
Le Journal Officiel du Département de la Corse aborde le sujet de l'ouverture d'un asile et de l'inauguration du collège Fesch à Aiacciu.
On dénombre 107 assassinats en Corse.



1846:

Janvier: Deux bandits sont arrêtés par les Voltigeurs Corses: FRANCESCU POLI, dit Fiodone, d'Ulmetu, un contumace, au maquis depuis 7 ans, et PETRU MARIA MORETTI, de Matra.
Fermeture de la bibliothèque de Bastia, pour travaux.
ORAZIU SEBASTIANI se présente aux législatives d'Aiacciu et de Bastia. Il obtient l'unanimité des 102 votants à Aiacciu et 186 voix sur 190 à Bastia. Il opte pour Aiacciu, et est remplacé à Bastia par AUGUSTE FRANCOIS GRIMOARD de BEAUVOIR, marquis du Roure, maréchal de camp.
27 Mai: Le collège d'Aiacciu, pour cause de vétusteté de ses locaux, s'installe dans le palais du Cardinal Fesch, anciennement destiné à une Ecole d'Arts et Métiers. L'inauguration se fait en présence de toutes les personnalités officielles. Monsieur VIGNALLY en est l'auteur principal.
Arrestation du bandit ETTORE ALESSANDRI, de Piana, auteur d'un assassinat, qui tenait le maquis depuis 5 ans.
25 Juillet: Mort de LOUIS BONAPARTE, frère de NAPOLEON 1er.
14 septembre: Naissance, à Lucu di Venacu, de MARIUS GIACOBBI, à l'origine d'une lignée d'hommes politiques.
1er Octobre: A Aiacciu, le Collège Fesch ouvre un internat (pensionnat).
Les marins corses s'en prennent, dans un tract, à la compagnie Valery Frères et Fils à propos de la concession d'un troisième courrier entre la Corse et le Continent et de son monopole sur la ligne.
7 Octobre: Dans L'Insulaire, réponse des dirigeants de la compagnie Valery Frères et Fils aux marins corses, qui sont accusés de paresse et de couardise.
PIU CASALE est réélu président du Conseil Général de la Corse (voir 1841).
A Aiacciu, élection de 15 conseillers municipaux en remplacement des membres décédés ou démissionnaires. Les 12 premiers de la liste sont élus pour 6 ans, les 3 derniers pour 3 ans.
A Paris, décès de GASPARU GASPARI, Comte de Beneval (voir 1750).
A Aiacciu, mise en sommeil de la loge maçonnique La Réunion (voir 1843).
A Vieusseux, édition de Lettere di Pasquale de'Paoli, par NICCOLO TOMMASEO (voir 1838).
Le bibliothécaire de Bastia, PHILIPPE de CARAFFA, lance un appel pour le retour des Cendres de PASQUALE PAOLI en Corse.
Ouverture du col de Santa Lucia, passage entre les communes de Pinu et de Luri.
Il y a en Corse 246000 habitants.
Aiacciu compte 11541 habitants.
On dénombre 107 assassinats en Corse.



1847:

17 Janvier:
La compagnie Valery Frères et Fils met en service le Bonaparte, construit aux chantiers de La Ciotat, premier navire à hélice marseillais, sur la ligne de la Corse.
Réouverture de la bibliothèque de Bastia.
Mai: Un brick turc, le Nabrouk, touche un récif des Monaci, et s'échoue dans le port de Tizzà. Tous les passagers (70 Arabes) sont sains et saufs.
18 Août: A Paris, mort tragique (tuée par son mari) de la Duchesse de PRASLIN, fille unique du maréchal ORAZIU SEBASTIANI.
19 Octobre: A la suite d'une fausse manoeuvre, deux navires de la compagnie Valery Frères et Fils, le Bonaparte et le Comte de Paris, effectuant le service Livourne-Bastia, se heurtent au large de l'île de Capraja; il y a 3 morts, le Bonaparte est coulé.
Le botaniste ESPRIT REQUIEN fait un deuxième séjour en Corse (voir 1822). Il y reste jusqu'en 1850.
A Cervioni, inauguration d'une école confiée aux Filles de Marie Immaculée d'Agen (Marianistes).
Dans le Dilà, les travaux d'aménagement des chemins vicinaux vont bon train (Livia, Serra, Santa Lucia di Taddà, Auddé, Sartè, U Pitretu, Bicchisgià...)
Renforcement en Corse des Pinnuti (voir 1833), qui sont une forme nouvelle des Carbonari italiens. Ils se réunissent la nuit, d'où leur nom, topu pinuttu (chauve souris). Parmi eux, SAMPIERU GAVINI et son frère DENIS.
Parution de Histoire de la Corse depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, par CAMILLE de FRIESS (sous le nom de FRIESS COLONNA), chez Firmin Didot à Paris. C'est une histoire que l'auteur amène jusqu'en 1796.
A Lyon, parution de André Doria et Jean Louis dei Feschi, par GHJUVAN CARLU GREGORJ.
HONORE de BALZAC écrit un mélodrame intitulé Le Corse.
Bastia compte 13000 habitants.



1848:

Janvier: Inauguration du phare de la Giraglia. Il a été conçu par l'architecte LEONCE REYNAUD.
25 Février: Proclamation de la Deuxième République.
29 Février: PIERRE AUGUSTE VOGIN et l'avocat PIERRE MARIE PIETRI sont nommés commissaires de la République à Bastia. Ils remplacent le préfet de Corse RENE JOSEPH JEAN FRESNEAU.
2 Mars: A Bastia, le Franco Corse, journal local, annonce la formation d'une Commission Municipale Extraordinaire, avec PHILIPPE de CARAFFA, le fils du général, comme président, et la mise en place d'une Garde Nationale, avec pour commandant FRANCESCHETTI.
4 Mars: Dès son arrivée à Aiacciu, PIERRE MARIE PIETRI fait une proclamation solennelle au peuple, et reçoit, à la préfecture, le serment de tous les membres des Corps Constitués du Département. Le sous-préfet de Bastia MORATI est remplacé par FELIX DAMICO.
6 Mars: Le Journal de la Corse prend le titre de Le Républicain.
Constitution d'une Commission Municipale de 14 membres à Aiacciu; Le commandant BERNARDINU POLI en est le Président. Une Garde Civique Nationale de 100 hommes est mise sur pied avec PAULU FORCIOLI comme commandant.
Avril: Deux membres de la famille Bonaparte sont candidats à la députation: NAPOLEON JOSEPH, fils de JEROME, et PIERRE NAPOLEON, fils de LUCIEN.
10 Avril: JOSEPH MARIE PIETRI, avocat, frère de PIERRE MARIE, devient secrétaire particulier de ALPHONSE de LAMARTINE.
13 Avril: Arrivée à Aiacciu d'ANDRIA POZZO di BORGO, nouveau Commissaire Général du gouvernement provisoire de la République du Département de la Corse.
15 Avril: Arrivée à Aiacciu de NAPOLEON JOSEPH BONAPARTE. Toute la ville est pavoisée est pavoisée aux couleurs tricolores, les autorités sont toutes présentes pour le recevoir.
23 et 24 Avril: Elections à la députation pour l'Assemblée Nationale. On note quelques incidents, lors de ces élections, à Sartè.
Il y a, parmi les candidats en Corse, le premier président de la Cour ALEXANDRE COLONNA d'ISTRIA, le commandant de la Garde Nationale FRANCESCHETTI, NAPOLEON-JOSEPH BONAPARTE, fils de JEROME BONAPARTE, PIERRE-NAPOLEON BONAPARTE, fils de LUCIEN BONAPARTE, le procureur général ETIENNE CONTI, le commissaire PIERRE MARIE PIETRI, JACQUES PIERRE CHARLES ABBATUCCI, conseiller à la Cour de Cassation, l'avocat DENIS GAVINI, le régent GHJUVAN VITU GRIMALDI, LOUIS BLANC, membre du gouvernement provisoire de la République, MONTERO, président de la Chambre, PAULU FRANCESCU PERALDI, ancien maire d'Aiacciu, FRANCOIS XAVIER de CASABIANCA, avocat à Bastia...
Les 6 élus sont: NAPOLEON-JOSEPH BONAPARTE, qui obtient 39229 voix sur 50947 votants (élu dans plusieurs départements, il choisi celui de la Seine), le procureur général ETIENNE CONTI, avec 18887 voix, FRANCOIS XAVIER de CASABIANCA, avocat à Bastia, avec 15312 voix, le commissaire PIERRE MARIE PIETRI, avec 18606 voix, et PIERRE-NAPOLEON BONAPARTE, avec 15706 voix (élu également à Paris). LOUIS BLANC, avec 15753 voix, mais son élection est invalidée, et il opte pour Paris où il est également élu. JACQUES PIERRE CHARLES ABBATUCCI, conseiller à la Cour de Cassation (élu également dans le Loiret) est proclamé à sa place, mais il choisi ce dernier département).
Mai: Le président de la Commission Municipale de Bastia, PHILIPPE de CARAFFA, est nommé sous-préfet de l'arrondissement. Il est remplacé par son cousin, JEAN-BAPTISTE de CARAFFA, soupçonné d'Orléanisme.
3 Mai: La construction du lazaret d'Aiacciu est terminé (voir 1841).
17 Mai: LURENZU ZEVACO est maire d'Aiacciu.
A Sartè, le maire ANTONIU CASANOVA et son conseil municipal se rallient au gouvernement de la République.
18 Mai: Nomination des deux commandants de la Garde Nationale.
21 Mai: Incidents à Bastia, place Saint-Nicolas, lors de l'inauguration de l'Arbre de la Liberté, où la Commission Municipale est huée.
28 Mai: ANTOINE AUBERT, natif d'Aiacciu, est nommé Préfet de Corse.
31 Mai: Arrivée à Bastia du général THIERRY. Il prend le commandement des troupes.
9 Juin: Arrivée du nouveau Préfet de Corse, ANTOINE AUBERT.
Nouveaux incidents à Bastia où plusieurs membres de la commission municipale sont pris à partie par des Gardes Nationaux.
14 et 15 Juin: La situation s'aggrave à Bastia. La Garde Nationale, rangée du côté de la population, dissout la commission municipale.
18 Juin: Election législative partielle pour remplacer LOUIS BLANC invalidé. LOUIS-NAPOLEON BONAPARTE est élu avec 35903 voix sur 38197 votants.
La disette, qui règne depuis quelques temps, est à l'origine de la colère des Bastiais.
Le nouveau Préfet de Corse doit se rendre en toute hâte à Bastia pour apaiser les troubles.
Création, à Bastia, d'un Cercle Littéraire de Lecture, fondés par des démocrates de gauche dont le docteur libre-penseur ANGHJELU SANTU PADOVANI, les avocats PAUL SAVELLI, VIRGINIUS CASTA, DECIUS GIANMARCHI, PHILIPPE de CARAFFA, les médecins JOCONDO MANFREDI et PAUL LOUIS MARINI... La préfecture prononce la dissolution de leur société, saisit leur journal et ferme leur local.
Juillet: Conflit entre la compagnie maritime Valery Frères et Fils et les paquebots-poste de l'Etat. La compagnie suspend les rotations de ses navires sur la Corse.
8 Juillet: LOUIS-NAPOLEON BONAPARTE refuse de siéger à l'Assemblée.
Août: HYACINTHE GIUBEGA est sous-préfet de Bastia, GEORGES FLACH, de Corti, SIMON PIETRI, de Sartè et BERTRAND, de Calvi.
28 Août: L'Etat ouvre un crédit de 15000 francs pour mener les travaux d'accès aux sources de Caldaniccia à partir d'Aiacciu (voir 1839).
Septembre: Après une série de très mauvaises récoltes, la disette menace. Seules, les châtaignes sont en abondance.
25 Septembre: Nouvelle élection législative partielle pour remplacer LOUIS-NAPOLEON BONAPARTE. Ce dernier est réélu avec 32968 voix sur 35753 votants. Il bat son cousin LOUIS-LUCIEN BONAPARTE. Mais également élu dans 4 autres départements, il choisit de représenter Paris.
3 Octobre: ORAZIU CARBUCCIA est nommé Président de la Commission Municipale de Bastia.
30 Octobre: Le député FRANCOIS XAVIER de CASABIANCA s'adresse à ses concitoyens dans un discours anti Français.
Le docteur ANGHJELU LUIGGI GIOVACCHINI, de Canale di Verde, se rend à Paris, auprès de LOUIS EUGENE CAVAIGNAC, candidat à la présidence de la République contre LOUIS-NAPOLEON BONAPARTE, pour obtenir de lui la promesse de l'échange Corse-Savoie en cas de succès. Ce dernier lui donne quelques assurances.
12 Novembre: Attribution des concessions au nouveau cimetière de Bastia (voir 1841); 163 sont attribuées sur 208.
26 Novembre: Nouvelle élection législative partielle pour remplacer LOUIS-NAPOLEON BONAPARTE. LOUIS-LUCIEN BONAPARTE est élu député de la Corse.
10 Décembre: Résultats des Elections Présidentielles en Corse:
LOUIS-NAPOLEON BONAPARTE obtient 45880 voix sur 48310 votants et 47627 exprimés (CAVAIGNAC, 1646, LAMARTINE, 41 et LEDRU-ROLLIN, 242).
Porti Vechju donne 880 voix sur 881 votants à LOUIS-NAPOLEON BONAPARTE, Pitretu é Bicchisgià, 608 sur 608, Aiacciu, 3513 sur 3791 et Bastia, 2468 sur 3367...
20 Décembre: Le Préfet de Corse ANTOINE AUBERT donne sa démission.
A Aiacciu, création de la station de service de pilotage du sud de la Corse, qui donne des consignes aux bâteaux afin qu'ils puissent accoster en toute sécurité.
Le Collège Royal de Bastia (voir 1838) devient le Lycée de Bastia.
L'école normale de Corti (voir 1837) est en pleine désaffection et subit une profonde réorganisation.
L'école normale primaire d'instituteurs d'Aiacciu a donné, depuis sa création (voir 1829) 116 maîtres dont 77 exercent encore.
L'Eglise donne à FRANCESCHINU MUCCHIELLI, de Ghisoni, clerc profès sous le nom de Ours-François, le titre de Vénérable (premier degré vers la canonisation).
Les frères ANTOINE et JACQUES BONELLI, surnommés Bellacoscia, prennent le maquis à La Pentica, près de Bucugnà.
207 homicides sont commis en Corse, soit un taux de 91/100000.
Bastia compte 14000 habitants.



1849:

7 Janvier: A Aiacciu, autour de l'Arbre de la Liberté, place des Palmiers, se déroule une grande fête en l'honneur de l'élection de LOUIS-NAPOLEON BONAPARTE, L'Ajaccienne (oeuvre de JEAN-FRANCOIS COSTA de BASTELICA) est chantée pour la première fois (en même temps que La Marseillaise).
Début des travaux d'aménagement du nouveau cimetière Sant'Antoniu de Bastia, au lieu dit Porette, au-delà de Lupinu.
L'ancien préfet de Corse RENE JOSEPH JEAN FRESNEAU (voir 1848) quitte l'Ile.
29 Janvier: Le préfet de Corse ANTOINE AUBERT ayant démissionné c'est le comte JEAN-BAPTISTE OLIVIER JULES CESAR RIVAUD de la RAFFINIERE qui lui succède.
6 Février: Le nouveau préfet de Corse JEAN-BAPTISTE OLIVIER JULES CESAR RIVAUD de la RAFFINIERE prend ses fonctions.
28 Mars: GHJUVAN PAULU BORGHETTI fonde le journal Corsica, rédigé en langue italienne.
Avril: Eternelle polémique entre le Journal de la Corse (Aiacciu) et L'Ere Nouvelle (Bastia)...
A Funtana Lotta, près de Tavera, le bandit JACQUES MORELLI, dit Giallo, de Bucugnà, est abattu par le caporal POLI, des Voltigeurs Corses.
13 Mai: Résultats des élections législatives: Les Députés de Corse sont: ARRIGHI de PADOUE (GHJUVANNI TOMASU ARRIGHI de CASANOVA), général de division (27738 voix), JACQUES PIERRE CHARLES ABBATUCCI, substitut du Tribunal de Première Instance de Paris (23121 voix), ce dernier opte pour le département du Loiret où il est également élu, FRANCOIS XAVIER de CASABIANCA (21992 voix), PIERRE-NAPOLEON BONAPARTE (21765 voix), également élu dans l'Ardêche, et DENIS GAVINI (20780 voix). ETIENNE CONTI, PIERRE MARIE PIETRI et NAPOLEON-JOSEPH BONAPARTE sont battus.
Le commandant BERNARDINU POLI cesse ses fonctions de Président de la Commission Municipale d'Aiacciu.
25 Juin: Article du Journal de la Corse sur les orangers du Cours Napoléon, à Aiacciu.
13 Juillet: Rixe, à Aiacciu, entre soldats de la garnison et habitants de la ville. Un caporal est tué et deux soldats sont grièvement blessés.
20 Août: A Bastia, parution du premier numéro de La Guida del popolo, giornale scientifico, letterario et religioso, en langue italienne, créé par les abbés FRANCESCO MARIA GIAMARCHI et MARCANGHJELU NICOLAI, qui exclut toute intrusion dans le domaine politique et électoraliste.
Septembre: Réapparition du choléra à Marseille: les paquebots-poste en provenance du continent sont mis en quarantaine.
2 Novembre: Inauguration du cimetière Sant'Antoniu de Bastia, à Montesoru, et bénédiction par le curé GUASCO de Santa Maria.
Projet d'érection en commune du hameau de Pruprià (500 habitants), dépendant de Fuzzà. Il est également proposé que les communes de Figari, Aleria et Ghisunaccia soient déclarées chef-lieu de canton...
Le conseil général demande, en vain, à la République de faire transférer la Petra di Nabulio (voir 1839) à Aiacciu.
L'entomologiste JEAN HENRI FABRE enseigne les sciences naturelles (physique et chimie) au collège d'enseignement secondaire d'Aiacciu.
Bastia commence à accueillir plusieurs centaines de réfugiés politiques venus d'Autriche, de Lombardie, du Piémont et de Toscane, parmi lesquels on trouvera CARLO PIGLI, député, gouverneur de Livourne, FLAMINIO LOLLI, l'écrivain FRANCESCO DOMENICO GUERRAZZI, de Florence, FRANCESCO COSTANTINO MARMOCCHI, ministre de l'instructon publique, ANTONIO MORDINI, ministre... Des conspirateurs effectuent également des séjours en Corse: les Napolitains GIOVANNI LA CECILIA et GIUSEPPE RICCIARDI, GIUSEPPE MAZZINI...
Le Conseil Municipal de Bastia décide d'ouvrir, le plus tôt possible la rue n°3 (actuelle Rue César Campinchi)
Parution d'un Annuaire de la Noblesse de Corse, de ANDRE BOREL d'HAUTERIVE, qui contient les familles nobles de la Corse reconnues par le Conseil Supérieur de la Noblesse, suivant l'ordre de leur réception.
A Paris, l'éditeur Charpentier publie Colomba, le roman de PROSPER MERIMEE, pour la première fois sous forme de livre (voir 1840).
On dénombre 236 assassinats en Corse.



1850:

5 Février: Les communes de Campu Vechju et de Lucu sont désormais réunies en une seule: Lucu di Venacu
5 Mai: A Aiacciu, piazza di l'Olmu (place des Palmiers), inauguration de la statue du Premier Consul, don du Cardinal FESCH à la ville.
Juillet: La compagnie maritime Valery Frères et Fils reprend les rotations de ses navires sur la Corse (voir 1848). Un contrat de 10 ans lie la compagnie à l'Etat, le gouvernement allouant une subvention totale de 250000 francs. Elle s'engage à assurer le transport des passagers et des dépêches conformément à un cahier des charges.
Publication, à Paris et Strasbourg, de Voceri, Chants populaires de la Corse, précédés d'une excursion faite dans cette île en 1845, par ANTOINE LAURENT FEE, professeur à la faculté de médecine de Strasbourg.
A Aiacciu, publication de l'Annuaire administratif, statistique et commercial du Département de la Corse, pour l'année 1851, par GABRIEL MARCHI.
Le botaniste ESPRIT REQUIEN quitte la Corse (voir 1847).
On dénombre 194 assassinats en Corse.



1851:

A Aiacciu, la Fontaine au Fleurs est surmontée d'une statue de NAPOLEON, oeuvre de LETOURNEUR.
Février: Inauguration du fanal de la citadelle d'Aiacciu.
23 Avril: Décès de GHJACUMU PETRU CARLU PASQUALE ABBATUCCI, le fils de GHJACUMU PETRU, ancien consul général de France à Venise.
22 Juillet: Décès du comte ORAZIU SEBASTIANI.
Une délégation de la municipalité d'Aiacciu, conduite par le maire, se rend en Italie, à Corneto, prés de Rome, pour ramener en Corse les cendres du cardinal FESCH et de sa soeur LITIZIA BONAPARTE. Les cendres sont transportées à Aiacciu sur la frégate à vapeur Le Vauban et provisoirement déposée dans une chapelle de la cathédrale.
12 Août: A Aiacciu, décès du commandant BERNARDINU POLI.
15 Août: A Castagnone (Ersa) une concession est enfin accordée pour l'exploitation d'un gisement de minerai d'antimoine (voir 1838).
17 Octobre: Un décret décide de scinder en deux sections indépendantes l'école normale Paoli de Corti (voir 1848). La première comprendra des cours complémentaires et des études littéraires et scientifiques en direction des étudiants corses ne pouvant se rendre sur le continent, la seconde formera une école préparatoire de médecine et de pharmacie.
27 Octobre: FRANCOIS XAVIER de CASABIANCA est nommé Ministre des Finances.
2 Décembre: Coup d'Etat de Louis-Napoléon: Fin du Régime Parlementaire.
FRANCESCU LOTA est maire de Bastia. Il remplace ORAZIU CARBUCCIA qui était Président de la Commission Municipale Extraordinaire (voir 1848).
11 Décembre: A Bastia, un arrêté préfectoral interdit la parution du journal Le Progressif (voir 1842).
22 Décembre: Le référendum sur le Coup d'Etat de Louis-Napoléon donne, en Corse, 52436 OUI contre 378 NON.
26 Décembre: Par décret, la Corse fait partie de la 17ème Région Militaire (Bastia).
Le botaniste ESPRIT REQUIEN, lors d'un dernier séjour en Corse (voir 1847) décède à Bunifaziu.
A Toga, l'usine et ses hauts fourneaux (voir 1844) est reprise par les frères JACKSON, industriels britanniques de Saint-Etienne.
A Sarté, TITUS ROCCASERRA cherche à entrainer les habitants de Foci, de Ghjunchetu et de Bilia, contre Sarté, au nom de la République. Mais le mouvement est isolé et voué à l'échec.
Les frères AMBROGHJU et EMILIU CASABIANCA, originaires de Bunifaziu, s'établissent en Angleterre.
A L'Isula, érection d'une sculpture en l'honneur de PASQUALE PAOLI, du sculpteur italien LUIGI VARESE.
ANGHJELU LUIGGI GIOVACCHINI publie Le Prince Louis-Napoléon démasqué.
150 homicides sont commis en Corse. Depuis 1521, les assassinats et meurtres ont atteint le total de 4319, soit plus de 150 par ans...
Création de la commune d'Afa avec des terres prises à Bucugnà et Valli di Mezana.
Création de la commune de Coti Chjavari avec des terres prises à Santa Maria Sicchè, Frassetu, Quasquara, Campu et Zevacu.
Dans le Capicorsu, Ruglianu compte 1566 habitants, Ersa 866, Centuri 720, Mursiglia 688 et Tuminu 702.
On dénombre 200 assassinats en Corse.
La Corse compte 230251 habitants.



1852:

14 Février: FRANCOIS XAVIER de CASABIANCA, est nommé Ministre des Finances et JACQUES-PIERRE CHARLES ABBATUCCI, Ministre de la Justice et Garde des Sceaux
ETIENNE CONTI et GHJUVANNI TOMASU ARRIGHI de CASANOVA sont nommés sénateurs.
PIERRE MARIE PIETRI est nommé préfet de police de Paris.
DENIS GAVINI et ERNEST LOUIS ARRIGHI de CASANOVA entrent au Conseil d'Etat.
FRANCOIS XAVIER de CASABIANCA intervient en faveur de la construction du nouveau théâtre et du nouveau port de Bastia.
Mars: La Corse, parce qu'elle compte moins de 60000 électeurs, n'a plus droit qu'à un député: PAUL SEVERIN ABBATUCCI, candidat officiel, est élu député de la Corse avec 48294 voix.
28 Mars: A Guagnu, signature d'un accord sur le partage des forêts entre l'Etat et les communes (Accords Blondel).
9 Mai: CONSTANT THUILLIER est nommé Préfet de Corse.
30 Mai: A Bunifaziu, le botaniste ESPRIT REQUIEN décède des suites d'une insolation contractée lors d'une de ses nombreuses excursions scientifiques sur l'Ile.
2 Juillet: A Aiacciu, inauguration d'une école confiée aux Filles de Marie Immaculée d'Agen (Marianistes).
9 Juillet: En Balagna, création de la commune de E Ville di Parasu, détachée de Spiluncatu, et le village d'Occi, fondé au douzième siècle, est rattaché à la commune de Lumiu, et devient un hameau.
25 Juillet: A Bastia, inauguration de la première pierre du Palais de Justice. La bénédiction est faite par le curé GUASCO, avec la présence de JACQUES-PIERRE CHARLES ABBATUCCI, Ministre de la Justice et Garde des Sceaux, CONSTANT THUILLIER, Préfet de Corse, FRANCESCU LOTA, maire...
7 Novembre: Le Sénat proclame LOUIS-NAPOLEON BONAPARTE empereur.
20 Novembre: Résultat du Plébiscite en Corse: la ratification du nouveau régime impérial recueille 56549 suffrages sur 58923 électeurs inscrits et 56588 votants.
2 Décembre: Second Empire.
Le français devient obligatoire dans tous les actes de la vie courante.
FRANCOIS XAVIER de CASANOVA est Président du Conseil Général de la Corse.
Le Conseil Général de la Corse demande à l'unanimté l'interdiction pure et simple du port d'armes. Les sanctions sont de 1 mois à 1 an de prison et 16 à 500 francs d'amende.
A Aiacciu, ouverture du Musée Fesch. Un millier de peintures y sont rassemblées.
A L'Isula, inauguration d'une statue élevée à la gloire de PASQUALE PAOLI.
A Bunifaziu, dans la Citadelle, prés de l'église San Francescu, on commence à creuser le Puits Saint-Barthélémy, profond de 65 mètres.
Etablissement d'un service de calêches entre Aiacciu et Caldaniccia (voir 1848).
Parution du journal d'information hebdomadaire, L'Observateur de la Corse. Il soutient le régime impériel déchu.
Réédition de l'Histoire de la Corse depuis les temps reculés jusqu'à nos jours, de CAMILLE de FRIESS, archiviste de la Corse, chez Fabiani, à Bastia (voir 1847).
Publication, à Poitiers, de Souvenirs Historiques de la Conquête de la Corse en 1768, 21 pages, de A. MENARD, un antiquaire qui faisait partie du corps expéditionnaire français en 1768.
Publication, à Bastia, chez Fabiani, de Abrégé de Géographie de l'Ile de Corse, par FRANCESCO COSTANTINO MARMOCCHI.
Publication, à Paris, de Mémoires sur l'enfance et la jeunesse de Napoléon, par TOUSSAINT NASICA.
Création de la commune de Cuttuli Curtichjatu avec des terres prises à Frassetu, Campu, Quasquara et Zevacu.
Après une visite en Corse, l'écrivain allemand FERDINAND GREGOROVIUS, dans son œuvre Corsica, Histoire des Corses, écrit: La mémoire de Paoli est sacrée chez son peuple. En entendant parler de Napoléon, le cœur des Corses s'enfle d'orgueil; mais au nom de Paoli, leur œil s'illumine, comme celui d'un fils au souvenir d'un noble père qu'il a perdu. Il est impossible qu'un homme, après sa mort, puisse inspirer à tout un peuple plus d'amour et de vénération que Pascal Paoli; et si la gloire posthume est comme une seconde existence, cet homme, le plus grand de la Corse et de l'Italie au dix-huitième siècle, est mille fois vivant, que dis-je ? il vit dans le cœur de tous les Corses, depuis le vieillard qui l'a connu jusqu'à l'enfant dans l'âme duquel on a gravé l'exemple de ses vertus. Il n'y a pas de nom plus noble que celui de Père de la Patrie. La flatterie l'a souvent prodigué et rendu ridicule; en Corse, j'ai reconnu qu'il peut encore être une vérité.
A Aiacciu, parution du Catalogue des végétaux ligneux qui croissent naturellement en Corse ou y sont naturellement cultivés, du botaniste ESPRIT REQUIEN.
On dénombre 190 assassinats en Corse.



1853:

24 Janvier: GABRIEL MARCHI est rédacteur en chef du Journal de la Corse (voir 1837). Il écrit un article intitulé De la Colonisation de la Corse.
31 Janvier: Projet de création d'une Société d'Agriculture dans chacun des arrondissements insulaires. Ce sera un échec.
26 Février: Décret de NAPOLEON III décidant la construction d'une grande cathédrale à Aiacciu, sur l'emplacement de l'ancien couvent San Francescu, avec l'intention d'en payer toutes les dépenses. Un crédit de 150 000 francs est affecté à ce projet qui ne verra jamais le jour.
Mars: L'hiver en Corse est très rude.
A Aiacciu, le chantier du nivellement de la Place Bonaparte occupe près de 300 ouvriers.
Le bandit ANTONIU FELICE DOMINICI, d'Isulacciu, est tué par les gendarmes de Corti, commandés par le capitaine MANCINI.
22 Mars: Décès, à Paris, de GHJUVANNI TOMASU ARRIGHI de CASANOVA (ARRIGHI de PADOUE).
12 Avril: Monseigneur DOMINIQUE SAVELLI, de Spiluncatu, ministre de PIE IX, et Monseigneur VIALE, de Bastia, nonce du pape auprès de l'Empereur d'Autriche, sont élevés à la pourpre cardinalice.
Création, à Bastia, de la Société d'Agriculture, Science et Arts, placée sous la présidence d'ORAZIU CARBUCCIA.
18 Avril: FRANCESCO DOMENICO GUERRAZZI, romancier italien, républicain, arrive en exil à Aiacciu, qu'il quitte bientôt pour Bastia.
10 Juin: Loi interdisant, pour cinq ans, le port d'armes en Corse afin d'éteindre le banditisme.
A Aiacciu, l'école normale d'institutrices (voir 1852) compte désormais 24 élèves-maîtresses. Elle devient officiellement, par décret, une véritable Ecole Normale Primaire d'Intitutrices.
30 Octobre: Arrivée, à Aiacciu, du docteur HENRY CONNEAU, premier médecin de NAPOLEON III, neveu du général TIBURZIU SEBASTIANI. Il vient créer le Musée Napoléonien.
3 Novembre: L'avocat général XAVIER de CASABIANCA traite du problème du banditisme en Corse à l'occasion de son discours de rentrée de la Cour de Bastia.
JACQUES-PIERRE CHARLES ABBATUCCI est Président du Conseil Général de la Corse.
Retour des Jésuites (de la province de Turin) en Corse, répondant à l'appel de ZAVIERU CASANELLI d'ISTRIA, l'évêque de Corse.
A Toga, l'usine et ses hauts fourneaux (voir 1851), reprise par PETIN & GAUDET produit 2500 tonnes de fonte par an, avec 3 hauts fourneaux en activité.
Début d'extraction de minerai de fer à Ferringule.
Le Lycée de Bastia (voir 1851) devient Lycée Impérial, puis Lycée Impérial Napoléon III.
Création par la compagnie maritime Valery Frères et Fils d'une liaison hebdomadaire Aiacciu-Porto Torres, en Sardaigne, bénéficiant d'une subvention de l'Etat.
A Paris, édition de Bonaparte (Joseph et Napoléon). Mémoires et correspondance politique et militaire, du Baron ALBERT du CASSE.
A Paris, PIERRE JEAN ARNOLLET, ingénieur des Ponts et Chaussées, publie une Notice concernant les moyens d'améliorer la situation des habitants de l'île de Corse et de rendre la possession de ce département plus avantageuse à la France.
ETIENNE HERNOUX publie le rapport présenté au Ministre de la Police par la Commission instituée pour rechercher les moyens d'éteindre le banditisme en Corse.
Création de la commune de Sotta avec des terres prises à A Sarra di Scupamena et Surbuddà.
PETRU LUCCIANA, dit Vattelapesca (voir 1832), est professeur d'Italien au lycée de Bastia.
Parution de Un Hiver en Corse, de CHARLES REYNAUD, dans la Revue des Deux Mondes.
Pendant les 8 premiers mois de chaque année, la moyenne des homicides, depuis 38 ans, a été de 102. A partir de 1848, elle était de 125. En 1853, elle est tombée à 22.
On dénombre 184 assassinats en Corse.



1854:

17 Janvier: Le Journal de la Corse se félicite qu'en 1853, en Corse, aucune condamnation à mort n'a été exécutée, aucune loi d'exception n'a été votée, aucun tribunal exceptionnel n'a fonctionné, aucun gendarme n'a été tué ...
25 Janvier: A Bastia, des voleurs assassinent à coups de marteau la vieille servante d'un prêtre pour lui voler 700 francs.
16 Février: A Bastia, installation solennelle du premier président de la Cour Impériale.
La Caisse d'Epargne ouvre un bureau à Aiacciu.
18 Mars: A Aiacciu, la traditionnelle fête de Notre Dame de la Miséricorde est d'une solennité particulière.
De grands chantiers sont ouverts dans toute la Corse.
Mai: Projet de loi visant à l'abolition de la vaine pâture.
30 Mai: CONSTANT THUILLIER, le Préfet de Corse, décrète la construction d'une fontaine publique à Calvi.
11 Juin: Inauguration, à Corti, de la statue de PASQUALE PAOLI, réalisée par le sculpteur VICTOR HAGUENIN.
15 Juin: A Bastia, place Saint-Nicolas, en présence des ministres de la Guerre et de la Mer, de l'évêque de Corse ZAVIERU CASANELLI d'ISTRIA, du préfet CONSTANT THUILLIER et du maire FRANCESCU LOTA, inauguration de la statue monumentale de Napoléon 1er en César sculptée par le Florentin LORENZO BARTOLINI.
Le choléra sévit à Marseille, les passagers en provenance de la ville sont mis en observation seulement pendant 48 heures: l'épidémie frappe Bastia durant plus d'un an, faisant de nombreuses victimes...
24 Août: Par décret ministériel, la Corse est comprise dans la circonscription de l'Académie d'Aix en Provence, et l'inspecteur d'académie délégué en Corse prend le titre de Vice-recteur.
27 Août: A Aiacciu, inauguration de la statue du général JEAN-CHARLES (GHJUVANNI CARLU) ABBATUCCI sur la place du même nom.
Le Conseil Général prend plusieurs délibérations:
            Promotion du Collège Fesch d'Aiacciu en lycée d'externat;
            Etablissement dans la région ajaccienne d'un pénitencier agricole;
            Installation d'une chaire d'hydrographie à Aiacciu;
            Construction à Aiacciu d'une cale de radoub;
            Assainissement de la plaine de Campuloru;
            Etablissement de fontaines et plantation d'arbres le long des routes...
Aiacciu s'agrandit avec la construction de nouveaux quartiers.
L'administration des Ponts et Chaussées a dépensé 869000 francs pour l'ouverture des routes impériales et forestières, 88000 francs pour l'assèchement des marais et leur irrigation, 137000 francs pour l'aménagement des ports de Bastia, L'Isula et Aiacciu, 5000 francs pour la construction du phare de la Madunetta, à l'entrée de Bunifaziu...
Début des travaux d'assainissement des marais de Porti Vechju (Capu di Padolu).
La route de Pruprià à Sulinzara par le col de Bavella est pratiquement achevée.
14 Septembre: ZAVIERU CASANELLI d'ISTRIA, l'évêque de Corse, adresse une circulaire à ses prêtres pour faire part d'un concours pour la jouissance d'une bourse dans le séminaire Pie de Rome.
11 Octobre: A Bastia, installation du maire VINCENT PICCIONI.
20 Octobre: A Aiacciu, l'école confiée aux Filles de Marie Immaculée d'Agen (Marianistes) (voir 1852) devient officiellement, par décret, une véritable école normale primaire d'intitutrices. Elle ne comprend qu'un simple cours se composant de 4 religieuses et de 12 élèves-maîtresses.
29 Décembre: Des secousses telluriques sont ressenties à Ruglinu.
VINCENT PICCIONI est maire de Bastia.
LAURENT ZEVACO est maire d'Aiacciu.
MARIA DISIRATU PIETRI est maire de Sartè.
Les récoltes sont abondantes.
On dénombre 27 homicides sur l'Ile.
Il n'y a plus que six bandits qui tiennent le maquis.
A Vicu, inauguration d'une école confiée aux Filles de Marie Immaculée d'Agen (Marianistes).
A Toga, l'usine et ses hauts fourneaux (voir 1853) produit 8000 tonnes de fonte par an.
A Bunifaziu, construction par le Génie Militaire de la Porte Neuve, sous le fort Saint-Nicolas.
A Bastia, édition de Relazione dei tumulti di Corsica, de ANTON FELICE SANTELLI.
Parution de Corsica, Histoire des Corses, de FERDINAND GREGORIUS (voir 1852), traduit de l'allemand et annoté par P. LUCIANA (BSSHNC).
Parution de Le Banditisme en Corse, de GRACIEUX FAURE, à Paris.
Création de la commune de Belvide'Campumoru avec des terres prises à Fuzzà.
La commune de Linguizzetta reçoit l'enclave de Bravone qui appartenait à Chjatra.
On dénombre 119 assassinats en Corse.



1855:

Janvier: Fondation du pénitencier de Coti Chjavari.
La colonie correctionnelle de Saint-Antoine, dans la vallée de Vittulu, est affectée à la détention des jeunes détenus, et devient une colonie horticole pour enfants, en fait, un véritable bagne. 106 enfants y sont internés.
24 Janvier: Le notable GABRIEL MARCHI publie dans Le Journal de la Corse un playdoyer sous le titre De la colonisation de la Corse.
Nuit du 15 au 16 Février: Dans les Bouches de Bunifaziu, naufrage de la frégate française La Sémillante, commandée par le capitaine de frégate GABRIEL AUGUSTE JUGAN. Partie de Toulon à destination de la Crimée pour apporter aux forces françaises des vivres et des renforts, avec un équipage de 293 hommes, outre son état-major, et un détachement de 393 militaires de l'armée de terre. Prise dans une violente tempête au large de la Sardaigne la frégate coule par le fond, entraînant 773 morts (dont la totalité des soldats et marins). La mer ne rend que 592 corps. C'est le maire de Bunifaziu, FRANCOIS PIRAS, qui informe le Préfet de Corse CONSTANT THUILLIER. Parmis les officiers disparus, outre le commandant JUGAN, le lieutenant au 78ème Régiment de Ligne BALTHAZAR GABRIEL HONORE ANDRAU, le lieutenant de vaisseau de 1ère classe JEAN JOSEPH-MARIE BERNARD (membre de l'état-major de la Sémillante), le chirurgien auxiliaire de 3ème classe BERTON (membre de l'état-major de la Sémillante), le lieutenant au 3ème Régiment d'Artillerie à Pieds PIERRE AUGUSTE BOLZINGER, l'aumonier auxiliaire de 2ème classe JOSEPH CARRIERES (membre de l'état-major de la Sémillante), le lieutenant au 78ème Régiment de Ligne AIME ALEXIS de MAISONNEUVE, le lieutenant de vaisseau de 1ère classe JEAN LAURENT DENANS (membre de l'état-major de la Sémillante), l'enseigne de vaisseau FRANCOIS EUGENE LA PRAIRIE (membre de l'état-major de la Sémillante), l'enseigne de vaisseau ERNEST ADOLPHE LAHALLE (membre de l'état-major de la Sémillante), le chirurgien de 2ème classe JEAN-MARIE THEOPHILE LE BOS (membre de l'état-major de la Sémillante), le sous-commissaire officier d'administration ETIENNE HYPOLYTE LE NOBLE (membre de l'état-major de la Sémillante), l'aspirant auxiliaire de 1ère classe EDMOND JACQUES MICHEL (membre de l'état-major de la Sémillante)...
6 et 7 Avril: Deux secousses sismiques se produisent sur la côte orientale (Poghju, Ghisunaccia et Lugu).
24 Avril: Le Journal de la Corse annonce qu'Aiacciu sera éclairé au gaz dès cet hiver.
Le service du télégraphe aérien fonctionne entre Aiacciu et Bastia.
A Bastia, début des travaux d'aménagement de la jetée du Dragon.
13 Mai: Ouverture de la première foire départementale de San Pancrace, place San Niculaiu, à Bastia.
15 Mai: La Corse participe à l'Exposition de Paris. Elle présente ses produits (vins, essences, alcools, huile d'olive, oranges, tabacs, cuirs, peaux, chanvre, coton, bois...)
9 Juin: Décès du maire d'Aiacciu, LURENZU ZEVACO.
23 Juin: ANTOINE DECOSMI est le nouveau maire d'Aiacciu.
De nombreux maires sont nommés par décret impérial:
            GHJUVAN MARIA SERPAGGI, à Bucugnà,
            MARIA DISIRATU PIETRI, à Sartè,
            PAUL SEVERIN ABBATUCCI, à Zicavu,
            ANDRIA FRANCESCHI, à U Viscuvatu,
            SEBASTIANU PICCIONI, à L'Isula,
            FRANCOIS PIRAS, à Bunifaziu,
            GHJUVAN COSMU PERETTI, à Ulmetu,
            NICULAIU COLONNA, à Pitretu é Bicchisgià,
            GHJABICORSU PIETRI, à Porti Vechju,
            DON GHJACUMU GIACOMONI, à Santa Lucia di Taddà,
            RINUCIU PANDOLFI, à Sarra di Scupamena,
            FRANCESCU FLACH, à Calvi,
            BALTAZARE ARRIGHI, à Corti...
15 Août: A Aiacciu, on célèbre la fête de la Saint Napoléon.
11 Octobre: A Aiacciu, ouverture d'un chantier de construction navale par la Société Lenoir.
8 Septembre: MARTINU QUENZA, de Porti Vechju, sergent dans les grenadiers de la Garde, est tué à l'assaut de Sébastopol, dans lequel le colonel de MONTERA est mortellement blessé.
10 Septembre: La nouvelle de la chute de Sébastopol soulève l'allégresse dans toute la Corse.
Novembre: Déluge sur toute la Corse. La côte orientale souffre énormément des pluies diluviennes.
29 Novembre: Visite, à Bastèrga, de WILLIAM BONAPARTE-WYSE, fils de la princesse LETIZIA BONAPARTE (fille de LUCIEN), et grand admirateur de SAMPIERU CORSU.
8 Décembre: A Bastèrga, WILLIAM BONAPARTE-WYSE fait placer, sur la façade principale de la maison natale de SAMPIERU CORSU, une plaque, sur laquelle est inscrit (en corse): Au plus Corse des Corses, Sampiero, héros fameux parmi les innombrables héros que l'amour de la patrie, mère superbe des mâles vertus, a nourris dans ces montagnes et dans ces torrents, William Wyse, catholique irlandais, neveu de Napoléon le grand, plein d'admiration, dédie ce marbre. WIII décembre, joue de la conception, MDCCCLV.
Début d'extraction de minerai de cuivre à Linguizetta.
Une épidémie de choléra à Bastia (voir 1854) provoque la mort de 330 personnes.
Les arrondissements de Sartè et d'Aiacciu fournissent à eux seuls les quatre cinquièmes des élèves-maîtres de la Corse.
Les Frères Prêcheurs (Dominicains) s'installent à Curbara, dans l'ancien couvent des Franciscains.
A Bastia, la loge maçonnique La Parfaite Harmonie se met en sommeil (voir 1804).
L'entomologiste JEAN HENRI FABRE qui enseignait les sciences physique au collège d'enseignement secondaire d'Aiacciu (voir 1849) quitte la Corse.
M.A. CONTI publie une brochure sur le chemin de fer sardo-corse comme élément susceptible de réduire les distances entre l'Europe et l'Afrique.
La route impériale N°199, d'Aiacciu à Calvi, est terminée.
A Aiacciu, début de la construction de la chapelle de l'Immaculée Conception, future chapelle impériale.
Un gisement d'antimoine est découvert à Meria.
Dans le tome IV du Dizionario Corografico universale dell'Italia consacré à la Corse (édité à Milan) le village de Spiluncatu est décrit comme un site escarpé qui possède une eau excellente et renommée depuis longtemps en Corse, dont la population est de 845 personnes.
GHJUVAN VITU GRIMALDI publie un ouvrage en langue italienne Novelle Storiche Corse, chez Fabiani, à Bastia.
GABRIEL MARCHI écrit l'Histoire de la Guerre du Fiumorbo, qu'il publie à Aiacciu.
SALVATORE VIALE publie Studii critici de costumi corsi, à Bastia.
Décès du général GHJUVAN BATTISTA OTTAVI, de Ghisoni, ancien général au service de Naples, puis de la France.
On dénombre 118 assassinats en Corse.



1856:

1er Janvier: Deux compagnies du 85ème Régiment de Ligne de la garnison d'Aiacciu quittent la Corse pour rallier la guerre d'Orient. l'économie de la ville s'en ressent.
Déluge sur Bastia et la côte orientale. La route avec Bunifaziu est coupée, les courriers du continent sont retardés...
9 Janvier: A Eccica Suareddà, naissance de DUMENICU FUMAROLI (dit Ceppu d'Ogliastru).
24 Janvier: 600 hommes du 86ème Régiment de Ligne débarquent à Aiacciu. Ils relèvent les troupes de la Légion Etrangère et se répartissent entre Bunifaziu et Sartè.
28 Janvier: L'Observateur de la Corse publie le budget de la ville de Bastia.
Avril: Publication d'une bibliographie de la Corse par JEAN de la ROCCA.
8 Avril: ALEXIS FELIX de MONTOIS est nommé nouveau Préfet de Corse.
25 Avril: Un décret impérial délivre l'autorisation d'exploiter la source d'Orezza (voir 1824).
Mai: Le Préfet de Corse CONSTANT THUILLIER quitte ses fonctions.
Mai: Arrivée du nouveau Préfet de Corse ALEXIS FELIX de MONTOIS.
6 Juin: Décès du comte PETRU PAULU COLONNA de CESARI-ROCCA.
De nouvelles troupes d'Orient débarquent en Corse en tant que troupes de garnison.
Juillet: JULES de ROCCASERRA est Conseiller Général de Porti Vechju.
11 Août: Le navire à vapeur de luxe Impératrice Eugénie assure la liaison régulière postale entre Aiacciu et Marseille. Il y a 3 départs de Marseille (les dimanche, arrivée à Bastia, mardi, arrivée à L'Isula et Calvi, et vendredi, arrivée à Aiacciu) pour la Corse, et vice-versa.
15 Août: A Aiacciu, inauguration de la statue du cardinal FESCH dans la cours centrale du Palais Fesch.
CESAR FABIANI, rédacteur de l'Observateur de la Corse, relate un rapport du Préfet ALEXIS FELIX de MONTOIS sur la réfection et l'entretien des ponts et chaussées de l'Ile.
Les prisons de Bastia sont dans un état déplorable.
9 Septembre: Un service funèbre en souvenir des militaires morts de la guerre de Crimée est célébré à la cathédrale d'Aiacciu.
27 Septembre: Le bandit FRANCESCU POLI, fils de TEODORU POLI, se constitue prisonnier.
Le pénitencier de Chjavari est destiné à recevoir les condamnés à la réclusion supérieure à un an.
FRANCESCO DOMENICO GUERRAZZI, romancier républicain italien, quitte la Corse (voir 1853).
29 Septembre: Arrivée de l'escadre anglaise de Méditerranée en rade d'Aiacciu.
L'établissement thermal de Caldaniccia (voir 1843) se trouve dans un trés mauvais état de délabrement.
L'école normale d'Aiacciu s'installe dans ses nouveaux batiments, au Casone.
Décès du général de brigade JEAN COURANT (voir 1795).
Il y a 240183 habitants en Corse: 121801 femmes (70613 jeunes filles ou célibataires, 37810 mariées et 13378 veuves) et 118382 hommes (75179 jeunes garçons ou célibataires, 37264 mariés et 5939 veufs).
Aiacciu compte 12109 habitants, Bastia 17141, Corti, 4926, Sartè, 3845, Bunifaziu, 3184, Bucugnà, 2651, Calinzana, 2240, Porti Vechju, 2217, Vicu, 2224, Ulmetu, 1819. 42 villages ont plus de 1000 habitants
FRANCOIS AURELE AIQUI, membre de la Société Impériale Zoologique de Paris publie Aperçu sur la Corse.
ARRIGU ARRIGHI publie, chez Fabiani, à Bastia, un roman historique Moeurs Corses, la veuve d'Arbellara.
Le Journal Officiel du Département de la Corse aborde le sujet de l'augmentation du nombre des écoles dans les villages.
Aiacciu compte 12109 habitants.
La Corse compte 240183 habitants.



1857:

Janvier: Le mauvais temps fait encore des dégâts sur toute l'Ile.
Mars: La ville de Bastia est désormais éclairée au gaz (à la place des lampes à huile).
14 Mars: Un décret impérial réunit les deux communes de Frassu et de Pastureccia di Rustinu en une seule: Castellu di Rustinu. La nouvelle commune est gérée par un conseiller, ANTON GHJACUMU VALENTINI, nommé par le Ministre de l'Intérieur.
Juin: La Corse retrouve deux sièges à l'Assemblée Nationale: PAUL SEVERIN ABBATUCCI, député sortant, est le candidat du gouvernement dans la 1ère circonscription (Aiacciu, Calvi et Sartè), et le baron JOSEPH MARIANI dans la deuxième (Bastia et Corti). Ils sont élus tous les deux, le premier, avec 25984 voix (il manque l'unanimité pour 7 suffrages !), le second avec 23945 voix sur 24278 votants, contre SAMPIERU GAVINI.
Les exilés italiens, réfugiés politiques assignés à résidence à Bastia, sont plutôt turbulents... Quelques-uns sont expulsés ou sous haute surveillance.
Août: Trombes d'eau sur le centre de l'Ile (Francardu, Caporalinu...). Le Golu déborde.
23 Août: Construction de l'aile sud du Palais Fesch à Aiacciu (voir 1838). Elle abrite la chapelle impériale (chapelle de l'Immaculée Conception), dont les travaux ont commencé en 1855, et qui sera la chapelle mortuaire de la famille Bonaparte.
Le Conseil Général de la Corse a la composition suivante: 4 membres de la famille Abbatucci (JEAN-CHARLES, ANTOINE DOMINIQUE, PAUL SEVERIN et un de Bunifaziu), 3 Grimaldi (GHJUVAN VITU, le substitut et un de Lama), 2 de Roccaserra (JULES et PAULU FRANCESCU), 2 Cuneo d'Ornano (ASCAGNU et DUMENICU), ANDREANI, de BATTISTI, BELGODERE de BAGNAJA, BENEDETTI, HORACE CARBUCCIA, CASTELLI, CASTA, REGULUS CARLOTTI, le vicomte COLONNA d'ISTRIA, FLACH, MARSILJ, MORATI, MORLAS, PERALDI, PERETTI, PIETRI, VALERJ et VERSINI.
Début d'extraction de minerai de cuivre à Castifau.
Parution de La Corse en 1857, par CLEMENT, dans Revue Contemporaine du mois d'Août.
Septembre: Sartè est doté d'une fontaine.
Des trombes d'eau dévastent la Casinca et le Fiumorbu. Le pont du Fiumaltu est emporté. Bastia et Cervioni sont touchés.
12 Novembre: Décès de JACQUES PIERRE CHARLES ABBATUCCI.
15 Décembre: Arrivée, à Aiacciu, du vapeur Le Tanger, avec à son bord un groupe de détenus qui doivent être transférés à la prison de Corti. Parmi eux se trouvent CHARLES DELESCLUZE et LOUIS-AUGUSTE BLANQUI, deux célèbres chefs républicains.
18 Décembre: Les détenus du Tanger sont débarqués et acheminés vers Corti. Une foule nombreuse et bruyante assiste à leur départ, et manifeste sa sympathie aux prisonniers.
Création de la compagnie maritime ajaccienne Sociétés des Bateaux à Vapeur, qui se positionne sur le trafic Aiacciu-Marseille et Bastia-Livourne.
A Aiacciu, la sociéte de construction navale Lenoir (voir 1855) effectue le lancement de 4 navires de commerce de 300 tonneaux chacun.
A Bastia, la guillotine placée place Saint-Nicolas est transférée à la Citadelle.
A Bastia, constitution d'un cecle littéraire placé sous les auspices des Batini.
Les cendres du prince CHARLES LUCIEN BONAPARTE, fils de LUCIEN BONAPARTE, sont ramenées à Aiacciu.
Quatre navires de plus de 300 tonneaux sont construits aux chantiers navals Bastiani d'Aiacciu.
FRANCOIS HIPPOLYTE d'ANGELIS est maire de Bastia.
A Curbara, restauration du couvent des Franciscains (voir 1456), par les Dominicains. Il abritera les Frères Prêcheurs de l'Ordre de Saint Dominique.
Parution de La Corse et son avenir, par JEAN de la ROCCA, à Paris, chez Plon.
HENRI CONNEAU, Corse d'adoption, premier médecin de NAPOLEON III, écrit La Corse et son Avenir, qui est un constat de l'état du Département et donne des idées directrices sur sa mise en valeur.



1858:

Mars: A Meria, une concession d'exploitation est octroyée pour le gisement d'antimoine (voir 1855).
Avril: La loi interdisant, pour cinq ans, le port d'armes afin d'éteindre le banditisme (voir 1853), est prorogée de 5 ans.
13 Mai: Inauguration du Palais de Justice de Bastia (voir 1852).
20 Mai: Le Conseil Général de la Banque de France décide de la création d'une succursale à Bastia.
Nuit du 17 au 18 Juin: Mini révolte au lycée de Bastia. Les conditions de vie d'internat, les règlements sévères et la dure discipline en sont la cause.
Juillet: Le libre-penseur, ANGHJELU SANTU PADOVANI, membre de la société secrète La Marianna (voir 1831), est arrêté pour complot. Cette société s'est formée dans le Nebbiu et en Tavagna, et se réclame de l'Idéal Républicain. On relève parmi ses membres l'avocat PATRICE de CORSI, GIANSILI, NEGRONI, NICULAIU SANTELLI, GRIFFONI...
10 Septembre: Installation de la Banque de France à Bastia. L'établissement s'appelle le Comptoir d'Escompte.
Au Lycée Impérial NAPOLEON III de Bastia l'italien n'est plus enseigné aprés la troisième.
A Corti, inauguration de la statue de GHJUVANNI TOMASU ARRIGHI de CASANOVA, Duc de Padoue, élevée à la demande de NAPOLEON III.
Les bateaux à vapeur, Impératrice Eugénie, de la compagnie ajaccienne Sociétés des Bateaux à Vapeur, et Letizia, font régulièrement le service entre la Corse et le Continent.
Création par la compagnie maritime Valery Frères et Fils d'une ligne annexe Aiacciu à Pruprià et Bunifaziu, sans subvention de l'Etat.
Publication, à Paris, chez Michel Lévy, des Mémoires du comte MIOT de MELITO (voir 1802), ambassadeur, conseiller d'Etat, membre de l'Institut.
ANGHJULU MARIA POLIDORI est élu maire de Castellu du Rustinu.
A Toga, l'usine et ses hauts fourneaux (voir 1855) produit 10000 tonnes de fonte par an.
Publication de La Vita politica di Pasquale Paoli, écrite en Italien par l'abbé FRANCESCU MARIA GIAMARCHI, éditée à Bastia, chez Fabiani, et qui répond à l'œuvre d'ARRIGU ARRIGHI (voir 1843).
A Paris, chez Plon, parution de Joseph Bonaparte, par le Baron ALBERT du CASSE (voir 1853).
Parution de Canto alla Corsica, de JOSEPH MULTEDO, chez Fabiani, à Bastia.
Parution de Dell'uso della Lingua Patria in Corsica, de SALVATORE VIALE, à Bastia.
Parution de Le Banditisme et les bandits célèbres de la Corse, tome 1, de GRACIEUX FAURE, à Paris (voir 1854).



1859:

Janvier: A Luri, découverte d'un gisement d'antimoine.
27 Février: Le bandit ANDREANI, dit Broccolone, auteur de 4 assassinats, est guillotiné sur la place Saint-Nicolas, à Bastia.
1er Mars: Décès du comte ALEXANDRE COLONNA d'ISTRIA (voir 1823).
23 Mars: Appietu, Alata et Afa, sont rattachés au canton d'Aiacciu.
2 Avril: A Corti, libération de LOUIS-AUGUSTE BLANQUI (voir 1857).
16 Mai: 900 hommes sont regroupés à Aiacciu en vue de leur départ pour la guerre d'Italie.
4 Juin: La victoire de Magenta suscite à Aiacciu un très grand enthousiasme.
27 Juin: A Bastia, ZAVIERU CASANELLI d'ISTRIA, l'évêque de Corse, effectue la bénédiction de la première pierre de l'établissement des Frères des Ecoles Chrétiennes.
De nombreux Corses périssent dans la guerre d'Italie.
Août: Décès de l'ancien Préfet de Corse HONORE JOURDAN du VAR.
Septembre: Parution de la Revue Littéraire de la Corse, gazette critique, satirique et anecdotique.
Octobre: Arrêté municipal du maire de Bastia concernant les ustensiles de cuisine en cuivre (ils devront être étamés afin d'éviter les intoxications alimentaires dues à leur oxydation).
Novembre: A Bastia, il y a 3 bacheliers es sciences sur 4 candidats, et 4 es lettres sur 6 candidats. Les épreuves ont eu lieu à Bastia et à Aiacciu pour la première fois (auparavant, elles ne se déroulaient qu'à Aiacciu uniquement).
Ouverture de la route faisant le tour du Capicorsu.
Le réseau routier de Corse compte près de 2000 kilomètres: 825 de routes impériales (Aiacciu-Bunifaziu, Bunufaziu-Macinaghju, Bastia-San Fiurenzu, Aiacciu-San Fiurenzu); 44 kilomètres de routes départementales; 507 kilomètres de routes forestières; 68 kilomètres de chemins vicinaux.
Les travaux d'assèchement de l'étang de Capu di Padolu, à Porti Vechju, sont terminés.
La diligence qui fait la liaison entre Aiacciu (départ à 10 heures du matin), et Sartè (arrivée à 11 heures du soir) roule à une moyenne de 8 kilomètres heure. Le retour se fait de Sartè (départ à 5 heures du soir) à Aiacciu (arrivée à 6 heures du matin).
A Paris, chez Hachette, CONTE-GRANDCHAMPS, ingénieur des Ponts et Chaussées, publie un rapport La Corse, sa colonisation et son rôle dans la Méditerranée.
A Bastia, la Cunfraterna di San Ghjuseppu (voir 1826) est ouverte aux femmes afin de remercier celles qui se sont impliquées dans la confrérie.
A Bastia, chez Fabiani, parution de Fragments pour servir à l'Histoire de la Corse de 1764 à 1769, par ANTONIU SEMIDEI de BUTTAFUOCO.



1860:

Janvier: Le Conseil Général demande l'augmentation du nombre de militaires en garnison en Corse, ceci afin d'augmenter la consommation des produits locaux, et d'améliorer la pratique de la langue française.
JEAN-PAUL GUSTAVE SEGAUD est nommé préfet de la Corse.
23 Février: Devant Bastia, naufrage de La Louise, assurant la liaison entre Livourne et Marseille. On déplore 44 morts ou disparus (sur 82 ou 84 personnes).
29 Février: Arrêté préfectoral légalisant les associations de secours mutuels organisés par diverses corporations de la ville de Bastia.
8 Mai: A Aiacciu, le conseil municipal, par délibération, donne le nom de Grandval (en l'honneur de JOSEPH GRANDVAL, bienfaiteur de la ville) à l'artère partant de la place du Diamant jusqu'au Casone.
24 Juin: Décès de JEROME BONAPARTE, le plus jeune frère de Napoléon.
28 Juin: Création de la commune de Prupià avec des terres prises à Fuzzà, Ulmetu, Santa Maria Ficaniedda, Arbiddali et Vighjaneddu.
Août: FRANCESCU ZAVIERU BRACCINI est maire d'Aiacciu. Son conseil municipal est composé de GHJUSEPPU ARENE, GHJUSEPPU BOCOGNANO, DUMENICU CUNEO d'ORNANO, CARLU CUTTOLI, FELICE d'AMICO, PAULU FORCIOLI, MATTEU GROSSETTI, GHJUSEPPU LANDRY, NABULIU RAMOLINO, LOUIS NYER, DUMENICU POMPEANI, ANTONIU ROMBALDI, FRANCESCU SANTAMARIA, MIGHELE STEPHANOPOLI...
PAUL SEVERIN ABBATUCCI, fils de JACQUES PIERRE CHARLES, est député au Corps Législatif.
9 Septembre: A Aiacciu, la construction de la Chapelle Impériale (voir 1857) est terminée. Elle accueille les cendres du prince CHARLES LUCIEN BONAPARTE, de LITIZIA BUONAPARTE et du cardinal FESCH.
14 Septembre: Escale, à bord de L'Aigle, en provenance de Nice, à l'occasion du voyage qui les conduit en Algérie, de l'empereur NAPOLEON III et de l'impératrice EUGENIE, à Aiacciu. Le couple impérial est reçu en préfecture, puis visite la Maison Bonaparte, la Chapelle Impériale, la Villa Baciocchi et dîne dans la salle du Conseil Général.
15 Septembre: Aprés avoir visité la cathédrale et l'hôpital militaire Saint François, NAPOLEON III et son épouse quittent Aiacciu pour Alger.
Novembre: Deux bordels sont ouverts à Bastia. Les prostituées pensionnaires de ces maisons closes sont soumises à un strict contrôle médical (car les maladies vénériennes font des ravages).
Le Lycée Impérial Napoléon III de Bastia compte 23 enseignants, dont 11 Corses. L'italien n'y est pratiquement plus enseigné.
De nombreux Corses partent pour les Etats Unis.
L'école normale primaire d'institutrices d'Aiacciu a formé, depuis sa création (voir 1852) 58 sujets dont 46 ont obtenu leur brevet (12 dirigent des écoles publiques, 2 dirigent des écoles libres, 1 est chargée d'une éducation particulière, 1 donne des leçons à domicile, 1 travaille sur le continent et 29 sont restées en dehors de l'enseignement).
La production des 15 forêts domaniales et des forêts communales de Corse rapporte 100000 francs.
Fondation du pénitencier de Castelluciu qui succède à la colonie horticole de Sant'Antoniu, qui accueillait de jeunes détenus de La Roquette.
Inauguration des travaux d'ouverture de la route Corti-Aleria (voir 1843) qui longera le Tavignanu.
Les Corses STRENNA et PIZZINI, d'Ersa, tiennent une banque à Philadelphie.
Publication, à Bastia, de Ajaccio vengée de l'accusation d'avoir conspiré contre l'empire français en 1809, en italien, d'ALEXANDRE COLONNA d'ISTRIA.
A Milan, chez Guigoni, parution de Pasquale Paoli ossia La Rotta di Pontenovo, écrit par l'Italien FRANCESCO DOMENICO GUERRAZZI voir (1853), installé à Bastia, dans lequel la fiction l'emporte sur la réalité !
A Paris, parution de Etudes morales et littéraires, de AUGUSTU VIALE-PRELA, le neveu de SALVATORE VIALE.



1861:

HUCHEROT est maire de Bunifaziu.
Février: Les travaux d'assèchement des marais de San Pelegrinu, Biguglia et Porti Vechju sont terminés.
Le vapeur à hélice Comte Bacciocchi , de la compagnie maritime Valery Frères et Fils, fait sa première arrivée à Bastia.
22 Février: A Londres, chez Christie's, vente d'un portrait de PASQUALE PAOLI exécuté par le peintre anglais Sir THOMAS LAWRENCE (1769,1830).
Mars: Une scierie mécanique s'installe à Porti VechjuGeorgeville). Elle est exploitée par un industriel parisien.
12 Mars: Le nouveau Préfet de Corse est LOUIS CHARLES GERMAINE GERY.
Le maréchal PHILIPPE ANTOINE d'ORNANO préside la cérémonie du transfert des cendres de NAPOLEON 1er de l'église des Invalides dans le tombeau du Dôme.
A Bastia, les travaux d'aménagement de la rue n°3 (voir 1849), interrompus par manque de crédit, reprennent.
20 Avril: Le canton de Ghisoni est créé par la distraction de communes du canton de Vezzani.
8 Mai: A Porti Vechju, décès de l'abbé BALESI.
Recensement de la population.
Juin: Un câble télégraphique sous-marin relie Toulon à Aiacciu. Il permet les communications directes avec le continent.
8 Juin: Le Journal de la Corse propose au gouvernement la suppression des passeports entre la Corse et le continent.
20 Juillet: Un mémoire sur la construction d'un chemin de fer en Corse est déposé à Paris par l'ingénieur FELIX TOURNEUX.
LECA est maire de Calvi.
ORTOLI est maire de Sartè.
Décès de JOSEPH VALERY, négociant et armateur, fondateur de la Compagnie Maritime Valery frères et fils. La Compagnie possède les vapeurs suivants: le Télégraphe, le Maréchal Sebastiani, le Letizia, le Commerce de Bastia, le Courrier Corse, l'Ajaccio, le Bastia, le Progrès, l'Industrie, le Jean-Mathieu, l'Insulaire, l'Impératrice Eugénie, le Paul Riquet, le Général Abbatucci, le Comte Bacciocchi, le François-Marie, le Princesse Clotilde, le Prince Pierre Bonaparte, le Prince Napoléon, le Roi Jérôme...
8 Septembre: Un décret impérial nomme FRANCOIS NAPOLEON SIMEON de BUCHBERG maire de Corti.
Le prince NAPOLEON JEROME fait une courte escale à Aiacciu, en compagnie de son épouse CLOTILDE de SAVOIE.
23 Novembre: A Bastia, décès de SALVATORE VIALE. La ville lui fait des obsèques solennelles.
A Toga, l'usine et ses hauts fourneaux (voir 1858) produit 15000 tonnes de fonte par an.
Parution de Rambler in the Islands of Corsica and Sardinia, de l'Anglais THOMAS FORESTER, chez Longman.
Le Journal Officiel du Département de la Corse aborde les sujets de la promotion de l'enseignement agricole et de l'éducation scolaire des jeunes filles.
Aiacciu compte 14096 habitants.
La Corse compte 252889 habitants.



1862:

4 Janvier: Ouverture du Café Solferino, sur le cours Napoléon, à Aiacciu.
Février: Rapport de la situation de l'Empire présenté au Sénat et à l'Assemblée Nationale. On y trouve, concernant la Corse:
            Ouvertures de routes impériales et forestières (pour atteindre les forêts indispensables à la marine impériale).
            Travaux d'amélioration du port de Bastia.
            Construction du phare d'Alistru.
            Amélioration du dessèchement des marais de San Fiurenzu...
Projet de construction d'un réservoir de retenue d'eau à Bastia.
A Bastia, installation d'une quatrième horloge (sur le clocher du couvent de San Ghjuseppu), après celles de la Citadella, de San Ghjuvanni (place du Marché) et de San Carlu (rue du Lycée).
Avril: La scierie de Porti VechjuGeorgeville, voir 1861) se modernise. Elle occupe désormais 300 ouvriers. En 4 mois, elle exporte vers l'Espagne ou l'Italie 170000 mètres de planches sciées.
Juillet: La Compagnie Maritime Valery frères et fils obtient la concession d'une ligne Nice-Corse pour une durée de 6 ans, moyennant une subvention annuelle de 350000 francs.
28 Août: Le nouveau réseau routier de la Corse comprend les axes suivants:
           La Nationale n°196 bis, de Sartè à Corti (116 km).
           La Nationale n°197, de Ponte A'A Leccia à Aleria (72 km).
           La Nationale n°198, de San Fiurenzu à Bunifaziu, par Macinaghju et Bastia (253 km).
           La Nationale n°199, d'Aiacciu à Bastia, par Calvi et San Fiurenzu (218 km).
           La Nationale n°200, de Corti à Aleria (51 km).
Le réseau routier corse comprend 422 kilomètres.
2 Septembre: Etude du projet d'assainissement des marais de Capu di Padolu et de défense des salines de Porti Vechju. Le montant des travaux se montent à 15500 francs.
Octobre: Le prince NAPOLEON JEROME fait une courte escale à Aiacciu, en compagnie de son épouse CLOTILDE de SAVOIE.
Novembre: La nouvelle usine à gaz de Bastia est en voie d'achèvement.
Décembre: ALPHONSE DAUDET est à Aiacciu. Il y écrit une partie des Lettres de mon Moulin.
31 Décembre: Décret impérial autorisant les travaux du canal de la Gravona, qui aura 18 kilomètres de long de la prise de Peri à Aiacciu.
CRUCIANU MARIOTTI est élu maire de Castellu du Rustinu.
A U Moncale, naissance de TOMASU ALFONSI (dit U Babbuziu), poète et lexicologue, auteur de Il Dialetto Corso nella Parlata Balanina.
Les chiffres du recensement de 1861 donnent un total de 252889 habitants en Corse, dont: Aiacciu, 14098; Bastia, 19304; Corti, 5754; Sartè, 4406; Bastèrga, 3071; Bucugnà, 2140; Calinzana, 2553; Porti Vechju, 2290; Vicu, 2031; Ulmetu, 1831; Evisa, 1495; Piana, 1229; Coti Chjavari, 1171; Zicavu, 1367; Brandu, 1541; Monte, 1066; Cervioni, 1588; Luri, 1807; Canari, 1300; L'Isula, 1893; Santa Riparata di Balagna, 1248; Muru, 1290; L'Isulacciu, 1516, Gatti di Vivariu, 1257; Livia, 1708; Suddacarò, 1020; Auddè, 1494; U Pitretu é Bicchisgià, 908; Quenza, 294...
Il y a plus de 642000 têtes de bétail en Corse.
Ouverture du pénitencier de Casabianda.
A Londres, le miel corse obtient une Grande Médaille d'Or lors de l'Exposition Universelle.
Le câble électrique entre la Corse et le Continent se rompt (voir 1861).
LEONARDO PIERAGGI de Corti, propose deux projets de chemin de fer en Corse.
Début des travaux d'aménagement des quais au sud du vieux port de Bastia.
Création de la commune de Villanova avec des terres prises à Aiacciu et Alata.



1863:

3 Janvier: Inauguration de la ligne Nice-Corse par le vapeur Le Progrès de la Compagnie Valery.
Le nombre de circonscriptions électorales du Département est fixé à 2:
           La 1ère regroupe les arrondissement d'Aiacciu, Calvi et Sartè (avec les cantons de Lama, Oletta, San Fiurenzu et Santu Petru di Tenda),
           La 2éme regroupe les arrondissements de Bastia et Corti.
15 Janvier: A Aiacciu, le nouveau chantier naval Arman, installé sur le site de la Société Lenoir (voir 1855) effectue le lancement de l'Adonis, un aviso à vapeur de 700 tonneaux, commandé par le Ministère de la Marine.
16 Janvier: Au cimetière de Bastia, inauguration du buste de SALVATORE VIALE (voir 1861), avec l'épitaphe Al suo poeta Salvatore Viale, la Corsica.
Mars: Constructions de cottages de luxe à Aiacciu.
Demande de reconnaissance d'intérêt public de la source thermale des bains de Barraci, par JEROME GALLONI d'ISTRIA, d'Ulmetu.
Le juge ROCCASERRA, de Porti Vechju, obtient et sélectionne, dans ses plantations de la Vardiena, des graines de mûrier qu'il exporte en Italie et sur la côte de Nice.
Mai: Un second aviso, l'Amphion, est lancé à Aiacciu par les chantiers Arman.
Mai et Juin: Elections législatives: PAUL SEVERIN ABBATUCCI est réélu Député de la Corse (avec 15530 voix sur 24576 votants), avec l'avocat SAMPIERU GAVINI (avec 12577 voix contre 10625 voix pour le baron JOSEPH MARIANI).
Septembre: Les travaux du nouveau port de Bastia sont financés et peuvent commencer.
Décembre: Vente par adjudication des biens et des droits emphytéotiques de l'usine de Georgeville à Porti Vechju (voir 1862) , et de la Radica di l'Uspidali.
D. F. SANTELLI est nommé Garde-mines (ingénieur des mines) de la Corse par le gouvernement.
A Bastia, fin des travaux d'aménagement de la jetée du Dragon (voir 1855). Le fameux rocher U Leone, dangereux obstacle pour les manoeuvres des navires a été rasé.
Les statistiques criminelles s'améliorent dans le Département.
La production des 15 forêts domaniales et des forêts communales de Corse rapporte 350000 francs.
A Luri, une concession d'exploitation est accordée pour le gisement d'antimoine (voir 1859).
La Banque de France (voir 1858) achète à la ville de Bastia un terrain sur lequel elle va faire construire ses nouveaux locaux.
Rapport de JOSEPH LIMPERANI, ancien député, sur le projet relatif à la construction d'un réseau de chemin de fer en Corse, qui parait chez Fabiani, à Bastia.
A Paris, imprimerie de Pillet Fils Aîné, parution de Histoire illustrée de la Corse, par l'abbé GHJUVANNI ANGHJELU GALETTI.
LOUIS CAMPANA, professeur au lycée de Bastia, publie un Mémoire sur le Dialecte corse.
La loi interdisant, pour cinq ans, le port d'armes afin d 'éteindre le banditisme (voir 1858), est prorogée.
SORBIER, premier Président de la Cour Impériale d'Agen, fait paraître, chez Pasquier, à Agen, Dix ans de Magistrature en Corse.
RIBAULT de LAUGARDIERE, fait paraître, chez Ollagnier, à Bastia, Etude sur le Code Anglo-Corse.



1864:

Janvier: L'Hiver est très rude (neiges abondantes...).
Mise en oeuvre de la route de Sartè à Corti (par Auddè, Zicavu, le col de Verde, Ghisoni et le col de Sorba) et de celle qui ceinture le Capicorsu.
Le directeur des mines de la Corse, D. F. SANTELLI, dénombre (dans un Mémoire sur les mines de Corse, chez Fabiani, à Bastia) les gisements sur le Département:
           Ersa, Meria et Tominu: Antimoine;
           Lota, Olmeta et Feringule: Fer;
           Bevincu, Castifau, Moltifau, Linguizetta et Cardu: Cuivre;
           Argentella, Pratu, L'Isula, Lunghignanu, Ciottone: Plomb argentifère;
           Osani: Anthracite.
Février: A Aiacciu, décès du poète GHJUVAN VITU GRIMALDI. Il fut médecin, professeur de philosophie au Collège Fesch et inspecteur des écoles primaires. Auteur des Novelle Storiche.
HENRI CONNEAU, premier médecin de NAPOLEON III, est Conseiller Général de la Corse. Il propose un projet de chemin de fer corse.
Le Régiment du 36ème de Ligne quitte la Corse pour Toulon. Il est remplacé par le Régiment du 13ème de Ligne.
19 Mars: MARCU MATTEU FREDERICU QUENZA est maire de Porti Vechju.
Ouverture du Musée d'Aiacciu, don du cardinal FESCH.
Juin: A Aiacciu, projet de monument à la gloire de NAPOLEON 1er et de ses quatre frères.
Juillet: Travaux importants à Aiacciu: boulevards, pavage des rues, réseau d'égouts...
Août: L'adduction d'eau des sources de Suerta à la ville de Bastia est achevée.
Construction de fontaines à Grussettu et Casalabriva.
Septembre: Le fanal de Bastia et le phare d'Alistru sont opérationnels.
A Aiacciu, la Société Arman effectue le lancement de 3 navires de commerce: Le Deux Amis, le Courrier de Mayaguez, et le Félix. Un quatrième navire, le Marius, ne sera jamais terminé.
Décembre: A Aiacciu, fermeture des chantiers de constructions navales Arman.
Le prince PIERRE NAPOLEON BONAPARTE est président du Conseil Général de la Corse.
A Corti, le conseil municipal estime que le fonctionnement de l'Ecole Paoli pèse d'un poids excessif sur les finances de la ville.
Début des travaux du canal de la Gravona (voir 1862).
Edition de la première affiche consacrée à la Corse, vantant les eaux d'Orezza.
J. CLAVE fait paraître dans la Revue des Deux Mondes, Les Forêts de la Corse.
Le prince PIERRE NAPOLEON BONAPARTE publie, à Paris, chez Plon, La Bataille de Calenzana, poème épique en vers.
A Milan, chez Guigoni, deuxième édition de Pasquale Paoli ossia La Rotta di Pontenovo, de l'Italien FRANCESCO DOMENICO GUERRAZZI (voir 1860).
Création de la commune d'Aghjone avec des terres prises à Vezzani et Vivariu.
Création de la commune d'A Munacia d'Auddé avec des terres prises à Auddé.
Création de la commune de Pianottuli Caldarellu avec des terres prises à Zirubia.
ANTOINE FABIANI publie un opuscule Les chemins de fer envisagés du point de vue des intérêts commerciaux de la France en Méditérranée.



1865:

Février: Plus de 1000 charrettes entrent ou sortent chaque jour de Bastia (sans compter les voitures et le bétail).
On reparle du projet de ligne de chemin de fer entre Bastia et Bunifaziu.
Avril: On prépare une grande exposition Agricole et Industrelle Corse à Aiacciu.
25 Avril: Naissance, à Aiacciu, de LURENZU VERO, écrivain et poète.
La photographie fait son apparition en Corse.
De nombreux maires sont nommés par décret impérial:
           GHJUVAN BATTISTA SERPAGGI, à Bucugnà;
           FABIANU CLEMENTI, à Santa Maria e Sicchè;
           PAUL SEVERIN ABBATUCCI, à Zicavu;
           GHJULIU CESARI, à San Fiurenzu;
           GHJUVAN BATTISTA d'ORTOLI, à Sartè;
           PETRU VICENTE MONTEPAGNO, à Bunifaziu;
           MARCU AURELIU PERETTI, à Livia;
           GHJUVAN COSIMU PERETTI, à Ulmetu;
           PAULU AUGUSTINU SILVI, à Pitretu e Bicchisgià;
           GHJUVAN GHJACUMU CESARI, à Santa Lucia di Taddà;
           JOSEPH FELIX COLONNA di LECA, à Calvi...
15 Mai: A Aiacciu, ouverture de la première exposition Agricole et Industrelle Corse et inauguration du monument (surnommé L'Encrier), situé Place Bonaparte (du Diamant) , à la gloire de NAPOLEON 1er et de ses quatre frères. Le prince NAPOLEON JEROME (PLON-PLON) y prononce un discours provocateur (qui ne plait d'ailleurs pas à NAPOLEON III).
Les eaux d'Orezza obtiennent la Médaille d'Or descernée par l'Empereur lors de l'Exposition.
Juin: La bourse d'études (15 écus romains) de peinture et d'architecture accordée par la Fondation Sisco (voir 1841) est portée à 20 écus romains.
9 Août: Le maire d'Aiacciu, FRANCESCU ZAVIERU BRACCINI installe son nouveau conseil municipal.
14 Septembre: La ville de Bastia concède l'exploitation de son théâtre municipal à une troupe française.
A Aiacciu, inauguration de la statue élevée à la mémoire du général GHJUVANNI CARLU ABBATUCCI mort en 1796.
10 Octobre: A Bastia, création d'un nouveau cercle mondain de culture et de lettres, L'Union.
Ouverture d'un pensionnat de jeunes filles, tenu par les Bénédictines, dans le couvent d'Erbalunga. Il comprend un dortoir, un réfectoire et des salles de classe.
ANTOINE PICCIONI est maire de Bastia.
Des Corses établis à Londres (les frères CASABIANCA) lancent un cri d'alarme concernant le vieux cimetière de Saint-Pancrace, où repose PASQUALE PAOLI, menacé d'être détruit par suite de la construction d'une voie de chemin de fer.
Bastia est enfin équipée d'un réseau d'eau fraîche et saine.
A Aiacciu, les locaux de l'école normale (voir 1856) sont déclarés insalubres.
Une commission spéciale est créée pour étudier la participation de la Corse à l'Exposition Universelle qui doit se tenir à Paris. Elle comprend, entre autres, le député PAUL SEVERIN ABBATUCCI, le maire de Bastia ANTOINE PICCIONI, le docteur ANTOINE MATTEI, l'agronome REGULUS CARLOTTI, le conseiller général ANTOINE FABIANI et l'industriel JACQUINOT.
La ville de Bastia lance un plan d'emprunt de 500000 francs pour effectuer les grands travaux de la ville.
Demande de construction (non satisfaite) d'un lazaret à Bastia, pour lutter contre le choléra.
Fondation, en Corse, de la loge maçonnique L'Etoile des Monts, non affiliée au Grand Orient de France mais relevant de La Grande Loge Centrale de France.
HENRI CORMIER, Dominicain, est le fondateur et le premier prieur du couvent de Curbara.
Création de la commune de Bastilicaccia avec des terres prises à Bastèrga, Eccica Suaredda, Ocana et Tavera.
MICHEL ALEO publie un album de 44 photographies de la Corse.
SALLOT des NOYERS publie Instructions nautiques sur les côtes de Corse.
SCIPION GRAS, ingénieur des Mines, publie Assainissement de la Corse, chez Dunod, à Paris.
A Milan, parution de Vite degli Uomini Illustri d'Italia in politica e in armi, dal 1450 à 1850, en quatre tomes, dont le troisième, Vita di Sampiero d'Ornano, est consacré à SAMPIERU CORSU, de FRANCESCO DOMENICO GUERRAZZI.
Le botaniste NAPOLEON DOUMET-ADANSON publie le compte-rendu d'une semaine d'herborisation en Corse.



1866:

Janvier: Parution, à Bastia, chez Eugène Ollagnier, de l'Aigle Corse, bimensuel de littérature, sciences, histoire, économie rurale et hygiène.
7 Février: La source des eaux d'Orezza est déclarée d'utilité publique, et le privilège exclusif de la vente est accordé par le Département de la Corse à la Société d'Exploitation des Eaux d'Orezza.
16 Février: LISANDRU GRASSI, Conseiller Général de la Corse, au cours d'une conférence au Palais de Justice de Bastia, déclare que la Corse donne aux ossements refroidis de Pasquale Paoli un asile sur lequel brille et resplendisse le soleil de sa terre natale. Il publie Etude du caractère de Pascal Paoli, chez Fabiani, à Bastia.
A Marignana, naissance de ZAVIERU COPPOLANI, futur administrateur colonial hors pair.
14 Avril: Début de la construction d'un nouveau port dans l'anse de Saint-Nicolas, à Bastia (voir 1845).
Les plans et les crédits de l'abattoir municipal de Lupinu, à Bastia, sont prêts.
A Bastia, les travaux d'aménagement de la ville continuent: la Traverse, la jetée du Dragon, le port Saint-Nicolas...
23 Avril: Le consul anglais de Bastia, M. SCHALLWOOD rassure l'opinion insulaire sur le sort de la sépulture de PASQUALE PAOLI à Londres, menacée de démolition.
A. F. BARTOLI, inspecteur de l'enseignement primaire, écrit, en Français, dans le but d'instruire ses élèves, une biographie, Histoire de Pascal Paoli ou un épisode de l'Histoire de la Corse, éditée à Largentière, chez Grobon. Il y en annexe un appendice dans lequel il exprime le vœu que les restes mortels de PASQUALE PAOLI reposent à Merusaglia.
3 Juillet: Le tableau La forêt de Valdoniello en Corse, du peintre JEAN-LUC MULTEDO, est acheté par les collections impériales pour la somme de 1000 francs.
24 Juillet: L'empereur NAPOLEON III répond négativement à la requête de ZAVIERU CASANELLI d'ISTRIA, évêque de Corse, lui demandant le retour en Corse des Cendres de PASQUALE PAOLI.
1er Septembre: Les municipalités de Merusaglia et de Corti demandent au Conseil Général d'étudier la question du retour en Corse des Cendres de PASQUALE PAOLI.
Fin des travaux d'aménagement des quais au sud du vieux port de Bastia (voir 1862).
A Aiacciu, installation de la Bibliothèque Municipale au Palais Fesch.
Décès, à Cannes, de GHJUSEPPU VALENTINI, surnommé Le Général Yusuf (voir 1830). Il était devenu l'un des plus prestigieux généraux de cavalerie, et un héros de légende.
A Ersa, naissance d'ANTONE BONIFACIO, poète et auteur dramatique.
ARRIGU ARRIGHI écrit Le baron de Vioménil, ou la conquête de la Corse, publié dans l'Aigle Corse.
Le révérend anglais W.H. HAWKER effectue l'ascension du Monte Rotondu.
Bastia compte 21000 habitants.
A Osani, les pertes d'exploitation du gisement de roche combustible (voir 1845) s'élèvent à 55000 Francs.
A Toga, l'usine et ses hauts fourneaux (voir 1861) importe 28000 tonnes de minerai pour sa production de fonte. Elle compte 4 hauts fourneaux, 6 feux d'affinerie desservis par 5 machines à vapeur développant 130 chevaux. 160 ouvriers et 40 femmes y sont employés.
A Porti Vechju, l'entreprise d'exploitation de chêne-liège, fondée par l'entrepreneur DELARBRE, emploie 300 journaliers, muletiers et charretiers.
Le bagne pour enfant de Saint-Antoine (voir 1855) est fermé et transformé en pénitencier pour adultes de Castellucciu.
Création de la commune de E Casevechje avec des terres prises à Nuceta et Ruspigliani.
Parution de Histoire de Pascal Paoli, à Largentière, par M. BARTOLI.
Il y a, cette année, 8324 naissances et 5859 décès en Corse.



1867:

Janvier: A Bastia, création d'un nouveau cercle mondain de culture et de lettres, Le Nouveau Cercle Littéraire.
Mars: La Corse est présente à l'Exposition Universelle de Paris, avec une vingtaine d'exposants (usine de fonte de Toga, usine de minerai de fer de Sulinzara, administration forestière, chêne-liège de Porti Vechju, huile de Balagna, tabacs, vers à soie, vins du Capicorsu, de Casinca, de Sarté, eau minérale d'Orezza... 2 médaille d'or (métallurgie et chêne-liège), 3 de bronze et 3 mentions honorables sont obtenues par les exposants corses.
15 Avril: AMBROGHJU et EMILIU CASABIANCA (voir 1865) alertent M. GEROLAMI (le maire de Merusaglia), le Préfet de la Corse et le journal L'Observateur de la Corse, pour les informer de leur découverte. M. GEROLAMI, avec son Conseil Municipal, et avec l'appui de TITU FRANCESCHINI-PIETRI, arrière-petit-neveu de PASQUALE PAOLI et secrétaire particulier de NAPOLEON III, écrit à l'Empereur afin de le prier d'inviter le Préfet de la Corse à autoriser le retour des Cendres de PASQUALE PAOLI.
Mai: Les égouts de ceinture de la ville de Bastia sont opérationnels.
24 Juillet: Par décret impérial, LOUIS NYER est nommé maire d'Aiacciu.
1er Août: Refus de NAPOLEON III de rapatrier les Cendres de PASQUALE PAOLI.
LOUIS NYER est officiellement installé à la mairie d'Aiacciu.
14 Août: Début de la construction de l'abattoir municipal de Lupinu, à Bastia.
A Aiacciu, reprise des activités de la loge maçonnique La Réunion, du Grand Orient de France (voir 1846).
LOUIS-LUCIEN BONAPARTE, conseiller général de Bucugnà, est président du Conseil Général de la Corse.
La compagnie maritime Valery Frères et Fils dispose de 23 bateaux à vapeur qui font la laison avec le Continent.
A Aiacciu, construction d'un établissement (en haut du boulevard Grandval) qui accueillera l'école normale primaire d'intitutrices (voir 1854).
AMBROGHJU et EMILIU CASABIANCA retrouvent le mausolée de PASQUALE PAOLI au cimetière de Saint Pancrace à Londres, grâce à la découverte de la tombe de FRANCESCU PIETRI (voir 1838). Fin de la reconstruction du couvent de Curbara (voir 1857), avec ses quatre ailes.
Naissance, à Marignana, de GHJACUMU SANTU VERSINI, poète et écrivain.
Parution de Pruverbi, detti e Massime Corse, par ANTOINE MATTEI, professeur libre d'accouchement à Paris, précédé d'une Etude sur le dialecte de cette Ile. .
Parution de Aventure d'un Jeune Corse, roman historique, par J.-P. COLOMBANI, chez Dupont, à Paris.
Parution de Note sur la Corse et la Sardaigne, par LESCURE.
Parution de La protection en Corse, par LANDRY.
Parution de Recherches sur les plantes e la Corse, par MABILLE.
Parution de Etude géologique sur la Corse, par TABARIES de GRAND-SEIGNES.
Parution dans Hommes et Dieux, de Les Voceratrices de la Corse, par PAUL de SAINT VICTOR, remarquable relevé de voceri in lingua nustrale.
Il y a en Corse 11 écoles des Frères, avec 3298 élèves. les religieuses enseignent 5545 filles dans 17 écoles.
A Osani, les pertes d'exploitation du gisement de roche combustible (voir 1866) s'élèvent à 49000 Francs.
La Corse compte 259861 habitants: Aiacciu, 17351; Arbiddali, 333; Arghjusta Muricciu, 348; Auddè, 780; Bastia, 21535; Bastèrga, 2842; Belgudè, 1005; Bilia, 297; Bucugnà, 1334; Bunifaziu, 3594; Calinzana, 2700; Calvi, 1884; Canari, 1300; Campile, 854; Casalabriva, 382; Casevecchje, 600; Castifau, 701; Cervioni, 1375; Conca, 617; Corti, 6094; Evisa, 761; Felicetu, 666; Figari, 750; Foce di Bilia, 312; Fuzzà, 539; Ghisunaccia, 1525; Ghisoni, 1747; Grossa, 458; Lecci, 204; L'Isula, 1644; Livesi, 624; Livia, 1790; Magà, 652; Merusaglia, 891; Muratu, 1029; Oletta, 1122; Olmi e'Cappella, 863; A Porta, 729; Piana, 1252; Porti Vechju, 2207; Pitretu e Bicchisgià, 920; Prunelli di Fiumorbu, 871; Pruprià, 520; Quenza, 302; Ruglianu, 1796; San Fiurenzu, 761; San Gavinu di Carbini, 691; Santa Lucia di Taddà, 1002; Santa Maria e Sicchè, 607; Sartè, 4082; Sarra di Scupamena, 778; Suddacarò, 1050; Surbuddà, 460; Sotta, 749; Ulmetu, 1717; Vezzani, 1017; Vighjaneddu, 402; Vicu, 2091; Viscuvatu, 1224; Zicavu, 1443; Zirubia, 242; Zonza, 873...



1868:

Janvier: Mise en circulation de timbres-poste de différentes couleurs dont le prix varie de 25 centimes à 2 francs.
La ville d'Aiacciu s'éclaire au pétrole. Une adduction des eaux de la Lisa augmente le débit des fontaines de la ville.
Février: GABRIEL MARCHI quitte la rédaction du Journal de la Corse (voir 1837).
Mars-Avril: L'écrivain et peintre anglais EDWARD LEAR, effectue un voyage en Corse. Il fait une halte à Grussettu Prugna (dans son journal, il évoque les chênes verts du lieu).
16 Mai: A Corti, inauguration du monument élevé au général de division GHJUVANNI TOMASU ARRIGHI de CASANOVA, duc de Padoue.
Le prince NAPOLEON JEROME fait une courte escale à Aiacciu, en compagnie de son épouse CLOTILDE de SAVOIE.
Juin: Une maladie persistante du ver à soie menace la sériciculture.
Construction de la prison de Calvi.
La loi interdisant, pour cinq ans, le port d'armes afin d 'éteindre le banditisme (voir 1863), est abrogée définitivement, après une chute réelle du nombre de bandits, et des pressions efficaces des hauts fonctionnaires d'origine corse.
2 Juillet: La construction de l'abattoir de Bastia, par l'entreprise Joseph Astolfi, va bon train.
7 Juillet: Installation de la Bibliothèque dans l'aile nord du Palais Fesch à Aiacciu (voir 1838).
L'immeuble de la Banque de France, à Bastia, est achevé (voir 1863). La banque s'installe dans ses nouveaux locaux.
19 Août: Le conseil municipal d'Aiacciu refuse de participer à la souscription publique ouverte en vue d'ériger à Corti (où il est né) une statue à JOSEPH BONAPARTE, considérant que la famille Bonaparte est éminemment ajaccienne...
Septembre: Le pain est désormais vendu au poids et pesé en présence du client. Son prix est libre.
12 Novembre: Naufrage du navire Le Progrès, au nord de la Sardaigne, du à une violente tempête. Il n'y a pas de victimes.
A Corti, le conseil municipal forme le souhait de voir transformer l'Ecole Paoli en collège (voir 1864).
L'Observateur de la Corse s'inquiète du sort des marins corses qui se retrouvent confrontés à la disparition programmée de la marine à voile (350 navires pour 10000 tonneaux).
La Corse compte 9 routes impériales, 5 départementales, 13 forestières, le tout d'une longueur de 1800 kilomètres.
L'exportation des produits locaux est la suivante: 350000 à 400000 merles et grives, 6000 à 8000 pièces de gros gibier, 100000 kilogrammes de langoustes, 150000 kilogrammes de poissons frais, 50000 à 60000 hectolitres d'huile d'olive, 15000 à 20000 quintaux de châtaignes...
Projet de loi pour la pose et l'exploitation d'un câble sous-marin entre la France, la Corse et l'Algérie.
Deux bateaux de la Compagnie Joseph Valéry Frères et Fils, dont L'Insulaire, font le service régulier entre la Corse et le continent.
A Aiacciu, chez Rocca-Tartarini, parution du Guide du Voyageur en Corse, avec une carte de l'Ile.
Parution de L'île de Corse, ses mouillages, par H. POULAIN, chez Chalamel, à Paris.
Parution de Itinéraire descriptif et historique de la Corse, de LEONARD de SAINT-GERMAIN, chez Hachette, à Paris.



1869:

1er Janvier: Le poète satirique et comédien itinérant ALBERT GLATIGNY (auteur de Les Vignes folles et Les flèches d'or), venu en Corse pour participer à une représentation théâtrale, est arrêté par les gendarmes, qui le prennent pour un bandit notoire, alors qu'il chemine à pied de Bastia à Aiacciu. Cette aventure lui inspirera de très belles pages en prose: Ici, il n'y a qu'une chose à faire : s'arrêter et pleurer.
6 Janvier: Parution d'un nouveau journal à Bastia, Le Golo, hebdomadaire républicain.
23 Janvier: Un décret stipule que l'Ecole Paoli de Corti est assimilée aux collèges communaux et sera soumise, en ce qui concerne sa gestion financière, aux règles en usage pour ces établissements (voir 1868).
16 au 17 Février: Le paquebot Prince Pierre Bonaparte, de la Compagnie Joseph Valéry Frères et Fils, qui effectue la traversée de Bastia à Marseille, est éperonné par un aviso militaire, le Latouche Tréville. 13 personnes périssent dans ce naufrage, au large du Cap Camarat. On note, parmi les rescapés, le député de la Corse SAMPIERU GAVINI, le frère de DENIS GAVINI, préfet des Alpes Maritimes.
Avril: Désormais, la Compagnie Marc Fraissinet Père et Fils, effectue 4 liaisons régulières hebdomadaires: Marseille-Bastia (le vendredi matin), Bastia-Livourne (le dimanche matin), Livourne-Bastia (le lundi matin) et Bastia-Marseille (le mardi matin).
Le maire d'Aiacciu, LOUIS NYER, exige que toute nouvelle construction soit conforme aux règles d'hygiène.
6 au 7 Mai: Un voilier norvégien aborde le vapeur Général Abbatucci, de la Compagnie Joseph Valéry Frères et Fils, avec 78 passagers, au large de Calvi. Le vapeur coule, entraînant de nombreuses victimes qui n'ont pu l'évacuer à temps. Il ya 49 disparus. Le Général Abbatucci, qui, sur le trajet Continent-Corse devait ensuite faire escale à Civita Vecchia, transporte la solde de l'armée français d'Italie, et également plusieurs milliers de francs destinés au Vatican, ainsi que des cadeaux d'anniversaire pour le pape PIE IX envoyés par le clergé de France.
12 Mai: Naissance, à Sartè, de MIGHELE LORENZI, écrivain.
Juin: Elections législatives: Dans la circonscription d'Aiacciu (la Première), il y a 32203 électeurs inscrits, 22998 votants, et PAUL SEVERIN ABBARUCCI est réélu, avec près de 15918 voix contre FRANCOIS POZZO di BORGO (4138 voix) et DUMENICU FRANCESCU CECCALDI (2849 voix). Dans la circonscription de Bastia (la Deuxième), il y a 37633 inscrits, 26723 votants, et SAMPIERU GAVINI est réélu avec 17916 voix.
13 Juillet: Décès de CAMILLE de FRIESS, archiviste du Département de la Corse.
28 Juillet: A Bastia, disparition du journal Le Golo.
28 Août: Arrivée à Bastia de l'impératrice EUGENIE et de son fils, le prince impérial EUGENE LOUIS. Elle pose la première pierre d'un hôpital qui ne sera jamais construit.
29 Août: L'impératrice EUGENIE et le prince impérial EUGENE LOUIS sont à Aiacciu. Là, c'est la première pierre de la future cathédrale, qui ne sera non plus jamais construite, qui est posée.
31 Août: L'impératrice EUGENIE et le prince impérial EUGENE LOUIS quittent la Corse.
Les soeurs de Saint Joseph de Bastia disposent enfin d'un local dans le quartier Saint François, qui leur permettra d'enseigner à un millier d'élèves.
Septembre: Le Conseil Général de la Corse déclare qu'il désire ardemment que l'Illustre Général (Pasquale Paoli) repose dans le pays qu'il a rendu à l'indépendance, qu'il a honoré par ses vertus et auquel il a légué, en mourant, toute sa fortune.
Octobre: Parmi les conseillers municipaux d'Aiacciu, on trouve CHIARISOLI, GABRIELLI, DESANTI, TAVERA, LURENZU APPIETTO (capitaine marin), CAMBIOTTI, ANTONIU COSTA, SARI, LUCIANI...
12 Octobre: A Vicu, Décès de ZAVIERU CASANELLI d'ISTRIA, l'évêque de Corse.
Novembre: Des trombes d'eau s'abattent sur la Balagna et emportent seize maisons à Calinzana, trois à Calvi, trois à Lumiu, une à Muru et la route nationale sur neuf kilomètres. Les vallées du Secco et de Ficarella sont dévastées, huit personnes trouvent la mort.
GABRIEL MARCHI reprend la direction du Journal de la Corse.
16 Novembre: Parution d'un nouveau journal à Bastia, La Revanche, hebdomadaire républicain, fondé par VINCENT FARINOLE, PATRICE de CORSI, LOUIS TOMMASI et LEONARD LIMPERANI.
15 Décembre: Pose de la première pierre d'un grand hôtel à Aiacciu, sur le Cours Grandval, l'hôtel Germania (le futur Grand Hôtel Continental).
21 Décembre: PETRU PAULU de CUTTOLI est nommé évêque de la Corse. Il succède à ZAVIERU CASANELLI d'ISTRIA (voir 1833).
Le maire d'Aiacciu, LOUIS NYER, intervient au sujet du chemin de fer corse: Il convient d'affirmer notre droit au chemin de fer comme d'autres avant nous ont affirmé pour l'honneur de la Corse notre aptitude au droit commun.
Fondation de Musique Municipale d'Aiacciu.
Création de la Prud'homie des patrons pêcheurs d'Aiacciu.
JOSEPH-PASCAL ROMIEU, industriel à Bastia, offre 4000 francs-or à la ville pour aménager somptueusement un jardin au pied de la citadelle, où se trouve sa maison familiale.
LEONARD de SAINT-GERMAIN, dans Voyage en Corse. Itinéraire descriptif et historique de la CorseParis, chez Hachette), relate le drame du Fiumorbu (voir Mai 1808) et montre l'arbitraire et la promptitude de la Ghjustizia Morandina.
Parution de Voyage de S.M. l'Impératrice en Corse et en Orient, par FELIC RIBEYRE.
Parution de Pasquale de Paoli, par JACOPO d'ORIA, chez Louis Sambolino, à Gênes.
Il y a 290163 habitants en Corse (21561 à Aiacciu).



1870:

Janvier: LOUIS CHARLES GERMAINE GERY, le préfet de Corse, est nommé Conseiller d'Etat.
31 Janvier: JACQUES ERNEST BOYER, préfet des Hautes Alpes, est nommé préfet de Corse.
LOUIS NYER, le maire d'Aiacciu, est nommé secrétaire général de préfecture des Bouches du Rhône.
10 Janvier: PIERRE NAPOLEON BONAPARTE tue le journaliste VICTOR NOIR lors d'une discussion qui tourne mal.
Mars: JEROME GALLONI d'ISTRIA, secrétaire général de la préfecture de Corse est nommé sous-préfet de Bastia.
16 Mars: A Bastia, dispariton du journal La Revanche.
8 Mai: Résultat du Plébiscite: Sur 71295 inscrits, il y a 58449 votants, les suffrages affirmatifs obtiennent 57892 voix, les suffrages négatifs 523 voix et les nuls 34 voix.
Le service postal (a Berlina) met 14 heures pour faire les 154 kilomètres qui séparent Aiacciu de Bastia (via Bucugnà, Vivariu, Venacu et Corti), et 13 heures pour le retour. La diligence, met 20 heures (19 au retour) pour le même trajet, et 13 heures pour effectuer la liaison d'Aiacciu à Sartè (80 kilomètres). A Berlina met 8 heures pour aller d'Aiacciu à Vicu, 12 de Bastia à Calvi, 30 de Bastia à Sartè, et plus de 9 heures de Ponte A'A Leccia à Calvi...
La route impériale d'Aiacciu à Bunifaziu, longue de 137 kilomètres, franchit 17 ponts et traverse 8 villages.
Juin: En Corse, sur 71296 inscrits et 58449 votants, 57892 ont voté OUI et 523 NON, au Plébiscite du Sénat-consulte établissant la Constitution de 1870.
PETRU VICENTE MONTEPAGANO, chevalier de la Légion d'Honneur, est maire de Bunifaziu.
19 Juillet: Déclaration de Guerre à la Prusse.
27 Juillet: Départ, d'Aiacciu, du premier contingent de réserve de soldats corses (2600 gardes mobiles, non instruits et indisciplinés), pour le continent, afin d'y être formés.
6 Août: Décès, sur le champ de bataille de Reichoffen, du commandant PIETRI, petit neveu de l'ancien préfet du Golu (ANTONIU GHJUVANNI PIETRI).
A la bataille de Froeswiller, le général corse de NEGRONI renouvelle l'exploit de son ancêtre GIACOMO de NEGRONI à Lépante (voir 1571), en entraînant la cavalerie française dans une charge qui restera célèbre (les Charges de Reichshoffen).
7 Août: JOSEPH FIL est élu en tête du conseil municipal d'Aiacciu. Il obtient 1509 voix, devant NICOLAS PERALDI, 1201 voix.
16 Août: Un autre contingent de troupes s'embarque à Aiacciu pour le front.
24 Août: Le Journal de la Corse en appelle au patriotisme des jeunes Corses.
26 Août: Aiacciu accueille le nouvel évêque de Corse Monseigneur PETRU PAULU de CUTTOLI.
Septembre: Le maire d'Aiacciu JOSEPH FIL et ses 16 conseillers municipaux (dont NICOLAS PERALDI) sont officiellement installés.
2 Septembre: Défaite de Sedan.
6 Septembre: La IIIème République:
7 Septembre: DUMENICU FRANCESCU CECCALDI, avocat au barreau d'Aiacciu, républicain, est nommé Préfet de la Corse.
Plus de 200 gardes mobiles du bataillon d'Aiacciu désertent avec armes et bagages et regagnent leurs villages. Le préfet DUMENICU FRANCESCU CECCALDI réussit à les convaincre de réintégrer leurs compagnies.
Sur les 363 communes que compte la Corse, seules 14 témoignent, dès l'annonce de la chute du Second Empire, leur soutien au gouvernement de la Défense Nationale (Altiani, Appietu, Balogna, Bastèrga, Bucugnà, Evisa, Ghisoni, Grussettu Prugna, Guagnu, Guargualè, Mocà-Croci, Olmeta di Tuda, Porti Vechju et Sartè), et 19 proclament leur adhésion à la République (Antisanti, Avapessa, Calvi, Casamacciuli, Cassanu, I Cateri, Corti, Montemaio, Pitretu Bicchisgià, Pila-Canali, U Pughjolu, Rusazia, San Ghjuvanni, San Lurenzu, San Niculaiu, Santu Petru di Venacu, Santa Riparata di Balagna, Surbuddà, et Urtaca).
10 Septembre: JOSEPH FIL, le maire d'Aiacciu, fidèle à NAPOLEON III, démissionne et est destitué. La direction de la municipalité provisoire est confiée à TIBURZIU SEBASTIANI.
14 Septembre: GABRIEL MARCHI écrit dans Le Journal de la Corse un article favorable à la la IIIème République.
17 Septembre: CYPRIEN ORDIONI, avocat, orateur du Parti Catholique Libéral et colonel du corps franc du Niolu, est l'auteur d'un canular politique à Aiacciu. Il est démasqué et arrêté à Corti.
20 Septembre: Un décret prononce la dissolution des conseils municipaux.
24 Septembre: Départ du Premier Bataillon des Gardes Mobiles, reconstitué, d'Aiacciu. Il rejoint le Deuxième Bataillon de Gardes Mobiles de la Corse, celui de Bastia, avec lequel il fusionne, pour prendre la route de l'Est.
26 Septembre: ANTOINE FABIANI est nommé Président de la Commission Municipale de Bastia.
NICOLAS PERALDI est nommé Président de la Commission Municipale d'Aiacciu.
1074 conseillers municipaux sur les 2228 nommés (par le préfet DUMENICU FRANCESCU CECCALDI) sont d'anciens conseillers municipaux du Second Empire (soit 48,2%), et seulement 70 anciens maires impériaux sur 363 (soit 19.3%) sont maintenus dans leurs fonctions.
2 Novembre: Le n°44 du Journal de la Corse reprend son ancien titre, Le Républicain (voir 1848). Son nouveau rédacteur est GHJUVAN-PAULU BORGHETTI.
18 Décembre: Décès de Monseigneur PETRU PAULU de CUTTOLI l'évêque de la Corse.
Le Lycée Impérial Napoléon III de Bastia compte 44 enseignants.
Un barrage de retenue d'eau de 24000 mètres cubes est aménagé à proximité du pénitencier de Coti Chjavari.
Le lieutenant-colonel GRAZIANI, du 32ème de Ligne (anciennement en garnison en Corse), est tué au combat de Nuits.
18890 jeunes Corses ont pris part à la campagne de 1870. On dénombre officiellement 1396 tués.
Le bandit ANTOINE BONELLI, dit Bellacoscia, se propose à la tête d'un Corps Franc de bandits d'Honneur pour servir la France. Sa proposition, acceptée par le préfet, est refusée par le gouvernement.
Fin de la construction de l'abattoir municipal de Lupinu, à Bastia.
A Aiacciu, THOMASSINA CAMPBELL, écrivain anglaise installée dans la cité, achète un terrain afin d'y construire un temple protestant.
Parution de La Vendetta, le banditisme et leur suppression. Tableau de moeurs corses, de FELIX BERTRAND, chez Hurtau, à Paris.
A Londres, parution de Journal of a Landscape Painter in Corsica, par l'Anglais EDWARD LEAR, chez Robert John Bush, ouvrage orné de gravures relatant le voyage de l'auteur, peintre anglais, en Corse (voir 1868).
A Florence, chez Le Monier, REGULUS CARLOTTI publie Poesie di alcuni moderni autori Corsi, recueil de poésies contemporaines corses.
Parution de La Corse et ses détracteurs, par GHJUVAN-PAULU BORGHETTI, chez Ollagnier, à Bastia.
Fin de parution de La Guida del popolo, giornale scientifico, letterario et religioso (voir 1849).



1871:

1er Janvier: A Sampolu, naissance de SYLVESTRE BONAVENTURE CASANOVA, futur curé doyen de Zicavu, et auteur de Histoire de l'Eglise Corse, en 4 volumes.
5 Janvier: A Sartè, naissance de NICOLAS de SUSINI, journaliste, polémiste et poète.
7 Janvier: EMMANUEL GUSTAVE NAQUET, républicain, rédacteur au journal Le Peuple de Marseille, est nommé Préfet de Corse. Il crée le journal Le Bulletin Officiel de la Corse, dans lequel écrit GHJUVAN PAULU BORGHETTI.
22 Janvier: EMMANUEL GUSTAVE NAQUET, le Préfet de Corse, se fait conspuer en prenant partie pour la guerre.
6 Février: PATRICE de CORSI est à la tête de la commission municipale de Bastia.
8 Février: Elections législatives: JEROME GALLONI d'ISTRIA, ETIENNE CONTI, DENIS GAVINI, PAUL SEVERIN ABBATUCCI, tous bonapartistes, et LEONARD LIMPERANI, républicain, sont élus députés de la Corse à l'Assemblée Nationale, dite de Bordeaux.
15 Février: Une pétition est présentée à l'Assemblée Nationale demandant avec urgence, la séparation de la Corse d'avec la France et l'exclusion immédiate des députés corses de ses scéances, sans préjudice, au besoin, de leur expulsion du territoire français...
21 Février: Emeute à Aiacciu, menée par les bonapartistes, lors de l'annonce par le préfet GUSTAVE NAQUET de la nomination d'ADOLPHE THIERS à la tête de l'exécutif. GUSTAVE NAQUET démissionne.
1er Mars: PAUL DHORMOYS (ou d'HERMOYS), ancien rédacteur du journal L'Assemblée Nationale, est nommé Préfet de Corse.
3 Mars: Le député socialiste EDOUARD LOCKROY demande l'expulsion de la Corse de la République.
6 Mars: A l'Assemblée Nationale de Bordeaux, GEORGES CLEMENCEAU demande, au nom du Club Positiviste de Paris, que la Corse (qui vient d'élire 4 députés bonapartistes) cesse immédiatement et irrévocablement de faire partie de la République française. L'Assemblée repousse cette proposition sans débat.
Avril: P. A. SANTELLI, avocat à Corti, lance une pétition pour soutenir qu'il est temps pour l'Assemblée Nationale de réparer la faute de Louis XV en rendant à la Corse sa liberté et son indépendance...
16 Avril: PAUL SEVERIN ABBATUCCI démissionne de son mandat de député bonapartiste d'Aiacciu pour faciliter l'élection d'EUGENE ROUHER, chef du Parti Néo-Bonapartiste, ancien ministre de NAPOLEON III..
1er Mai: Sortie du premier numéro de l'hebdomadaire (du dimanche) Le Patriote. Son rédacteur en chef est JEAN de la ROCCA, bonapartiste-jérômiste.
10 Mai: Le journal Le Républicain redevient le Journal de la Corse (voir 1870). Son rédacteur GHJUVAN-PAULU BORGHETTI est remercié. GABRIEL MARCHI reprend ses articles.
25 Mai: Le Bonapartiste JOSEPH FIL est reélu maire d'Aiacciu. Il a pour adjoints ETIENNE PUGLIESI et BAPTISTE STEPHANOPOLI (de COMNENE).
7 Juin: IGNACE BONELLI est élu maire de Bastia.
FELICIANU VALENTINI est élu maire de Castellu du Rustinu.
Lors des élections municipales, on déplore un tué à Piana et 2 à Vezzani.
11 Juillet: Le maire de Bastia IGNACE BONELLI dissout le corps des agents de police municipaux, et engage un nouveau commissaire de police.
15 Août: Malgré l'interdiction du préfet, la municipalité d'Aiacciu fête la Saint Napoléon.
19 Août: A Aiacciu, profanation de la statue impériale du Diamant.
18 Septembre: A Bastia, décès du général TIBURZIU SEBASTIANI.
7 Octobre: GHUVAN PAULU BORGHETTI crée le journal La République, organe de la démocratie cores.
8 Octobre: NAPOLEON JOSEPH BONAPARTE, le prince NAPOLEON JEROME (PLON-PLON), seul candidat, est élu conseiller général d'Aiacciu avec 1716 voix sur 1768 votants.
ETIENNE CONTI, bonapartiste, est élu conseiller général d'Aiacciu.
18 Octobre: CHARLES FERRY, le frère de JULES FERRY, arrive en Corse en tant que Commissaire Extraordinaire de la République.
23 Octobre: A Aiacciu, ouverture de la session du Conseil Général, présidée par le comte FRANCOIS XAVIER de CASABIANCA, doyen d'âge. Les bonapartistes n'ont pas la majorité. La scéance est houleuse: 17 membres du parti bonapartiste (DENIS GAVINI, JOSEPH-MARIE PIETRI, ETIENNE CONTI, SAMPIERU GAVINI, JEAN GAUDIN, PAUL-EMILE MASSONI, CESAR MARIOTTI, PETRU VICENTE MONTEPAGNO, LISANDRU LORELLI, IGNAZIU SIMONETTI MALASPINA, ANGE GIOVANNINELLI, JOSEPH PUGLIESI, ALFRED PAUL MULTEDO, DOMINIQUE POLI, JEAN-BAPTISTE FRANCESCHINI PIETRI, JOSEPH VALERY et JULES-PIERRE SALVARELLI) s'opposent à l'arrivée du Commissaire Extraordinaire de la République CHARLES FERRY, nouvellement nommé.
NAPOLEON JOSEPH BONAPARTE démissionne de son mandat de conseiller général.
4 Novembre: LEONARD LIMPERANI est président du Conseil Général; le vice-président est l'avocat FRANCOIS GRIMALDI.
L'Escadre de la Méditerranée, composée de 5 navires, est en rade d'Aiacciu. Une troupe de 800 hommes est débarquée afin de renforcer le pouvoir du Commissaire Extraordinaire de la République et maintenir le respect de l'ordre public.
8 Novembre: Troubles à Aiacciu: les bonapartistes s'opposent aux républicains. Les soldats du 7ème Bataillon de Chasseurs interviennent. Il y a plusieurs victimes. Le maire JOSEPH FIL, et plusieurs adjoints démissionnent.
11 Novembre: CHARLES FERRY, Commissaire Extraordinaire de la République, suspend le conseil municipal d'Aiacciu pour 2 mois.
A Aiacciu, les troubles persistent entre bonapartistes et républicains, il y a de nouvelles victimes.
15 Novembre: A Aiacciu, CHARLES FERRY met en place une commission spéciale municipale de 27 membres, présidée par le républicain NICOLAS PERALDI. Parmi ses membres: FRANCOIS POZZO di BORGO, GREGOIRE de PERETTI, FRANCOIS CUNEO d'ORNANO, PIERRE COSTA, FRANCOIS et SEBASTIEN AIQUI, LOUIS et PHILIPPE CAMPI, ANTOINE TAVERA, JACQUES ROMBALDI, JOSEPH SPINOSI...
A Aiacciu, le nombre d'agents de police de la ville est porté à 12.
NAPOLEON JOSEPH BONAPARTE, le prince NAPOLEON JEROME, conseiller général d'Aiacciu, démissionne. Il se retire en Suisse.
22 Novembre: CHARLES FERRY est nommé préfet de la Haute-Garonne, et quitte la Corse.
24 Novembre: Guerre de Napoléonides: Elle oppose les Démocrates, partisans de NAPOLEON JOSEPH BONAPARTE, le prince NAPOLEON JEROME, aux bonapartistes orthodoxes d'EUGENE ROUHER.
Fin de parution du journal Le Bulletin Officiel de la Corse.
Décembre: La garnison de Bastia est composée du 61ème de Ligne (4 bataillons), réparti entre la caserne Marbeuf, les baraquements des Minelli et le camp de Capanella.
Après la révolte des Mokrani en Algérie, des insurgés Kabyles sont internés au Fort Charlet, à Calvi.
Création du Comité Bonapartiste de Corti.
Parution, chez Dumoulin, à Paris, de La Sciarabola, notice historique, archéologique et bibliographique, de LOUIS CAMPI.
Parution, à la Bibliothèque Nationale, de Le Banditisme en Corse, par GERMOND de LAVIGNE, ouvrage tiré à quelques exemplaires.
Décès de ANTON LUIGGI RAFFAELLI, de Tralonca, poète en langue toscane, auteur, entre autres, de L'Addio.
La Corse compte 259000 habitants.



1872:

20 Janvier: NAPOLEON JOSEPH BONAPARTE, le prince NAPOLEON JEROME, est réélu conseiller général d'Aiacciu.
11 Février: EUGENE ROUHER, soutenu par DENIS GAVINI, est élu député à l'Assemblée Nationale, à la place de PAUL SEVERIN ABBATUCCI, démissionnaire. Il obtient 33178 voix et bat le conservateur JEROME POZZO di BORGO (8146 voix) et l'avocat républicain PAUL SAVELLI (6552 voix).
13 Février: Décès d'ETIENNE CONTI, député à l'Assemblée Nationale.
27 Février: FRANCOIS XAVIER de GAFFORY est le nouvel évêque de Corse. Il succède à PETRU PAULU de CUTTOLI (voir 1869).
Le comité électoral départemental républicain est composé notamment de LOUIS BLANC, PAUL SAVELLI, HECTOR-ALEEXANDRE BARTOLI, DUMENICU FRANCESCU CECCALDI, FRANCOIS GRIMALDI et ARRIGU ARRIGHI. Aprés s'être réuni à Corti, il désigne l'avocat PAUL SAVELLI comme candidat à la législative partielle due à la démission de PAUL SEVERIN ABBATUCCI.
Avril: JEAN-BAPTISTE EUGENE DAUZON est le nouveau Préfet de Corse.
15 Avril: Violent incident au Conseil Général où l'avocat NICOLAS TRANI gifle le nouveau préfet JEAN-BAPTISTE EUGENE DAUZON. L'avocat est condamné à 6 mois de prison.
Mai: L'évêque FRANCOIS XAVIER de GAFFORY obtient du gouvernement la construction du palais épiscopal à Aiacciu.
9 juin: Elections législatives partielles suite au décès d'ETIENNE CONTI: le bonapartiste JEAN-CHARLES ABBATUCCI, frère de PAUL SEVERIN, est élu, avec 30323 voix, contre le républicain PAUL SAVELLI, 14418 voix.
4 Août: A Aiacciu, parution de l'hebdomadaire anti-bonapartiste L'Union Républicaine Corse. Son directeur est LOUIS HENRIQUE.
7 Août: Fin de parution du journal La République (voir 1871).
9 Août: ANTOINE CHARLES LEON DAUNASSANS est le nouveau Préfet de Corse.
Octobre: NAPOLEON JOSEPH BONAPARTE, conseiller général d'Aiacciu, ne peut rejoindre la Corse car le gouvernement lui interdit de rentrer en France.
PATRICE de CORSI est président de l'Assemblée Départementale.
10 Novembre: A Aiacciu, inauguration de l'hôpital Eugénie, en partie financé par les dons de JOSEPH GRANVAL.
9 Décembre: A Bastia, fondation de l'entreprise de commerce (tabacs, cigares, sirops, liqueurs, spiritueux...) de LOUIS NAPOLEON MATTEI.
25 Décembre: A Marignana, naissance de DUMENICU ANTONIU VERSINI, dit Maistrale, journaliste, prosateur satirique et poète.
A Aiacciu, la loge maçonnique La Réunion, cesse ses activités (voir 1867).
A Aiacciu, création d'un Comité d'Instruction Républicaine, par GHJUVAN PAULU BORGHETTI.
Création des Comités Bonapartistes de Bastia, de L'Isula, d'Aiacciu, de L'Olmu, d'Omessa, d'U Prunu, d'U Petricaghju et de Piupeta.
ERASME CARREGA crée, à Bunifaziu, une fabrique de bouchons de liège, dont une succursale se trouve à Porti Vechju.
LOUIS CAMPI écrit un rapport sur la Dénomination des nouvelles rues d'Aiacciu.
THOMASSINA CAMPBELL publie, en Ecosse, Note sur l'île de Corse en 1868; traduit de l'Anglais, l'ouvrage est publié à Aiacciu par Pompeani et Lluis.
Traduction de l'Italien, par S. COGGIA de Vita di Sampiero d'Ornano, le troisième tome de Vite degli Uomini Illustri d'Italia in politica e in armi, dal 1450 à 1850, de FRANCESCO DOMENICO GUERRAZZI (voir 1865).
Parution d'une Etude sur le Lagomys Corsicanus, le lapin-rat des Corsi de la préhistoire, par le docteur LORTET.
A Aiacciu, les orangers du Cours Napoléon sont remplacés par des acacias (voir 1841).
La loge maçonnique L'Etoile des Monts (voir 1865), se désactive.
Le botaniste NAPOLEON DOUMET-ADANSON publie, dans le Bulletin de la Société Botanique de France, un article intitulé Sur les fôrets de la Corse et la destruction déplorable des laricios archi-séculaires qu'elles renferment.
Le botaniste LOUIS JOSEPH AUGUSTE COMMINES de MARSILLY publie à Paris un Catalogue des plantes vasculaires indigènes ou généralement cultivées en Corse.
Il y a 238507 habitants en Corse.



1873:

7 Janvier: En Angleterre, décès de NAPOLEON III.
10 Janvier: La ville d'Aiacciu prend le deuil à la nouvelle de la mort de NAPOLEON III.
Le préfet républicain ANTOINE CHARLES LEON DAUNASSANS, par contre, donne une fête à la préfecture.
15 Février: Le préfet ANTOINE CHARLES LEON DAUNASSANS est remplacé par EUGENE POUBELLE.
29 Mars: A l'Assemblée Nationale, 291 députés sur 750 approuvent une pétition en faveur de NAPOLEON JOSEPH BONAPARTE, conseiller général d'Aiacciu et blâment le gouvernement de l'avoir expulsé. Il peut donc rentrer en France.
23 Mai: FRANCOIS ANTOINE ALPHONSE VIVIAUX est nommé Préfet de la Corse, mais sans suite.
25 Mai: Le Patriote, journal bonapartiste de JEAN de la ROCCA, supporte le prince NAPOLEON JEROME, et accuse EUGENE ROUHER de trahir la cause bonapartiste.
29 Mai: Inauguration du Palais de Justice d'Aiacciu.
30 Mai: ALBERT SOUVESTRE succède au préfet EUGENE POUBELLE.
27 Juillet: Fin de parution du journal L'Union Républicaine Corse (voir 1872).
21 Août: NAPOLEON JOSEPH BONAPARTE (PLON-PLON) est élu président du Conseil Général de la Corse.
A la séance du Conseil Général, le conseiller TITU FRANCESCHINI-PIETRI, arrière-petit-neveu de PASQUALE PAOLI, et ancien secrétaire particulier de NAPOLEON III, informe les conseillers de l'approbation des autorités britanniques concernant le retour des Restes de PASQUALE PAOLI en Corse. Le Comte VINCENT BENEDETTI propose qu'une souscription soit lancée, et que les Cendres de PASQUALE PAOLI soient placées à côté de son frère CLEMENTE dans le couvent de Merusaglia, et non plus à Corti comme cela avait été précédemment envisagé. Une commission est créée dans laquelle siègent ARRIGU ARRIGHI, TITU FRANCESCHINI-PIETRI et DENIS GAVINI.
Fin de parution de l'hebdomadaire L'Union Républicaine Corse (voir 1872).
30 Août: La Compagnie Marc Fraissinet Père et Fils recupère le service de de transport de passagers entre le Continent et la Corse.
Octobre: Elections municipales à Aiacciu: Les bonapartistes l'emportent, le nouveau maire est FRANCESCU SAVIERU FORCIOLI CONTI. Aucun membre de la commission municipale de NICOLAS PERALDI (voir 1871) n'est réélu.
31 Octobre: Parution du premier numéro du journal conservateur, religieux, politique et littéraire, Le Messager de la Corse, dont le propriétaire et rédacteur en chef est l'abbé FIORAVANTI, imprimé chez Pompeani et Lluis, à Aiacciu.
30 Décembre: Le Zouave, vapeur de la Compagnie de Navigation Mixte, se brise sur la jetée du Dragon, lors de son départ de Bastia. Il y a une dizaine de mort.
L'Ecole Paoli de Corti compte entre 140 et 150 élèves.
LAURENT CARDINALI, photographe et éditeur de cartes postales, commence son oeuvre artistique photographique.
Parution de La Corse et son recrutement, études historiques, statistiques et médicales du docteur F.-M. COSTA, de Bastèrga, à Paris, chez Victor Rozier.
Parution de Petite géographique pour le Département de la Corse, à l'usage de l'enseignement primaire, chez Levasseur, à Paris, Delagrave.



1874:

10 Mars: Pose de la première pièce du palais épiscopal d'Aiacciu (voir 1872), en présence du préfet ALBERT SOUVESTRE, de l'évêque FRANCOIS XAVIER de GAFFORY et du maire FRANCESCU SAVIERU FORCIOLI CONTI.
La Guerre des Napoléonides (voir 1871) s'envenime.
17 Avril: NAPOLEON JOSEPH BONAPARTE (PLON-PLON), conseiller général d'Aiacciu, est réélu président du Conseil Général de la Corse.
Juin: Projet de transfert le commandement militaire de Bastia à Aiacciu (voir 1816).
4 Octobre: Election du conseiller général d'Aiacciu: Le Patriote, de JEAN de la ROCCA, soutient le prince NAPOLEON JEROME (PLON-PLON), L'Echo d'Ajaccio (qui vient d'être créé), de MAURICE JOILIVET, supporte NAPOLEON CHARLES GREGOIRE BONAPARTE, soutenu par EUGENE ROUHER et la famille impériale. Le prince NAPOLEON JEROME est battu (par 1511 voix contre 1202), malgré l'appui du gouvernement.
11 Octobre: Par décision ministérielle, le siège de l'Etat-Major de la Corse reste à Bastia.
21 Octobre: NAPOLEON CHARLES GREGOIRE BONAPARTE est élu président du Conseil Général. DENIS GAVINI est vice-président.
24 Octobre: A la séance du Conseil Général de la Corse, TITU FRANCESCHINI-PIETRI fait le point de la souscription concernant le retour des Cendres de PASQUALE PAOLI.
Le conseiller général bonapartiste GIORDANI exprime le voeu que les bustes de SAMPIERU CORSU et de PASQUALE PAOLI soient placés dans la grande salle du conseil général.
Novembre: Elections municipales à Aiacciu: le bonapartiste FRANCESCU SAVIERU FORCIOLI CONTI, le maire sortant, est opposé à NICOLAS PERALDI, ancien président de la commission municipale (voir 1871). Ce dernier est battu.
A Aiacciu, les locaux de l'école normale (voir 1865) sont à nouveau déclarés insalubres.
Construction du phare de l'île Lavezzi. Sa lanterne a une portée de 27 kilomètres.
Création de Comité Bonapartiste de Bisinchi.
A Bastia, les travaux continuent: théâtre, élargissement de la rue n°13...
Le mildiou et le phylloxéra font leur apparition en Corse.
Parution du Guide du Voyageur en Corse, de ROCCA-TARTARINI, à Aiacciu.
Parution de l'Annuaire du Département de la Corse, Année 1874.
Parution de Histoire Anecdotique de la Corse, de JOSEPH CACCIA, chez Garnier, à Paris.
Parution de Le Banditisme en Corse, brochure parue chez Jules Bonaventure, à Paris.
Dans le Capicorsu, Ruglianu compte 1770 habitants, Ersa 1067, Centuri 795, Mursiglia 727 et Tuminu 712.



1875:

Janvier: La municipalité de Bastia décide la démolition de l'ancien théatre pour l'aménagement du nouvel Hôtel de Ville.
28 Janvier: ANTOINE CHARLES LEON DAUNASSANS est à nouveau Préfet de Corse (voir 1872).
1er Mars: Naissance de SEBASTIEN NICOLAI (dit SEBASTIEN DALZETO), poète et romancier.
14 Septembre: NAPOLEON CHARLES GREGOIRE BONAPARTE est réélu président du Conseil Général de la Corse, contre le député républicain JOSEPH LIMPERANI.
20 Septembre: Concernant le chemin de fer (voir 1869), le Conseil Général de la Corse adopte le rapport de l'ancien procureur impérial PIERRE CUNEO d'ORNANO qui préconise en premier la création de la ligne Aiacciu-Bastia par Corti d'où se détacheraient plus tard les lignes Sarté, Bunifaziu et Calvi.
30 Septembre: Par décision ministérielle, une somme de 2500 francs est affectée à l'aménagement des 2 cimetières (distant d'un km) des naufragés de la Sémillante (voir 1855).
Octobre: EUGENE ROUHER, ancien ministre d'état, arrive à Aiacciu en qualité de représentant politique du Prince Impérial.
Le maire d'Aiacciu, FRANCESCU SAVIERU FORCIOLI CONTI, partisan d'EUGENE ROUHER, est déchu de ses fonctions par décret ministériel; 8 de ses conseillers municipaux démissionnent. Le premier adjoint, ETIENNE PUGLIESI, fait fontion de maire.
Les compagnies Joseph Valéry Frères et Fils et Marc Fraissinet se partagent le trafic maritime entre la Corse et le continent, la seconde étant majoritaire sur Bastia.
13 Décembre: Décès de Monseigneur GUASCO, curé de Santa Maria depuis 1837.
A Bastia, la Cunfraterna di San Ghjuseppu (voir 1856), dont les rangs grossissent à vue d'œil, est érigée en Archiconfrérie par le pape PIE IX (1846,1878).
Fermeture de l'usine de minerai de fer de Sulinzara (voir 1867).
Parution de L'Aigle, journal de l'appel au peuple, qui est un hebdomadaire de soutien au bonapartisme orthodoxe sous l'égide de NICOLI et AMIGUES. Il deviendra le Réveil de la Corse.
Parution de La Gazette Ajaccienne, bimensuel apolitique, d'intérêt local et touristique dirigé par ROCCA-TARTARINI, qui est un recueil de renseignements indispensables pour le séjour de la colonie étrangère.
Parution de La Corse, son assainissement et sa colonisation, par HECTOR CHARPENTIER, dans la revue L'Explorateur.
Parution de La Corse, géographie physique, politique et commerciale, par LESCARRET, dans la revue L'Explorateur.
Parution Essais de colonisation française en Corse avant 1789, par DUHAMEL, dans la Revue des Sociétés Savantes.
Parution d'un Catalogue de la collection d'aquarelles de Corse, par VAN de VELDE.



1876:

Janvier: La ville d'Aiacciu signe un contrat afin de se doter de l'éclairage au gaz.
JEROME GALLONI d'ISTRIA, ancien député et ancien sous-préfet, et le comte JOSEPH VALERY, armateur et conseiller général, tous deux bonapartistes, sont élus sénateurs de la Corse.
Février: Arrivée de NAPOLEON JOSEPH BONAPARTE (PLON-PLON), le prince NAPOLEON JEROME, le Prince Rouge, à Aiacciu. Il est le candidat républicain des prochaines législatives.
20 Février-5 Mars: Elections législatives: EUGENE ROUHER (avec 6572 voix contre 5937 à NAPOLEON JOSEPH BONAPARTE) est élu à Aiacciu, mais également élu dans le Puy-de-Dôme, il choisit ce dernier département. FRANCOIS XAVIER de CASABIANCA, à Bastia, ERNEST ARRIGHI de CASANOVA (le duc de Padoue), à Calvi, DENIS GAVINI à Corti et le docteur HECTOR-ALEXANDRE BARTOLI à Sartè sont également élus; tous, sauf ce dernier, sont bonapartistes.
A Bastia, début des travaux d'ouverture du boulevard de Toga (voir 1887).
2 avril: Le notaire et conseiller municipal, NICOLAS PERALDI, est nommé maire d'Aiacciu, en remplacement de FRANCESCU SAVIERU FORCIOLI CONTI, destitué (voir 1875).
19 Mai: Fin de parution du journal d'information hebdomadaire, L'Observateur de la Corse (voir 1852).
20 Mai: L'élection pour le siège de député d'EUGENE ROUHER, à Aiacciu, voit la victoire de NAPOLEON JOSEPH BONAPARTE (avec 6046 voix) contre DUMENICU FRANCESCU CECCALDI (2876 voix).
Juin: A Bastia, parution du journal républicain Le Progrès. Il disparait presque aussitôt.
7 et 17 Octobre: Parution de La Corse, moeurs et coutumes, de MALASPINA, dans la Revue politique et littéraire.
Le président maréchal de MAC-MAHON reçoit les députés FRANCOIS XAVIER de CASABIANCA, ERNEST ARRIGHI de CASANOVA et DENIS GAVINI, les sénateurs JEROME GALLONI d'ISTRIA et JOSEPH VALERY, et les conseillers généraux JEAN-CHARLES ABBATUCCI et PAUL EMILE MASSONI, venus lui apporter un voeu émis par le conseil général de la Corse pour la dotation d'un service de voies ferrées.
Création des Comités Bonapartistes d'U Pianellu, de Casalta et de San Gavinu d'Ampugnani.
Tentative de rétablissement d'une Société d'Agriculture à Aiacciu (voir 1853). Son existence est à nouveau éphémère.
ANGHJULU PETRU ORSINI est élu maire de Castellu du Rustinu. Aprés les élections municipales, 144 communes de Corse sont républicaines, 185 bonapartistes gavinistes, 16 bonapartistes jérômistes et 18 sans étiquettes.
A Aiacciu, parution Meraviglioso Testamanto di Francesco, morto in Cargese li 18 Maggio 1875 et Contrasto curioso fra un Guagnese e un Chiglianese, en italien, de SANTU CASANOVA.
Parution des Annales de la Corse, du docteur ANTOINE MATTEI.
Parution de La Corse et la Sardaigne. Etude de voyage et de climatologie, de JAMES HENRY BENNET.
Fin de parution du journal conservateur Le Messager de la Corse (voir 1873).
La Corse compte 262700 habitants.
On dénombre 8291 naisances, 7193 décès (dont plus de la moitié ont moins de 15 ans), 1844 mariages...



1877:

7 Janvier: Naissance, à Aiacciu, d'AMBROGHJU AMBROSI, auteur de Histoire des Corses et de leur Civilisation.
Février: L'écrivain EDMOND ABOUT est en visite à Aiacciu, chez EMMANUEL ARENE, qui désire le présenter aux élections législatives. Il visite la Corse avec ce dernier, PIERRE PAUL de CASABIANCA et le docteur JOCONDO MANFREDI, et il rencontre tous les notables républicains. Il affirme qu'en Corse, on ne peut trouver une femme sans beauté, ni un homme sans esprit.
Mars: Arrivée en Corse d'un cirque, avec une troupe équestre, des mimes et des acrobates.
11 Mars: L'écrivain EDMOND ABOUT quitte la Corse.
16 Mai: Crise du 16 Mai: A Paris, Coup d'Etat manqué contre la République. Démission du gouvernement républicain de JULES SIMON.
26 Mai: EMMANUEL LOUIS GRANDVAL est nommé préfet de la Corse.
Suite à la Crise du 16 Mai, de nombreux fonctionnaires républicains ou jérômistes sont révoqués.
Près de vingt pour cent des maires et élus locaux sont révoqués, tous républicains ou jérômistes:
Le maire républicain de Calvi, LEOPOLD BARTOLI, est révoqué et remplacé par le bonapartiste LURENZU CAPIFALI. Comme lui 70 autres maires sont également éliminés.
Les maires jéromistes d'Albertacce, de Ciamannaccia, de Cugnoculu-Muntichji, d'E Cristinacce, de Guargualè, de Matra, d'U Mucale, de Petraserena, de Porti Vechju, de San Martinu di Lota, de Santa Lucia di Mercuriu, de Santu petru di Venacu, de Soriu, de Tassu, d'Ucciani et d'E Valle d'Orezza sont révoqués.
14 Juillet: Décès de Monseigneur FRANCOIS XAVIER ANDRE de GAFFORY, évêque de Corse.
Le cirque (voir Mars) s'installe place Saint-Nicolas, à Bastia.
21 Août: PAULU MATTEU della FOATA est nommé évêque de Corse, siègeant à Aiacciu.
Septembre: Par décret ministériel, JOSEPH FIL est nommé maire d'Aiacciu.
Octobre: Les Chambres ayant été dissoutes, de nouvelles élections législatives ont lieu.
Elections législatives: A Aiacciu, nouveaux troubles provoqués par l'arrivée de NAPOLEON JOSEPH BONAPARTE, le Prince Rouge, candidat à ces prochaines élections. Le préfet EMMANUEL LOUIS GRANDVAL fait intervenir les forces d' l'ordre contre les partisans du prince.
A Aiacciu, le républicain NAPOLEON JOSEPH BONAPARTE est battu par le baron GEORGES HAUSSMAN, ancien préfet d'Empire, mais candidat fortement soutenu par le gouvernement. Les autres élus (tous soutenus par le gouvernement) sont DENIS GAVINI à Corti (il bat ANGE GAETAN ASTIMA, républicain), JEAN-CHARLES ABBATUCCI à Sartè (il bat HECTOR-ALEXANDRE BARTOLI, républicain), le vicomte JOSEPH-MARIE de CASABIANCA, à Bastia (il bat PATRICE de CORSI, républicain) et ERNEST ARRIGHI de CASANOVA, le duc de Padoue, à Calvi (il bat NICOLAS MARINI, républicain). Tous les quatre sont bonapartistes.
3 Novembre: Le Petit Bastiais, journal politique quotidien, parait, chez Ollagnier (sous le titre de Gazette Corse), à Bastia.
27 Décembre: EUGENE SCHNERB succède au préfet EMMANUEL LOUIS GRANDVAL.
Création des Comités Bonapartistes de Calvi, de Belgudé, de Calinzana, de Muru et d'Olmi e'Cappella.
A Aiacciu, création du Comité Conservateur Impérialiste, dont le président est le sénateur JEROME GALLONI d'ISTRIA.
A U Petrosu, naissance de DUMENICU CARLOTTI, écrivain et poète.
Fin de parution de l'hebdomadaire Le Patriote (voir 1871).
Fin de la construction de l'Hôtel de Ville de Bastia.
Le nouveau port de Saint-Nicolas, à Bastia, est ouvert aux opérations de commerce.
Parution de Les moyens de développer l'industrie séricicole en Corse, par REGULUS CARLOTTI, chez Leca.
Parution de Géologie de la Corse, par HOLLANDE, dans l'Annuaire des Sciences Géologiques.
La Corse compte 258507 habitants.



1878:

6 Janvier: Elections municipales: La gauche républicaine s'impose dans 56 % des communes. La droite gaviniste est répartie dans des communes des cantons de Bastia, Belgudé, Borgu, Brandu, Calacuccia, Calinzana, Castifau, Muratu, Nonza, San Fiurenzu, San Martinu di Lota et Santu Petru di Tenda, pour le nord de la Corse, et de ceux de Porti Vechju, Sarté, Zicavu, Santa Maria Sicché et Prunelli di Fiumorbu, pour le sud de l'Ile.
NICOLAS PERALDI est nommé maire d'Aiacciu.
JULES CASANOVA est élu maire de Corti.
A Antisanti, à la fin du dépouillement, 5 personnes sont tuées lors d'une fusillade.
A San Gavinu di Carbini, à propos d'un bulletin contesté, une vindetta s'installe entre les familles Nicoli et Pietri. Elle provoque la mort de 3 membres de la famille Nicoli et d'un de celle des Pietri.
Février: A Paris, dans les Annales de la Corse, le docteur ANTOINE MATTEI (voir 1867) dresse une liste des portraits peints ou gravés de PASQUALE PAOLI, dans le but de les montrer à l'Exposition Nationale. Il en recense environ 180.
8 Mars: JEAN-AUGUSTIN ALFONSI est élu maire de Calvi.
2 Avril: Le ministre des transports dépose sur le bureau de l'Assemblée Nationale un projet de loi déclarant d'utilité publique le chemin de fer Bastia-Aiacciu.
Un décret provisoire confie la construction des lignes du chemin de fer de Corse à la Compagnie des Chemins de Fer Départementaux (la C.F.D.).
8 Avril: BONAVENTURE COLONNA di LECA, de Vicu, représentant officiel de la firme Régis au Dahomey, obtient, pacifiquement, la cession du Dahomey à la France.
Le baron GEORGES HAUSMANN, ancien préfet de la Seine, est élu député de l'arrondissement d'Aiacciu.
Une commission parlementaire est envoyée en Corse afin d'y mener une enquête sur la conduite des bonapartistes lors de la Crise du 16 Mai 1877.
6 Juin: A Figari, naissance de JOSEPH FERRACCI, abbé, écrivain et poète.
7 Juin: La municipalité de Bastia offre les terrains communaux pour la construction de la gare du chemin de fer.
17 Juin: La loi déclare d'utilité publique les lignes de chemin de fer Aiacciu-Mezzana et Bastia-Corti.
13 Août: A Sarté, inauguration d'un collège qui doit servir à l'enseignement secondaire de tout l'arrondissement.
16 Octobre: A Aiacciu, Le préfet EUGENE SCHNERB fait enlever les deux aigles impériales qui ornent les piliers de la porte de la préfecture.
7 Décembre: L'autorisation de commencer les travaux du chemin de fer d'Aiacciu à Bastia est enfin obtenue. Le premier coup de pioche est donné au tunnel d'Asprettu.
Fin des travaux du canal de la Gravona (voir 1864).
A Aiacciu, création du Comité de l'Appel au Peuple, dont le président est PAUL SEVERIN ABBATUCCI.
A Bastia, création du Comité de l'Appel au Peuple, dont le président est l'avocat HYACINTHE de MONTERA.
Le chanoine LUCIEN AUGUSTE LETTERON est professeur au Lycée de Bastia.
A Bastia, parution de Le Bonapartisme dévoilé de GHJUVAN-PAULU BORGHETTI.
A Marseille, parution de Histoire de la Corse, tirée des oeuvres de FERDINAND GREGOROVIUS (voir 1852), par LOUIS BOELL, chez Cayer et Cie.
Parution d'une Histoire de la Corse, de LOUIS BOELL.



1879:

26 Mars: Décès du comte JOSEPH VALERY, armateur, fils du fondateur de la compagnie maritime du même nom.
27 Mars: Le Baron PAUL ADRIEN d'ARTIGUES est nommé préfet de Corse.
Avril: A Aiacciu, mise en place d'un service public de voitures de remises au tarif municipal.
Mai: Début des travaux du chemin de fer à Bastia, au tunnel de la Torretta.
1er Juin: Le prince impérial EUGENE LOUIS NAPOLEON est tué, lors d'une reconnaissance, par des Zoulous, au Zoulouland (en Afrique Australe).
20 Juin: A l'annonce du décès du prince impérial EUGENE LOUIS NAPOLEON, la ville d'Aiacciu prend le deuil.
Elections sénatoriales partielles (pour remplacer JOSEPH VALERY (voir 1876), décédé): JOSEPH MARIE PIETRI, bonapartiste, ancien préfet de police de NAPOLEON III, est élu (avec 228 voix) contre le républicain TOMASI (225 voix).
Juillet: JEAN-JACQUES AJACCIO est élu maire de Bastia.
Le chanoine LUCIEN AUGUSTE LETTERON lance l'idée d'une distribution de premiers prix au lycée de Bastia.
Août: Epidémie de variole à Bastia. La vaccination devient obligatoire pour tous les enfants en âge scolaire.
5 Août: A Zonza, naissance de CHARLES CESAR GIOVONI (CAROLU GIOVONI), écrivain et poète.
18 Septembre: Le préfet PAUL ADRIEN d'ARTIGUES est remplacé par LOUIS ALBERT DELASALLE.
1 er Octobre: NAPOLEON CHARLES GREGOIRE BONAPARTE est réélu président du Conseil Général de la Corse.
Fondation de la Société Ajaccienne Artistique et Littéraire.
Novembre: A Bastia, première représentation au nouveau théatre (La Petite Scala): Les Mousquetaires de la Reine.
7 Décembre: Le premier coup de pioche des travaux de construction de la ligne du chemin de fer est donné au col d'Asprettu, en présence du préfet EUGENE SCHNERB, de l'évêque PAULU MATTEU della FOATA et du maire NICOLAS PERALDI.
12 Décembre: Fondation de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de la Corse (SSHNC) par le chanoine LUCIEN AUGUSTE LETTERON.
27 Décembre: La loi déclare d'utilité publique la ligne de chemin de fer Mezzana-Corti.
A Arburi, naissance de PETRU SANTU LUCA, collaborateur constant et codirecteur de l'Annu Corsu.
A Bastia, ouverture au public du Jardin Romieu (voir 1869).
Naissance de DON PIERRE de MARI, magistrat et poète.
A U Mucale, naissance de SIMON JEAN LUCCIANI (SIMONU di I LECCI), médecin et poète.
GHJUVAN MATTEU DONMARTINI est élu maire de Castellu du Rustinu.
A Paris, chez Ghio, parution de Questions économiques sur la Corse, par PASCAL ROBAGLIA.
A Aiacciu, parution de Notice sur Joseph Grandval, par LOUIS CAMPI.
Parution de Petit catéchisme politique à l'usage des électeurs, par SAMPIERU VALGONESI, Librairie Léon Valmier.



1880:

24 Janvier: CHARLES EDGAR OMER de MARCAY est nommé préfet de Corse è la place de LOUIS ALBERT DELASALLE.
Mai: FRANCOIS COPPEE, poète et académicien, effectue un séjour à Aiacciu.
A Matra, une crue du ruisseau A Presa provoque un effondrement des berges et révèle une veine importante de bisulfure d'arsenic (réalgar).
30 Juin: A Bastia, l'expulsion des Jésuites (suite aux lois sur l'école laïque), conduite par le préfet CHARLES de MARCAY, s'effectue sous les huées de la foule et l'acclamation des pères.
14 Juillet: A Bastia, la municipalité a voté un crédit de 1000 francs pour la décoration de la ville, un feu d'artifice, des régates, des courses de chevaux et d'ânes, des mâts de cocagne...
Parution de La conquête de la Corse et le Maréchal de Vaux, par GUSTAVE GAGUENAULT de PUCHESE, extrait de la Revue des questions historiques du mois de Juillet.
Le Dominicain HENRI DIDON est exilé au couvent de Curbara pendant 18 mois.
8 Août: EMMANUEL ARENE est élu Conseiller Général de Zicavu avec 636 voix. Il bat JEAN-CHARLES ABBATUCCI, sortant, qui obtient 566 voix. L'élection est invalidée car le vainqueur ne possède pas les 25 ans requis par la loi pour être élu.
Au Conseil Général, les Républicains redeviennent majoritaires avec 33 sièges contre 29 aux Bonapartistes. JEAN GAUDIN, conseiller de San Martinu di Lota, devient le président du Conseil Général de la Corse.
16 Août: A Zicavu, naissance de CAMILLE de ROCCA SERRA, docteur en médecine, fondateur d'une puissante dynastie politique portovecchiaise.
Septembre-Octobre: GUY de MAUPASSANT, à bord de son yacht, en voyage en Corse, fait escale à Aiacciu. Il se rend à Vicu, Letia San Roccu, et Bastèrga où il rejoint sa mère malade. Il écrit La Patrie de Colomba, un article qui paraît dans Le Petit Gaulois.
Octobre: LOUIS GILBERT LEGAY est nommé préfet de la Corse.
5 Octobre: GUY de MAUPASSANT, écrit Une visite au couvent de Curbara, un article qui paraît dans Le Petit Gaulois.
12 Octobre: GUY de MAUPASSANT, écrit Les bandits corses, un article qui paraît dans Le Petit Gaulois.
19 Octobre: GUY de MAUPASSANT, écrit Une page d'histoire inédite, un article qui paraît dans Le Petit Gaulois.
Novembre: L'inspecteur des Eaux et Forêts VICO fait ouvrir, au Casone, à Aiacciu, sur un terrain communal forestier, la Promenade des Anglais.
Parution du journal républicain hebdomadaire Le Courrier de la Corse.
24 Novembre: Le vapeur Oncle Joseph, de la Compagnie Valéry, éperonné par le vapeur italien L'Ortiglia, coule au large de La Spezia. Il y a près de 250 victimes.
La Compagnie Valéry vend à la Compagnie Générale Transatlantique une partie de ses équipements et sa flotte des lignes de l'Algérie, après l'abandon de ses services sur l'Afrique.
A Loretu di Casinca, naissance de PIERRE TOUSSAINT RICCI, poète de langue corse.
4 Décembre: A Paris, parution de Bonaparte et son temps, 1769-1799, par THEODORE IUNG, chez Charpentier.
Parution de Scoperte paletnologiche in Corsica, du major FORSYTH.
Parution de Une nuit chez les bandits en Corse, de CLARAPEDE.
Parution de A Lady's tour in Corsica, de G. FORDE.
Dans le Tome XVII de son Histoire de France, JULES MICHELET évoque brièvement cette petite Corse, Rocher sanglant...



1881:

Janvier: Election des 27 conseillers municipaux d'Aiacciu.
Parution du premier fasicule du Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de la Corse (BSSHNC). Ce Bulletin (trimestriel) publiera les textes fondamentaux de l'histoire corse, y compris les ouvrages des chroniqueurs (voir 1879).
Mars: AUGUSTE STRETTI est maire de Bastia.
6 Mars: EMMANUEL ARENE est élu Conseiller Général de Zicavu. Il bat à nouveau JEAN-CHARLES ABBATUCCI, le sortant (voir 1880).
8 Mars: NICOLAS PERALDI est confirmé maire d'Aiacciu. Ses adjoints sont ANTOINE ZEVACO et IGNACE BERFINI.
Un décret relatif à la Corse est publié: il prévoit que la seule langue de l'école est française.
4 Juillet: Inauguration, à Calvi, d'un buste du chirurgien CHARLES-JACOB MARCHAL, natif de la ville et décédé à Paris en 1873.
19 Juillet: L'Académie de médecine donne son accord pour l'autorisation d'exploitation, pour usage médical, de la source de Baracci.
21 Août-4 Septembre: Elections de la 3ème Législature de la IIIème République: Le conseiller général républicain et maire d'Aiacciu, NICOLAS PERALDI, est élu député au second tour, avec 6856 voix contre PIERRE CUNEO d'ORNANO (5769 voix), candidat républicain dissident, soutenu par les gavinistes. Les autres députés de Corse sont: à Bastia, l'impérialiste de droite DENIS GAVINI, bonapartiste, (avec 6531 voix), contre le républicain modéré PIERRE PAUL de CASABIANCA (5740 voix) et le républicain radical ETIENNE PETRIGNANI (1298 voix); à Calvi, le républicain modéré ANTOINE-GIUDICE GRAZIANI (avec 2909 voix), contre l'avocat républicain radical PAUL SAVELLI (2166 voix); à Corti, le républicain modéré, le comte HORACE de CHOISEUL-PRASLIN, également élu dans l'arrondissement de Melun, (avec 6634 voix), contre PIERRE PAUL de CASABIANCA (4143 voix), candidat également à Bastia; à Sarté, le républicain radical HECTOR-ALEXANDRE BARTOLI (avec 3942 voix), contre le gaviniste JEAN-CHARLES ABBATUCCI (2553 voix) et NICOLAS TRANI (975 voix), républicain modéré.
25 Octobre: Le journal républicain Le Petit Bastiais (voir 1877) devient journal politique quotidien.
15 Novembre: A Bastia, parution du dernier numéro de La Guida del popolo, giornale scientifico, letterario et religioso (voir 1849).
16 Novembre: JEAN JOSEPH ARTHUR GRAGNON est le nouveau préfet de Corse.
Décembre: Election législative partielle à Corti, le comte HORACE de CHOISEUL-PRASLIN, également élu dans l'arrondissement de Melun, ayant opté pour le département de la Seine et Marne. EMMANUEL ARENE, républician opportuniste, soutenu par les gavinistes, est élu avec 6672 voix, contre le journaliste républicain radical PASCHAL GROUSSET (2710 voix).
Parution du journal le Pascal Paoli, hebdomadaire républicain de Corti.
Parution du quotidien républicain Le Courrier Corse, fondé par l'avocat LOUIS GABRIELLI.
Parution de l'hebdomadaire Le Conservateur de la Corse, de l'abbé A.P. FIORAVANTI (voir 1873).
Parution de Memorie delle Revoluzione di Corsica (récit qui va de 1729 à 1741) de l'abbé CARLU ROSTINI, texte revu par P. et L. LUCINA, traduit par le chanoine LETTERON, chez Ollagnier, à Bastia, et publié dans les numéros 1 à 30 du Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de la Corse (BSSHNC).
Naissance de JOSEPH-ALEXANDRE MATTEI, poète et collaborateur à l'Annu Corsu.
Aiacciu compte 16029 habiatants et Bastia 20100.
Dans le Capicorsu, Ruglianu compte 1615 habitants, Ersa 1093, Centuri 720, Mursiglia 700 et Tuminu 716.
La Corse compte 273393 habitants.



1882:

A Bastia, l'évêque de Corse, PAULU MATTEU della FOATA, inaugure la Scala Santa, l'escalier saint situé dans un sanctuaire dédié à la Madonne de Montserrat de Catalogne (voir 1816), que l'on ne doit gravir qu'à genoux, en expiration de ses péchés.
Mars: Grave accident lors du percement du tunnel de Vizzavona où un éboulement cause la mort de deux ouvriers.
NICOLAS PERALDI, est maire d'Aiacciu et président du conseil général.
7 Mai: IGNACE BONELLI, est réélu maire de Bastia.
25 Mai: GUY de MAUPASSANT, écrit Un Bandit corse, nouvelle qui paraît dans Le Gil Blas.
19 Juillet: ARISTIDE LEOPOLD DEMANGEAT est le nouveau préfet de Corse.
5 Août: La loi déclare d'utilité publique la ligne de chemin de fer Casamozza-Fiumorbu (Ghisunaccia).
Septembre: Suite aux intempéries, le niveau du Tavignanu atteint près de 7 mètres.
13 Septembre: MARIE LUCIEN JUSTIN MAURICE ANDRE de TREMONTELS est le nouveau préfet de Corse.
8 décembre: A la séance du conseil général de la Corse, BLAISE DELFINI fait le point de la question (qui n'évolue pas) et de la souscription concernant le retour des Restes de PASQUALE PAOLI. A Bastia, début des travaux de couverture du Fangu, pour la construction de la gare du chemin de fer.
A Aiacciu, les Filles de Marie Immaculée d'Agen, qui assuraient les cours à l'école normale primaire d'intitutrices (voir 1852), sont remplacées par des laïques. L'école entre dans le giron de l'Université.
Parution du quotidien républicain Le Petit Corse.
Parution d'une Histoire de la Corse, tirée des oeuvres de FERDINAND GREGOROVIUS, par LOUIS BOELL, à Tours.
Le Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de la Corse (BSSHNC) publie Dialoguo nominato Corsica, d'AGOSTINO GIUSTINIANI (voir 1522), et Memorie per servire alla Storia delle Rivoluzioni di Corsica dal 1729 al 1764, de BONFIGLIO GUELFUCCI (voir 1764).
La Corse compte 272639 habitants.



1883:

16 Janvier: Arrestation du Prince Rouge NAPOLEON JEROME, auteur d'un pamphlet critiquant violement le régime.
9 Mars: Création de la Compagnie Insulaire de Navigation à Vapeur, dont le directeur est FRANCOIS MORELLI, de Bucugnà, un ancien directeur de la Compagnie Valery, disparue. Son siège est à Marseille. Parmi les navires marchands repris on trouve Le Persévérant, Le Comte Baciocchi et L'Evènement, tous trois vétustes et dangereux
Mai: Un ouvrier est tué lors d'un accident sur le chantier de percement du tunnel de la gare de Bastia.
26 Mai: En compagnie du guide français FRANCOIS DEVOUASSOUD, l'alpiniste anglais FRANCIS TUCKETT effectue la traversée Nord-Sud du Monte Cintu.
A Bastia, naissance du journal républicain indépendant L'Insulaire, hebdomadaire.
Le journaliste bonapartiste PIERRE VINCENTELLI publie un manifeste Un appel à l'Union des forces Bonapartistes en Corse.
10 Août: A Aiacciu, violent incident entre le journaliste républicain-radical de Paris, EMILE DOSQUET, dit SAINT-ELME, venu fonder l'hebdomadaire Sampiero, et le préfet MARIE LUCIEN JUSTIN MAURICE ANDRE de TREMONTELS. Le journaliste subit un passage à tabac et, évanoui et en sang, est conduit en prison.
Les républicains ont la majorité au conseil général, dont le président est PIERRE PAUL de CASABIANCA.
15 Septembre: Le journaliste EMILE DOSQUET, dit SAINT-ELME est libéré.
10 Octobre: Parution de l'hebdomadaire républicain Sampiero, dont le directeur est EMILE DOSQUET, dit SAINT-ELME.
14 Octobre: GUY de MAUPASSANT, écrit Une Vendetta, nouvelle qui paraît dans Le Petit Gaulois.
28 Octobre: A Corti, parution du journal républicain Le Pascal Paoli, de PAUL ACQUAVIVA, dont les orientations politiques sont contrôlées par le républicain aréniste BARTHELEMY MIGNUCCI.
24 Novembre: Le journaliste EMILE DOSQUET, dit SAINT-ELME, comparait, libre, devant le tribunal d'Aiacciu, pour outrage au préfet et coups et blessures. Il est condamné à 5 ans de prison. Il fait appel.
12 Décembre: Le journaliste EMILE DOSQUET, dit SAINT-ELME déclare dans le Sampiero que sa vie est en danger en Corse.
19 Décembre: La loi déclare d'utilité publique la ligne de chemin de fer Ponte A'A Leccia-Calvi.
La Ligue Révisionniste (Républicaine) s'installe en Corse par l'intermédiaire de l'avocat LOUIS GABRIELLI. On la trouve à Loretu di Casinca, U Castellà di Casinca, Tralunca, U Pianellu, L'Olmu, Bisinchi, Castellu di Rustinu et U Ped'Orezza. Des comités sont créés à Rutali, Aleria, A Porta, Ghisoni et Campile.
Au conseil général, une somme de 100 Francs est inscrite au budget pour l'érection d'un monument à LOUIS BLANC.
Un décret provisoire confie l'exploitation des lignes du chemin de fer de Corse à la Compagnie des Chemins de Fer Départementaux, la C.F.D. (voir 1878).
GUY de MAUPASSANT, écrit Une Vie, roman dans lequel l'héroïne effectue son voyage de noces en Corse.
L'archéologue ADRIEN de MORTILLET effectue une mission en Corse.
L'ingénieur BAILLY est chargé d'établir un rapport sur la situation des établissements pénitentiaires agricoles de l'Ile (Castellucciu, Casabianda et Coti Chjavari): la malaria continue à sévir et le taux de mortalité des détenus est inquiétant. De plus, en dépit de ses aménagements (plantations de céréales, vignes et agrumes), l'Etat est loin d'avoir amorti les dépenses qu'il a engagées.
Affaire des balancelles italiennes: équipées de plusieurs filets, des balancelles (navires de pêche) italiennes viennent pêcher dans les eaux corses, bastiaises en particulier, tout le poisson qui se vend à Livourne...
Parution de La Corse familière, d'EMMANUEL ARENE.
A Lyon, chez Meton, parution de La Corse à travers les maquis, par THEO.
A Bastia, chez Ollagnier, parution de Bastia en 1814, par JEAN-BAPTISTE THIERS.
A Bastia, parution de Histoire de Bonifacio, par A. U. ORECCHIONI.
A Paris, chez Maisonneuve, parution de Les comtes populaires de l'île de Corse, par FREDERIC ORTOLI.
A Bastia, chez Ollagnier, parution de Géographie physique, politique, historique et économique de la Corse, par D.M. MANCINI.
A Bastia, le Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de la Corse (BSSHNC), en cinq fasicules (33, 34, 45, 46, 47) sort Corsica, de l'écrivain allemand FERDINAND GREGOROVIUS (voir 1852), traduit de l'allemand par P. LUCIANA.
A Bastia, démolition de la chapelle San Niculaiu, située rive droite, près de l'embouchure du Fangu.



1884:

13 Janvier: A Aiacciu, vers minuit, à la sortie du spectacle du théatre Saint Gabriel, le journaliste EMILE DOSQUET, dit SAINT-ELME est roué de coups et abandonné inanimé sur le pavé. Il doit être hospitalisé à Marseille.
2 Février: A Bastia, un échafaudage s'éffondre sur le chantier d'un immeuble en construction de la place Saint-Nicolas; on dénombre de nombreuses victimes parmi les ouvriers: 80 sont tués.
La Compagnie Insulaire de Navigation à Vapeur met le Bocognano en service sur les lignes corses.
16 Mars: GUY de MAUPASSANT écrit Le Bonheur, nouvelle consacrée à la Corse, qui paraît dans Le Petit Gaulois.
3 Avril: Le journaliste EMILE DOSQUET, dit SAINT-ELME, porté sur un fauteuil, passe devant la Cour d'Appel de Bastia. Il est défendu les avocats HYACINTHE de MONTERA et CECCALDI.
8 Avril: Le journaliste EMILE DOSQUET, dit SAINT-ELME, décède... avant la fin de son procès en appel, sans doute victime de tous les coups reçus... Il est enterré dans le cimetière de Bastia.
Les députés CHARLES-ANGE LAISANT (de la Loire-Inférieure) et GEORGES LAGUERRE (du Vaucluse) se rendent en Corse pour y tenir des conférences révisionistes dans les cantons de Corti et de Bastia.
Mai: JOSEPH PUGLIESI est élu maire d'Aiacciu contre NICOLAS PERALDI.
Juin: A Bastia, fin de la construction d'un petit collège dans la cour du lycée. A Bastia, incidents au lazaret municipal des Minelli entre habitants de la ville et les voyageurs mis en quarantaine pour cause de peste.
Juillet: A Paris, EMMANUEL ARENE s'en prend au journaliste du Radical G. LEFEVRE, au sujet d'un article anti-corse, et le gifle dans son bureau.
22 Octobre: JULES-LOUIS DUFRESNE remplace MARIE LUCIEN JUSTIN MAURICE ANDRE de TREMONTELS comme préfet de la Corse. Ce dernier paie sans doute ainsi l'affaire Saint-Elme, devenue affaire d'Etat.
23 Décembre: A Carbuccia, Monseigneur DELLA FOATA consacre une église neuve, qui garde le nom de l'ancienne, San Ghjacumu, mais qui est bâtie plus près des habitations, grâce à l'abbé ANTONETTI, descendant d'une branche de la famille Carbuccia.
A Aiacciu, malgré des travaux d'assainissement, les locaux de l'école normale (voir 1874) sont toujours aussi insalubres.
Le journal républicain Le Petit Bastiais (voir 1881) devient journal quotidien d'information.
Fermeture du pénitancier de Casabianda (voir 1862).
Au conseil général, après les interventions de NICOLAS PERALDI et EMMANUEL ARENE, une somme de 500 Francs est inscrite au budget pour l'érection d'un monument à LEON GAMBETTA.
La Corse, pour une population de 272639 habitants, répartis en 364 communes, possède 750 écoles primaires élémentaires (723 publiques et 27 libres) et 51 écoles maternelles ou enfantines (49 publiques et 2 libres). Un total de 801 établissements scolaires, dont 35 (20 publics et 15 libres) sont sous direction congreganiste, dans lesquels sont inscrits 38092 élèves.
A A Penta di Casinca, la société anonyme de Champlan acquiert des terrains à I Fulelli (au lieu-dit Chjappatella) et y fait ériger une usine d'acide gallique comprenant une fabrique de produits chimiques, un atelier de menuiserie et un laboratoire.
Décès du député républicain HECTOR-ALEXANDRE BARTOLI. Son frère FRANCOIS-MARIE est élu à sa place.
L'abbé LUCIEN AUGUSTE LETTERON publie dans le BSSHNC la traduction du texte latin de De Rebus Corsicis, de PETRU FELICE CIRNEO.
Parution de Itinéraires des routes nationales, forestières et départementales de la Corse, imprimerie J. Pompéani, à Aiacciu.
Parution de La question corse, de ERNEST JUDET, articles et documents, au journal La France de Paris (la Corse, enveloppée savamment par une coterie, corrompue et ruinée méthodiquement au profit de deux ou trois ambitieux vulgaires, offre un enseignement digne d'être médité).
Parution de La Corse française, de DUMENICU FUMAROLI, chez E. Ollagnier, à Bastia.
Parution de Notes d'un voyage en Corse, de G. LAFAYE, à la Société Nationale des Antiquaires, à Paris.
Parution de Cinq semaines en Corse, de EDOUARD ROCHAT, membre du Club Alpin Français.
Parution de Corse, de PAUL JOHANNE, dans la Collection des Guides, à Paris.
Parution de Géographie du Département de la Corse, avec une carte en couleurs.
Parution de Excursion en Corse, de F. FARANT.



1885:

25 janvier: PIERRE PAUL de CASABIANCA, avocat, républicain, est élu sénateur de la deuxième législature. Il bat JOSEPH MARIE PIETRI, le sortant, ancien préfet de police.
NICOLAS PERALDI, républicain, ancien maire d'Aiacciu, est élu sénateur de la Corse.
Mars: Des anarchistes italiens, partisans de la Commune de Paris, troublent la sécurité publique à Bastia. Ils sont arrêtés.
10 Mai: Le préfet JULES-LOUIS DUFRESNE demande et obtient son départ de l'Ile. Il est remplacé par LEON BARRABANT.
24 Mai: Affaire de la Fanfare de Bastia: Un caractère bonapartiste est donné lors de son défilé, le dimanche de Pentecôte.
31 Mai: Le préfet LEON BARRABANT interdit désormais toute sortie à la fanfare de Bastia (Les Intimistes).
10 Juin: Le conseil municipal de Bastia prend position contre la décision du préfet LEON BARRABANT.
12 Juin: Le préfet LEON BARRABANT révoque 10 agents de police présents lors de la séance du conseil municipal de Bastia.
27 Juin: Le préfet LEON BARRABANT suspend AUGUSTE GAUDIN de ses fonctions de premier adjoint du conseil municipal de Bastia.
13 Septembre: Le quotidien L'Eclaireur, premier journal de dépêches télégraphiques, parait à Aiacciu. Son rédacteur est CHARLES CHIARISOLI.
4 et 18 Octobre: Elections législatives, par scrutin de liste: le groupe bonapartiste de DENIS GAVINI (27250 voix), JACQUES ABBATUCCI (26631 voix), le comte ALFRED MULTEDO (25821 voix) et HYACINTHE de MONTERA (24885 voix) l'emporte. La liste républicaine opportuniste est conduite par EMMANUEL ARENE (24589 voix), avec le colonel ANGE GAETAN ASTIMA (24383 voix), FELIX GIUSEPPI, et JEAN-JOURDAN CASANELLI d'ISTRIA (22236 voix). La liste radicale est emmenée par DUMENICU FRANCESCU CECCALDI (23501 voix), avec ERNEST JUDET, PIERRE CUNEO d'ORNANO et ANTOINE GIUDICE GRAZIANI) Les autres candidats sont les républicains radicaux LOUIS TOMMASI, JEAN-BAPTISTE THIERS et ARRIGU ARRIGHI, le républicain modéré, le comte FRANCOIS de POZZO di BORGO et le bonapartiste jérômiste CHARLES-ANDRE GALLONI d'ISTRIA.
19 Octobre: Le préfet LEON BARRABANT suspend IGNACE BONELLI de ses fonctions de maire de Bastia.
5 Décembre: Les élections législatives d'Octobre sont invalidées.
9 Décembre: Le préfet LEON BARRABANT quitte l'Ile. EMMANUEL JOSEPH GEORGES BES de BERC est nommé préfet de Corse.
En Corse, sur les 908 membres du personnel enseignant laïque, 382 seulement sortent des écoles primaires.
La Compagnie Insulaire de Navigation à Vapeur met le Ville de Bastia en service sur les lignes corses.
A Bastia, début des travaux d'ouverture de la Rue des Capanelle.
La bibliothèque de Bastia compte 30000 volumes.
A Carbuccia, ouverture de la route de liaison vers Auccià (jusque là, seuls les sentiers muletiers existaient).
A Bastia, parution de l'hebdomadaire (du Dimanche) révisioniste et plébiscitaire, La Défense. Son directeur politique est ANTOINE LEANDRI et son rédacteur en chef est PIERRE VINCENTELLI.
A Bastia, parution du journal politique républicain Le Phare de la Corse.
Parution de Voyage en Corse, récits dramatiques et pittoresques, de GRACIEUX FAURE, consacré notamment à la Vindetta, en deux volumes, chez Palmé, à Paris.
Parution de La Corsica e Cosimo I dei Medici, de GIOVANNI LIVI, chez Bencini, à Florence-Rome.
Parution de Les Amours Corses, de PHILIPPE TONELLI, chez Calmann-Lévy, à Paris.



1886:

Janvier: Le numéro 23 du tout nouveau journal conservateur, Les Tablettes Bastiaises, publie la liste des candidats bonapartistes aux prochaines élections législatives partielles: JACQUES ABBATUCCI, DENIS GAVINI (député sortant), le comte ALFRED MULTEDO et HYACINTHE de MONTERA
19 Janvier: Prution du journal républicain La Revanche, de CELINA OLIVIERI et FABIUS ALBERTINI, dont le rédacteur en chef est SAMPIERU PORRI (peu favorable à EMMANUEL ARENE), qui présente son candidat, le docteur PAUL SUSINI.
21 Janvier: IGNACE BONELLI retrouve ses fonctions de maire de Bastia (ainsi qu'AUGUSTE GAUDIN les siennes).
Parution du quotidien (puis hebdomadaire) politique, commercial et littéraire, La Tribune, fondé à l'occasion des prochaines élections législatives partielles pour soutenir le candidat ERNEST JUDET. Son directeur et rédacteur en chef est l'archiviste paléographe CHARLES DUFOURMENTEL.
Parution du journal bonapartiste, bihebdomadaire, L'Avenir, de GAUDIANI. Son existence sera éphémère.
14 et 28 Février: Elections législatives partielles: la liste de discipline républicaine conduite par EMMANUEL ARENE (opportuniste), avec DUMENICU FRANCESCU CECCALDI (radical), le colonel ANGE GAETAN ASTIMA (opportuniste) et le docteur PAUL de SUSINI (radical) est élue avec 51% des suffrages exprimés.
DENIS GAVINI, battu, se retire de la vie politique.
DUMENICU FRANCESCU CECCALDI et PAUL SUSINI siègent sur les bancs de la gauche radicale, EMMANUEL ARENE et le colonel ANGE GAETAN ASTIMA sur ceux des républicains modérés.
14 Avril: A Aiacciu, un immeuble de cinq étages s'effondre dans le Rue Fesch. Il y a 12 victimes.
17 Avril: Le Ministère des Travaux Publics déclare d'utilité publique les travaux d'alimentation en eau de Bastia (par dérivation du Bevincu).
20 Avril: A Bastia, parution du quotidien politique et littéraire, Le Bastia-Journal, créé par JOSEPH SANTI.
22 Mai: A Calvi, pose d'une plaque sur l'emplacement où fut autrefois la maison du Grand Navigateur Christophe Colomb... Cette plaque, dévoilée par le maire FRANCOIS PUCCINELLI porte l'inscription: Ici est né en 1441 Christophe Colomb, immortalisé par la découverte du Nouveau monde alors que Calvi était sous la domination génoise, mort à Valladolid le 20 Mai 1506. Une souscription est lancée pour l'élevation d'une statue de CHRISTOPHE COLOMB.
6 Juin: Parution du quotidien républicain et indépendant Le Pilori (de la Corse), sous le plume de SAMPIERU PORRI, organe du Parti Républicain Indépendant.
D'autres journaux paraissent encore: Le Torpilleur, de LOUIS BOSC, L'Abeille, L'Echo de la Corse...
Le Parti Républicain Indépendant regroupe, entre autres, ERNEST JUDET, PATRICE de CORSI, ARRIGU ARRIGHI, EUGENE POMPEI, ETIENNE PETRIGNANI, CAMILLE QUENZA, THADEE GABRIELLI, CHARLES AMBROSI, ETIENNE LECA, PIERRE CUNEO d'ORNANO, FREDERIC GIOVANTI et PIERRE SEMIDEI...
14 Août: Une demande de concession pour la construction d'une ligne de chemin de fer privée entre Folelli et Ponte a A Leccia (qui passerait par Tagliu, Prunu, Rimitoriu, A Garanza, Orezza, Campana, a bocca di U Pradu et Merusaglia) est déposée au Conseil Général.
6 Septembre: Le Conseil Général accepte la demande de concession en préconisant l'abandon du tronçon Orezza-Ponte a A Leccia.
19 Septembre: A Bastia, deux aéronautes, LOUIS CAPAZZA (un Bastiais) et PIERRE LIVRELLI (un Ajaccien), font un voyage de quelques heures en ballon: leur Gabizos s'élève de la place Saint-Nicolas pour atterrir à San Martinu du Lota.
24 Septembre: Le Conseil Général accorde la demande de concession pour la construction d'une ligne de chemin de fer privée entre Folelli et Ponte a A Leccia sous réserve des résultats d'une commission d'enquête.
Publication de Carteggio fra sua eccellenza Pasquale de'Paoli, generale del Regno di Corsica ed il signor Duca di Choiseul, Ministro di Francia, par le chanoine LUCIEN AUGUSTE LETTERON.
23 Octobre: A Aiacciu, le Gabizos de LOUIS CAPAZZA et de LIVRELLI s'élève à plus de 700 mètres.
13 Novembre: Création, à Paris, du journal La Corse Républicaine, qui compte dans son comité de direction politique 6 parlementaires: EMMANUEL ARENE, ANGE GAETAN ASTIMA, PIERRE PAUL de CASABIANCA, DUMENICU FRANCESCU CECCALDI, NICOLAS PERALDI et PAUL SUSINI.
14 Novembre: LOUIS CAPAZZA et ALPHONSE FONDERE réalisent la première traversée aérienne Marseille-Corse en ballon (toujours le Gabizos), en 5 heures et demie. Ils atterrissent au col de San Bastianu, non loin d'Appietu.
1 er Décembre: AUGUSTE FREMONT succède à EMMANUEL JOSEPH GEORGES BES de BERC au poste de préfet de Corse.
Fermeture des hauts fourneaux de Toga (voir 1844).
Les dégats causés par les intempéries sont très importants dans de nombreuses régions de l'Ile. Il y a 3 morts, 2 à Fium'Alisgiani et un dans la vallée de la Gravona.
Le pourcentage d'homicides et de tentatives d'homicide est quatre fois plus élevé en Corse que dans le Département de la Seine, qui vient au second rang après elle.
A San Martinu di Lota, naissance du poète XAVIER PAOLI.
Parution de Corse, l'esprit de clan, les mœurs politiques, les vendettas, le banditisme, par P. BOURDE, célèbres correspondances adressées au Temps, et réunies en volume.
A Bastia, début des travaux d'ouverture du boulevard de Toga (?, voir 1876).
A Paris, chez Dupret, parution de L'Histoire de la Corse, par JEROME MONTI, à l'usage des écoles de la Corse.
A Saint Omer, parution de Souvenir d'une excursion en Corse, par GASTON de MONNECOVE.
FRANCESCU ANTONIU GIROLAMI-CORTONA écrit Artilia da Gozzi, novella storica.
Le BSSHNC publie régulièrement des articles et documents concernant l'Histoire de la Corse: 13 sujets sont traités dans les numéros 59 à 69.
Selon une Histoire des Communes, anonyme et manuscrite, la Corse compte 278501 habitants (Bastia: 19727, Aiacciu: 16024, Sarté: 5608, Bunifaziu: 3357, Porti Vechju: 2844, Zonza: 1270, Sotta: 1089, Auddé: 1010, A Munaccia d'Auddé: 1001, Conca: 726, Caldaredu: 625, San Gavinu: 571, Surbuddà: 539, Grossa: 479, Belvidé-Campumoru: 435, Quenza: 421, Carbini: 409, Livia: 273, Granaccia: 263, Ghjunchetu: 249, Lecci: 239, Zirubia: 225, Tiulaghju: 108...).
A Alata, début de la construction du château de La Punta, pour le compte du duc JEROME POZZO di BORGO et de son fils le comte CHARLES. Il est bâti avec des pierres provenant de la destruction du Palais des Tuileries (incendié en 1877).
La Corse compte 295000 habitants.



1887:

2 Janvier: Parution de l'hebdomadaire La Corse Nouvelle, dont le rédacteur en chef est JULES MARTEL.
Février: Les bruits de guerre parviennent jusqu'en Corse.
4 Février: L'avocat ANTOINE LEANDRI, rédacteur en chef du journal bonapartiste La Défense, dans un manifeste affiché sur les murs d'Aiacciu, écrit: Ne comptons plus que sur nous-mêmes pour délivrer la Corse de ses oppresseurs. Aux Armes! A moi les Corses, les opprimés, les vaillants ! Il prend le maquis.
6 Février: Le bruit court en France que la Corse bonapartiste se révolte contre la République (Le Gaulois).
13 Février: A Sarté, dans la nuit, des coups de feu sont tirés contre le siège du tribunal, dont le président est mise en cause dans le manifeste d'ANTOINE LEANDRI.
21 Février: A Zicavu et Auddé, une bande armée, organisée et dirigée par le frère d'ANTOINE LEANDRI, JACQUES LEANDRI, prend la direction de Sarté, par Carghjaca et Santa Lucia di Taddà.
23 Février: Des secousses telluriques sont ressenties dans tout le Nebbiu, à Santa Lucia di Tallà, à Aiacciu, à Corti, à Olmi e'Cappella... Le câble sous-marin entre San Fiurenzu et Antibes cesse de fonctionner.
28 Février: L'armée (2 compagnies du 102ème de Ligne) est envoyée en renfort à Sarté. Devant ce déploiement de force, JACQUES LEANDRI et ses hommes rejoignent ANTOINE LEANDRI à Altaghjé, puis tout le monde se disperse. Cette action sème le trouble à Paris, où l'on parle de risque de sécession de l'Ile...
Mars: Le député de la Charente, GUSTAVE CUNEO d'ORNANO attaque, au Palais-Bourbon, les opportunistes en Corse et le désordre administratif et judiciaire qui règne sur l'Ile, notamment entre 1883 et 1885....
Création du Syndicat Régional Agricole de Sartè, qui compte 40 adhérents.
Avril: Le tronçon Bastia-Corti de la ligne de chemin de fer Aiacciu-Bastia est terminé.
PATRICE de CORSI est élu président du Conseil Général contre DUMENICU FRANCESCU CECCALDI, grâce à l'appui des voix bonapartistes et des républicains intransigeants.
17 Avril: Le paquebot Tasmania de la compagnie britannique Peninsular & Oriental, arrivant de Bombay, heurte les écueils des Moines, au large de Roccapina, (baie de Murtoli, à Sarté), et coule. Il y a 144 passagers et 155 hommes d'équipage à bord. Le naufrage entraîne la mort du capitaine et de 34 autres membres de l'équipage. De nombreux rescapés sont dans un premier temps recueillis par les bergers de Murtoli, d'autres réussissent à accoster dans la baie de Roccapina..
1er Mai: Le Petit Bastiais annonce la fin de l'Affaire Léandri, la bande des hommes en armes s'étant disloquée à Carghjaca. Cette affaire a été fortement grossie par la presse parisienne (notamment par Le Gaulois): Elle a fait couler beaucoup plus d'encre que de sang en Corse. Le journal satirique bastiais La Corse Libre tourne l'affaire en farce. Le Petit Bastiais écrit ce n'était qu'une agitation théatrale, animée par un Fra Diavolo d'opérette...
23 Mai: Deux fortes secousses sismiques agitent Aiacciu. La terre a tremblé jusqu'à Bucugnà. Il n'y a pas de victimes.
15 Juin: ANTOINE et JACQUES LEANDRI comparaissent devant la Cour d'Appel de Bastia pour répondre de l'accusation de Provocation suivie ou non d'effet par placards ou affiches exposés aux regards du public (incitant) à des crimes et délit. Ils sont condamnés à un mois de prison.
21 Juin: Le Journal de la Corse titre La Corse outragée... et dénonce l'attitude (jugée odieuse) de certains journaux parisiens à l'égard de la Corse, entre autres Le Temps, Le Voltaire, L'Intransigeant, La Lanterne, Le Figaro...
Une commission d'enquête est instituée par arrêté préfectoral concernant la demande de concession pour la construction d'une ligne de chemin de fer privée entre Folelli et Ponte a A Leccia (voir 1886).
18 Juillet: Ouverture d'une bourse de commerce dans la salle des pas perdus du théatre municipal de Bastia.
Août: Un incendie ravage plusieurs dizaines d'hectares sur le Pignu, près de Bastia.
9 Septembre: A Cavru, arrestation de XAVIER ROCCHINI et de PETRU NICOLAI, dit Barritone, deux dangereux bandits criminels.
18 Septembre: Voyage en Corse de EMILE BERGERAT, scientifique, accompagné du prince ROLAND BONAPARTE, géographe. Ce dernier photographie la Colonne d'Algaiola (voir 1837), gisant sur le sol. Il fait également un don de 7500 francs à la commune de Calinzana pour la construction d'une fontaine.
23 Septembre: A la séance du Conseil Général de la Corse, sous l'impulsion du chanoine JEAN BAPTISTE SALICETI, conseiller général du Rustinu, les mesures assurant le retour des Restes de PASQUALE PAOLI entrent dans une phase active. Une commission est créée avec le sénateur PIERRE PAUL de CASABIANCA, le député DUMENICU FRANCESCU CECCALDI, l'ancien sénateur JOSEPH MARIE PIETRI et le chanoine JEAN BAPTISTE SALICETI.
30 Septembre: Inauguration du premier tronçon de la voie de chemin de fer Aiacciu-Bucugnà.
Octobre: A Aiacciu, parution d'un journal hebdomadaire républicain Le Petit Ajaccien, de SALVATORE VILLANOVA.
24 Novembre: A Vicu, naissance de PETRU ROCCA, un des précurseurs de l'autonomisme corse.
A Paris, EMMANUEL ARENE provoque en duel E. MAYER, directeur de La Lanterne, pour des propos injurieux à l'adresse des Corses.
A Vicu, inauguration de la statue de Monseigneur ZAVIERU CASANELLI d'ISTRIA, l'ancien évêque de Corse, réalisée par VITAL DUBRAY.
Dans la Scala di Santa Regina, le bandit CAPPA assassine SABIEN SABIANI.
Parution de l'Annuaire du département de la Corse pour 1887, chez Ollagnier, à Bastia.
Parution de En Corse, l'esprit de clan, les moeurs politiques, les vendettas, le banditisme, de PAUL BOURDE, chez Calmann-Lévy, à Paris.
Parution de Les Voceri de lîle de Corse, de FREDERIC ORTOLI, chez Leroux, à Paris.
Parution de Le dernier bandit, d'EMMANUEL ARENE, chez Havard, à Paris (quatrième édition).
Parution de Les Violettes Ajacciennes, de SANTA MARIA, chez Robaglia, à Aiacciu.
Parution de Versi Italiani et Corsi, de PETRU VATTELAPESCA (PIERRE MATHIEU LUCCIANA), chez Ollagnier, à Bastia.
Le BSSHNC publie La Prattica manuale del Dottor Pietro Murati, di Muro: texte en deux volumes, revu par SEBASTIEN de CARAFFA.



1888:

Janvier: Fondation du Parti Bonapartiste Ajaccien. Il a pour but d'organiser la défense électorale du parti napoléonien d'Aiacciu. Son président est le colonel JEAN-BAPTISTE ALESSANDRI.
1er Février: Inauguration des tronçons Bastia-Corti et Casamozza-Tallone de la ligne de chemin de fer Aiacciu-Bastia.
7 Février: A Bastia, un punch est offert, dans les locaux du Cercle Républicain, à l'occasion de l'inauguration du tronçon Bastia-Corti de la ligne de chemin de fer Aiacciu-Bastia.
Mars: J. VIVICORSI est le rédacteur en chef du journal bonapartiste Le Vengeur Ajaccien.
22 Avril: PATRICE de CORSI, conseiller à la Cour d'Appel de Bastia, ancien président du Conseil Général de la Corse, est élu sénateur dans le cadre d'une élection complémentaire, contre MORETTI, directeur de la Compagnie Insulaire, qui est soutenu par EMMANUEL ARENE.
Mai: JOSEPH PUGLIESI est réélu maire d'Aiacciu, avec un conseil entièrement bonapartiste.
AUGUSTE GAUDIN est élu maire de Bastia.
17 Juin: Inauguration du tronçon Tallone-Ghisunaccia de la ligne de chemin de fer Aiacciu-Bastia.
Les journaux corses La Défense et Bastia-Journal s'insurgent contre la vague anticorse de leurs confrères du Continent. Il est reproché à ALPHONSE DAUDET d'avoir écrit que les grandes familles corses mangent dans de la vaisselle plate à leurs armes, des châtaignes dont les ports ne voudraient pas ! EMMANUEL ARENE lui réplique vertement dans Le Matin.
18 Juillet: A Corti, Tragédie des Paghjulaghji: une rixe oppose la population et des Bohémiens, rétameurs originaires de l'île de Corfou. On dénombre 4 morts parmi ces derniers dont un jeune homme de 18 ans et une jeune femme de 20 ans.
Septembre: Arrivée de l'escadre française en rade de Bastia. Les travaux d'alimentation en eau de Bastia (par dérivation du Bevincu, voir 1886) sont terminés; 24 fontaines de la ville (sur 44) sont ainsi alimentées.
5 Septembre: A Sarté, le bandit XAVIER ROCCHINI est guillotiné. C'est la dernière exécution capitale dans la ville.
9 Septembre: Le Conseil Général approuve l'avis favorable de la commission d'enquête concernant la demande de concession pour la construction d'une ligne de chemin de fer privée entre Folelli et Ponte a A Leccia (voir 1887).
14 Septembre: EMMANUEL ARENE est élu Président du Conseil Général de la Corse, grâce à l'appui des voix gavinistes.
21 Septembre: Le Conseil Général accorde la concession définitive pour la construction d'une ligne de chemin de fer privée entre Folelli et Ponte a A Leccia (voir 1887).
30 Septembre: A Bastia, parution du journal impérialiste L'Ami du Peuple.
Octobre: Fin de la construction de la gare d'Aiacciu (par l'Entreprise Dominique Morelli)
7 Octobre: A Carbuccia, l'ancienne église San Ghjacumu est débaptisée (voir 1884). Trop éloignée des habitations, elle voit sa nef supprimée, mais son choeur baroque est conservé et transformé en chapelle rurale dédiée à Sant'Anna.
13 Octobre: Décès du sénateur PATRICE de CORSI.
26 Octobre: Création, par les jouranlistes de La Solidarité, du Bastia-Journal, du Phare de la Corse, du Petit Ajaccien de L'Indépendant et du Pascal Paoli, d'un Comité de Propagande Républicaine, dont le président est SALVATORE VILLANOVA, journaliste au Petit Ajaccien.
Le Courrier de la Corse, journal de l'appel au peuple, parait le dimanche.
Décembre: Le Phare de la Corse, un journal de Bastia, publie un article antisémite: La Juiverie montante.
1er Décembre: Inauguration du tronçon Aiacciu-Bucugnà de la ligne de chemin de fer Aiacciu-Bastia.
31 Décembre: Le plus catastrophique déluge jamais enregistré au cœur de la montagne corse s'abat sur la Scala di Santa Regina. Entre Castirla et Corscia, au lieu dit Forcone, les maisons des familles Grimaldi et Maestracci sont emportées, 11 personnes sont noyées ou disparues dans les flots.
Les mouvements des entrepôts de la Maison Mattei portent sur 57 tonnes de tabac et cigares, 1950 hectolitres de vin et 1844 d'alcool, 22 tonnes de sucre, 300 hectolitres de pétrole, 148 hectolitres de bière et 148 tonnes de café.
A Bastia, parution de la première pièce de Cummediole, de PETRU LUCCIANA, dit Vattelapesca (voir 1853).
A Bastia, chez Ollagnier, parution de Christophe Colomb Français, Corse et Calvais, par l'abbé JEAN PERETTI.
Parution de La Criminalité en Corse, aux Archives de l'Anthropologie Criminelle, par le docteur ANDRE BOURNET.
Parution de Souvenirs de voyage à travers la Corse et l'Oranais, de G. DEMANCHE.
FRANCESCU ANTONIU GIROLAMI-CORTONA écrit Virginia da Ajaccio.
Le BSSHNC publie Histoire de la Corse, d'AGOSTINO GIUSTINIANI, les chroniques de GHJUVANNI della GROSSA et de PETRANTONIU MONTEGGIANI, et la chronique d'ANTONIU PETRU FILIPPINI, le tout traduit par l'abbé LUCIEN AUGUSTE LETTERON.
Le prince ROLAND BONAPARTE lègue 5000 ouvrages à la ville d'Aiacciu. On y trouve des livres de médecine, d'anatomie, de science, de botanique, de chimie...



1889:

Janvier: L'élection parisienne du général GEORGES BOULANGER à la députation déclenche plusieurs manifestations d'acclamations et de soutien à Bastia, L'Isula, Sartè...
10 Janvier: Ouverture du tronçon de voie ferrée entre Palasca et Ponte A'A Leccia.
12 Janvier: Parution de l'organe républicain révisionisre corse Le Ralliement, de GABRIEL MARCHI.
FRANCOIS MORELLI, républicain, est élu sénateur à la place de PATRICE de CORSI, décédé.
25 Avril: Le ministère fait savoir que l'instruction est incomplète concernant la concession définitive pour la construction d'une ligne de chemin de fer privée entre Folelli et Ponte a A Leccia (voir 1888). La concession est refusée.
2 Juin: A L'Isula, parution du premier et unique numéro de L'Ile Roussien, feuille locale manuscrite et polygraphiée.
15 Juin: JACQUES MARCEL BONNEFOY-SIBOUR est nommé préfet de la Corse.
Parution du journal L'Ouvrier Corse, de J. VIVICORSI, qui défend les intérêts des travailleurs.
Parution du journal d'opposition La Révision, de MARIUS VALZI.
Parution du journal La Concorde, de GHJUVAN-PAULU BORGHETTI.
Parution des journaux La Défense, La Trompette, La Corse Industrielle....
14 Juillet: Inauguration du tronçon Bucugnà-Vizzavona de la ligne de chemin de fer Aiacciu-Bastia.
Août: Premiers conflits sociaux engagés par les ouvriers boulangers de Bastia.
SANTU CASANOVA fonde A Tramuntanella, Fresca e Zitella, le premier journal dialectal.
31 Août: A Londres, exhumation de la dépouille mortelle de PASQUALE PAOLI, en présence du Comte Vincent BENEDETTI, ancien Ambassadeur, du député DUMENICU FRANCESCU CECCALDI et de l'ancien sénateur JOSEPH MARIE PIETRI. La messe de Requiem est dite par le chanoine JEAN BAPTISTE SALICETI assisté de huit religieux britanniques. Le cercueil est ensuite dirigé sur Douvres pour Calais.
Septembre: Le cercueil de PASQUALE PAOLI arrive à Paris, puis il est dirigé sur Marseille.
3 Septembre: Le cercueil de PASQUALE PAOLI arrive à Marseille, où il est rejoint par des délégations venues de Toulon. Puis il est hissé sur le steamer Comte Baciocchi. Dans le cortège, on trouve les sénateurs PIERRE PAUL de CASABIANCA et FRANCOIS MORELLI.
4 Septembre: Le cercueil de PASQUALE PAOLI arrive à L'Isula, dont le maire ACHILLE BLASINI prononce un discours officiel. L'accueil de la population est remarquable.
Parution du journal quotidien révisioniste bonapartiste ajaccien Le Drapeau, créé par le bonapartiste JEAN ZEVACO. Son rédacteur en chef est PIERRE ACHILLE VALLEE LE COUTEULX. PASCAL ROBAGLIA et PIERRE VINCENTELLI y collaborent. C'est un adversaire polémique du Journal de la Corse.
5 Septembre: A Bastia, fin de la grêve des ouvriers boulangers, brisée par la municipalité et les patrons.
6 Septembre: Le cercueil de PASQUALE PAOLI part pour Merusaglia, où il arrive en fin d'après-midi, après avoir été transporté sur une prolonge d'artillerie (de L'Isula à Palasca, via Belgudé), puis par chemin de fer (de Palasca à Ponte A'A Leccia, via Nuvella) et enfin par corbillard (de Ponte A'A Leccia à Merusaglia).
7 Septembre: A l'initiative du chanoine JEAN BAPTISTE SALICETI et de TITU FRANCESCHINI-PIETRI, ancien secrétaire particulier de NAPOLEON III, la dépouille mortelle de PASQUALE PAOLI, ramenée de Londres, est inhumée à La Stretta di Merusaglia, son village natal (dans une autre maison que l'Alpa, sa maison natale).
12 Septembre: Le chanoine JEAN BAPTISTE SALICETI, initiateur du retour de la dépouille mortelle de PASQUALE PAOLI, reçoit l'expression de la reconnaissance de la Corse par la voix de son Conseil Général.
31 comités électoraux boulangistes, créés par les gavinistes, sont constitués dans les communes insulaires (Aiacciu, Arburi, Bastia, Bucugnà, Brandu, Brusticu, Calinzana, Calvi, Canari, I Cateri, Cervioni, Chjatra, Corti, Figari, Ghjucatoghju, Ghjunchetu, L'Isula, A Porta, Livia, Munticellu, Ulmetu, L'Olmu, Ota, Pitretu Bicchisgià, Santa Lucia di Taddà, Sartè, A Sarra di Scupamena, A Soccia, Suddacaro, Zevacu et Zicavu.
ANTOINE GAVINI organise la venue en Corse du député impérialiste (de la Charente) GUSTAVE CUNEO d'ORNANO afin de donner un nouvel élan au boulangisme. Ce dernier participe à 3 réunions publiques (Bastia, Corti et Aiacciu) entouré d'ANTOINE GAVINI, ALFRED MULTEDO, HYACINTHE de MONTERA, JACQUES ABBATUCCI, ANTOINE LEANDRI et AUGUSTE GAUDIN.
15 Septembre: A Calinzana, inauguration d'un buste du prince PIERRE BONAPARTE sur la fontaine publique financée par ROLAND BONAPARTE (voir 1887). Ce dernier soutient le marquis CHRISTIAN de VILLENEUVE, candidat aux élections législatives à Calvi.
22 Septembre: Premier tour des élections législatives (les candidatures multiples sont interdites):
Les candidats du parti révisioniste sont ANTOINE GAVINI, à Bastia, ALFRED MULTEDO, à Aiacciu, HYACINTHE de MONTERA, à Corti, JACQUES ABBATUCCI, à Sartè et le marquis CHRISTIAN de VILLENEUVE, à Calvi. Les candidats du parti de la concentration républicaine sont ANGE GAETAN ASTIMA, à Bastia, DUMENICU FRANCESCU CECCALDI, à Aiacciu, le comte HORACE de CHOISEUL, à Corti, EMMANUEL ARENE, à Sartè et TOUSSAINT MALASPINA, à Calvi. D'autres candidats républicains se présentent, notamment MARIUS GIACOBBI et JEAN QUILICUS BENEDETTI, à Corti, ETIENNE PALASNE de CHAMPEAUX et ANTOINE GIUDICE GRAZIANI, à Calvi...
6 Octobre: Deuxième tour des élections législatives: sont élus ANTOINE GAVINI à Bastia, ALFRED MULTEDO à Aiacciu, le comte HORACE de CHOISEUL à Corti, EMMANUEL ARENE, à Sarté et le marquis CHRISTIAN de VILLENEUVE, à Calvi.
L'élection d'ALFRED MULTEDO, à Aiacciu, est invalidée pour fraudes électorales.
15 Octobre: A Aiacciu, création d'un Comité de Propagande Républicaine, par LAURENT LANZI.
18 Octobre: A Bastia, création du Syndicat des Agriculteurs de la Corse, dont le président est LUCE de CASABIANCA. Il compte 150 adhérents.
La Corse comptabilise 253 bibliothèques pédagogiques (cantonales) ou scolaires (communales) possédant en tout 20694 ouvrages.
A Bastia, nouvelle édition de Histoire de Pascal Paoli ou un épisode de l'Histoire de la Corse, par A. F. BARTOLI, (voir 1866).
Il y a, en Corse, de nombreux journaux: A Aiacciu, le quotidien Le Petit Ajaccien, révisionniste, les hebdomadaires Le Journal de la Corse, républicain, d'EMMANUEL ARENE, Le Conservateur de la Corse, orléaniste, et Le Réveil de la Corse et du Var, bonapartiste.
A Bastia, sont publiés quotidiennement Le Petit Bastiais et Le Bastia-Journal, et bihebdomadairement Le Pilori de la Corse.
A Corti, Le Pascal Paoli, républicain, est hebdomadaire.
Concession du gisement de la mine de roche combustible d'Osani (voir 1845) s'élève à 1000 tonnes.
Parution de La Corse criminelle en 1888, par le docteur ANDRE BOURNET.
Parution de Voyages en Corse, par CHANAL.
Parution de Scènes de la vie corse, par SYLVAIN LYDO.
A Paris, parution de Le Roi de la Montagne, par JEROME MONTI.
Réédition de La Vérité sur l'origine et la patrie de Christophe Colomb (219 pages), de l'abbé MARTIN CASANOVA, écrivain de langue italienne et de langue corse, chez Robaglia à Aiacciu, la première édition (167 pages) est parue chez Ollagnier à Bastia, dans les années 1880.



1890:

Janvier: Les élections législatives d'Octobre 1989 sont invalidées en Corse.
A Aiacciu, parution du quotidien L'Union Républicaine, dont le rédacteur en chef est SAMPIERU PORRI, au service du candidat DUMENICU FRANCESCU CECCALDI, député sortant.
4 Février: Mort de l'abbé A.P. FIORAVANTI (voir 1881). Avec lui disparait le journal Le Conservateur de la Corse.
16 Février: Elections législatives partielles à Aiacciu: le républicain DUMENICU FRANCESCU CECCALDI, avec 6600 voix, est élu contre le comte ALFRED MULTEDO (6528 voix).
JOSEPH PUGLIESI est maire d'Aiacciu.
AUGUSTE GAUDIN est maire de Bastia.
A Bastia, une épidémie d'Influenza di freddu frappe les habitants. Bien que peu grave, la maladie a de lourdes conséquences au plan économique et social. La municipalité vote un crédit de 3000 francs pour venir en aide aux plus nécessiteux.
Un complet vaut de 22 à 25 francs et un pentalon de 6 à 10 francs.
27 Février: Après modifications, le Conseil Général accorde un avis favorable pour l'établissement d'un nouveau projet concernant la construction d'une ligne de chemin de fer privée entre Folelli et Ponte a A Leccia (voir 1889).
Mars: A Aiacciu, parution de l'hebdomadaire La Chronique Ajaccienne de R. HENRY et des journaux républicains Le Sampiero, de SAMPIERU PORRI et Le Moniteur de la Corse, de JEAN de La ROCCA.
12 Avril: A Ulmetu, décès du sénateur JEROME GALLONI d'ISTRIA (voir 1876).
21 Avril: Le Président de la République Française SADI-CARNOT débarque, du navire amiral Le Formidable, à Aiacciu.
22 Avril: Le Président de la République Française SADI-CARNOT se rend, en train, à Bastia, où il arrive dans la soirée.
A Bastia, parution d'un nouveau journal hebdomadaire politique, commercial et industriel, Le Sémaphore.
23 Avril: Le Président de la République Française SADI-CARNOT quitte Bastia et la Corse en fin de journée.
A Florence, parution de Lettere inedite di Pasquale de'Paoli, de GIOVANNI LIVI.
Mai: Lancement du paquebot Cyrnos par la Compagnie Fraissinet. Il est construit à Glasgow et peut effectuer la traversée Corse-Continent en moins de 15 heures, à une moyenne de 14 noeuds.
Juillet: Publication de Pièces et documents pour servir à l'Histoire de la Corse pendant la révolution française, par le chanoine LUCIEN AUGUSTE LETTERON.
Août: A Bastia, parution du journal humoristique et cancanier Le Petit Bavard.
Septembre: A Bastia, parution du journal politique, littéraire et mondain, Le Furet.
21 Septembre: A Bastèrga, inauguration du monument de SAMPIERU CORSU (voir XVIème siècle), un bronze de VITAL DUBRAY, en présence de l'évêque de Corse, PAULU MATTEU della FOATA, du préfet JACQUES MARCEL BONNEFOY-SIBOUR, des députés EMMANUEL ARENE et DUMENICU FRANCESCU CECCALDI, du général COUSTON, gouverneur militaire de l'Ile...
Octobre: A Aiacciu, parution du journal d'intérêt local Les Tablettes Ajacciennes, de l'archiviste communal CELESTIN BOSC.
A Aiacciu, parution du journal L'Echo d'Ajaccio, de PAOLI, littéraire, satirique et mondain.
A Aiacciu, ouverture des Fourneaux Economiques (qui servent des repas aux indigents) patronnés par le duc JEROME POZZO DI BORGO.
26 Novembre: Un nouveau projet concernant la construction d'une ligne de chemin de fer privée entre Folelli et Ponte a A Leccia est établi.
6 Décembre: Le ministre de l'Agriculture prescrit au Service Hydraulique de procéder à une étude visant à l'assainissement de la côte orientale.
Création du 163ème Régiment Actif d'Infanterie pour la défense de la Corse contre l'Italie, alliée Austro-Germanique. Ses 4 bataillons sont installées dans les garnisons d'Aiacciu, Bastia, Calvi, Corti et Sarté.
Visite de SISSI, impératrice d'Autriche-Hongrie à Aiacciu.
BONAVENTURE BENEDETTI fonde un syndicat regroupant les producteurs de cédrats des communes de la région de Portu, Piana et Evisa (avec 120 adhérents).
A Livourne et à Bastia, parution de Del Dialetto, Costumi e Geografia della Corsica, Lessico Comparato..., dictionnaire franco-italo-corse, de FRANCESCU DUMENICU FALCUCCI.
La Maison Mattei (voir 1972) rachète les anciennes forges de Toga (fermées en 1886), et y installe sa distillerie et sa fabrique de cigares.
A Paris, chez Bayle, parution de la première édition de l'Histoire de la Corse, de RAOUL COLONNA de CESARI-ROCCA.
Parution d'un ouvrage Voyage de Mr. Carnot, qui relate la visite du Président de la République Française en Corse.
Publication de Les moeurs rurales en Corse par MAXIMILIEN BIGOT (juge de paix à Bastèrga) et FRANCOIS ESCARD.
Parution de Bergers porchers de Bastelica, de MAXIMILIEN BIGOT.
Parution de A travers la Corse, de PAUL de MALVANS.
Parution de Expédition de Corse de 1769, par ALFRED LALLEMENT, qui rassemble la correspondance du capitaine anglais HALY à son général WAREN, allié de PASQUALE PAOLI.
LAURENT-MARIE CASABIANCA écrit Le berceau de Christophe Colomb devant l'Institut de France et l'opinion publique, dans lequel il détruit l'hypothèse de la naissance de Christophe Colomb à Calvi (voir 1441).
A Milan et à Rome, publication de Pasquale Paoli e le guerre d'independenza della Corsica, historique des guerres pour l'indépendance de la Corse de 1729 à 1796, par FAUSTINO LENCISA.
Le pourcentage d'homicides et de tentatives d'homicide est cinq fois plus élevé en Corse que dans le Département de la Seine, qui vient au second rang après elle.
A Bastia, fin des travaux d'ouverture de la Rue des Capanelle (voir 1884).
Fin de la parution du journal hebdomadaire républicain Le Petit Ajaccien, de SALVATORE VILLANOVA, à Aiacciu.



1891:

17 Mars: Décès du Prince Rouge, NAPOLEON-JOSEPH-CHARLES BONAPARTE, dit Le Prince NAPOLEON JEROME.
25 Avril: Parution de Une excursion en Corse, de ROLAND BONAPARTE, qui rend compte du voyage qu'il a efféctué dans l'Ile avec le scientifiqueEMILE BERGERAT (voir 1887).
L'écrivain PIERRE LOTI, officier de marine à bord du Formidable, fait escale à Aiacciu. Il essaie en vain de rencontrer le bandit BELLACOSCIA à Bucugnà.
Mai: Pose d'un câble télégraphique sous-marin Aiacciu-Toulon.
Parution de l'hebdomadaire littéraire et humoristique L'Echo, de JEAN-BAPTISTE MARCAGGI.
A Bastia, parution de La Vigie Corse, journal républicain.
27 Septembre: A Eccica-Suaredda, au milieu du maquis, inauguration d'une pierre commémorative à l'endroit où SAMPIERU CORSU a été assassiné (voir 1597).
Octobre: Achèvement du château de La Punta (voir 1886).
Novembre: ANDRE TOURANJON, auteur d'un catalogue méthodique de la bibliothèque d'Aiacciu, est nommé archiviste départemental.
A Eccica Suareddà, inauguration d'une stèle à la mémoire de SAMPIERU CORSU.
La Compagnie Insulaire de Navigation à Vapeur Morelli (voir 1883), est déclarée en faillite.
GASTON VUILLIER écrit un texte d'impression de voyage sur la Corse dans la revue Le Tour du Monde, et publie Les îles oubliées, où il groupe en un seul volume ses chroniques sur les Baléares, la Corse et la Sardaigne dans Le Tour du Monde, nouveau journal de voyage.
Parution de la première affiche publicitaire des Chemins de Fer Départementaux (C.F.D.).
Parution de La Corse pendant la Révolution, par MAURICE JOLLIVET.
La Corse compte 288596 habitants: Aiacciu, 20197 (ou 18529), Bastia, 21700 (ou 21710) et Porti Vechju, 3018... La population urbaine (villes de plus de 1000 habitants) représente près du quart de la population.



1892:

Février: Parution du journal Le Travail, organe spécial des entreprises de travaux publics.
1er Mars: La Compagnie Alfred Fraissinet inaugure une ligne de service postal Aiacciu-Marseille.
10 Mars: Le Ville de Bastia effectue sa dernière traversée sous le pavillon de la Compagnie Insulaire de Navigation à Vapeur Morelli (voir 1891). Il n'y a plus de compagnie maritime corse en Méditérranée.
Parution du Journal Populaire de Sartène, farouchement républicain.
Parution du Petit Sartenais, journal démocrate.
Parution de La Balagne, adversaire déclaré des Gavini.
4 Mai: La Compagnie Insulaire de Navigation à Vapeur Morelli, obligée de déposer son bilan, doit vendre ses 5 navires à la Compagnie Alfred Fraissinet (le Bocognano, le Ville de Bastia, l'Evénement, le Persévérent et le Comte Baciocchi).
8 et 15 Mai: Elections municipales: A Aiacciu, la liste bonapartiste obtient 13 conseillers au premier tour contre 4 à la liste officielle républicaine patronnée par le préfet JACQUES MARCEL BONNEFOY-SIBOUR et les députés DUMENICU FRANCESCU CECCALDI et EMMANUEL ARENE et le sénateur NICOLAS PERALDI. JOSEPH PUGLIESI est réélu maire. Les 4 élus républicains (EMMANUEL ARENE, NICOLAS PERALDI, BERTINI et CARBONI) démissionnent.
9 Juin: L'escadre de la Méditerranée, sous les ordres du vice-amiral HENRI RIEUNIER mouille vers 8 heures devant Bastia. Les avisos-torpilleurs sont entrés dans le nouveau port, les torpilleurs de haute mer dans le vieux port. Les cuirassés et les croiseurs sont allés s'embosser contre le mât sémaphorique du nouveau port et l'embouchure de l'étang de Biguglia. L'escadre est au grand complet.
12 Juin: A Aiacciu, parution du Gnome, hebdomadaire humoristique et littéraire de JEAN de PERETTI et des hebdomadaires républicains La Chronique Ajaccienne, de HENRI ROUBAUD et de L'Echo de la Corse, de PIERRE VINCENTI.
25 Juin: ANTOINE BONELLI, surnommé Bellacoscia (voir 1848) se constitue prisonnier à Vizzavona.
8 Août: A près un nouveau refus ministériel concernant le nouveau projet concernant la construction d'une ligne de chemin de fer privée entre Folelli et Ponte a A Leccia (voir 1889), le Conseil Général abandonne le dossier.
31 Août: A Aiacciu, à l'initiative du préfet JACQUES MARCEL BONNEFOY-SIBOUR, les bustes de SAMPIERU CORSU et de PASQUALE PAOLI sont placés dans la grande salle du conseil général (voir 1874). Celui de NAPOLEON est oublié.
Septembre: A Aiacciu, début des travaux d'aménagement d'une promenade de front de mer, le futur Boulevard Lantivy.
16 Septembre: A Aiacciu, incidents lors de la visite du député EMMANUEL ARENE, accompagné du préfet JACQUES MARCEL BONNEFOY-SIBOUR, entre ses partisans et ses opposants, emmenés par le commandant ALESSANDRINI, bonapartiste, et deuxième adjoint. Ce dernier est immédiatement suspendu de ses fonctions de délégué à la police municipale par le préfet, et révoqué peu après.
26 Septembre: A A Soccia, violents incidents lors des élections pour le Conseil d'Arrondissement du canton (A Soccia, Guagnu, U Poghjolu et Ortu). Des affrontements ont lieu entre habitants de A Soccia et de Guagnu. Les Guagnais tuent 2 gendarmes.
1er Octobre: Inauguration du tronçon Vizzavona-Vivariu de la ligne de chemin de fer Aiacciu-Bastia.
Début des travaux du pont du chemin de fer du Vechju par l'ingénieur GUSTAVE EIFFEL.
A Aiacciu, fondation du Comité Napoléonien sous la présidence du comte ALFRED MULTEDO.
Décès du sénateur FRANCOIS MORELLI. Il est remplacé par ANGE MURACCIOLE, répubicain aréniste, élu contre FRANCOIS-MARIE PITTI-FERRANDI.
L'affaire du Scandale de Panama éclabousse le député de Sarté EMMANUEL ARENE.
A Calvi, élevation d'une statue de CHRISTOPHE COLOMB (voir 1886).
A Paris, parution de La Révolution française en Corse, par Maurice JOLLIVET.
A Bastia, chez Ollagnier, parution de La Morte e i Funerali di Spanettu, en italien, de SANTU CASANOVA.
A Aiacciu, fin de la parution du journal républicain Le Moniteur de la Corse, de DELLA ROCCA (voir 1890).
A Bastia, création de la fanfare La Lyre Bastiaise.
Parution du Rapport sur les Monuments Mégalithiques de la Corse, publié par ADRIEN de MORTILLET aux Nouvelles Archives des Missions Scientifiques et Littéraires (voir 1883).
Début des travaux au lycée de Bastia: installation d'un laboratoire de chimie, d'une bibliothèque, aménagement de l'infirmerie...
A Belgudè, construction du Château de la Costa, par un Malaspina.
Apparition des vélocipèdes à Bastia.
Fortes crues du Rizzanese: de nombreux moulins sont emportés ainsi que les tabliers d'accès du pont génois de Spinu a Cavaddu.
Parution de A travers la Corse, d'ADRIEN ANDREI.



1893:

21 Janvier: Le vapeur français L'Evénement, ancien navire de la Compagnie Insulaire de Navigation à Vapeur Morelli, parti de Bastia, s'échoue sur les îles Lavezzi. Il n'y a pas de victimes.
Une nouvelle compagnie maritime, la Compagnie des Chargeurs Réunis, déssert la Corse avec Le Bastiais, un vapeur luxueux.
Parution de L'Union, journal républicain bihebdomadaire, dont le directeur est SAMPIERO PORRI.
Parution du journal indépendant La République, hebdomadaire.
Parution éphémère de deux feuilles littéraires et hebdomadaires, La Luciole et Cyrnos.
27 Janvier: EMMANUEL ARENE bénéficie d'une ordonnance de non-lieu dans l'affaire du Scandale de Panama
Février: PIERRE PETRETO, avoué, est maire d'Aiacciu.
23 Juin: A la Cour d'Assise de Bastia, ouverture de procès de l'affaire de Guagnu (voir 1892). 44 accusés sont devant les juges. Le maire de Guagnu et le père d'un des candidats sont condamnés aux travaux forcés à perpétuité, 7 autres accusés, à 20 ans de bagne, et une dizaine d'autres entre 3 et 10 ans de bagne.
Parution des journaux La Coopération Coloniale et Le Sud Colonial.
Juillet: Pacte de Vichy, conclu entre les familles Gavini et Casabianca, contre EMMANUEL ARENE.
Août: PIERRE PAUL de CASABIANCA est élu président du Conseil Général de la Corse sous l'étiquette de républicain de droite. Il remplace EMMANUEL ARENE, en fonction depuis 1888.
20 Août, 3 Septembre: Elections législatives: sont élus ou réélus: DUMENICU FRANCESCU CECCALDI, républicain aréniste, à Aiacciu, avec 7653 voix, contre DOMINIQUE STEFANI, indépendant, 2010 voix, ANTOINE GAVINI, droite républicaine, à Bastia, avec 8735 voix sur 9253 votants (sans opposition), EMMANUEL ARENE, républicain aréniste, à Sarté, avec 4293 voix, contre PHILIPPE de ROCCASERRA, droite républicaine, 3513 voix, LUCE de CASABIANCA, droite républicaine, (le frère de PIERRE PAUL), à Corti, avec 6604 voix, contre MARIUS GIACOBBI, républicain aréniste, (5655 voix) et SEBASTIEN GAVINI, droite républicaine, à Calvi, avec 3270 voix, contre le marquis CHRISTIAN de VILLENEUVE, républicain aréniste, député sortant (2066 voix).
2 Octobre: Arrestation du bandit italien (au maquis depuis 6 mois) SEXTIUS INNOCENTI par PIERRE PAUL TOULZA, huissier à Pitretu Bicchisgià, et deux gardes champêtres.
1er Novembre: L'escadre russe (5 navires: l'Empereur Nicolas 1er, l'Amiral Nakilhov, le Pamyat Azova, le Rynda et le Teretz) est en rade d'Aiacciu.
3 Novembre: L'escadre russe quitte la Corse. Elle laisse au cimetière d'Aiacciu YANN DIDVICK, un marin décédé durant l'escale (décédé lors de l'explosion d'une chaudière).
18 Décembre: A L'Isula, assassinat du maire de la ville ACHILLE BLASINI.
Des conférences populaires sont instituées afin de remplacer les bibliothèques quelque peu délaissées par les populations.
La Maison Mattei fait l'acquisition du domaine de Pinettu (447 hectares), ce qui lui permet de commencer la production d'un apéritif au quinquina dénommé Vin du Cap Corse au quinquina.
Quatre élections législatives sur cinq sont contestées: celles de DUMENICU FRANCESCU CECCALDI, à Aiacciu, ANTOINE GAVINI, à Bastia, LUCE de CASABIANCA, à Corti, et SEBASTIEN GAVINI à Calvi. Celle de DUMENICU FRANCESCU CECCALDI est validée (ainsi que celle d'EMMANUEL ARENE, à Sarté).
A Aiacciu, création du Comité des Jeunes Plébiscitaires Napoléoniens, dont le président est XAVIER FRANCESCHINI et les présidents d'honneur, ALFRED MULTEDO, DOMINIQUE PUGLIESI-CONTI et FRANCOIS NICOLI.
Le tronçon Ponte A'A Leccia-Calvi de la ligne de chemin de fer Bastia-Calvi est terminé.
Au large de Bastia, cinq balancelles livournaises sont capturées par un torpilleur français, leurs filets sont confisqués et les patrons des barques sont condamnés à une lourde amende.
ANTOINE DE MORATTI publie les pièces du dossier du procès de la Conspiration d'Oletta (voir 1769).
Suite à son voyage en Corse, (voir 1887), parution, chez Delagrave, de La chasse au mouflon ou Petit voyage philosophique en Corse, par EMILE BERGERAT.
Parution d'une deuxième édition de l'Histoire de la Corse, chez H. Jouve, par RAOUL COLONNA de CESARI ROCCA (voir 1890).
Parution de Studies in Corsica, sylvan and social, de J. W. BARRY.
A Paris, parution de Monuments mégalithiques de la Corse, chez Leroux, par A. de MORTILLET.



1894:

7 Janvier: Elections sénatoriales: PIERRE PAUL de CASABIANCA, sénateur sortant, avec 434 voix sur 747 votants, le docteur FRANCOIS MARIE PITTI-FERRANDI, conseiller général, avec 415 voix, et VINCENT FARINOLE, conseiller à la Cour d'Appel d'Aix en Provence, avec 409 voix, tous de la droite rébulicaine gavino-casabianquiste , sont élus ou réélus (contre NICOLAS PERALDI (sortant), 349 voix, ANGE MURRACIOLE, 272 voix et le colonel ANGE GAETAN ASTIMA, tous républicains).
Mars: Publication de Pièces et documents pour servir à l'histoire de la Corse pendant la Révolution française (1790-1791), par le chanoine LUCIEN AUGUSTE LETTERON.
10 Mars: A Paris, décès subit du nouveau sénateur de la Corse, le docteur FRANCOIS MARIE PITTI-FERRANDI.
15 Mars: Opération de police menée par les gendarmes d'Aiacciu contre le bandit JACQUES BONELLI (dit Bellacoscia), de Bucugnà. L'interpellation a lieu sur la commune d'Azzana, mais le bandit parvient à s'enfuir en blessant un gendarme.
Avril: Le ministre des Finances, PAUL DOUMER, propose l'abrogation des Arrêtés Miot (voir 1801).
10 Avril: A Bastia, création du Sillon de la Corse, par l'ancien abbé VINCENT DOMINIQUE PONZEVERA (voir 1894), dont le but unique est la défense du Concordat.
3 Juin: Election sénatoriale afin de pourvoir au poste laissé vacant par le décès du docteur PITTI-FERRANDI: JACQUES HEBRARD, ancien sénateur des Indes Françaises, candidat de l'Union Républicaine, est élu, avec 377 voix, contre NICOLAS PERALDI, 370 voix.
27 Juin: Le Journal de la Corse porte le deuil du président SADI-CARNOT, assassiné par un anarchiste italien (SANTO CASERIO).
Juillet: Publication de Correspondance du Comité Supérieur siégeant à Bastia en 1790, par le chanoine LUCIEN AUGUSTE LETTERON.
27 Juillet: Les gendarmes PIERRE FELIX SAMANI et BONAVENTURE FRANCISCI, de la brigade de Vintisari, sont assassinés à coups de fusil, près de Pietrapola. On attribue cet assassinat au bandit COLOMBANI.
Août: A Aiacciu, le dépot de glace Marchetti vend en moyenne 300 kilos de glace par jour... Les blocs sont descendus de la Folce di Vizzavona.
Septembre: Les Ajacciens se plaignent de la cherté de la vie (pain, viande, volailles, poissons et légumes sont plus chers que sur le Continent).
Octobre: La diphtérie (ou croup) sévit à l'état endémique à Bastia. Uns souscription est lancée pour financer la mise au point et l'achat de sérum antitoxique.
Novembre: A Aiacciu, début des travaux, par l'architecte BARTHELEMY MAGLIOLI, du Grand Hôtel Continental, sur le Cours Grandval.
6 Novembre: La République, organe des intérêts généraux du Département (voir 1893), devient quotidien, sous la direction de SAMPIERO PORRI.
13 Novembre: L'Insulaire, hebdomadaire républicain de HENRI ROUBAUD (voir 1883), devient quotidien.
3 Décembre: Fin des travaux du pont du chemin de fer du Vechju (voir 1892) et inauguration du tronçon Vivariu-Corti de la ligne de chemin de fer Aiacciu-Bastia.
L'administration des Domaines récupère les terres de l'ancien pénitencier de Casabianda (voir 1884) afin de les remettre en valeur.
A Paris, parution de Défense de la Corse (l'Armée navale en 1893), par VICTOR EUGENE ARDOUIN-DUMAZET, chez Berger-Levrault.
JOSEPH de FREMINVILLE, ancien archiviste de la Corse, fait une communication au Comité des Travaux Historiques sur les Tours Génoises du littoral de la Corse.
A Marseille, parution de Chants de guerre corses, de DUMENICU FUMAROLI, sous le pseudonyme de CEPPU d'OGLIASTRU.
Concernant les transports maritimes, il y a un service Aiacciu pour Nice, via Calvi ou L'Isula, le mardi dans la nuit. Puis le courrier revient de Nice le samedi soir pour Aiacciu, via L'Isula.
La ligne de voie ferrée entre Bastia, Corti et Aiacciu est terminée.
Le journal quotidien révisioniste bonapartiste ajaccien Le Drapeau (voir 1889) devient hebdomadaire.
A Aiacciu, inauguration du Boulevard Lantivy (voir 1892).
Fin de la parution de L'Union, journal républicain bihebdomadaire, dont le directeur est SAMPIERO PORRI (voir 1893).



1895:

10 Mars: Parution du journal républicain Le Courrier de la Corse, hebdomadaire littéraire et mondain.
27 Avril: A Sartè, création du journal aréniste Le Républicain, par VINCENT de PERETTI.
3 Mai: A Prunelli d'Isulacciu le gendarme FRANCHI tombe sous les balles des bandits COLOMBANI et CARLOTTI. Plus tard, ces derniers, sur la route qui mène à I Bagni di Petrapola, rencontrent deux autres hors la loi, BAPTISTE et ANTOINE ACHILI. Il y a échange de coups de feu et CARLOTTI et les deux ACHILLI sont tués.
12 Juin: Aux Porette de Corti, un duel à l'épée a lieu entre ALBERT du BARRY, rédacteur en chef du Journal de la Corse, et JOSEPH SANTI, rédacteur en chef du Bastia-Journal. Le premier esr blessé au bras.
27 Juin: A Bastia, duel au pistolet entre VINCENT de PERETTI, du Républicain (Le Journal de la Corse), et PEPPINO TOMASI, directeur du Phare de la Corse. Il n'y a pas de blessé.
2 Juillet: DOMINIQUE FRANCHELLI, vélocipédiste, lance un défi aux amateurs sur un parcours de 100 kilomètres (soit Bucugnà-Col de Vizzavona aller et retour, soit Aiacciu-Col de Vizzavona, aller et retour).
28 Juillet: Résultats des élections cantonales: Les républicains obtiennent 32 conseillers généraux, ceux de la Coalition (CASABIANCA-GAVINI-PIETRI), 25. JACQUES ABBATUCCI (Zicavu), ANTOINE GAVINI et AUGUSTE GAUDIN (Bastia), FRANCESCU GRIMALDI (Lama), ALBERT GAUDIN (San Martinu di Lota), SEBASTIEN GAVINI (Merusaglia), PITTI-FERRANDI (A Petra di Verde), JOSEPH BALESI (Porti Vechju), PIETRI (Sarté)... tous Coalisés, sont élus ou réélus. Côté républicain, NICOLAS PERALDI (Aiacciu), JOSEPH ARENE (Bucugnà), PINELLI (U Salge), De CORSI (Peru Casevechje), LOUIS-NAPOLEON MATTEI (Ruglianu), TOUSSAINT MALASPINA (Belgudé), GRIMALDI (Castifau), MARIUS GIACOBBI (Moïta), ALESSANDRI (Pedicorti di Caghju), ERASME CARREGA (Bunifaziu), BENOIT BONFANTE (Ulmetu), ARTHUR NAPOLEON MAESTRATI (Livia), JOSEPH GIUSTINIANI (Pitretu Bicchisgià), JEAN-THOMAS SUSINI (A Sarra di Scupamena)... sont élus ou réélus.
Nouveau duel à l'épée, cette fois ci entre le rédacteur du Bastia-Journal et celui du Républicain, VINCENT de PERETTI. Ce dernier est blessé au bras. Les deux adversaires se réconcilient.
23 Août: Décès du bandit CAPPA (voir 1887), tué par les gendarmes de Corti près de Calacuccia.
26 Août: NICOLAS PERALDI est élu président du conseil général de la Corse.
28 Août: Un duel au pistolet oppose le docteur PIERRE ANTOINE ALESSANDRI, conseiller général de Pedicorti di Caghju, à son adversaire malheureux JEAN-CHARLES BENEDETTI. Le premier est tué par le second, qui, emprisonné, passera aux assises.
2 Septembre: A Aiacciu, les notabilités républicaines (le Préfet de Corse, NICOLAS PERALDI, JEAN ANDRE ITALIANI, IGNACE MELGRANI, PHILIPPE LECA, LOUIS LUIGGI, ANGE GAETAN ASTIMA et TOUSSAINT MALASPINA), regroupées autour d'EMMANUEL ARENE, célèbrent la nomination de M. MARTY comme sous-préfet de Bastia.
Octobre: CHARLES ETIENNE LUTAUD est nommé préfet de la Corse.
Novembre: Le Petit Bastiais prône l'assêchement des étangs de la côte orientale de la Corse.
3 Novembre: A Bastia, parution d'un hebdomadaire politique, littéraire et satirique, L'Aspic.
12 Novembre: CHARLES ETIENNE LUTAUD, le nouveau préfet de la Corse, arrive à Aiacciu à bord du Bocognano.
A Bastia, la nouvelle église de Saint Roch est ouverte au culte en présence de l'évêque PAULU MATTEU della FOATA.
A Corti, le journal républicain aréniste Le Pascal Paoli, de PAUL ACQUAVIVA (voir 1883), soutient la droite républicaine. Il est conseillé politiquement par ANTOINE PIERAGGI.
LOUIS NAPOLEON MATTEI (voir 1872) crée l'apéritif Mattei-Cap Corse.
Ouverture de la ligne de chemin de fer Aiacciu-Bastia.
EDOUARD BOSC reprend le journal républicain hebdomadaire Le Courrier de la Corse (voir 1880).
A Paris, parution de Napoléon inconnu, papiers inédits (1786-1793), par FREDERIC MASSON, chez Ollendorf, dans lequel l'auteur publie tous les écrits de jeunesse de NAPOLEON BONAPARTE.
A Bastia, publication par La Société des Sciences Historiques, du Livre XII (sur 17) des Osservazioni Storiche Sopra la Corsica de AMBRUGHJU ROSSI (voir 1810), qui couvre la période allant de 1769 à 1775, chez Piaggi, et de Recherches et notes diverses sur l'Histoire de l'Eglise en Corse, par Monseigneur PAULU MATTEU della FOATA, chez Ollagnier.
Parution de L'île de Corse (1736-1800), de CELESTIN FLEURY-BERGIER.
Parution de Promenades en Corse, de PAUL MONTARLOT.
Parution de L'expédition de Sardaigne et la campagne de Corse de 1792 à 1794, par le capitaine JUMES ESPERANDIEU.
Parution de La Patria, livre de géographie de GUSTAVO STRAFFORELLO, qui compte la Corse parmi les îles des mers d'Italie.
Le géographe français ELISEE RECLUS affirme: soeur jumelle de la Sardaigne, c'est la Corse qui est la plus italienne par sa situation géographique et les traditions de l'Histoire...
La Compagnie des Chargeurs Réunis (voir 1893) fait faillite.
La Corse compte 284709 habitants. On dénombre 4000 à 5000 continentaux de France et 12518 étrangers, dont 12388 sont des Italiens.



1896:

1er Janvier: JULES ADRIEN JEAN BONHOURE est nommé Préfet de la Corse.
Le Journal de la Corse cesse de paraître, après l'échec des coalisés bonapartistes aux élections cantonales (voir 1895)
Avril: Le journaliste écrivain VICTOR EUGENE ARDOUIN-DUMAZET effectue un voyage en Corse qui durera jusqu'en Décembre. Il en tire un livre, Voyage en Corse.
4 Mai: Aux élections municipales, 53% des communes ont un maire républicain aréniste.
JOSEPH PUGLIESI est élu maire d'Aiacciu, contre PIERRE PETRETO. Il y a recours.
7 Juin: PAUL JOSEPH BOUDIER est nommé Préfet de la Corse.
EMMANUEL ARENE devient président du conseil général de la Corse à la place de NICOLAS PERALDI.
CELESTIN BOSC, archiviste de la ville, fait paraître un inventaire sommaire des annales communales d'Aiacciu, antérieures à 1790.
Juillet: Le bandit JEAN-ANTOINE COLOMBANI est abattu par les gendarmes dans le Fiumorbu.
Septembre: A Bastia, un arrêté municipal impose l'allure des chevaux, chars, carrioles, charrettes ou omnibus, au pas, sauf dans les grandes artères.
11 Octobre: A Aiacciu, parution du premier numéro de l'hebdomadaire
Parution de A Tramuntana, Fresca e Sana, hebdomadaire politique, humoristique, satirique et littéraire corse A Tramuntana, Fresca e Sana, dirigée par SANTU CASANOVA. Il succède à A Tramuntanella, Fresca e Zitella (voir 1889).
Décembre: A Aiacciu, ouverture d'un autre grand hôtel, le Cyrnos Palace (voir 1894).
15 Décembre: Création, à Aiacciu, du quotidien , L'Union Républicaine, dont le rédacteur est JULES CARBONE.
Nouvelle visite de SISSI, impératrice d'Autriche-Hongrie à Aiacciu (voir 1890).
A Aiacciu, édification de l'église San Roccu. L'ancienne église redevient oratoire (voir 1802).
Prés de 600 conférences populaires sont organisées sur l'Ile dans l'année (voir 1893).
A Orezza, construction de l'établissement thermal. On y trouve des salles de douches, de bains et de massages... 163 cours pour adultes sont dispensés à plus de 3000 auditeurs. A Aiacciu, fin des travaux du Grand Hôtel Continental, sur le Cours Grandval (voir 1894).
Parution des journaux U Libecciu Scatinatu, en langue corse, La Presse Libre, Le Bastia...
A Bastia, publication par La Société des Sciences Historiques, du Livre XIII des Osservazioni Storiche Sopra la Corsica de AMBRUGHJU ROSSI (voir 1895).
A Paris, parution de Les Anglais dans la Méditerranée de 1794 à 1797, Un Royaume Anglo-Corse, par MAURICE JOLLIVET.
A Bastia, chez Ollagnier, parution de Etude médicale et anthropologique sur la Corse, par le docteur JAUBERT.
Parution de Voyage à l'île enchantée, du docteur SERIZIAT.
JEAN BAPTISTE MARCAGGI publie Chants de la Vendetta et de la Mort.
Fin de la parution de L'Insulaire, quotidien républicain de HENRI JEAN ROUBAUD (voir 1894).
A Bastia, chez Ollagnier, parution de Poesie Varie, de DON GHJUVAN BATTISTA de PIETRI.
La Corse compte 290168 habitants (dont Bastia, 21046, et Aiacciu, 18533)



1897:

Janvier: Première représentation cinématographique dans le péristyle du théatre Saint Gabriel à Aiacciu.
Février: Fin de parution du journal U Libecciu Scatinatu.
Parution de La Balagne Républicaine, journal indépendant de L'Isula.
Parution de La Corse, de HENRI JEAN ROUBAUD, journal républicain et progressiste.
A Bastia, chez Santi, publication de L'instruction primaire en Corse avant l'annexion, de JEAN-FRANCOIS PATACCHINI-PINELLI, instituteur à Linguizetta.
7 Mars: Le Journal de la Corse reparait de nouveau (voir 1896). Son directeur est FRANCOIS SICILIANO et son rédacteur en chef IGNACE PIETRI.
Mai: Un directeur de la Compagnie du Gaz d'Aiacciu, et un professeur d'allemand du Collège Fesch tiennent des propos insultants sur la Corse et les Corses.
28 Mai: Manifestations, dans les rues d'Aiacciu, des élèves du Collège Fesch contre leur professeur. Ce dernier est obligé de s'embarquer précipitamment sur le courrier de Nice sous les huées de plus de 400 personnes. Les manifestants s'en prennent ensuite à la Compagnie du Gaz. La troupe doit intervenir, et tout rentre dans l'ordre.
A Bastia, sur la Place d'Armes, JEAN BARTOLI, dit MANACCIA, un criminel, seul survivant de la bande Colombani, rivale de celle des Achilli, du Fiumorbu, (voir 1895), est guillotiné.
Juin: Le 40ème Régiment de Ligne, cantonné à Aiacciu, Bunifaziu et Sarté, quitte la Corse pour le Gard.
Les Arrêtés Miot et la question du Séparatisme corse sont à l'ordre du jour de l'Assemblée Nationale.
21 Juin: Le chef de gare de U Borgu, PIERRE QUILICHINI, est assassiné à son domicile.
25 Juin: JEAN FAZZINI, cordonnier, suspecté d'avoir assassiné le chef de gare de U Borgu est arrêté.
7 Juillet: Au théatre de Bastia a lieu une réunion de revendication et de mécontentement à laquelle assistent 300 personnes.
Décès de DUMENICU FRANCESCU CECCALDI, ancien préfet de la Défense Nationale, député d'Aiacciu.
A Sarté, la feuille républicaine de JACQUES NICOLAI, L'Avenir de Sartène devient Le Cyrnos, journal des républicains anti-oportunistes de l'arrondisement de Sartè.
26 Septembre: A Bastia, parution de L'Echo de Bastia, hebdomadaire républicain et indépendant de A.-M. SISCO.
1er Octobre: JEAN JOSEPH FELIX CASSAGNEAU est nommé préfet de la Corse.
14 Novembre: A Aiacciu, élection législative partielle (pour pourvoir au siège laissé vacant par DUMENICU FRANCESCU CECCALDI, décédé). EMMANUEL ARENE est élu avec 1065 voix (devant PIETRI et STEFANI).
JEAN FAZZINI est jugé et condamné à mort par la Cour d'Assises de Bastia.
La Corse comptabilise 728 écoles élémentaires publiques et 36 écoles élémentaires privées, 10 écoles maternelles publiques et 3 écoles maternelles privées, pour une population scolaire de 46631 enfants (40550 dans les écoles élémentaires publiques, 3604 dans les écoles élémentaires privées, 2323 dans les écoles maternelles publiques et 154 dans les écoles maternelles privées) (voir 1884).
850 conscrits corses de la classe 1896 partent sur le continent.
Construction de la jetée du port de Calvi.
A Nuvella, dans l'église Santa Croce, le tableau de la Sainte Vierge et de l'Enfant Jésus répend une transpiration miraculeuse.
Une dynamo à vapeur, servant à assurer l'éclairage, est installée à l'hôtel de Vizzavona.
L'écrivain CHARLES MAURRAS fait escale à Carghjese.
A Bastia, la cour d'assises condamne à mort FAZZINI, de Serra di Fiumorbu, accusé d'avoir assassiné le chef de gare de Borgu.
A Paris, parution de La Jeunesse de Napoléon, par CHUQUET.
A Paris, parution de Etude sur la constitution géologique de la Corse, par M. NENTIEN.
A Bastia, chez Fabiani, édition de Les Ephémérides Ajacciennes (1790-1896), par CELESTIN BOSC, archiviste communal.
A Bastia, publication par La Société des Sciences Historiques, des Livres VI et XIV des Osservazioni Storiche Sopra la Corsica de AMBRUGHJU ROSSI (voir 1896)
On dénombre 44 crimes de sang en Corse.



1898:

2 Janvier: Le Cyrnos, journal des républicains anti-oportunistes de l'arrondisement de Sartè devient hebdomadaire.
Le bandit JEAN FAZZINI, de Serra di Fiumorbu, est guillontiné, à Bastia (voir 1897).
Février: Un journal de langue italienne, L'Eco, tente, sans succès, de s'implanter en Corse.
Le peintre HENRI MATISSE, à l'occasion de son voyage de noces, débarque en Corse.
17 Mars: Inauguration du service postal Aiacciu-Porto Torres-Bône.
1er Avril: A Corti, un congrés républicain, sous la présidence de PIERRE PERETTI, est tenu pour désigner le candidat du parti aréniste aux élections législatives. C'est le comte CHARLES POZZO di BORGO qui est choisi.
A Bastia, le pharmacien RAFFAELLI sollicite, et obtient de l'Administration des Télégraphes, l'obtention d'une ligne aérienne entre son officine et son domicile.
8 et 22 Mai: Elections à la Septième Législature de la IIIème République: EMMANUEL ARENE, à Aiacciu, avec 8437 voix sur 12490 votants (contre LOUIS ROUHER, neveu d'EUGENE ROUHER, bonapartiste intransigeant), ANGE GAETAN ASTIMA, président du Conseil Général, à Bastia, avec 6409 voix (contre ANTOINE GAVINI, député sortant, 6375 voix), TOUSSAINT MALASPINA, républicain radical, vice-président du Conseil Général, à Calvi, avec 3119 voix (contre SEBASTIEN GAVINI, député sortant, 2479 voix), MARIUS GIACOBBI, président de la Commission Départementale, à Corti, avec 6841 voix (contre LUCE de CASABIANCA, député sortant, 4891 voix) et le comte CHARLES POZZO di BORGO, à Sarté, avec 5658 voix (contre le docteur JOSEPH BALESI, républicain également, 1867 voix), sont élus ou réélus. Tous sont républicains arénistes.
Juin: La ville de Bastia met une salle du théatre à la disposition de la Société des Sciences Naturelles et Historiques de la Corse (la SSNHC) pour exposer la centaine de tableaux légués à la ville par le cardinal FESCH. C'est l'origine du futur musée de Bastia. Fin de parution du journal Le Cyrnos, hebdomadaire des républicains anti-oportunistes de l'arrondisement de Sartè (voir 1897).
13 Juillet: L'élection d'ANGE GAETAN ASTIMA est invalidée.
17 au 31 Juillet: Parution du journal La Cinarca, dont le directeur est MARC ALBERTINI. Il défend les intérêts matériels et moraux de la vallée de la Cinarca.
Pour le renouvellement de la première série sortante des conseillers généraux, le docteur BALESI est élu, à Porti Vechju, contre CAMILLE QUENZA.
Le peintre HENRI MATISSE quitte la Corse avec son épouse. Durant son séjour il a peint 55 tableaux.
8 Octobre: Le minisre de la Marine EDOUARD LOCKROY est en viste en Corse. Il débarque à San Fiurenzu et se rend à Bastia.
9 Octobre: Le ministre de la Marine EDOUARD LOCKROY, en route vers Aiacciu, rencontre l'ancien bandit ANTOINE BELLACOSCIA, en gare de Vizzavona.
10 Octobre: A Corti, parution du journal hebdomadaire républicain, Le Corte Journal.
ANGE GAETAN ASTIMA est réélu à Bastia, avec 7132 voix, contre ANTOINE GAVINI, 6741 voix.
Visite du Roi OSCAR II de Suède à Aiacciu.
A Paris, parution d'un ouvrage, illustré de photos de LAURENT CARDINALI, Voyage en Corse, dans la série Voyage en France, par VICTOR EUGENE ARDOUIN-DUMAZET, chez Berger-Levrault. L'auteur, qui a effectué un séjour dans l'Ile d'Avril à Décembre 1896, y signale qu'il y a en Corse, cette année là, 728 écoles élémentaires publiques, 36 écoles privées et 13 écoles maternelles, fréquentées par 46631 enfants...
13% des conscrits corses sont encore totalement illetrés.
La Société des Sciences Historiques et Naturelles de la Corse installe dans quelques salles du théâtre de Bastia, les objets appartenant à ses collections géologique, minéralogique et archéologique.
A Bastia, publication par la SSNHC, des Livres VII et VIII des Osservazioni Storiche Sopra la Corsica de AMBRUGHJU ROSSI (voir 1897)
JEAN BAPTISTE MARCAGGI écrit Fleuve de sang, Histoire d'une vendetta corse (paru à Paris, chez Didier-Perrin).
DUMENICU FUMAROLI écrit une tragédie en 3 actes, Sampiero.
L'hebdomadaire satirique corse A Tramuntana, Fresca e Sana, dirigée par SANTU CASANOVA, s'installe à Bastia (voir 1896).
La Congrégation des Rites du Saint Siège reconnaît à BERNARDINU ALBERTI (Padre Bernardinu di Calinzana, voir XVIème siècle) ses vertus héroïques, et lui décerne le titre de Vénérable.
On dénombre 46 crimes de sang en Corse.



1899:

Janvier: Naissance de l'Association des Anciens Elèves du Lycée de Bastia.
3 Janvier: Décès de l'évêque de Corse PAULU MATTEU della FOATA.
17 Février: Transfert à Aiacciu du corps de NAPOLEON CHARLES GREGOIRE BONAPARTE, décédé à Rome.
Un projet d'installation du téléphone en Corse est débattu au Conseil Général: on estime à 70000 francs le coût des travaux d'une ligne entre Bastia et Aiacciu.
26 Juin: A Campitellu, la jeune MADDALENA PARSI est témoin de l'apparition de l'Immaculée Conception.
Août: Le préfet JEAN JOSEPH FELIX CASSAGNEAU propose à la ville de Bastia l'installation d'un réseau de téléphone urbain, qui est jugé trop onéreux par le conseil municipal, et repoussé à plus tard.
4 Août: Un décret fonde la Chambre de Commerce d'Aiacciu-Sarté.
14 Août: L'alpiniste autrichien FELIX VON CUBE est le premier à effectuer l'ascension du Monte Cintu.
Octobre: A Erbalunga, le pensionnat de jeunes filles (voir 1865) est deménagé dans de nouveaux locaux: dortoirs de plus de 20 mètres de long, contenant chacun 30 lits, cabinets de toilettes en marbre, salle d'étude éclairée et aérée par 12 fenêtres, véranda, salles de bain, esplanade de récréation.
11 Novembre: Ouverture d'une succursale de la Banque de France à Aiacciu (voir 1858).
17 Novembre: Arrestation du criminel GIOVANNI par les gendarmes de Porti Vechju. Il était au maquis depuis 16 années. Il a à son actif 6 assassinats et 3 tentatives de meurtres.
25 Novembre: Parution de l'hebdomadaire de station d'hiver Ajaccio-Revue.
A Aiacciu, chez De Peretti, publication de L'instruction primaire en Corse avant 1789, de JEAN-FRANCOIS PATACCHINI-PINELLI, instituteur à Linguizetta (voir 1897).
Création du Syndicat des Employés et Ouvriers du Chemin de Fer de la Corse. Il regroupe 295 adhérents dont 16 femmes.
7 Décembre: LOUIS OLIVIERI, de Zerubia, est nommé évêque de la Corse. Il sucède à PAULU MATTEU della FOATA (voir 1877).
Le conseiller général de Calvi FRANCOIS PUCCINELLI fonde le Comité des Revendications Insulaires, qui est à l'origine de différents rassemblements revendicatifs dans les principales villes de l'Ile.
L'hebdomadaire satirique corse A Tramuntana, Fresca e Sana, dirigée par SANTU CASANOVA, s'installe à Corti (voir 1898).
FREDERIC ORSINI publie, à l'imprimerie Lorenzi de Corti, ses poésies, dont quelques unes en langue corse, Les Chants du petit Corse.
A Tours, J. BEAULIEU-DELBET publie Souvenirs de Corse, un livre de 143 pages.
On dénombre 31 crimes de sang en Corse.



1900:

25 Janvier: Parution de Ajaccio Fêtes, organe officiel du Comité des Fêtes de la ville d'Aiacciu. Il parait toutes les semaines pendant la saison d'hiver.
5 Février: EMMANUEL ARENE dépose sur le bureau de l'Assemblée Nationale, un projet d'assainissement des côtes marécageuses de la Corse.
18 Février: Monseigneur LORENZELLI, nonce apostolique du pape, sacre LOUIS OLIVIERI évêque d'Aiacciu.
La criminalité augmente dans l'Ile: 25 affaires criminelles sont inscrites au rôle de Février.
11 Mars: Arrivée du nouvel évêque de Corse LOUIS OLIVIERI à Aiacciu. Il débarque du paquebot Venezuela.
12 Mars: Le paquebot Insulaire, de la Compagnie Fraissinet est affecté aux lignes de Balagna.
15 Avril: Installation de la Croix Rouge à Aiacciu. Madame LEVIE-ANDREAU en est la première présidente.
A Aiacciu, création d'un Comité d'Acction Républicaine.
16 Mai: Elections municipales d'Aiacciu: les bonapartistes l'emportent sur les républicains, avec 19 conseillers élus.
22 Mai: Aux élections municipales, 49% des communes ont un maire républicain aréniste.
PIERRE BODOY est élu maire d'Aiacciu.
AUGUSTE GAUDIN est élu maire de Bastia.
28 Mai: Eclipse de soleil visible dans toute la Corse.
Août: Une grêve du personnel maritime de Marseille gêne considérablement les relations entre le Continent et la Corse.
La Feuille Libre, organe ouvrier d'Aiacciu écrit: Il est maintenant acquis, par les observations scientifiques du savant maître, le professeut Fallot, basées sur les indices physiologiques, et publiées dans la revue anthropologique de Paris, que la race corse n'a rien de commun avec la race italienne...
EMMANUEL ARENE est élu président du Conseil Général de la Corse.
Octobre: Une grêve des pêcheurs corses oppose ces derniers au fermier de l'étang de Biguglia.
2 Décembre: A Aiacciu, création d'un Parti de protestation insulaire et de son journal Corsica, organe de revendications insulaires (voir 1899).
A Bastia, une épidémie de variole fait 104 morts. A U Viscuvatu, une épidémie de croup (infection virale) fait 60 victimes parmi les enfants de la commune.
A Corti, inauguration d'une statue en bronze, avec soubassement en marbre et granit, du général GHJUVAN PETRU GAFFORI (voir XVIIIéme siècle).
Dissolution du Syndicat Régional Agricole de Sartè (voir 1887).
Dissolution du Syndicat des Agriculteurs de la Corse (voir 1889).
A Bastia, publication par La Société des Sciences Historiques, des Livres IX et X (de 1745 à 1752) des Osservazioni Storiche Sopra la Corsica de AMBRUGHJU ROSSI (voir 1898)
A Bastia, publication de Histoire militaire des Corses au service de la France, en deux tomes, de XAVIER POLI.
Apparition des lampes à pétrole Beck. Elles valent de 10 à 20 francs, suivant la qualité.
On dénombre 71 crimes de sang en Corse.